Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

20/07/21 : Dans les Pyrénées-Atlantiques la tour sud de la cathédrale de Bayonne et la Chapelle des Prébendés, ainsi que le Château de Pau, le couvent des Récollets à Ciboure et l’Espace Jéliote à Oloron vont bénéficier du plan France relance pour leur rénovation

19/07/21 : Face à la montée en puissance du nombre de contaminations au Covid-19 en Charente-Maritime, le préfet a étendu l'obligation du port du masque dans tout espace public pour 45 communes, essentiellement littorales.

16/07/21 : Eté Jeunes est un nouvel agenda en ligne, à destination des jeunes Bordelais. Il permet d'accéder à l'ensemble de l'offre municipale et associative ainsi qu'à toute l'actualité culturelle, sportive et de loisirs proposée cet été à Bordeaux.+ d'info

13/07/21 : Du 15 juillet au vendredi 13 août inclus, l’Hôtel de ville de Poitiers fermera ses portes à 16 h 30 au lieu de 17 h 30. Sur cette période, du lundi au vendredi, l’accueil du public s’effectuera de 8h30 à 12h30 et de 13h30 à 16h30

07/07/21 : Pyrénées-Atlantiques - 1 compagnie de CRS, 23 nageurs-sauveteurs CRS, 13 agents de police-secours et de BAC, 4 agents spécialisés dans l’investigation, 8 motards CRS soit 118 policiers vont cet été venir renforcer les forces de sécurité du département

07/07/21 : Saint-Médard-en-Jalles : le centre intercommunal de vaccination Covid 19 restera ouvert tout l’été, grâce à l'implication des 50 agents et 229 professionnels de santé des 6 communes partenaires qui s'y relaient. En 3 mois, 31000 doses ont été injectées

05/07/21 : EthicDrinks, le négoce vert bordelais est lauréat du 1er prix du “Millésime 2021” organisé par l’Adelphe, éco-organisme à but non lucratif axé sur le recyclage des emballages ménagers des entreprises et notamment dans le secteur des Vins et Spiritueux.+ d'info

05/07/21 : Les inscriptions universitaires 2021-2022 de l’Université de Pau et des Pays de l’Adour démarrent, de manière entièrement dématérialisée, mardi 6 juillet pour tous ses campus : Pau, Bayonne, Anglet, Mont-de-Marsan et Tarbes.+ d'info

01/07/21 : Mmes Albenga et Poulet, MM. Patin et Stambolis-Ruhstorfer, enseignants-chercheurs à l’Université Bordeaux Montaigne, ont été nommés membres de l'Institut Universitaire de France. La récompense la qualité scientifique de leurs activités universitaires.

- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 30/07/21 | Ouverture des candidatures pour la Semaine de la Diversité 2022

    Lire

    Pour la 6ème édition, la Ville de Bayonne organise du 1er au 8 mars 2022 la Semaine de la Diversité et de l’égalité des droits. Jusqu’au 20 septembre, les associations peuvent déposer leurs propositions sur les thèmes de la lutte contre les discriminations et la promotion de l’égalité ainsi que de la diversité culturelle et de la citoyenneté. Les projets sélectionnés percevront une aide de la ville. Toutes les informations sont disponibles sur le site de la Ville

  • 30/07/21 | A la découverte du bijou régional

    Lire

    Jusqu’au 19 septembre, le Musée Bernard d’Agesci de Niort propose l’exposition « Le bijou régional, une spécialité niortaise, fonctions, types ». Les visiteurs partiront à la découverte de plus de 200 bijoux traditionnels, d’outils et de machines ayant servi à leur fabrication. Autour de l’exposition, le Musée propose également 2 accrochages dans le grand hall : « Trésors d’archéologie : parures et objets de prestige » et « Bijoux contemporains ».

  • 29/07/21 | France Relance : Repeuplement forestier, les entreprises lauréates landaises

    Lire

    Forelite-Evolution à Arue, la SCEA Pépinières Planfor à Uchacq-et-Parentis, Bois de Gascogne à Saint-Eulalie-en-Born, Landes Forêt à Levignac, Planfor SAS à Uchacq-et-Parentis sont les 5 entreprises landaises soutenues dans le cadre du plan France relance pour leurs investissements dans des outils et matériels performants pour la production de plants qui seront utilisés pour le repeuplement forestier. Objectif: permettre plus de compétitivité et de résilience face aux défis climatiques. Au total, un coup de pouce de 386 470 euros.

  • 29/07/21 | La Nature a rendez-vous en Creuse en août

    Lire

    Tout au long du mois d’août, la Réserve Naturelle de l’étang des Landes en Creuse propose aux petits et aux grands des « Rendez-vous Nature ». Le 6 août, les petits pourront observer le plumage des oiseaux, le 11 août, partez à la découverte de la vie des abeilles en devenant le temps d’une journée un apiculteur ou encore devenez explorateur avec 4 épreuves sur le thème des oiseaux le 18 août. Programme et réservation

  • 29/07/21 | Les Crus artisans du Médoc ouvrent leurs portes

    Lire

    Comme chaque année, les Crus artisans du Médoc ouvrent leurs portes au public. Cette année, le rendez-vous est donné du 30 juillet au 1er août pour découvrir ou redécouvrir les vins et leur mode d’élaboration. Le public pourra par exemple pique-niquer au Château Tour Bel Air et se balader au milieu du vignoble Médocain.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Agriculture | Pays Royannais : un atelier de transformation pour les agriculteurs

25/01/2021 | La Communauté d’agglomération Royan Atlantique a lancé la création d’un atelier de découpe et de transformation pour les agriculteurs locaux

Yann Viaud est un des premiers agriculteurs à s'être lancé dans le projet avec la CARA

C’est le rêve de nombreux agriculteurs : avoir à proximité de son exploitation un atelier proposant un service de découpe et de transformation de sa production, animale ou végétale. Un lieu qui permettrait à l’agriculteur d’avoir la main sur la taille et le grammage des pièces de viande, par exemple, mais aussi de transformer les surplus de fruits et de légumes en bocaux, soupes et autres plats préparés. Le tout en ayant la maîtrise du prix de revente. C’est ce que va proposer la Communauté d’agglomération Royan Atlantique (CARA) à partir de fin 2021.

La CARA porte ce projet depuis 2016, suite à une demande forte des agriculteurs du territoire. Des éleveurs en particuliers. « Pour l’abattage des bêtes, ils vont à Surgères, Montguyon ou Chalais, mais ils doivent rajouter encore des kilomètres s’ils veulent faire découper ou transformer la viande, car les plus proches ateliers dédiés se trouvent en Vendée ou en Pays de la Loire, voire en Corrèze », explique Amandine Massé, responsable du pole agricole de la CARA. Sans compter que les résultats ne sont pas toujours à la hauteur de leurs attentes (lire par ailleurs).

Après une étude de faisabilité et une enquête auprès d’une petite centaine d’exploitants du territoire, six éleveurs et un maraîcher du secteur - de Saujon, Meschers, Mortagne et Sablonceaux - se sont fédérés autour du projet pour constituer une société. « Comme c’est un lourd investissement qu’ils ne peuvent assumer seuls, la CARA porte le projet sur le plan technique et financier, mais n’a pas vocation à gérer son fonctionnement », précise Amandine Massé. Les agriculteurs associés géreront la gouvernance, l’exploitation technique et le développement commercial de la structure. La société est prête à accueillir d’autres agriculteurs qui souhaiteraient s’investir dans le projet (1). Avantage pour les associés : ils seront décisionnaires dans les choix de fonctionnement et de développement de l’atelier, notamment sur les tarifs pratiqués. Car le pôle de transformation proposera ses services aux agriculteurs exterieurs - la CARA espère attirer des exploitants de la Saintonge proche et du nord Gironde. Deux salariés spécialisés en découpe et en transformation vont être embauchés d’ici l’ouverture. La société espère pouvoir pérenniser deux temps pleins d’ici trois ans.

Onze mois de travaux
La construction des locaux de 450 m2 a été lancée le 4 janvier 2021, sur un terrain de 3600 m2 de la zone d’activités économiques La Roue 2 à Saujon, à un quart d’heure de Royan. Le chantier devrait durer jusqu'en novembre, pour un démarrage de l'activité en décembre. Parmi les financeurs de ce projet à 2,2 millions d'euros, on retrouve l'Etat, l'Europe, la Région et le Département.

L’intérieur du local sera constitué en plusieurs zones de travail : un atelier de découpe, une pièce de transformation froide, une vraie cuisine de pro pour le chaud, une cave de salaison, séchage et affinage, ainsi qu’une zone de conditionnement (colisage, mise sous vide, emballage) et de stockage. Dans le local administratif attenant, un comptoir sur l’extérieur permettra aux professionnels de récupérer leurs colis. Amandine Massé précise : « Il n’y aura pas de magasin de producteurs sur place. L’idée, c’est de permettre aux agriculteurs de remporter leurs produits transformés pour qu’ils fassent de la vente directe, dans leur exploitation, sur les marchés ou dans des magasins de producteurs comme l’Escale fermière à Royan. Quelques éleveurs associés au projet y contribuent déjà ». La CARA espère ainsi inciter d'autres agriculteurs à se mettre aux circuits-courts.

(1) Renseignements auprès du service développement agricole de la CARA. Mail : developpement.economique@agglo-royan.fr. Tel : 05 46 22 19 19.

Une projection du projet d'atelier de découpe et de transformation à Saujon par le cabinet d'architectes Corset Roche et Associés

 

Un outil est très attendu par les éleveurs

Yann Viaud, producteur de porcs à Saujon, est un des premiers à avoir adhéré au projet, lors de son lancement en 2018. A l’époque, il expliquait réaliser jusqu’à 400 km certains jours entre les différents ateliers de découpe et de transformation (conserverie, charcuterie, etc) auxquels il confiait sa viande. Cette unité va lui permettre de gagner du temps et d’économiser sur les trajets. Il voit également un fort avantage à maîtriser la découpe de la viande de l’arrivée de la carcasse jusqu’à la vente de la viande. Car selon lui, « on n’obtient pas le même résultat selon si la découpe est mécanique ou réalisée au couteau à la main. Là, on pourra décider de l’épaisseur et des proportions, avoir des morceaux découpés dans le sens le viande et à maturité ».  Le collectif compte notamment s’inscrire dans une démarche sans colorant, sans conservateur ni aucun autre additif. Des critères pas toujours faciles à obtenir des ateliers privés, si l’on en croit les éleveurs. Le fait d’avoir la mainmise sur la découpe permettra également de réaliser des commandes sur-mesure. La société réfléchit notamment à la création d’une marque pour répondre à plusieurs aux demandes de la restauration collective, en particulier la restauration scolaire, qui travaille sur de gros volumes, et à laquelle les producteurs locaux ont du mal à répondre indépendamment.  

Anne-Lise Durif
Par Anne-Lise Durif

Crédit Photo : CARA/ Franck Prevel

Partager sur Facebook
Vu par vous
6458
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Agriculture<script src=" />
Agriculture
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 32 + 13 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

A lire ailleurs sur aqui.fr