Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

21/06/18 : L'interdiction de pêche et consommation des moules du bassin d’Arcachon a été levée ce 21 juin par le préfet de Gironde. Dans le banc d’Arguin et les passes, le taux de présence de toxines lipophiles a baissé mais ne permet pas de lever l'interdiction

20/06/18 : Ce 19 juin, l’état de catastrophe naturelle, a été reconnu pour les communes de Salies-de-Béarn et des Eaux-Bonnes (Gourette) pour les inondations des 12 et 13 juin 2018. Les autres demandes seront examinées le 3 juillet prochain.

19/06/18 : La Rochelle : Raphaël Glucksmann, Directeur du Nouveau magazine littéraire, sera au Musée maritime samedi 23 juin à 14h30 pour une rencontre avec le public sur le thème des relations entre océan et climat et les impacts du changement climatique.

18/06/18 : En raison de travaux de maintenance et d’entretien du pont d’Aquitaine, la rocade sera fermée entre les échangeurs 2 et 4, dans le sens extérieur, les nuits du 20 au 22 juin de 21h à 6h, et dans les 2 sens de circulation du 23 au 24 juin 22h à 18h

18/06/18 : Avec 28,1 M de touristes dont 24,7 M de touristes français accueillis et 175 M de nuitées dont 152 M par des voyageurs hexagonaux, la Nouvelle-Aquitaine est en tête des destinations les plus fréquentées des Français en 2017.

15/06/18 : Charente-Maritime : la reproduction de la frégate L'Hermione revient dimanche dans son port d'attache à Rochefort vers 7h du matin.

11/06/18 : La Ville de La Rochelle a reçu le 2e Prix dans la catégorie Participation citoyenne aux Prix européens de l'innovation urbaine Le Monde-Smart Cities décernés à Lyon le 17 mai 2018.

10/06/18 : Après sa 9e place qu’elle a obtenue samedi avec ses partenaires du K4 français, la kayakiste périgourdine Manon Hostens a décroché ce dimanche le titre de championne d’Europe de course en ligne sur 500 mètres associée à la Tourangelle Sarah Guyot.

Arte Flamenco 2018 - du 2 au 7 juillet - Mont de Marsan
- Publicité -
S’abonner ici !
- Publicité -
  • 22/06/18 | La grogne des CCI de Nouvelle Aquitaine

    Lire

    Réunis ce jeudi en AG à Bordeaux, les quinze présidents des Chambres de Commerce et d'Industrie régionales ont dénoncé la décision du gouvernement de raboter la Taxe pour Frais de Chambre de 100 millions d'euros par an sur les 4 prochaines années. "Fin 2017, plusieurs ministres s’étaient engagés à garantir la stabilité des ressources de 2019 à 2022 après une baisse de 150 millions en 2018. Que valent donc ces engagements, notamment quand le gouvernement refuse de reconnaître la performance des CCI sur les territoires ?" dénoncent-ils, parlant même d'une "casse sociale annoncée". Une réunion de crise est prévue le 5 juillet prochain.

  • 22/06/18 | Gourette: les travaux de la RD918 démarrent lundi

    Lire

    Après une semaine d'études du site de l'effondrement de la RD 918, suite aux intempéries du 12 juin, « les travaux commencent dès lundi », annonce le Département des Pyrénées-Atlantiques. La réalisation d’un remblai en terre armée sur une hauteur de 4 m permettra de rétablir une chaussée de 7 m de large, telle la voirie d’origine et garantissant les conditions de sécurité, pour un coût de 700 000 €. Le chantier devrait durer 4 à 5 semaines (sauf mauvaise météo), permettant d'assurer la 19ème étape du Tour de France. Des travaux de confortement et de drainage du talus amont seront aussi engagés sur le 2nd semestre 2018.

  • 22/06/18 | Viticulture: de nouvelles mesures de soutien

    Lire

    L'INAO, a décidé d'augmenter le niveau du volume complémentaire individuel à 20% maximum du rendement du cahier des charges et de faire évoluer de 30 à 50% le plafond cumulé de réserve sur 3 ans. Une manière de renforcer la résilience des exploitations face aux aléas climatiques et à leur récurrence, en jouant un rôle équivalent à celui d’une assurance récolte. Ainsi, les volumes complémentaires cumulés pourront être revendiqués en appellation d’origine en cas de récolte déficitaire. La structure a aussi donné un avis favorable à la demande d’expérimentation pour les vins liquoreux (Monbazillac, Sauternes et Barsac).

  • 22/06/18 | Le pont Simone Veil ne sera pas au rendez-vous de 2020

    Lire

    D'un commun accord, la Métropole et la société Fayat chargée du chantier annoncent une «divergence d’ordre technique et juridique», sur les conditions d’exécution des batardeaux (enceintes de travail permettant de construire les piles du pont) dans la Garonne. Fayat considère que davantage de protections sont nécessaires face à la force du courant et à un sol de mauvaise qualité, ce que réfute le cabinet d'études conseil de la Métropole. Un médiateur va donc être missionné pour donner son avis au plus tard fin 2018. Résultat: le pont sera livré avec 1 à 3 ans de retard et un possible surcoût de 18M€.

  • 22/06/18 | Un transport en commun en site propre sur le Nord Bassin

    Lire

    Dans le cadre de la concertation ouverte sur le Projet de Déplacements Durables du Nord Bassin, un atelier de travail dédié aux solutions de transport en commun en site propre est organisé lundi 25 juin au centre d'animation de Lanton. Objectif : échanger sur l’opportunité de la mise en œuvre d'un tel mode de transport entre Arès et Biganos, en présence des experts associatifs et bureaux d’études spécialisés. Ouvert à tous sur inscription en envoyant un mail à : contact-pddnb@gironde.fr

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Agriculture | Pays-Basque: une exception culturelle au "choc de la démographie" agricole?

16/03/2015 | Au Pays-Basque, la question du maintien des espaces agricoles est la condition sine qua non à la pérennisation d'une agriculture et du renouvellement de ses chefs d'exploitation

La CDFR du Pays Basque à Mouguerre le 12 mars 2015

Après les Landes, la Gironde et le Béarn, c'est au Pays Basque, à Mouguerre, que la SAFER Aquitaine Atlantique a terminé sa tournée régionale des Conférences Départementales du Foncier Rural, le 12 mars dernier. Avec le « choc démographique en agriculture » au cœur des réflexions, ces différents rendez-vous ont permis de balayer les solutions et pistes envisagés pour y faire face par quelques filières emblématiques des différents territoires. Au Pays Basque, où l'installation va bon train, c'est autour de la filière ovine, et de la jeune filière particulièrement dynamique du Piment d'Espelette, qu'ont été réfléchies les bonnes idées et pratiques à mettre en place.

Côté pyramide des âges et « choc de la démographie » agricole, le Pays-Basque ferait presque figure d'exception au regard des autres territoires aquitains. Pour preuve les chefs d'exploitation basques ont en moyenne 46 ans quand leurs aînés girondins en comptent 10 de plus. Pour autant, et malgré un dynamisme reconnu sur l'installation agricole, la question de la démographie reste, ici aussi, importante. En effet, selon les chiffres de la DRAFF, 20% de la Surface Agricole Utile basque est appelée à changer de chef d'exploitation dans la décennie à venir, soit 23000 ha. Or dans 41% des cas (soit 20% de la SAU libérable), les exploitants de plus de 55 ans, ne savent pas encore quel sera l'avenir de leur exploitation, à leur départ en retraite.
Parmi les particularités basques, on note que seul 1% des exploitations reprises se destinent à des hors cadre familiaux, et que le nombre d'éclatement d'exploitations avec reprise partielle est par contre plus important qu'ailleurs sur le territoire de la SAFER Aquitaine Atlantique Par ailleurs, c'est dans la filière des herbivores que les reprises sont le plus anticipées par les futurs cédants, puisque c'est la destinée d'ores et déjà assurée de 82% de ces exploitations.

Anticipation très en amontUn chiffre que confirme Daniel Lartigue, éleveur ovin en Pays basque, même s'il appelle tout de même à la vigilance, notant que « chaque année on perd des producteurs, soit parce qu'ils arrêtent soit par ce qu'ils se regroupent en société ». Un regroupement en société qui porte un certain nombre d'avantages, et pourrait d'ailleurs faciliter le renouvellement des générations. D'abord pour les cédants, car ici comme ailleurs en Aquitaine, les perspectives de reprise sont meilleures pour les exploitations sociétaires que pour les exploitations individuelles. Ensuite aussi pour les nouveaux installés, considérant avec Daniel Lartigue que la forme sociétaire permet une meilleure organisation du travail, et donc aussi un peu plus de temps libre. Une dimension liée à la qualité de vie, qui tout autant que la question de la rentabilité ne laisse pas indifférent les candidats à l'installation, et sur laquelle, d'ailleurs, l'éleveur confie volontiers qu'il y a un effort à faire sur le discours : « nous avons tendance nous-même à parfois noircir un peu trop un métier que nous-mêmes ne sommes pas prêts à lâcher ».
Ce sentiment de « ne pas vouloir lâcher » est d'ailleurs aussi selon lui, un peu en cause dans l'impréparation des agriculteurs à céder leur exploitation. « Dans le cadre des diagnostics et repérages menés sur les futurs cédants pour les accompagner dans leur réflexion autour de la transmission, on s'aperçoit que beaucoup, y compris chez ceux qui voudraient céder, ne sont pas prêts. Soit que les habitations sont sur l'exploitation, soit qu'ils ne sont pas prêts à franchir le pas de voir se poser un regard nouveau sur un système d'exploitation qu'ils ont mis en place depuis 40ans. Et c'est tout aussi vrai dans le cadre familial.» Au programme donc une dose de psychologie et surtout « un travail de longue haleine à mener », et donc d'anticipation très en amont avec les cédants, pour préparer ce cap.

Pression urbaine et concurrenceMais fort de la dynamique d'installation existante en Pays basque, la question de l'anticipation compte ici encore beaucoup, prioritairement dirons certains, sur le maintien d'un foncier agricole, face notamment à « une pression urbaine toujours très forte », souligne Jean-Claude Saint-Jean, Président du Comité technique de la SAFER Pays Basque. Une priorité partagée par l'éleveur ovin qui au delà de la sauvegarde des espaces de production laitière, souligne aussi, au-delà des zones strictement agricoles, les questions à se poser sur les zones de montagne qui sont collectives mais indispensables à la transhumance.
Une concurrence des usages que subit aussi l'aire d'appellation d'origine protégée du Piment d'Espelette. C'est d'ailleurs en effet le principal souci pour Ramuntxo Lecuona, Président du syndicat de l'AOP Piment d'Espelette, dont la culture, (pour bénéficier de l'AOP) s'étend autour d'une dizaine de communes du Pays basque. Une production qui pourrait donc davantage être mise en danger par son caractère péri-urbain, que par l'absence de candidats à l'installation.
Car en effet, ce ne sont pas les vocations qui manquent pour cette production. D'une vingtaine de producteurs dans les années 90, ils sont 160 aujourd'hui répartis sur une SAU de 185ha. Et pour 2015, le président de l'AOP prévoit entre 20 et 25 producteurs nouveaux. Depuis le travail de relance de la production et l'obtention de l'AOP, « le développement est exponentiel », confirme-t-il. Il faut dire que les arguments sont nombreux pour travailler à l'attractivité : « pour une production de 20 000 pieds sur un hectare et un rendement de 500 g soit 10 tonnes de piments récoltés, le produit brut est de 30 000€, sans prendre en compte les différents leviers de valeur ajoutée. Or pour un hectare, l'investissement est d'environ 14 000 €...» Des chiffres pour le moins attractifs, qui expliquent aussi la diversité des producteurs: des pluriactifs, des reconversions, ou la pratique d'une culture complémentaire à une exploitation principale. Le défi de la production ici est donc de parvenir à ouvrir de nouveaux marchés au fil des nouvelles installations.

Solène Méric
Par Solène Méric

Crédit Photo : Aqui.fr

Partager sur Facebook
Vu par vous
1304
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Agriculture
Agriculture
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 25 + 12 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

A lire ailleurs sur aqui.fr