Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

16/10/18 : Des opposants au projet du contournement de Beynac ont bloqué ce mardi à Vézac, les véhicules qui participaient à une visite de presse du chantier organisée par le Département. Sur décision de la préfecture, les gendarmes ont délogé les manifestants.

16/10/18 : Christelle Dubos, secrétaire de la commission des affaires économiques de l'Assemblée Nationale et députée girondine, a été nommée ce mardi secrétaire d'Etat auprès de la ministre des solidarités et de la santé, Agnès Buzyn.

16/10/18 : Remaniement - Christophe Castaner : ministre de l'Intérieur ; Marc Fesneau (MoDem) : secrétaire d'Etat aux relations avec le Parlement ; Franck Riester (Ex-LR) : ministre de la Culture ; Didier Guillaume (ex-PS) : ministre de l'Agriculture

16/10/18 : Remaniement suite - Jacqueline Gourault (MoDem) : ministre de la Cohésion des Territoires et des Collectivités Locales ; Marlène Schiappa : secrétaire d'Etat à l'Egalité Femmes-Hommes et à la lutte contre les discrimination

16/10/18 : Le 17 octobre à 11h15, un coaching des demandeurs d'emploi est organisé à la Chambre des Métiers et de l'Artisanat de Poitiers en vue de les accompagner avant le Forum emploi qui aura lieu le lendemain.

16/10/18 : Le Conseil municipal de Biarritz a voté par 20 voix pour, face à 15 contre, le projet de gestion du Palais proposé par le maire Michel Veunac à l'issue d'une réunion très tendue. Une conseillère municipale, Virginie Lannevère a démissionné

15/10/18 : A l'occasion de ses 25 ans, l’Université de La Rochelle propose une exposition sur l'histoire de l’établissement, « Histoire d’avenirs, chronique d’une université en mouvement », exposée du 16 octobre au 30 décembre au Cloître des Dames Blanches.

15/10/18 : Charente-Maritime : Pole emploi et le Département 17 organisent un forum des emplois saisonniers hivernaux, le 16 octobre DE 9h à 16h30 à la Maison de la Charente-Maritime, 85 boulevard de la République à La Rochelle. Entrée libre.

15/10/18 : Yves Foulon, maire d'Arcachon, a été élu ce week-end en tant que nouveau président du parti LR en Gironde. Il succède à Alain Juppé dans un scrutin dans lequel il était le seul candidat avec 100% des voix et 55,73% de participation.

15/10/18 : Dans le cadre du cycle de ses conférences-débats #europedémocratique2019, la Maison de l'Europe Bordeaux Aquitaine reçoit le 19/10 à 19h, Pascal Durand, eurodéputé Ecologiste sur le thème “L’Europe face au glyphosate: un signal d’alerte?”

11/10/18 : Ligne Ter Bordeaux-Agen : comité de ligne, lundi 15 octobre à 17h45, salle F. Mauriac, à Langon. Cette réunion est ouverte aux usagers et vise à échanger sur l'actualité de la ligne notamment sur les horaires prévus à partir du 9 décembre 2018.

- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 18/10/18 | Floirac : budgets participatifs n°2

    Lire

    A Floirac dans le cadre de la 2ème édition des budgets participatif, 160 000 € ont été réservés par le conseil municipal pour financer ces actions proposé par les habitants, dont 60 000 € pour des projets visant à améliorer le cadre de vie en milieu scolaire. 45 projets ont été déposés: 35 pour la ville, 10 pour les écoles. Le vote est désormais ouverts aux habitants jusqu'au 29 octobre, pour l'élection de 4 projets de ville et 3 projets d'écoles. Les 45 projets déposés sont présentés sur internet et à la M.270, où une urne est disposition pour le vote qui peut aussi se faire sur internet.

  • 18/10/18 | Une journée de travail autour des migrations

    Lire

    Samedi 20 octobre, de 9h30 à 17h le département DEFLE de l’Université Bordeaux 3 Montaigne à Talence accueille une journée de travail des Etats Généraux des migrations en Gironde portés localement par le collectif d'associations Collectif Réfugiés Solidarité 33. L'occasion à travers 6 ateliers de réfléchir et être force de proposition sur des thèmes liés à l'action, à la communication, et à la structuration du collectif, ainsi qu'aux conditions d’accueil des personnes migrantes en France, et particulièrement en Gironde. L’objectif est de préparer les actions que ce collectif militant veut organiser tout au long de l’année.

  • 18/10/18 | René Goscinny prend ses quartiers

    Lire

    Le Musée de la BD d’Angoulême accueille jusqu’au 2 janvier 2019 une exposition pour toute la famille « Goscinny et le cinéma, astérix, lucky luke et cie ». Cinéphile averti, Goscinny s’est nourri des classiques américains et européens avant que le cinéma ne s’empare de ses créations. Cette exposition met en lumière des centaines de documents dans une scénographie claire et ludique. Un parcours enfant permet aux plus jeunes de découvrir l’exposition tout en jouant et en se déguisant.

  • 17/10/18 | Les métiers de la propreté en lumière

    Lire

    Le 18 octobre aura lieu la 1ère journée nationale des métiers de la propreté afin de mettre en lumière ces métiers souvent oubliés. A Bordeaux, une animation dédiée au métier « Laveur de vitres » se déroulera de 10h à 12h entre la place de la Comédie et le cours Alsace-Lorraine avec entre autre une parade originale et décalée ou encore une boîte à CV place Saint-Projet à destination des demandeurs d'emploi. De 8h à 20h, la gare Saint-Jean accueillera une exposition éphémère #500000visages atour des jeunes en formation qui seront présents pour échanger avec le grand public.

  • 17/10/18 | La restauration du château de Commarque (24) récompensée

    Lire

    Le château de Commarque à Sireuil sur la commune des Eyzies -de- Tayac (24) vient de se voir décerner le grand trophée 2018 de la plus belle restauration d'un monument historique par le journal le Figaro. Doté de 30 000 euros, il a été remis au propriétaire Hubert de Commarque le 11 octobre à Paris. Ce prix récompense près d'un demi siècle de travaux menés par le propriétaire. Il accueille 45 000 visiteurs chaque année depuis son ouverture au public.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Agriculture | Palmipèdes et biosécurité: un nouveau modèle d'élevage qui cherche à séduire

01/06/2018 | A l'occasion de portes ouvertes, la coopérative Euralis donne l'occasion à ses adhérents de re-découvrir le métier d'éleveur, post crises aviaires.

Portes ouvertes organisées par Euralis sur l'exploitation de Christophe et Aldine Jimenez, pour séduire de futures éleveurs de palmipèdes

Suite au double épisode d'influenza aviaire, la coopérative Euralis, à l'image de l'ensemble de la filière palmipède du grand Sud-Ouest, a perdu un certain nombre de producteurs de canards dans les rangs de ses adhérents. « Depuis 2015, 50 producteurs ont arrêté sur les 170 que comptait la coopérative. A ceux-là s'ajoute le fait que 25% de nos éleveurs ont plus de 55 ans. Et beaucoup ne se projettent pas dans des investissements lourds. » explique Jean-Michel Marsan, responsable production animale chez Euralis. Le groupe coopératif, n'a donc pas le choix, il lui faut recruter de nouveaux éleveurs au sein de ses adhérents. Une mission séduction menée lors de portes ouvertes au sein d'élevages de canards. Ce jeudi 31 mai, c'est dans un bâtiment d'élevage flambant neuf, chez Christophe et Aldine Jiménez, éleveurs gaveurs à Samadet dans les Landes que se tenait la réunion d'information.

Si Euralis cherche à recruter de nouveaux éleveurs, c'est qu'outre les départs de personnes, les nouvelles modalités d'élevage, elles aussi intervenues suite aux épizooties, entraînent une baisse globale des volumes de production. En effet, là où plusieurs bandes de canards d'âges différents pouvaient se succéder au sein d'une même exploitation, c'est désormais la méthode de la bande unique qui règne. Ou le principe du « tout plein, tout vide ». Les périodes sans animaux (2 semaines entre chaque bande) donnant ainsi lieu à un nettoyage et une désinfection complète des bâtiments d'élevage, pour limiter les risques de développement de virus.

Eleveur de palmipèdes: "un nouveau métier"
Mais, même si l'objectif avoué chez Euralis, n'est pas de retomber dans les travers de la quasi surproduction de foie gras que connaissait le Sud-Ouest avant 2015, il faut tout de même pouvoir fournir en canards prêts à gaver les engraisseurs coopérateurs, et la marque de la coopérative, Montfort (devenue au passage Maison Montfort). Pour maintenir ce niveau de production du « ni trop » « ni trop peu », et assurer un juste équilibre permettant une meilleure valorisation du prix du foie gras, la coopérative est tenue dès aujourd'hui de prévoir le renouvellement des générations « qui aura cours entre 2020-2023 », calcule Jean-Michel Marsan. Un renouvellement de générations qui passe par des investissements lourds (notamment la construction de bâtiments d'élevages aux normes...) au sein des exploitations qui choisiraient de franchir le pas. D'où l'organisation de portes ouvertes chez des producteurs nouvellement équipés, et à la pointe en matière de biosécurité.
Plus que la présentation des outils ou des nouvelles normes, « c'est un nouveau métier que nous voulons vous faire découvrir lors de ces portes ouvertes », lance Eric Dumas, Président du groupement Palmipède de la coopérative, aux nombreux agriculteurs présents et potentiels futurs éleveurs de canards prêts-à-gaver. « La crise aviaire a en effet entraîné la mise en place d'un nouveau plan de production, mais également des ruptures fortes sur des pratiques mises en œuvres depuis 20 ou 30 ans. De nouvelles pratiques qui nous apportent par exemple plus de confort de travail» poursuit-il.

Confort, qualité et rentabilité
Et pour cause, entre automatisation des soins aux animaux (alimentation et ventilation par exemple), mécanisation du paillage, conception des nouveaux bâtiments pensée pour faciliter le nettoyage, ou encore le principe du travail en bande unique, « le métier d'éleveur gagne en confort et en professionnalisation, en plus d'assurer une plus grande sécurité sanitaire », confirme Eric Dumas. Autre atout de ces élevages nouvelles générations « le bien-être animal, avec par exemple plus d'espace par animal ou encore le respect du rythme jour et nuit, avec 8 heures de lumière naturelle assurée».
Autre point d'importance mis en avant par le directeur de la production animale : l'amélioration du revenu de l'exploitant. « Grâce à ces outils différents et réorganisés, on voit des marges supérieures de 30 à 40 centimes par animaux par rapport à 2014 et les années précédentes. En effet, avec l'adaptation des sites pour permettre une claustration en périodes à risque (principalement l'hiver, ndlr), on constate une homogénéisation des animaux selon les saisons et donc aussi une homogénéité des marges entre l'été et l'hiver. Et ces chiffres qui ne tiennent pas compte des primes biosécurité », glisse le responsable.

Une réorganisation gage de la pérénité de l'exploitation
Mais, bien sûr, ces projets de développement ou de réorganisation de site représente des investissements lourds pour les agriculteurs. Chez Christophe et Aldine Jiménez, le bâtiment de 9000 m² livré en février 2018, dans lequel se tenait la réunion et qui peut accueillir jusqu'à 9000 canards, a représenté « un investissement de 258 880 euros, soit 273 € le m², compris, le prix de la pailleuse et du bétonnage. C'est le prix moyen du confort et de la biosécurité », détaille Mathieu Martinez, responsable développement production chez Euralis. « Un investissement réalisé grâce à un emprunt bancaire sur 12 ans, une aide Euralis de 30€/m² et le recours à des aides AREA, soit un coût de 76 centimes par canard, détaille-t-il. Mais à l'année, le couple qui élèvera 13000 canards par bande, grâce à 2 bâtiments pré-existants de 200 m², devrait toucher un résultat net de 1,52€ par canard soit 40 000 € annuel. »
Pour le couple, qui élève et gave, c'est une réorganisation importante. « Avant la grippe aviaires et les normes de bio-sécurité, avec nos deux bâtiments 200 m², nous élevions 18 000 canards sur l'année, en 10 bandes. » 18 000 canards gavés par les couples, qui complétait cette seconde activité par des achats extérieurs pour un gavage total de 30 000 animaux par an. « Mais avec la mise en place de la bande unique suite à la seconde crise, nous ne pouvions réaliser que 4 mises en place par an de 1 800 canetons au lieu de 10... Ce n'était pas possible pour nous en terme d'amortissement. Nous avons donc décidé de sauter le pas et d'agrandir notre exploitation avec ce nouveau bâtiment. C'est une manière de pérenniser notre activité de gavage qui représente l'essentiel de notre revenu. Nous ne faisons que ça ; nous n'avons pas de maïs ou terres supplémentaires a exploité par exemple. Et ça les banques, heureusement, l'ont bien compris...»

Christophe et Aldine Jimenez, éleveurs gaveurs (Euralis) à Samadet dans les Landes

Un investissement amorti dans 12 ans
Mais la construction du nouveau bâtiment a véritablement transformé l'activité du couple. « Quand arrivent les 13000 canetons, c'est un autre cheptel à gérer... Même s'il y a beaucoup d'automatisation, dont par exemple le paillage que nous n'avons plus à réaliser à la main, ça reste beaucoup de travail et de temps passé à les surveiller, surtout quand ils sont petits. Quand ils arrivent, nous les mettons tous dans le nouveau bâtiment puis nous dispatchons 4000 d'entre eux en deux groupes de 2 000, dans nos anciens bâtiments qui ont eux aussi était mis aux normes biosécurité. » Désormais le couple non seulement se suffit donc à lui-même pour son activité de gavage, mais vend le reste de sa production à l'extérieur. De quoi redonner confiance à Christophe, même si son épouse n'oublie pas, les 12 ans à passer avant l'amortissement définitif de cet investissement qui reste malgré tout important.

Des développements d'exploitations voire des reconversions, voilà ce sur quoi veut parier la Coopérative Euralis pour garantir une production optimisée auprès de ses clients. Les précédentes portes ouvertes (le 25 mai dernier) ont en effet eu lieu sur une exploitation en bovins lait convertie récemment aux canards par la transformation de ses bâtiments d'élevage... Au total depuis 1 an, environ 70 projets de ce type ont été lancés par des exploitants coopérateurs d'Euralis : « 43 ont déjà obtenu l'accord des banques et entre 20 et 30 dossiers devraient se concrétiser pour 2019-2020, ce qui permettra de répondre au besoin sur ces années-là. », indique Jean-Michel Marsan. Cela dit, pour anticiper les futurs départs à la retraite, c'est une quinzaine de producteurs qui est encore recherchée par la coopérative. Un nouveau modèle d'élevage qui crée, en tout cas, la curiosité des professionnels.

Solène Méric
Par Solène Méric

Crédit Photo : Aqui.fr

Inno'action et agricultureCet article fait partie du dossier

Voir les autres articles de ce dossier
Partager sur Facebook
Vu par vous
4259
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Agriculture
Agriculture
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 20 + 16 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

A lire ailleurs sur aqui.fr