Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

17/01/19 : Rochefort (17) : la tête d'affiche de la programmation du festival Stéréoparc vient de tomber. Il s'agit du groupe Offenbach, qui jouera le 20 juillet.

17/01/19 : Vendredi 18 janvier, EDF/Dalkia signera un partenariat avec la Ville de Poitiers pour Traversées, l'évènement artistique et culturel du Palais. La signature se fera à 10h en présence du maire de Poitiers et des représentants régionaux d'EDF/Dalkia.

17/01/19 : La Rochelle Université ouvre ses portes samedi 2 février, de 9h30 à 17h. L’accueil de la journée se déroulera au Technoforum (23 avenue Albert Einstein, La Rochelle). avec des stands d’informations de l’Université et de ses partenaires (CROUS, CDIJ, Yélo,

16/01/19 : La Rochelle : la Nuit de la lecture se tient samedi 19 janvier de 14 h à 7 h dimanche à la Médiathèque de Laleu/La Pallice, à la Médiathèque Michel-Crépeau et au Muséum d’Histoire naturelle. Des lectures et des animations variées sont organisées.

16/01/19 : Le lanceur de poids bordelais Jean-Luc Mastromauro a battu le record de France des moins de 50 ans. Il a réalisé 17m19 à Fronton le 13 janvier, améliorant ainsi son propre record de France, établi une semaine plus tôt avec 16m90.

16/01/19 : Dans le cadre du dispositif "Permis de Jardiner" et à l'initiative du collectif Pau Sud, la rue Jacques Terrier sera revégétalisée. La Maison du Jardinier organise le 18 janvier de 14h à 17h une après-midi de plantation participatif.

15/01/19 : le Préfet de la Dordogne a désigné le sous-préfet de Nontron, Frédéric Roussel, référent départemental pour le grand débat national. Il est joignable à l'adresse : pref-granddebat@dordogne.gouv.fr. Plus d'infos : www.granddebat.fr

15/01/19 : Solène Ndama, licenciée au Bordeaux Athlé commence bien la saison. La jeune athlète bordelaise (20ans) réalise la meilleure performance mondiale de la saison au pentathlon (5 épreuves) en salle à Clermont-Ferrand.

14/01/19 : Didier Lallement, préfet de la région Nouvelle-Aquitaine, préfet de la Gironde, a nommé Thierry Suquet, secrétaire général de la préfecture de la Gironde, comme référent pour le Grand Débat National en Gironde.

13/01/19 : Emmanuel Macron dans sa lettre aux Français: Faut-il reconnaître le vote blanc? Faut-il rendre le vote obligatoire? Quelle est la bonne dose de proportionnelle aux élections législatives pour une représentation plus juste de tous les projets politiques

12/01/19 : GJ.La préfecture de Gironde a fait le point suivant à 19h45: 6000 manifestants, 35 interpellations, pas de blessé du côté des forces de l'ordre, des vitrines et du mobiliers urbains dégradés ainsi que des poubelles brûlées.Dernières dispersions en cours"

11/01/19 : Manifestations du samedi 12 janvier. Alain Juppé, maire de Bordeaux, en accord avec le Préfet, a décidé de fermer les lieux publics. L'opération de parking gratuit sur la place des Quinconces est reconduite ce dimanche 13 janvier.

- Publicité -
S’abonner ici !
- Publicité -
  • 17/01/19 | Eco-Campus : Poitiers exemplaire

    Lire

    L'Université de Poitiers mise en valeur par le ministère de l'Enseignement Supérieur. Dans le cadre d'un séminaire dédié à la valorisation et la vie de campus, le ministère a invité l'Université de Poitiers à présenter son réseau de chaleur. Cette installation a permis une baisse de 500.000 euros de la facture énergétique. L'établissement poitevin est engagé dans une stratégie de développement durable récompensée par l'obtention du label Développement Durable et Responsabilité Sociétale en 2016.

  • 17/01/19 | Gilet jaunes : quel impact sur les commerces girondins ?

    Lire

    Dans une enquête de la Chambre de Commerce et d'Industrie Bordeaux Gironde sur l'évolution de a fréquentation des commerçants girondins sur les samedi du 15 décembre au 5 janvier auprès de 310 d'entre eux, on apprend que 93% des commerçants bordelais ont enregistré une baisse de fréquentation (supérieure à 50% pour plus d'un quart) par rapport à l'an passé et 90% une baisse de leur chiffre d'affaire (supérieure à 50% pour près d'un quart). Sur le reste du département, 69% ont enregistré une baisse de fréquentation et 66% du chiffre d'affaire, avec une Haute Gironde jugée "très fortement impactée".

  • 17/01/19 | Habitat 17 : des actions pour rompre l'isolement des retraités

    Lire

    Afin de rompre l'isolement des personnes âgées, l'association Voisins Solidaires et l'office public Habitat 17 viennent de créer un programme d'actions sur le département, allant du service rendu ponctuel à l'organisation d’événements de voisinage (type fête des voisins), reposant sur un réseau de voisins. 160 seniors isolés de 80 ans et + ont été identifiés. Avec cette action, l'office s'est vu renouveler le label européen du "bailleur social et solidaire", déjà obtenu en 2016 pour trois ans.

  • 17/01/19 | Mérignac : 4e édition de l’opération "Mon sang pour les autres"

    Lire

    Le Rotary Club de Mérignac et l'Association pour le don du sang bénévole de Mérignac s‘unissent au côté de l’Etablissement français du sang (EFS) Nouvelle-Aquitaine en organisant vendredi 18 janvier toute la journée et samedi 19 janvier au matin à la Maison des associations des journées pour donner son sang. Pour ce faire, il suffit d’être majeur et en bonne santé. L’objectif est de mobiliser 180 donneurs lors de cette collecte. Toutes les informations sont à retrouver ici.

  • 17/01/19 | Charente : une nouvelle Maison de Santé en zone rurale

    Lire

    Une nouvelle Maison de Santé sera inaugurée ce samedi à Barbezieux-Saint-Hilaire (23 avenue Charles-Virolleau), sur un territoire en désertification médicale. La MSP de Barbezieux-Saint-Hilaire regroupera 11 professionnels de santé aux fonctions complémentaires : deux médecins, un dermatologue, une sage-femme, deux cabinets d'infirmières, deux ostéopathes, une diététicienne, un psychologue et un réflexologue. Un projet soutenu pat la Région (150 000€) et l'Europe (200 000€).

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Agriculture | Manifestation FDSEA JA : forte mobilisation en Aquitaine

05/11/2014 | A Périgueux, Agen et Pau, les agriculteurs de la FDSEA et des JA ont rassemblé des milliers d'agriculteurs qui ont exprimé leur ras le bol.

Mobilisation FDSEA JA 47 à Agen

Ce 5 novembre, la FNSEA a appelé à manifester dans toute la France pour protester contre l'embargo russe, défendre le manger français, crier son mécontentement contre la surenchère administrative, demander un étalement des cotisations sans pénalité, une baisse du coût du travail, une TVA sociale, l'abandon du compte pénibilité et moins de contraintes liées à l'apprentissage et enfin inciter la ministre de l'écologie, Ségolène Royal, à revisiter sa nouvelle carte de zones vulnérables. A Pau, ils étaient un millier à manifester, 600 à Périgueux et 200 à Agen.

A Périgueux, la FDSEA et les JA avaient appelé à une journée morte pour l'agriculture en Dordogne. De mémoire de Périgourdins, on n'avait pas vu une telle mobilisation des agriculteurs, à laquelle se sont joints des salariés des organisations professionnelles, de la chambre d'agriculture depuis au moins une bonne vingtaine d'années. Ils étaient plus de 500 sans doute 600 à arpenter dès la fin de matinée les rues de Périgueux, dans un esprit plutôt bon enfant, sans volonté de casse ou de détérioration. "Nous sommes là pour exprimer notre ras le bol, des contraintes, des contrôles. On va rendre visite à ceux qui nous emmerdent, nous persécutent. Aujourd'hui, est venu le temps de l'action, pas celui des beaux discours, a indiqué Yannick Francès, le président de la FDSEA de la Dordogne. Les manifestants se sont d'abord réunis dans la matinée sur les allées Tourny, près du Conseil général et de la préfecture autour de 75 tracteurs qui avaient convergé des quatre entrées principales de l'agglomération périgourdine vers le centre ville.

A Périgueux, aux allées tournyLe cortège, dans un esprit bon enfant, mais déterminé, a rendu visite à la Direction départementale des territoires, où ont été déversés les premiers tas de fumier, puis à la direction du travail et ensuite à la trésorerie générale. Au total, les agriculteurs ont déversé une quarantaine de bennes de fumier, lisier malodorant à souhaits mais aussi des plumes, du bois, des déchets agricoles. Après une pause déjeuner tardive vers 15 h 30, le cortège, composé de tracteurs, d'exploitants agricoles, de futurs agriculteurs, de salariés des organisations,  s'est à nouveau retrouvé devant les grilles de la préfecture.

A Périgueux, du fumier devant la direction du travail

L'ambiance prend alors une autre tournure. Les murs du Conseil général et de la préfecture ont été assaillis par des projections d'oeufs, complétés par quelques pétards. Les barrières protégeant les deux bâtiments publics ont été rapidement enlevées. Les grilles de la préfecture ont été aspergées de lisier,  de plumes, décorées de banderoles où il est écrit que les agriculteurs ne veulent pas mourrir. Vers 16 h 45, la manifestation manque de peu de dégénérer.  Certains manifestants, dont vraisemblement des personnes extérieures au milieu agricole, mettent le feu à des palettes. Le feu est rapidement éteint par des pompiers.  La manifestation peut se disloquer dans le calme.  Aucun dégât notable n'est à déplorer, mais il faut nettoyer la ville. Depuis le milieu d'après midi, les agents de la municipalité ont entamé le grand nettoyage de Périgueux et s'activent pour que tout rentre dans l'ordre très rapidement. Pour Jean Philippe Granger, président de la chambre d'agriculture, ainsi que pour le président des JA et de la FDSEA, cette manifestion à Périgueux est une réussite : elle va marquer les esprits.  "Nous sommes 36 500 agriculteurs à manifester aujourd'hui en France, 600 à Périgueux avec 80 tracteurs. Aujourd'hui, nous avons reçu le soutien de la population qui a compris ce que représentait l'agriculture dans ce département. Nous espérions la visite des six parlementaires, nous ne les avons pas vus. Certains ont téléphoné. Ce sont les grands absents de cette journée. Nous avons démontré que l'agriculture périgourdine veut continuer à vivre." Une rencontre entre les parlementaires et les responsables professionnels est prévue prochainement. 

A Périgueux, devant les grilles de la préfecture, l'ambiance est plus tendue en fin d'après midi

200 à Agen, un millier à PauA Agen, 200 agriculteurs et une quinzaine de tracteurs étaient positionnés devant la Direction départementale des territoires, avenue de Colmar. Pas de blocage mais juste des barrages filtrants afin de distribuer gratuitement 600 kg de pommes, 5 tonnes de fumier et du terreau et, « ainsi, faire comprendre à la population que ce fumier là nous ne pourrons plus l'utiliser quand la nouvelle carte des zones vulnérables sera adoptée ! », explique Jean-Luc Poli, le président de la FDSEA47. Dans une atmosphère calme et un esprit bon enfant les militants FDSEA/JA ont distribué des soupes administratives au personnel de la DDT pour pousser un coup de gueule contre « cette surenchère administrative qui pollue notre quotidien ».

Mobilisation FDSEA JA 47 distribution pommes

En début d'après-midi, les représentants des syndicats ont été reçus à la DDT par le directeur du site ainsi que par le préfet du département Denis Conus. « Une entrevue qui s'est très bien passée, assure Jean-Luc Poli. En ce qui concerne les zones vulnérables, au point de vue national ça commence à bouger doucement, donc nous allons rester mobilisés sur ce dossier-là. Cela prend une bonne direction. On retrouverait un peu de pragmatisme et de logique pour l'avenir au niveau de ces zones qui seraient réduites et qui seraient beaucoup plus ciblées. Au lieu d'être sur l'ensemble d'une commune, elles seraients sur un secteur bien particulier. »

 

Mobilisation FDSEA JA 47 ambiance bon enfant

 

Benoit Parisotto président des JA47

Benoit Parisotto, président des JA47 : « Les JA (Jeunes agriculteurs) ont décidé de se joindre au mouvement pour montrer qu'avec toutes ces mises aux normes et contraintes administratives la situation devient de plus en plus tendue pour s'installer. Aujourd'hui, en Lot-et-Garonne, nous ne dénombrons quasiment plus d'installations bovin-lait. Nous constatons également de gros problèmes de main d’œuvre. Nous peinons à trouver de la main d’œuvre qualifiée. C'est pour cette raison que nous souhaitons valoriser les centres de formation. »

 

 

 

Mobilisation FDSEA JA 47 distribution fumier

 A Pau, plus d'un millier d'agriculteurs venus des Pyrénées-Atlantiques et des Landes ont manifesté dans le centre de Pau avec tracteurs et banderoles. Les slogans ne manquaient pas ("Halte aux idées Foll"... "Halte au génocide agricole") pour dénoncer l'excès de contraintes réglementaires que subit la profession. Dans la foule réunie à l'appel des FDSEA et JA des deux départements, on remarquait notamment la présence des responsables de Maïsadour et de Euralis.

A Pau, ils étaient un millier d'agricuteurs venus des Pyrénées  Atlantiques et des LandesCe qui a amené Christian Peès, le président de la coopérative basée en Béarn, à rappeler que 20% des emplois en France sont issus de l'agriculture et de l'agro-alimentaire. François Bayrou, le maire de Pau, est venu apporter son soutien aux manifestants qui ont déversé des déchets issus du maïs devant les grilles de la préfecture.

Quelques avancées dans "l' attente d'actes concrets" A l’issue de la rencontre avec le préfet de Région, Michel Delpuech, mercredi soir, Isabelle Caumet, directrice de la FRSEA Aquitaine s’est déclarée « satisfaite d’avoir été entendue, que la porte des négociations se soit ouverte ». Ceci étant, « nous attendons des actes concrets », poursuit Henri Bies-Péré, président de la FRSEA. Il reconnaît quelques avancées sur plusieurs de leurs sept revendications. Ainsi, « le préfet s’est engagé à nous aider à faire en sorte que deux plats sur trois soient d’origine française dans la restauration hors foyer (RHF). Il y a des possibilités dans les appels d’offres au niveau local ». Un point d’autant plus important ici que l’Aquitaine est la première région en termes d’emplois agricoles. « Sur la demande d’abandon de l’application du compte pénibilité à l’agriculture ou le zonage de la directive nitrates, les choses semblent aussi susceptibles d’évoluer, alors que l’on nous disait que c’était impossible il y a quinze jours », rappelle Henri Bies-Péré, président de la FRSEA. 

Avec Claude-Hélène Yvard, à Périgueux et Jean-Jacques Nicomette à Pau et Nicolas César à Bordeaux

Sybille Rousseau et Claude Hélène Yvard
Par Sybille Rousseau et Claude Hélène Yvard

Crédit Photo : SR

Partager sur Facebook
Vu par vous
2158
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Agriculture
Agriculture
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 20 + 7 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

A lire ailleurs sur aqui.fr