18/10/17 : Malgré la protestation d’élus et des syndicats, la Direction générale des Finances publiques a entériné la fermeture de la trésorerie de Mussidan (24). D’autres pourraient connaître le même sort comme à Belvès, Saussignac, Thiviers et Brantôme.

17/10/17 : La Rochelle organise son Colloque Citoyenneté et Solidarités sur le thème "Innover aujourd’hui pour l’action sociale de demain" le 19 octobre à l'espace Giraudeau, avec l'intervention du CNAM de Paris. Gratuit sur réservation. www.ccas-larochelle.fr

15/10/17 : A TF1 Emmanuel Macron après le drame de Marseille a annoncé une nouvelle loi en matière de droit d'asile et d'immigration et la négociation en cours "d'accords bilatéraux avec les pays africains" pour rendre effectives les reconduites à la frontière.

13/10/17 : Les offices HLM de Charente-Maritime organisent une manifestation mardi à 14h devant la prefecture de La Rochelle pour protester contre la baisse des aides au logement pour les bailleurs sociaux.

11/10/17 : Le collectif national « Vive l'APL » qui regroupe 60 organisations associatives, syndicales, de consommateurs et bailleurs sociaux, appelle à la mobilisation samedi «pour défendre le droit au logement social». A Bordeaux, ce sera à Pey Berland à 14h

03/10/17 : L'organisation du Grand Pavois a enregistré quelque 80 000 visiteurs pour cette 45 e édition, identique à l'an dernier, et de nombreuses ventes d'unités. La prochaine édition se tiendra du 26 septembre au 1er octobre 2018.

- Multivote -
- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 19/10/17 | Le Pays basque a déjà gagné le Tour de France

    Lire

    Le Pays basque intérieur pourrait bien ériger une statue aux organisateurs d'un Tour de France qu'il n'avait pas vu depuis 2006 -à Cambo-les-Bains-. En effet, cette étape contre la montre du samedi 28 juillet entre Saint-Pée-sur-Nivelle et Espelette se dispute la veille de l'arrivée, certes. Comble du bonheur, elle a lieu en pleine période... des Fêtes de Bayonne! Une aubaine touristique pour les maires Jean-Marie Iputcha et Pierre Marie Nousbaum. Il est vivement recommandé de réserver ses nuitées dès aujourd'hui au Pays basque.

  • 18/10/17 | Déviation de Beynac : plus de 2600 avis recueillis pour l'enquête publique

    Lire

    Concernant l'enquête publique sur la déviation de Beynac, en Dordogne, qui s'est clôturée le 17 octobre, plus de 2600 avis ont été déposés dont 2410 en ligne. La commission va remettre sous huitaine une synthèse au Conseil départemental qui pourra formuler des réponses. Dans un délai d'un mois, la commission rendra ensuite son avis avec d'éventuelles observations à la préfète de la Dordogne. C'est à elle que reviendra la décision finale de valider ou non le projet.

  • 18/10/17 | Les Pyrénées-Atlantiques "chouchoutées" par le Tour de France

    Lire

    Les Pyrénées-Atlantiques décrochent la timbale pour l'édition 2018 du Tour de France. Parti de Trie-sur-Baïse (65), le peloton arrivera à Pau le jeudi 26 juillet. Il disputera le vendredi 27 une étape émaillée de nombreux cols entre Lourdes et la commune montagnarde de Laruns (Aspin, Tourmalet, Bordères, Soulor-Aubisque). Un contre la montre entièrement basque sera enfin disputé le samedi 28 entre Saint-Pée-sur-Nivelle et Espelette. Equipes et accompagnateurs étant en prime logées pendant quatre jours à Pau. Que demander de mieux ?

  • 17/10/17 | Dominique Bussereau fait du lobbying pour le Tour de France

    Lire

    Alors qu'il assistera à la présentation du parcours du Tour de France ce mardi, le président de la Charente-Maritime compte bien "faire une petite piqûre de rappel" au patron du Tour de France Christian Prudhomme sur la volonté du Département d'accueillir le Tour de France "dans les prochaines années". Dominique Bussereau a notamment en tête un passage du Tour par les îles de Ré et d'Oléron. Une manne touristique et financière non négligeable, et une belle vitrine pour le territoire.

  • 15/10/17 | Les ours des Pyrénées donnent de leurs nouvelles

    Lire

    L'association Pays de l'ours- ADET se réjouit de "deux bonnes nouvelles" sur le massif pyrénéen. Tout d'abord la réapparition de Cannellito, le fils de l'ourse Cannelle tuée en 2004 par un chasseur béarnais. Alors que le plantigrade avait disparu depuis plusieurs mois, sa trace a été détectée grâce à la génétique en Bigorre et à Luchon. Par ailleurs, une quatrième portée comprenant deux oursons a été repérée sur le massif. "Ce qui porte à 7 le nombre minimum d'oursons cette année".

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Nos partenaires


Agriculture | Les jeunes agriculteurs du monde réunis à Bordeaux pour la reconnaissance de l'agriculture familiale

05/09/2014 | Plus de 50 nationalités étaient présentes ce jeudi au Sommet international des Jeunes Agriculteurs pour échanger leurs visions et attentes sur le développement de l'agriculture familiale.

Une cinquantaine de nationalités réunie pour la défense de l'agriculture familiale. Au centre Stéphane Le Folle, Thomas Diermer, Président JA, Gérard Renouard, Président d'AFDI

En marge de la grande manifestation agricole «Les Terres de Jim», lancée ce jeudi à Saint-Jean-d'Illac, les Jeunes Agriculteurs organisaient à Bordeaux et en partenariat avec l'AFDI (Agriculteurs Français et Développement International), un Sommet international des jeunes agriculteurs intitulé «l'agriculture familiale, des agricultures d'avenir». Un écho au choix des Nations Unies de proclamer 2014 comme l'année internationale de l'agriculture familiale. A l'issue de ce sommet, les participants ont ratifié un manifeste rédigé par une soixantaine d'organisations agricoles jeunes du monde entiers pour la reconnaissance internationale de cette agriculture. Stéphane Le Foll, Ministre de l'agriculture était à leurs côtés.

Mali, Québec, Pérou, Kénya, Italie, Australie, Indonésie... Le Sommet International des Jeunes agriculteurs a permis un voyage à travers les agricultures du monde. D'un pays à l'autre, on le constate bel et bien, l'agriculture familiale est, dans son vécu, partout différente et singulière. Climat, cultures, pratiques, technologies, organisation, système économique... autant de facteurs à la différenciation. Pourtant, paradoxalement, nombre de constats et de revendications portés par ces jeunes agriculteurs venus des quatre coins de la planète se rejoignent. Et pour cause, ils ont tous face à eux les mêmes défis à relever. Défi alimentaire d'abord, avec une planète à bientôt 9 milliards d'individus à nourrir, défi économique et social, afin de vivre décemment de leur métier, et enfin, défi environnemental face à des changements climatiques dont certains, des Îles Fidji aux plateaux semi-arides du Brésil, en vivent déjà les conséquences au quotidien.

Manque de reconnaissance politique et socialeMais, outre ces défis communs, ils ont aussi, souvent, les mêmes difficultés à surmonter. La première d'entre elle est le manque de reconnaissance politique et sociale du métier d'agriculteur. Dans le second cas, la rupture plus ou moins profonde entre la société et ses agriculteurs, cause des difficultés à attirer les jeunes vers les métiers agricoles et donc une baisse des actifs. Un renouvellement des générations difficile qui met ainsi potentiellement en danger la pérennité de l'activité agricole.
C'est par exemple le cas du Québec où les agriculteurs, ne représentent plus que 2% des actifs. Conséquence, «la grande majorité des travailleurs agricoles viennent de Colombie et du Mexique. Ils restent 2 ou 3 mois puis repartent avant de revenir», témoigne Alex, l'intervenant québécois. Un problème de perception de l'agriculture par la société que connaît aussi l'Europe affirme l'italien Matteo Bartolini, Président du Conseil européen des jeunes agriculteurs.
Quant à la reconnaissance politique, elle aussi est plus que précieuse, puisque que ce n'est qu'à travers cette reconnaissance que les agriculteurs peuvent bénéficier de soutiens structurels ou financiers pour leur exploitation et la commercialisation de leur production. C'est ce dont a témoigné avec énergie, Hilda, la jeune agricultrice venue du Kenya. Depuis 2010, ce pays a en effet réservé une place particulière à l'agriculture dans sa Constitution. «Avant nous avions une agriculture vivrière, maintenant nous allons de plus en plus vers une agriculture vraiment agroalimentaire, un agro-business». Cette reconnaissance récente a amené «beaucoup de nouveautés pour l'agriculture, insiste-t-elle. Hilda cite par exemple «l'appui du gouvernement local pour trouver des solutions d'accès au crédit via des micro-financements auprès d'organismes extérieurs». Une solution qui permet d'éviter les risques de surendettement liés aux taux d'intérêt des crédits classiques.

Tale ronde, lors du Sommet International des Jeunes Agriculteurs


Autant remplir un seau percéL'accès au financement justement, a été à de nombreuses reprises cité comme une des difficultés majeures, avec l'accès à la terre, pour les jeunes agriculteurs réunis ce jeudi. Quelque soit le pays, la difficulté à s'installer, même dans le cadre familial, est prégnante. Un blocage qui peut soit venir de la valeur des terres ou des impôts et taxes qui sont assignés dans le cadre de transmissions (plutôt dans les pays du nord), soit au contraire, d'une parcelle trop petite pour pouvoir être raisonnablement partagée quand une famille a 5 ou 6 enfants candidats à la reprise (plutôt d'un pays du Sud)... A noter que des différents exemples cités, la France est le seul pays à pratiquer la régulation des prix du fonciers tel que le fait la SAFER.
Pour autant, pour Babacar Samb, le Sénégalais du groupe, mettre en place des dispositifs pour aider les jeunes à s'installer, comme il en existe dans son pays, ne doit pas faire oublier de soutenir ceux qui sont déjà en activité, à défaut, autant remplir un seau percé... Il faut donc d'abord, selon lui, résoudre le problème lié au revenu et plus globalement la perception du monde agricole par les jeunes, pour ensuite parvenir à recruter plus facilement des jeunes qui pourront pérenniser la production.

En parfaite concordanceUne production pérenne dont seule, une agriculture familiale, productive et durable, peut être «le garant» insiste Stéphane Le Foll, en parfaite concordance avec les propos échangés dans la journée. Lutter donc contre l'accaparement des terres par de grands investisseurs, faciliter l'accès au foncier, permettre l'accès au crédit... Autant de principes d'actions et de politiques volontaristes demandés par le Manifeste des JA, ratifié ce mercredi. Autre point d'accord entre le Manifeste et le Ministre de l'Agriculture: la nécessité de défendre l'agriculture familiale à tout niveau, rappelant au passage que la France regrettait que l'actuelle présidence du G20 par l'Australie, n'ait pas placé ces questions à son programme. En attendant des changements à ce niveau là, la France sera présente au CSA (Comité sécurité alimentaire) de la FAO le 16 octobre prochain à Rome. Les JA et leur Manifeste y seront aussi.

Solène Méric
Par Solène Méric

Crédit Photo : Aqui.fr

Partager sur Facebook
Vu par vous
1390
Aimé par vous
2 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Agriculture
Agriculture
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 22 + 16 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

A lire ailleurs sur aqui.fr
FRAB, Chambre agriculture et Interbio main dans la main pour le Mois de la Bio Agriculture | 17/10/2017

La bio à l’honneur en Lot-et-Garonne

Jean-Paul Musset et son fils Julien, qui vient d'acquérir l'exploitation laitière Agriculture | 16/10/2017

Foncier : la restructuration réussie d'une exploitation laitière à Coutras

Vendange en Aquitaine Agriculture | 16/10/2017

CIVB: La petite récolte 2017 obligera à puiser dans les stocks

Le taureau Fanfaron (à droite), un des bovins de la Race Parthenaise présentée au Salon de l'Agriculture 2016 Agriculture | 16/10/2017

Aqui! TV7 : La Parthenaise, nouvel atout charme de l'élevage bovin régional

Le Maraîchage bio est en plein essor en particulier en ceinture bordelaise Agriculture | 12/10/2017

Opération séduction pour la filière bio en novembre

Bertrand Harispuru, éleveur ovin et bovin au pays basque à la retraite Agriculture | 10/10/2017

L'évaluation foncière : l'autre porte d'entrée vers une vente Safer

La chambre d'agriculture des Pyrénées-Atlantiques donne rendez-vous aux éleveurs ovins le 13 octobre pour ses 13èmes Assises Ovines. Au programme la question de la main d'oeuvre Agriculture | 10/10/2017

Assises Ovines - 3 questions à Patrick Etchegaray, responsable de la commission ovine à la Chambre d'Agriculture des Pyrénées-Atlantiques

ManifCastelnau Agriculture | 07/10/2017

Filière avicole dans le rouge : les Landais unis pour faire payer l'Etat

Marie-Hélène Cazaubon, éleveuse gaveuse à Monsoué, présidente de la Commission Agricultrices - FDSEA 40 Agriculture | 05/10/2017

Crise aviaire et canards gras, reportage à Montsoué

Serge Bousquet Cassagne président de la Chambre d'agriculture47 (à droite) Agriculture | 04/10/2017

« Si quelqu’un a besoin de terres pour s’installer... » Serge Bousquet-Cassagne, président de la Chambre d’agriculture de Lot-et-Garonne

Euralis : du maïs semences pour toute l'Europe Agriculture | 03/10/2017

Euralis : des semences de maïs pour toute l’Europe

Visuel du projet du bâtiment Agrocampus Agriculture | 26/09/2017

Technopôle Agrolandes: du numérique à la biosécurité avicole

Maël Gallard et Laura Baillard avec Eirelles, jeune jument de 3 ans Agriculture | 25/09/2017

Pour Laura Baillard et Maël Gallard, leur projet agricole est en bonne voie

Pin Agriculture | 22/09/2017

100e AG des Sylviculteurs du Sud-Ouest : les parasites, « danger numéro un » de la forêt

Dominique Graciet, Président de la Chambre régionale d'Agriculture de Nouvelle-Aquitaine Agriculture | 20/09/2017

Dominique Graciet, Président de la Chambre d'agriculture de Nouvelle-Aquitaine : "L'Etat ne tient pas ses engagements"