Devenez actionnaire d'aqui.fr

24/01/22 : Elisabeth Badinter, philosophe et Robert Badinter, artisan de l’abolition de la peine de mort, adressent aux élèves du collège d'Angresse (Landes) qui porte désormais leur nom, un message plein d'espoirs en forme de plaidoyer humaniste pour l’école.+ d'info

21/01/22 : Hermione Académie, la mission formation de l’Association Hermione – La Fayette réunit désormais plusieurs formations: le cycle « Savoir-être, savoir-faire, savoir agir », les séminaires « Esprit d’équipage » et le programme « Engagement citoyen ».+ d'info

21/01/22 : Du 27 janvier au 31 mars, un centre de dépistage du Covid-19 va être installé au pied du Château Diable à Cenon. De 13h à 16h, sur rdv la population pourra réaliser des tests antigéniques. Les rdv doivent être pris sur Doctolib.

20/01/22 : En Dordogne, la disparition de Gaspard Ulliel, hier à l'âge de 37 ans, laisse le souvenir d'un jeune homme charmant et sympathique. L'acteur avait tourné "Jacquou le Croquant" en Dordogne. L'avant-première avait eu lieu à Montignac en janvier 2007.

19/01/22 : Bayonne lance la seconde édition de son budget participatif doté de 300 000 euros. Dès 9 ans, les habitants proposent des projets liés au vivre ensemble et au développement durable. Ils sont sélectionnés et soumis au vote. Puis la Ville réalise!+ d'info

17/01/22 : Le 22 mars, c'est à Cognac en Charente que se tiendra la première cérémonie des nouveaux étoilés du Guide Michelin en région. L'occasion, selon le guide rouge, de mettre en lumière “une ville et un territoire qui témoignent de l’excellence française”.

12/01/22 : Ce 12 janvier, le centre de vaccination de Pau ouvre 2 lignes de vaccination pour les enfants de 5 à 11 ans. Soit une capacité de 60 rendez-vous pédiatriques journaliers. La présence d'un des 2 parents est obligatoire pour répondre au questionnaire médica+ d'info

10/01/22 : Les Pyrénées-Atlantiques sont placés en vigilance rouge crues depuis hier. Les tronçons du Gave d'Oloron, Gave de Pau Béarnais ou encore du Saison risquent de vivre ce lundi des crues comparables voire supérieures à celles, record, de décembre 2021.

10/01/22 : Les Pyrénées-Atlantiques sont placés en vigilance rouge pluies et inondations depuis hier. Entre dimanche et lundi, on attend des cumuls de 50 à 80 mm en plaine, 100 à 130 mm sur les premiers contreforts, vallées et piémont, 150 à 250 mm en montagne.

07/01/22 : Football: le Bergerac Périgord Football club, dernier club aquitain en lice, devra se délocaliser pour recevoir l’AS Saint-Étienne en 8es de finale de la Coupe de France. Le match aura lieu au stade Francis-Rongiéras de Périgueux, le 30 janvier.

06/01/22 : START-UP : Les acteurs technologiques et innovants de Nouvelle-Aquitaine ont levé plus de 280 millions d'euros en 2021. Un record historique confirmé au 4ème trimestre avec 11 opérations et un peu plus de 28M€ levés.

06/01/22 : Le musée des Beaux-Arts de Libourne annonce une bonne nouvelle en ce début d'année : l'exposition "Toulouse-Lautrec, la naissance d’un artiste" qui aurait du s'achever au 9 janvier, joue les prolongation jusqu’au 16 janvier 2022 ! A voir!+ d'info

- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 25/01/22 | Deux-Sèvres : une enquête sur les pratiques alimentaires

    Lire

    Afin de mieux cerner et satisfaire les attentes des Deux-Sèvriens, le Département vient de lancer une grande enquête sur leurs habitudes alimentaires, leurs pratiques... Cette enquête a pour objectif d'harmoniser la demande du consommateur et d'offrir une agriculture responsable. Les résultats de cette enquête seront donnés en mars et constitueront la base du plan d'actions en matière de développement des produits, des outils de transformation et de distribution, et de relocalisation de certaines productions.

  • 25/01/22 | Soldes d’hiver : un démarrage décevant à Bordeaux

    Lire

    D’après une enquête de la CCI Bordeaux Gironde, l’entame des soldes d’hiver ne répond pas aux attentes espérées et ce, depuis quatre ans. En ce début d’année, près de 3/4 des commerçants bordelais se disent déçus quant au démarrage des soldes d’hiver, une baisse de 60% du trafic piéton s’est fait ressentir dans le centre-ville. Cependant, les chiffres d’affaires semblent moins touchés, et les ventes ont bondi durant les fêtes de Noël.

  • 25/01/22 | Robert Doisneau fait déjà 7000 vues au musée de Bayonne

    Lire

    7 000 visiteurs ont déjà découvert les 143 images de différents formats signés du photographe humaniste et pionnier du photojournalisme français, Robert Doisneau. Les rues de Paris, les portraits d’enfants, les célébrités, mais aussi quelques images tirées de son album personnel. Un atelier d’écriture et surtout un concours photo « À la Doisneau » (jusqu’au 13 février) complètent l'exposition. Entrée libre, du mardi au dimanche 13H à 18h, jusqu'au 20 février. DIDAM, 6, quai de Lesseps à Bayonne

  • 25/01/22 | Dordogne : fermeture ponctuelle de la Flow Vélo

    Lire

    Le Conseil départemental de la Dordogne entreprend des travaux d’abattage et d’élagage sur l’ensemble du linéaire de la voie verte Flow Vélo, entre Saint-Pardoux-la-Rivière et Thiviers, à compter du lundi 24 janvier et pour une durée de trois semaines. Ces travaux mobiles nécessitent la fermeture ponctuelle au public de portions de voie. Une signalétique sera mise en place sur chaque entrée pour informer les utilisateurs. La circulation sur la Voie Verte sera rétablie en totalité pour les week-end.

  • 24/01/22 | Lormont (33) expérimente le permis de louer

    Lire

    Afin d'agir "contre le mal logement et inciter les propriétaires à améliorer l’état de leur bien mis en location", la commune de Lormont applique désormais le "permis de louer" principalement sur le secteur Vieux bourg, la "déclaration de mise en location" et, sur l'ensemble de la commune, le "permis de diviser" qui conditionne à une autorisation administrative, les travaux de découpage d’un bien en plusieurs appartements. Les démarches sont à réaliser en ligne auprès des services de Bordeaux Métropole qui met à disposition des cartes interactives sur les périmètres concernés par ces dispositifs.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Agriculture | Peste porcine, la Dordogne appelle à la vigilance

29/03/2019 | En Dordogne le directeur des services vétérinaires a réuni les représentants des éleveurs et des chasseurs pour les mettre en alerte face à la peste porcine.

1

En Dordogne, à des centaines de kilomètres des premiers cas de peste porcine africaine découverts en Belgique, Frédéric Piron, le directeur départemental des services vétérinaires de la Dordogne, a réuni jeudi les représentants des éleveurs, des chasseurs, les gardes-chasse, les équarrisseurs, pour les avertir du danger face à ce virus, très résistant, mais sans danger pour l'être humain. La survenance d'un cas avéré en Dordogne aurait des conséquences économiques graves sur la filière porcine. Le but de cette rencontre était de mieux organiser les procédures d'alerte au moindre cas suspect.

 Forte de l'expérience passée et acquise sur l'influenza aviaire, la Direction départementale de cohésion sociale et de la protection des populations de la Dordogne, qui englobe les services vétérinaires, préfère prévenir que guérir que d'avoir à gérer dans l'urgence une nouvelle crise sanitaire. Une réunion s’est tenue jeudi après-midi à la DDCSPP, en présence notamment de représentants locaux de la filière porcine, de la chambre d’agriculture, du groupement de défense sanitaire, de la fédération départementale de chasseurs, de parcs zoologiques. Le principal objectif était d'appeler chacun à la vigilance quant à la fièvre porcine africaine, virus sans danger pour l'homme mais dont la survenance d'un seul cas aurait des conséquences graves, notamment économiques.
"La peste porcine africaine est une maladie extrêmement contagieuse qui touche exclusivement le porc et le sanglier. Elle ne présente aucun danger pour l’homme. Chez ces espèces, en revanche, dans sa forme aiguë, elle entraîne une forte mortalité. Il s’agit d’une maladie virale contre laquelle il n’existe ni traitement, ni vaccin," précise Frédéric Martin, de la DDSCPP. "C'est une saloperie, car la maladie se transmet  non seulement par contact avec un animal malade ou en phase d’incubation mais également par contact indirect avec des déjections animales ou par la consommation de produits à base de viande d’animaux infectés. En effet, le virus résiste très longtemps aux opérations de salaison et de congélation, parfois plus d’un an."
L’apparition d’un premier foyer sur un élevage porcin français se traduirait par la perte du statut sanitaire et par la fermeture des marchés échanges/exports pour les porcs vivants et les produits alimentaires à base de porcs. Les conséquences économiques sur la filière porcine seraient majeures. "En septembre, la maladie a été détectée en Belgique sur des sangliers à quelques kilomètres de la frontière française On ne connaît pas l’origine de cette contamination. A ce jour, 710 sangliers trouvés morts dans la zone contaminée délimitée par la Belgique se sont révélés porteurs de virus la fièvre porcine et la maladie continue de progresser vers la frontière française,"précise Frédéric Piron, le directeur de la DDCSPP.
En Belgique, comme en France, des dispositions ont été prises pour détecter précocement la maladie par le dépistage par sondage sur des sangliers abattus et pour limiter son extension, notamment par la pose de plusieurs centaines de kilomètres de clôtures de part et d’autre de la frontière, dépeuplement du sanglier dans une zone «blanche » frontalière.

250 éleveurs de porcs en Dordogne

En Dordogne, les services de l'Etat sans alarmer appellent à la vigilance de chacun. Il suffit de restes de sandwich jeté dans la nature et mangé par un sanglier pour qu'un cas survienne. La Dordogne compte 250 éleveurs de porcs (dont 110 élevages en plein air), et 35 élevages de sangliers. Cela représente 180 000 porcs charcutiers et 5000 reproducteurs.
Ces derniers sont particulièrement exposés à un risque de contamination par la faune sauvage. La densité des populations de sangliers sauvages est importante dans le département, malgré les relèvements des plans de chasse et du nombre de colliers. Un évènement sanitaire de cet ordre aurait un impact majeur dans cette espèce. Sur l’ensemble du territoire national, le réseau d’épidémio-surveillance de la faune sauvage « SAGIR » a été ajusté compte tenu de l’actualité du risque sanitaire et permet de surveiller l’éventuelle apparition de la maladie sur des cadavres de sangliers. Les services vétérinaires demandent aux chasseurs, garde chasse, agents forestiers, éleveurs de signaler le moindre cas suspect. A cette surveillance accrue, s'ajoutent un certain nombre de mesures, notamment la déclaration obligatoire pour tout détenteur de porc de se déclarer auprès de l’établissement départemental de l’élevage dès le premier porc, même ceux qui possèdent un cochon de compagnie, l'obligation pour les éleveurs professionnels de mettre en place des mesures de biosécurité dans leur élevage à partir du 1er janvier 2020, l'obligation pour tout éleveur de désigner au sein de son élevage un référent biosécurité qui aura l’obligation de se former à la biosécurité. 

Cette réunion a aussi permis de jeter les bases d’une procédure d’alerte des acteurs et partenaires locaux de la filière par la DDCSPP en cas de suspicion de manière à enclencher rapidement la mise en interdit d’un élevage suspect d’être infecté et de délimiter au besoin des périmètres de surveillance et de protection autour de cet élevage.

Claude-Hélène Yvard
Par Claude-Hélène Yvard

Crédit Photo : Fédération des chasseurs de la Dordogne

Inno'action et agricultureCet article fait partie du dossier

Voir les autres articles de ce dossier
Partager sur Facebook
Vu par vous
16092
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
2 réactions
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Agriculture<script src=" />
Agriculture
Retour à la page d'accueil
Accueil
Joël Aubert | 01/04/2019

Rassurez-vous aucune volonté d'oubli de la part de Claude-Hélène Yvard. Il s'agit bien de la direction départementale de la cohésion sociale et de la protection des populations DDCSPP créée en 2007 qui réunit les services de santé animale et vétérinaires, les services de la vie associative et les délégations de jeunesse et sports départementales. Pour une meilleure compréhension , on parle communément de services vétérinaires, en l'occurrence concernée par le sujet. Au tout début de l'article, le nom du service de l'Etat est cité en toutes lettres et sa dénomination est complète

NatalyR | 31/03/2019

Bonjour,
Les services départementaux vétérinaires n'existent plus depuis 2009. Même si vulgairement, on peut dire que ces services ont été englobés dans les Directions Départementales de la Protection des Populations.
Merci d'être plus précis dans les noms des services cités compétents en matière de Santé et protection Animale.
Etre connu pour être reconnu. Il me semble important que les usagers connaissent les services de l'Etat vers lesquels ils peuvent éventuellement s'adresser.

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 27 + 7 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

A lire ailleurs sur aqui.fr