18/08/22 : Des travaux de nuit sont réalisés sur la rocade Sud de Bergerac jusqu'au 9 septembre pour réfection de la chaussée entre le giratoire de la Route d’Eymet et le giratoire « des sardines » (piscine AQUALUD). Les travaux se déroulent entre 20h et 6h.

18/08/22 : En quelques jours, Poitiers a perdu deux serviteurs. Henri Chevalier, premier président du CSC des 3 Cités et engagé au Stade Poitevin et au sein de l’OMS. André Guisiano, Zézé, joueur, entraineur et président du Stade Poitevin Rugby.

18/08/22 : Les urgences de la Polyclinique Bordeaux rive droite interrompent l'activité de nuit, du 19 au 28 août, de 20h à 8h, pour personnel médical insuffisant. Une infirmière orientera le patient en relation avec le 15. Le service reprendra le 28 août.

17/08/22 : StarClass et l’armateur Amasus Shipping ont opéré un chargement exceptionnel sur le site portuaire du Verdon. Deux yachts, signés Jeanneau mesurant 15 et 25 m, ont été chargés à bord du navire EEMSLIFT HENDRIKA. Direction salon du Yachting à Cannes.

16/08/22 : 8000 personnes évacuées en Gironde dans le contexte des incendies ont pu regagner leur domicile pendant le week-end. Même tendance dans les Landes. Les retours des personnes hébergées en foyer de vie ont lieu ce mardi à Moustey et Saugnacq-et-Muret.

12/08/22 : Dans les Landes et en Gironde, la vigilance incendie est renforcée jusqu’à lundi. Les véhicules sont interdits sur les pistes et chemins. Les activités ludiques et sportives sont interdites sauf en bases de loisirs et sur les plans plages.

12/08/22 : Jeudi 25 août de 16h à 23h30, les cinq clubs de haut niveau de l'agglomération font leur rentrée place Clemenceau. A 16h, animations sportives avec les joueurs et joueuses. A 19h, présentation des équipes des cinq clubs, puis soirée dansante à 20h.

12/08/22 : À Bordeaux, Parc Rivière, jeudi 25 août, Esprit Dog, spécialisé dans l'éducation canine, organise un rassemblement de passionnés de chiens. L’événement gratuit et solidaire consiste en une distribution de croquettes et des cours d'éducation canine.+ d'info

11/08/22 : "Jamais autant de moyens aériens n'ont été mobilisés sur un incendie. On va continuer de s'adapter grâce à la solidarité européenne. Mais il n'y a pas que les moyens aériens," indique Elisabeth Borne depuis Hostens, en Gironde.

11/08/22 : Pendant qu'Elisabeth Borne, Première ministre est en visite sur les incendies à Hostens en Gironde, le Président, Emmanuel Macron, annonce que l'Allemagne, la Grèce, la Pologne, la Roumanie et l'Autriche vont venir en aide à la France.

11/08/22 : Elisabeth Borne et Gérald Darmanin sont attendus ce jeudi à Hostens en Sud Gironde: 6 800 ha de forêt ont été détruits par le feu depuis mardi après midi. 1100 pompiers sont mobilisés et 10 000 personnes ont du quitter leur domicile.

10/08/22 : Le député RN de Gironde, Grégoire de Fournas, dépose ce mercredi une proposition de loi instaurant une peine plancher de 10 ans pour les incendiaires. "La plupart des incendies sont d'origine criminelle. Or les pyromanes ne sont condamnés qu'à du sursis."

10/08/22 : Face aux incendies en Gironde et dans les Landes, le Ministre de l'Intérieur, Gérald Darmanin indique sur Tweeter qu'il a "décidé de renforcer les moyens mobilisés : plus de 1000 pompiers, 9 avions et 2 hélicoptères bombardiers d’eau sont engagés."

10/08/22 : Pour cause de reprise des incendies dans le Sud Gironde et le Nord des Landes, la circulation est interdite depuis mercredi 11 h, dans les deux sens sur l'autoroute A63 reliant Bordeaux à Bayonne. Les poids lourds sont déviés par Pau.

10/08/22 : Bordeaux est une des villes qui compte le plus de pâtisseries. Son score est de 4 pour 100 000 habitants, autant que Lyon, plus que Paris et Toulouse, mais moins que Strasbourg. Podium établi par Hellofresh, leader des boxs à cuisiner.

- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 18/08/22 | Les anciens de Chatellerault tricotent déjà pour octobre rose

    Lire

    En prévision de la marche Octobre rose du 15 octobre, 9 h 30, place Emile Zola à Châtellerault (Vienne),les résidents des maisons de retraite, foyers logements et EHPAD de la ville, se mobilisent pour tricoter des ouvrages en laine rose qui viendront garnir le tronc des arbres du boulevard Blossac. Cette participation à une action internationale relayée par le club Soroptimist revalorise les personnes âgées et les liens intergenerationnels et stimulent les nouvelles générations à se faire dépister.

  • 18/08/22 | Douzième édition des vergers ouverts sur les coulisses de la pomme

    Lire

    Les pomiculteurs engagés font découvrir les coulisses des pommes écoresponsables. L’Association Nationale Pommes Poires (ANPP) regroupe 300 adhérents représentant 1 400 producteurs. Les vergers à visiter les 27 et 28 août : Scea La Californie, Acharf Essabiri 5480 route des Vergers Grun-Bordas (24) ouvert le 28 août ; Earl de Chantegrolle - SARL Gargouil Éric Gargouil Chantegrolle à Charroux (86) Verger ouvert les 27 et 28 août; Verger de Peyreton Christine Pizzinato, Peyreton Sainte-Bazeille (47) Verger ouvert les 27 et 28 août. http://www.lapomme.org/vergers-ecoresponsables/les-vergers-ouverts

  • 17/08/22 | Grippe aviaire: avance remboursable pour les transformateurs

    Lire

    A la suite de l’épizootie d‘influenza aviaire H5N1, les entreprises ayant une activité significative d’abattage, de transformation, de conditionnement d’œufs ou de services à la filière, touchées par la diminution de production peuvent bénéficier d'une aide sous forme d’avances de trésorerie remboursables. Cette aide s’inscrit en complément des efforts que doivent consentir les financeurs privés de l’entreprise (banques et actionnaires). Les demandes sont à déposer via le téléservice de FranceAgrimer avant le 09 septembre à 14h00. pad.franceagrimer.fr/pad-presentation/vues/publique

  • 17/08/22 | Fabriquer des dortoirs à osmies (abeilles) à Villenave d'Ornon

    Lire

    Villenave-d’Ornon (Gironde) organise un atelier participatif de fabrication de dortoirs à osmies, le samedi 27 août, de 14 h à 16 h 30, au Square Torres Vedras (7 rue des Peupliers). L’osmie est une abeille sauvage, « abeille maçonne », qui se différencie de sa cousine productrice de miel par son caractère solitaire et inoffensif. Elle fait son apparition très tôt dans la saison, elle est l’un des premiers insectes pollinisateurs d'où son importance. Gratuit, inscription obligatoire (05 56 75 69 85), l'atelier sera animé par l’association « Tous aux abris ».

  • 17/08/22 | Molière à l'aire du 3.0 à Pau

    Lire

    Du 25 au 28 août, à l'occasion des 400 ans de la naissance de Molière et en préfiguration du futur centre de recherche et de création théâtrale de Pau, la manifestation Molière 3.0 rassemblera artistes, spécialistes et grand public. A cette occasion, 3 pièces illustrant la diversité de l'œuvre de Molière seront présentées dans des lieux emblématiques de la ville, des conférences rassembleront artistes et spécialistes du théâtre du XVIIe siècle à la chapelle des Réparatrices du conservatoire, et enfin la médiathèque André Labarrère proposera des projections de documentaires, films et captations de pièces. Infos : www.pau.fr

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Agriculture | Les Deux-Sèvres au Salon International de l’Agriculture de Paris

20/02/2020 | 25 élevages deux-sévriens seront présents au Salon de l'agriculture de Paris du 22 février au 1er mars. A quelques jours de l'événement, éleveurs et animaux se préparent

1

Comme chaque année, le département des Deux-Sèvres sera présent à la porte de Versailles pour la 57e édition du Salon international de l’agriculture de Paris (SIA). Cet événement se déroule du 22 février au 1er mars. 25 élevages vont représenter le territoire deux-sévrien. Les établissements agricoles, le campus des Sicaudières et le lycée agricole de Melle, feront aussi le déplacement avec des ovins et des bovins. Parmi les bovins, la Parthenaise, race emblématique du département, sera mise à l’honneur. Rencontre quelques jours avant le départ pour Paris avec des éleveurs de Parthenaises à quelques kilomètres de Bressuire. Ils présenteront trois animaux au SIA.

Saint-Sauveur-de-Givre-en-Mai, à quelques kilomètres au sud-est de Bressuire, dans le Nord des Deux-Sèvres ; c’est ici que se trouve le Groupement agricole d'exploitation en commun (GAEC) de la famille Bodin. Les frères, Frédéric (42 ans) et Nicolas (41 ans) sont parfois aidés par leur père Bernard (77 ans) qui garde toujours un oeil sur la ferme. Ici, sont élevés 550 vaches dont 240 en vêlage. Pas n’importe lesquelles puisqu’il s’agit de la race locale : la Parthenaise. « Nous sommes naisseurs-engraisseurs label rouge depuis 2006, précise Nicolas. Nos parents ont initié cette ferme et produisent de la Parthenaise depuis 1990 (NDLR : avant ils élevaient de la Charolaise). Nous gardons le cap qu’ils ont pris sur l’élevage allaitant. » Le GAEC de la famille Bodin dispose également de terres. 180 hectares, dont 25 de blé, 30 de maïs et le reste en prairie, des cultures utiles pour leurs animaux.

De g. à d. Bernard Bodin et ses deux fils, Nicolas et Frédéric vont participer avec Irlande et Praline au salon international de Paris

Mais si le rendez-vous a été donné sur cette exploitation à quelques jours de l’ouverture du salon internationale de l’agriculture de Paris (SIA), ce n’est pas hasard. Effectivement, comme depuis plusieurs années, la famille Bodin y présente trois bêtes : une femelle suitée, Irlande, avec son veau Praline, ainsi qu’une vache bouchère label rouge, Hirondelle. « Nous allons à Paris à la fois pour essayer de remporter des prix mais aussi de faire connaître l’élevage de Parthenaises à l’échelle nationale », explique Frédéric Bodin. De l’ambition, ils peuvent en avoir. Tout un pan de mur de leur stabulation est remplie de plaquettes, symboles des concours que leurs animaux ont gagné. L’exercice 2019 a d’ailleurs été plutôt bon pour eux et ça s’est senti dans les ventes. « Pour nous, c’était une super année. Nous avons vendu une vingtaine de génisses qui n’ont pas encore eu de veau pour l’export en Hongrie et en Suisse », confie Nicolas. 

La Parthenaise à l’honneur

La Parthenaise, c’est la  race emblématique des Deux-Sèvres. « Il y a 50 000 vaches sur l’ensemble de la France, 80% viennent de l’ex Poitou-Charentes et du Maine-et-Loire », stipule Didier Dupuis, président de l’organisation raciale de la Parthenaise. À Paris, la race présentera 22 animaux. Le vendredi 28 février, lors de la journée où la délégation deux-sévrienne sera présente au Salon, un concours de la race Parthenaise est programmée de 10h à 12h30 sur le grand ring du hall 1. 16 animaux reproducteurs vont s’y affronter dans le cadre du concours général agricole et 6 animaux de boucherie vont participer à la promotion du label rouge et vont être vendus lors du Salon à des bouchers.
« Nous allons dévoiler à ce moment-là le nom du futur organisme qui s’occupe de la race Parthenaise, poursuit Didier Dupuis. Ainsi que notre nouveau logo. Sinon tout au long du Salon de Paris nous allons promouvoir la race avec des dégustations mettant en avant le travail de nos éleveurs. Sans eux le grand public ne mangerait pas de la bonne viande ». Sur le stand de la région Nouvelle-Aquitaine, des dégustations de viande parthenaise label rouge sont prévues les samedi 22 et 29 février après-midi, le mercredi 26, le vendredi 28 février toute la journée ainsi que sur le stand Poitou le jeudi 27 février. 

Deux moutons de race rouge de l'ouest qui vont participer au salon international de l'agriculture de Paris

Hormis des éleveurs de Parthenaises (ils seront 12 issus des Deux-Sèvres), on en trouvera deux de Prim’holstein, un de Blonde d’Aquitaine, un de Charolais sans oublier les deux vaches emmenées par les établissements agricoles deux-sévriens : une Rouge des prés du campus des Sicaudières de Bressuire et une Parthenaise du lycée agricole de Melle. Côté caprins, le GAEC Delahaye-Barreau présentera une dizaine de chèvres (des Saanens et des Alpines). Les ovins seront également là. Notamment des Rouges de l’ouest (photo ci-dessus) des exploitations de Jean-Marie Marolleau et Alexandre Brousseau entre autre. Il y aura aussi des moutons vendéens et des charmoises. Au total neuf éleveurs de moutons du départements feront le déplacement à Paris et six agnelles et deux béliers du lycée agricole de Melle. Au niveau équin, les races locales du Poitou que sont le baudet et le mulassier seront aussi mises en avant. 

Recréer du lien avec les citoyens

Le Salon international de l’agriculture de Paris permet également de faire un focus sur l’agriculture en Deux-Sèvres. « Il faut en profiter pour parler de la situation du monde agricole qui n’est pas toujours simple. La profession connaît des difficultés et elle est à un moment charnière », introduit Gilbert Favreau, président du conseil départemental des Deux-Sèvres, avant de laisser la parole à Jean-Marc Renaudeau, président de la chambre d’agriculture des Deux-Sèvres. « Le nombre d’agriculteurs diminue en France. Pourtant nos citoyens ont besoin de se nourrir. Ils sont tous consommateurs. Le lien a été rompu entre les agriculteurs et eux mais d’une certaine manière le salon de Paris permet de le recréer ce lien. » Selon le président de la chambre, il y a même un déficit de communication de la part des agriculteurs. « Il faut que nous mettions en avant nos qualités que ce soient les soins vétérinaires qui sont les plus performants en France, ou notre capacité à nous adapter face au changement climatique en fournissant des produits renouvelables. Les agriculteurs doivent être actifs et expliquer ce qu’ils font pour retrouver et récréer le lien entre le monde agricole et les citoyens ».

Gilbert Favreau partage cette vision sur l’agriculture, qui, comme il le rappelle, est un maillon essentiel dans le département des Deux-Sèvres. « C’est un territoire agricole. Aujourd’hui toutes les productions connaissent des difficultés que ce soient les grandes cultures qui doivent faire face à des problèmes de produits phytosanitaires, d’irrigation - il va falloir réfléchir et adapter les pratiques - ou que ce soit l’élevage, qui, quant à lui, rencontre des problèmes avec les cours. Les produits sont vendus à des prix trop bas, les mêmes qu’il y a trente ans. Il y a un problème. Il faut que ça change pour qu’on continue à produire des animaux allaitantes et mettre en avant l’agriculture deux-sévrienne qui est à la fois saine et remarquable ». Un baromètre qui montre que l’agriculture dans les Deux-Sèvres semble tout de même attractive. Celui des installations. « Aujourd’hui une ferme sur trois est reprise dans le département, précise Jean-Marc Renaudeau. Nous aimerions passer à une sur deux. Cependant, sur l’ex Poitou-Charentes, nous sommes le département qui compte le plus d’installation. A l’échelle de la Nouvelle-Aquitaine nous sommes le deuxième derrière les Pyrénées-Atlantiques ». Une petite satisfaction donc pour le président de la chambre d’agriculture des Deux-Sèvres. 

Les Parthenaises du GAEC de la famille Bodin à Saint-Sauveur-de-Givre-en-Mai

Les agriculteurs deux-sévriens se préparent à « monter » vers la capitale pour participer à la plus grande ferme de l’Hexagone. Pour une question de coût, ils mutualisent le transport des animaux. Un premier départ aura lieu ce vendredi 21 février et un autre le lundi 24 février. Concernant la famille Bodin, c’est le père, Bernard 77 ans et son petit fils de 14 ans, impatient d’y participer, qui seront présents durant toute la durée du salon à Paris. De belles vacances en perpectives. Chez les Bodin, l’élevage est une affaire de famille.

Julien Privat
Par Julien Privat

Crédit Photo : Aqui.fr

Partager sur Facebook
Vu par vous
10005
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Agriculture
Agriculture
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 20 + 14 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

A lire ailleurs sur aqui.fr
Samia Riffaut et son salarié Jérôme Brunet ont planté 3 600 plants de bambou géant Moso le 26 mai. Agriculture | 10/08/2022

Des bambous géants Moso plantés sur deux hectares en Haute-Vienne

Une centaine d'habitants des communes du Pays d'Aunis étaient présentes à la réunion d'informations organisée à Montroy le 26 juillet Agriculture | 29/07/2022

Pollution aux pesticides en plaine d’Aunis, les habitants se mobilisent

cdfr 2022 Agriculture | 25/07/2022

La Safer se penche sur le renouvellement des générations d’agriculteurs de la Gironde

Témoignages de jeunes installés et autres exemples de dossiers d'installations récentes ont animé les présentations de cette CDFR _ © Sylvain Desgroppes Agriculture | 08/07/2022

La Safer active sur un marché dynamique en Dordogne

L'Afdi Nouvelle-Aquitaine est à l'initiative de deux PER au Bénin : un sur la filière de la noix de cajou et un autre sur l'ananas Agriculture | 05/07/2022

Afdi Nouvelle-Aquitaine engagée dans les partenariats économiques en Afrique

Bourse agricole maritime Quai Lomabrd du Port Atlantique La Rochelle Agriculture | 30/06/2022

Bourse agricole La Rochelle-Pallice : un pré bilan en demie teinte

Romain et Audrey Verrier se sont installés en janvier 2022, en tant qu'éleveurs caprins en Deux-Sèvres Agriculture | 30/06/2022

Installation - Transmission: L' "incroyable" nouvelle vie de Romain et Audrey, éleveurs caprins débutants

Illustration Campagne Foncier rural et agricole nouvelle-Aquitaine Agriculture | 28/06/2022

Nouvelle-Aquitaine: Les marchés fonciers ruraux ont battu des records en 2021

Sylvie Marcilly et Cédric Tranquard à sa gauche signent la nouvelle convention Agriculture | 23/06/2022

Charente-Maritime : un partenariat renouvelé entre le département et la chambre d’agriculture

A Mont-Disse en Béarn, Charles Pelanne a vu ses cultures de kiwi et de vignes détruites à 100 % par la grêle. Ici avec Eric Spitz, préfet du département venu constater les dégâts Agriculture | 23/06/2022

Les orages de grêle destructeurs ont lourdement frappé le Béarn

L'équipe d'Euralis dont Laurent Dubain (à droite), DG du pôle agricole d'Euralis, sont venus à la rencontre de Philippe Joseph et de son fils engagés pour 20 ha, dans un contrat Gaïa Agriculture | 21/06/2022

Les agriculteurs rémunérés pour leur engagement agronomique

Sel et marais de l’île de Ré. Agriculture | 09/06/2022

Saliculture : une récolte de sel très précoce

Régis Boisseau, directeur de Semae Sud-Ouest Agriculture | 02/06/2022

Géopolitique, agroécologie, cultures alternatives... la filière semences "se réinvente"

Bruno Millet et Dominique Graciet au Salon de l'agriculture Nouvelle-Aquitiane, devant la vache Haquitanima Agriculture | 31/05/2022

Salon de l'agriculture et après ? " Installer un bruit de fond positif "

Jean-Christophe Roubin, responsable agriculture au CA, Olivier Constantin, Directeur Général du CA Aquitaine, Patrice Gentié, Président du CA Aquitaine et Sandrine Kergosien, Directrice des marchés spécialisés CA Aquitaine Agriculture | 31/05/2022

Le Crédit Agricole d'Aquitaine vent debout face à la crise qui secoue le secteur agricole