aqui.fr lance Aqui-Bordeaux-Métropole le 9 novembre 2015

23/09/16 : Annulation du spectacle « Cabaret New Burlesque » programmé le mardi 11 octobre, au Théâtre Ducourneau, à Agen. Le producteur a déprogrammé la tournée européenne de ces artistes américains. Aucun autre spectacle ne sera programmé en remplacement.

23/09/16 : Elections au tribunal de Commerce d'Agen. 9 candidats en lice. Dépouillement prévu le 5 octobre à 9h30 et éventuellement, en cas de 2ème tour, le 18 octobre à 9h30.

23/09/16 : TEST TOEIC. Spécialisée dans l’enseignement des langues étrangères, la Maison de l’Europe47 à Agen organise une session de test TOEIC le mercredi 12 octobre de 14h à 17h. Plus d'infos au 05.53.66.47.59. Date limite d’inscription : le 26 septembre

22/09/16 : L'abeille et les problèmes auxquels elle est confrontée sont évoqués jusqu'au samedi 24 septembre lors de journées que le village Emmaüs de Pau-Lescar consacre à cet insecte à travers de multiples stands, animations et conférences.+ d'info

- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 24/09/16 | Prolongement de l'exposition « Gérard Fromanger annoncez la couleur ! » à Agen

    Lire

    Prolongement jusqu'au dimanche 16 octobre à l'église des Jacobins à Agen. L’artiste sera également présent à Agen les vendredi 14 octobre et samedi matin 15 octobre. Au programme notamment le vendredi 14, à 18h30, la projection du film "En suivant la piste Fromanger", au Studio Ferry. Et le samedi matin 15 octobre, ouverture exceptionnelle des Jacobins de 10h à 12h, car Gérard Fromanger sera présent aux Jacobins pour vous rencontrer et dédicacer les catalogues.

  • 23/09/16 | Solex de compétition à Saint-Léon

    Lire

    Dimanche 25 septembre, un rendez-vous atypique est organisé à Saint-Léon,dans l'Entre-deux-Mers: une course de Solex. Mais attention, ici on ne fait pas vraiment dans le «vintage», la performance doit être au rendez-vous. Le départ est donné à 11 h pour une épreuve d'endurance de 6 h (!!) sur le circuit de 3km concocté par le Saint-Léon Solex Club sur les petites routes de campagne. Les 25 Solex en lice s'affronteront par catégorie : Solex Origine, Origine Améliorée, Prototype et Super Prototype. S'il est parfois difficile de reconnaître «la bicyclette qui roule toute seule», le moteur à l'avant reste un impératif. A découvrir!

  • 22/09/16 | Ligne ferroviaire Pau-Canfranc : l'aide de l'Europe sollicitée

    Lire

    La région Nouvelle Aquitaine et le gouvernement d'Aragon vont déposer le 18 octobre à Bruxelles un dossier de candidature pour un appel à projet européen MIE (mécanisme pour l'interconnexion en Europe). Cela, afin d'amener l'Union européenne à financer en partie la réouverture de la ligne ferroviaire Pau-Canfranc. Le coût de ce chantier est estimé entre 350 et 450 millions d'euros. Selon Alain Rousset, l'Europe pourrait apporter jusqu'à 40% de cette somme. Un courrier a aussi été adressé aux ministres des transports français et espagnols pour souligner l'importance de ce dossier.

  • 16/09/16 | L'Aragon et la Nouvelle Aquitaine réunis sur la liaison Pau-Canfranc-Saragosse

    Lire

    Alain Rousset, le président du Conseil régional, et Javier Lambán Montañés, le président du gouvernement d'Aragon, se rencontreront le 21 septembre à Pau pour travailler à la réouverture de la liaison ferroviaire Pau-Canfranc-Saragosse. Dossier dont ils iront souligner l'urgence le 18 octobre à Bruxelles. Un groupe de travail réunissant l'Aragon et la Nouvelle Aquitaine sera constitué et dédié au dossier transeuropéen de transport RTE-T tandis qu'une structure permanente de coopération sera mise en place sur le sujet.

  • 15/09/16 | Eric Morvan nouveau préfet des Pyrénées Atlantiques

    Lire

    L'histoire se répète au Pays Basque: Eric Morvan, directeur de cabinet adjoint auprès du ministre de l'Intérieur va succèder à Pierre-André Durand à la préfecture des Pyrénées Atlantiques. En effet, les deux hommes ont tous deux été sous préfet de Bayonne, le second entre 2008 et 2010. Ce dernier va hériter du dossier d'intercommunalité unique Pays basque (EPCI) mis en place par son prédécesseur. Avec sur son bureau un recours -a priori suspensif- déposé par des maires opposants de l'intercommunalité Côte-Basque Adour.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Elections régionales 2015 Innov'action et Agriculture

Nos partenaires


Agriculture | Manifestation FDSEA JA : forte mobilisation en Aquitaine

05/11/2014 | A Périgueux, Agen et Pau, les agriculteurs de la FDSEA et des JA ont rassemblé des milliers d'agriculteurs qui ont exprimé leur ras le bol.

Mobilisation FDSEA JA 47 à Agen

Ce 5 novembre, la FNSEA a appelé à manifester dans toute la France pour protester contre l'embargo russe, défendre le manger français, crier son mécontentement contre la surenchère administrative, demander un étalement des cotisations sans pénalité, une baisse du coût du travail, une TVA sociale, l'abandon du compte pénibilité et moins de contraintes liées à l'apprentissage et enfin inciter la ministre de l'écologie, Ségolène Royal, à revisiter sa nouvelle carte de zones vulnérables. A Pau, ils étaient un millier à manifester, 600 à Périgueux et 200 à Agen.

A Périgueux, la FDSEA et les JA avaient appelé à une journée morte pour l'agriculture en Dordogne. De mémoire de Périgourdins, on n'avait pas vu une telle mobilisation des agriculteurs, à laquelle se sont joints des salariés des organisations professionnelles, de la chambre d'agriculture depuis au moins une bonne vingtaine d'années. Ils étaient plus de 500 sans doute 600 à arpenter dès la fin de matinée les rues de Périgueux, dans un esprit plutôt bon enfant, sans volonté de casse ou de détérioration. "Nous sommes là pour exprimer notre ras le bol, des contraintes, des contrôles. On va rendre visite à ceux qui nous emmerdent, nous persécutent. Aujourd'hui, est venu le temps de l'action, pas celui des beaux discours, a indiqué Yannick Francès, le président de la FDSEA de la Dordogne. Les manifestants se sont d'abord réunis dans la matinée sur les allées Tourny, près du Conseil général et de la préfecture autour de 75 tracteurs qui avaient convergé des quatre entrées principales de l'agglomération périgourdine vers le centre ville.

A Périgueux, aux allées tournyLe cortège, dans un esprit bon enfant, mais déterminé, a rendu visite à la Direction départementale des territoires, où ont été déversés les premiers tas de fumier, puis à la direction du travail et ensuite à la trésorerie générale. Au total, les agriculteurs ont déversé une quarantaine de bennes de fumier, lisier malodorant à souhaits mais aussi des plumes, du bois, des déchets agricoles. Après une pause déjeuner tardive vers 15 h 30, le cortège, composé de tracteurs, d'exploitants agricoles, de futurs agriculteurs, de salariés des organisations,  s'est à nouveau retrouvé devant les grilles de la préfecture.

A Périgueux, du fumier devant la direction du travail

L'ambiance prend alors une autre tournure. Les murs du Conseil général et de la préfecture ont été assaillis par des projections d'oeufs, complétés par quelques pétards. Les barrières protégeant les deux bâtiments publics ont été rapidement enlevées. Les grilles de la préfecture ont été aspergées de lisier,  de plumes, décorées de banderoles où il est écrit que les agriculteurs ne veulent pas mourrir. Vers 16 h 45, la manifestation manque de peu de dégénérer.  Certains manifestants, dont vraisemblement des personnes extérieures au milieu agricole, mettent le feu à des palettes. Le feu est rapidement éteint par des pompiers.  La manifestation peut se disloquer dans le calme.  Aucun dégât notable n'est à déplorer, mais il faut nettoyer la ville. Depuis le milieu d'après midi, les agents de la municipalité ont entamé le grand nettoyage de Périgueux et s'activent pour que tout rentre dans l'ordre très rapidement. Pour Jean Philippe Granger, président de la chambre d'agriculture, ainsi que pour le président des JA et de la FDSEA, cette manifestion à Périgueux est une réussite : elle va marquer les esprits.  "Nous sommes 36 500 agriculteurs à manifester aujourd'hui en France, 600 à Périgueux avec 80 tracteurs. Aujourd'hui, nous avons reçu le soutien de la population qui a compris ce que représentait l'agriculture dans ce département. Nous espérions la visite des six parlementaires, nous ne les avons pas vus. Certains ont téléphoné. Ce sont les grands absents de cette journée. Nous avons démontré que l'agriculture périgourdine veut continuer à vivre." Une rencontre entre les parlementaires et les responsables professionnels est prévue prochainement. 

A Périgueux, devant les grilles de la préfecture, l'ambiance est plus tendue en fin d'après midi

200 à Agen, un millier à PauA Agen, 200 agriculteurs et une quinzaine de tracteurs étaient positionnés devant la Direction départementale des territoires, avenue de Colmar. Pas de blocage mais juste des barrages filtrants afin de distribuer gratuitement 600 kg de pommes, 5 tonnes de fumier et du terreau et, « ainsi, faire comprendre à la population que ce fumier là nous ne pourrons plus l'utiliser quand la nouvelle carte des zones vulnérables sera adoptée ! », explique Jean-Luc Poli, le président de la FDSEA47. Dans une atmosphère calme et un esprit bon enfant les militants FDSEA/JA ont distribué des soupes administratives au personnel de la DDT pour pousser un coup de gueule contre « cette surenchère administrative qui pollue notre quotidien ».

Mobilisation FDSEA JA 47 distribution pommes

En début d'après-midi, les représentants des syndicats ont été reçus à la DDT par le directeur du site ainsi que par le préfet du département Denis Conus. « Une entrevue qui s'est très bien passée, assure Jean-Luc Poli. En ce qui concerne les zones vulnérables, au point de vue national ça commence à bouger doucement, donc nous allons rester mobilisés sur ce dossier-là. Cela prend une bonne direction. On retrouverait un peu de pragmatisme et de logique pour l'avenir au niveau de ces zones qui seraient réduites et qui seraient beaucoup plus ciblées. Au lieu d'être sur l'ensemble d'une commune, elles seraients sur un secteur bien particulier. »

 

Mobilisation FDSEA JA 47 ambiance bon enfant

 

Benoit Parisotto président des JA47

Benoit Parisotto, président des JA47 : « Les JA (Jeunes agriculteurs) ont décidé de se joindre au mouvement pour montrer qu'avec toutes ces mises aux normes et contraintes administratives la situation devient de plus en plus tendue pour s'installer. Aujourd'hui, en Lot-et-Garonne, nous ne dénombrons quasiment plus d'installations bovin-lait. Nous constatons également de gros problèmes de main d’œuvre. Nous peinons à trouver de la main d’œuvre qualifiée. C'est pour cette raison que nous souhaitons valoriser les centres de formation. »

 

 

 

Mobilisation FDSEA JA 47 distribution fumier

 A Pau, plus d'un millier d'agriculteurs venus des Pyrénées-Atlantiques et des Landes ont manifesté dans le centre de Pau avec tracteurs et banderoles. Les slogans ne manquaient pas ("Halte aux idées Foll"... "Halte au génocide agricole") pour dénoncer l'excès de contraintes réglementaires que subit la profession. Dans la foule réunie à l'appel des FDSEA et JA des deux départements, on remarquait notamment la présence des responsables de Maïsadour et de Euralis.

A Pau, ils étaient un millier d'agricuteurs venus des Pyrénées  Atlantiques et des LandesCe qui a amené Christian Peès, le président de la coopérative basée en Béarn, à rappeler que 20% des emplois en France sont issus de l'agriculture et de l'agro-alimentaire. François Bayrou, le maire de Pau, est venu apporter son soutien aux manifestants qui ont déversé des déchets issus du maïs devant les grilles de la préfecture.

Quelques avancées dans "l' attente d'actes concrets" A l’issue de la rencontre avec le préfet de Région, Michel Delpuech, mercredi soir, Isabelle Caumet, directrice de la FRSEA Aquitaine s’est déclarée « satisfaite d’avoir été entendue, que la porte des négociations se soit ouverte ». Ceci étant, « nous attendons des actes concrets », poursuit Henri Bies-Péré, président de la FRSEA. Il reconnaît quelques avancées sur plusieurs de leurs sept revendications. Ainsi, « le préfet s’est engagé à nous aider à faire en sorte que deux plats sur trois soient d’origine française dans la restauration hors foyer (RHF). Il y a des possibilités dans les appels d’offres au niveau local ». Un point d’autant plus important ici que l’Aquitaine est la première région en termes d’emplois agricoles. « Sur la demande d’abandon de l’application du compte pénibilité à l’agriculture ou le zonage de la directive nitrates, les choses semblent aussi susceptibles d’évoluer, alors que l’on nous disait que c’était impossible il y a quinze jours », rappelle Henri Bies-Péré, président de la FRSEA. 

Avec Claude-Hélène Yvard, à Périgueux et Jean-Jacques Nicomette à Pau et Nicolas César à Bordeaux

Sybille Rousseau et Claude Hélène Yvard
Par Sybille Rousseau et Claude Hélène Yvard

Crédit Photo : SR

Partager sur Facebook
Vu par vous
858
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Agriculture
Agriculture
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 26 + 15 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

A lire ailleurs sur aqui.fr