Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

21/09/20 : Après consulation du comité d’experts, la préfète des Landes a décidé qu'à compter de ce jour 14h00, la vigilance revient au niveau jaune pour les feux de forêt. Autrement dit une vigilance moyenne, au niveau 2 sur une échelle de 5.

18/09/20 : L'incendie du 17 septembre en Nord Gironde avait causé l'interruption du trafic sur la LGV Sud Europe Atlantique. Après vérification du bon fonctionnement des installations par Lisea, le trafic a repris très progressivement depuis 16 heures.

17/09/20 : Plusieurs centaines de personnes ont défilé ce jeudi à la mi-journée à Bordeaux comme un peu partout en France à l'appel de plusieurs syndicats (CGT, FSU, Solidaires) pour dénoncer le plan de relance gouvernemental et les plans sociaux.

17/09/20 : Dans le 47, la fibre optique arrive dans le Pays de Duras. 1ers foyers lot-et-garonnais raccordables début septembre grâce à l’action d’Orange passé avec le Conseil départemental.

17/09/20 : Touchés par la crise liée au Covid, les producteurs de Foie gras ouvrent leurs portes lors des journées du patrimoine (19-20/09). En Lot-et-Garonne, 2 élevages accueillent le public : La Ferme de Souleilles à Frespech et la Ferme de Ramon à Lagarrigue.

16/09/20 : Trois statues de la flèche de Notre-Dame⁩ sont de retour à Paris depuis mardi, plus précisément à la cité de l'architecture. Elles avaient été déplacées dans le cadre de travaux trois jours avant l’incendie pour être restaurées en Dordogne.

13/09/20 : A Beynac, plusieurs centaines de personnes, des dizaines d’élus dont le député des Pyrénées Atlantique, Jean Lassalle sont présents ce dimanche matin à la manifestation en soutien au projet de contournement, qui a été invalidé par la justice.

11/09/20 : Les fortes chaleurs annoncées ces prochains jours (de 31° samedi à 36° lundi et mardi)conjuguées à la sécheresse des sols, ont conduit la préfète de la Gironde à élever la vigilance risque feux de forêt au niveau orange du 12 au 15 septembre inclus.

10/09/20 : Reporté du 31 août au 7 septembre en raison de la COVID-19, le concours de Bordeaux dévoile son palmarès. 990 médailles ont été attribuées sur les 3 427 vins candidats soit 28,8% : 327 médailles d'or, 420 médailles d'argent et 243 médailles de bronze.+ d'info

10/09/20 : Le Mouvement Européen France - Gironde a tenu son Assemblée Générale début septembre. François Adoue, directeur de l'Observatoire International des Métiers Internet a été élu président de l'association et succède ainsi à Jean-Michel Arrivé.

10/09/20 : Pour le centenaire d'aquitanis, arc en rêve propose de visiter l'architecture contemporaine à l'occasion des Journées Européennes du Patrimoine. Les visites se dérouleront au Grand Parc le 19 septembre à partir de 11h puis à la Benauge le 20 septembre.

10/09/20 : "Adolescentes", le long métrage documentaire de Sébastien Lifshitz, sorti hier, a reçu 100 000€ d'aides de la Région (écriture et production). Ce film, dont le tournage s'est étalé sur 5 ans, suit l'adolescence de 2 collégiennes puis lycéennes brivistes

- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 21/09/20 | Location saisonnière : 22 villes interpellent l'Union Européenne

    Lire

    Ce jeudi, le maire de Bordeaux Pierre Hurmic était au côté des 21 autres maires de villes européennes pour demander une évolution de la règlementation sur la location saisonnière auprès de Margrethe Vestager, commissaire européenne à la concurrence. Leur but : obtenir plus de pouvoir de régulation de cette activité et "poursuivre les plateformes en cas de manquement à la règlementation locale". Des mesures en ce sens sont attendues dans un futur Acte européen pour les services numériques. À Bordeaux, environ 4 300 logements entiers sont soustraits du parc locatif privé.

  • 21/09/20 | À Bordeaux, Montaigne se cache encore

    Lire

    Le squelette en bon état de conservation d'un individu de sexe masculin, c'est ce qu'a découvert l'équipe de scientifiques qui a ouvert ces derniers jours le contenant en plomb retrouvé fin 2018 dans les sous-sols du Musée d'Aquitaine, à Bordeaux. Etant supposément le cercueil du philosophe Michel de Montaigne, les recherches continuent. De futures analyses ADN (sur des morceaux de tissus et de supposés cheveux) doivent être menés dans les prochains mois. Les résultats ne sont pas attendus avant début 2021.

  • 21/09/20 | Bordeaux : le festival Animasia est maintenu

    Lire

    Le festival de la culture et pop culture asiatique se déroulera au Parc des Expositions de Bordeaux-Lac (Hall 2) les 10 et 11 octobre prochains. Pour cette seizième édition, Animasia mettra à l'honneur la gastronomie en Asie. Le nombre de places sera limité à 5 000 personnes maximum par jour et les billets seront disponibles uniquement sur la billetterie en ligne.

  • 20/09/20 | Covid 19 : 14 cas à la mairie de Périgueux

    Lire

    Suite à la déclaration de plusieurs cas de Covid au sein des personnels municipaux, la ville de Périgueux a organisé une journée de dépistage. Il en résulte six cas positifs sur les 105 tests pratiqués, qui s'ajoutent aux huit cas détectés précédemment. Les 14 agents testés positivement sont en arrêt de travail pour une durée de sept jours et le recensement des cas contacts est en cours. Aucun agent concerné n'occupe de fonction en contact direct et quotidien avec le public.

  • 19/09/20 | Le Grand marché Bio du Bourgailh se tiendra dimanche

    Lire

    L’association Écosite du Bourgailh valorise l’agriculture biologique lors d’un grand marché bio festif au coeur de la Forêt du Bourgailh. Une vingtaine de producteurs biologiques proposeront ce 20 septembre une offre de produits variés (fruits et légumes, viandes, épicerie, vins et bières...). Certains produits pourront être dégustés sur place lors d’un repas en plein air. Cette 4ème édition se tiendra dans le respect du protocole sanitaire lié au Covid 19 : port du masque obligatoire pour les plus de 11 ans, restauration sur place assise, respect de la distanciation physique.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Agriculture | Les Deux-Sèvres au Salon International de l’Agriculture de Paris

20/02/2020 | 25 élevages deux-sévriens seront présents au Salon de l'agriculture de Paris du 22 février au 1er mars. A quelques jours de l'événement, éleveurs et animaux se préparent

Chambre d'agriculture 79, département des Deux-Sèvres, représentants de races et éleveurs aux côtés de 5 animaux qui vont participer au salon international de l'agriculture de Paris

Comme chaque année, le département des Deux-Sèvres sera présent à la porte de Versailles pour la 57e édition du Salon international de l’agriculture de Paris (SIA). Cet événement se déroule du 22 février au 1er mars. 25 élevages vont représenter le territoire deux-sévrien. Les établissements agricoles, le campus des Sicaudières et le lycée agricole de Melle, feront aussi le déplacement avec des ovins et des bovins. Parmi les bovins, la Parthenaise, race emblématique du département, sera mise à l’honneur. Rencontre quelques jours avant le départ pour Paris avec des éleveurs de Parthenaises à quelques kilomètres de Bressuire. Ils présenteront trois animaux au SIA.

Saint-Sauveur-de-Givre-en-Mai, à quelques kilomètres au sud-est de Bressuire, dans le Nord des Deux-Sèvres ; c’est ici que se trouve le Groupement agricole d'exploitation en commun (GAEC) de la famille Bodin. Les frères, Frédéric (42 ans) et Nicolas (41 ans) sont parfois aidés par leur père Bernard (77 ans) qui garde toujours un oeil sur la ferme. Ici, sont élevés 550 vaches dont 240 en vêlage. Pas n’importe lesquelles puisqu’il s’agit de la race locale : la Parthenaise. « Nous sommes naisseurs-engraisseurs label rouge depuis 2006, précise Nicolas. Nos parents ont initié cette ferme et produisent de la Parthenaise depuis 1990 (NDLR : avant ils élevaient de la Charolaise). Nous gardons le cap qu’ils ont pris sur l’élevage allaitant. » Le GAEC de la famille Bodin dispose également de terres. 180 hectares, dont 25 de blé, 30 de maïs et le reste en prairie, des cultures utiles pour leurs animaux.

De g. à d. Bernard Bodin et ses deux fils, Nicolas et Frédéric vont participer avec Irlande et Praline au salon international de Paris

Mais si le rendez-vous a été donné sur cette exploitation à quelques jours de l’ouverture du salon internationale de l’agriculture de Paris (SIA), ce n’est pas hasard. Effectivement, comme depuis plusieurs années, la famille Bodin y présente trois bêtes : une femelle suitée, Irlande, avec son veau Praline, ainsi qu’une vache bouchère label rouge, Hirondelle. « Nous allons à Paris à la fois pour essayer de remporter des prix mais aussi de faire connaître l’élevage de Parthenaises à l’échelle nationale », explique Frédéric Bodin. De l’ambition, ils peuvent en avoir. Tout un pan de mur de leur stabulation est remplie de plaquettes, symboles des concours que leurs animaux ont gagné. L’exercice 2019 a d’ailleurs été plutôt bon pour eux et ça s’est senti dans les ventes. « Pour nous, c’était une super année. Nous avons vendu une vingtaine de génisses qui n’ont pas encore eu de veau pour l’export en Hongrie et en Suisse », confie Nicolas. 

La Parthenaise à l’honneur

La Parthenaise, c’est la  race emblématique des Deux-Sèvres. « Il y a 50 000 vaches sur l’ensemble de la France, 80% viennent de l’ex Poitou-Charentes et du Maine-et-Loire », stipule Didier Dupuis, président de l’organisation raciale de la Parthenaise. À Paris, la race présentera 22 animaux. Le vendredi 28 février, lors de la journée où la délégation deux-sévrienne sera présente au Salon, un concours de la race Parthenaise est programmée de 10h à 12h30 sur le grand ring du hall 1. 16 animaux reproducteurs vont s’y affronter dans le cadre du concours général agricole et 6 animaux de boucherie vont participer à la promotion du label rouge et vont être vendus lors du Salon à des bouchers.
« Nous allons dévoiler à ce moment-là le nom du futur organisme qui s’occupe de la race Parthenaise, poursuit Didier Dupuis. Ainsi que notre nouveau logo. Sinon tout au long du Salon de Paris nous allons promouvoir la race avec des dégustations mettant en avant le travail de nos éleveurs. Sans eux le grand public ne mangerait pas de la bonne viande ». Sur le stand de la région Nouvelle-Aquitaine, des dégustations de viande parthenaise label rouge sont prévues les samedi 22 et 29 février après-midi, le mercredi 26, le vendredi 28 février toute la journée ainsi que sur le stand Poitou le jeudi 27 février. 

Deux moutons de race rouge de l'ouest qui vont participer au salon international de l'agriculture de Paris

Hormis des éleveurs de Parthenaises (ils seront 12 issus des Deux-Sèvres), on en trouvera deux de Prim’holstein, un de Blonde d’Aquitaine, un de Charolais sans oublier les deux vaches emmenées par les établissements agricoles deux-sévriens : une Rouge des prés du campus des Sicaudières de Bressuire et une Parthenaise du lycée agricole de Melle. Côté caprins, le GAEC Delahaye-Barreau présentera une dizaine de chèvres (des Saanens et des Alpines). Les ovins seront également là. Notamment des Rouges de l’ouest (photo ci-dessus) des exploitations de Jean-Marie Marolleau et Alexandre Brousseau entre autre. Il y aura aussi des moutons vendéens et des charmoises. Au total neuf éleveurs de moutons du départements feront le déplacement à Paris et six agnelles et deux béliers du lycée agricole de Melle. Au niveau équin, les races locales du Poitou que sont le baudet et le mulassier seront aussi mises en avant. 

Recréer du lien avec les citoyens

Le Salon international de l’agriculture de Paris permet également de faire un focus sur l’agriculture en Deux-Sèvres. « Il faut en profiter pour parler de la situation du monde agricole qui n’est pas toujours simple. La profession connaît des difficultés et elle est à un moment charnière », introduit Gilbert Favreau, président du conseil départemental des Deux-Sèvres, avant de laisser la parole à Jean-Marc Renaudeau, président de la chambre d’agriculture des Deux-Sèvres. « Le nombre d’agriculteurs diminue en France. Pourtant nos citoyens ont besoin de se nourrir. Ils sont tous consommateurs. Le lien a été rompu entre les agriculteurs et eux mais d’une certaine manière le salon de Paris permet de le recréer ce lien. » Selon le président de la chambre, il y a même un déficit de communication de la part des agriculteurs. « Il faut que nous mettions en avant nos qualités que ce soient les soins vétérinaires qui sont les plus performants en France, ou notre capacité à nous adapter face au changement climatique en fournissant des produits renouvelables. Les agriculteurs doivent être actifs et expliquer ce qu’ils font pour retrouver et récréer le lien entre le monde agricole et les citoyens ».

Gilbert Favreau partage cette vision sur l’agriculture, qui, comme il le rappelle, est un maillon essentiel dans le département des Deux-Sèvres. « C’est un territoire agricole. Aujourd’hui toutes les productions connaissent des difficultés que ce soient les grandes cultures qui doivent faire face à des problèmes de produits phytosanitaires, d’irrigation - il va falloir réfléchir et adapter les pratiques - ou que ce soit l’élevage, qui, quant à lui, rencontre des problèmes avec les cours. Les produits sont vendus à des prix trop bas, les mêmes qu’il y a trente ans. Il y a un problème. Il faut que ça change pour qu’on continue à produire des animaux allaitantes et mettre en avant l’agriculture deux-sévrienne qui est à la fois saine et remarquable ». Un baromètre qui montre que l’agriculture dans les Deux-Sèvres semble tout de même attractive. Celui des installations. « Aujourd’hui une ferme sur trois est reprise dans le département, précise Jean-Marc Renaudeau. Nous aimerions passer à une sur deux. Cependant, sur l’ex Poitou-Charentes, nous sommes le département qui compte le plus d’installation. A l’échelle de la Nouvelle-Aquitaine nous sommes le deuxième derrière les Pyrénées-Atlantiques ». Une petite satisfaction donc pour le président de la chambre d’agriculture des Deux-Sèvres. 

Les Parthenaises du GAEC de la famille Bodin à Saint-Sauveur-de-Givre-en-Mai

Les agriculteurs deux-sévriens se préparent à « monter » vers la capitale pour participer à la plus grande ferme de l’Hexagone. Pour une question de coût, ils mutualisent le transport des animaux. Un premier départ aura lieu ce vendredi 21 février et un autre le lundi 24 février. Concernant la famille Bodin, c’est le père, Bernard 77 ans et son petit fils de 14 ans, impatient d’y participer, qui seront présents durant toute la durée du salon à Paris. De belles vacances en perpectives. Chez les Bodin, l’élevage est une affaire de famille.

Julien Privat
Par Julien Privat

Crédit Photo : Aqui.fr

Partager sur Facebook
Vu par vous
5487
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Agriculture
Agriculture
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 23 + 15 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

A lire ailleurs sur aqui.fr