Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

23/06/19 : Chez les féminines, la belge Nafissatou Thiam remporte le Décastar à Talence. La bordelaise Solene Ndama termine 4° avec 6290 points, elle se qualifie pour les Championnats d'Europe Espoirs, mais échoue à 10 points de la qualification aux mondiaux.

22/06/19 : Au Décastar Talence, ce samedi 22 juin, la Championne Olympique belge Nafissatou Thiam a battu le record du stade de hauteur avec un saut à 2m02, 2ème performance mondiale de l'année, et record du monde de saut en Hauteur lors d'un heptathlon.

21/06/19 : Le 20 juin, Alexandra Siarri adjointe au maire de Bordeaux chargée de la Ville de demain, de la cohésion sociale et territoriale, a été élue présidente nationale de «France Médiation» qui fédère les 75 acteurs publics et privés de la médiation sociale

21/06/19 : Après Bordeaux, Blaye, La Rochelle, Dax et Mont-de-Marsan, Parthenay et Niort testent actuellement une nouvelle ligne de bus (la 12) fonctionnant au biogaz. Le projet est soutenu par la Région.

20/06/19 : Deux Sèvres : dimanche 23 juin, de 10 h à 18 h, la Maison du Département à Niort accueillera une trentaine d'activités sportives à tester gratuitement en famille. Basket, kendo, escrime, tir à l'arc, rugby fauteuil... dans une ambiance festive. Gratuit.

19/06/19 : L'Hebdomadaire "Le Point" classe en 3ème position parmi les 70 villes les plus attractives de France, Bayonne Anglet et Biarritz sur la Côte basque pour leur dynamisme économique, leur mobilité leur connectivité et la qualité de vie.

19/06/19 : Charentes: selon le BNIC, les dégâts causés par l'épisode orageux de cette nuit ont eu un niveau d'impact limité sur le vignoble, localisés à Salles d'Angles, Sigogne, Angeac-Champagne, St-Martial, Jarnac, Gensac, Genté, Jarnac-Champagne ou Chadenac.

19/06/19 : La Rochelle : dans le cadre de l’approbation du Plan local d'Urbanisme intercommunal, une enquête publique est ouverte jusqu'au 26 juillet, dans 60 permanences réparties dans l'agglomération. Registre en ligne : www.registre-dematerialise.fr/1359.

19/06/19 : En raison d’un changement de programme de dernière minute, la visite de Nicolas Thierry, vice-président en charge de l’environnement et de la biodiversité, à Iraty et à Esterençuby ce jeudi 20 juin est reportée sine die.

18/06/19 : Nathalie Lasserre, première conseillère du corps des tribunaux administratifs et des cours administratives d'appel est nommée sous-préfet de Nontron. Elle remplace Frédéric Roussel, nommé directeur de cabinet à la préfecture du Tarn à Albi.

14/06/19 : La Rochelle : Le Muséum d’Histoire Naturelle s’est vu décerné le Trophée Môm’Art 2018 aujourd'hui. L’association Môm’Art récompense chaque année une institution culturelle qui a signé sa Charte de démarche d’accueil des familles et des enfants.

14/06/19 : Dans son édition du 12/06 consacré à l’attractivité des villes, Le Point classe La Rochelle première des villes de 80 à 250 000 habitants. 1re sur la création d’emplois, elle se place 5e sur la masse salariale et 4e sur l’implantation d’entreprises.

- Publicité -
S’abonner ici !
- Publicité -
  • 24/06/19 | Vienne : la Préfecture au chevet d'Avanton

    Lire

    Après un arrêté interministériel daté du 21 juin 2019, la Préfecture de la Vienne annonce la reconnaissance de l'état de catastrophe naturelle pour Avanton. En effet, la commune a été fortement affectée par la sécheresse de l'été 2017, et la réhydratation des sols a provoqué plusieurs mouvements de terrain. Les sinistrés ont 10 jours à compter de la publication de l'arrêté au Journal officiel pour se manifester dans le cadre d'une indemnisation. Les demandes se font donc jusqu'au 2 juillet.

  • 24/06/19 | Virginie Calmels quitte Barnes

    Lire

    Virginie Calmels, ancienne numéro 2 des Républicains et ex adjointe d'Alain Juppé à Bordeaux, quitte ses fonctions de présidente de Barnes France et CEO de Barnes International et Hospitality prises en mars. Dans un communiqué, le groupe immobilier de luxe parle de "dissension majeures avec les actionnaires et d'une "décision devenue inévitable". La principale concernée a précisé dans un communiqué que la décision serait intervenue "suite au refus des actionnaires de me garantir leur accord pour la mise en œuvre des mesures correctrices préconisées" dans un rapport d'audit visant à "structurer le groupe".

  • 24/06/19 | Deux-Sèvres : la plus grande ferme de méthanisation de France inaugurée

    Lire

    Une nouvelle ferme de méthanisation a été inaugurée le 21 juin à Combrand (79). Avec une production énergétique équivalente à celle de 2500 foyers par an pour un recyclage de 45.000t de fumier, c'est le plus grand et le 1er site de méthanisation en France dont le biométhane produit est réinjecté dans le réseau de GRTgaz. Le projet est porté par un collectif d'une trentaine d'agriculteurs. La société GRTgaz souhaite développer d'autres projets pour arriver à 100% de gaz "propre" à l'horizon 2050.

  • 24/06/19 | Un budget supplémentaire de 168,8M€ pour la Charente-Maritime

    Lire

    Le Département 17 a adopté son budget supplémentaire 2019 lors de sa session d'été,le 21 juin. Avec 168,8M€, cette somme permet de réinvestir dans les budgets voirie (+12M€); péréquation (3,3 M€) dont le nouveau Fonds volontaire de soutien interdépartemental ; ports (+2,8 M€); travaux d'entretien du fleuve Charente (2,7 M€); ferroviaire (+2 M€) dans le cadre du Contrat de Plan Etat-Région; équipements SDIS (+1,3 M€). Tous budgets confondus, le budget global 2019 s’élève à 1,256 milliard d’euros.

  • 24/06/19 | Lascaux III va s'enrichir de nouveaux panneaux

    Lire

    Le Conseil départemental de la Dordogne va investir un million d'euros dans la fabrication de nouveaux fac-similés pour l'exposition internationale Lascaux III qui tourne désormais depuis l'automne 2012 dans le monde entier. La Direction régionale des affaires culturelles a donné son accord à ce projet. Les nouveaux panneaux reproduiront la célèbre salle des taureaux. Le conseil régional, co-actionnaire de la Société publique locale, sera sollicité pour participer financièrement à ce projet.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Agriculture | Peste porcine, la Dordogne appelle à la vigilance

29/03/2019 | En Dordogne le directeur des services vétérinaires a réuni les représentants des éleveurs et des chasseurs pour les mettre en alerte face à la peste porcine.

"La peste porcine africaine est une maladie extrêmement contagieuse qui touche exclusivement le porc et le sanglier.

En Dordogne, à des centaines de kilomètres des premiers cas de peste porcine africaine découverts en Belgique, Frédéric Piron, le directeur départemental des services vétérinaires de la Dordogne, a réuni jeudi les représentants des éleveurs, des chasseurs, les gardes-chasse, les équarrisseurs, pour les avertir du danger face à ce virus, très résistant, mais sans danger pour l'être humain. La survenance d'un cas avéré en Dordogne aurait des conséquences économiques graves sur la filière porcine. Le but de cette rencontre était de mieux organiser les procédures d'alerte au moindre cas suspect.

 Forte de l'expérience passée et acquise sur l'influenza aviaire, la Direction départementale de cohésion sociale et de la protection des populations de la Dordogne, qui englobe les services vétérinaires, préfère prévenir que guérir que d'avoir à gérer dans l'urgence une nouvelle crise sanitaire. Une réunion s’est tenue jeudi après-midi à la DDCSPP, en présence notamment de représentants locaux de la filière porcine, de la chambre d’agriculture, du groupement de défense sanitaire, de la fédération départementale de chasseurs, de parcs zoologiques. Le principal objectif était d'appeler chacun à la vigilance quant à la fièvre porcine africaine, virus sans danger pour l'homme mais dont la survenance d'un seul cas aurait des conséquences graves, notamment économiques.
"La peste porcine africaine est une maladie extrêmement contagieuse qui touche exclusivement le porc et le sanglier. Elle ne présente aucun danger pour l’homme. Chez ces espèces, en revanche, dans sa forme aiguë, elle entraîne une forte mortalité. Il s’agit d’une maladie virale contre laquelle il n’existe ni traitement, ni vaccin," précise Frédéric Martin, de la DDSCPP. "C'est une saloperie, car la maladie se transmet  non seulement par contact avec un animal malade ou en phase d’incubation mais également par contact indirect avec des déjections animales ou par la consommation de produits à base de viande d’animaux infectés. En effet, le virus résiste très longtemps aux opérations de salaison et de congélation, parfois plus d’un an."
L’apparition d’un premier foyer sur un élevage porcin français se traduirait par la perte du statut sanitaire et par la fermeture des marchés échanges/exports pour les porcs vivants et les produits alimentaires à base de porcs. Les conséquences économiques sur la filière porcine seraient majeures. "En septembre, la maladie a été détectée en Belgique sur des sangliers à quelques kilomètres de la frontière française On ne connaît pas l’origine de cette contamination. A ce jour, 710 sangliers trouvés morts dans la zone contaminée délimitée par la Belgique se sont révélés porteurs de virus la fièvre porcine et la maladie continue de progresser vers la frontière française,"précise Frédéric Piron, le directeur de la DDCSPP.
En Belgique, comme en France, des dispositions ont été prises pour détecter précocement la maladie par le dépistage par sondage sur des sangliers abattus et pour limiter son extension, notamment par la pose de plusieurs centaines de kilomètres de clôtures de part et d’autre de la frontière, dépeuplement du sanglier dans une zone «blanche » frontalière.

250 éleveurs de porcs en Dordogne

En Dordogne, les services de l'Etat sans alarmer appellent à la vigilance de chacun. Il suffit de restes de sandwich jeté dans la nature et mangé par un sanglier pour qu'un cas survienne. La Dordogne compte 250 éleveurs de porcs (dont 110 élevages en plein air), et 35 élevages de sangliers. Cela représente 180 000 porcs charcutiers et 5000 reproducteurs.
Ces derniers sont particulièrement exposés à un risque de contamination par la faune sauvage. La densité des populations de sangliers sauvages est importante dans le département, malgré les relèvements des plans de chasse et du nombre de colliers. Un évènement sanitaire de cet ordre aurait un impact majeur dans cette espèce. Sur l’ensemble du territoire national, le réseau d’épidémio-surveillance de la faune sauvage « SAGIR » a été ajusté compte tenu de l’actualité du risque sanitaire et permet de surveiller l’éventuelle apparition de la maladie sur des cadavres de sangliers. Les services vétérinaires demandent aux chasseurs, garde chasse, agents forestiers, éleveurs de signaler le moindre cas suspect. A cette surveillance accrue, s'ajoutent un certain nombre de mesures, notamment la déclaration obligatoire pour tout détenteur de porc de se déclarer auprès de l’établissement départemental de l’élevage dès le premier porc, même ceux qui possèdent un cochon de compagnie, l'obligation pour les éleveurs professionnels de mettre en place des mesures de biosécurité dans leur élevage à partir du 1er janvier 2020, l'obligation pour tout éleveur de désigner au sein de son élevage un référent biosécurité qui aura l’obligation de se former à la biosécurité. 

Cette réunion a aussi permis de jeter les bases d’une procédure d’alerte des acteurs et partenaires locaux de la filière par la DDCSPP en cas de suspicion de manière à enclencher rapidement la mise en interdit d’un élevage suspect d’être infecté et de délimiter au besoin des périmètres de surveillance et de protection autour de cet élevage.

Claude-Hélène Yvard
Par Claude-Hélène Yvard

Crédit Photo : Fédération des chasseurs de la Dordogne

Inno'action et agricultureCet article fait partie du dossier

Voir les autres articles de ce dossier
Partager sur Facebook
Vu par vous
7160
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
2 réactions
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Agriculture
Agriculture
Retour à la page d'accueil
Accueil
Joël Aubert | 01/04/2019

Rassurez-vous aucune volonté d'oubli de la part de Claude-Hélène Yvard. Il s'agit bien de la direction départementale de la cohésion sociale et de la protection des populations DDCSPP créée en 2007 qui réunit les services de santé animale et vétérinaires, les services de la vie associative et les délégations de jeunesse et sports départementales. Pour une meilleure compréhension , on parle communément de services vétérinaires, en l'occurrence concernée par le sujet. Au tout début de l'article, le nom du service de l'Etat est cité en toutes lettres et sa dénomination est complète

NatalyR | 31/03/2019

Bonjour,
Les services départementaux vétérinaires n'existent plus depuis 2009. Même si vulgairement, on peut dire que ces services ont été englobés dans les Directions Départementales de la Protection des Populations.
Merci d'être plus précis dans les noms des services cités compétents en matière de Santé et protection Animale.
Etre connu pour être reconnu. Il me semble important que les usagers connaissent les services de l'Etat vers lesquels ils peuvent éventuellement s'adresser.

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 26 + 12 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

A lire ailleurs sur aqui.fr