aqui.fr lance Aqui-Bordeaux-Métropole le 9 novembre 2015

24/02/17 : Charente-Maritime : le nombre de demandeurs d'emploi (toutes catégories) s'établit à 56 370 fin janvier 2017, soit + 1% par rapport à décembre. Mais le nombre de demandeurs d'emploi sans aucune activité à baissé de 3,4% en un an. Ils sont 33 530 .

23/02/17 : Après sa rencontre avec Emmanuel Macron François Bayrou va « tout faire pour aider » le candidat d’En marche ! dans sa campagne présidentielle. L’ancien ministre de l’économie a salué ce « rassemblement des progressistes qui dépasse les clivages »

22/02/17 : Le carnaval béarnais repart de plus belle à partir du jeudi 23 février à Pau avec, notamment, sa fameuse nuit de l'ours. Il poursuivra ses défilés, concerts, rires et délires jusqu'au dimanche 26 février.+ d'info

22/02/17 : Charente-Maritime : la préfecture organise une réunion publique au sujet du projet d'éolien offshore prévu au large de l'île d'Oléron, le lundi 27 février à 18h30 au complexe Eldorado à Saint-Pierre d'Oléron.

21/02/17 : C'est Le Dorat, localité de 1800 habitants, dans la Haute-Vienne qui doit recevoir en juillet 2019, le Mondial de la tonte des moutons. L'évènement doit rassembler 300 concurrents d'une trentaine de pays, 5000 ovins et attirer 30 000 visiteurs.

20/02/17 : C'est le Californien -et ancien résident d'Anglet- Tom Curren, triple champion du monde WSL et triple champion du monde ISA, 52 ans, qui sera le parrain des championnats du monde de surf des nations(ISA), qui auront lieu du 20 au 28 mai à Biarritz.

20/02/17 : La LGV Tours-Bordeaux sera inaugurée à Villognon, en Charente, le 28 février, sur la base de maintenance de Mesea. Le président François Hollande est attendu sur l'événement, mais son éventuelle venue ne sera confirmée qu'au dernier moment.

- Multivote -
- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 24/02/17 | Nouvelle Aquitaine: le chômage en légère baisse

    Lire

    Fin janvier, en Nouvelle-Aquitaine, il y avait 294 580 demandeurs d'emploi de catégorie A ( sans aucune activité) soit -0,3 % sur 3 mois ( –980 personnes) -0,1 % sur un mois et -2,8 % sur un an. France: -0,3 % sur 3 mois et -2,5 % sur un an. Par âge: -0,3 % pour les moins de 25 ans (–0,1 % sur un mois et –7,3 % sur un an), -1,0 % pour ceux de 25 à 49 ans (–0,3 % sur un mois et –3,9 % sur un an) et + 1,3 % pour les 50 ans ou plus (+0,4 % sur un mois et + 2,3 % sur 1 an, le total des demandeurs A, B, C - 498 210 - augmente de 0,5 % sur 3 mois, de 0,4 % sur 1 mois et de 0,9 % sur 1 an..

  • 24/02/17 | Mort de Robert Boulin: vers la déclassification du secret défense?...

    Lire

    Le combat de la fille de Robert Boulin, l'ancien ministre et maire de Libourne, retrouvé mort en 1979 dans un étang de la forêt de Rambouillet va peut être connaître une étape décisive. En tout cas le juge d'instruction a demandé la déclassification de documents « secrets défense » et le ministre de l'Intérieur, Bruno Le Roux, pourrait accéder à cette requête après avis de la commission ad hoc.

  • 24/02/17 | Une nouvelle maison d'arrêt va être construite à Pau

    Lire

    Une nouvelle maison d'arrêt pouvant recevoir 500 détenus va être construite dans un quartier nord-est de Pau, à l'entrée de la ville. C'est ce qu'a indiqué Jean-Jacques Urvoas, le ministre de la Justice. La future prison, dont l'emplacement a en particulier été choisi en raison de ses facilités d'accès et des services urbains qui seront offerts au personnel pénitentiaire, devrait être édifiée au plus tard en 2025. En dépit de sa vétusté, l'actuelle maison d'arrêt située en centre ville, ne sera pas fermée pour autant.

  • 24/02/17 | La Rochelle : J. Marchand laisse sa place à la tête de La Coursive

    Lire

    Le directeur de la scène nationale La Coursive à La Rochelle, Jackie Marchand, laisse sa place à Franck Becker, actuel directeur du Théâtre de Cornouailles, scène nationale de Quimper. Le ministère de la Culture a validé jeudi matin ce choix du conseil d'administration de La Coursive, qui a auditionné 5 candidats parmi 25 candidatures. Franck Becker, 50 ans, a notamment dirigé la scène national du Jura. C'est son projet au plus près de l'esprit de La Coursive, qui a séduit le jury.

  • 23/02/17 | L'AOC Bordeaux veut sortir des pesticides

    Lire

    Au cours de sa dernière assemblée générale, le Syndicat de Bordeaux et Bordeaux Supérieur a voté une série de mesures (cinq en tout) favorisant une sortie définitive des pesticides. Une interdiction de désherbage chimique pour l'ensemble de ses vignes, et l'obligation pour chacune des exploitations de mesurer un "indice de fréquence de traitement" font notamment partie des mesures. C'est le premier AOC de Bordeaux à l'acter.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Elections régionales 2015 Innov'action et Agriculture

Nos partenaires


Agriculture | Les producteurs périgourdins au Salon de l'agriculture malgré la crise

01/03/2016 | Cette journée de mardi était consacrée aux produits du Périgord avant un mercredi où la nouvelle région Aquitaine Limousin Poitou-Charentes sera mise à l' honneur.

Une délégation  d'élus est venue soutenir les exposants périgourdins

Porte de Versailles, c'est la Dordogne qui a ouvert le bal des départements de la région Aquitaine Limousin Poitou-Charentes ce mardi. Demain, la plus grande région agricole d'Europe sera dans son ensemble mise en avant. Mardi, on pouvait déguster du foie gras, de la noix, du cabécou, de l'agneau ou du poulet du Périgord. Il y a bien longtemps que l'on avait pas vu une quinzaine d'exposants périgourdins au salon. Pourtant dans les allées, le sentiment de malaise agricole n'est jamais bien loin. Malgré tout, certains ont choisi d'assurer la promotion de leur métier, de leur passion, à Paris.

Une fois de plus, la tradition d'une journée spéciale Dordogne au salon de l'agriculture de Paris a été respectée, en dépit du contexte agricole et des événements de ces derniers jours. Hier, le public de la Porte de Versailles a pu savourer les produits du Périgord : noix, pomme, poulet, agneau, foie gras. Toutes ces productions sont sous signe officiel de qualité. Au-delà de l'aspect festif de ces dégustations, ce village perigourdin composé d'une quinzaine d'exposants donne quelques raisons d'espérer.
Des démonstrations culinaires ont lieu tous les jours du salonDepuis des années, on avait pris l'habitude de voir le nombre de producteurs de Dordogne diminuer. Pour cette édition 2016, ils sont une quinzaine avec les viticulteurs de Bergerac, deux fois plus nombreux que l'an passé. Parmi eux, certains ne sont pas venus à Paris depuis sept ou huit ans. C'est le cas de Jean Marie Joly venu avec ses foies gras de Bergerac :"On ne sait pas trop comment on va passer la période du vide sanitaire. Il y a de l'inquiétude pour les prochains mois. On est surtout là pour promouvoir un terroir, de bons produits, des méthodes de travail. Le salon reste une belle vitrine. On defend une passion, un département.  Cela, lorsqu'on l'explique aux gens, ils le comprennent. Nos produits ne sont pas à la portée de toutes les bourses, mais les gens achètent par solidarité. Il y a une prise de conscience chez les consommateurs, c'est rassurant."

Inquiétude palpableLe sentiment d'inquiétude est encore plus palpable chez le jeune Alexandre Toson, producteur, gaveur de canards au Buisson de Cadouin. Il vend des produits frais et des conserves sur les marchés et à la ferme. Le jeune homme travaille avec son épouse sur l'exploitation et a cinq salariés. "Être présent à Paris, nous avons pris la décision avant la crise aviaire. La période de vide sanitaire va nous priver d'une production de produits frais au moins jusqu'au mois d'août. De mars à octobre, nous faisons de très nombreux marchés. L'été représente entre 70 et 80 % du chiffre d'affaires. Pour nos 5 salariés, leurs salaires vont être couverts pendant la période de non production mais c'est pour après que je suis inquiet. Il va nous manquer du chiffre pour couvrir leurs rémunérations pendant les mois creux." Mais la passion du jeune producteur semble l'emporter. Avec détermination et chaleur, il ouvre le dialogue avec le chaland.

Cette journée Périgord, au salon de l'agriculture, les élus du Département y tiennent. Ils la soutiennent. Cette année on y fait aussi la promotion de Lascaux IV, qui ouvre à la fin de l'année. Cet équipement culturel d'ampleur interpelle, de nombreux visiteurs ne savent pas encore de quoi il s'agit.   Germinal Peiro, à la tête d'une délégation d'élus, s'est dit très heureux d'être Porte de Versailles.  "Nous sommes là pour  d'exprimer sa solidarité  avec le monde agricole en ces moments difficiles. Cet événement reçoit chaque année entre 600 et 750 000 visiteurs. Pour l'image d'un département comme le nôtre, c'est essentiel d'être là, et je ne crois pas que l'image de la Dordogne soit écornée. Nous aurons du monde cet été.  Nous recevons plus de 3 millions de touristes : ils viennent pour nos paysages, nos produits, notre patrimoine, notre gastronomie. Sans le monde agricole, tout cela n'existe pas."

Claude-Hélène Yvard
Par Claude-Hélène Yvard

Crédit Photo : Claude-Hélène Yvard

Partager sur Facebook
Vu par vous
3106
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Agriculture
Agriculture
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 28 + 8 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

A lire ailleurs sur aqui.fr