Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

29/10/20 : Suite aux annonces faites par Emmanuel Macron, le World Impact Summit, organisé à Bordeaux, maintient sa première journée ce jeudi 29 octobre, avec un protocole sanitaire renforcé. Du fait du confinement, la journée de vendredi est annulée.

28/10/20 : Le Festival international du Film d’Histoire de Pessac annonce l'annulation de sa 31ème édition aux dates initialement prévues du 16 au 23 novembre. Des réflexions sont en cours sur les modalités de valorisation des films sélectionnés en compétition.

28/10/20 : Le département des Landes est placé en état de vigilance jaune "Vagues Submersion" pour l’ensemble des communes du littoral du 28 octobre 13h00 au 29 octobre 18h00, entre forte houle, vagues puissantes, érosion dunaire et submersions locales...

28/10/20 : "Priorité à la protection sanitaire". Alors que le Festival Novaq devait s'ouvrir demain à la Rochelle, la Région Nouvelle-Aquitaine, organisatrice de cet évènement dédié à l'innovation, annonce son annulation. Un nouveau format est en réflexion.

26/10/20 : Dominique Bussereau président du département de Charente-Maritime et de l'ADF vient d'annoncer que le Congrès des Départements de France qui devait avoir lieu lieu les 5 et 6 novembre à La Rochelle est ajourné compte tenu de la situation sanitaire

24/10/20 : En raison du couvre-feu, la maire de Biarritz, Maïder Arosteguy a décidé d'instituer un stationnement de la ville gratuit en surface dès 18 heures, afin d'inciter les clients des restaurants de venir plus tôt dans ces établissements de la ville.

22/10/20 : Ce 22 octobre Jean Castex a annoncé 38 nouveaux départements et une collectivité d’Outre-mer la Polynésie soumis au couvre-feu de 21h à 6h dès demain soir. En Nouvelle-Aquitaine, Haute-Vienne et Pyrénées-Atlantiques sont concernés.

22/10/20 : Le Pôle Expérimental Métiers d’Art du Périgord-Limousin organise un marché des métiers d’art en plein air, sur la Place Alfred Agard à Nontron, le samedi 24 octobre de 10h à 18h, en remplacement du Salon de la Rue des métiers d'art, qui est annulé.

22/10/20 : La Rochelle : Michel Carmona, adjoint au maire depuis 2014, est décédé dimanche. Ses obsèques auront lieu vendredi à 15h30 au crématorium de Mireuil.

22/10/20 : Charente-Maritime : en plus d'une obligation de porter le masque dans 52 commune du département, le préfet de Charente-Maritime a pris un arrêté interdisant les buvettes et certaines restaurations dans les établissements sportifs.

21/10/20 : Le Conseil scientifique Covid 19 a dans un communiqué rendu public l'avis favorable donné au gouvernement le 19 octobre pour la prorogation du régime transitoire de l'urgence sanitaire jusqu'au 16 février et son prolongement jusqu'au 1° avril 2021.

20/10/20 : Municipales :A Saint Astier, en Dordogne, l'élection municipale, remportée par la maire sortante Elisabeth Marty (DVD) avec 17 voix d’avance, a été annulée ce mardi 20 octobre par le tribunal administratif de Bordeaux.

- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 29/10/20 | La CCI Bordeaux Gironde réagit au re-confinement

    Lire

    La CCI Bordeaux Gironde réactive et renforce sa Cellule d’appui aux entreprises afin d'être une porte d’entrée unique avec un numéro (05 56 79 5000) et un mail spécifique (contact@bordeauxgironde.cci.fr) pour répondre aux besoins d’accompagnement des chefs d’entreprise. "Comme nous l’avons été pendant le confinement et aujourd’hui dans cette phase de relance, nous nous devons de rester en contact rapproché avec les TPE-PME. Elles ont besoin de nous" expose Patrick Seguin, Président de CCI Bordeaux Gironde. Tous les services de la CCI Bordeaux Gironde resteront accessibles annonce la structure.

  • 29/10/20 | Bassens : 2 millions d'euros pour optimiser les capacités de stockage du port

    Lire

    Le Grand Port Maritime de Bordeaux a lancé en 2019 un plan de restructuration économique et territoriale. La première tranche de ce plan concerne la refonte du terminal à conteneurs de Bassens, qui ne peut prétendre à une occupation totale de ses locaux du fait de la vétusté des lieux et du manque d'équipements adaptés. Alors que les opérations de rénovation des hangars de Bassens ont déjà démarré, la Région investit 2,6 millions d'euros dans l'optimisation des capacités de stockage du port.

  • 29/10/20 | Dordogne : lancement d’un Observatoire de l’habitat

    Lire

    Lancé par le Conseil Départemental de la Dordogne, l’Observatoire est un outil de connaissances et d’analyses de l’habitat avec pour objectif de suivre l’évolution du territoire afin de mieux identifier les besoins en matière de logement. Au travers de cette Observatoire, le Département met son ingénierie et ses moyens techniques au service des acteurs pour les accompagner dans la mise en place de leurs projets. Pour accéder à cet observatoire.

  • 29/10/20 | La Région soutien le cinéma, exemple à Limoges

    Lire

    Pyramide production, société de production basée à Limoges depuis 1988, produit actuellement le documentaire « Matriochkas, les filles de la guerre » qui retrace l’histoire de 3 nonagénaires dont les vies ordinaires cachent des destins extraordinaires. Lors de la commission permanente du 17 octobre dernier, la Région Nouvelle-Aquitaine a décidé de soutenir ce documentaire à hauteur de 15 000 euros.

  • 28/10/20 | TBM: la fausse gratuité du tram

    Lire

    Surprise d'un certain nombre d'usagers du tram à Bordeaux qui, accédant aux rames, ont découvert ce 28 octobre, collés sur les valideurs, des stickers reprenant un visuel de TBM annonçant la gratuité des transports. Dans un communiqué Kéolis Bordeaux Métropole rappelle « que la validation reste obligatoire dans tout le réseau TBM »  et précise que « les contrôleurs face aux voyageurs sans titre de transport n'ont pas verbalisé, privilégiant le dialogue et expliquant qu'il s'agissait d'une information frauduleuse suite à une action revendiquée par le collectif « extinction rébellion » Keolis Bordeaux Métropole va porter plainte auprès de la Police.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Agriculture | Le périgourdin, Didier Gouraud, à la tête de la filière viande en Nouvelle-Aquitaine

20/09/2020 | Artisan boucher à Saint-Pardoux-la Rivière-(24), Didier Gouraud, a été élu en début de semaine président d'Interbev de la Nouvelle-Aquitaine

Le périgourdin Didier Gouraud à la tête d'Interbev Nouvelle Aquitaine

La Nouvelle-Aquitaine est la première région française d'élevage : 54 % des 70700 exploitations ont une activité d'élevage. Une organisation interprofessionnelle s'est donnée pour mission de défendre et de valoriser les intérêts communs de l'élevage et des activités artisanales, industrielles, commerciales de la filière élevage et viande. Il s'agit d'Interbev Nouvelle-Aquitaine. L'organisation a élu le 14 septembre son nouveau bureau avec à la tête Didier Gouraud, artisan boucher dans le Nord Dordogne. Dans un entretien pour Aqui, il évoque les projets et actions et le contexte sociétal.

@qui.fr  : Vous avez été élu président d'Interbev Nouvelle-Aquitaine, le 14 septembre. Pouvez-vous présenter votre structure et ce qu'elle représente en Nouvelle-Aquitaine ? 

Didier Gouraud, artisan boucher, président d'Interbev : Cela fait vingt-cinq ans que je me suis investi au niveau de l'interprofession, dès que j'ai pris des responsabilités au sein du syndicat des bouchers de la Dordogne, d'abord au sein d'Aquibev, qui couvrait les cinq départements puis au sein d'Interbev Nouvelle-Aquitaine, qui regroupe les douze départements.  C'est le lieu qui réunit l'ensemble des acteurs de la filière élevage et viande sous le même toit, de l'amont et de l'aval. Npus sommes organisés en quatre grands collèges : la production représentée majoritairement par des éleveurs et des syndicats agricoles, la mise en marché, qui réunit des commerçants en bestiaux, des coopératives, les activités abattage, commerce de gros et la distribution. Dans ce dernier collège, on trouve les hypermarchés et supermarchés, les artisans bouchers et la restauration. Cela représente au niveau régional 60 000 emplois directs

@qui.fr  : Quelles sont les missions et les actions d'Interbev ?

Didier Gouraud, artisan boucher, président d'Interbev : Nous sommes une émanation de l'Interbev nationale, nous déclinons régionalement ce que sont les actions menées au niveau hexagonal. Si on prend l'axe de communication grand public , nous sommes le relais de la campagne "aimez la viande, mangez en mieux". Le but est de développer le dialogue avec les consommateurs et de montrer en quoi la filière élevage et viande joue un rôle prépondérant pour mieux nourrir les Français. Nous menons actuellement une action sur les labels : dans la loi égalim, il y a un objectif de monter à 40 % de production de viande sous label. Nous souhaitons développer la communication en interne pour inciter notamment les adhérents à aller vers des filières qui pourraient mieux les valoriser. Notre rôle consiste aussi à faire respecter les accords interprofessionnels, exemple contrôle et expertises dans le cadre de réclamation, gestion des litiges.  Depuis quelques années, nous disposons d'un fonds d'assainissement régional (FAR). Il n'existe pas dans toutes les régions. Il se déclenche  quand l'éleveur va à l'abattoir et qu'il rencontre un souci avec l'animal, une maladie et qu'il n'est pas commercialisable. Ce fonds de garantie se sustitue alors  et rembourse l'exploitant agricole.  Nous avons bien sûr un rôle de représentation et de défense des intérêts de la filière auprès des pouvoirs publics et des élus. Un des prochains sujets concerne les jeunes bovins. 

Privilégier l'achat local

@qui.fr  : Envisagez-vous des actions plus spécifiques au niveau régional 

Didier Gouraud, artisan boucher, président d'Interbev : Au niveau régional, nous menons actuellement une  étude de recherche et de développement sur le persillé des viandes. Il s'agit de comprendre pourquoi un morceau est plus persillé qu'un autre, comment faire pour ne pas avoir un persillé trop important qui pourrait nuire à l'aspect visuel. Nous souhaitons réfléchir ensemble à de nouvelles formules innovantes pour manger de la viande. Notre gros dossier du moment, c'est le manger local, dans le cadre de la restauration hors domicile (cantines, repas d'entreprises). Nous avons un important travail d'explication et d'éducation  à faire auprès des gestionnaires sur la possibilité d'achat local  à  des prix raisonnables tout en conservant des marges correctes. Le prix du repas est bien souvent le premier facteur de choix et souvent c'est la viande qui côute le plus cher.  Cela correspond aussi à une demande sociétale  : pourtant pas mal de gens  ne franchissent pas le cap pour des raisons économiques. Il faut que l'on parvienne à travailler différemment, sans doute en diminuant les portions et en misant sur plus de qualité. 

@qui.fr  : Les mouvements anti-viande qui tendent à se multiplier  ou vegans vous inquiètent-ils ?

Didier Gouraud : Chacun a le droit de penser ce qu'il veut. Le reproche que l'on peut faire à ces mouvements, c'est le spectaculaire et surtout la violence qui en découle parfois.  Ces mouvements représentent une infime minorité qui veut imposer à une majorité leur point de vue. Ce qu'on peut répondre, c'est que nous sommes collectivement engagés dans un pacte pour un engagement sociétal.  Le but est de faire mieux.  Nous travaillons avec des associations, comme wwf, celle de Nicolas Hulot. Il s'agit de la démarche de responsabilité collective de la filière. Le but est d'apporter  une réponse aux attentes de la société et des acteurs de la filière en matière de bien être animal, de préservation de l'environnement,  de bonnes pratiques de production. Et dans ce domaine, les efforts sont importants. En Nouvelle-Aquitaine, chaque vache pour pouvoir paître dispose de l'équivalent de trois terrains de rugby.  Nos éleveurs n'ont pas à rougir de leurs pratiques. 

Claude-Hélène Yvard
Par Claude-Hélène Yvard

Crédit Photo : CM24

Inno'action et agricultureCet article fait partie du dossier

Voir les autres articles de ce dossier
Partager sur Facebook
Vu par vous
16074
Aimé par vous
1 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Agriculture
Agriculture
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 31 + 16 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

A lire ailleurs sur aqui.fr