18/10/17 : La CGT appelle à nouveau à manifester en Dordogne contre les ordonnances Macron sur le droit du travail. Les rassemblements auront lieu ce jeudi 19, à 17 h à Périgueux (palais de justice), Bergerac (palais de justice) et Sarlat (place de la Grande-Rigaudi

18/10/17 : Malgré la protestation d’élus et des syndicats, la Direction générale des Finances publiques a entériné la fermeture de la trésorerie de Mussidan (24). D’autres pourraient connaître le même sort comme à Belvès, Saussignac, Thiviers et Brantôme.

17/10/17 : La Rochelle organise son Colloque Citoyenneté et Solidarités sur le thème "Innover aujourd’hui pour l’action sociale de demain" le 19 octobre à l'espace Giraudeau, avec l'intervention du CNAM de Paris. Gratuit sur réservation. www.ccas-larochelle.fr

15/10/17 : A TF1 Emmanuel Macron après le drame de Marseille a annoncé une nouvelle loi en matière de droit d'asile et d'immigration et la négociation en cours "d'accords bilatéraux avec les pays africains" pour rendre effectives les reconduites à la frontière.

13/10/17 : Les offices HLM de Charente-Maritime organisent une manifestation mardi à 14h devant la prefecture de La Rochelle pour protester contre la baisse des aides au logement pour les bailleurs sociaux.

11/10/17 : Le collectif national « Vive l'APL » qui regroupe 60 organisations associatives, syndicales, de consommateurs et bailleurs sociaux, appelle à la mobilisation samedi «pour défendre le droit au logement social». A Bordeaux, ce sera à Pey Berland à 14h

03/10/17 : L'organisation du Grand Pavois a enregistré quelque 80 000 visiteurs pour cette 45 e édition, identique à l'an dernier, et de nombreuses ventes d'unités. La prochaine édition se tiendra du 26 septembre au 1er octobre 2018.

- Multivote -
- Publicité -
S’abonner ici !
- Publicité -
  • 19/10/17 | Le Pays basque a déjà gagné le Tour de France

    Lire

    Le Pays basque intérieur pourrait bien ériger une statue aux organisateurs d'un Tour de France qu'il n'avait pas vu depuis 2006 -à Cambo-les-Bains-. En effet, cette étape contre la montre du samedi 28 juillet entre Saint-Pée-sur-Nivelle et Espelette se dispute la veille de l'arrivée, certes. Comble du bonheur, elle a lieu en pleine période... des Fêtes de Bayonne! Une aubaine touristique pour les maires Jean-Marie Iputcha et Pierre Marie Nousbaum. Il est vivement recommandé de réserver ses nuitées dès aujourd'hui au Pays basque.

  • 18/10/17 | Déviation de Beynac : plus de 2600 avis recueillis pour l'enquête publique

    Lire

    Concernant l'enquête publique sur la déviation de Beynac, en Dordogne, qui s'est clôturée le 17 octobre, plus de 2600 avis ont été déposés dont 2410 en ligne. La commission va remettre sous huitaine une synthèse au Conseil départemental qui pourra formuler des réponses. Dans un délai d'un mois, la commission rendra ensuite son avis avec d'éventuelles observations à la préfète de la Dordogne. C'est à elle que reviendra la décision finale de valider ou non le projet.

  • 18/10/17 | Les Pyrénées-Atlantiques "chouchoutées" par le Tour de France

    Lire

    Les Pyrénées-Atlantiques décrochent la timbale pour l'édition 2018 du Tour de France. Parti de Trie-sur-Baïse (65), le peloton arrivera à Pau le jeudi 26 juillet. Il disputera le vendredi 27 une étape émaillée de nombreux cols entre Lourdes et la commune montagnarde de Laruns (Aspin, Tourmalet, Bordères, Soulor-Aubisque). Un contre la montre entièrement basque sera enfin disputé le samedi 28 entre Saint-Pée-sur-Nivelle et Espelette. Equipes et accompagnateurs étant en prime logées pendant quatre jours à Pau. Que demander de mieux ?

  • 17/10/17 | Dominique Bussereau fait du lobbying pour le Tour de France

    Lire

    Alors qu'il assistera à la présentation du parcours du Tour de France ce mardi, le président de la Charente-Maritime compte bien "faire une petite piqûre de rappel" au patron du Tour de France Christian Prudhomme sur la volonté du Département d'accueillir le Tour de France "dans les prochaines années". Dominique Bussereau a notamment en tête un passage du Tour par les îles de Ré et d'Oléron. Une manne touristique et financière non négligeable, et une belle vitrine pour le territoire.

  • 15/10/17 | Les ours des Pyrénées donnent de leurs nouvelles

    Lire

    L'association Pays de l'ours- ADET se réjouit de "deux bonnes nouvelles" sur le massif pyrénéen. Tout d'abord la réapparition de Cannellito, le fils de l'ourse Cannelle tuée en 2004 par un chasseur béarnais. Alors que le plantigrade avait disparu depuis plusieurs mois, sa trace a été détectée grâce à la génétique en Bigorre et à Luchon. Par ailleurs, une quatrième portée comprenant deux oursons a été repérée sur le massif. "Ce qui porte à 7 le nombre minimum d'oursons cette année".

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Nos partenaires


Agriculture | Manifestation FDSEA JA : forte mobilisation en Aquitaine

05/11/2014 | A Périgueux, Agen et Pau, les agriculteurs de la FDSEA et des JA ont rassemblé des milliers d'agriculteurs qui ont exprimé leur ras le bol.

Mobilisation FDSEA JA 47 à Agen

Ce 5 novembre, la FNSEA a appelé à manifester dans toute la France pour protester contre l'embargo russe, défendre le manger français, crier son mécontentement contre la surenchère administrative, demander un étalement des cotisations sans pénalité, une baisse du coût du travail, une TVA sociale, l'abandon du compte pénibilité et moins de contraintes liées à l'apprentissage et enfin inciter la ministre de l'écologie, Ségolène Royal, à revisiter sa nouvelle carte de zones vulnérables. A Pau, ils étaient un millier à manifester, 600 à Périgueux et 200 à Agen.

A Périgueux, la FDSEA et les JA avaient appelé à une journée morte pour l'agriculture en Dordogne. De mémoire de Périgourdins, on n'avait pas vu une telle mobilisation des agriculteurs, à laquelle se sont joints des salariés des organisations professionnelles, de la chambre d'agriculture depuis au moins une bonne vingtaine d'années. Ils étaient plus de 500 sans doute 600 à arpenter dès la fin de matinée les rues de Périgueux, dans un esprit plutôt bon enfant, sans volonté de casse ou de détérioration. "Nous sommes là pour exprimer notre ras le bol, des contraintes, des contrôles. On va rendre visite à ceux qui nous emmerdent, nous persécutent. Aujourd'hui, est venu le temps de l'action, pas celui des beaux discours, a indiqué Yannick Francès, le président de la FDSEA de la Dordogne. Les manifestants se sont d'abord réunis dans la matinée sur les allées Tourny, près du Conseil général et de la préfecture autour de 75 tracteurs qui avaient convergé des quatre entrées principales de l'agglomération périgourdine vers le centre ville.

A Périgueux, aux allées tournyLe cortège, dans un esprit bon enfant, mais déterminé, a rendu visite à la Direction départementale des territoires, où ont été déversés les premiers tas de fumier, puis à la direction du travail et ensuite à la trésorerie générale. Au total, les agriculteurs ont déversé une quarantaine de bennes de fumier, lisier malodorant à souhaits mais aussi des plumes, du bois, des déchets agricoles. Après une pause déjeuner tardive vers 15 h 30, le cortège, composé de tracteurs, d'exploitants agricoles, de futurs agriculteurs, de salariés des organisations,  s'est à nouveau retrouvé devant les grilles de la préfecture.

A Périgueux, du fumier devant la direction du travail

L'ambiance prend alors une autre tournure. Les murs du Conseil général et de la préfecture ont été assaillis par des projections d'oeufs, complétés par quelques pétards. Les barrières protégeant les deux bâtiments publics ont été rapidement enlevées. Les grilles de la préfecture ont été aspergées de lisier,  de plumes, décorées de banderoles où il est écrit que les agriculteurs ne veulent pas mourrir. Vers 16 h 45, la manifestation manque de peu de dégénérer.  Certains manifestants, dont vraisemblement des personnes extérieures au milieu agricole, mettent le feu à des palettes. Le feu est rapidement éteint par des pompiers.  La manifestation peut se disloquer dans le calme.  Aucun dégât notable n'est à déplorer, mais il faut nettoyer la ville. Depuis le milieu d'après midi, les agents de la municipalité ont entamé le grand nettoyage de Périgueux et s'activent pour que tout rentre dans l'ordre très rapidement. Pour Jean Philippe Granger, président de la chambre d'agriculture, ainsi que pour le président des JA et de la FDSEA, cette manifestion à Périgueux est une réussite : elle va marquer les esprits.  "Nous sommes 36 500 agriculteurs à manifester aujourd'hui en France, 600 à Périgueux avec 80 tracteurs. Aujourd'hui, nous avons reçu le soutien de la population qui a compris ce que représentait l'agriculture dans ce département. Nous espérions la visite des six parlementaires, nous ne les avons pas vus. Certains ont téléphoné. Ce sont les grands absents de cette journée. Nous avons démontré que l'agriculture périgourdine veut continuer à vivre." Une rencontre entre les parlementaires et les responsables professionnels est prévue prochainement. 

A Périgueux, devant les grilles de la préfecture, l'ambiance est plus tendue en fin d'après midi

200 à Agen, un millier à PauA Agen, 200 agriculteurs et une quinzaine de tracteurs étaient positionnés devant la Direction départementale des territoires, avenue de Colmar. Pas de blocage mais juste des barrages filtrants afin de distribuer gratuitement 600 kg de pommes, 5 tonnes de fumier et du terreau et, « ainsi, faire comprendre à la population que ce fumier là nous ne pourrons plus l'utiliser quand la nouvelle carte des zones vulnérables sera adoptée ! », explique Jean-Luc Poli, le président de la FDSEA47. Dans une atmosphère calme et un esprit bon enfant les militants FDSEA/JA ont distribué des soupes administratives au personnel de la DDT pour pousser un coup de gueule contre « cette surenchère administrative qui pollue notre quotidien ».

Mobilisation FDSEA JA 47 distribution pommes

En début d'après-midi, les représentants des syndicats ont été reçus à la DDT par le directeur du site ainsi que par le préfet du département Denis Conus. « Une entrevue qui s'est très bien passée, assure Jean-Luc Poli. En ce qui concerne les zones vulnérables, au point de vue national ça commence à bouger doucement, donc nous allons rester mobilisés sur ce dossier-là. Cela prend une bonne direction. On retrouverait un peu de pragmatisme et de logique pour l'avenir au niveau de ces zones qui seraient réduites et qui seraient beaucoup plus ciblées. Au lieu d'être sur l'ensemble d'une commune, elles seraients sur un secteur bien particulier. »

 

Mobilisation FDSEA JA 47 ambiance bon enfant

 

Benoit Parisotto président des JA47

Benoit Parisotto, président des JA47 : « Les JA (Jeunes agriculteurs) ont décidé de se joindre au mouvement pour montrer qu'avec toutes ces mises aux normes et contraintes administratives la situation devient de plus en plus tendue pour s'installer. Aujourd'hui, en Lot-et-Garonne, nous ne dénombrons quasiment plus d'installations bovin-lait. Nous constatons également de gros problèmes de main d’œuvre. Nous peinons à trouver de la main d’œuvre qualifiée. C'est pour cette raison que nous souhaitons valoriser les centres de formation. »

 

 

 

Mobilisation FDSEA JA 47 distribution fumier

 A Pau, plus d'un millier d'agriculteurs venus des Pyrénées-Atlantiques et des Landes ont manifesté dans le centre de Pau avec tracteurs et banderoles. Les slogans ne manquaient pas ("Halte aux idées Foll"... "Halte au génocide agricole") pour dénoncer l'excès de contraintes réglementaires que subit la profession. Dans la foule réunie à l'appel des FDSEA et JA des deux départements, on remarquait notamment la présence des responsables de Maïsadour et de Euralis.

A Pau, ils étaient un millier d'agricuteurs venus des Pyrénées  Atlantiques et des LandesCe qui a amené Christian Peès, le président de la coopérative basée en Béarn, à rappeler que 20% des emplois en France sont issus de l'agriculture et de l'agro-alimentaire. François Bayrou, le maire de Pau, est venu apporter son soutien aux manifestants qui ont déversé des déchets issus du maïs devant les grilles de la préfecture.

Quelques avancées dans "l' attente d'actes concrets" A l’issue de la rencontre avec le préfet de Région, Michel Delpuech, mercredi soir, Isabelle Caumet, directrice de la FRSEA Aquitaine s’est déclarée « satisfaite d’avoir été entendue, que la porte des négociations se soit ouverte ». Ceci étant, « nous attendons des actes concrets », poursuit Henri Bies-Péré, président de la FRSEA. Il reconnaît quelques avancées sur plusieurs de leurs sept revendications. Ainsi, « le préfet s’est engagé à nous aider à faire en sorte que deux plats sur trois soient d’origine française dans la restauration hors foyer (RHF). Il y a des possibilités dans les appels d’offres au niveau local ». Un point d’autant plus important ici que l’Aquitaine est la première région en termes d’emplois agricoles. « Sur la demande d’abandon de l’application du compte pénibilité à l’agriculture ou le zonage de la directive nitrates, les choses semblent aussi susceptibles d’évoluer, alors que l’on nous disait que c’était impossible il y a quinze jours », rappelle Henri Bies-Péré, président de la FRSEA. 

Avec Claude-Hélène Yvard, à Périgueux et Jean-Jacques Nicomette à Pau et Nicolas César à Bordeaux

Sybille Rousseau et Claude Hélène Yvard
Par Sybille Rousseau et Claude Hélène Yvard

Crédit Photo : SR

Partager sur Facebook
Vu par vous
1633
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Agriculture
Agriculture
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 22 + 16 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

A lire ailleurs sur aqui.fr
FRAB, Chambre agriculture et Interbio main dans la main pour le Mois de la Bio Agriculture | 17/10/2017

La bio à l’honneur en Lot-et-Garonne

Jean-Paul Musset et son fils Julien, qui vient d'acquérir l'exploitation laitière Agriculture | 16/10/2017

Foncier : la restructuration réussie d'une exploitation laitière à Coutras

Vendange en Aquitaine Agriculture | 16/10/2017

CIVB: La petite récolte 2017 obligera à puiser dans les stocks

Le taureau Fanfaron (à droite), un des bovins de la Race Parthenaise présentée au Salon de l'Agriculture 2016 Agriculture | 16/10/2017

Aqui! TV7 : La Parthenaise, nouvel atout charme de l'élevage bovin régional

Le Maraîchage bio est en plein essor en particulier en ceinture bordelaise Agriculture | 12/10/2017

Opération séduction pour la filière bio en novembre

Bertrand Harispuru, éleveur ovin et bovin au pays basque à la retraite Agriculture | 10/10/2017

L'évaluation foncière : l'autre porte d'entrée vers une vente Safer

La chambre d'agriculture des Pyrénées-Atlantiques donne rendez-vous aux éleveurs ovins le 13 octobre pour ses 13èmes Assises Ovines. Au programme la question de la main d'oeuvre Agriculture | 10/10/2017

Assises Ovines - 3 questions à Patrick Etchegaray, responsable de la commission ovine à la Chambre d'Agriculture des Pyrénées-Atlantiques

ManifCastelnau Agriculture | 07/10/2017

Filière avicole dans le rouge : les Landais unis pour faire payer l'Etat

Marie-Hélène Cazaubon, éleveuse gaveuse à Monsoué, présidente de la Commission Agricultrices - FDSEA 40 Agriculture | 05/10/2017

Crise aviaire et canards gras, reportage à Montsoué

Serge Bousquet Cassagne président de la Chambre d'agriculture47 (à droite) Agriculture | 04/10/2017

« Si quelqu’un a besoin de terres pour s’installer... » Serge Bousquet-Cassagne, président de la Chambre d’agriculture de Lot-et-Garonne

Euralis : du maïs semences pour toute l'Europe Agriculture | 03/10/2017

Euralis : des semences de maïs pour toute l’Europe

Visuel du projet du bâtiment Agrocampus Agriculture | 26/09/2017

Technopôle Agrolandes: du numérique à la biosécurité avicole

Maël Gallard et Laura Baillard avec Eirelles, jeune jument de 3 ans Agriculture | 25/09/2017

Pour Laura Baillard et Maël Gallard, leur projet agricole est en bonne voie

Pin Agriculture | 22/09/2017

100e AG des Sylviculteurs du Sud-Ouest : les parasites, « danger numéro un » de la forêt

Dominique Graciet, Président de la Chambre régionale d'Agriculture de Nouvelle-Aquitaine Agriculture | 20/09/2017

Dominique Graciet, Président de la Chambre d'agriculture de Nouvelle-Aquitaine : "L'Etat ne tient pas ses engagements"