Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

20/06/21 : Départementales en Dordogne : Véronique Chabreyrou et Jacques Ranoux, candidats de gauche, soutenus par la majorité sortante, sont en tête avec 37,80 %, devant le binôme RN Pascale Léger et Serge Muller à 23,80 %.

20/06/21 : Départementales en Dordogne : Sur le canton de la vallée de la Dordogne, Germinal Peiro (PS) le président du conseil départemental sortant est réélu avec 64,96 % dès le premier tour. Il est associé à Patricia Lafon-Gauthier.

20/06/21 : Départementales en Dordogne : le binôme socialiste composé de Marie-Lise Marsat et Serge Mérillou est réélu sur le canton de la Lalinde.

20/06/21 : Régionales en Dordogne : Sur le canton de Saint-Astier, Alain Rousset (PS) est en tête avec 30,39 % des voix devant la candidate RN Edwige à 23 %. L'écologiste Nicolas Thierry est en 3e position à 10,51 %.

20/06/21 : En Dordogne, l'abstention estimée pour les élections départementales et régionales en Dordogne est de 66,2%. C'est la participation la plus faible de toutes élections confondues dans le département.

20/06/21 : En Haute-Vienne, le taux de participation à 17h était de 28,54% en forte baisse par rapport à 2015 où on avait enregistré 52,36 % de votants à la même heure.

20/06/21 : Dans les Pyrénées-Atlantiques, après un taux de participation à midi s'élevant à 14,5%, ce même taux s'affichait à 31,37 % pour le double scrutin des élections régionales et départementales du 20 juin 2021.

20/06/21 : A 17h, le taux de participation aux élections régionales et départementales s'élève à 25,68%. En 2015, il était de 45,09% pour les régionales et 44,78% pour les départementales, soit une baisse de près de vingt points.

20/06/21 : Dans la Vienne, la baisse de la participation aux élections régionales et départementales se confirme. À 17h, le taux était de 26,07% contre 43,77% pour les départementales en 2015 et 44,87% pour les régionales en 2015.

20/06/21 : En Dordogne, le taux de participation au premier tour des élections départementales et régionales estimé à 17 h est de 33,78 %, en baisse par rapport aux scrutins de 2015.

20/06/21 : Dans la Vienne, le taux de participation aux élections départementales et régionales de 2021 a atteint 10,99% à midi. Il est en baisse par rapport aux scrutins de 2015 : les taux étaient de 15,43% pour les départementales et 16,53% pour les régional

Arte Flamenco
- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 21/06/21 | A La Rochelle, le 2e tour se jouera avec les anciens candidats aux municipales

    Lire

    La Rochelle 1, le binôme falorniste/PS Christophe Bertaud et Marylise Fleuret-Pagnoux passe au 2e tour avec 28,83% des voix devant les écologistes (20,87%). A La Rochelle 2, ce sont les fountainistes Dominique Guégo et Marie Nedellec qui sont en tête avec 32% des voix contre 24,13% pour la liste LR. Sur La Rochelle 3, le duo EELV Marion Pichot - Jean-Marc Soubeste, ex candidat aux municipales se distingue parmi les 7 listes en lice avec 28,19% des voix.

  • 21/06/21 | Départementales : le RN en recul en Charente-Maritime

    Lire

    En 2015, le RN était au 2e tour dans 12 cantons sur les 19 que compte la Charente-Maritime. Le scénario ne se renouvellera pas en 2021, car il est en net recul. Sauf sur le canton de La Tremblade, où la déléguée départementale du RN Séverine Werbrouck se retrouve au coude à coude, avec 31,54% des voix, avec le binôme arrivé en tête, Fabienne Labarrière et Jean Prou (32,18%).

  • 21/06/21 | Départementales en Charente : le président sortant en tête pour le 2e tour

    Lire

    L'ancien président du Département et sénateur, François Bonneau est en tête avec Marie-Henriette Beaugendre, maire de Saint-Saturnin, dans le Val-de-Nouère avec 58,60% des voix. Au deuxième tour ils affronteront Michel Germaneau maire de Linars et Isabelle Moufflet maire de Vindelle (41,40%).

  • 21/06/21 | Elections départementales : coup dur pour Lionel Quillet sur l'île de Ré

    Lire

    Parti favori, le premier vice-président du Département, également président de la Cdc de l'île d'Oléron, Lionel Quillet (LR) se retrouve au 2e tour avec un écart de 435 voix face au maire de Rivedoux Patrice Raffarin et sa colistière, en tête avec 43,50%. Un résultat qui surprend mais n'inquiète pas le président sortant du Département Dominique Bussereau, qui compte sur la bonne position des candidats de droite à Montguillon, Saintes ou encore Saujon pour atteindre 40 élus de droite au 2e tour.

  • 18/06/21 | Tapisserie Manufacture Pinton de Felletin... à Hong Kong !

    Lire

    Spécialisée dans le tissage des tapis, tapisseries et moquettes, la manufacture Pinton dans la Creuse est l’une des entreprises les plus importantes du secteur de la tapisserie d’Aubusson. Afin de se développer, notamment vers l’international elle va construire un nouveau bâtiment moderne et écologique à Felletin et elle va moderniser ses équipements afin d’améliorer sa productivité, sa qualité et sa réactivité. Pour consolider sa présence à l’international elle va également ouvrir une filiale à Hong Kong.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Agriculture | Les trufficulteurs de Dordogne souhaitent valoriser la production locale

24/12/2019 | Face à la concurrence notamment espagnole, les producteurs de truffes de Dordogne tentent de s'organiser pour se distinguer.

Les responsables trufficoles départementaux et régionaux souhaitent défendre la production locale

Les trufficulteurs de la Dordogne cherchent par tous les moyens à valoriser la production locale de tuber melanosporum. Celle-ci est appelée truffe du Périgord, quelle que soit son origine géographique, qu'elle vienne du Sud Est de la France, de Charente, ou d'Espagne où les truffes sont désormais produites sur d'immenses superficies irriguées, ou encore de l'hémisphère sud , notamment d'Australie. Cette défense passe à la fois, passe par les marchés contrôlés et agrées par la fédération départementale, et la création d'un Groupement d'intérêt économique.

Pour le moment, ce n'est pas une belle année pour la truffe noire du Périgord en raison de la sécheresse du printemps et de l'été et la pluie de ces dernières semaines. Les intempéries et l'humidité ont fait de gros dégâts dans les trufficultures. A quelques jours de Noël, il n'était pas facile de trouver des truffes vraies, en raison de la faiblesse des volumes et à des prix élevés ( autour de 800 euros, pour la catégorie une et 1000 euros pour l'extra ). Les trufficulteurs espèrent un bon coup de froid et sec pour sauver la saison. La faiblesse des volumes n'est pas le sujet premier d'inquiétude des producteurs du département. Ce serait plutôt la concurrence venue d'ailleurs. De son nom latin, la tuber mélanosporum est plus connue sous son nom de truffe noire du Périgord. Elle est appelée ainsi qu'elle naisse en Dordogne, dans un autre département de la Nouvelle Aquitaine, dans le Sud est ou encore en Espagne. Les trufficulteurs de Dordogne cherchent des solutions pour valoriser la production locale : si l'obtention d'une identification géographique protégée est impossible à faire aboutir, ils souhaiteraient notamment que tous les producteurs soient contraints d'indiquer l'origine géographique des produits lors de la vente.

Onze marchés controlés de producteurs locaux
En Dordogne, pour l'achat de truffes fraiches de qualité, il existe onze marchés de producteurs locaux de truffes du Périgord agréés par la Fédération départementale : Thiviers, Sorges, Brantôme, Ribérac, Saint Astier, Périgueux, qui a trouvé un nouvel écrin en la maison du pâtissier,  Terrasson, Saint Geniès, Sarlat, Bergerac et Excideuil. L'emblématique marché de Sainte Alvère est un cas à part : "il est bien contrôlé,  gage de qualité, mais les responsables du marché n'ont pas souhaité signer le charte de producteurs, qui garantit l'origine de Dordogne, précise Alain Klemeniuk, le président de la fédération départementale. Notre volonté est de protéger nos marchés face à la concurrence étrangère, notamment espagnole, poursuit le président. En Espagne, il n'y a pas de consommation locale, les espagnols ne connaissent pas le produit et ne savent pas le cuisiner. Par contre, des vastes truffières commencent à fleurir en Aragon sur de vastes terres irriguées. Elles arrivent sur les marchés français et notamment périgourdins, non contrôlés à un prix bien inférieur à la production locale. "Ces marchés peuvent être des portes d'entrée à cette concurrence. Et on observe de plus en plus de restaurateurs ou de conserveurs  acheter des truffes produites en Espagne  à des prix bien inférieurs, entre 3 et 600 euros, surtout s'ils passent par des courtiers qui achètent en plus grande quantité, expliquent les responsables trufficoles du département. Ils souhaiteraient trouver un moyen de limiter cette concurrence et en appellent aux soutiens des politiques en vue d'une telle démarche. 

La création d'un GIE

La Dordogne compte 1650 adhérents à la fédération départementale sur les 2600 que regroupe la fédération régionale. C'est le département le mieux structuré. Il y a quelques mois, neuf fédérations de trufficulteurs (Lot et Garonne, Corrèze, Aveyron, Tarn, Lot-Dordogne, Charente-Maritime, Deux Sèvres, et Gironde ont créé le GIE ( groupe d'intérêt économique)  des trufficulteurs réunis. "Nous poursuivons plusieurs objectifs, notamment de fournir aux trufficulteurs, un choix de plants truffiers diversifiés de qualité optimale reposant sur un cahier des charges très exigeant, une gamme de plants complète et unique en France incluant des plants classiques, des plants produits à partir de truffes sauvages, des plants produits à partir de boutures mycéliennes, avec une traçabilité garantie sur chacun des lots et une permanence d'approvisionnement tout au long de la saison, explique le périgourdin Jean Marie Pechmajou, le président du GIE.

 

 

 

Claude-Hélène Yvard
Par Claude-Hélène Yvard

Crédit Photo : Claude-Hélène Yvard

Partager sur Facebook
Vu par vous
11273
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Agriculture<script src=" />
Agriculture
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 22 + 12 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

A lire ailleurs sur aqui.fr
Benoit Biteau dans son bureau à Le Gua Agriculture | 28/05/2021

Pourquoi le projet de nouvelle PAC ne convient pas aux écologistes

Une unité de méthanisation à Somain, dans le nord de la France Agriculture | 21/05/2021

La méthanisation, des atouts pour le monde agricole

L'élevage laitier souvent montré du doigt a fait beaucoup d'effort pour réduire l'impact carbone Agriculture | 20/05/2021

Un marché du carbone pour les agriculteurs est en train de naître

Capture d'écran du débat sur le bien-être animal du Salon de l'Agriculture de Nouvelle-Aquitaine Agriculture | 19/05/2021

Bien-être animal : quels exemples en Nouvelle-Aquitaine ?

Débat dans le cadre de la Journée Installaiton - Transmission: Agriculteur, ça s'apprend ? Agriculture | 19/05/2021

Formation et professionnalisation : "donner les clefs pour la meilleure installation possible"

Louis et Alexis avec leurs porcs Agriculture | 17/05/2021

Louis Boutteaud et Alexis Bonnet développent leur ferme rêvée : "un nouveau modèle est possible"

La 4e édition de la Journée Installation Transmission se tiendra le 18 mai à partir de 10h sur agriweb.tv Agriculture | 14/05/2021

Journée Installation Transmission : " Agriculteur, ça s'apprend ? "

Amandine et Emmanuel Cantet se sont reconvertis ensemble à l'élevage caprin et ovin. Une nouvelle aventure professionnelle et familiale Agriculture | 14/05/2021

Amandine et Emmanuel Cantet : La reconversion agricole en couple, "être conscient de ce que l'on fait, y croire et foncer !"

Florian Derboule s’est formé dans eux lycées agricoles, il voulait »aller voir ailleurs » Agriculture | 13/05/2021

Florian Derboule : le bonheur de vivre et travailler sur la terre de son enfance

Maxime Kovalski est éleveur bovin allaitant à Marcillac-la-Croisille en Corrèze, suite à une reconversion Agriculture | 12/05/2021

Maxime Kovalski : Des TP à l’élevage bovin, un rêve de gosse devenu réalité

Rémy Ferret, installé en cultures végétales à Condezaygues en Lot-et-Garonne - La Ferme de Lamothe Agriculture | 11/05/2021

Rémy Ferret : le fils d'éleveur devenu maraîcher

Adeline Métayer 24 ans, viticultrice à Birac en AOC Cognac, cur petite champagne Agriculture | 07/05/2021

Adeline Métayer, viticultrice en AOC Cognac: "Fière d'être jeune, d'être une fille et de faire ce métier !"

L'équipe organisatrice du Salon de l'Agriculture Nouvelle-Aquitaine. Au centre le président Dominique Graciet Agriculture | 07/05/2021

Salon de l'Agriculture Nouvelle-Aquitaine: maintenir le dialogue entre le monde agricole et le grand public

De la gelée royale dans les vergers de Limdor cet été Agriculture | 06/05/2021

De la gelée royale dans les vergers de Limdor cet été

La récolte de Golden du Limousin de Loïc Kammerer sauvée du gel grâce à l'aspersion Agriculture | 28/04/2021

La glace face au gel pour protéger les pommiers