Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

27/02/20 : Lac de Caussade. La préfète de Lot-et-Garonne vient de faire savoir qu'elle "engage une procédure à l'encontre de la Chambre d'agriculture visant à accomplir des travaux d'office afin d'effectuer la vidange de la retenue".

27/02/20 : « Rien n’est décidé sur l’intervention des forces de l’ordre, tout est encore à l’arbitrage du Premier ministre ». Voici ce qu’a dit le ministre de l’agriculture Didier Guillaume au président de la Chambre d’agriculture 47 ce matin au SIA.

27/02/20 : Elisabeth Borne, ministre de la Transition Ecologique et Solidaire, se rendra ce vendredi à Bordeaux pour soutenir le candidat LaRem Thomas Cazenave aux prochaines élections municipales.

25/02/20 : Le Ministère des Sports a suspendu provisoirement, à titre conservatoire Michel Poueyts, directeur technique national au sein de la Fédération de pelote basque suite à sa mise en examen pour corruption avec un employé de la sous préfecture de Bayonne.

25/02/20 : Au SIA à Paris, les récompenses commencent à pleuvoir sur la Dordogne, hier ont été décernés 4 médailles d’or, 12 médailles d’argent et 12 médailles de bronze pour les produits, ainsi qu’un prix d’excellence au concours des vins du Sud-Ouest.

21/02/20 : Le TramBus de l'agglomération Bayonne-Anglet-Biarritz a franchi le cap du million de voyages, dont 200 000 en janvier. Les abonnements mensuels et annuels observent une progression de plus de 50%; les abonnements scolaires ont eux augmenté de +14 %

20/02/20 : A partir du lundi 24 février, les détenteurs d'un abonnement TBM pourront emprunter la ligne 42 du TER entre Bordeaux Saint-Jean et Parempuyre, et entre Pessac-Centre et Parempuyre, avec cette même carte TBM. Une expérimentation d'1 an renouvelable.

19/02/20 : La métropole de Bordeaux a choisi le groupement Eiffage/UCPA/Dalkia et Banque des Territoires pour construire le futur stade nautique de Mérignac. Les travaux doivent démarrer en novembre pour une livraison en 2022.

- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 27/02/20 | L'octogénaire qui avait attaqué la mosquée de Bayonne est décédé

    Lire

    Claude Sinké, 84 ans, soupçonné d'être l'auteur de l'attaque de la mosquée de Bayonne qui avait fait deux blessés est décédé. Placé en détention provisoire au Centre pénitencier de Mont-de-Marsan, le procureur de la ville a indiqué qu'il était décédé mercredi après avoir été conduit aux urgences de l'hôpital, son état de santé s'étant aggravé. Il disait vouloir "venger l'attentat de Notre Dame de Paris" dont il pensait que la responsabilité de l'incendie incombait à des musulmans.

  • 27/02/20 | La Charente-Maritime décroche le label "vélo et fromage" au SIA

    Lire

    Au Salon International de l'Agriculture de Paris, le Département de la Charente-maritime a obtenu le 26 février le label "Vélo & Fromages".Lancé en 2018 par l'Assemblée des Départements de France, ce label vise à faire découvrir aux amateurs de randonnées à vélo les produits fromagers du terroir. Le premier itinéraire labellisé en Charente-Maritime fait découvrir une quarantaine de sites fromagers sur un parcours de 154 km, qui démarre à l’entrée Nord du département, sur la Vélo Francette.

  • 27/02/20 | La Rochelle : les services municipaux réintègrent l'Hôtel de ville

    Lire

    Suite à la réouverture de l'Hôtel de ville de La Rochelle après 6 années de travaux, l'accueil des services municipaux se fait dorénavant à l'Arsenal, 8 place J-B Marcet, de 8 h 30 à 17 h 30, du lundi au vendredi. L’Hôtel de Ville héberge désormais le cabinet du maire et les élus peuvent y recevoir les citoyens sur RDV. Les cérémonies et mariages y sont de nouveau organisés, ainsi que les visites touristiques. La cour sera librement accessible au public de 8 h à 20 h du lundi au vendredi et de 10 h à 18 h le samedi.

  • 27/02/20 | Mois de sensibilisation au dépistage du cancer colorectal

    Lire

    Lancement d’une campagne de dépistage national du cancer colorectal par le Centre régional de Coordination des dépistages des Cancers de Nouvelle Aquitaine. Deuxième cancer le plus meurtrier, le cancer colorectal est chaque année responsable de 17 000 décès. Détecter ce cancer grâce au dépistage peut guérir 9 cas sur 10. Pour sensibiliser à cette démarche, une marche bleue est organisée ce dimanche 1er mars à partir de 10h sur le parvis de la Maison Éco citoyenne à Bordeaux.

  • 27/02/20 | Le quartier Terre Sud à Bègles labellisé EcoQuartier 2019

    Lire

    La Ville de Bègles vient d'être récompensée pour son projet d’aménagement du quartier Terre Sud, au titre du Label ÉcoQuartier 2019. Le 5 février dernier, le label lui a été décerné par le ministre Julien De Normandie, aux côtés de six autres communes françaises. Le maire de Bègles, Clément Rossignol Puech, recevra les acteurs ayant participé à la démarche de labellisation, mardi 3 mars, à 11h30, au Café de la Route.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Agriculture | Nouveaux chemins d'accès au foncier: suivez le porc !

28/03/2017 | Les Conférences Départementales du Foncier Rural organisées chaque année par la Safer fêtent leur 10 ans. La conférence landaise a ouvert le bal sur le thème de l'accès au foncier.

Yan Chasserio, conseiller Safer, Vincent Lesperon, maire Saint-Yaguen et vice-président CdC du Pays Tarusate, Françoise Lannebère, chef du service Agriculture Crédit Agricole Aquitaine, Pierre Moureu, vice-président de l’Interprofession Porc Aquitaine

Avec le constat prégnant que la transmission des terres agricoles se joue de plus en plus souvent en dehors du cadre familial, c'est la question de l'accès au foncier, et plus particulièrement de son financement, qui cette année traverse les échanges des Conférences Départementales du Foncier Rural. Les repreneurs « HCF » (hors cadre familial) représentent en effet, désormais 40% des installations agricoles en France. Mais pour eux, l'accès à la terre est souvent plus difficile puisque ''non héréditaire''. Agriculteurs, notaires, banquiers, représentants de la profession agricole et des collectivités locales, se sont retrouvés ce lundi 20 mars à l'invitation de la SAFER AA à Haut-Mauco pour tenter de mettre en exergue les outils existant, souligner les pistes d'amélioration, et imaginer les « nouveaux chemins d'accès au foncier ». Avec un focus sur les innovations de la filière porcine en la matière.

Aide à l'installation Jeunes Agriculteurs (DJA), portage foncier, fermage, ou encore, dans une certaine mesure, les Conventions de Mise à Disposition, les outils permettant de faciliter l'accès au foncier, sont divers, et la liste pourrait sans doute encore s'allonger. Pour autant, au fil des interventions du 20 mars, cet existant, apparaît perfectible. En ligne de mire notamment, et sans grande surprise, le fermage. Bien qu'il reste « un outil fondamental » pour permettre aux jeunes de s'installer souligne le président landais des JA, nombreux sont les intervenants à avoir souligner, sa possible amélioration afin, justement, d'encourager davantage de propriétaires à franchir le pas. Plus de fermage, ce serait en effet plus de foncier facilement accessible pour des jeunes souhaitant s'installer, sans capacité immédiate d'achat important. De même, le portage foncier réalisé en partenariat entre la SAFER, la Région et le Crédit Agricole, passé de 10 à 5 ans, du fait de son coût pour la collectivité, perd ainsi, à l'unanimité des présents, une part de son intérêt...

Un cautionnement de prêts assuré par la filière
Pour autant certaines filières, n'ont pas attendu après le législateur, les collectivités ou les structures publiques pour créer en interne des outils visant à faciliter l'installation et son financement. C'est notamment le cas de la filière porcine régionale. « Dans notre filière, les exploitations supposent des investissements très lourds, souvent largement supérieur à 1 M€ » , pointe Pierre Moureu, Vice-président de la filière. Afin d'aider les éleveurs (passés de 860 en 1999 à 303 en 2016...) et les éventuels candidats à l'installation, deux outils financiers ont été mis en place, grâce à la création de l'ARPAQ ( Association pour le Renforcement de la filière Porcine Aquitaine) en 1992. Cette structure collecte et gère les fonds privés et publics destinés au renforcement de la filière porcine Aquitaine. « Plutôt que de reverser des petites subventions aux éleveurs ou à leurs groupement, nous avons choisi dès cette époque de créer un outil de levier pour le financement des projets des éleveurs par la création d'un fonds de garantie. INPAQ Développement apporte un cautionnement de prêt au profit des éleveurs auprès des organismes financiers. » Celui-ci est financé à 50% par l'ARPAC et à 50% par le groupement de producteurs de porcs de l'éleveur. Des interventions qui visent des « projets de renforcement de la filière » et ne peuvent dépasser 50% du montant des concours et un plafond de 450 000€ d'encours par entreprises. Un outil qui fonctionne puisque, au total depuis 1992, 392 projets ont été présentés et le montant de prêts mobilisés est de 79 M€.

Un partenariat autour d'avances remboursables sans intérêts

Deuxième outil, tout récemment lancé par la filière porcine régionale : un fonds régional de soutien à l’investissement en production porcine, INPAQ Investissement. « Le principe ici, explique Pierre Moureu, est de renforcer les fonds propres des éleveurs en phase d’investissement par des avances remboursables sans intérêts ». Limitées à hauteur de 20 % de l’investissement et plafonnées à 100 000 euros, ces avances sont consenties aux groupements de producteurs pour financer des opérations de modernisation ou d'extension ou bien pour participer aux fonds propres lors de création ou de reprise. Mais ici, l'interpro n'est pas seule en piste, il y a une démarche partenariale avec les collectivités et les partenaires économiques puisque « les 100 000 euros avancés par le groupement porcin proviennent pour 49% du conseil régional, pour 25% du groupement, pour 20% de l’interprofession via l'ARPAQ et pour 6% de la banque », détaille le vice-président.
Une filière mise en exemple, qui démontrent qu'avec un peu d'imagination, de volonté et d'intelligence collective, les voies d'accès au foncier, pourraient être plus ouvertes. Et le choix de cette intervention par les organisateurs, n'est sans doute pas neutre à l'égard de bien d'autres filières moins engagées en la matière...

"Il faut se mettre autour de la table !"

Pour Francis Massé, le Président de la SAFERAA en tout cas, en ce qui concerne les chemins du financement du foncier, « le challenge réside dans l'addition de tous les partenaires. La Région, toujours, les départements qui pourraient plus investir, les EPCI, les communautés de communes, les filières, et les outils économiques. Car, après tout, s'il n'y a plus d'exploitant, que deviennent-ils ces outils économiques ? Il faut se mettre autour de la table, avec les organismes bancaires, pour savoir ce que l'on peut proposer aux jeunes pour maintenir une agriculture aquitaine, qui reste notamment 1ère région en nombre d'AOP ». C'est un appel.

Solène Méric
Par Solène Méric

Crédit Photo : Aqui.fr

Inno'action et agricultureCet article fait partie du dossier

Voir les autres articles de ce dossier
Partager sur Facebook
Vu par vous
75887
Aimé par vous
1 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Agriculture
Agriculture
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 30 + 8 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

A lire ailleurs sur aqui.fr