Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

25/05/18 : L'Hermione est arrivé hier à Pasaia, au pays basque espagnol, où elle restera jusqu'au 27 mai.

24/05/18 : "Accords commerciaux : CETA, Mercosur... où en sommes-nous?" C'est le thème de la conférence qu'organise dans ses locaux agenais la Maison de l'Europe 47. Elle sera animée par V.Rozière, députée européenne Sud-Ouest et J.Louge, conseiller au CESER.

23/05/18 : Charente-Maritime : le 19e festival des arts de la rue du bassin de Rochefort se tiendra ces vendredi et samedi à La Gripperie Saint-Symporien. Vingt compagnies de théâtre, de danse, de cirque et autres spectacles de rue sont attendus. Gratuit.

22/05/18 : Emmanuel Macron: 90 minutes de discours mais pas d'annonce, sinon celle d'un changement de méthode et cette phrase: "Pour juillet je veux qu’on ait finalisé un plan de lutte contre le trafic de drogue." Mais il n' y aura pas de plan banlieues.

22/05/18 : Le chantier de rénovation de l’A89 entre Libourne (33) et Mussidan (24) va nécessiter la fermeture partielle de l’échangeur de Montpon-Ménestérol (sortie 12), mercredi 23 et jeudi 24 mai, entre 7 h et 19 h. Durant ces deux jours, l’entrée sera fermée.

22/05/18 : Gauvin Sers et Les Tambours du Bronx seront les principales têtes d'affiche de la quinzième édition des Odyssées d'Ambès, festival gratuit qui se déroulera le 25 août prochain à partir de 15h. Entre 5 et 8000 visiteurs y sont attendus.

22/05/18 : La quatrième édition du festival ODP, qui s'est tenue du 18 au 20 mai à Talence, a réuni 17 000 personnes pour l'ensemble de ses concerts au profit des Sapeurs Pompiers de France, contre 19 000 en 2017 et 12 000 en 2016.

16/05/18 : La Cour d'Appel de Paris a condamné Jérôme Cahuzac ex-ministre du budget jugé pour fraude fiscale et blanchiment à 4 ans de prison, dont 2 avec sursis et à une amende de 300.000 euros et 5 ans d'inéligibilité. Sa peine de prison ferme sera aménagée.

- Publicité -
S’abonner ici !
- Publicité -
  • 25/05/18 | Contournement de Beynac (24) : 3 nouveaux référés rejetés

    Lire

    Les décisions du tribunal administratif de Bordeaux concernant le contournement de Beynac (Dordogne) se suivent et se ressemblent. À la suite de son audience du 15 mai, il a rejeté, trois nouvelles requêtes contre les arrêtés d’autorisation de travaux de la préfecture et de la commune de Castelnaud-la-Chapelle. Les opposants requérants ont été déboutés et condamnés à verser 500 euros chacun au Conseil départemental et à la commune de Castelnaud-la-Chapelle pour les frais de justice.

  • 25/05/18 | Laura Flessel en visite à La Rochelle

    Lire

    La ministre des Sports Laura Flessel est en visite en Charente-Maritime ce vendredi 25 mai pour échanger avec lors du congrès des élus en charge du Sport (ANDES), au sujet de la nouvelle agence du sport. La ministre doit également visiter le Pole France Voile, basé à La Rochelle. Elle remettra la médaille de bronze de la Jeunesse, des Sports et de l’Engagement associatif à M.Ancel, proviseur du Lycée Dautet, avant de visiter le bateau du cercle handi rochelais.

  • 24/05/18 | Regardez voler les fusées à Biscarrosse

    Lire

    Du 24 au 27 mai à Biscarrosse, 40 équipes s'affrontent au sein du Rocketry Challenge, le concours amateur international de fusées. Les jeunes collégiens et lycéens ont pour objectif de construire une fusée qui doit voler jusqu’à une certaine altitude sur un temps défini avec à son bord un œuf cru devant revenir au sol intact! Cette année, l’événement sera pour la première fois ouvert gratuitement au grand public le samedi 26 mai de 14h à 18h au Centre Culturel et Sportif de l’Arcanson. A voir!

  • 24/05/18 | Bordeaux: un projet de territoire numérique intelligent

    Lire

    Bordeaux Métropole vient de confier à SPIE ICS, filiale de services numériques du groupe SPIE, la conception, la fourniture et la maintenance d'un système de télégestion d'équipements connectés dans le quartier du stade Matmut Atlantique. Objectif de ce projet pilote de territoire numérique intelligent : « réduire les consommations énergétiques et collecter des informations sur les équipements publics afin d'optimiser les services proposés aux usagers ». Exemple : évaluer le taux de remplissage des containers permettra de rationaliser les tournées de relève et ainsi diminuer la pollution et le trafic.

  • 24/05/18 | Les huîtres du Bassin d'Arcachon toujours bloquées

    Lire

    Nouveau coup dur pour les huîtres du Bassin d'Arcachon : l'interdiction provisoire de la pêche et de la consommation de tous les coquillages prononcée vendredi par la préfecture de la Gironde n'a pas été levée, même après de nouvelles analyses effectuées par IFREMER ce lundi. En cause : la présence, toujours à un seuil supérieur à la norme, d'une micro-algue (dinophysis) pouvant potentiellement provoquer des troubles gastriques. Pour que l'interdiction soit levée, les ostréïculteurs du Bassin doivent attendre deux tests négatifs avant de reprendre la commercialisation, sauf en cas de stockage avant l'interdiction.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Agriculture | Périgueux et Bergerac mitonnent leur projet alimentaire avec l'aide de la Safer

21/04/2018 | En Dordogne, la Safer a su arbitrer pour proposer aux deux agglomérations des terres de qualité agronomique pour y installer de nouveaux projets agricoles.

Stéphanie Gressier, directrice de la Safer Dordogne

Depuis plusieurs années, la Safer de Dordogne propose des terres agricoles de belle qualité agronomique pour faire naître des projets innovants en agriculture. Ceux-ci correspondent aux souhaits des collectivités territoriales d'assurer la promotion de modèles agricoles diversifiés, respectueux de l'environnement, développant des produits de qualité bio et l'approvisionnement local. C'est ainsi que sont nés les deux projets alimentaires territoriaux des agglomérations de Bergerac et de Périgueux qui permettent d'agir concrètement en faveur d'une plus grande souveraineté alimentaire.

"Tout a débuté au Chambon sur Marsac-sur-l'Isle. Il s'est vendu du foncier agricole, des terres de grande qualité. La Safer a ainsi mis en réserve ce foncier qui représentait 32,75 ha : une partie a été revendue soit 11,26 ha avec des bâtiments pour créer un centre équestre en 2012. La safer a revendu en juin 2013 à la collectivité, devenue le grand Périgueux, une surface de 19,93 ha dans le but de créer à la fois un espace test agricole avec le concours du lycée agricole de Coulounieix et d'installer une activité maraichère, explique Stéphanie Gressier, directrice de la Safer Dordogne.
L'installation de deux jeunes maraichers au printemps 2017, après trois ans d'espace test,  allait donc préfigurer le futur Projet alimentaire territorial du Grand Périgueux. "Le projet alimentaire territorial du Grand Périgueux a été formalisé en 2017, après un diagnostic agricole fait l'année précédente par la Chambre d'agriculture. Il s'agit de coordonner toutes les actions agricoles, alimentaires, et aussi dans le domaine de la santé que nous menions depuis des années, explique Alain Buffière, maire de Sarliac et en charge des questions agricoles et de la ruralité au sein du Grand Périgueux. Le projet alimentaire territorial (PAT) s'inscrit dans la loi d'avenir agricole. C'est un outil. Le Grand Périgueux, qui compte 43 communes, a défini une politique agricole,  synonyme de développement économique. "Celle-ci a débuté en 2010, où l'on a oeuvré par une réintroduction d'activité maraichère en zone périurbaine qui avait disparu," précise Patricia Hamon, chargée du PAT, à la direction du développement économique du Grand Périgueux. 

La priorité : préserver le foncier agricole"Les principaux enjeux sont de préserver les terres agricoles et la valorisation du foncier non exploité  et encourager l'activité agricole en soutenant les agriculteurs présents en développant la production alimentaire bio en circuit court. Il s'agit aussi de développer le nombre d'agriculteurs, et aussi le salariat," précise Patricia Hamon. Parmi les autres enjeux définis, on note le renforcement de la diversification pour atteindre une autonomie alimentaire, en somme adapter l'offre à la demande, la création d'outils de transformation, de marques collectives, proposer une offre variée aux citoyens en prenant en compte, les aspects santé, environnementaux, sociaux et la lutte contre la gaspillage alimentaire. "Il existe une prise de conscience pour mener une politique agricole à l'échelle d'une agglomération, c'est générateur d'activité économique et de créations d'emploi," souligne Alain Buffière.

Alain Buffière, élu en charge de la ruralité au Grand Périgueux et Patricia Hamon chargé du projet alimentaire territorial

Rapprocher le consommateur du producteur

Le rôle de la Safer Dordogne est de repérer, arbitrer au sein du milieu agricole, encadrer juridiquement puis proposer des surfaces agricoles à la vente au Grand Périgueux pour y installer des projets agricoles s'inscrivant dans la politique de l'agglomération. C'est ainsi que la Safer a réservé des terres agricoles sur la commune de la Chancelade qu'elle s'est engagée à rétrocéder à l'agglomération dans le courant de l'année afin d'y permettre l'installation de deux projets agricoles. "En novembre dernier, nous avons retenu l'installation d'une jeune femme qui a le projet de faire du maraichage et d'élever des poules pondeuses sur la commune de Cornille. Dans ce cas précis, la collectivité n'est pas propriétaire des terres mais soutient ce dossier. Cette future agricultrice s'inscrit dans la démarche d'approvisionnement des cantines scolaires," précise Stéphanie Gressier. Les collectivités ont à coeur de rapprocher le consommateur du producteur.  Pour recréer ce lien qui a échappé aux circuits économiques actuels, il faut une action publique.
Stéphanie Gressier a conscience que parfois certains arbitrages ne font pas que des heureux y compris dans le monde agricole. "Nous nous heurtons à plusieurs conflits : il y a le conflit entre l'urbanisation et le maintien de la destination agricole du foncier, il y a le conflit entre les investisseurs qui ne sont pas des exploitants et qui veulent faire de l'agriculture pour défiscaliser, et le conflit entre plusieurs types d'agriculture." 
En Bergeracois, les acteurs locaux ont engagé un projet alimentaire territorial dès 2015 dans lequel la Safer est un partenaire privilégié. "Le projet a été lancé au départ, par le pays du Grand Bergeracois, repris par la communauté d'agglomération. "L'objectif est de structurer une filière de produits bios, en particulier des légumes avec Agrobio Périgord. Un site composé de terres agricoles et de bâtiments  a été acheté par la Safer, puis revendu à la collectivité en juin 2017 pour une surface de 12, 19 ha au lieu dit Nebouts à Prigonrieux. Sur ce site, il est prévu l'installation  de nouveaux agriculteurs bio à l'essai et la mise en place d'une légumerie pour la première transformation et la création d'une plate-forme de distribution de produits bio. Il y a quelques jours, les élus de CAB ont pris une délibération portant sur  l'achat de terres appartenant à la Safer sur la commune de Gardonne de 7,17 ha. Il est prévu d'installer un agriculteur bio en reconversion pour l'approvisionnement de la restauration collective," explique Philippe Perrin, directeur du développement économique de la CAB.  L'agglomération de Bergerac s'inscrit dans une logique de structuration de filière : il s'agit de proposer des volumes aux opérateurs et de signer des contrats entre producteurs et opérateurs. 

Faciliter l'installationL'objectif de la Safer demeure de faciliter l'installation des agriculteurs hors cadre familial par le portage temporaire de certaines propriétés, afin d'une part d'éviter que les terres agricoles partent à l'agrandissement ou à l'urbanisation et d'autre part de lisser le coût d'acquisition du foncier pour les nouveaux installés afin d'alléger leur endettement. Pour y parvenir, elle dispose d'outils : convention de mise à disposition, portage foncier, préemption  (8 % des transactions). Le stockage foncier, est un outil intéressant, conduit en partenariat avec le Département, la Région Nouvelle-Aquitaine : la Safer achète à la place du jeune le foncier non bâti et une location vente sur 5 ans est mise en place.  "Nous assurons aux collectivités des missions de veille et de conseils, par notre connaissance du terrain, des prix, par notre expertise. Nous sommes dans un débat constructif avec les élus sur cette préoccupation d'installer et de maintenir des actifs agricoles," résume la directrice de la Safer Dordogne.

Claude-Hélène Yvard
Par Claude-Hélène Yvard

Crédit Photo : Claude Hélène Yvard

Inno'action et agricultureCet article fait partie du dossier

Voir les autres articles de ce dossier
Partager sur Facebook
Vu par vous
8717
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Agriculture
Agriculture
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 29 + 11 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

A lire ailleurs sur aqui.fr