Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

27/09/20 : Sénatoriales Corrèze: Daniel Chasseing (les Indépendants) et Claude Nougein (LR) réélus.

27/09/20 : Sénatoriales Charente-Maritime : Corinne Imbert (LR) et Daniel Laurent (LR) retrouvent leur siège de sénateur avec 47,21% des voix. Remportant 28,51% des suffrages, Mickaël Vallet (PS) décroche le 3e siège. Il succède à Bernard Lalande (DVG - 21%).

27/09/20 : Sénatoriales Deux-Sèvres: Philippe Mouiller (LR) sortant réélu et Gilbert Favreau le président LR du conseil départemental élu au second tour.

27/09/20 : Sénatoriales Dordogne: deux sièges pour la gauche avec deux nouveaux élus: Marie-Claude Varaillas (communiste)groupe CRCE et Serge Mérillou élu dès le premier tour.

27/09/20 : Sénatoriales Charente: Nicole Bonnefoy (PS) réélue.

27/09/20 : Sénatoriales Creuse: Jean-Jacques Lozach (PS) réélu.

26/09/20 : Bernard Madrelle, ancien maire de Blaye et député socialiste de Gironde, est décédé un an après son frère Philippe Madrelle, ancien sénateur et président du conseil départemental.

23/09/20 : Après consultation du comité d’experts, la préfète des Landes a décidé qu'à compter de ce jour 14h00, la vigilance revient au niveau jaune pour les feux de forêt. Autrement dit une vigilance moyenne, au niveau 2 sur une échelle de 5.

22/09/20 : La Chambre d'agriculture de la Haute-Vienne va engager une procédure pour obtenir le statut de calamité sécheresse en raison du déficit en eau des derniers mois. Les agriculteurs bénéficieraient d’aides pour pallier la baisse de rendement en céréales.

22/09/20 : L'édition 2020 du festival Animasia, prévue les 10 et 11 octobre prochains a finalement été annulée pour respecter les annonces de la Préfecture concernant les nouvelles restrictions sanitaires notamment la réduction de la jauge d'évènements publics.

18/09/20 : L'incendie du 17 septembre en Nord Gironde avait causé l'interruption du trafic sur la LGV Sud Europe Atlantique. Après vérification du bon fonctionnement des installations par Lisea, le trafic a repris très progressivement depuis 16 heures.

17/09/20 : Dans le 47, la fibre optique arrive dans le Pays de Duras. 1ers foyers lot-et-garonnais raccordables début septembre grâce à l’action d’Orange passé avec le Conseil départemental.

- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 27/09/20 | Sénatoriales en Gironde : des confirmations et une première pour EELV

    Lire

    Le résultat des élections sénatoriales en Gironde vient de tomber. Cinq des six sortants ont été élus. Ainsi Nathalie Delattre(MR), Laurence Harribey(PS), Florance Lassarade (LR), Alain Cazabonne (MoDem), Hervé Gillé (PS) retrouveront donc la chambre haute. C'est Monique De Marco, l'écologiste ex Vice-Présidente du Conseil Régional de Nouvelle-Aquitaine qui hérite du sixième siège. C'est la première fois qu'un sénateur écologiste est élu en Gironde.

  • 27/09/20 | Sénatoriales en Haute-Vienne: le sortant sanctionné au profit du PS

    Lire

    Carton plein en Haute-Vienne pour les deux candidats PS Isabelle Briquet, ex maire du Palais sur Vienne, et Christian Redon Sarrazy, maire de Meuzac, qui sont élus au deuxième tour avec respectivement 480 voix et 408 voix. Le maire de Limoges Emile Roger Lombertie (LR) échoue avec 380 voix. Quant au sortant Jean-Marc Gabouty (DVC), il ne totalise que 232 voix...

  • 27/09/20 | Dans les Deux-Sèvres, la droite reste au Sénat

    Lire

    Dans les Deux-Sèvres, le sénateur sortant Philippe Mouiller(LR) est arrivé en tête au premier tour avec 753 voix sur 1101 voix exprimées (il en fallait 551 pour être élu). À l'occasion du second tour, c'est l'actuel président du Conseil départemental Gilbert Favreau (LR) qui a été choisi par les grands électeurs, avec 424 voix, soit 39 voix de plus que son adversaire socialiste Nathalie Lanzi.

  • 27/09/20 | Elections sénatoriales en Creuse, la gauche conserve ses 2 sièges

    Lire

    Ce 27 septembre, les grands électeurs creusois n'ont pas fait durer les suspens pour le sénateur sortant socialiste, et ancien président du Conseil départemental Jean-Jacques Lozach, assuré de sa réélectio, d'une courte tête, dès le 1er tour avec 50.74% des voix. Il aura fallu en passer par le second tour pour finalement voir l'autre sénateur sortant Eric Jensannetas également reconduit pour un nouveau mandat avec 43,5% des voix.

  • 27/09/20 | Elections sénatoriales en Charente: le PS ne réussit pas son pari

    Lire

    C'était joué dés le premier tour pour la sénatrice socialiste Michèle Bonnefoy, qui, raflant 60,5% des voix repart ce 27 septembre pour un 3ème mandat. Suite à la défection de l'autre sénateur sortant PS Michel Boutant, c'est finalement le candidat François Bonneau, divers droite, qui s'est imposé (50,4% des voix) et occupera désormais le second fauteuil de sénateur du département, qui voit de ce point de vue là son équilibre politique bousculé.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Agriculture | Lescar (64): une grange solaire et intelligente pour sécher le foin !

30/08/2019 | Chargée d'histoire, l'exploitation du Pont Long à Lescar, la plus grande du département, est aussi au rendez-vous de l'innovation. Ce 30 août y était inauguré un séchoir à foin solaire!

Le séchoir solaire de la Ferme du Pont Long à Lescar, appuyé sur la technologie Cogen'air de la société Base

Tout près de Pau, à Lescar, la Ferme du Pont long et ses plus de 600 ha de Surface Agricole Utile, n'ont décidément rien de banal. Outre sa superficie qui la classe au premier rang départemental, son mode de gestion lui aussi dénote. La Ferme est en effet gérée par la Commission Syndicale du Haut Ossau, en charge du patrimoine indivis de 8 communes de la haute vallée d’Ossau, et ce depuis plus de 900 ans ! Lieu de pâture durant plusieurs siècles, la création de la ferme et de la mise en culture proprement dite d'une partie des terres date des années 1960, mais la modernisation de son aménagement n'a que quelques petites années. Le séchoir à foin inauguré ce 30 août, générateur d'électricité et de chaleur, en est le point d'orgue final. Le fourrage, issu d'un processus « high tech » de séchage conçu par la société bordelaise BASE, régalera en quantité et en qualité les troupeaux des bergers de la Vallée, et de l'AOP Ossau Iraty.

Sur plus de 70 m de long, et bardé de bois, le nouveau hangar de séchage de la Ferme du pont long, bien qu'imposant, cache bien son jeu. Et pour cause, la pièce maîtresse et innovante du processus de séchage du foin est difficilement visible à l'oeil nu puisqu'il s'agit de son toit, composé de quelque 380 panneaux thermovoltaïques « Cogen'Air », conçus et fabriqués par la société BASE.

Dispositif énergétique vertueux... et intelligent
Des panneaux qui non seulement produisent de l'électricité, mais aussi de la chaleur grâce à l'air capté au niveau du faîtage, et « qui se réchauffe et s'assèche en passant sous les panneaux, avant d'être insufflé sous le fourrage par trois grands ventilateurs », explique Guillaume Clouté, directeur de la Ferme du Pont Long. Un dispositif énergétique d'autant plus vertueux que l'air en passant sous les panneaux permet de les refroidir, ce qui permet une production d'électricité supérieure de près de 10% par rapport à des panneaux photovoltaïques classiques...

Techniquement, le séchoir conçu par la société bordelaise (canéjanaise, plus précisément ) a donc tout bon. « D'autant plus, précise Guillaume Clouté en ouvrant le local technique qui y est accolé, qu'il est doté d'un système de régulation intelligent ! ». En d'autres termes, la vitesse des ventilateurs s'adapte en fonction du taux d'humidité et de la température de l'air chauffé. De la même manière, le risque de surchauffe du foin et de sa fermentation, sont également pris en compte permettant de garantir la bonne sécurité au processus et d'amoindrir le risque incendie.
Autant de données collectées grâce à la mise en place de nombreux capteurs au sein du bâtiment : hygrométrie et température intérieures et extérieures, détection de pluie, niveau d'ensoleillement, consommation des ventilateurs, etc. Des données que le directeur peut aussi consulter et paramétrer depuis son téléphone portable... Cerise sur le gâteau, donc, la gestion de l'ensemble est entièrement automatisable.

Dans le local technique Guillaume Clouté présente le système de régulation intelligent du séchoir

Plus de qualité, de quantité et de diversité des fourrages
Mais bien que l'innovation technologique soit brillante, et suscite l'enthousiasme du président de la Commission Syndicale, Augustin Medevielle, de son directeur et des officiels participant à l'inauguration, (dont François Bayrou Président de la Communauté d'agglomération Pau Béarn Pyrénées, la députée Josy Poueyto, le Vice-Président du Conseil régional, Bernard Uthury ou encore Christion Vedelago, directeur de cabinet du Préfet des Pyrénées-Atlantiques) c'est avant tout les apports permis par cet équipement d'avant-garde que chacun se plaît aussi à rappeler. Et ils sont multiples.

D'abord, la qualité du séchage du foin. Grâce à un environnement maîtrisé et adaptable « le fourrage est de bien meilleur qualité pour le bétail, notamment en terme de protéines. Un apport nutritionnel de meilleure qualité qui peut donc permettre des économies à nos clients sur l'achat de compléments alimentaires », explique Guillaume Clouté.
Concernant la récolte du foin en elle-même « le séchoir nous permet de travailler plus rapidement et avec plus de souplesse. Là où il nous fallait attendre une fenêtre météo de 4 à 5 jours de beau temps pour non seulement faucher mais aussi andainer et presser, avec parfois jusqu'à 6 passages, désormais on fauche le matin pour un ramassage le soir, direction le séchoir ». Un temps précieux pour la superficie de 140 ha de prairie que possède la ferme.
Cette moindre dépendance aux conditions climatiques va aussi permettre d'attaquer la coupe de foin plus tôt dans l'année. « L'objectif va être de réaliser une coupe tous les 30 jours. L'an dernier, nous n'avons sorti que 500 tonnes de foin ; avec cette nouvelle grange l'objectif est de parvenir à fournir 1000 tonnes de foin de très bonne qualité à nos clients éleveurs. Ce sera aussi l'occasion pour nous de tenter la production de luzerne, qui est très riche en protéines, particulièrement recherchées par les éleveurs de brebis. »

A l'interieur du séchoir à foin de la ferme du pont long à Lescar (64)

"Ca marche formidablement bien !"
Enfin, autre bénéfice attendu et garanti : la centrale thermovoltaïque en toiture produira de l’électricité revendue sur le réseau (100 MgW) qui assurera 15 000€ de revenus tous les ans à la ferme. Un revenu permettant ainsi l'heure de faciliter le retour sur investissement. « Pour l'heure c'est plus intéressant de vendre l'électricité que nous produisons et de la racheter sur le réseau général. Mais quand nous le voudrons, nous pourrons utiliser directement notre propre électricité », détaille encore Guillaume Clouté.

Au total, cette grange, "petit" bijou de technologies, c'est un investissement de 1,7 M € (accompagné à hauteur de 15% par le Conseil régional), qu'après seulement 2 mois de mise en service, le président de la commission syndicale et son directeur ne regrettent pas. « C'est la première fois que la société Base concevait une grange aussi grande. C'était une prise de risque mais ça marche formidablement bien ! », se félicite Augustin Médevielle, satisfait de constater que le pari s'est révélé gagnant au profit, pour l'heure, d'une quarantaine d'éleveurs de la Vallée d'Ossau, ainsi que des amateurs d'Ossau Iraty.

Coupé de ruban de l'inauguration du séchoir à foin. Ferme du pont long à Lescar (64)

Solène Méric
Par Solène Méric

Crédit Photo : Aqui.fr

Inno'action et agricultureCet article fait partie du dossier

Voir les autres articles de ce dossier
Partager sur Facebook
Vu par vous
10466
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Agriculture
Agriculture
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 30 + 15 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

A lire ailleurs sur aqui.fr