Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

20/05/19 : Ultimatum lancé par les pruniculteurs de la CR47 à l’ensemble des transformateurs "afin qu'ils trouvent un compromis sur un prix satisfaisant pour conforter les producteurs, ou bien ceux-ci les obligeront à le faire dans un avenir proche."

20/05/19 : Suite à l’incendie de samedi soir dans le parking des salinières, le tram C est interrompu entre les stations Quinconces et Gare Saint-Jean. Le C ne reprendra qu’après la levée de doute sur l’état de la structure de la dalle où circule le tramway.

20/05/19 : La section Gironde de l’Ostau Occitan crée une rencontre bimensuelle sur la culture et la langue occitanes à Bordeaux. Rdv au café associatif Le Petit Grain, le mardi de 18h45 à 20h30. Ce 21 mai: "Chansons traditionnelles occitanes de diverses régions"

19/05/19 : Le gros incendie qui s'est déclaré samedi à Bordeaux dans le parking des Salinières a mobilisé plus de 100 pompiers et 50 véhicules, nécessité l'évacuation des riverains et va avoir pour conséquence l'interruption de trafic sur la ligne C du tramway

19/05/19 : Vienne : avec les problèmes informatiques rencontrés par Parcours'sup, l'université de Poitiers assure que tous les postulants dans les filières qui ne sont pas en tension seront acceptés à la rentrée prochaine.

18/05/19 : Vinexpo Bordeaux fait le bilan : 650 participants à son symposium d'experts sur le climat, 2300 "rendez-vous qualifiés" pendant le salon mais une forte baisse du nombre de visiteurs, "de l'ordre de 30%".

17/05/19 : Venue en éclaireuse à Espelette en ce jeudi, Brigitte Macron devrait précéder le chef de l’État, Emmanuel Macron en visite à Biarritz ce vendredi où il rencontrera le préfet et des élus dont Michel Veunac, le maire de Biarritz en préparation du G7.

16/05/19 : Un comité de lignes TER ouvert aux usagers se tient le 20 mai à 18h à la mairie de La Réole. La ligne Bordeaux-Agen y sera étudiée à la loupe: trafic, régularité, qualité des services, travaux, etc.+ d'info

16/05/19 : À quelques jours des élections européennes, l'association Voix Publique(s) et le CRIJ Nouvelle-Aquitaine mettent l'Europe en procès pour une soirée ludique le 21 mai à 18h30 au CRIJ de Bordeaux. "Pour ou contre l'Europe, venez témoigner!" + d'info

16/05/19 : Le candidat LR aux Élections Européennes François-Xavier Bellamy sera présent le 23 mai prochain 19h à Marans (17) en compagnie du député LR Christian Jacob, et de deux autres candidats LR aux Européennes, Christina Soroni et David Labiche.

15/05/19 : Niort : l'agglomération vient d'inaugurer de la nouvelle Pépinière d’Entreprises du Niortais située dans des anciens locaux du Credit Agricole, plus de 300m2 dédiés au coworking, 20 bureaux et des possibilités d’accueil événements sur 1000m2.

15/05/19 : Le 24 Mai, 180 choristes interpréteront le Magnificat de Jean-Emmanuel Filet, et le Credo pour 6 voix d’Alexis Duffaure, écrits pour chœur, orgue, cuivres et cloches. Deux créations mondiales, commandes de la Maîtrise de Bordeaux.+ d'info

- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 20/05/19 | Handicap: succès pour le DuoDay en Nouvelle-Aquitaine

    Lire

    1769 duos ont été constitués en Nouvelle-Aquitaine dans le cadre de la 2ème édition nationale du DuoDay, qui s’est tenue jeudi 16 mai. La Nouvelle-Aquitaine représente près de 14% des duos salarié-personne handicapée constitués au niveau national. En Gironde, 421 duos ont pu être concrétisés. Le Lot-et-Garonne, où le DuoDay a été lancé dès 2016, est aussi très impliqué, avec 366 duos. Plus de 1000 employeurs, publics et privés se sont mobilisés dans la région, pour cette journée qui se veut être un tremplin vers l’emploi des personnes en situation de handicap.

  • 20/05/19 | Elections européennes du dimanche 26 mai : procurations

    Lire

    Les élections européennes ont lieu le dimanche 26 mai. En Dordogne, les bureaux de vote seront ouverts entre 8 h et 18 h. Si vous êtes absents le jour du vote, il est encore possible de faire établir sa procuration. La démarche est à effectuer auprès des commissariats de police de Périgueux et de Bergerac (du lundi au vendredi de 8h à 12h et de 13h à 16h), dans les brigades de gendarmerie de la Dordogne et au tribunal d'instance du domicile ou lieu de travail du demandeur.

  • 20/05/19 | Une idée pour Floirac? La 3ème édition des budgets participatifs est lancée!

    Lire

    Les habitants de Floirac ont jusqu’au 27 septembre pour proposer leurs idées. Pour être éligibles, les projets doivent respecter certains règles, comme avoir un intérêt commun, agir en faveur de l’amélioration du cadre de vie, ne pas dépasser 25 000 €, porter sur le domaine public ou encore respecter les principes de la démarche participative locale. Les services municipaux travaillent toujours à la mise en place des projets de l’édition 2018. Toutes les infos sont à retrouver sur la plateforme participative.

  • 20/05/19 | Parcours'Sup : l'université de Poitiers promet d'intégrer la plupart des postulants

    Lire

    Suite aux dysfonctionnements de Parcours Sup, l'université de Poitiers assure qu'elle intégrera bien tous les postulants à la rentrée prochaine, dans les filières qui ne sont pas sous tension : chimie, informatique, mathématiques, physique, sciences de la terre, sciences de l'ingénieur, langues étrangères appliquées, lettres, géographie et aménagement, histoire, histoire de l'art et archéologie, musicologie, philosophie et sociologie.

  • 18/05/19 | Préparation du sommet Youth7 à l'Hôtel de Région à Bordeaux 

    Lire

    Ce samedi 18 mai à 14h, Alain Rousset (président du Conseil régional de Nouvelle-Aquitaine) et Nathalie Lanzi (vice-présidente en charge de la jeunesse) accueillent le Youth7 (G7 des jeunes) pour un atelier de concertation afin de préparer le sommet, qui aura lieu le 9 au 14 juin à Paris. Ce sommet rassemblera une délégation de jeunes leaders de chaque pays du G7 et de l'Union européenne. Ils veulent attirer l’attention des chefs d’État et du gouvernement sur les préoccupations de leur génération.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Agriculture | PAC 2021 : les Régions veulent "renégocier leur contrat"

13/12/2018 | Un séminaire européen sur l'avenir de la Politique Agricole Commune ce jeudi 13 décembre à Bordeaux s'est transformé en affrontement politique. Voici pourquoi.

PAC 2021

C'était censé être un séminaire européen sur les enjeux territoriaux de la (future) nouvelle Politique Agricole Commune (PAC pour les intimes). En fait, il s'est plutôt agi d'un plaidoyer des Régions de France et des experts invités à en débattre pour la décentralisation du Fonds européen agricole pour le développement rural, qui représente tout de même 1,52 milliards d'euros par an pour soutenir la transformation du modèle agricole. Dans un objectif amorcé de transition écologique, les contours à la baisse et la volonté de rendre leur flexibilité aux Etats de la future PAC ne rassurent pas tout le monde. Cela représentera pour le ministre de l'Agriculture, Didier Guillaume, venu défendre son rôle, l'un des gros chantiers de 2019.

Dialogue constructif

Décentraliser le Fonds Européen agricole pour le développement rural et donner un rôle plus accru aux régions, c'est le message très clair qu'ont fait passer les régions françaises ce jeudi 13 décembre à Bordeaux par l'intermédiaire de leur président Hervé Morin, venu assister à un séminaire européen sur le rôle des régions dans la future Politique Agricole Commune. A cette occasion, elles ont présenté un "livre blanc pour une agriculture durable et une alimentation responsable". Cette PAC, qui représente un tiers des dépenses de l'Union Européenne (400 milliards d'euros entre 2014 et 2020), est en plein questionnement sur sa prochaine échéance (2021-2027), le tout dans un contexte économique tendu (le Brexit qui représente 13 millions d'euros de manque à gagner par an ou les nouveaux défis imposés par le virage sécuritaire des politiques d'immigration, notamment).

Avec des objectifs de modernisation et de simplification, le "développement d'une agriculture de la connaissance", les enjeux environnementaux (40% du budget de la future PAC consacré au climat) et une volonté d'une "distribution plus équitable pour soutenir une agriculture familiale", elle est cependant encore en train d'ajuster ses curseurs (on pense notamment à la baisse de 5% des dépenses liées à l'agriculture, soit vingt millions d'euros qui ne devraient pas être fléchés vers les agriculteurs). Comme l'a rappelé Jerzy Bogda Plewa, Directeur Général de l'Agriculture et du Développement Rural à la Commission Européenne, la multiplication des objectifs doit se concrétiser par plus de flexibilité de la part des Etats dans les fonds qui leur seront adressés, avec la création de programme "sur mesure". C'est là que, selon le responsable, les régions pourraient jouer un rôle. "Il y a d'abord une possibilité de régionaliser des éléments du plan stratégique PAC, de déléguer à des organismes intermédiaires, comme les régions, la gestion des interventions. Enfin, il faut maintenir un dialogue constructif entre la Commission et les Régions".

Casus belli et vieilles lunes

Le petit problème, c'est que ces dernières ne voient pas d'un très bon oeil que l'Etat reste l'autorité de versement du Fonds européen agricole pour le développement rural (FEADER) alors même que depuis 2014, les régions en sont gestionnaires à 95% (soit 1,52 milliards d'euros par an destinés à la transformation des modèles agricoles, alimentaires et forestiers). Les régions ont donc défendu leur pré carré ce jeudi, en martelant que "un euro mobilisé par les régions permet de mobiliser cinq euros de fonds européens" (en faisant référence à un budget agricole annuel de 2,32 milliards d'euros, fonds FEADER compris). Le président des Régions de France, Hervé Morin, l'a souligné : "La décentralisation du Fonds européen agricole pour le développement rural est une ligne rouge dans notre dialogue avec l'Etat. Une recentralisation serait vécue par les Régions comme un casus belli". Le président de la Région Nouvelle-Aquitaine, Alain Rousset, abonde (évidemment) dans le même sens.

Pour lui, "le bilan de l'experience des co-constructions des politiques du deuxième pillier de la PAC est pour l'instant une réussite. Les régions ont engagé plus que la moyenne européenne malgré les bâtons dans les roues que nous a mis l'Etat. L'ASP (Agence de Services et du Paiement, qui se définit lui même comme le premier payeur européen d'aides agricoles) a payé avec trois ans de retard et les services des préfectures se sont retirés pour l'instruction des dossiers mais de notre côté, on a fait le job et on l'a fait en ajustant, en fonction des besoins des territoires, l'utilisation du FEADER. On a sauvé, par exemple, la politique de maintien des agriculteurs bio. Ce qui m'inquiète un peu, c'est le discours de certaines organisations syndicales, notamment d'un représentant des Jeunes Agriculteurs qui voudrait tout négocier au niveau de l'Etat. Ca me semble un peu étonnant, je ne sais pas ce qu'il y a derrière parce que le modèle régional, qui réussit dans beaucoup de pays européens, reste contesté en France. On a, certes, toujours un cadre national, notamment pour ce qui est de l'ICHN (Indemnité Compensatoire de Handicaps Naturels), l'installation des jeunes agriculteurs ou les MAEC (Mesures Agro-Environnementales et Climatiques). On est encore sur de vieilles lunes alors même qu'il faut accélérer la transition climatique, qu'il faut mettre en place une politique où la valeur ajoutée reste dans les fermes, où on se préoccupe des revenus de l'agriculteur. Si le modèle défendu par la FNSEA fonctionnait, il n'y aurait pas autant de départs d'agriculteurs, pas deux tiers des agriculteurs en souffrance et quasiment en dessous du seuil de pauvreté tandis que seuls quelques-uns réussissent bien". "L'essentiel", a martelé le responsable politique, "c'est qu'on maintienne la gestion régionale de la plus grande partie du FEADER. D'abord parce que la région met les contreparties, donc il y a une unité d'instruction et une division par deux de la gestion de telle sorte qu'un maximum d'aides peut aller auprès des agriculteurs. Ensuite parce que le modèle allemand de gestion décentralisée lui a permis de passer devant le modèle agro-alimentaire français, ce qui n'est pas rien. Enfin parce que Bruxelles insiste sur la transition climatique. On ne peut pas ne pas prendre ça en compte, y compris par le fait que pour nous, dans le Sud Ouest, le réchauffement climatique est plus important que dans le Nord de la France. Nous avons donc un besoin plus important et une responsabilité supplémentaire".

Le casque et la cuirasse

Venu assister à une partie du séminaire, le ministre de l'Agriculture, Didier Guillaume, a préféré user de la boutade. "Je regrette de ne pas avoir été prévenu qu'il fallait que je mette un casque et une cuirasse", a-t-il ironisé, avant d'ajouter que l'arbitrage sur le futur rôle des régions se ferait bien "au plus haut niveau de l'Etat". Il n'est pas aberrant que l'Etat garde la responsabilité de la politique globale sur le bio puisqu'il le finance à 99%. Ce n'est pas uniquement le fait que des fonctionnaires de l'État ne voudraient pas lâcher", a ajouté Didier Guillaume pour justifier une position qui a vite été interprétée comme une recentralisation des aides de la PAC de la part des responsables régionaux, qui ont regretté que le ministre ne se soit pas "engagé plus avant", à part pour annoncer que l'arbitrage serait effectué par Emmanuel Macron début 2019. Les régions sont en revanche tombées d'accord sur un point : la baisse des crédits de la PAC après 2020 (365 milliards prévus, soit 28,5% du budget de l'UE contre 27% dans l'UE des 28 sur le plan 2014-2020) sera vu d'un très mauvais oeil, et cette hésitation gouvernementale sur le FEADER serait même, selon Alain Rousset, "la volonté de l'appareil d'Etat de camoufler la baisses de ses crédits pour l'agriculture".

Eviter le "bastringue"

Les experts invités pour débattre du rôle des régions dans la future PAC, ont aussi leur avis sur leur rôle dans le déploiement des aides et des financements. Pour Aurélie Trouvé, agronome et maître de conférences en économie à AgroParis Tech, "il faudrait pouvoir avoir des contrats de transition agro-écologiques pour les exploitations agricoles qui soient discutées à un niveau territorial par les agriculteurs. Ca impliquerait des logiques de filières et un renforcement des GIEE et des programmes alimentaires territoriaux. Peut-être faut-il créer des contrats adaptés aux exploitations par des diagnostics préalables qui permettraient d'enclencher, au niveau de l'ensemble d'une exploitation agricole et en fonction de ses caractéristiques, cette transition. Pour cela, il faudra un très solide conseil territorial, les régions devraient avoir un rôle très important à jouer". Le député européen Michel Dantin, pour sa part, avoue "avoir accueilli la proposition de la Commission Européenne (celle du cadre financier pluriannel, adoptée le 2 mai dernier mais dont le contenu final doit encore être adopté fin 2019) avec une certaine frilosité car nous considérons qu'elle ne tient pas assez compte de ce qu'est le fondement de cette action. Nous allons profondément amender ce texte. Il y a un peu plus de 5000 amendements sur les plans stratégiques, environ 750 amendements sur l'OCM et 850 sur le programme horizontal".

"Il existe dans plusieurs pays un problème constitutionnel : en Allemagne, en Espagne, les "régions" ont constitionnellement un rôle dans la politique agricole, elles ne peuvent pas être rayées par la PAC. Il va donc falloir trouver, là aussi, un point d'équilibre pour incorporer les régions dans la démarche. Pour autant, faut-il tout leur transférer alors que certaines grandes politiques resteront avec des critères qui seront forcément les mêmes, comme la politique d'installation ou celle en faveur des zones défavorisées ?", poursuit le député européen. "Il serait illogique d'avoir des règles différentes d'un pays ou d'une région à l'autre. Par contre, les régions ont un rôle pour accompagner le développement économique des forces et des faiblesses locales. Il s'agit de mieux valoriser les chaînes de production, d'accompagner spécifiquement les productions ciblées. Néanmoins, il faut arrêter de vouloir mettre de l'argent européen sur toute action et préférer plutôt la concentration des crédits européens sur quelques grandes lignes, maximaliser les taux de co-financement et faire des actions plus petites uniquement avec de l'argent régional. On ne peut pas repartir dans le bastringue que la France a connu avec cette multitude de programmes que l'ASP est incapable de mettre en oeuvre alors que certains touchent moins de sept agriculteurs. De ce côté là, les plans stratégiques peuvent être un plus si la Commission en confie aux gestionnaires la mission et s'il n'y a pas de suspicion ou de contrôle trop tâtillon, même s'il faudra un minimum de contrôles communs". Les 24 propositions du "livre blanc" présenté à l'occasion de ce séminaire européen devraient en tout cas fournir une bonne matière de départ au nouveau ministre de l'Agriculture, pour qui une baisse budgétaire de la PAC resterait "un message néfaste pour la ruralité". La Commission Européenne, elle, doit finaliser sa proposition législative le 1er juin prochain.

Romain Béteille
Par Romain Béteille

Crédit Photo : RB

Inno'action et agricultureCet article fait partie du dossier

Voir les autres articles de ce dossier
Partager sur Facebook
Vu par vous
6282
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Agriculture
Agriculture
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 22 + 11 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

A lire ailleurs sur aqui.fr
Lenaïc Lecrenais, jeune agriculteur installé depuis 2016 au sein de l'EARL Les Ruchers du Born à Pontenx-les-Forges dans les Landes Agriculture | 17/05/2019

Lénaïc Lecrenais, une installation entre passion, partage et engagement pour l'apiculture professionnelle

Julien Blanquet éleveur transhumant d'ânesses laitières bio à Lescun (64) Agriculture | 17/05/2019

Julien Blanquet ou une installation sur un marché de niche: le lait d'ânesses bio

À 29 ans, Arnaud Loret a racheté 33% du GAEC familial et a investi dans une quarantaine d'hectares Agriculture | 16/05/2019

Parcours de vie d'Arnaud Loret : quand un ingénieur en agriculture devient agriculteur

André Faugère, propriétaire à Arbis Agriculture | 16/05/2019

Gironde: lendemains de gel, « une estimation précise à la fin du mois »

Jérémy Houdeline a acheté de nouvelles terres et de nouveaux bâtiments pour s'installer et agrandir le troupeau familial de brebis Agriculture | 16/05/2019

Jérémy Houdeline : l’exemple d’une installation en COPP, un fermage nouvelle formule

Benjamin Rode Agriculture | 15/05/2019

« Pour s’installer, faut pas lâcher ! » Benjamin Rode jeune agriculteur nouvellement installé

Patrice Geoffron professeur de Sciences-Economiques Agriculture | 14/05/2019

Changement climatique « Le mythe des futurs eldorados »

20ème Vinexpo du 13 au 16 mai au Parc des expos de Bordeaux Agriculture | 14/05/2019

« Un Vinexpo d’exception ! » Patrick Seguin, président de la CCI Bordeaux Gironde

Damien Rambaud, entre vignes et noyers près de Pons (17) Agriculture | 14/05/2019

Transmission agricole : le stage installation, l’alternative au salariat testé avec succès à Pons

Florie Labas, éleveuse de porcs bio dans la Creuse Agriculture | 13/05/2019

Creuse : Florie Labas se lance dans le porc bio au sein du GAEC familial

A 45 ans, Olivier Tinle est éleveur ovins installé depuis 15 mois sur l'agglomération périgourdine Agriculture | 12/05/2019

Olivier Tinle, le retour à la terre d'un banquier redevenu éleveur

ors de la signature de la convention entre le président de la Chambre d'agriculture et celui de la MSA Agriculture | 09/05/2019

En Dordogne, la MSA et la Chambre d'agriculture s'unissent pour faciliter la transmission des exploitations

Vignes brûlées par le gel vers Cognac Agriculture | 08/05/2019

Charentes : 15% du vignoble touché par le gel

Paul Arnold, Pauline Pierrard et Christophe Dédouche Agriculture | 28/04/2019

Protéger la ressource en eau, le défi de la SAFER 17

Philippe De Guénin, Draaf de Nouvelle-Aquitaine Agriculture | 28/04/2019

Philippe de Guenin, Draaf de Nouvelle-Aquitaine : la Safer est au coeur du contrôle des structures