23/09/22 : La compagnie aérienne des capitales régionales européennes Volotéa enregistre une progression de 24% du nombre de ses vols par rapport à l'an dernier. A Bordeaux, 195 000 passagers ont été transportés entre juin et août soit une hausse de 27%.

19/09/22 : Dans le cadre d'Octobre rose, la Chambre de métiers et de l’artisanat de Nouvelle-Aquitaine et les Chambres départementales se mobilisent au côté de la Ligue contre le cancer. 250 agents sont inscrits à différentes courses organisées dans la région.

16/09/22 : L’incendie dans le secteur de Saumos est fixé depuis jeudi après-midi. La surface brûlée est réévaluée à 3400 hectares. Les personnes n'habitant pas sur les zones brûlées, 1700 sur plus de 1800 évacuées, ont pu regagner leur domicile.

15/09/22 : L'incendie de Saumos n'a pas progressé dans la nuit de mercredi à jeudi stagnant à plus 3700 ha. En raison d'une très faible visibilité due aux fumées et au brouillard, la préfecture appelle les automobilistes du secteur à la prudence.

14/09/22 : A Saumos, le feu a légèrement progressé cette nuit et dans la matinée, portant la surface totale brûlée à plus de 3600 ha. Jusqu’à 1000 pompiers sont mobilisés au plus fort de la journée ainsi que 6 Canadairs, 3 Dash et 2 hélicos bombardiers d’eau

14/09/22 : L'incendie dans le secteur de Saumos, a continué de progresser dans la journée détruisant plus de 3200 ha. 900 pompiers sont engagés dans ce combat contre le brasier qui a nécessité l'évacuation de 840 personnes et la fermeture de plusieurs routes.+ d'info

13/09/22 : Sur le secteur de Saumos (33), l'incendie démarré hier après-midi a parcouru 1 300 ha cette nuit. Les 340 pompiers déjà engagés vont être rejoints par des renforts d’autres départements. 2 Canadairs, 1 Dash et 3 hélicos bombardiers d’eau interviennent

06/09/22 : L'alerte "baïnes" est confirmé ces 6 et 7 septembre sur le littoral néo-aquitain. En Charente-Maritime, 5 communes sont particulièrement ciblées : Le-Grand-Village-Plage, Saint-Georges-d’Oléron, Saint-Trojan-les-Bains, La Tremblade et Les Mathes.

01/09/22 : Eric Spitz, préfet des Pyrénées-Atlantiques est nommé ce 1er septembre haut-commissaire de la République en Polynésie française. Il est arrivé à Pau en janvier 2019, notamment pour préparer le G7 qui s'est réuni en août 2019 à Biarritz.

31/08/22 : La première rentrée scolaire de l’Institut de formation d’auxiliaires de puériculture (IFAP) a lieu ce mercredi 31 août à l'hôpital Garderose à Libourne. 23 places supplémentaires sont ainsi créées par la région pour accéder à cette formation.

26/08/22 : Le niveau de ressource en eau reste faible en Pyrénées-Atlantiques. 95 communes de l'agglomération Pays basque passent en situation de crise. L'arrosage des terrains de sport et golfs est limité à deux fois par semaine, et interdit par ailleurs.

25/08/22 : En cette année jacquaire 2022, le Département des Pyrénées-Atlantiques et plusieurs associations locales proposent un cycle de huit ciné-débats. Entrée libre et gratuite. Ouverture avec le film « Rosy » au cinéma Le Méliès à Pau, lundi 29 août à 20h30.+ d'info

- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 23/09/22 | L'usine Magna de Blanquefort vendue à un groupe industriel allemand

    Lire

    La section syndicale CGT de l'usine Magna Powertrain (ex Ford) de Blanquefort (Gironde) annonce que la direction a indiqué ce vendredi 23 septembre en réunion extraordinaire du CSE, la vente de l'usine à Mutares, un groupe industriel allemand spécialisé dans le rachat d'entreprises en difficulté. "Ce rachat prend effet au 1er janvier prochain et laisse peu de temps pour agir pour notre avenir" déplore le syndicat qui n'a pas d'autre information. Un nouveau CSE extraordinaire est prévu le 29 septembre.

  • 23/09/22 | Un salon du bien être ce week-end à Périgueux

    Lire

    La 9e édition du salon du bien être, est organisée à la Filature de l'Isle de Périgueux, samedi 24 et dimanche 25 septembre de 10 h à 19 h. Quatre-vingt professionnels pratiquant le yoga, le coaching, la relaxation, la réflexologie sont attendus. Cet événement est dédié aux thérapies brèves et médecines naturelles. Dix-huit conférences et une quarantaine de séances seront proposées pour tester les différentes techniques. Entrée : 4 euros, gratuit pour les moins de 18 ans et les personnes à mobilité réduite.

  • 23/09/22 | Une aide régionale pour la Flow vélo

    Lire

    La Région accompagne les territoires dans la réalisation des aménagements cyclables longues distances favorisant la pratique d'itinérance. Au sein du schéma régional des véloroutes, V92 - Flowvélo est un itinéraire reliant sur 290 km l'Ile d'Aix (17) à Thiviers (24). Sur la section Javerlhac - Nontron (24), le tracé proposé prévoit de réutiliser l'emprise de l'ancienne voie ferrée. Ainsi, sur les 11 km de cette section, 9 km pourront être aménagés en voie verte et permettront de se connecter à la Charente. Ce projet est financé par la Région à hauteur de 247 356,75 euros.

  • 23/09/22 | La CdC La Rochefoucauld Porte du Périgord se végétalise

    Lire

    Afin de préserver et restaurer la biodiversité du territoire, la Communauté de communes La Rochefoucauld Porte du Périgord et ses 27 communes membres vont implanter dans les communes des semences fleuries de la marque « végétal d’origine locale ». Des actions de végétalisation vont aussi être entreprises sur les emprises publiques avec la plantation de haies bocagères ou fruitiers. Des plantations vont être réalisées enfin dans les trouées existantes le long de la Coulée d’Oc, afin d'assurer la continuité écologique de cette voie verte de 21 km.

  • 22/09/22 | Smurfit Kappa va mener des travaux pour son efficacité énergétique

    Lire

    Le groupe Smurfit Kappa, leader mondial dans la fabrication de papier pour emballage, va mener des travaux portant sur la consommation d'énergie fossile de son site de Biganos. En effet, malgré un approvisionnement énergétique d'origine biomasse en très grande majorité (l’entreprise utilise comme matière première les sous-produits de la forêt d'Aquitaine), une consommation importante en gaz naturel demeure dans le four à chaux du site.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Agriculture | Menu végétarien, sécheresse et plan de mutation : le débat s'ouvrait à Tulle pour la dernière AG de la Chambre d'Agriculture de la Corrèze

24/11/2019 | L'AG de la Chambre d'Agriculture s'est tenue vendredi. Entre questionnement et plan de mutation, les débats ont trouvé réponses rassurantes à l'aube de 2020.

1

C'est dans l'immeuble du Puy Pinçon de Tulle qu'a eu lieu ce vendredi 22 novembre la dernière Assemblée Générale de la Chambre d'Agriculture de la Corrèze. Avant tout budgétaire, la session a finalement abordé nombre de thématiques : conséquences de la sécheresse, destruction des cultures liées au gibier... Mais c'est le menu végétarien qui fera le plus parler de lui avec, en réponse, la présentation du plan de mutation dans le but d'entrevoir un avenir nouveau pour l'agriculture corrézienne.

C'est en présence de Frédéric Veau, Préfet de la Corrèze, de Daniel Chasseing, Sénateur ; Pascal Coste, président du Conseil Départemental et Pascal Cavitte, conseiller régional, représentant d'Alain Rousset pour la Région Nouvelle-Aquitaine que la dernière assemblée générale de la Chambre d'Agriculture de la Corrèze a eu lieu ce vendredi 22 novembre.

Présentée par Tony Cornelissen, président de la Chambre d'Agriculture de la Corrèze, cette dernière assemblée pour l'année 2019 revient, dès son ouverture, sur la deuxième sécheresse consécutive qu'a subie la région cet été. "Les conséquences ont été dramatiques, avec un bilan fourrager catastrophique ce qui a conduit à l'achat de 6 000 tonnes de fourrage. Cela a considérablement fragilisé la trésorerie." explique-t-il. En réponse à cette sécheresse 2019 et en vue des répétitions très probables lors des années à venir, la Chambre d'Agriculture et le Conseil Régional ont acté une aide au transport routier de fourrage grossier (maïs et foin) pour facilier l'approvisionnement en alimentation animale des exploitations corréziennes. Le dossier de reconnaissance calamité est également suivi de près et un découpage en trois zones a été effectué. Cet été, la Corrèze a été le secteur le plus touché sur tout l'hexagone. 

Des inquiétudes à rassurer

C'est en rappelant les aléas climatiques que le président de la Chambre à souhaité dresser un bilan de la conjoncture dans laquelle se place l'agriculture corrézienne en cette fin d'année 2019. "Dégradation inexorable de l'élevage, chute de la consommation, prix au plus bas, baisse du cheptel corrézien de près de 4% et du nombre de naissances cette année, diminution du nombre d'animaux vendus..." égrene-t-il. A cette liste déjà longue s'ajoutent les incertitudes latentes sur la Politique Agricole Commune qui inquiètent la profession, notamment sur la reconnaissance du statut d'agriculteur, sur l'avenir de l'aide au Piémont et les menaces sur l'ICHN. C'est une véritable confiance en l'avenir que Tony Cornelissen souhaite redonner à l'issue de cette session. 

Mais les points abordés semblent tous apporter leur lot d'inquiétudes aux participants. La discussion s'ouvre une nouvelle fois autour des ravages commis par les sangliers sur les cultures. "Nous attendons aussi avec impatience le rendu de l'étude administrative qui doit démontrer l'incompatibilité totale de la cohabitation entre le loup et notre élevage pastoral." glisse discrètement Tony Cornilessen. Il faudra attendre la fin de la session pour que le préfet Frédéric Veau rassure l'assemblée : "je vais travailler à l'allongement de la durée de la chasse sur l'ensemble du mois de mars et si nous n'y arrivons pas, nous classerons le sanglier en nuisible." détaille-t-il. L'étude sur le loup sera, quant à elle, remise au cours du premier semestre 2020. 

Entre budget et menu végétarien

C'est avec un léger déficit de 16 000e que le budget de la Chambre d'Agriculture est adopté. D'un montant de 9 millions d'euros (9 038 624e précisément), "il se constitue de 45% de charges de fonctionnement et de 55% de charge de personnel", précise Nadine Gimenez, cheffe du service financier. Deux emprunts ont également été validés : un premier d'un montant de 330 000e visant à formuler une offre d'achat pour les locaux brivistes (terrain et une partie des bâtiments) dont la Chambre n'est pas propriétaire dans la zone de Cana ; un deuxième de 600 000e pour compenser les créances (notamment institutionnelles) pas encore reçues et qui servira donc d'avance à la trésorerie pour combler le décalage. 

Mais le thème principal de cette assemblée, porté en fil rouge tout du long de la session, aura été le menu végétarien, proposé dans les cantines depuis le premier novembre. "Le rôle de l'Etat est de servir un vrai repas aux enfants !" grince un élu. Les discussions se tendent et Denis Campmas, responsable de la Confédération Paysanne, mettra fin au débat sur les études scientifiques : "un menu végétarien peut être équilibré, il faut être juste dans ses propos en ne prenant pas comme bouclier l'obligation de la viande dans un repas car ce n'est pas vrai." C'est en fin de session que le débat se relance. Pascal Coste tranchera : "la loi ne dit pas que le menu végétarien est obligatoire, elle dit qu'il est obligatoire s'il n'y a pas d'autre alternative", réaffirmant ainsi sa lassitude envers un gouvernement "qui ne cesse de réinventer la prohibition". Emmanuel Lissajoux, représentant des Jeunes Agriculteurs, demande de son côté "l'intervention auprès des collèges et des maires". 

De l' "agribashing" à l' "agriloving"

Pourtant très attendue, la loi EGALIM n'aura finalement "profité à personne" est-il souligé. Le plan de mutation à venir souhaite faire la part belle à un futur incertain. "Braver un contexte complexe pour porter les valeurs d'une agriculture en évolution. Construisons un plan qui nous donne les moyens d'avoir une agriculture plurielle, rentable, productrice, respectueuse de l'environnement ; bâtissons un projet ambitieux et durable qui concerne chacun des exploitants, en misant sur la diversification animale, végétale ou forestière." La "ferme de demain" rêvée par Tony Cornelissen semble se dessiner : en plus d'une utilisation raisonnée du foncier, c'est une vraie diversification des exploitations sur laquelle miser à l'aube de 2020. "Nous souhaitons aller sans tarder vers les productions de volailles et davantage de productions végétales" détaille-t-il, ce à quoi acquiesse Pascal Coste : "c'est indispensable pour garder une agriculture locale vivante".

Si les inquiétudes sont nombreuses, les réponses apportées lors de la session le sont tout autant : si la Chambre misait déjà sur la qualité et la proximité, le virage de la montée en gamme dans la restauration hors domicile est amorcé. Egalement annoncé, le travail en lien étroit avec le Conseil Régional sur un dispositif d'aide PCAE misant sur la modernisation et la diversification en élevage. En parallèle, une réflexion est menée sur le thème de l'eau, abordant ainsi l'autonomie grâce au stockage de l'exédent pour l'abreuvement et l'irrigation. 

Et c'est au sein même de la Chambre d'Agriculture que les changements s'opèrent : dès janvier, un nouvel organigramme prévoit une refonte de l'organisation pyramidale, laissant ainsi la place à la transversalité et à la flexibilité. Le fonctionnement sera remanié par pôles qui s'occuperont de leurs objectifs techniques et financiers propres. C'est la tâche qui incombera au nouveau directeur adjoint dès sa prise de fonction au premier décembre. 

Des réponses rassurantes

Si les débats ont pu être animés autour des menus végétariens, la Chambre d'Agriculture se tourne résolument vers le futur. "Le plan de mutation va dans ce sens, nous avons fait le plus facile en annonçant le plan de mutation, nous allons retrousser nos manches pour qu'ait lieu une révolution dans le monde agricole. Cela a déjà été fait du temps de nos grands parents !" clame Pascal Coste à une assemblée qui reprend doucement confiance au fur et à mesure des délibérations, votées à l'unanimité, prouvant ainsi la solidité de ses rangs. Au préfet alors d'assurer son soutien contre l' "agribashing" : "au niveau des repas végétariens, je me dois de vous rappeler qu'ils concernent seulement les établissements servant plus de 200 repas par jour et qu'est créée une obligation de proposer le choix, l'interdiction de proposer de la viande n'est en aucun cas abordée. A savoir que ce repas peut également comporter laitage et oeufs." 

Rémunération toujours trop faible, consommation en baisse et aléas climatiques ; les questionnements et incertitudes perdurent quand même à la fin de la session. Mais certaines réponses ont été amorcées : restructurer pour répondre aux exigences de modernisation, plan de mutation... Les perspectives nombreuses et couplées à l'ouverture de la Halle de Brive, au label "origine Corrèze" et les fêtes approchantes ferment une assemblée générale confiante en la nouvelle année. 

Sabine Taverdet
Par Sabine Taverdet

Crédit Photo : Sabine T

Inno'action et agricultureCet article fait partie du dossier

Voir les autres articles de ce dossier
Partager sur Facebook
Vu par vous
17292
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Agriculture
Agriculture
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 27 + 15 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

A lire ailleurs sur aqui.fr