Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

28/10/20 : Le Festival international du Film d’Histoire de Pessac annonce l'annulation de sa 31ème édition aux dates initialement prévues du 16 au 23 novembre. Des réflexions sont en cours sur les modalités de valorisation des films sélectionnés en compétition.

28/10/20 : Le département des Landes est placé en état de vigilance jaune "Vagues Submersion" pour l’ensemble des communes du littoral du 28 octobre 13h00 au 29 octobre 18h00, entre forte houle, vagues puissantes, érosion dunaire et submersions locales...

28/10/20 : "Priorité à la protection sanitaire". Alors que le Festival Novaq devait s'ouvrir demain à la Rochelle, la Région Nouvelle-Aquitaine, organisatrice de cet évènement dédié à l'innovation, annonce son annulation. Un nouveau format est en réflexion.

26/10/20 : Dominique Bussereau président du département de Charente-Maritime et de l'ADF vient d'annoncer que le Congrès des Départements de France qui devait avoir lieu lieu les 5 et 6 novembre à La Rochelle est ajourné compte tenu de la situation sanitaire

24/10/20 : En raison du couvre-feu, la maire de Biarritz, Maïder Arosteguy a décidé d'instituer un stationnement de la ville gratuit en surface dès 18 heures, afin d'inciter les clients des restaurants de venir plus tôt dans ces établissements de la ville.

22/10/20 : Ce 22 octobre Jean Castex a annoncé 38 nouveaux départements et une collectivité d’Outre-mer la Polynésie soumis au couvre-feu de 21h à 6h dès demain soir. En Nouvelle-Aquitaine, Haute-Vienne et Pyrénées-Atlantiques sont concernés.

22/10/20 : Le Pôle Expérimental Métiers d’Art du Périgord-Limousin organise un marché des métiers d’art en plein air, sur la Place Alfred Agard à Nontron, le samedi 24 octobre de 10h à 18h, en remplacement du Salon de la Rue des métiers d'art, qui est annulé.

22/10/20 : La Rochelle : Michel Carmona, adjoint au maire depuis 2014, est décédé dimanche. Ses obsèques auront lieu vendredi à 15h30 au crématorium de Mireuil.

22/10/20 : Charente-Maritime : en plus d'une obligation de porter le masque dans 52 commune du département, le préfet de Charente-Maritime a pris un arrêté interdisant les buvettes et certaines restaurations dans les établissements sportifs.

21/10/20 : Le Conseil scientifique Covid 19 a dans un communiqué rendu public l'avis favorable donné au gouvernement le 19 octobre pour la prorogation du régime transitoire de l'urgence sanitaire jusqu'au 16 février et son prolongement jusqu'au 1° avril 2021.

20/10/20 : Municipales :A Saint Astier, en Dordogne, l'élection municipale, remportée par la maire sortante Elisabeth Marty (DVD) avec 17 voix d’avance, a été annulée ce mardi 20 octobre par le tribunal administratif de Bordeaux.

- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 28/10/20 | TBM: la fausse gratuité du tram

    Lire

    Surprise d'un certain nombre d'usagers du tram à Bordeaux qui, accédant aux rames, ont découvert ce 28 octobre, collés sur les valideurs, des stickers reprenant un visuel de TBM annonçant la gratuité des transports. Dans un communiqué Kéolis Bordeaux Métropole rappelle « que la validation reste obligatoire dans tout le réseau TBM »  et précise que « les contrôleurs face aux voyageurs sans titre de transport n'ont pas verbalisé, privilégiant le dialogue et expliquant qu'il s'agissait d'une information frauduleuse suite à une action revendiquée par le collectif « extinction rébellion » Keolis Bordeaux Métropole va porter plainte auprès de la Police.

  • 28/10/20 | Intempéries de mai : 14 communes en état de catastrophe naturelle

    Lire

    Dans un arrêté paru au Journal Officiel du 24 octobre, l'état de catastrophe naturelle a été reconnu dans 14 communes girondines suite aux violents épisodes de pluie survenus du 9 au 11 mai. En effet, des inondations et coulées de boues ont eu lieu dans les communes de Cadaujac, Romagne, Saint-Aubin de Branne, Saint Médard d'Eyrans, Gradignan, Targon, Ludon-Médoc, Le Pout, La Sauve, Coirac, Lanton, Saucats et Le Turan. Les sinistrés ont jusqu'au 3 novembre pour se rapprocher de leur compagnie d'assurance.

  • 28/10/20 | Charente-Maritime : Isabelle Blesson installée au conseil départemental

    Lire

    A l'occasion de l'ouverture de sa session d'automne, ce 26 octobre, le conseil départemental de la Charente-Maritime a introduit une nouvelle élue dans son assemblée : Isabelle Blesson. Jusqu'alors suppléante de la conseillère départementale Brigitte Favereau, cette pharmacienne basée à Saintes remplacera l'élue jusqu'aux prochaines élections départementales. Brigitte Favreau est décédée le 22 septembre dernier des suites d'une longue maladie.

  • 28/10/20 | 482 400 € pour l'ouverture d'une 1° année de Parcours d'Accès Spécifique Santé à Périgueux

    Lire

    La Région apportera 482 400 euros pour la première année de Parcours d'Accès Spécifique Santé (PASS) à Périgueux. Pour l'année universitaire 2020-21, les besoins sont les suivants : deux grandes salles permettant la diffusion des cours magistraux aux étudiants, des travaux de câblage pour les réseaux informatiques et deux salles immersives de manière à assurer l'ensemble des enseignements et tutorat délocalisés. La première promotion de 30 étudiants a fait sa rentrée en septembre.

  • 28/10/20 | Pour une meilleure connaissance des abeilles en Corrèze

    Lire

    Dans le cadre de l’appel à projets « Nature et transitions », l’association CPIE de la Corrèze souhaite s’engager dans un projet d’amélioration des connaissances sur les abeilles sauvages et souhaite mobiliser les acteurs locaux pour faire émerger des solutions concrètes de gestion des milieux en faveur de la pollinisation. Ce projet, nourrit de la richesse des compétences en matière d’animation territoriale, de création d’outils pédagogiques ou d’expertise scientifique bénéficie d’une aide de 18 135 euros de la Région Nouvelle-Aquitaine.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Agriculture | Les cours de la Limousine baissent encore durant la crise sanitaire

02/05/2020 |

JP Soularue

La crise du Covid-19 a entraîné une désorganisation pour la filière viande bovine limousine. Confinés sur leur exploitation, les éleveurs constatent un effondrement des cours qui met un peu plus en danger la pérennité de leur ferme. Seul point positif les consommateurs poussent à nouveau les portes des boucheries artisanales, contraints de respecter les restrictions de circulation.

Eleveur de limousines, Président de Limousin Promotion, de la coopérative GLBV et de la société d’abatage Viandes Limousin Sud, Jean-Pierre Bonnet est comme ses confrères, confiné sur son exploitation avec son attestation permanente d’exploitant qui simplifie ses déplacements. Le travail ne s'est pas arrêté pour répondre à la demande de ses clients. Si le marché a été relativement fluide durant les premières semaines du confinement, il a évolué aujourd’hui. « Au début, nous avions plus de demandes sur des animaux haut de gamme destinés à des boucheries traditionnelles et sous Label Rouge nous confie-t-il, le taurillon était relativement soutenu bien que les prix n‘étaient pas au rendez-vous et depuis deux semaines, c’est la catastrophe, les prix ne cessent de baisser. L’Italie n’est plus demandeuse de viande, elle consomme ses animaux et les prix sont aujourd’hui honteusement bas à 3,65 € le kilo payé à l’éleveur au lieu de 3,90 € il y a trois semaines soit environ 120 € de moins par bête. Cela ne couvre pas nos coûts de production et je ne vois pas d’amélioration dans un futur proche.» Les éleveurs ne pourront pas garder leurs taurillons au-delà de trois semaines pour éviter l’explosion des frais inhérents, surcoût de nourriture, poids ne correspondant plus au marché, stocks de foin et d’enrubannage réduits sur les exploitations suite à deux années de sécheresse et arrivée de la nouvelle génération pour l’engraissement. Ils comptent sur la vente de leurs jeunes bovins pour payer les semences de maïs, prêtes à planter, et l’alimentation du bétail. « La seule bonne nouvelle concerne la boucherie traditionnelle car les stocks ne sont pas restés dans les fermes révèle Jean-Pierre Bonnet, les prix sont toujours aussi bas 4,20 € à 4,30 €/ kg pour une génisse alors qu’il faudrait 5 €. Pour les vaches limousines, c’est 4,30 € à 4,40 €/kg contre 5,20 € pour couvrir les coûts de production. » Il se réjouit du changement chez les consommateurs qui sont allés chez leur boucher de quartier qui s’approvisionne auprès d’éleveurs locaux. « La boucherie a fortement progressé précise-t-il, certaines ont doublé leurs ventes mais personne ne sait si les consommateurs reviendront après en grandes surfaces lorsque leur rayon traditionnel rouvrira. Une dizaine de restaurateurs sous Label Rouge ont également fermé, ils vont mal et certains s’interrogent pour déposer le bilan. » Enfin, l’éleveur redoute des soubresauts dans les campagnes avec une année qui s’annonce encore plus compliquée. « On ne peut pas continuer comme ça, il faut que les cours repartent à la hausse et pour cela on doit dégager quelques taurillons du marché estime-t-il. Certains éleveurs arrêtent l’engraissement tandis que d’autres vont cesser leur activité, ça gronde dans les fermes et le risque est grand de descendre dans la rue. »

Marché tendu pour le veau sous la mère

Les éleveurs de veaux sous la mère ne sont pas épargnés par la crise qui grève un peu plus leur trésorerie déjà mise à mal par une conjoncture défavorable ces dernières années. Le Limousin et majoritairement la Corrèze, berceau historique de cette production, regroupe près de la moitié de la production sur les 46 000 animaux produits par an sous Label Rouge par 2 300 éleveurs dont 1 500 sont en Limousin. Si plus de 80 % de la production provient de la région Nouvelle-Aquitaine, la part des veaux produits sous signe officiel de qualité ne représente que 5,6 % de la production française. Eleveur de veaux sous la mère installé en Corrèze, Jean-Pierre Soularue, président du CIVO, le Comité interprofessionnel du veau sous la mère, a aussi perçu ce changement de consommation. « Personne n’aurait pu imaginer que cette pandémie puisse nous perturber à ce point assure-t-il, le Covid nous a ramenés à l’essentiel à savoir, se nourrir. Les consommateurs se sont rués en grandes surfaces, il y a eu des problèmes d’approvisionnement, des ruptures de produits comme la farine. Les gens ont ensuite changé leurs habitudes en allant dans les commerces de proximité et en faisant confiance aux produits locaux que ce soit les fruits, les légumes et la viande. Pour le veau sous la mère, nous avons vu une forte hausse des points de vente en boucheries traditionnelles, le consommateur est revenu vers son boucher pour avoir de la qualité et être rassuré sur le produit, le veau sous la mère répond entièrement à cette attente.» Il est élevé sur des exploitations familiales de petite et moyenne taille qui produisent 40 veaux par an en moyenne. Produit festif, le veau accompagne les réunions de famille, interdites à cause du Covid-19. « Nous espérons qu’après le confinement, le veau sera le plat qui accompagnera les rassemblements familiaux attend Jean-Pierre Soularue, je souhaite que demain nous mangions moins de viande mais qu’elle soit de meilleure qualité. Cela vaut aussi pour les autres productions françaises, que ce soit le lait ou les primeurs. J’aimerai que le consommateur tire les leçons de cette épidémie et prenne conscience que la nourriture est essentiel et qu’il faut la préserver. »

Un boucher débordé de commandes

 Guy Salesse

Guy Salesse a repris la Boucherie des Arènes à Limoges en 2008 puis il a ouvert un restaurant spécialisé en burgers. Fervent défenseur des produits de qualité du Limousin, il travaille des carcasses entières de boeuf et de veau Blason Prestige issus d’élevages locaux. Pour lui, cette crise sanitaire est l’occasion d’étoffer sa clientèle et de valoriser son métier. « Je n’ai ressenti aucun effet négatif admet-il, au contraire comme les gens sont confinés et que les enfants ne vont plus à l’école, ils consomment à la maison et achètent dans les magasins de proximité. Cela se ressent nettement sur mon chiffre d’affaires. » S’il a fermé son restaurant au début, il l’a rouvert voilà deux semaines en proposant un service à emporter et des livraisons. « Depuis dix jours, c’est la folie avec 120 personnes essentiellement le soir contre 80 à 100 par jour avant la crise. Les salariés du restaurant sont en chômage partiel mais un ou deux rembaucheront la semaine prochaine pour répondre à la demande. J’ai fermé la boucherie l’après midi car les gens sortent moins mais je travaille très bien le matin. » Il espère que lors du déconfinement, les gens du quartier continueront à venir dans sa boucherie, certains l’ayant découverte à cette occasion. « C’est bénéfique pour les commerçants de la rue, les gens font leurs courses sur place pour éviter d’aller dans les grandes surfaces et d’être les uns sur les autres. Un client m’a encore dit ce matin qu’il continuerait de venir car il était content du service rendu et de la qualité des produits. » Peut-être le retour en grâce des commerces de proximité après des années de vache maigre.

Corinne Merigaud
Par Corinne Merigaud

Crédit Photo : CIVO/Guy Salesse

Inno'action et agricultureCet article fait partie du dossier

Voir les autres articles de ce dossier
Partager sur Facebook
Vu par vous
9120
Aimé par vous
1 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Agriculture
Agriculture
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 31 + 16 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

A lire ailleurs sur aqui.fr
La variété hybride Marigoule est particulièrement sensible aux attaques de cynips. Agriculture | 28/10/2020

Haute-Vienne : Les producteurs de marrons châtaignes alertent le préfet

Baptiste Carrère producteur de canards à Malaussanne (64), a pris la présidence de Bienvenue à la Ferme 64 Agriculture | 27/10/2020

Bienvenue à la ferme 64 : des projets florissants malgré le contexte

Illustration installation - transmission en maraîchage Agriculture | 23/10/2020

Transmission agricole : Safer, collectivités et chambre d'agriculture 64 alliées au plus proche du terrain

Une partie du coteau bordant les vignes de Pierre Tourré s'est effondrée suites à la pluie du 11 mai Agriculture | 21/10/2020

Les pluies du mois de mai mettent en danger des vignerons de Loupiac

La famille Massé, installée à Rouillac, fait partie des 150 exploitations certifiées par l’interprofession Agriculture | 15/10/2020

Charente : vers un cognac 100% durable en 2030

Roland de Lary, directeur du CRPF Agriculture | 05/10/2020

Filière bois : trois questions à Roland de Lary, directeur du Centre Régional de la Propriété Forestière

Danièle Marcon, présidente de la section tomate de l'AIFLG Agriculture | 04/10/2020

L'IGP, une urgence pour la survie pour la Tomate de Marmande

Marché de producteurs Agriculture | 02/10/2020

Les circuits courts au menu du 6ème Agrinovembre

Bernard Layre, Présidnt de la Chmabre d'agriculture des Pyrénées-Atlantiques et Eric Spitz Préfet du département Agriculture | 01/10/2020

Un nouveau tournant vers la transition environnementale pour l'agriculture des Pyrénées-Atlantiques

Le Palso est une association représentant les acteurs de la filère palmipède du grand Sud-Ouest Agriculture | 30/09/2020

Un vingtième anniversaire particulier pour l’IGP Foie Gras du Sud-Ouest

Pierre Courdurié en train de travailler le raisin en fermentation Agriculture | 25/09/2020

Vendanges : rencontre avec Pierre Courdurié, vigneron à Saint-Christophe-des-Bardes

Le périgourdin Didier Gouraud à la tête d'Interbev Nouvelle Aquitaine Agriculture | 20/09/2020

Le périgourdin, Didier Gouraud, à la tête de la filière viande en Nouvelle-Aquitaine

Safer Nouvelle-Aquitaine Agriculture | 17/09/2020

La Safer tire son bilan régional

Anthony Brun dans sonexploitation de Saint-Bonnet sur Gironde Agriculture | 17/09/2020

Vendanges : le terroir de cognac sauve les meubles

Anne Fichet au milieu de ses fleurs Agriculture | 11/09/2020

De la plante à l'hydrolat, l'agriculture dans le respect du vivant chez Anne Fichet à Saint-Savinien (17)