Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

22/01/21 : Charente-Maritime : Cédric Tranquard, 44 ans, a été élu ce matin président de la Chambre d'agriculture départementale. Il succède à Luc Servant, élu en décembre à la présidence de la Chambre régionale.

22/01/21 : La Rochelle : le Centre de vaccination de l’Espace Encan sera ouvert à partir du 25 janvier. Les vaccinations seront assurées par les professionnels de santé du lundi au vendredi, sur RDV, pour les résidents du territoire âgés de 75 ans ou plus.

21/01/21 : Charente-Maritime : Rémi Justinien, adjoint au maire de Tonnay-Charente, succède à Cyril Chappet, adjoint à Saint-Jean d'Angély, comme premier secrétaire fédéral du PS en Charente-Maritime, à l'issue d'un conseil fédéral mardi.

18/01/21 : Au 16 janvier, 34 689 vaccinations ont été réalisées en Nouvelle-Aquitaine, la plaçant parmi les régions ayant le plus vacciné. L’objectif national de 1 million de vaccinations à fin janvier, se traduit par un objectif régional de 100 000 vaccinations.

08/01/21 : Influenza aviaire - la Préfecture des Pyrénées-Atlantiques annonce désormais 159 communes en zone réglementée en lien avec 2 foyers dans des élevages de palmipèdes à Baigts-de-Béarn et Préchacq-Navarrenx et 4 suspicions fortes à Arget, Lichos et Garlin

06/01/21 : 823kg de jouets et de livres ont été collectés par la Communauté d’Agglo de Pau et ses partenaires grâce à l’opération "Le père Noël fait de la récup’"! Elle se poursuit jusqu'au 17 janvier dans les déchetteries et points de dépôts.+ d'info

28/12/20 : Le 22 décembre, les communes de Tocane-Saint-Apre et Bergerac en Dordogne ont été reconnues en état de catastrophe naturelle pour inondations et coulées de boues en septembre 2020.

28/12/20 : Suite aux inondations et coulées de boues survenues dans les Landes en octobre dernier, les communes de Mimbaste, Bélus et Rivière-Saas-et-Gourby ont été reconnues le 22 décembre en état de catastrophe naturelle.

23/12/20 : Le préfet de la Charente-Maritime a validé la sortie de la communauté d'agglomération de La Rochelle du syndicat départemental Eau 17, à compter du 1er janvier 2021.

23/12/20 : 60 000 € ont été votés lors de la dernière commission permanente du Département des Deux-Sèvres en faveur de la recherche scientifique et l'innovation. Cette somme sera attribuée sous formes de bourses doctorales

23/12/20 : Le Conseil communal des jeunes de Poitiers a organisé mi-décembre, une collecte de produits de puériculture dans les collèges. Plus de 150 produits (couches, lait, produits d’hygiène…) ont ainsi été remis au restos du Coeur et au Secours Populaire

19/12/20 : Le Biarrot Jacques Lajuncomme-Hirigoyen, 64 ans, est le nouveau président de la Fédération française de surf. Il succède à Jean-Luc Arassus, élu en 2005 . Il sera le président qui inaugurera l'entrée du surf à Tokio, mais aussi aux JO 2024 à Teahupoo.

- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 24/01/21 | Un projet de centre de recherche et de développement sur les spiritueux à Cognac

    Lire

    La filière cognac va créer un centre de recherche et développement, de collaboration et de formation dédié à l'innovation pour la compétitivité. Le projet s'inscrit dans un site d'environ 8 000 m2 en bord de Charente. L'objectif est de rassembler plusieurs branches de la filière pour l'aider à rester compétitive dans la société de demain. Le développement durable sera également au cœur des projets. Le bâtiment sera d'ailleurs pensé en ce sens.

  • 24/01/21 | France Relance : près de 5,5 millions d'euros pour l'université de Poitiers

    Lire

    Six projets portés par l'université de Poitiers ont été retenus dans le cadre de l'appel à projet « Rénovation thermique des habitats » prévu dans le cadre de France Relance. Ainsi, neuf bâtiments du campus poitevin feront l'objet de travaux de rénovation thermique et énergétique ou de remplacement de chaudière à l'horizon 2023. Le montant alloué par l'État pour ces chantiers représente un total de 5 467 000 euros.

  • 22/01/21 | Aéroport de Bordeaux : Décès de Pascal Personne

    Lire

    En poste depuis 2004, c’est pour "impératifs de santé" que Pascal Personne a démissioné de ses fonctions de Président du Directoire et de directeur de l'Aéroport de Bordeaux au 14 janvier. On apprend ce vendredi sa disparition. "Un homme de convictions et de dialogue qui par sa vision et son engagement aura marqué de son empreinte la plate-forme aéroportuaire pour la hisser dans le haut du tableau des aéroports français", lui rend hommage Patrick Seguin, Président de la CCI Bordeaux Gironde. Sous sa direction, l'aéroport sera passé de 3M de passagers à près de 8M et aura vu se créé le terminal Billi dédié au low cost.

  • 22/01/21 | Bayonne: accès au complexe sportif de la Floride éclairé dès 6h30!

    Lire

    La période de couvre-feu ne rend plus accessible les installations sportives municipales bayonnaises à partir de 17h30. Afin de permettre à ce public de pratiquer une activité sportive, en dehors des heures de travail, la Ville de Bayonne a décidé d'ouvrir et d'éclairer le terrain de rugby en synthétique et la piste d'athlétisme du complexe de la Floride, dès 6h30 le matin. Il sera donc possible aux adeptes de la course à pied de s'adonner à leur activité sur un site adapté et éclairé 7 jours sur 7 pendant toute la période du couvre-feu dès samedi 23 janvier.

  • 22/01/21 | Signature d'une convention entre la Région et la CCI

    Lire

    Ce jeudi, Alain Rousset, président du Conseil régional de Nouvelle-Aquitaine, et Jean-François Clédel, président de la CCI Nouvelle-Aquitaine, ont signé une convention cadre de partenariat pour le développement économique des entreprises néo-aquitaines. Le but : anticiper et accompagner les transitions régionales numériques, écologiques et énergétiques. Mais aussi d’apporter un soutien aux entreprises qui souffrent de la crise, poursuivre le renforcement les filières régionales prioritaires ou encore améliorer la performance industrielle des entreprises régionales et déployer le dispositif "usine du futur".

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Agriculture | Les Deux-Sèvres au Salon International de l’Agriculture de Paris

20/02/2020 | 25 élevages deux-sévriens seront présents au Salon de l'agriculture de Paris du 22 février au 1er mars. A quelques jours de l'événement, éleveurs et animaux se préparent

Chambre d'agriculture 79, département des Deux-Sèvres, représentants de races et éleveurs aux côtés de 5 animaux qui vont participer au salon international de l'agriculture de Paris

Comme chaque année, le département des Deux-Sèvres sera présent à la porte de Versailles pour la 57e édition du Salon international de l’agriculture de Paris (SIA). Cet événement se déroule du 22 février au 1er mars. 25 élevages vont représenter le territoire deux-sévrien. Les établissements agricoles, le campus des Sicaudières et le lycée agricole de Melle, feront aussi le déplacement avec des ovins et des bovins. Parmi les bovins, la Parthenaise, race emblématique du département, sera mise à l’honneur. Rencontre quelques jours avant le départ pour Paris avec des éleveurs de Parthenaises à quelques kilomètres de Bressuire. Ils présenteront trois animaux au SIA.

Saint-Sauveur-de-Givre-en-Mai, à quelques kilomètres au sud-est de Bressuire, dans le Nord des Deux-Sèvres ; c’est ici que se trouve le Groupement agricole d'exploitation en commun (GAEC) de la famille Bodin. Les frères, Frédéric (42 ans) et Nicolas (41 ans) sont parfois aidés par leur père Bernard (77 ans) qui garde toujours un oeil sur la ferme. Ici, sont élevés 550 vaches dont 240 en vêlage. Pas n’importe lesquelles puisqu’il s’agit de la race locale : la Parthenaise. « Nous sommes naisseurs-engraisseurs label rouge depuis 2006, précise Nicolas. Nos parents ont initié cette ferme et produisent de la Parthenaise depuis 1990 (NDLR : avant ils élevaient de la Charolaise). Nous gardons le cap qu’ils ont pris sur l’élevage allaitant. » Le GAEC de la famille Bodin dispose également de terres. 180 hectares, dont 25 de blé, 30 de maïs et le reste en prairie, des cultures utiles pour leurs animaux.

De g. à d. Bernard Bodin et ses deux fils, Nicolas et Frédéric vont participer avec Irlande et Praline au salon international de Paris

Mais si le rendez-vous a été donné sur cette exploitation à quelques jours de l’ouverture du salon internationale de l’agriculture de Paris (SIA), ce n’est pas hasard. Effectivement, comme depuis plusieurs années, la famille Bodin y présente trois bêtes : une femelle suitée, Irlande, avec son veau Praline, ainsi qu’une vache bouchère label rouge, Hirondelle. « Nous allons à Paris à la fois pour essayer de remporter des prix mais aussi de faire connaître l’élevage de Parthenaises à l’échelle nationale », explique Frédéric Bodin. De l’ambition, ils peuvent en avoir. Tout un pan de mur de leur stabulation est remplie de plaquettes, symboles des concours que leurs animaux ont gagné. L’exercice 2019 a d’ailleurs été plutôt bon pour eux et ça s’est senti dans les ventes. « Pour nous, c’était une super année. Nous avons vendu une vingtaine de génisses qui n’ont pas encore eu de veau pour l’export en Hongrie et en Suisse », confie Nicolas. 

La Parthenaise à l’honneur

La Parthenaise, c’est la  race emblématique des Deux-Sèvres. « Il y a 50 000 vaches sur l’ensemble de la France, 80% viennent de l’ex Poitou-Charentes et du Maine-et-Loire », stipule Didier Dupuis, président de l’organisation raciale de la Parthenaise. À Paris, la race présentera 22 animaux. Le vendredi 28 février, lors de la journée où la délégation deux-sévrienne sera présente au Salon, un concours de la race Parthenaise est programmée de 10h à 12h30 sur le grand ring du hall 1. 16 animaux reproducteurs vont s’y affronter dans le cadre du concours général agricole et 6 animaux de boucherie vont participer à la promotion du label rouge et vont être vendus lors du Salon à des bouchers.
« Nous allons dévoiler à ce moment-là le nom du futur organisme qui s’occupe de la race Parthenaise, poursuit Didier Dupuis. Ainsi que notre nouveau logo. Sinon tout au long du Salon de Paris nous allons promouvoir la race avec des dégustations mettant en avant le travail de nos éleveurs. Sans eux le grand public ne mangerait pas de la bonne viande ». Sur le stand de la région Nouvelle-Aquitaine, des dégustations de viande parthenaise label rouge sont prévues les samedi 22 et 29 février après-midi, le mercredi 26, le vendredi 28 février toute la journée ainsi que sur le stand Poitou le jeudi 27 février. 

Deux moutons de race rouge de l'ouest qui vont participer au salon international de l'agriculture de Paris

Hormis des éleveurs de Parthenaises (ils seront 12 issus des Deux-Sèvres), on en trouvera deux de Prim’holstein, un de Blonde d’Aquitaine, un de Charolais sans oublier les deux vaches emmenées par les établissements agricoles deux-sévriens : une Rouge des prés du campus des Sicaudières de Bressuire et une Parthenaise du lycée agricole de Melle. Côté caprins, le GAEC Delahaye-Barreau présentera une dizaine de chèvres (des Saanens et des Alpines). Les ovins seront également là. Notamment des Rouges de l’ouest (photo ci-dessus) des exploitations de Jean-Marie Marolleau et Alexandre Brousseau entre autre. Il y aura aussi des moutons vendéens et des charmoises. Au total neuf éleveurs de moutons du départements feront le déplacement à Paris et six agnelles et deux béliers du lycée agricole de Melle. Au niveau équin, les races locales du Poitou que sont le baudet et le mulassier seront aussi mises en avant. 

Recréer du lien avec les citoyens

Le Salon international de l’agriculture de Paris permet également de faire un focus sur l’agriculture en Deux-Sèvres. « Il faut en profiter pour parler de la situation du monde agricole qui n’est pas toujours simple. La profession connaît des difficultés et elle est à un moment charnière », introduit Gilbert Favreau, président du conseil départemental des Deux-Sèvres, avant de laisser la parole à Jean-Marc Renaudeau, président de la chambre d’agriculture des Deux-Sèvres. « Le nombre d’agriculteurs diminue en France. Pourtant nos citoyens ont besoin de se nourrir. Ils sont tous consommateurs. Le lien a été rompu entre les agriculteurs et eux mais d’une certaine manière le salon de Paris permet de le recréer ce lien. » Selon le président de la chambre, il y a même un déficit de communication de la part des agriculteurs. « Il faut que nous mettions en avant nos qualités que ce soient les soins vétérinaires qui sont les plus performants en France, ou notre capacité à nous adapter face au changement climatique en fournissant des produits renouvelables. Les agriculteurs doivent être actifs et expliquer ce qu’ils font pour retrouver et récréer le lien entre le monde agricole et les citoyens ».

Gilbert Favreau partage cette vision sur l’agriculture, qui, comme il le rappelle, est un maillon essentiel dans le département des Deux-Sèvres. « C’est un territoire agricole. Aujourd’hui toutes les productions connaissent des difficultés que ce soient les grandes cultures qui doivent faire face à des problèmes de produits phytosanitaires, d’irrigation - il va falloir réfléchir et adapter les pratiques - ou que ce soit l’élevage, qui, quant à lui, rencontre des problèmes avec les cours. Les produits sont vendus à des prix trop bas, les mêmes qu’il y a trente ans. Il y a un problème. Il faut que ça change pour qu’on continue à produire des animaux allaitantes et mettre en avant l’agriculture deux-sévrienne qui est à la fois saine et remarquable ». Un baromètre qui montre que l’agriculture dans les Deux-Sèvres semble tout de même attractive. Celui des installations. « Aujourd’hui une ferme sur trois est reprise dans le département, précise Jean-Marc Renaudeau. Nous aimerions passer à une sur deux. Cependant, sur l’ex Poitou-Charentes, nous sommes le département qui compte le plus d’installation. A l’échelle de la Nouvelle-Aquitaine nous sommes le deuxième derrière les Pyrénées-Atlantiques ». Une petite satisfaction donc pour le président de la chambre d’agriculture des Deux-Sèvres. 

Les Parthenaises du GAEC de la famille Bodin à Saint-Sauveur-de-Givre-en-Mai

Les agriculteurs deux-sévriens se préparent à « monter » vers la capitale pour participer à la plus grande ferme de l’Hexagone. Pour une question de coût, ils mutualisent le transport des animaux. Un premier départ aura lieu ce vendredi 21 février et un autre le lundi 24 février. Concernant la famille Bodin, c’est le père, Bernard 77 ans et son petit fils de 14 ans, impatient d’y participer, qui seront présents durant toute la durée du salon à Paris. De belles vacances en perpectives. Chez les Bodin, l’élevage est une affaire de famille.

Julien Privat
Par Julien Privat

Crédit Photo : Aqui.fr

Partager sur Facebook
Vu par vous
6363
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Agriculture
Agriculture
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 27 + 7 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

A lire ailleurs sur aqui.fr
Luc Servant, Président de la Chambre régionale d'agriculture Nouvelle-Aquitaine Agriculture | 21/01/2021

Agriculture néo-aquitaine : "Des signes qui permettent de sourire" pour 2021, selon Luc Servant

Michel Prugue, Alain Rousset et Xavier Fortinon à Haut-mauco dans les locuax du groupe coopératif Maïsadour Agriculture | 15/01/2021

Crise aviaire : Alain Rousset appelle à "sortir des certitudes"

Julien Denormandie dans les Landes Agriculture | 09/01/2021

Crise aviaire : déjà 600.000 canards abattus dans les Landes, bien d'autres à venir

Signature du Pacte alimentaire Nouvelle-Aquitaine Alain Rousset et Fabienne Bucchio Agriculture | 07/01/2021

Agriculture, transformation et distribution s'engagent sur un Pacte régional de l'alimentation

Les représentants des syndicats Modef et Confédération paysanne en colère contre la gestion de la nouvelle crise Influenza aviaire 2020 Agriculture | 06/01/2021

Influenza aviaire : la fièvre de la colère monte dans les élevages landais

Denis Vicentini Comin Industrie Agriculture | 06/01/2021

Concours Agrinove : Que sont-ils devenus ? Denis Vicentini lauréat 2015 (épisode 1/4)

Luc Servant et Cédric Tranquard Agriculture | 20/12/2020

Cédric Tranquard prend l’interim de la Chambre d’agriculture 17

Luc Servant, président de la Chambre régionale de l'agriculture Nouvelle-Aquitaine Agriculture | 15/12/2020

Luc Servant élu président de la Chambre régionale d’agriculture

Christophe Congues et Philippe Saux, Président délégué et Directeur général du groupe coopératif Euralis Agriculture | 15/12/2020

Le groupe coopératif Euralis sauve 2020

Elevage de canards prêts-à-gaver dans les Landes Agriculture | 08/12/2020

Landes : la présence d’influenza aviaire confirmée

Elevage de canards prêts-à-gaver dans les Landes dans un bâtiments 900 m2 aux normes de la biosécurité Agriculture | 07/12/2020

Forte suspicion de grippe aviaire dans les Landes

Jonathan Lalondrelle et Gaëtan Bodin Agriculture | 30/11/2020

Installation et accès au foncier : Interview croisée de Gaëtan Bodin, Président Jeunes Agriculteurs Nouvelle-Aquitaine et Jonathan Lalondrelle, Secrétaire général JA Nouvelle-Aquitaine

Pierre Saint-Jean Agriculture | 20/11/2020

Les bénéfices possibles du confinement pour les agriculteurs

Antonio Marquès et son innovation Agriculture | 06/11/2020

Un process innovant pour protéger les cultures lauréat du concours Agrinove

Henri Biès-Péré, vice-président de la FNSEA Agriculture | 04/11/2020

Interview d’Henri Bies-Péré, n°2 de la FNSEA : « Cette PAC permet d’accompagner le virage que doit prendre l’agriculture, dans la durée, en souplesse. »