Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

18/07/19 : Suite à l’interruption à mi-spectacle du traditionnel feu d'artifice du 14 juillet sur les quais de Bordeaux, pour cause d'incendie sur la barge de tir, Nicolas Florian a décidé d'en proposer un nouveau le samedi 7 septembre pour marquer la rentrée.

18/07/19 : Le 2 Juillet dernier, la Fondation Poitiers Université a élu Marc Bonassies, directeur départemental de la Banque Populaire Val de France, comme Président. Il succède à Roger Belot, président de la Fondation depuis juillet 2015.

18/07/19 : La ville de Biarritz vient d’être condamnée par le tribunal de Pau à verser 1730 € au Comité de Liaison du Camping-car. En cause: 15 panneaux d’interdiction de stationnement pour les camping-cars. Déjà désavouée, elle avait un mois pour les retirer

18/07/19 : Nouvelle mesure de restriction d’irrigation sur le bassin du Clain. En effet, les prélèvements d’eau en rivière destinés à l’irrigation agricole, rattachés à la borne de Vouneuil-sous-Biard, seront interdits à partir de 8 h, ce vendredi 19 juillet.

17/07/19 : Ce vendredi 19 juillet à 11 h, dans l’hémicycle de l’Hôtel du Département à Agen, une session spéciale se tiendra lors de laquelle les élus départementaux se prononceront sur le lancement d’un budget participatif citoyen et sa mise en oeuvre.

17/07/19 : CAN 2019. Dans le cadre de la finale de la Coupe d'Afrique des Nations, qui verra s'opposer vendredi soir le Sénégal à l'Algérie, et afin d'éviter tout débordement, la Ville d'Agen fermera les principaux axes de circulation entre 20h et 2h du matin.

17/07/19 : La Cité du Vin réduit ses tarifs! Les porteurs de la Carte Jeune de Bordeaux Métropole bénéficient dorénavant de 20 % de réduction pour le porteur de la carte, et également pour l'accompagnant adulte quand le porteur a moins de 16 ans.

17/07/19 : Marc Médeville, succéde à Bernard Farges à la tête des Bordeaux et Bordeaux supérieurs avec 2 priorités de mandat: la reconquête des parts de marché auprès des professionnels et l'inscription de 100% des AOC dans des démarches environnementales.

17/07/19 : Elizabeth Borne nommée ministre de la transition écologique va cumuler ce poste avec celui des Transports qu'elle occupait déjà mais sans rang de ministre d'Etat comme son prédécesseur François de Rugy.

16/07/19 : L'allemande Ursula Von der Leyen a été élue ce 16 juillet présidente de la Commission européenne à une courte majorité - 383 voix sur 747 membres - par le parlement de Strasbourg après un discours où elle avait annoncé un « green deal » pour l'Union.

16/07/19 : Le maire de Cenon sur la rive droite de Bordeaux qui s'oppose à l'occupation illégale du parc du Loret par quelques 200 caravanes "évangélistes" de passage s'est vu notifier l'obligation préfectorale d'accepter leur présence jusqu'au 24 juillet.

16/07/19 : Elections municipales 2020: ce sera les 15 et 22 mars a fait savoir le ministère de l'intérieur ce 16 juillet avec comme date limite de dépôt des candidatures le 27 février.

- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 18/07/19 | Le Phare de Cordouan élu phare de l'année

    Lire

    En attendant la décision de l'Unesco sur son éventuel classement au patrimoine mondial, le Phare de Cordouan a été élu "phare de l'année" par l'association internationale de la signalisation maritime". Ce trophée purement symbolique a été remis ce jeudi à la présidente du Syndicat mixte pour le développement durable de l'estuaire de la Gironde (SMIDDEST) Françoise de Roffignac, par la nouvelle préfète de région Fabienne Buccio. De quoi patienter en attendant le verdict de l'Unesco, dans un an.

  • 18/07/19 | Emmaüs Gironde réintégrée

    Lire

    Le tribunal de grande instance de Bobigny vient d'annuler les décisions de l'assemblée générale d'Emmaüs France du 23 mai actant l'exclusion d'Emmaüs Gironde face à ce que l'instance nationale dénonçait comme une "gestion opaque". "Le tribunal considère que les conditions d'exclusion n'ont pas été régulières et que l'importance des manquements d'Emmaüs France dans le traitement de ce dossier, a porté préjudice à l'image d'Emmaüs Gironde et à sa crédibilité sur le territoire", a ainsi souligné l'avocat d'Emmaüs Gironde, maître Galinat. Un administrateur judiciaire a été demandé, la décision doit être rendue le 29 juillet prochain.

  • 18/07/19 | Une AMAP arrive à Ludon-Médoc

    Lire

    En Gironde, des "consomacteurs" de Ludon et du Pian adhérents de l’AMAP de Parempuyre ont décidé d’en ouvrir une nouvelle à Ludon-Médoc. Grâce à la mise à disposition d’un local par la Mairie de Ludon ainsi qu’au soutien des maraîchers eysinais Aurore et Philippe Sournac, l’AMAP a pu voir le jour. L’objectif est de rassembler des agriculteurs et les consommateurs. Deux réunions d’information vont avoir lieu à cet effet ; une le 22 juillet à Ludon et une le 24 juillet au Pian.

  • 18/07/19 | Les Jeudis de l'océan de Biarritz proposent six soirées gratuites

    Lire

    Depuis quelques années, pendant l'été, Biarritz Evénement propose des spectacles gratuits diurnes - à partir de 18 heures- et nocturnes dans les Jardins de la Cité de l'Océan, au sud de la ville quartier Ilbarritz. Six sont programmés à partir de ce soir et jusqu'au 29 août. Danse, chansons, films en constituent le menu. Le 16 août sera dédié au 50e anniversaire du Festival de Woodstock et le répertoire des chansons mythiques du Flower Power. Ce soir, la Biarritz Dance School et le Léon Newars show. Sur fond de coucher de soleil….

  • 18/07/19 | "AVC tous concernéS" sur les plages de NA

    Lire

    Du 21 au 27 juillet, "AVC tous concernéS" mène une action de prévention des AVC sur les plages de Nouvelle-Aquitaine baptisée "#MinibusAVC sur les plages de Nouvelle-Aquitaine pour prévenir les AVC auprès des vacanciers". Ainsi, de 10h à 17h le 21 jt à Saint-Trojan (17), le 22 jt à Lacanau (33), le 23 jt à Lège-Cap-Ferret (33), le 24 jt à Arcachon (33), le 25 jt à Mimizan (40) le 26 jt à Moliets-Plage (40) et le 27 jt à Anglet (64).

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Agriculture | Les couverts végétaux cultivent leurs intérêts

05/04/2019 |

Agro Réseau 64

Avec ses 100 adhérents béarnais et basques, l’association Agro Réseau 64 (GIEE), soutenue par la chambre d’agriculture des Pyrénées-Atlantiques, continue à explorer l’ensemble des pistes agronomiques autour de l’agroécologie. Ce mois de mars, dans le cadre de la « Quinzaine de l’Agro Réseau 64 », le réseau a multiplié les temps forts avec des visites de parcelles, des conférences et plusieurs diffusions cinématographiques (N.D.L.R. avec le film « Bienvenue les vers de terre » de François Stuck diffusé au cinéma de Lescar, d’Hasparren et de Vic-en-Bigorre). Pour ses protagonistes, l’objectif est d'ouvrir le débat plus largement autour de l’agriculture de conservation, la préservation des sols et des couverts végétaux. Chez Abel Caubios, agriculteur à Montaner et adhérent du réseau, une vingtaine de personnes s’est réunie sur l’une de ses parcelles pour un passage à la loupe du développement de plusieurs types de couverts végétaux.

Aujourd’hui, l’agriculture de conservation apporte des éléments de réponses aux enjeux réglementaires, sociétaux, environnementales et économiques. C’est pourquoi, depuis maintenant quelques années, les agriculteurs sont de plus en plus nombreux à développer de systèmes de production agroécologiques visant à diminuer les pressions sur l’environnement comme la réduction des émissions de gaz à effet de serre et l’usage des produits phytosanitaires. Dans les faits, ils simplifient leur itinéraire technique culturale pour limiter l’érosion (N.D.L.R. dégradation des sols par les pluies et le travail mécanisé du sol) en favorisant les rotations culturales pour gérer la pression des adventices et intègrent des couverts végétaux entre deux cultures.

Gain de temps

La mise en place d’une couverture végétale est très souvent au centre des rencontres animées par Agro Réseau 64. Chaque campagne, les membres de l’association multiplient les essais en quête du couvert le plus adapté. Abel Caubios fait partie de ces agriculteurs à s’être lancé dans l’agriculture de conservation. Depuis bientôt quatre ans, il a décidé de ne plus labourer ses 70 hectares. Pour remplacer la charrue, l’agriculteur de Montaner, à la tête d’un élevage de 250 truies type naisseur/engraisseur, implante entre toutes ses cultures principales (maïs-colza-tritical) des couverts végétaux. Sa motivation : économiser du temps, de l’argent, retrouver un sol vivant tout en gérant la flore adventice. « Notre activité animale nous demande beaucoup de temps. Nous faisons appel à de la main-d’œuvre salariée. Préparer le sol, labourer… tout ça prend du temps. Grâce aux couverts, j’en gagne puisque je ne fais plus de préparation » Ses deux premières années sans labour vont le conduire à mettre en place une couverture végétale composée exclusivement de féverole, une espèce de la famille des légumineuses. Le résultat va être très satisfaisant. « Ces deux premières années ont très bien marché. C’était trop facile. Je semais à la volée et je passais un coup de déchaumeur. Et derrière cette interculture, un entrepreneur agricole venait faire un semis-direct de maïs sans avoir à préparer mes sols ».

Sécuriser la réussite

Après deux années sans accroc, l’agriculteur de Montaner va décider de complexifier les choses. « J’ai voulu associer des graminées avec des légumineuses dans mon couvert végétal. Les associations sont conseillées », souligne-t-il. En effet, les mélanges de plusieurs espèces dans le couvert sécurisent la réussite. Mais le choix des espèces à associer doit tenir compte de plusieurs éléments. À commencer par la culture que va implanter l’agriculteur derrière l’interculture. « Je me suis fait dépasser par les graminées et ça était très compliqué derrière avec le maïs », souligne-t-il. Et d’ajouter : « Je me suis rendu compte que mes terres n’étaient pas totalement prêtes notamment pour pratiquer le semis direct. »

Mais cet échec ne va pas décourager l’agriculteur. Loin de là. Ni le pousser à reprendre sa charrue. Cette année, Abel a choisi de revenir à la féverole. En parallèle, avec Agro Réseau 64, l’homme expérimente les essais couverts sur l’une de ses parcelles. « Cela me permet de voir quelles mélanges fonctionnement le mieux », souligne-t-il. Il compte également accentuer ses rotations culturales (N.D.L.R. autre levier essentiel dans la gestion de la fertilité des sols et des bioagresseurs, et donc un atout pour l’augmentation des rendements) en intégrer notamment le soja. Pour l’heure, si quelques réglages restent à affiner, le bilan est déjà très positif pour l’agriculteur. « Ce réseau nous permet vraiment d’échanger avec d'autres agriculteurs qui mettent en place ces pratiques. Cela nous permet d’avancer et de progresser collectivement », conclut-il.

Baptiste Nouet
Par Baptiste Nouet

Crédit Photo : Baptiste Nouet

Inno'action et agricultureCet article fait partie du dossier

Voir les autres articles de ce dossier
Partager sur Facebook
Vu par vous
8556
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Agriculture
Agriculture
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 21 + 13 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

A lire ailleurs sur aqui.fr