Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

08/04/20 : Charente-Maritime : la Ville de Royan a pris un arrêté municipal ce 8 avril pour obliger le port du masque ou d'un "dispositif nasal et buccal" lors des déplacements dans l'espace public, "pour les personnes de plus de 10 ans", jusqu'au 15 avril.

08/04/20 : L’épidémie poursuit sa progression dans notre région avec 101 nouveaux cas recensés par l'ARS, ce qui porte le total à 2 539 cas confirmés depuis le début de l’épidémie (hors personnes non testées Covid-19 identifiées par la médecine de ville).

07/04/20 : Un décret de la Ville de Biarritz a interdit aux promeneurs, la station assise d’une durée de plus de deux minutes sur un banc ou sur un espace assimilable. Une disposition qui a tellement fait rire jaune et le buzz que le maire l'a annulée dans l'après-m

07/04/20 : Charente-Maritime : Le site internet de la ville de La Rochelle www.larochelle.fr a ouvert une page spéciale Entraide et solidarité dans la rubrique "Toutes les informations relatives au COVID-19" pour ceux qui veulent apporter leur aide.

07/04/20 : Suite à la demande du ministère de la Santé, le Département de Charente-Maritime s'est engagé à dépister "dans les meilleurs délais" ses 8 500 résidents et 5 000 employés d'EHPAD, en coordination avec l'ARS et le laboratoire Qualyse.

07/04/20 : Charente-Maritime : à la date du 6 avril, plus de 8 000 entreprises ont fait une demande d’activité partielle, soit près de la moitié des entreprises du département. Plus de 57 000 salariés sont concernés. 14 agents travaillent sur les dossiers.

07/04/20 : Déjà présente sur Facebook et Twitter, l’Agence Régionale de Santé ouvre sa page LInked-In afin de relayer au monde professionnel ses communiqués de presse quotidien ainsi que des informations et actualités autour de la crise sanitaire coronavirus.

06/04/20 : Coronavirus : 833 décès en France en 24 heures, 8911 morts au total, selon le ministre de la santé ce soir. Soit 65 nouveaux cas confirmés recensés en Nouvelle-Aquitaine, ce qui porte le total à 2 426 cas confirmés depuis le début de la crise.

03/04/20 : Charente-Maritime : le festival Stereoparc, qui doit se tenir du 17 au 18 juillet à Rochefort, est pour l'instant maintenu, fait savoir aujourd'hui l'organisation.

03/04/20 : Le sommet Afrique-France, prévu les 4,5 et 6 juin prochain, a été reporté à une date ultérieure. Emmanuel Macron devrait proposer "dans les jours qui viennent" une nouvelle thématique, en lien avec la situation sanitaire et économique.

03/04/20 : Charente-Maritime : les maires de l'île Oléron ont pris des arrêtés hier soir pour interdire la venue sur le territoire de vacanciers ou de résidents secondaires, renforçant les pouvoirs de gendarmeries. Les contrevenants devront faire demi-tour.

03/04/20 : Charente : la préfète a autorisé l’ouverture de 47 marchés : 17 pour l’arrondissement d’Angoulême; 12 pour l’arrondissement de Cognac; 18 pour l’arrondissement de Confolens.

- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 09/04/20 | Près de 3 000 volontaires néo-aquitains inscrits sur Renforts-Covid

    Lire

    Le 30 mars, l’ARS a lancé l’opération #Renforts-Covid pour mettre en relation des professionnels de santé volontaires avec des établissements de santé néo-aquitains en besoin de renfort dans le cadre de la gestion de l’épidémie de Covid-19. En 10 jours: 2 985 professionnels de santé se sont portés volontaires en s’inscrivant sur la plateforme, 336 demandes de missions ont été postées par les établissements de santé, 91 volontaires ont déjà été mis à disposition des établissements en demande de renfort avec majoritairement des aides-soignants (48%) et des agents des services hospitaliers (23%).

  • 09/04/20 | Surveillance sanitaire des troupeaux : les priorités dans le 64

    Lire

    En cette période d'épidémie, la direction départementale de la protection des populations et le Groupement Sanitaire de Défense 64 ont posé comme priorité la surveillance sanitaire des cheptels transhumants qui devront être à jour de leurs prophylaxies annuelles pour monter en estive. Pour les non-transhumants et autres espèces (porcs notamment), les prophylaxies pourront être maintenues sous réserve de disponibilité des vétérinaires et respect des mesures de protection. Selon l’évolution de la situation la fin des campagnes pourra être reportée par la Préfecture, sans pour autant renoncer aux dépistages.

  • 09/04/20 | Charente-Maritime : des masques pour les aidants

    Lire

    A partir du 10 avril, le Département 17 met à disposition, dans les pharmacies, des masques pour les professionnels employés directement par une personne bénéficiaire de l'APA ou de la PCH, pour leurs interventions à domicile. Il leur suffit de se présenter à la pharmacie et de présenter l’attestation transmise par l’ACOSS/CESU, indiquant le nombre de masques attribués, complétée (nom de l’employé et de l’employeur) et signée par l'aide à domicile ainsi que sa carte d’identité.

  • 09/04/20 | Hébergements touristiques : 4 aides régionales dans les Landes

    Lire

    Dans le cadre de sa politique de rénovation des hébergements touristiques et de structuration de la filière du tourisme, le Conseil régional de Nouvelle-Aquitaine a voté ce lundi 6 avril 4 aides dans le territoire landais. 3 aides pour la création de 3 gîtes de grande capacité : 37 500€ à François Dubedout, à Doazit ; 34 425€ au Domaine de Bouhemy, à Mimizan ; et 37 500€ à la commune de Pimbo. Une aide de 100 000€ a aussi été votée pour la modernisation de l'hôtel-restaurant "Les Pyrénées" à Mont-de-Marsan. Parce qu'un jour promis, on pourra à nouveau de sortir de chez nous et partir en vacances.

  • 09/04/20 | 200 000 masques distribués dans les Landes

    Lire

    Suite à la commande groupée avec le Conseil régional de Nouvelle-Aquitaine fin mars, ce sont 200 000 masques chirurgicaux qui sont distribués par les services du Département des Landes ces 8 et 9 avril. Coordonnées par l’ARS, cette distribution va permettre de fournir les établissements collectifs pour personnes handicapées ou âgées dont tous les EHPAD, les services d’aide à domicile et les accueillants familiaux de personnes âgées. Une nouvelle commande de masques, cette fois achetée avec les collectivités locales, est attendue pour ces prochains jours.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Agriculture | Contre l'"agribashing", opérations communication dans les supermarchés

22/10/2019 | Quand les agriculteurs investissent les rayons des supermarchés, ils prennent le temps de contrôler les étiquettes des produits et de communiquer avec les consommateurs.

Les agriculteurs FDSEA ET ja 64 ré-étiquettent les produits selon leur origine et la lisibilité de cette information

Ce mardi 22 octobre les agriculteurs de Nouvelle-Aquitaine (sous l'impulsion de la FNSEA et des JA) ont pour certains à nouveau ressorti les tracteurs et les drapeaux direction, prioritairement, les grandes surfaces d'un certain nombre de villes de la région. Un Carrefour à Bordeaux, un Auchan à Poitiers, un Géant Casino à Boé, plusieurs Leclerc dans les Pyrénées-Atlantiques, Grand Frais à Limoges... Lors de ces opérations, un mot d'ordre pour les agriculteurs : « alerter le consommateur sur son alimentation et le sensibiliser sur l’origine des produits ». Procédé choisi : la dégustation ou le "contre-étiquetage" des produits en rayon sous trois étiquettes : « Je ne sais pas d'où ça vient », « Je sais d'où ça vient » , et dans le "pire" des cas, « on cherche à nous tromper ». Focus sur deux opérations à Pau et à Poitiers.

« Il y a un agribashing permanent contre l'agriculture que ce soit contre les produits phyto-sanitaires, contre l'élevage... On nous demande de toujours faire mieux mais, en parallèle, on nous met en situation de concurrence face à des produits qui n'ont pas les mêmes modes de productions que nous, pas les mêmes réglementations, pas les mêmes coûts, et pour certains des pratiques qui sont interdites en France », explique sur le parking du Leclerc Université de Pau, Marc Dupouy, Président de la section bovine à la FDSEA 64, avant le début de l'opération. Particulièrement pointés ici, les accords de libres-échanges tels le CETA et le MERCOSUR.

Examen des étiquettes au Leclerc de Pau
L'opération de ré-étiquetage des produits lancée quelques minutes plus tard au sein de la grande surface avait donc vocation à sensibiliser les consommateurs non seulement sur l'origine des produits, mais aussi parfois, la difficulté à l'identifier. Au rayon "snacking" par exemple, Serge et Sébastien analysent les petites saucisses sèches, armés de leurs étiquettes autocollantes « Celui avec le label porc français, c'est bon ». Ce saucisson qui a passé l'examen est récompensée d'une étiquette verte « Je sais d'où ça vient ». Mais l'identification de l'origine n'est pas toujours évidente : « Celui-ci est bien fabriqué en France... mais la viande qui le compose est d'origine « UE ». Autrement dit la viande n'est pas française, et on ne connaît pas son pays de production. Ici, le consommateur n'a clairement pas l'information, et ne doit pas se laisser avoir par l'indication « fabriqué en France » ». Ce sera donc une étiquette rouge, « Je ne sais pas d'où ça vient », pour ce saucisson à la marque pourtant bien connue des français.
De quoi agacer Serge, éleveur de Blondes d'Aquitaine à Vignes, labellisées en Boeuf excellence et Boeuf de Chalosse. Bref, « des produits haut de gamme, nourris et engraissés avec nos céréales, et à la traçabilité assurée. Demain, avec les traités CETA et Mercosur, tous ces produits venus des USA, du Brésil, d'Argentine, vont arriver avec des conditions de productions bien moindre... C'est une aberration : on brûle la forêt amazonienne pour installer des productions que l'on importera chez nous sans pouvoir vraiment en vérifier la traçabilité et les modes de production; alors qu'ici, les agriculteurs sont au ras des pâquerettes, avec de très bons produits labellisés et traçés. Et, malgré tout, c'est encore nous, les paysans, que l'on trouve à critiquer... »

Marc Dupouy, Président section bovine FDSEA 64

Au fil des rayons, si les agriculteurs identifient quelques bons élèves en matière d'information consommateurs, c'est dans le rayon des plats individuels que Marc Dupouy, trouve « la perle » de la désinformation. Un plat individuel préparé, d'axoa de veau, qu'il tient absolument à amener avec lui pour sa rencontre avec le Préfet prévue dans l'après-midi, au coté du Président de la FDSEA 64 Bernard Layre. « Regardez, la marque du produit est très localisée avec le mot « Pyrénées » dedans, le logo est aux couleurs bleu blanc et rouge, la recette est a priori une recette traditionnelle locale... mais si on regarde les petites lignes des ingrédients, le veau est indiqué origine UE, c'est à dire pas plus local que français! Et pourtant des veaux par ici si on veut en trouver, on en trouve !, s'emporte-t-il. On pourrait même parier sans grand risque de se tromper que le veau en question a été élevé dans des conditions qu'on n'a plus le droit de pratiquer en France... » Pour ce produit, comme pour d'autres, un troisième type d'étiquette est de mise « on veut nous tromper ! ». Le consommateur en sera désormais averti... pour la matinée tout au moins.
Des consommateurs qui dans les rayons appuient plutôt la démarche des agriculteurs, et échange volontiers avec eux. Car pour Serge, l'éleveur de Vignes, il ne s'agit pas non plus de diaboliser les grandes surfaces, pas plus que leurs clients, « nous avons besoin de la grande distribution pour vendre nos produits, mais nous demandons à ce qu'elle joue le jeu de l'origine locale, et française. Et certaines, comme le carrefour market d' Arzacq, le font, en achetant régulièrement des bêtes sur le canton. », reconnaît-il volontiers. Ne reste plus qu'à généraliser la chose...
Après un peu plus d'une heure à analyser les étiquettes des produits en rayon, mais un peu déçus de ne pas avoir eu d'échange avec la direction du magasin, les agriculteurs sont allés décharger les remorques de la dizaine de tracteurs qui les accompagnaient à l'entrée du Leclerc (chargés de pneu, de branchage, fumier, etc), devant la Direction Départementale des Territoires et de la Mer, avant de rencontrer le Préfet en début d'après-midi.

FNSEA et JA se mobilisent dans la Vienne
 

Pas d’actions en tracteurs aujourd’hui pour les deux syndicats FNSEA 86 et JA 86. « Il y a du boulot dans les champs », explique Romain Martineau, le président de la FNSEA 86. Avec ses confrères, ils ont donc choisi et préféré mettre en place une opération communication sur la zone économique du magasin Auchan Poitiers-Sud. « Ça nous permet de rencontrer du monde ». Ils sont une quinzaine d’agriculteurs installés, depuis la fin de la matinée, à une entrée du magasin. Ils essaient d’entamer la discussion avec les consommateurs tout en leur faisant déguster des produits locaux. « De 2 ou 3 éleveurs autour de Poitiers », précise le président de la FNSEA 86. Viande à la plancha, fromages de chèvre, rillettes, une bonne odeur qui ouvrait l’appétit planait devant la grande surface. Romain Martineau et ses collègues savent comment entamer les discussions. « Je pense que c’est aux agriculteurs de communiquer un peu. On passe pour des fous furieux. Mais on sait travailler, on fait attention aux pesticides. Les plantes n’en reçoivent pas forcément. On n’utilise pas ces produits par plaisir mais par nécessité ». les agriculteurs partagent d’autres craintes concernant les accords de libre-échange. Le CETA doit être examiné par le Sénat, pour le Mercosur il a été repoussé. « Mais jusqu’à quand ? », s’interroge Romain Martineau. « Je ne suis pas contre les échanges mondiaux mais il faut qu’il y ait un besoin. En France, on produit suffisamment de viande. On marche un peu sur la tête là. Le marché est juste à l’équilibre, on le sait. C’est dommageable de faire venir des produits d’ailleurs dont on ne connaît pas de traçabilité », poursuit Michel Caillé, agriculteur FNSEA 86. 

Opération communication pour les agriculteurs FNSEA 86 et JA 86 pour redorer leur image auprès des consommateurs.
 

Le choix de s’installer devant une Grande Surface n’est pas anodin. « On veut aussi demander aux gens de faire attention à ce qu’ils consomment en prenant connaissance de la provenance sur les étiquettes, en évitant les produits transformés. » Devant, une Salers et son veau sont même là pour animer les lieux et attirer les enfants et leurs parents. Ça participe à la lutte contre l’agribashing dont ils souffrent depuis quelques temps. Quant aux gens qui s’arrêtent au stand, ils demandent souvent où trouver ces bons produits et accordent en général leur soutien à cette filière qui souffre. Ils sont compréhensifs. Jean-Pierre Pfeiler, restaurateur à la retraite, s’est arrêté au stand avec sa femme, pour goûter et discuter. « Ils ont raison de manifester. Ils sont acculés, c’est une bonne initiative de faire ça, de venir discuter directement avec les consommateurs. Je comprends leur ras le bol ».

Même si cette manifestation aurait dû se tenir place de l’hôtel de ville à Poitiers - « Le maire de Poitiers l’a refusé », précise Romain Martineau - l’opération s’est déroulée dans une bonne ambiance. Les agriculteurs de la FNSEA et des JA auraient sans doute apprécié voir plus de monde. A 14 heures, une rencontre spontanée a été organisée avec les trois directeurs des magasin Auchan de la Vienne (Châtellerault, Poitiers-Nord, Poitiers-Sud). Ces derniers s’engagent à prendre de la viande en local sous le label « éleveurs engagés ». « Il permet une meilleure rémunération des éleveurs car on supprime un intermédiaire et le plus important il n’y a aucun surcoût pour les consommateurs », indique le président FNSEA 86. Une discussion favorable, qui les agriculteurs l’espèrent, va aboutir. Vers 15 heures, le cortèges d’agriculteurs a pris la direction de la préfecture de la Vienne pour afficher une grande banderoles sur le parvis, puisque l’accès aux grilles leur était impossible à cause d’un cordon d’une quinzaine de policiers. Le message au président de la République : « Sauve ton paysan. Macron répond nous ». Des cris de SOS que poussent les agriculteurs qui aimeraient être entendus.  

 Les agriculteurs FNSEA 86 et JA 86 ont brandi une banderoles sur le parvis de la préfecture de Poitiers.
 

Solène Méric - Julien Privat
Par Solène Méric - Julien Privat

Crédit Photo : Aqui.fr

Inno'action et agricultureCet article fait partie du dossier

Voir les autres articles de ce dossier
Partager sur Facebook
Vu par vous
16163
Aimé par vous
1 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Agriculture
Agriculture
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 11 + 10 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

A lire ailleurs sur aqui.fr
asperges vertes Agriculture | 02/04/2020

En Nouvelle-Aquitaine, les producteurs d'asperges "au jour le jour"

Fraises du Lot-et-Garonne Agriculture | 26/03/2020

Maraîchage : la fraisiculture recrute 2000 saisonniers en Nouvelle-Aquitaine

Légumes BIO Agriculture | 25/03/2020

Covid-19: Une plate-forme pour faire son marché local à domicile

Salon agriculture 2020 Agriculture | 24/03/2020

Nouvelle-Aquitaine : annulé, le salon de l'agriculture se trouve une nouvelle formule

Covid-19 : Les Chambres d’agriculture aux côtés des agriculteurs Agriculture | 23/03/2020

Covid-19 : Les Chambres d’agriculture aux côtés des agriculteurs

Marie Mongin à l'aérodrome de Jonzac Agriculture | 23/03/2020

L'aérodrome de Jonzac, un projet de développement économique arbitré par la SAFER de Nouvelle-Aquitaine

Projet Sabatey de la SAFER Nouvelle-Aquitaine Agriculture | 19/03/2020

Mérignac : le site en déprise a laissé place à 5 projets agricoles périurbains

Alice Lerondel et Yves Lidove Agriculture | 18/03/2020

Installation-transmission : la Corrèze, pays merveilleux pour Alice et Yves

A Macaye, au Pays basque, Céline Jorajuria est arboricultrice qui transforme ses fruits en confiture, compotes, sirop et coulis Agriculture | 11/03/2020

Entre arboriculture et confitures, Céline Jorajuria, savoure les fruits de l'audace et sa liberté

Actuellement 60 000 bovins ont subi le dépistage de la tuberculose bovine en Dordogne Agriculture | 08/03/2020

La Dordogne doit poursuivre ses efforts en matière de lutte contre la tuberculose bovine

Les éleveurs sont venus au SIA de Paris accompagnés de leur bête. Ici, Ibiza, blonde d'Aquitaine, de l'élevage Arsicaud situé à Marans en Charente-Maritime. Agriculture | 04/03/2020

[Vidéos] Rencontre avec des éleveurs néo-aquitains au salon de l’agriculture de Paris

Frédéric Coiffé, chef bordelais, a préparé tout au long du salon de l'agriculture de Paris des produits régionaux de la Nouvelle-Aquitaine. Les visiteurs se sont régalés. Agriculture | 02/03/2020

[Vidéos] Un stand de la Nouvelle-Aquitaine animé au Salon de l’agriculture de Paris

Alain Rousset était en visite sur le Salon de l'agriculture ce mercredi 26 février Agriculture | 27/02/2020

Une école vétérinaire à Limoges d'ici quatre à cinq ans

Distributeurs de produits locaux Agriculture | 26/02/2020

L’humain au centre du programme « Du 47 dans nos assiettes »

Entre 2 500 et 3 000 plaques remportées par l’élevage Pimpin. Agriculture | 25/02/2020

SIA : Le GAEC Pimpin a remporté 41 Prix de Championnat depuis 1951