Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

20/09/19 : Le 22/09 dès 11h, le H14 accueille Cap associations,rdv annuel du monde associatif bordelais auquel participent 327 associations. L'occasion de s’informer, découvrir et essayer des pratiques sportives et culturelles ou s’investir en tant que bénévole.

20/09/19 : Le 24/09 le Centre Commercial Mériadeck reçoit le Forum des Acteurs Associatifs de l’Emploi. Les assos bordelaises liées à l’insertion professionnelle y présentent leurs services d'orientation et accompagnement des personnes en recherche d'emploi

20/09/19 : Le patron bordelais de Keolis, Jean-Pierre Farandou, succèdera à Guillaume Pépy à la tête de la SNCF en janvier. Il a effectué en Gironde une grande partie de sa carrière aux postes de chef de gare, chef de projet TGV ou responsable de la mobilité TER.

19/09/19 : Bordeaux - James Gray, le réalisateur New yorkais de Little Odessa, La nuit nous appartient, Two Lovers ou du récent Ad Astra sera l'invité d'honneur du 8èmé Festival International du Film Indépendant de Bordeaux qui se tient du 15 au 21 octobre 2019

18/09/19 : Bordeaux. Il aura fallu quatre mois pour que le trafic reprenne sur la ligne C du tram entre la Porte de Bourgogne et la gare Saint-Jean après l'incendie du parking Salinières: il est annoncé pour le 28 septembre.

18/09/19 : Mont de Marsan Agglomération recherche des volontaires en Service Civique pour assurer des missions en lien avec la culture, la solidarité, l'environnement et l'éducation. Réunion d'information le 26 septembre à 14h au Bureau Information Jeunesse.

18/09/19 : Le Pont d'Aquitaine sera fermé entre les échangeurs 1 et 5 du 19 septembre 21h au 20 septembre 6h pour des travaux de maintenance et d'entretien.

18/09/19 : Deux-Sèvres : à l'occasion des Journées du patrimoine, le Département ouvre ses portes au public de la Maison du Département, des Archives Départementales et des Tumulus de Bougon. Animations et visites guidées sont au programme.

18/09/19 : Charente-Maritime : le chantier du pont transbordeur de Rochefort ouvre ses portes au public à l’occasion des journées européennes du patrimoine. RDV notamment samedi 21 à 10h pour assister au remontage sur le tablier du premier élément de chariot.

17/09/19 : Dordogne : Frédéric Gojard, 58 ans, conduira la liste du Rassemblement National à Périgueux pour les élections municipales. Cet ancien militaire, aujourd'hui âgé de 58 ans, s'était déjà présenté aux dernières élections européennes.

17/09/19 : Marcel Amont se rend à Bordeaux à la libraire La Machine à Lire jeudi 19 septembre à partir de 18h30 pour évoquer son livre "Les Coulisses de ma vie" aux éditions Flammarion. Il sera le lendemain à l’Espace Culturel de Pau à partir de 18h30.

17/09/19 : Philippe Lambert atteint de la sclérose en plaques, est attendu à Agen mercredi 18 septembre à 16h30 pour une étape dans le cadre de son « Tour de France - défi 3000 km de Philippe Lambert ».

- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 22/09/19 | "La Ferme en ville" fait salon à Bordeaux

    Lire

    Le salon « La Ferme en ville » s'installe à Bordeaux afin "de promouvoir le meilleur de la production agricole en Nouvelle-Aquitaine et de sensibiliser le public girondin à consommer différemment". Au menu: produits locaux, tables rondes, initiation avec le Chef Jean-Luc Molle, animaux et brunch fermier. Les 28 et 29 septembre au H14, l'ambition de l'association "Graines de famille" est de "créer le lien entre le monde citadin et le monde rural tout en gardant le moteur d’une agriculture propre, économe en ressources et innovante". Détails : www.salon-lafermeenville.fr

  • 22/09/19 | A Parempuyre (33), l'AMAP Les Esteys fait son marché

    Lire

    Le mercredi 25 septembre, à partir de 18h30, l'AMAP Les Esteys, créée en 2008 et qui réunit aujourd'hui plus de 100 familles de "consomacteurs", organise son 2ème marché des producteurs devant la Salle de l'Art y Show. L'occasion pour les parempuyriens et les sud-médocains de découvrir le fonctionnement et les valeurs d'une Association pour le Maintien de l'Agriculture Paysanne, rencontrer des agriculteurs et goûter les produits habituellement proposés aux adhérents (légumes, fruits, viande, huîtres, poisson, fromage de chèvre, ...)

  • 21/09/19 | 1000 postes à pourvoir lors de la Journée de l'Emploi

    Lire

    Le jeudi 26 septembre, la 8ème Journée de l'Emploi se tient à la salle du Solarium de Gradignan (33) dès 9h30. Plus de 1000 offres d'emploi (tout niveau) seront proposées dans le secteur privé et des dizaines de postes dans les secteurs de l'armée et de la gendarmerie. 77 entreprises locales, de la start-up à la multinationale, seront présentes dans des domaines d'activités variés : commerce, industrie, banque, restauration, bâtiment, logistique ou encore l'aide à domicile et l'intérim. Possibilité d'entretiens individuels de conseils sur la recherche d'emploi, la formation, les métiers.

  • 21/09/19 | Niort : une semaine d'accueil pour les étudiants niortais

    Lire

    Jusqu'au 26 septembre, Niort Sup' organise une semaine spéciale pour l'accueil des étudiants. Au programme : une course à pied "Color Run" de 5 km suivie d'une soirée étudiante (le 24), un tournoi de basket (le 26), une initiation à la boxe (le 26), un "escape game polar" dans des lieux culturels de Niort, et plusieurs concerts dont la soirée Nitro (électro) du CAMJI, ainsi que des petits déjeuners d'informations sur la vie étudiante (les 23,24 et 25). Programme détaillé sur www.niortagglo.fr

  • 20/09/19 | Affaire SFR : Bordeaux à la barre

    Lire

    Après Nice, Dijon et Aix-en-Provence, c'est à Bordeaux que sera plaidé le jeudi 26 septembre le quatrième dossier de l'affaire SFR. 18 Conseils de Prud'hommes ont été saisis en France pour se pencher sur ce Plan de Départ Volontaire contesté par 427 salariés et qui a concerné 5000 personnes au total (soit un tiers des effectifs). En 2017, SFR avait été condamnée à verser 26,25 millions d'euros de dédommagement à d'anciens salariés ayant déposé un recours pour contester un premier Plan de Départs volontaires mis en place en 2007. Pour l'avocat qui plaidera l'affaire, "Il s’agit ni plus ni moins d’un plan social déguisé".

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Agriculture | Les réfugiés au secours de l'emploi saisonnier agricole dans les Pyrénées-Atlantiques

13/11/2018 | Les uns sont en recherche de main d'oeuvre, les autres, ne rêvent que d'insertion sociale et professionnelle. L'emploi saisonnier agricole leur offre un partenariat gagnant gagnant.

Embaucher des réfugiés pour combler le manque de main d'oeuvre agricole est une solution promue par l'ADEFA 64

Les uns sont producteurs, cultivateurs et viticulteurs. Ils proposent sur le département des Pyrénées-Atlantiques 10 000 contrats saisonniers chaque année pour leur travaux aux champs, aux vignes, ou à la récolte mais peinent de plus en plus à trouver des saisonniers locaux. Les autres, dont les parcours forcent l'admiration après des années de galère et d'incertitudes, espèrent pouvoir trouver en France une certaine sérénité et l'opportunité de reconstruire une vie, leur vie, grâce à la reconnaissance récente de leur statut de réfugiés. Dans le département, et particulièrement pour l'heure en Béarn, des initiatives se développent par l'intermédiaire de l'ANEFA 64 et des structures d'accueil et d'accompagnement de réfugiés afin de favoriser l'emploi de ces derniers au sein des exploitations agricoles pour ces saisons que les locaux rechignent. Exemple en appellation Jurançon, à l'heure des vendanges dans les vignes de Gilles Ladaurade qui accueille depuis un mois et demi 13 migrants sur la vingtaine de saisonniers embauchés cette automne. Une expérience en tout point bénéfique qui était présentée sur place ce 12 novembre à Eddie Bouttera, Secrétaire général de la préfecture 64.

Les vendanges se termineront cette semaine chez Gilles Ladaurade. Celui-ci cumule une casquette d'entrepreneur agricole à celle de viticulteur coopérateur pour la cave de Jurançon sur 18 ha de vignes, en plus de ses 50 ha de terre sur la commune de Lahourcade. Depuis environ un mois et demi, entre ses rangs de vignes on peut entendre parler français bien sûr, mais aussi afghan, arabe, ou encore anglais, donnant de joyeux accents babéliens aux parcelles du viticulteur. Une division des langues qui pourtant ici signe l'unité autour du travail de vendange pour la production du célèbre vin de Jurançon. « L'unité autour du travail bien fait », pourrait même ajouter le chef d'exploitation sans qu'on est à l'y inviter.
Les 13 saisonniers réfugiés qu'il a embauchés, venant d'Afghanistan, du Soudan et d’Érythrée sont tous « des gens appliqués, hyper motivés, soigneux, et présents. Nous n'avons aucune désertion après un mois et demi de vendange, ce qui est assez rare pour être noté ! » Ajouté à cela que d'un point de vue personnel, ces rencontres professionnelles qui n'étaient a priori pas écrites dans le destin du viticulteur béarnais, en font « une grande et belle expérience humaine ». Car s'il s'agit bien ici d'offrir une opportunité d'intégration professionnelle à ces personnes, « c'est aussi pour nous, et les saisonniers français qui travaillent avec eux, l'intégration et la découverte d'autres langues et d'autres cultures. » Sans qu'il en dévoile plus le sourire qui se dessine au coin de ses lèvres laisse à penser à qu'il pourrait en raconter en anecdotes croustillantes sur ce qu'il appelle parfois « le choc des cultures ».
Pour lui, qui comme tant d'autres fait régulièrement face à un manque de main d'oeuvre, cette expérience, est « très positive ». « Je ne regrette absolument pas de m'être lancé dans cette démarche, même si au départ elle pouvait paraître un peu audacieuse ». Ce qui l'a convaincu et rassuré à franchir le pas de ces embauches pas tout à fait comme les autres, c'est que « je ne me suis pas lancé seul, il y a avait des structures en face pour m'accompagner ».


Gilles Ladaurade satisfait du travail fourni par les réfugiés embauchés en tant que saisonniers, explique sa démarche à ddie Bouttera, Secrétaire général de la préfecture 64. Au fond Henri Bies-Péré et Blandine Frydryszak (ANEFA 64)

Accompagner les réfugiés et sensibiliser les employeurs

Ces structures ce sont d'une part l’OGFA (Organisme de gestion des foyers amitiés) de Jurançon, Isard COS de Pau et le collectif POUR (Piémont oloronais urgence réfugiés) dont les missions sont l'accompagnement des demandeurs d'asile et des réfugiés dans leurs démarches administratives et d'insertion, et d'autre part, l’Association pour l’Emploi et la Formation Agricole (ANEFA 64) qui travaille à la promotion de l'emploi agricole et à la mise en relation entre employeurs et salariés dont les saisonniers.
Du côté des associations d'accompagnement, le constat est là :« nous avons des publics qui sont en recherche d'emplois, et un dont un certain nombre aimeraient travailler dans le secteur agricole, ou même sont issus de ce secteur dans leur pays d'origine. L'idée pour eux, avec ces contrats saisonniers, c'est de démarrer une insertion professionnelle », indique Monia Saata, pour l’OGFA. Une insertion professionnelle qui facilite aussi bien sûr l'insertion sociale... Face à cela, « le secteur agricole a de vrais besoins de main d'oeuvre sur des activités qui sont facilement accessibles », insiste Henri Bies-Péré, le président de l'ANEFA 64. L'équation semble alors simple : des demandes d'un côté, des besoins de l'autre... « D'autant qu'au niveau du droit du travail, les personnes qui ont le statut de réfugiés entrent dans le cadre du droit commun, « comme des citoyens lambda ». Les conditions pour les embaucher sont donc les mêmes que pour les saisonniers français », souligne Blandine Frydryszak, chargée de mission à l'ANEFA 64.
La collaboration entre l'ANEFA 64, le POUR , l'ARCOS et l'AGFA a donc permis de mener le travail sur ce double front  : non seulement d'accompagner les réfugiés vers ces emplois non pourvus, mais aussi sensibiliser les employeurs à cette possibilité de recruter de personnes réfugiées. Ce partenariat a permis la création de fiches de communication à destinations des employeurs pour les inciter à recruter, mais aussi l'organisation de visites d'exploitations permettant des premières rencontres entre réfugiés et agriculteurs, en présence de traducteurs. « Des fiches de présentation des travaux (ici vendanges) et des règles de sécurité ont également été créées et traduites en arabes et en persan, à destination des futurs saisonniers » indique la chargée de mission.

Des réfugiés dans les rangs des saisonniers pour les vendanges 2018 en appellation Jurançon

Répondre aux freins de la langue et du transport
Car reste tout de même deux freins à ces embauches : la barrière de la langue et le transport, ces personnes n'ayant, le plus souvent pas de véhicule personnel ou de permis de conduire valide en France, pour rejoindre des exploitations souvent excentrées des villes. Là encore des fiches dédiées au transport (notamment transport en commun) ont été créés et diverses solutions ont pu être mises en places par les associations. Des associations dont le travail de préparation auprès des saisonniers a été « très important et très efficace », reconnaît volontiers, Gilles Ladaurade qui dit n'avoir eu aucun problème tout au long de cette période de vendanges. A tel point qu'il se dit prêt à renouveler l'expérience pour les vendanges 2019, et n'exclut pas avant ça, de faire appel à quelques uns de ce premier groupe de travailleurs pour venir faire tomber les sarments de vignes, voire pour la taille, étape plus technique s'il en est de la viticulture, décelant chez certains « un réel intérêt pour la vigne ».
Bandine Frydryszak, espère même à terme que ces initiatives pourront déboucher, une fois la langue française mieux intégrée, « sur des emplois pérennes en CDD ou CDI, car le besoin en main d'oeuvre motivée et volontaire est vraiment important ». Dans les vignes de Gilles Ladaurade en tout cas, la motivation est la bonne humeur, était belle et bien là ce lundi après-midi.
Pour l'heure en tout cas, la visite, semble avoir séduit le Secrétaire général de la Préfecture qui s'est dit prêt à son niveau, à faire connaître l'initiative et tenter de lever les blocages pouvant exister chez les agriculteurs face à la méconnaissance ou à la crainte qui peut être éprouvée, et « faire que l'essai soit transformé ». Trois autres exploitations se sont pour l'heure prêtées au jeu souligne Hugues Bories président du collectif POUR : « à Buzy, un producteur de petits fruits a embauché 3 saisonniers cet été et deux exploitations de kiwis à Orin et à Arin ont également permis de faire travailler 5 migrants. Des opérations qui ont, comme ici à Lahourcade, connu un grand succès tant auprès des agriculteurs employeurs que des réfugiés ».

Renseignements : ANEFA 64: 05 59 30 80 59

Solène Méric
Par Solène Méric

Crédit Photo : Aqui.fr

Partager sur Facebook
Vu par vous
4395
Aimé par vous
1 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Agriculture
Agriculture
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 25 + 15 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

A lire ailleurs sur aqui.fr