Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

18/09/20 : L'incendie du 17 septembre en Nord Gironde avait causé l'interruption du trafic sur la LGV Sud Europe Atlantique. Après vérification du bon fonctionnement des installations par Lisea, le trafic a repris très progressivement depuis 16 heures.

17/09/20 : Plusieurs centaines de personnes ont défilé ce jeudi à la mi-journée à Bordeaux comme un peu partout en France à l'appel de plusieurs syndicats (CGT, FSU, Solidaires) pour dénoncer le plan de relance gouvernemental et les plans sociaux.

17/09/20 : Dans le 47, la fibre optique arrive dans le Pays de Duras. 1ers foyers lot-et-garonnais raccordables début septembre grâce à l’action d’Orange passé avec le Conseil départemental.

17/09/20 : Touchés par la crise liée au Covid, les producteurs de Foie gras ouvrent leurs portes lors des journées du patrimoine (19-20/09). En Lot-et-Garonne, 2 élevages accueillent le public : La Ferme de Souleilles à Frespech et la Ferme de Ramon à Lagarrigue.

16/09/20 : Trois statues de la flèche de Notre-Dame⁩ sont de retour à Paris depuis mardi, plus précisément à la cité de l'architecture. Elles avaient été déplacées dans le cadre de travaux trois jours avant l’incendie pour être restaurées en Dordogne.

13/09/20 : A Beynac, plusieurs centaines de personnes, des dizaines d’élus dont le député des Pyrénées Atlantique, Jean Lassalle sont présents ce dimanche matin à la manifestation en soutien au projet de contournement, qui a été invalidé par la justice.

11/09/20 : Les fortes chaleurs annoncées ces prochains jours (de 31° samedi à 36° lundi et mardi)conjuguées à la sécheresse des sols, ont conduit la préfète de la Gironde à élever la vigilance risque feux de forêt au niveau orange du 12 au 15 septembre inclus.

10/09/20 : Reporté du 31 août au 7 septembre en raison de la COVID-19, le concours de Bordeaux dévoile son palmarès. 990 médailles ont été attribuées sur les 3 427 vins candidats soit 28,8% : 327 médailles d'or, 420 médailles d'argent et 243 médailles de bronze.+ d'info

10/09/20 : Le Mouvement Européen France - Gironde a tenu son Assemblée Générale début septembre. François Adoue, directeur de l'Observatoire International des Métiers Internet a été élu président de l'association et succède ainsi à Jean-Michel Arrivé.

10/09/20 : Pour le centenaire d'aquitanis, arc en rêve propose de visiter l'architecture contemporaine à l'occasion des Journées Européennes du Patrimoine. Les visites se dérouleront au Grand Parc le 19 septembre à partir de 11h puis à la Benauge le 20 septembre.

10/09/20 : "Adolescentes", le long métrage documentaire de Sébastien Lifshitz, sorti hier, a reçu 100 000€ d'aides de la Région (écriture et production). Ce film, dont le tournage s'est étalé sur 5 ans, suit l'adolescence de 2 collégiennes puis lycéennes brivistes

09/09/20 : Suite aux résultats positifs au test Covid de l’un de ses agents à la crèche municipale du quai Chaho, 3 nouveaux cas d'agents du même établissement ont contraint la Ville de Bayonne à une fermeture de celle-ci pour au moins 8 jours jusqu'au 9 septembre.

- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 20/09/20 | Covid 19 : 14 cas à la mairie de Périgueux

    Lire

    Suite à la déclaration de plusieurs cas de Covid au sein des personnels municipaux, la ville de Périgueux a organisé une journée de dépistage. Il en résulte six cas positifs sur les 105 tests pratiqués, qui s'ajoutent aux huit cas détectés précédemment. Les 14 agents testés positivement sont en arrêt de travail pour une durée de sept jours et le recensement des cas contacts est en cours. Aucun agent concerné n'occupe de fonction en contact direct et quotidien avec le public.

  • 19/09/20 | Le Grand marché Bio du Bourgailh se tiendra dimanche

    Lire

    L’association Écosite du Bourgailh valorise l’agriculture biologique lors d’un grand marché bio festif au coeur de la Forêt du Bourgailh. Une vingtaine de producteurs biologiques proposeront ce 20 septembre une offre de produits variés (fruits et légumes, viandes, épicerie, vins et bières...). Certains produits pourront être dégustés sur place lors d’un repas en plein air. Cette 4ème édition se tiendra dans le respect du protocole sanitaire lié au Covid 19 : port du masque obligatoire pour les plus de 11 ans, restauration sur place assise, respect de la distanciation physique.

  • 18/09/20 | Des CRS à demeure à Bordeaux

    Lire

    À partir du 29 septembre, une demi-compagnie de CRS viendra s'installer à demeure à Bordeaux (une trentaine de policiers). Cette décision ministérielle fait suite à la demande de la préfète de la région Nouvelle-Aquitaine et de la Gironde, Fabienne Buccio, auprès du ministère de l'Intérieur pour faire face à une montée des agressions et des violences à Bordeaux. La même demande avait aussi été faite par la sénatrice Nathalie Delattre (Mouvement Radical) et le maire de Bordeaux, Pierre Hurmic. Les lieux de déploiement précis de la demi-compagnie de CRS ne sont pas encore connus.

  • 18/09/20 | Pascal Protano, élu président du syndicat des déchets de la Dordogne

    Lire

    Le syndicat mixte des déchets de la Dordogne (SMD3) a élu mardi 15 septembre son nouveau président. Il s'agit de Pascal Protano, maire de Coursac et deuxième vice président de l'agglomération périgourdine. Il est en charge de la gestion des déchets depuis sept ans et devra notamment gérer la mise en route des poubelles incitatives sur l'ensemble du département. Francis Colbac, demeure premier vice-président du SMD3. Pascal Protano a obtenu avec 46 voix sur 65 votants.

  • 18/09/20 | Charente-Maritime : l'apprentissage à la cote!

    Lire

    Après une hausse l'an dernier, les CFA du 17 confirment leur attractivité avec une nouvelle hausse de 6% des inscriptions en cette rentrée. Les aides de l’Etat pour l’embauche d’un apprenti ont contribué à cette dynamique. 1 958 apprentis font actuellement leur rentrée au CFA sur Lagord et Saint-Germain-de-Lusignan. Il reste des places. La Chambre des Métiers et le CFA organisent un Job Dating Alternance mercredi 16 septembre de 14h à 17h. Plus de 600 offres en apprentissage sont à pourvoir.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Agriculture | Les palmipèdes sous la loupe des chercheurs montois

25/10/2017 | Au sein de l'IUT des Pays de l'Adour de Mont-de-Marsan, une équipe de chercheurs, travaille à améliorer la qualité du foie gras et réduire le temps de gavage des animaux.

Au sein de l'IUT des Pays de l'Adour de Mont-de-Marsan, une équipe de chercheurs, sous la houlette du Professeur Stéphane Davail, travaille à améliorer la qualité du foie gras et réduire le temps de gavage des animaux.

« Quand on s'engage à travailler dans un IUT, il y a une obligation à faire des recherches en lien avec le tissu économique local », explique Stéphane Davail Professeur d'Université à l'IUT des Pays de l'Adour sur le campus de Mont-de-Marsan où il est en outre directeur adjoint du laboratoire NUMEA (Nutrition et Métabolisme des Animaux Aquatiques). Spécialisé en physiologie animale, l'enseignant chercheur, s'est entouré d'une équipe dédiée à la recherche sur les palmipèdes, avec pour objectif global de « comprendre les mécanismes qui permettent la formation du foie gras ». En vue : l'amélioration de la qualité, et la réduction du temps de gavage. Sujet économique et social d'importance s'il en est dans le département des Landes.

Si en ces temps perturbés par la grippe aviaire, il est régulièrement fait état des nécessaires recherches et expérimentations visant les questions sanitaire et de biosécurité de la filière palmipède, d'autres recherches sont en cours depuis de longues années autour du produit économique lui-même qu'est le foie gras, tant sur sa qualité que sur la durée du gavage. Deux sujets essentiels pour les professionnels qui ne peuvent avoir de réponse qu'en ayant la meilleure connaissance possible du mécanisme naturel qui permet la formation du foie gras.

Comprendre le phénomène multifactoriel qui est à l'origine du foie grasEn effet, « si l'activité des producteurs mime un phénomène naturel que l'on observe chez les oiseaux migrateurs se préparant à de longs voyages sans possibilité de se nourrir, on a longtemps considéré le canard comme une sorte de « boîte noire », qui en la nourrissant en grande quantité sur une période courte donnait un foie gras. Or, si on veut améliorer la qualité du produit ou diminuer la durée du gavage, il est important de connaître les mécanismes physiologiques qui induisent la fabrication du foie gras », explique le professeur Davail. Un sujet long et complexe dont il connaît bien la difficulté, car c'est lui qui s'y est attaqué le premier en 1996.
Des recherches qui sont actuellement poursuivies par Karine Gontier, Maître de conférence à l'IUT et la doctorante qui l'accompagne, Tracy Pioche. « Il s'agit de travailler sur des récepteurs identifiés, qualifiés pour arriver à comprendre le phénomène multifactoriel qui est à l'origine du foie gras. » L'objectif ici est de parvenir à terme à sélectionner les animaux qui ont les meilleures aptitudes du fait par exemple d'une activité enzymatique particulière. « Le problème c'est que de nombreux facteurs interviennent et que ceux-ci peuvent varier d'un individu à l'autre. » « Ici on parle bien d'un objectif de sélection d'animaux, et non pas de modification ou manipulation génétique », tient à préciser le professeur Davail. Mais une fois ce mécanisme analysé et compris, restera encore un autre défi : parvenir à une sélection qui puisse être réalisée facilement par les professionnels sur le terrain, via par exemple un test salivaire effectué sur les animaux... De ce point de vue là aussi, les chercheurs ont donc bel et bien encore un peu de pain sur la planche.

De l'embryon au microbiote intestinalMais se pencher sur les pistes d'amélioration du foie gras ou de la diminution de la durée du gavage, peut amener les chercheurs à intervenir sur différentes parties de l'animal et à différents stades de son développement. Les recherches menées par Marianne Houssier, et son doctorant, William Massimino, en sont bien la preuve, puisqu'ils se penchent quant à eux sur le stade embryonnaire du palmipède. « On essaie de changer la température d'incubation des œufs afin de voir s'il y a un impact sur le développement du gras du foie gras. C'est ce qu'on appelle la programmation thermique », explique la spécialiste en physiologie. Mais pourquoi un tel intérêt à changer la température ? « Parce qu'on sait que changer la température lors du stade embryonnaire agit sur le métabolisme mais on ne sait pas encore précisément si ça a un impact sur le foie gras. » Une mission qu'elle s'est donc assignée. Un programme de recherche récent, entamé en novembre 2016, mais qui pourrait, si bien sûr il s'avère fructueux, être ensuite mis en place sur le terrain relativement rapidement et facilement. ne s'agissant là « que » de régler, ou dérégler, la température des couvoirs.
Enfin, le troisième sujet de recherche sur lequel se penche l'IUT, a démarré en 2009 sous la responsabilité de Karine Ricaud, maître de conférence en microbiologie moléculaire. Avec son doctorant Maxime Even, elle s'intéresse au microbiote intestinal des palmipèdes. « Chez l'homme il a été démontré que les personnes obèses ont des compositions de bactéries différentes et que ça favorise l'engraissement périphérique. Il y a un lien entre ces bactéries du tube digestif et l'engraissement par ailleurs. Chez les souris il a été démontré que ce microbiote en était aussi responsable. En mimant le comportement de molécules produites par l'organisme, ces bactéries agissent sur le métabolisme et la capacité digestive. L'idée serait donc de diminuer la durée du gavage, et donc aussi la quantité de maïs, en améliorant l'efficacité alimentaire. C'est un double avantage à la fois pour le producteur en terme économique, et aussi pour le bien-être de l'animal. »

Trois programmes de recherche loin d'être déconnectés du monde économique puisque le CIFOG (Comité interprofessionnel des palmipèdes à Foie gras) est ou a été partenaire financier sur les trois programmes au côté du Conseil départemental et due la communauté d'agglomération du Marsan. Autant de pistes, qui, si elles ne sont pas encore prêtes à être transférées au monde agricole, permettront sans doute un jour, qui sait, de proposer des alternatives au gavage.

Solène Méric
Par Solène Méric

Crédit Photo : Aqui.fr

Partager sur Facebook
Vu par vous
5900
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Agriculture
Agriculture
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 22 + 15 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

A lire ailleurs sur aqui.fr