Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

17/09/21 : L'Agglo de Pau vient de se voir remettre par l'ADEME et le Ministère de la transition énergétique le Label, encore expérimental, Economie circulaire. Attribué pour 4 ans, il mesure les avancées et orientations des actions de la collectivité en la matière

14/09/21 : Bègles - Soirée festive le 24 septembre au Musée de la Création Franche pour le lancement d'une campagne de dons pour restaurer l'oeuvre totem du Musée, la sculpture Au crépuscule d’un automne, de Louis Chabaud installée en 1993 dans le parc.+ d'info

10/09/21 : A Bordeaux, l'I-Boat fête (déjà!) ses 10 ans les 1er ,2 et 3 octobre avec une programmation internationale pour 3 jours de fête en plein air. Un mini festival avec le DJ Ricardo Villalobos,le producteur Palms Trax ou encore Voilaaa Sound System+ d'info

09/09/21 : Vaccins - Du 13 au 17 septembre, de 8h à 18h, le centre de vaccination de Cenon situé 88 cours Victor Hugo, accueille les personnes (dès 12 ans) sans RDV. Des doses du vaccin Pfizer sont administrées.

03/09/21 : A partir du 6 septembre, et pour le mois, le Département de la Gironde aménage la piste cyclable de la RD 806, qui traverse Bernos-Beaulac, afin de créer un rampe pour les cyclistes et les cavaliers.

03/09/21 : La 11ème édition des Tribunes de la presse se tient du 14 au 16 octobre à Bordeaux, sur le thème "Que peut le politique?", et en présence de Cédric Villani, Asma Mahlla, Jean-Claude Mailly, Lucile Schmid, de Flore Vasseur, Elie Barnavi, Manuel Valls.

01/09/21 : Charente-Maritime : Madame Anne WINKOPP-TOCH, nouvelle sous-préfète de Saint-Jean-d’Angély, prendra ses fonctions officiellement lors d’une cérémonie lundi 06 septembre à 11h30, aux Monuments aux Morts, à Saint Jean d’Angély.

01/09/21 : La piscine municipale de Billère (64) met en place une nouvelle activité à destination des enfants de 4 et 5 ans, le Jardin aquatique. Objectif: initier, découvrir et sensibiliser au milieu aquatique. Renseignements: 05 59 77 48 05

01/09/21 : Au regard d'une situation hospitalière qui ne s'améliore pas, le préfet des Pyrénées-Atlantiques prolonge jusqu'au 5 septembre les mesures de "freinage" dont celle du pass sanitaire obligatoire dans les 5 centres commerciaux de plus de 20 000 m².

30/08/21 : Samedi 18 Septembre, la Ligue contre le cancer 33 et la Fédération Française de Randonnée 33 organisent des marches de 6 et 10km au départ du Moulin de Lansac pour sensibiliser sur la prévention et promouvoir les dépistages. Inscription: 05 40 05 01 00+ d'info

- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 17/09/21 | Journées du patrimoine: 1666 sites néo-aquitains à découvrir !

    Lire

    Les Journées européennes du patrimoine, c'est ce week-end ! Des balades et visites libres ou guidées, des expositions, des conférences, des ateliers ou encore des démonstrations rythmeront ces 2 jours dans 1 666 sites et lieux d’exception ouverts dans la région. Cette année, 107 d’entre eux ouvriront leurs portes pour la première fois et 100 de manière exceptionnelle dans le cadre de la manifestation. Châteaux, manoirs, musées, édifices religieux ou militaires, lieux de pouvoirs, sites archéologiques, espaces naturels… Programme complet : www.culture.gouv.fr/Regions/DRAC-Nouvelle-Aquitaine

  • 17/09/21 | La race limousine s’expose

    Lire

    Du 17 septembre au 13 novembre, la Bfm de Limoges propose l’exposition « La race bovine limousine : patrimoine vivant d’excellence ». Réalisée avec le pôle de Lanaud, des éleveurs, d’archives et des ressources numérisées des institutions culturelles notamment, elle retrace d’histoire de la race, qui est intimement liée à l’histoire de Limoges et de ses environs. Elle est également visible sur le site de la bibliothèque numérique du Limousin

  • 17/09/21 | La Foire au Jambon de Bayonne revient cet automne

    Lire

    Reportée d'avril à octobre 2020, annulée en raison de la deuxième vague de la pandémie de coronavirus, puis reportée à nouveau au printemps 2021, la 558e édition de la Foire au jambon de Bayonne devrait se tenir du vendredi 15 au dimanche 17 octobre prochain. Une édition 2021 qui s'organiserait selon un format adapté au contexte sanitaire actuel, sur 3 jour et sur un lieu unique, tout en conservant l’esprit général de cette manifestation gastronomique et traditionnelle. dans son communiqué, la Ville de Bayonne dit souhaiter "réamorcer la spirale positive de la vie qui reprend…" tout en soutenant la filière du Jambon de Bayonne.

  • 16/09/21 | Royan et les Sentiers des Arts

    Lire

    Du 18 septembre au 14 novembre, la Communauté d’Agglomération de Royan Atlantique organise les Sentiers des Arts afin de découvrir ou de redécouvrir les communes du territoires au travers d’un itinéraire artistique original. Pour la 1ère fois, l’art urbain et ses multiples déclinaisons graphiques seront mis à l’honneur avec 11 artistes de l’association cognaçaise Eprouvette. Ces artistes réalisent, lors d'une résidence artistique en cours, du 13 au 17 septembre, les fresques géantes qui orneront le parcours.

  • 16/09/21 | Bordeaux Euratlantique : Une nouvelle école d’ingénieurs

    Lire

    Le 15 septembre, le Campus François d’Assise à Bordeaux a posé la 1ère pierre d’une nouvelle école d’ingénieur, JUNIA, en présence d’Alain Rousset. Sur 2 500m², cette future école dont les locaux sont intégrés au projet de Campus François d'Assise sur le site Armagnac-Sud d'Euratlantique, pourra accueillir entre 200 et 300 étudiants en formation Bachelor et 450 étudiants en cycle ingénieur. Parmi ses thématiques : développements logiciels & big data appliqués aux usages de l'usine du futur, Cybersécurité et usine du futur, Smart building et Smart cities... La Région Nouvelle-Aquitaine accompagne ce projet à hauteur de 6 M€.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Agriculture | Maxime Kovalski : Des TP à l’élevage bovin, un rêve de gosse devenu réalité

12/05/2021 | En prenant le relai de ses beaux-parents sur leur ferme, Maxime Kovalski a changé de vie. Mais pas sans préparation ni accompagnement.

Maxime Kovalski est éleveur bovin allaitant à Marcillac-la-Croisille en Corrèze, suite à une reconversion

Maxime Kovalski est éleveur bovin allaitant à Marcillac-la-Croisille, en plein cœur de la Corrèze. Ce métier, il en rêvait depuis petit. Le solide gaillard de 33 ans a finalement décidé de tenter l’aventure, non sans avoir pris la mesure de ce qui l’attendait et trouver l’accompagnement nécessaire. Après 10 ans dans une entreprise de Travaux Publics, il entame sa reconversion en 2017. Il est depuis 1 an à la tête d’une exploitation de 95 hectares avec près de 60 vaches, produisant broutards et veaux sous la mère. Brevet Professionnel Responsable d'Exploitation Agricole et stage de parrainage : retour d’expérience d’un jeune agriculteur motivé.

7h du matin, Maxime est à pied d’œuvre. Comme tous les jours, il « fait le tour de ses vaches », entre les broutards en stabu et ses 15 veaux sous la mère dans l’ancienne étable entravée. Travailler dehors, même sous la pluie comme aujourd’hui, ne lui a jamais fait peur, il a l’habitude. Il a été canalisateur eau et multi-réseaux pendant 10 ans chez Miane et Vinatier à Brive-la-Gaillarde. L’agriculture, il en rêvait depuis l’enfance lors des vacances dans la ferme de son oncle dans le Lot, entre les tracteurs et les vaches. À l’époque, cette voie lui semble compliquée lorsqu’on part de zéro. La vie à la ferme restera donc longtemps l’apanage des week-ends, quand Maxime aide les parents de sa compagne dans leur exploitation.

Quand Jocelyne, sa belle-maman, prend la suite de l’exploitation au départ en retraite de son mari, Jean Continsouza, la question de la reprise commence à se poser. Après 4 générations, leur gendre prendra-t-il la relève ? Maxime est partant. Commencer une nouvelle vie, oui, mais quitter un emploi salarié bien rémunéré, ce n’est pas rien quand on est papa de deux enfants en bas âge. Il veut donc être bien préparé et aussi bien accompagné.

" Exploitant agricole, il faut s’y préparer "

Maxime décide de passer son BRPEA dans le cadre de la formation pour adultes proposée au Centre de Formation Professionnelle et de Promotion Agricole de Naves. Après plusieurs tentatives, il obtient un financement grâce au Fongecif, le Fonds de gestion des congés individuels de formation. « Exploitant agricole, c’est savoir jongler entre plusieurs casquettes, il faut s’y préparer. Après les soins aux animaux, je peux avoir à devenir mécano l’après-midi ou encore comptable le soir. Éleveur, c’est aussi être chef d’entreprise et travailler avec des partenaires. »

Le diplôme en poche, Maxime construit son Plan de professionnalisation personnalisé et son Projet d’entreprise, accompagné par la chambre d’Agriculture. « C’est un travail administratif énorme et qui peut faire peur aussi. Il s’agit de prévoir toute son activité pour les 5 ans à venir : chiffrer le besoin de financement de départ, prévoir les investissements à venir, anticiper l’activité de l’exploitation et son chiffre d’affaires. C’est fastidieux, mais essentiel. À la fois pour savoir où on va mais aussi pour négocier ensuite avec les banques et bien sûr faire sa demande de Dotation Jeune Agriculteur (DJA). Sans cet apport de trésorerie au départ, la reprise d’une exploitation serait quasi impossible ». Le parcours d’installation, c’est aussi plusieurs stages à réaliser dont le stage de préparation à l’installation de 21h.

Le parrainage : une opportunité

Pour effectuer la transition en douceur, Maxime entame un stage de parrainage pendant 1 an sur l’exploitation de sa belle-mère. Ce dispositif, d’une durée variant de 3 à 12 mois, vise à professionnaliser le futur jeune agriculteur en lui permettant de se familiariser avec l’exploitation du cédant. Maxime, ayant obtenu une rupture conventionnelle, perçoit alors l’ARE (Allocation de Retour à l’Emploi).

« Le stage de parrainage est vraiment une belle opportunité. Pour le jeune, c’est l’occasion de se rendre compte si l’exploitation lui convient et de bénéficier de l’expérience de son prédécesseur. » confie Maxime. Et ses beaux-parents de renchérir : « Pour celui qui cède, c’est rassurant. On se rend vraiment compte de la personne à qui on va laisser l’œuvre d’une vie. C’est aussi agréable de se dire qu’on n’aura pas travaillé pour rien pendant toutes ces années et qu’on transmet le flambeau. »

Réseau et entraide
Maxime ne conçoit pas le métier d’éleveur comme une tâche solitaire. Il est ambassadeur du Syndicat des Jeunes Agriculteurs de Corrèze, dont l’animatrice, Tatiana Valade, est justement passée lui rendre visite pour prendre des nouvelles. Le jeune éleveur suit aussi des formations avec la Chambre d’Agriculture : la dernière en date sur le thème de la génétique. Le réseau et l’entraide sont essentiels. Sur les 10 éleveurs de la commune, la moitié sont des jeunes repreneurs. Ils travaillent d’ailleurs à mieux structurer leur CUMA, coopérative permettant l'utilisation de leur matériel en commun.

À la tête de l’exploitation depuis 1 an, Maxime envisage la suite plutôt sereinement. Augmenter son cheptel à 70 mères et continuer à améliorer ses performances. La qualité lui tient à cœur, à l’image de ses veaux de lait Label Rouge. Ses pratiques raisonnées (zéro phyto, enrichissement parcimonieux des cultures) lui permettent d’être autonome en fourrage (45 ha) et de fournir son grain (5 ha) à la coopérative qui l’incorpore dans l’aliment qu’il utilise par la suite.

Maxime ne compte pas ses heures bien sûr, quittant rarement l’exploitation avant 20h, mais il vit sa passion. « Je suis mon propre patron mais je n’oublie pas ma vie de famille. Certes, tous les jours, les 2h matin et soir auprès des vaches sont obligatoires, mais en dehors de cela, je gère mon temps librement. » Maxime ne regrette pas son choix. « J’avais certes un meilleur salaire, mais j’ai gagné en qualité de vie et je sais pourquoi je me lève chaque matin. »

Audrey Dangu
Par Audrey Dangu

Crédit Photo : Aqui.fr

Partager sur Facebook
Vu par vous
3909
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Agriculture<script src=" />
Agriculture
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 22 + 15 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

A lire ailleurs sur aqui.fr