Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

16/10/18 : Des opposants au projet du contournement de Beynac ont bloqué ce mardi à Vézac, les véhicules qui participaient à une visite de presse du chantier organisée par le Département. Sur décision de la préfecture, les gendarmes ont délogé les manifestants.

16/10/18 : Christelle Dubos, secrétaire de la commission des affaires économiques de l'Assemblée Nationale et députée girondine, a été nommée ce mardi secrétaire d'Etat auprès de la ministre des solidarités et de la santé, Agnès Buzyn.

16/10/18 : Remaniement - Christophe Castaner : ministre de l'Intérieur ; Marc Fesneau (MoDem) : secrétaire d'Etat aux relations avec le Parlement ; Franck Riester (Ex-LR) : ministre de la Culture ; Didier Guillaume (ex-PS) : ministre de l'Agriculture

16/10/18 : Remaniement suite - Jacqueline Gourault (MoDem) : ministre de la Cohésion des Territoires et des Collectivités Locales ; Marlène Schiappa : secrétaire d'Etat à l'Egalité Femmes-Hommes et à la lutte contre les discrimination

16/10/18 : Le 17 octobre à 11h15, un coaching des demandeurs d'emploi est organisé à la Chambre des Métiers et de l'Artisanat de Poitiers en vue de les accompagner avant le Forum emploi qui aura lieu le lendemain.

16/10/18 : Le Conseil municipal de Biarritz a voté par 20 voix pour, face à 15 contre, le projet de gestion du Palais proposé par le maire Michel Veunac à l'issue d'une réunion très tendue. Une conseillère municipale, Virginie Lannevère a démissionné

15/10/18 : A l'occasion de ses 25 ans, l’Université de La Rochelle propose une exposition sur l'histoire de l’établissement, « Histoire d’avenirs, chronique d’une université en mouvement », exposée du 16 octobre au 30 décembre au Cloître des Dames Blanches.

15/10/18 : Charente-Maritime : Pole emploi et le Département 17 organisent un forum des emplois saisonniers hivernaux, le 16 octobre DE 9h à 16h30 à la Maison de la Charente-Maritime, 85 boulevard de la République à La Rochelle. Entrée libre.

15/10/18 : Yves Foulon, maire d'Arcachon, a été élu ce week-end en tant que nouveau président du parti LR en Gironde. Il succède à Alain Juppé dans un scrutin dans lequel il était le seul candidat avec 100% des voix et 55,73% de participation.

15/10/18 : Dans le cadre du cycle de ses conférences-débats #europedémocratique2019, la Maison de l'Europe Bordeaux Aquitaine reçoit le 19/10 à 19h, Pascal Durand, eurodéputé Ecologiste sur le thème “L’Europe face au glyphosate: un signal d’alerte?”

11/10/18 : Ligne Ter Bordeaux-Agen : comité de ligne, lundi 15 octobre à 17h45, salle F. Mauriac, à Langon. Cette réunion est ouverte aux usagers et vise à échanger sur l'actualité de la ligne notamment sur les horaires prévus à partir du 9 décembre 2018.

- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 18/10/18 | Floirac : budgets participatifs n°2

    Lire

    A Floirac dans le cadre de la 2ème édition des budgets participatif, 160 000 € ont été réservés par le conseil municipal pour financer ces actions proposé par les habitants, dont 60 000 € pour des projets visant à améliorer le cadre de vie en milieu scolaire. 45 projets ont été déposés: 35 pour la ville, 10 pour les écoles. Le vote est désormais ouverts aux habitants jusqu'au 29 octobre, pour l'élection de 4 projets de ville et 3 projets d'écoles. Les 45 projets déposés sont présentés sur internet et à la M.270, où une urne est disposition pour le vote qui peut aussi se faire sur internet.

  • 18/10/18 | Une journée de travail autour des migrations

    Lire

    Samedi 20 octobre, de 9h30 à 17h le département DEFLE de l’Université Bordeaux 3 Montaigne à Talence accueille une journée de travail des Etats Généraux des migrations en Gironde portés localement par le collectif d'associations Collectif Réfugiés Solidarité 33. L'occasion à travers 6 ateliers de réfléchir et être force de proposition sur des thèmes liés à l'action, à la communication, et à la structuration du collectif, ainsi qu'aux conditions d’accueil des personnes migrantes en France, et particulièrement en Gironde. L’objectif est de préparer les actions que ce collectif militant veut organiser tout au long de l’année.

  • 18/10/18 | René Goscinny prend ses quartiers

    Lire

    Le Musée de la BD d’Angoulême accueille jusqu’au 2 janvier 2019 une exposition pour toute la famille « Goscinny et le cinéma, astérix, lucky luke et cie ». Cinéphile averti, Goscinny s’est nourri des classiques américains et européens avant que le cinéma ne s’empare de ses créations. Cette exposition met en lumière des centaines de documents dans une scénographie claire et ludique. Un parcours enfant permet aux plus jeunes de découvrir l’exposition tout en jouant et en se déguisant.

  • 17/10/18 | Les métiers de la propreté en lumière

    Lire

    Le 18 octobre aura lieu la 1ère journée nationale des métiers de la propreté afin de mettre en lumière ces métiers souvent oubliés. A Bordeaux, une animation dédiée au métier « Laveur de vitres » se déroulera de 10h à 12h entre la place de la Comédie et le cours Alsace-Lorraine avec entre autre une parade originale et décalée ou encore une boîte à CV place Saint-Projet à destination des demandeurs d'emploi. De 8h à 20h, la gare Saint-Jean accueillera une exposition éphémère #500000visages atour des jeunes en formation qui seront présents pour échanger avec le grand public.

  • 17/10/18 | La restauration du château de Commarque (24) récompensée

    Lire

    Le château de Commarque à Sireuil sur la commune des Eyzies -de- Tayac (24) vient de se voir décerner le grand trophée 2018 de la plus belle restauration d'un monument historique par le journal le Figaro. Doté de 30 000 euros, il a été remis au propriétaire Hubert de Commarque le 11 octobre à Paris. Ce prix récompense près d'un demi siècle de travaux menés par le propriétaire. Il accueille 45 000 visiteurs chaque année depuis son ouverture au public.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Agriculture | Périgueux et Bergerac mitonnent leur projet alimentaire avec l'aide de la Safer

21/04/2018 | En Dordogne, la Safer a su arbitrer pour proposer aux deux agglomérations des terres de qualité agronomique pour y installer de nouveaux projets agricoles.

Stéphanie Gressier, directrice de la Safer Dordogne

Depuis plusieurs années, la Safer de Dordogne propose des terres agricoles de belle qualité agronomique pour faire naître des projets innovants en agriculture. Ceux-ci correspondent aux souhaits des collectivités territoriales d'assurer la promotion de modèles agricoles diversifiés, respectueux de l'environnement, développant des produits de qualité bio et l'approvisionnement local. C'est ainsi que sont nés les deux projets alimentaires territoriaux des agglomérations de Bergerac et de Périgueux qui permettent d'agir concrètement en faveur d'une plus grande souveraineté alimentaire.

"Tout a débuté au Chambon sur Marsac-sur-l'Isle. Il s'est vendu du foncier agricole, des terres de grande qualité. La Safer a ainsi mis en réserve ce foncier qui représentait 32,75 ha : une partie a été revendue soit 11,26 ha avec des bâtiments pour créer un centre équestre en 2012. La safer a revendu en juin 2013 à la collectivité, devenue le grand Périgueux, une surface de 19,93 ha dans le but de créer à la fois un espace test agricole avec le concours du lycée agricole de Coulounieix et d'installer une activité maraichère, explique Stéphanie Gressier, directrice de la Safer Dordogne.
L'installation de deux jeunes maraichers au printemps 2017, après trois ans d'espace test,  allait donc préfigurer le futur Projet alimentaire territorial du Grand Périgueux. "Le projet alimentaire territorial du Grand Périgueux a été formalisé en 2017, après un diagnostic agricole fait l'année précédente par la Chambre d'agriculture. Il s'agit de coordonner toutes les actions agricoles, alimentaires, et aussi dans le domaine de la santé que nous menions depuis des années, explique Alain Buffière, maire de Sarliac et en charge des questions agricoles et de la ruralité au sein du Grand Périgueux. Le projet alimentaire territorial (PAT) s'inscrit dans la loi d'avenir agricole. C'est un outil. Le Grand Périgueux, qui compte 43 communes, a défini une politique agricole,  synonyme de développement économique. "Celle-ci a débuté en 2010, où l'on a oeuvré par une réintroduction d'activité maraichère en zone périurbaine qui avait disparu," précise Patricia Hamon, chargée du PAT, à la direction du développement économique du Grand Périgueux. 

La priorité : préserver le foncier agricole"Les principaux enjeux sont de préserver les terres agricoles et la valorisation du foncier non exploité  et encourager l'activité agricole en soutenant les agriculteurs présents en développant la production alimentaire bio en circuit court. Il s'agit aussi de développer le nombre d'agriculteurs, et aussi le salariat," précise Patricia Hamon. Parmi les autres enjeux définis, on note le renforcement de la diversification pour atteindre une autonomie alimentaire, en somme adapter l'offre à la demande, la création d'outils de transformation, de marques collectives, proposer une offre variée aux citoyens en prenant en compte, les aspects santé, environnementaux, sociaux et la lutte contre la gaspillage alimentaire. "Il existe une prise de conscience pour mener une politique agricole à l'échelle d'une agglomération, c'est générateur d'activité économique et de créations d'emploi," souligne Alain Buffière.

Alain Buffière, élu en charge de la ruralité au Grand Périgueux et Patricia Hamon chargé du projet alimentaire territorial

Rapprocher le consommateur du producteur

Le rôle de la Safer Dordogne est de repérer, arbitrer au sein du milieu agricole, encadrer juridiquement puis proposer des surfaces agricoles à la vente au Grand Périgueux pour y installer des projets agricoles s'inscrivant dans la politique de l'agglomération. C'est ainsi que la Safer a réservé des terres agricoles sur la commune de la Chancelade qu'elle s'est engagée à rétrocéder à l'agglomération dans le courant de l'année afin d'y permettre l'installation de deux projets agricoles. "En novembre dernier, nous avons retenu l'installation d'une jeune femme qui a le projet de faire du maraichage et d'élever des poules pondeuses sur la commune de Cornille. Dans ce cas précis, la collectivité n'est pas propriétaire des terres mais soutient ce dossier. Cette future agricultrice s'inscrit dans la démarche d'approvisionnement des cantines scolaires," précise Stéphanie Gressier. Les collectivités ont à coeur de rapprocher le consommateur du producteur.  Pour recréer ce lien qui a échappé aux circuits économiques actuels, il faut une action publique.
Stéphanie Gressier a conscience que parfois certains arbitrages ne font pas que des heureux y compris dans le monde agricole. "Nous nous heurtons à plusieurs conflits : il y a le conflit entre l'urbanisation et le maintien de la destination agricole du foncier, il y a le conflit entre les investisseurs qui ne sont pas des exploitants et qui veulent faire de l'agriculture pour défiscaliser, et le conflit entre plusieurs types d'agriculture." 
En Bergeracois, les acteurs locaux ont engagé un projet alimentaire territorial dès 2015 dans lequel la Safer est un partenaire privilégié. "Le projet a été lancé au départ, par le pays du Grand Bergeracois, repris par la communauté d'agglomération. "L'objectif est de structurer une filière de produits bios, en particulier des légumes avec Agrobio Périgord. Un site composé de terres agricoles et de bâtiments  a été acheté par la Safer, puis revendu à la collectivité en juin 2017 pour une surface de 12, 19 ha au lieu dit Nebouts à Prigonrieux. Sur ce site, il est prévu l'installation  de nouveaux agriculteurs bio à l'essai et la mise en place d'une légumerie pour la première transformation et la création d'une plate-forme de distribution de produits bio. Il y a quelques jours, les élus de CAB ont pris une délibération portant sur  l'achat de terres appartenant à la Safer sur la commune de Gardonne de 7,17 ha. Il est prévu d'installer un agriculteur bio en reconversion pour l'approvisionnement de la restauration collective," explique Philippe Perrin, directeur du développement économique de la CAB.  L'agglomération de Bergerac s'inscrit dans une logique de structuration de filière : il s'agit de proposer des volumes aux opérateurs et de signer des contrats entre producteurs et opérateurs. 

Faciliter l'installationL'objectif de la Safer demeure de faciliter l'installation des agriculteurs hors cadre familial par le portage temporaire de certaines propriétés, afin d'une part d'éviter que les terres agricoles partent à l'agrandissement ou à l'urbanisation et d'autre part de lisser le coût d'acquisition du foncier pour les nouveaux installés afin d'alléger leur endettement. Pour y parvenir, elle dispose d'outils : convention de mise à disposition, portage foncier, préemption  (8 % des transactions). Le stockage foncier, est un outil intéressant, conduit en partenariat avec le Département, la Région Nouvelle-Aquitaine : la Safer achète à la place du jeune le foncier non bâti et une location vente sur 5 ans est mise en place.  "Nous assurons aux collectivités des missions de veille et de conseils, par notre connaissance du terrain, des prix, par notre expertise. Nous sommes dans un débat constructif avec les élus sur cette préoccupation d'installer et de maintenir des actifs agricoles," résume la directrice de la Safer Dordogne.

Claude-Hélène Yvard
Par Claude-Hélène Yvard

Crédit Photo : Claude Hélène Yvard

Inno'action et agricultureCet article fait partie du dossier

Voir les autres articles de ce dossier
Partager sur Facebook
Vu par vous
9854
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Agriculture
Agriculture
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 20 + 16 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

A lire ailleurs sur aqui.fr