Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

23/10/18 : La diffusion de la mini-série TV, "Victor Hugo ennemi d'Etat", tournée en Dordogne, est annoncée pour les 5 et 6 novembre. Elle se présente en quatre épisodes et met en scène les comédiens Isabelle Carré et Yannick Choirat dans le rôle principal.

22/10/18 : La Rochelle : la Ville et la Chambre d'Agriculture organisent un marché fermier d'automne, le 27 octobre de 10h à 19h place de Verdun. Thématique : la citrouille, avec des ateliers confections de citrouilles d'Halloween pour les enfants de 14 à 17h.

22/10/18 : La Charente-Maritime lance son premier forum des emplois saisonniers ostréicoles mardi 30 octobre de 14h à 18h au foyer culturel de La Tremblade. Pole emploi propose aussi le 25 à 10h un atelier découverte des métiers ostreicoles (sur inscription).

20/10/18 : Malgré les grèves qui ont affecté son trafic cette année,l'aéroport de Biarritz-Pays basque franchit, dès ce week-end des vacances de la Toussaint, le cap du million de passagers.

19/10/18 : Un salon gratuit sur la maladie de Crohn, la rectocolite hémorragique, la Polyarthrite et les rhumatismes inflammatoires chroniques est organisé samedi 20 octobre, à la maison des associations de Mérignac.Au menu: conférences, stands d'info, ateliers+ d'info

19/10/18 : Le Festival Garorock et Olympia production, filiale de Vivendi, ont annoncé ce 18 octobre la conclusion d'un accord d'acquisition du premier par le second. La finalisation de cette acquisition devrait intervenir d’ici la fin de l’année.

18/10/18 : En 2018, le Festival Musicalarue organisé à Luxey (40) a accueilli 49 110 personnes. Combien seront-elles pour l'édition des 30 ans ? Les dates viennent d'être dévoilées : le rendez-vous est donné les 15, 16 et 17 août 2019 !

16/10/18 : Des opposants au projet du contournement de Beynac ont bloqué ce mardi à Vézac, les véhicules qui participaient à une visite de presse du chantier organisée par le Département. Sur décision de la préfecture, les gendarmes ont délogé les manifestants.

16/10/18 : Christelle Dubos, secrétaire de la commission des affaires économiques de l'Assemblée Nationale et députée girondine, a été nommée ce mardi secrétaire d'Etat auprès de la ministre des solidarités et de la santé, Agnès Buzyn.

16/10/18 : Remaniement - Christophe Castaner : ministre de l'Intérieur ; Marc Fesneau (MoDem) : secrétaire d'Etat aux relations avec le Parlement ; Franck Riester (Ex-LR) : ministre de la Culture ; Didier Guillaume (ex-PS) : ministre de l'Agriculture

16/10/18 : Remaniement suite - Jacqueline Gourault (MoDem) : ministre de la Cohésion des Territoires et des Collectivités Locales ; Marlène Schiappa : secrétaire d'Etat à l'Egalité Femmes-Hommes et à la lutte contre les discrimination

16/10/18 : Le 17 octobre à 11h15, un coaching des demandeurs d'emploi est organisé à la Chambre des Métiers et de l'Artisanat de Poitiers en vue de les accompagner avant le Forum emploi qui aura lieu le lendemain.

- Publicité -
S’abonner ici !
- Publicité -
  • 23/10/18 | Ford Blanquefort : le plan de Punch présenté

    Lire

    Des responsables de la société Punch ont été reçus ce mardi à Bordeaux à l'occasion d'une présentation officielle de leur projet de reprise de l'usine Ford de Blanquefort. Didier Lallemand, préfet de région, a souligné à la sortie "disposer d'une base qui paraît solide, il reste encore une négociation à avoir sur certains éléments sociaux. Le PSE serait une catastrophe. Il y a une reprise sérieuse, qui est financée, ce serait une trahison si demain Ford quittait la région sur de mauvaises raisons". De leurs côtés, les syndicats CGT, FO et CFTC appellent les salariés de l'usine à une manifestation jeudi 25 octobre à Bordeaux.

  • 23/10/18 | Girondins de Bordeaux : la vente repoussée.

    Lire

    La finalisation de la vente du club des Girondins de Bordeaux (entre M6 et GACP, qui devait avoir lieu ce matin dans un cabinet d'avocats parisiens, a été repoussée de quinze jours. Officiellement, un "retard de mise à disposition des fonds" a été évoqué. Pour le président du club, Stéphane Martin, c'est un problème "administratif". Cela confirme en tout cas les difficultés de GACP a réunir les 75 millions d'euros nécessaires. Ces derniers devraient cependant être débloqués dans la semaine. L'annonce d'un nouveau président, elle, devrait suivre.

  • 23/10/18 | Poitiers: Tous à la patinoire avec Pass’sport

    Lire

    Du 20 octobre au 4 novembre, la Communauté Urbaine de Grand Poitiers met en place son Pass’Sport. Il permet, pour les enfants des 40 communes jusqu’à 16 ans, un accès à la patinoire et le prêt de patins gratuitement tous les lundis, mardis, jeudis et vendredis de 14h30 à 17h. Pour obtenir le Pass’Sport, rdv dans la mairie de votre commune. Renseignements : 05 49 52 35 35 ou pass-sports@grandpoitiers.fr

  • 23/10/18 | La Rochelle : après les travaux, un exercice de protection contre les submersions

    Lire

    Suite aux travaux de protection contre les submersions marines menés dans le quartier du Gabut et de la Ville en Bois, la ville de La Rochelle va mener un exercice de simulation d'état d'alerte submersions, le vendredi 23 novembre à partir de 17h. Formés les 18 et 19 octobre, 18 des 26 agents chargés d'intervenir seront mobilisés pour mettre en place clapets et batardeaux entre le pont Scherzer et l'esplanade du Gabut pour un test grandeur nature avant l'hiver.

  • 22/10/18 | Le Plan Végétal Environnement est là !

    Lire

    Pour aider les agriculteurs à investir dans du matériel ou dans l’aménagement de leur exploitation, la Région Nouvelle-Aquitaine, les agences de l’eau Adour-Garonne et Loire-Bretagne, le FEADER, l’État et les collectivités territoriales lancent un nouvel appel à projets jusqu’au 31 mars 2019. Il permet de répondre à la réduction des pollutions et à l’optimisation de la consommation d’intrants ; à la réduction de l’érosion des sols ou à la réduction des prélèvements de la ressource en eau. Modalités et formulaire de réponse

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Agriculture | Le Projet Stratégique Agricole Aquitain : "un exercice salutaire" pour le Draaf Aquitaine

14/04/2011 |

De droite à gauche: Hervé Durand (Draaf) au coté de Dominique Graciet (Président de la Chambre régionale d'agriculture Aquitaine) et Jean-Pierre Reynaud (Vice-président de la Région Aquitaine en charge de l'agriculture)

Dans le cadre du Projet Stratégique Agricole Aquitain, les réunions de travail des grandes filières se succèdent. Cette première phase de réflexion sur les enjeux de l'agriculture d'Aquitaine touchera d'ailleurs bientôt à sa fin. Si la Chambre Régionale d'Agriculture est l'initiatrice et la coordinatrice du projet, de nombreux partenaires y participent. Parmi eux, en incontournable de l'agriculture régionale, la Direction régionale de l'alimentation, de l'agriculture et de la forêt. Hervé Durand, le Draaf, et son adjoint, Hervé Servat, nous livrent leur regard bienveillant sur ce projet en marche.

Enthousiaste. Tel est l'état d'esprit d'Hervé Durand à propos du PSAA, tant sur le fond que sur la forme d'ailleurs. « A titre personnel, je trouve que l'exercice est salutaire. Il répond à un réel besoin de jeter les bases d'une vraie politique agricole et agroalimentaire. On ne le perçoit pas toujours, mais l'Aquitaine est une des premières régions agricoles. Pourtant, assure-t-il, on peut aller plus loin. La marge de manœuvre est importante ». Mais pas à n'importe quel prix prévient-il : « cette marche en avant doit se faire sans altérer nos ressources ». Il insiste notamment sur l'irrigation rappelant qu' « il ne faut pas pousser plus avant le potentiel des terres irriguées. Les pistes d'évolution doivent d'abord et avant tout être cherchées sur les contraintes environnementales. »
Quant à la mise en œuvre partagée du projet, là encore le Directeur régional n'est que louanges : « ce projet est celui de la Chambre régionale d'agriculture mais ne peut pas être que celui de la Chambre régionale. C'est en effet, à l'ensemble de l'agriculture et de l'agroalimentaire de s'en emparer. Ce projet doit permettre de dépasser les approches partisanes et les visions trop réductrices de l'agriculture. C'est par l'échange et le débat, que l'on parviendra à dessiner des esquisses de compromis ». D'autant qu'en Aquitaine, « il y a une grande variété des agricultures. On peut par exemple souligner le dynamisme des installations dans les Pyrénées-Atlantiques, le poids viticole de la Gironde, le tourisme d'accueil à la ferme en Dordogne ou encore le modèle d'une agriculture très compétitive dans les Landes et dans le Sud Gironde. Il n'y a pas un seul et unique modèle d'agriculture mais au contraire beaucoup.» 

Vers un "modèle gagnant" pour les exploitations d'Aquitaine ?
Dans toutes ces diversités des points de convergences apparaissent pourtant : un mouvement de concentration, des exploitations qui vont de plus en plus vers un modèle d'entreprise, un poids des CUMA très important, de même que le poids des formes de travail en commun ou encore celui des entreprises de travaux agricoles... Alors, sur de telles observations peut-on y voir les attributs d'un « modèle gagnant » pour les exploitations agricoles aquitaines de demain ? Pour le Directeur régional et son adjoint, les choses sont claires : malgré ces convergences, « il n'y a pas de modèle dominant : dans chaque filière, il y a des pistes différentes à explorer. » Dans le secteur du lait par exemple, « on favorise des formes de travail différentes : les CUMA, le regroupement d'ateliers en commun, ce sont des solutions qui permettent de compenser le poids des investissements, la dureté du métier et les problèmes de main d'œuvre. Dans la viticulture où les choses restent difficiles en raison notamment de coûts de productions très élevés pour le Bordeaux vrac, les options sont aussi multiples. Quelques-uns choisissent la coopération, d'autres inventent de nouveaux services, tentent de réduire les coûts ou d'augmenter les prix... S'il y avait un modèle gagnant, ce serait trop simple. En vérité, tous les modèles peuvent être gagnants : tout dépend de la stratégie qu'on met en place derrière. Chercher à réduire le poids des investissements, à mutualiser les investissements, à réduire les coûts... plus qu'un modèle, c'est ça la dynamique gagnante ! » Hervé Servat de compléter : « Le « modèle gagnant », ça ne veut pas dire grand-chose : ça peut tout autant être des modèles qui vont vers la spécialisation (ex : le lait), que vers la diversification des activités... mais de toute façon, ce sont des choix qui s'avèreront « gagnants » que s'ils sont réfléchis et adaptés à la situation. Les circuits courts et la transformation peuvent augmenter la valeur ajoutée mais ce n'est pas vrai partout. » Pour Hervé Durand, c'est bien un véritable diagnostic de l'exploitation qu'il faut mener : connaître ses atouts, ses contraintes mais au-delà de ça, « il faut surtout voir comment on l'accompagne au quotidien, ce qui signifie « muscler » les politiques d'accompagnement. »

Des unités de transformation ancrées dans le territoire
Coté filière par contre, il n'y a pas de secret : pour garder une production en bonne santé, « il faut qu'elle soit structurée autour d'une unité de transformation, elle-même bien ancrée dans la région, et le PSAA l'a bien compris, puisqu'il tend à ancrer plus encore la transformation sur le territoire. Nous avons quelques beaux exemples en Aquitaines : le foie gras, le jambon de Bayonne ou encore  l'Osso Iraty qui crée une filière emblématique pour le lait de brebis grâce aux signes officiels de qualité ». Plus inattendue, le Draaf cite également l'aquaculture « une filière dans laquelle nous avons de belles entreprises et notamment deux qui sont leaders l'une nationale, l'autre européenne sur leur production, notamment en production de sushis ! ».
Enfin concernant la forêt, sa prise en compte par le PSAA, est également saluée par les deux hommes qui considérent que « là encore c'est un beau projet ! Les deux tempêtes ont été un véritable séisme pour les professionnels. Il faut désormais que les gens se parlent, et qu'on donne à l'interprofession les moyens d'agir. Maintenant le plan scolyte est finalisé, l'exploitation des chablis en cours et la reconstitution du massif débute. Désormais il faut une stratégie de sortie des bois des aires de stockages. Il faut des perspectives pour le massif aquitain. La forêt une ressource stratégique d'avenir, notamment sur le prix de l'énergie ; le bois connaît une attractivité qui ne va pas se démentir. » En clair, le Directeur régional et son adjoint en sont convaincus, « l'agriculture Aquitaine a de belles cartes à jouer » et, à les entendre, le Projet Stratégique Agricole Aquitain en est vraisemblablement une.

Solène Méric

Photo: Aqui.fr

Sur l'état des lieux des modèles d'exploitation existants, Hervé Durand précise que " les premiers résultats du recensement agricole tomberont fin juin début juillet". Organisée tous les dix ans cette étude donne une vision très précise des choses, notamment sur certaines filières habituellement difficiles à suivre telles que l'agriculture péri-urbaine ou encore les fruits et légumes. Cette année, 200 enquêteurs ont été mobilisés sur 55000 points d'entrée (c‘est-à-dire un lieu d'activité agricole, qui n'a pas forcément la forme juridique d'une exploitation mais qui produit ) dont 43000 exploitations. « Grâce à cette étude nous pourront connaître la réalité de toute la diversité des systèmes d'exploitation », assure Hervé Servat.

Partager sur Facebook
Vu par vous
1390
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Agriculture
Agriculture
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 26 + 16 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

A lire ailleurs sur aqui.fr