Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

04/06/20 : Sophie Cluzel, secrétaire d’État chargée des Personnes handicapées, se rend le 5 juin à Bordeaux, pour le pré-lancement du 800 360 360 : un numéro vert d’appui pour les personnes en situation de handicap et les aidants dans le cadre de la crise.

03/06/20 : La Rochelle : La ligne La Rochelle – Lyon redémarrera le 15 juin, à raison de 3 rotations hebdomadaires les lundis, mercredis et vendredis, avec le maintien de 2 fréquences par semaine au mois d’août (les lundis et vendredis).

03/06/20 : Le ministre de l’Agriculture et de l’Alimentation, Didier Guillaume, se rend en Gironde, les 3 et 4 juin, pour valoriser la reprise des activités ostréicoles et agrotouristiques,au programme notamment la visite du marché des Capucins à Bordeaux.

03/06/20 : La Rochelle : près de 300 établissements représentants environ 1 300 salariés qui ont repris leur activité depuis hier.

03/06/20 : Le maire de Biarritz, Michel Veunac, 12,55% des suffrages au 1er tour a jeté l'éponge. Barre à gauche pour Guillaume Barucq, Maintient de J.B. Saint-Cricq et Nathalie Motsch en solo. Cap constant pour la leader M. Arosteguy. Bref une quadruple à Biarritz.

29/05/20 : Municipales : A Melle (79), la liste menée par Sarah Klingler ayant obtenu la majorité absolue (28 voix) au premier tour, le conseil a été installé hier, avec 9 postes d'adjoints créés, avec Jérôme Texier et Favienne Manguy comme 1er et 2e adjoints.

27/05/20 : Les 11 Clowns Stéthoscopes organisent une "déambulade festive" aux fenêtres des patients qu’ils ont l’habitude de côtoyer au CHU de Bordeaux à l'Hôpital des enfants afin de renouer le lien physique rompu par le confinement, le 29 mai dès 15h00.

26/05/20 : Le Conseil municipal de Libourne a réélu à sa tête Philippe Buisson. Laurence Rouède se voit confier la délégation de 1ere adjointe, déléguée à la coordination des activités municipales, aux ressources humaines, à l’urbanisme et au foncier.

25/05/20 : Le secrétaire d'État en charge du tourisme, Jean-Baptiste Lemoyne, a assuré que l'exécutif réfléchissait à un "élargissement significatif" de la limite de déplacement (100 km autour du domicile), qui pourrait entrer en vigueur la semaine prochaine.

22/05/20 : Dans le cadre de la célébration de la Journée Mondiale des Oiseaux Migrateurs, les 24 et 31 mai 2020 à Vitrezay, BioSphère Environnement propose 2 sorties de découverte des oiseaux des marais de Gironde, de 8h30 à 10h30. Réservations: 05 46 49 89 89.

19/05/20 : Allant dans le sens de la déclaration du Premier Ministre ce matin, le préfet des Pyrénées Atlantiques Eric Spitz déclare que les Bordelais et les Toulousains en zone verte pourraient venir en vacances en juillet et août dans les Pyrénées Atlantiques

15/05/20 : Initialement prévu le samedi 12 septembre prochain, la 36ème édition du marathon des Châteaux du Médoc est reportée au samedi 11 septembre 2021.

- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 04/06/20 | Municipales à Saint-Médard-en-Jalles (33) : J. Mangon et S. Bessière signent le Pacte pour laTransition

    Lire

    L'équipe "Rassemblons-nous sur l'essentiel!", issue de la fusion des listes "Saint-Médard, naturellement!" et " Mieux vivre Saint-Médard", conduites par Jacques Mangon, le maire sortant, et Stéphane Bessière, vient de signer un Pacte pour la Transition composé de 32 engagements en matière de transition écologique, justice sociale et démocratie locale.

  • 04/06/20 | A Eysines, le conseil municipal installé

    Lire

    Christine Bost, la maire sortante d’Eysines et réélue en mars dernier, vient d’installer son nouveau conseil municipal. Un conseil constitué de 29 conseillères et conseillers issu·es de la liste Eysines durablement menée par Christine Bost, de 4 conseillères et conseillers issu·es de la liste Fiers d'Eysines menée par Arnaud Derumaux et de 2 conseillères et conseillers issu·es de la liste Vivre mieux ensemble menée par Nadine Jimenez-Sanguinet.

  • 04/06/20 | Municipales : A Coulounieix Chamiers, ce sera au final un duel droite gauche

    Lire

    A Coulounieix Chamiers (24) où l'abstention avait été forte, à l'issue du 1er tour des municipales, quatre listes pouvaient se maintenir. Au final, deux listes ont été déposées hier en préfecture. A gauche comme à droite, c'est la fusion qui a été décidée. Vincent Belloteau, conduira la liste de gauche avec en 2e position sur la liste Mireille Bordes, qui était arrivée 4e le 15 mars. Il sera opposé à la liste conduite par Thierry Cipierre, qui accueille six personnes de la liste d'Yves Schricke, qui s'est retiré.

  • 04/06/20 | Phare de Cordouan : reprise des travaux

    Lire

    Suspendus durant le confinement, les travaux du phare de Cordouan ont repris. Ils vont s'échelonner jusqu'au 10 juillet pour laisser la place à l'accueil des visiteurs cet été. Ils reprendront l'hiver prochain pour une livraison au printemps 2021. Les visites estivales devraient se faire par petits groupes, dont le nombre pourrait varier en fonction des protocoles sanitaires demandés par l'Etat.

  • 04/06/20 | Municipales : la gauche groupée à Villenave d’Ornon (33)

    Lire

    PS, EELV, PCF, PRG, Nouvelle Donne, Les Radicaux de Gauche, Place Publique, Changer, La France Insoumise et Villenave en commun unis pour le 2nd tour des élections municipales du 28 juin prochain. « Stéphanie Anfray rassemble toute la gauche pour enfin réussir l’alternance et construire avec les habitant.e.s de Villenave d’Ornon des solutions aux problèmes écologiques, sociaux et sanitaires que la crise du Covid-19 exacerbe déjà ». la gauche est à moins de 500 voix du Maire sortant et pour la première fois depuis 25 ans, le maire sortant a été mis en ballotage à l’issue du 1er tour.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Agriculture | Les cours de la Limousine baissent encore durant la crise sanitaire

02/05/2020 |

JP Soularue

La crise du Covid-19 a entraîné une désorganisation pour la filière viande bovine limousine. Confinés sur leur exploitation, les éleveurs constatent un effondrement des cours qui met un peu plus en danger la pérennité de leur ferme. Seul point positif les consommateurs poussent à nouveau les portes des boucheries artisanales, contraints de respecter les restrictions de circulation.

Eleveur de limousines, Président de Limousin Promotion, de la coopérative GLBV et de la société d’abatage Viandes Limousin Sud, Jean-Pierre Bonnet est comme ses confrères, confiné sur son exploitation avec son attestation permanente d’exploitant qui simplifie ses déplacements. Le travail ne s'est pas arrêté pour répondre à la demande de ses clients. Si le marché a été relativement fluide durant les premières semaines du confinement, il a évolué aujourd’hui. « Au début, nous avions plus de demandes sur des animaux haut de gamme destinés à des boucheries traditionnelles et sous Label Rouge nous confie-t-il, le taurillon était relativement soutenu bien que les prix n‘étaient pas au rendez-vous et depuis deux semaines, c’est la catastrophe, les prix ne cessent de baisser. L’Italie n’est plus demandeuse de viande, elle consomme ses animaux et les prix sont aujourd’hui honteusement bas à 3,65 € le kilo payé à l’éleveur au lieu de 3,90 € il y a trois semaines soit environ 120 € de moins par bête. Cela ne couvre pas nos coûts de production et je ne vois pas d’amélioration dans un futur proche.» Les éleveurs ne pourront pas garder leurs taurillons au-delà de trois semaines pour éviter l’explosion des frais inhérents, surcoût de nourriture, poids ne correspondant plus au marché, stocks de foin et d’enrubannage réduits sur les exploitations suite à deux années de sécheresse et arrivée de la nouvelle génération pour l’engraissement. Ils comptent sur la vente de leurs jeunes bovins pour payer les semences de maïs, prêtes à planter, et l’alimentation du bétail. « La seule bonne nouvelle concerne la boucherie traditionnelle car les stocks ne sont pas restés dans les fermes révèle Jean-Pierre Bonnet, les prix sont toujours aussi bas 4,20 € à 4,30 €/ kg pour une génisse alors qu’il faudrait 5 €. Pour les vaches limousines, c’est 4,30 € à 4,40 €/kg contre 5,20 € pour couvrir les coûts de production. » Il se réjouit du changement chez les consommateurs qui sont allés chez leur boucher de quartier qui s’approvisionne auprès d’éleveurs locaux. « La boucherie a fortement progressé précise-t-il, certaines ont doublé leurs ventes mais personne ne sait si les consommateurs reviendront après en grandes surfaces lorsque leur rayon traditionnel rouvrira. Une dizaine de restaurateurs sous Label Rouge ont également fermé, ils vont mal et certains s’interrogent pour déposer le bilan. » Enfin, l’éleveur redoute des soubresauts dans les campagnes avec une année qui s’annonce encore plus compliquée. « On ne peut pas continuer comme ça, il faut que les cours repartent à la hausse et pour cela on doit dégager quelques taurillons du marché estime-t-il. Certains éleveurs arrêtent l’engraissement tandis que d’autres vont cesser leur activité, ça gronde dans les fermes et le risque est grand de descendre dans la rue. »

Marché tendu pour le veau sous la mère

Les éleveurs de veaux sous la mère ne sont pas épargnés par la crise qui grève un peu plus leur trésorerie déjà mise à mal par une conjoncture défavorable ces dernières années. Le Limousin et majoritairement la Corrèze, berceau historique de cette production, regroupe près de la moitié de la production sur les 46 000 animaux produits par an sous Label Rouge par 2 300 éleveurs dont 1 500 sont en Limousin. Si plus de 80 % de la production provient de la région Nouvelle-Aquitaine, la part des veaux produits sous signe officiel de qualité ne représente que 5,6 % de la production française. Eleveur de veaux sous la mère installé en Corrèze, Jean-Pierre Soularue, président du CIVO, le Comité interprofessionnel du veau sous la mère, a aussi perçu ce changement de consommation. « Personne n’aurait pu imaginer que cette pandémie puisse nous perturber à ce point assure-t-il, le Covid nous a ramenés à l’essentiel à savoir, se nourrir. Les consommateurs se sont rués en grandes surfaces, il y a eu des problèmes d’approvisionnement, des ruptures de produits comme la farine. Les gens ont ensuite changé leurs habitudes en allant dans les commerces de proximité et en faisant confiance aux produits locaux que ce soit les fruits, les légumes et la viande. Pour le veau sous la mère, nous avons vu une forte hausse des points de vente en boucheries traditionnelles, le consommateur est revenu vers son boucher pour avoir de la qualité et être rassuré sur le produit, le veau sous la mère répond entièrement à cette attente.» Il est élevé sur des exploitations familiales de petite et moyenne taille qui produisent 40 veaux par an en moyenne. Produit festif, le veau accompagne les réunions de famille, interdites à cause du Covid-19. « Nous espérons qu’après le confinement, le veau sera le plat qui accompagnera les rassemblements familiaux attend Jean-Pierre Soularue, je souhaite que demain nous mangions moins de viande mais qu’elle soit de meilleure qualité. Cela vaut aussi pour les autres productions françaises, que ce soit le lait ou les primeurs. J’aimerai que le consommateur tire les leçons de cette épidémie et prenne conscience que la nourriture est essentiel et qu’il faut la préserver. »

Un boucher débordé de commandes

 Guy Salesse

Guy Salesse a repris la Boucherie des Arènes à Limoges en 2008 puis il a ouvert un restaurant spécialisé en burgers. Fervent défenseur des produits de qualité du Limousin, il travaille des carcasses entières de boeuf et de veau Blason Prestige issus d’élevages locaux. Pour lui, cette crise sanitaire est l’occasion d’étoffer sa clientèle et de valoriser son métier. « Je n’ai ressenti aucun effet négatif admet-il, au contraire comme les gens sont confinés et que les enfants ne vont plus à l’école, ils consomment à la maison et achètent dans les magasins de proximité. Cela se ressent nettement sur mon chiffre d’affaires. » S’il a fermé son restaurant au début, il l’a rouvert voilà deux semaines en proposant un service à emporter et des livraisons. « Depuis dix jours, c’est la folie avec 120 personnes essentiellement le soir contre 80 à 100 par jour avant la crise. Les salariés du restaurant sont en chômage partiel mais un ou deux rembaucheront la semaine prochaine pour répondre à la demande. J’ai fermé la boucherie l’après midi car les gens sortent moins mais je travaille très bien le matin. » Il espère que lors du déconfinement, les gens du quartier continueront à venir dans sa boucherie, certains l’ayant découverte à cette occasion. « C’est bénéfique pour les commerçants de la rue, les gens font leurs courses sur place pour éviter d’aller dans les grandes surfaces et d’être les uns sur les autres. Un client m’a encore dit ce matin qu’il continuerait de venir car il était content du service rendu et de la qualité des produits. » Peut-être le retour en grâce des commerces de proximité après des années de vache maigre.

Corinne Merigaud
Par Corinne Merigaud

Crédit Photo : CIVO/Guy Salesse

Inno'action et agricultureCet article fait partie du dossier

Voir les autres articles de ce dossier
Partager sur Facebook
Vu par vous
7903
Aimé par vous
1 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Agriculture
Agriculture
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 6 + 12 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

A lire ailleurs sur aqui.fr
Huîtres Nouvelle-Aquitaine Agriculture | 04/06/2020

Nouvelle-Aquitaine : l'ostréiculture attend un second souffle (mise à jour)

de gauche à droite : Anne-Hélène Vialaneix et Eric Lugas (Distillerie Du Grand Nez), Fanny Madrid et Lucie Le Bouteiller (Hopen / Terre de houblon), Frédérique Ripet (Api & Bee), Samuel Larigaldie (MécaConcept 47), Christian Fontes et Gilles Soulies (TBMI Agriculture | 03/06/2020

Agrinove, un poumon économique au cœur du néracais

Roland Cayrol, à g., aux côtés de Joël Aubert en avril 2019. Agriculture | 28/05/2020

"Nos agriculteurs, on les aime encore plus après la crise!", Roland Cayrol, politologue

Hervé Gillé Agriculture | 27/05/2020

Distillation de crise : trois questions à Hervé Gillé, sénateur girondin

Les débats de la Semaine de l'agriculture se sont déroulés depuis le pavillon des Arts à Pau Agriculture | 26/05/2020

Retour sur le succès de la Semaine de l'Agriculture : « On a su faire du bruit ! »

Champ de maïs dans les Landes Agriculture | 25/05/2020

Emploi agricole: Recrutements massifs de saisonniers chez Euralis et Maïsadour

Semaine Agriculture Agriculture | 21/05/2020

Quand l'agriculture débat de son avenir

Journée Installation-Transmission 2020 Agriculture | 20/05/2020

La coopération agricole, un soutien de choix lors de l'installation des jeunes agriculteurs

Prendre soin du climat Agriculture | 20/05/2020

Prendre soin du climat : une préoccupation qui touche aussi l’agriculture

L'élevage a t_il un avenir en Europe, un débat du salon régional de l'agriculture Agriculture | 20/05/2020

L'élevage et l'alimentation en débat sur la Semaine de l'agriculture Nouvelle-Aquitaine

Etats généraux de l'innovation2020 retransmis sur agriweb.tv Agriculture | 20/05/2020

Autonomie protéique des élevages : quelles perspectives en Nouvelle-Aquitaine ?

Une Blonde d'Aquitaine, s'apprête à participer à un concours de race Agriculture | 19/05/2020

Jeunesse et passion de l'élevage ouvrent la Semaine de l'agriculture

Inauguration de la Semaine de l'Agriculture avec Jean-Pierre Raynaud, Alain Rousset et Dominique Graciet Agriculture | 18/05/2020

La Semaine de l'agriculture inaugurée: " Place aux agrosolutions ! "

Julien Biteau avec ses Blondes d'Aquitaine à Champdolent Agriculture | 14/05/2020

A Champdolent (17), l'aide à l'installation a permis à un jeune de renouer avec la tradition familiale

Paroles d'agriculteurs Agriculture | 14/05/2020

"Paroles d'agriculteurs", met en lumière les exploitants de Nouvelle-Aquitaine sur AgriwebTV !