17/11/17 : Dans le cadre du festival international AlimenTerre, l’AMAP de la Baïse et le magasin Biocoop de Nérac organisent une projection du film « Hold up sur la banane », réalisé par François Cardona, le jeudi 23 novembre à 20h Salle des Écuyers à Nérac.

17/11/17 : Les traités transatlantiques. Tel est le sujet du débat qu'organise le Centre d’Information Europe Direct Moyenne Garonne / Maison de l'Europe de Lot-et-Garonne le vendredi 8 décembre à 18h au Comoedia, 32 Rue Léopold Faye à Marmande.

17/11/17 : Le groupe cinématographique rochelais CGR ( Georges Raymond) vient de racheter Cap Cinéma qui exploite 22 salles en France dont celles de Périgueux et d'Agen. Le réseau CGR devient le premier exploitant français. Et le deuxième en terme d’entrées.

16/11/17 : Ils étaient entre 1650 (la préfecture) et 4000 personnes (selon les syndicats) à manifester ce 16 novembre à Bordeaux contre les ordonnances de la loi travail du gouvernement Philippe. C'est bien moins que les 10 000 manifestants du 12 septembre

16/11/17 : A l'occasion du centenaire de l'arrivée de l'armée américaine à La Rochelle, l'esplanade Eric-Tabarly accueille deux wagons d'époque, classés aux Monuments historiques, comme patrimoine de la 1re Guerre Mondiale. A voir jusqu'au 19 novembre.

15/11/17 : Vinitech Siffel, le Salon mondial vitivinicole, arboricole et maraîcher organisé par Congrès Expositionx de Bordeaux, annonce sa prochaine édition à Bordeaux du 20 au 22 novembre 2018.

15/11/17 : Lascaux IV, le centre international d'art pariétal de Montignac, a été désigné l'un des trois meilleurs projets de tourisme européens 2017 par la British Guild of travel writers avec le musée des Vikings au Danemark et la maison Mondrian aux Pays-Bas.

14/11/17 : Pont d’Aquitaine:fermeture dans les 2 sens de l'A630 entre les échangeurs 2 (Lormont - Croix Rouge) et 4a (Bordeaux – Nouveau Stade)du 15 novembre, 21h au 16 novembre: 6h00 du 16 à 21h00 au 17 novembre à 6h00

10/11/17 : La Ferme basque Lurrama se tient ce week-end halle Iraty à Biarritz. Toute l'excellence de l'agronomie et de la production basque avec un invité, la Région PACA. Concours gastronomiques, exposition et demain 11h, débat sur les ours et les loups

10/11/17 : La Maison de la Charente-Maritime accueille jusqu'au 29 décembre l'exposition "Objectif enfance", notamment sur les actions en faveur des enfants dans le monde, qui fut exposée sur le parvis de l'hôtel de ville à Paris. Entrée libre

09/11/17 : Secrétaire générale de la préfecture des Pyrénées-Atlantiques et sous-préfète de l'arrondissement de Pau, depuis l'été 2014, Marie Aubert vient d'être nommée sous-préfète de l'arrondissement du Havre ( Seine maritime )

06/11/17 : Pour connaître les conditions pour partir à l'étranger, rendez-vous à la Maison de l'Europe de Lot-et-Garonne Centre d'Informations Europe Directe pour suivre un atelier d'informations le 8 novembre de 16h à 17h à Agen.

- Multivote -
- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 17/11/17 | Solidarité Réfugiés 33 manifeste les 18 et 20 novembre

    Lire

    Le collectif Solidarité Réfugiés 33, en avant première à la journée nationale sur les mineurs isolés étrangers de lundi 20 novembre, sera présent ce 18 novembre à 14 heures place de la Comédie à Bordeaux pour une action de "sensibilisation de la population" et "témoigner avant une conférence de presse prévue le 20 novembre, Place Pey Berland, de "centaines de situation où le droit n'est pas appliqué en matière de santé, de logement, d'éducation, de protection pour les réfugiés, les migrants, les exilés"

  • 17/11/17 | La Région expérimente un autobus au bioéthanol

    Lire

    La Région Nouvelle-Aquitaine expérimente depuis le 6 novembre un car roulant à l'ED95 sur le réseau TransGironde, en partenariat avec Citram Aquitaine, Raisinor France et Scania; sur la ligne 201 entre Bordeaux, Saint-André de Cubzac et Blaye il circule avec un bio carburant issu de résidus viniques. Destiné principalement aux autobus, autocars et poids lourds, l'ED 95 est obtenu par un procédé de fermentation industrielle permettant la transformation du sucre de marcs de raisin en alcool brut, ensuite distillé puis déshydraté pour obtenir le bioéthanol..

  • 17/11/17 | La pépinière d'entreprises de l'agglomération périgourdine s'ouvre à tous les secteurs

    Lire

    Cap@cités, la pépinière d'entreprises de l'agglomération périgourdine, élargit son champ d'action. La pépinière accueille désormais tout type d'entreprises, sans restriction de secteurs d'activités (à l'exception des services à la personne). Reste un critère d'âge, avoir moins de 3 ans... Tous les porteurs projets ou nouvelles entreprises peuvent bénéficier des solutions offertes par ce lieu : domiciliation, incubation, pépinière, espace de coworking. Plus d'infos

  • 17/11/17 | Ciné-débat « L'intelligence des arbres » à Contis

    Lire

    Dans le cadre du mois du film documentaire, le documentaire allemand, « L'intelligence des arbres », de Julia Dordel et Guido Tölke donnera lieu à une projection-débat au cinéma de Contis (Landes) animée par Jacques Hazera Expert forestier,Vice-Président de Pro Silva France. Ce film montre le travail minutieux et passionnant des scientifiques, nécessaire à la compréhension des interactions entre les arbres ainsi que les conséquences de cette découverte. Rendez-vous dimanche 19 novembre à 17h.

  • 17/11/17 | Coupe du Monde de Rugby : Bordeaux aussi de la fête

    Lire

    C'est acté depuis le 15 novembre : la France accueillera la Coupe du Monde de Rugby 2023, pour la deuxième fois de son histoire. Une nomination préférée à celles de l'Irlande et de l'Afrique du Sud, toutes deux finalistes. Et on sait déjà que Bordeaux sera de la fête. Le stade Matmut Atlantique a en effet été sélectionné (parmi neuf stades en France) pour accueillir plusieurs matchs de poule. En revanche, aucun match de finale ne serait prévu pour le moment.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Nos partenaires


Agriculture | Reportage: Le portage foncier pour faciliter l'installation

05/06/2017 | A Coirac, Angélique Neau est installée en viticulture depuis la fin d'année 2016. Une opération rendue possible par le portage foncier mis en place par la Safer.

Angélique Neau, ici aux côtés de sa conseillère Safer Hélène Dumas, s'est installée finalement fin 2016

L'installation, un parcours long, périlleux, et qui peut décourager. Pour mener à bout son projet, l'agriculteur doit s'armer de patience, et passer, étape par étape, l'ensemble du parcours le menant à devenir exploitant. A Coirac, il a fallu trois ans à Angélique Neau pour aller d'une envie de s'installer à une installation en bonne et due forme depuis la fin d'année 2016, en viticulture, dans le village où son père a également une exploitation. La Safer l'a accompagnée avec un portage foncier, tout comme la cave de Sauveterre-Blasimon, la volonté d'Angélique Neau étant de devenir coopératrice.

Tout débute en 2014. Sur sa commune de Coirac, Angélique Neau, qui a déjà depuis quelques temps l'idée de s'installer sur une exploitation viticole, voit avec le départ en retraite de trois viticulteurs différents une occasion à saisir. Quoi de plus normal, pour celle qui est dans le monde de la vigne depuis toujours. Car rien n'est du au hasard ni précipité.

« Mon père est viticulteur depuis trente ans, j'ai toujours été dans ce milieu. Et à un moment de ma vie, j'ai justement préféré revenir moi-même dans les vignes. C'est environ en 2010 que cette volonté est née », confie Angélique Neau. La jeune exploitante n'est cependant pas au bout de ses peines, et c'est un long parcours qui débute.

Car la jeune femme n'est pas immédiatement prête pour se lancer dans l'aventure, ni économiquement, ni professionnellement, ni en terme de compétences pures, surtout pour ce qui concerne la gestion et le rôle de chef d'exploitation. Elle qui est à ce moment-là en partie employée commerciale, et en partie employée sur l'exploitation familiale doit passer le BPREA, Brevet Professionnel Responsable d'Exploitation Agricole.

Une formation de six mois qu'elle choisit de passer à l'établissement de La Réole. En sachant que l'obtention de ce diplôme lui est nécessaire pour prétendre aux aides accordées aux Jeunes Agriculteurs. Aides non-négligeables dans la construction de son projet.

Les premiers contacts

Seul problème, si les terres disponibles à ce moment-là l'intéressent fortement, se situant sur la commune de Coirac où elle réside et où exploite son père, ou tout proche à Saint Brice (pour quelques hectares), le risque est que celles-ci soient vendues avant qu'elle ne puisse agir. « La Safer m'a alors proposé un portage foncier, justement pour que je puisse avoir le temps de suivre mes formations et effectuer mes démarches sans que ce foncier ne parte ailleurs », résume Angélique Neau.

Le portage lui sert alors d'outil précieux et sécurisant. « Les premiers contacts sont nés en 2014, et il est apparu évident que le système pouvait satisfaire autant les trois viticulteurs partants à la retraite et vendeurs qu'Angélique Neau », complète Hélène Dumas, conseillère foncier de la Safer et qui a suivi le dossier d'installation.

En 2015 donc, la Safer acquiert les neuf hectares de vignes disponibles, avec un système de mise à disposition des parcelles pour cinq ans au père d'Angélique Neau, qui a la charge de les exploiter. Le tout se fait grâce à une convention signée en mai 2014 également entre la Safer Aquitaine Atlantique et la Fédération des Coopératives Vinicoles d'Aquitaine (FCVA).

Dans le cas d'Angélique Neau, c'est avec la cave de Sauveterre-Blasimon que la Safer conclut le portage, cave où la future viticultrice a déjà émis le souhait d'adhérer dans le cadre de son installation. Ce contrat tripartite est une manière de sécuriser le système aussi. Si, après cinq ans, le porteur de projet n'est pas en mesure de racheter les parcelles à la Safer, c'est la cave qui s'y engage.

Céline Wlostowicer, présidente de la cave de Sauveterre-Blasimon, avec Clément Egana, qui a suivi le dossier d'Angélique Neau

Un outil économique

« C'est le premier dossier de portage que l'on a réalisé en partenariat avec une cave », glisse dailleurs Hélène Dumas. Du côté de la cave de Sauvette-Blasimon justement, la position est claire sur cet outil d'aide à l'installation : « L'idée n'est pas que la cave exploite les vignes en direct, mais bien qu'elle fasse vivre les territoires. L'intérêt n'est donc pas de jouer un rôle direct mais de faciliter l'installation de jeunes viticulteurs ou viticultrices », précise la directrice Céline Wlostowicer.

A l'été 2016, Angélique Neau obtient son diplôme, et continue son parcours ''administratif'', entre MSA, contrôle des douanes, CDOA (Commission Départementale d'Orientation Agricole). Elle s'installe à la fin de l'année, concrétisant finalement le portage financier mis en place seulement quelques mois avant.

Pour elle, cette solution du portage de foncier aura été la bonne. Elle lui aura laissé le temps de se former et de réaliser son projet d'installation sans être dans la précipitation, ce qui peut s'avérer dommageable, économiquement ou humainement. « Ce dossier est un bel exemple de portage financier. Il y avait une opportunité avec du foncier qui se libérait suite à des départs en retraite, et à côté une demande avec quelqu'un qui voulait s'installer mais n'était pas encore prêt », résume Hélène Dumas.

Mais cela reste un cas particulier. Et à chaque cas s'applique une solution. La conseillère Safer le reconnaît elle-même : « Le portage foncier permet de lancer la machine et d'être rôdé au moment de réaliser l'effort financier. Mais il y a d'autres outils à disposition. En ce moment, avec des taux d'intérêts bas, le portage n'est pas le plus plébiscité des systèmes. Mais il sera réutilisé dans l'avenir ».

 La convention de portage foncier entre la Safer et la cave de Sauveterre-Blasimon portait sur neuf hectares de vignes

Sylvain Desgroppes
Par Sylvain Desgroppes

Crédit Photo : Sylvain Desgroppes

Inno'action et agricultureCet article fait partie du dossier

Voir les autres articles de ce dossier
Partager sur Facebook
Vu par vous
32365
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Agriculture
Agriculture
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 20 + 17 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

A lire ailleurs sur aqui.fr