19/09/17 : Journée européenne des langues. Pour l'occasion, la Maison de l’Europe de Lot-et-Garonne organise un World café le mardi 26 sept de 14h à 17h, dans ses locaux pour échanger en anglais, espagnol, italien, allemand et s'informer sur "SO MOBILITÉ".

18/09/17 : C'est un gros coup pour la future Arena de Floirac. Ce lundi, elle a annoncé la venue le 4 avril prochain du groupe de rock américain Imagine Dragons. Les premiers billets seront disponibles à la vente vendredi 22 septembre, et les préventes dès mercredi.

15/09/17 : L'île d'Oléron a été choisie pour accueillir les prochaines Rencontres inter-îles, du 24 au 26 novembre. Ce rendez-vous autour des problématiques liées au maintien de l'agriculture dans les îles aura pour thématique l'accès au foncier.

15/09/17 : L'ancien maire socialiste de Cenon, Alain David, ayant été élu à l'Assemblée nationale c'est son successeur Jean-François Egron qui prend le relais en tant que vice-président de la métropole aux Ressources humaines et à l'administration générale

14/09/17 : Le comité olympique et sportif de la Dordogne a fêté hier, l'annonce officielle de l'attribution des Jeux Olympiques à Paris en 2024, en présence Manon Hostens, championne du monde en Kayak et Yoann Kowal, champion d'Europe 2014 du 3000 m steeple.

14/09/17 : Brive accueillera le samedi 23 septembre accueillera place du Civoire son premier salon de la bière locale et artisanale. Cinq brasseries artisanales viendront de Dordogne.

14/09/17 : Le tennis bordelais est en deuil. Jean-Louis Gachet, Commissaire Général du Tournoi BNP Paribas Primrose, est décédé vendredi dernier après une longue maladie, annonce dans un communiqué hommage Bernard Dupouy, Président de la Villa Primrose.

12/09/17 : En Dordogne, ce mardi matin, plus de 1500 personnes ont manifesté à Périgueux contre la loi travail. La CGT et la FSU ont pris la tête du cortège auquels participaient également Solidaires, le mouvement Attac et quelques militants Force ouvrière.

11/09/17 : En Charente-Maritime, la CGT a appelé à manifester contre la loi travail à Saintes à 10h30 devant le Palais de Justice, à Rochefort à 10h30 Place Colbert et à La Rochelle à 14h devant la gare.

11/09/17 : Lors de la journée d'action nationale du mardi 12 septembre, la Ville de Périgueux met en place un service minimum d’accueil dans les écoles qui seront en grève, pour les élèves des écoles maternelles et élémentaires pendant le temps scolaire.

11/09/17 : Mobilisation du 12 septembre : en Dordogne, deux manifestations sont prévues mardi à 10 h 30 devant le palais de justice de Périgueux et à 15 h devant celui de Bergerac, à l'appel de la CGT, de la FSU pour dénoncer les ordonnances de la loi Travail.

- Multivote -
Le Grand Poitiers - Rentrée Universitaire 2017
- Publicité -
S’abonner ici !
- Publicité -
  • 19/09/17 | Création d'une Commission départementale des espaces, sites et itinéraires au CD47

    Lire

    Engagé depuis des années dans la valorisation des itinéraires et promenades de randonnés, notamment à travers un plan départemental, le CD de Lot-et-Garonne vient de créer une Commission départementale des espaces, sites et itinéraires réunissant les acteurs évoluant dans le domaine des sports nature. « Cette instance de réflexion et de concertation aura à cœur de promouvoir et de favoriser le développement maîtrisé des sports de nature, au bénéfice des acteurs et des usagers de la nature ».

  • 18/09/17 | Michèle Larroque présidente du festival du film de Saint-Jean-de-Luz

    Lire

    La comédienne Michèle Larroque sera la présidente du jury du Festival international du film de Saint-de-Luz qui aura lieu dans la Cité des Corsaires du 3 au 7 octobre. Elle sera assistée de Hugo Becker, Lola Doillon, Marc Fitoussi, Gringe, Anne Marvin et Sarah Stern. Un joli casting qui sera enrichi par la présence du réalisateur Claude Lelouch. Michèle Laroque présentera en clôture du festival son premier film "Brillantissime" d'après la pièce "Mon brillantissime divorce" en avant-première mondiale. Programme: https://www.fifsaintjeandeluz.com/

  • 16/09/17 | Paris: La Maison de la Nouvelle Aquitaine est née

    Lire

    La Maison de la Nouvelle-Aquitaine remplace l’association de la Maison de l’Aquitaine et la SEM Maison du Limousin, dissoutes toutes deux en assemblées Générales extraordinaires le 13 septembre à Paris. Philippe DORTHE, Conseiller Régional de la Nouvelle-Aquitaine en est le président. Elle est dédiée notamment à l’attractivité, au développement économique, à la valorisation et la promotion touristique des destinations et territoires de la région Nouvelle-Aquitaine et offre des services en particulier un centre d'affaires et d'animation économique pour les entreprises.

  • 15/09/17 | Charente- Maritime : de nouvelles arrivées de migrants attendues en septembre

    Lire

    La rumeur courrait depuis plusieurs jours, elle a été confirmée par le nouveau préfet Fabrice Rigoulet-Roze et son secrétaire général Pierre-Emmanuel Portheret. La Charente-Maritime va accueillir de nouveaux migrants. Un nouveau centre d'accueil et d'orientation (CAO) sera donc créé à La Tremblade, en vue d'accueillir une vingtaine de migrants, portant le nombre de CAO à 5 sur le département, soit 178 places, réparties entre les bassins de La Rochelle, Rochefort et le Pays royannais.

  • 15/09/17 | Sécheresse : la Charente-Maritime reste en état d'alerte malgré les pluies

    Lire

    Alors que l'interdiction de remplissage des marres de tonnes vient d'être levée, la Charente-Maritime reste "en état de sécheresse" (depuis juin) pour la préfecture. Le préfet Fabrice Rigoulet-Roze compte lancer une réflexion pour changer les pratiques dans l'usage de l'eau, dans tous les secteurs d'activités, de l'agriculture au tourisme. Il s'est dit prêt notamment à envisager des aménagements de retenues d'eau, "en concertation avec les usagers", collectivités, associations, syndicats.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Nos partenaires


Agriculture | Les éleveurs laitiers girondins en plein doute

08/12/2016 | Mardi s'est tenue au Tourne, la conférence départementale de la filière laitière. Les éleveurs ont témoigné de leurs difficultés et de leurs espoirs.

Elodie Augeau, jeune éleveuse  laitière de 25 ans, au côté de Dominique Fedieu,  conseiller départemental responsable de la commission agriculture

Département réputé pour sa viticulture, la Gironde compte encore 76 exploitations laitières dont 32 ont un associé âgé de moins de 40 ans. La production laitière girondine représente un cheptel de 4500 vaches pour une production de 32 millions de litres. Lors de la conférence départementale de la filière lait qui s'est tenue mardi au Tourne, à l'initiative du Conseil départemental et de la Chambre d'agriculture, les éleveurs girondins ont fait part de leurs inquiétudes quant à l'avenir de la profession mais aussi des pistes de diversification et de leurs espoirs pour s'assurer un avenir.

En Gironde, une quinzaine d'éleveurs laitiers ont opté pour la vente directe, pour tenter de sortir de la crise et de dégager de meilleurs revenus. Parmi eux, Elodie Augeau, jeune éleveuse laitière de 25 ans, s'est installée l'an dernier. Après avoir obtenu un BTS de conception industrielle, elle a décidé pourtant de rejoindre la ferme de son père, à Vendays Montalivet, par passion de la terre et des vaches. Hier, lors de la conférence départementale laitière, organisée dans la commune du Tourne, près de Langoiran, la jeune femme est venue témoigner de ses espoirs, de ses difficultés. "Nous avons un cheptel laitier d'une quarantaine de têtes. Dès le départ, avec mon arrivée sur la ferme, nous avons fait le choix de mieux valoriser le prix du lait en pariant sur la vente directe et la mise en valeur des produits du terroir. Sur le secteur, nous ne sommes que plus deux exploitations laitières. Nous avons donc des craintes concernant la collecte."

Blocage administratif
L'exploitation produit 250 000 litres de lait, et  actuellement 10 000 litres sont transformés en yaourts, en frômage blanc et en en yaourts à boire. "La demande est là, surtout en période estivale, où nous travaillons beaucoup."  La jeune agricultrice a des projets plein la tête : elle voudrait étoffer sa gamme, par des glaces, des fromages, commercialiser ses produits aux cantines locales. Pour accroître la production et atteindre l'objectif fixé de chiffre d'affaires de 150 000 euros sur la vente directe, elle a besoin d'un nouvel outil de transformation. L'investissement représente 120 000 euros. "Actuellement, le dossier de permis de construire subit un blocage administratif en raison de la loi Littoral. C'est long et fastidieux, cela prend énormément de temps, j'espère qu'on l'on va trouver rapidement une solution pour voir aboutir notre dossier."
Hier,  comme elle, plusieurs éleveurs ont témoigné des solutions qu'ils mettent en place sur leur ferme pour continuer à croire en l'avenir.  La vente directe peut paraître comme une bonne option, mais celle-ci ne convient pas à tout le monde, ni à toutes les structures. " Il faut avoir l'esprit commerçant, savoir se vendre et être très présent sur les réseaux sociaux. Ouvrir sa ferme n'a rien d'évident pour certains," intervient Alain Duvialard.
D'autres comme Philippe Pujos, éleveur à Bazas, qui a troupeau laitier et un troupeau allaitant en race bazadaise, hésite au contraire à arrêter la vente directe l'an prochain.  "Nous avons plus de trente  ans d'expérience dans ce domaine. Avant, la vente directe - exclusivement du lait cru- représentait 60 000 litres, aujourd'hui, nous sommes tombés à 15 000 litres, en raison notamment des contraintes dues à la DLC courte. Ce n'est plus très rentable." Son Gaec a vu le départ à la retraite de deux associés. Ce départ aurait pu mettre fin à l'activité laitière, comme cela se passe dans la majorité des cas. Philippe Pujos a fait un autre choix : celui d'investir dans un robot de traite d'occasion. Résultat, la production de lait par vache a progressé.

76 exploitations
La filière laitière en Gironde réunit 76 exploitations : malgré ses faiblesses : dépendance vis à vis des groupes laitiers, effondrement des cours subis par l'ensemble de la profession, nombreuses cessations laitières ou reconversions dans d'autres productions, elle n'est pas dénuée d'atouts. "Ses deux principaux sont le très bon niveau technique des éleveurs de la Gironde et la moyenne d'âge. 32 exploitations ont un associé de moins de 40 ans et il y a eu des installations au cours des quinze dernières années, souligne François Rausher, de la chambre d'agricuture de la Gironde. Le Département a fait le choix de continuer à soutenir les élevages bovins viande et bovins lait. La collectivité, par les voix de son vice président chargé du développement économique, Bernard Castagnet et de Dominique Fédieu, conseiller départemental du canton Sud Médoc et président de la commission agriculture, mer et forêt, ont tenu à réaffirmer leur soutien à la filière. "On ne peut laisser disparaitre la filière lait en Gironde. Il existe de nombreux partenariats entre le Conseil départemental et les structures professionnelles girondines." En 2016, le Département a consacré 1 052 000 euros d’aides aux élevages et 800 000 euros pour la filière lait sur les cinq dernières années, principalement des aides à l'investissement. Au cours de cette réunion, la représentante des services de l'état a rappelé les différents dispositifs d'aides proposés aux éleveurs : exemple, aide à la réduction de la production laitière, aide à la trésorerie, ou encore le dispositif "année blanche". Lors de cette conférence départementale, les éleveurs laitiers de la Gironde ont surtout démontré, malgré les doutes, les tracas administratifs, qu'ils ne baissaient pas les bras et souhaitaient vivre  tout simplement de leur métier.

Claude-Hélène Yvard
Par Claude-Hélène Yvard

Crédit Photo : aqui.fr

Partager sur Facebook
Vu par vous
7266
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Agriculture
Agriculture
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 21 + 15 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

A lire ailleurs sur aqui.fr