Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

22/10/21 : Après avoir été retenue pour devenir centre de préparation aux Jeux Olympiques dans 17 disciplines, la ville de Pau vient également d'être adoubée pour 3 nouvelles disciplines : le skateboard, le basketball 3*3 et le breakdance.

20/10/21 : Après un arrêt forcé en mars 2020 en raison de la crise sanitaire, Chalair annonce la reprise de la ligne Bordeaux-Montpellier à partir du lundi 15 novembre 2021, à raison de 4 fréquences hebdomadaires

19/10/21 : Pau Béarn Pyrénées Mobilités et ses Partenaires Engagés lancent la 3ème campagne d’Aide à l’achat Vélos, dont l'offre est doublée cette année. Cette 3ème session d’instruction des demandes aura lieu du lundi 1er novembre au mardi 30 novembre 2021.

15/10/21 : Saint-Médard en Jalles poursuit sa concertation sur son futur "Plan vélo et autres mobilités actives" pour déterminer les actions à prévoir en terme d'aménagement, d'éducation, de prévention ou de promotion. Rdv le 18 octobre et le 3 novembre+ d'info

15/10/21 : Rencontres, animations, spectacle, exposition, ciné-débats, atelier, handisport... Du 2 au 16 novembre, la 8ème édition de la Quinzaine de l'Egalité et la Diversité débarque à Bordeaux et dans la métropole. Une fois encore le programme sera riche !+ d'info

15/10/21 : Talence organise samedi 16 octobre de 10h à 19h, une journée consacrée aux sports, mis à l’honneur avec une "Journée olympique" et la "course des 5 et 10 km" : un grand rendez-vous sportif afin de préparer les JO de Paris 2024 et soutenir nos athlètes+ d'info

07/10/21 : À partir du 17 décembre, Volotea proposera une nouvelle ligne au départ de l’aéroport de Bordeaux-Mérignac à destination de l’aéroport de Lille 2 fois par semaine en décembre et en janvier puis 6 fois par semaine à partir d’avril 2022.

07/10/21 : Dans le cadre des travaux de la déviation du Taillan-Médoc, la section à 2x2 voies de la RD 1215E1, route à grand trafic, sera réduite à 1 voie dans le sens Bordeaux-Le Verdon, du 11/10 au 11/11 et dans le sens Le Verdon-Bordeaux, du 18 au 19 octobre

05/10/21 : L'Etat et la Région ont sélectionné 17 nouveaux lauréats au fonds d’accélération des investissements industriels dans le cadre du plan France Relance. Ces 17 projets représentent 6 M€ de subventions sur un total pour l'heure de 63 M€ et 126 lauréats.+ d'info

05/10/21 : Au 31 juillet 2021, l’État a investi au titre de son plan France Relance 2,75 Mds € en Nouvelle-Aquitaine dont 770 M€ pour le volet transition écologique, 924 M€ pour le volet compétitivité et plus d’1Md pour le volet cohésion sociale et territoriale

- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 25/10/21 | Mont-de-Marsan : Une enquête pour accélérer transition écologique

    Lire

    Afin d'associer tous les acteurs du territoire à la transition écologique et de pouvoir mettre en œuvre les actions les plus efficaces, Mont-de-Marsan Agglo a lancé 2 enquêtes publiques. Les habitants et les entreprises ont jusqu'au 15 novembre pour y répondre. Début décembre, après avoir récolter les avis de tous sur les projets et les idées d'actions, plusieurs ateliers de concertation seront organisés afin de co-construire la stratégie de transition écologique. Les enquêtes sont disponibles sur le site de l'agglomération.

  • 25/10/21 | Une ressourcerie à Uzerche

    Lire

    L'association « Aux Pas Perdus » à Uzerche en Corrèze a pour objectif de contribuer à la mise en place d'actions de gestion des déchets en intégrant le réemploi depuis 2017. Les membres de l'association ont décidé de créer une ressourcerie afin de réduire les déchets et leurs coûts de traitement et ainsi développer les filières locales de valorisation. Cette nouvelle activité va permettre de créer 4 emplois. Pour les aider dans cette démarche, la Région a décidé de les soutenir à hauteur de 43 450 €.

  • 25/10/21 | Challenge Positif 2021 c'est parti !

    Lire

    Eurekatech et Grand Angoulême ont lancé le 7 octobre la 2ème édition du Challenge Positif. Ce concours, à la fois local et programme d'apprentissage des techniques de l'entrepreneuriat innovant, ambitionne de détecter et de développer des projets à vertue positive pour le territoire et les habitants. Tout le monde peut déposer jusqu'au 10 novembre un projet innovant sur le site d'Eurekatech. A partir de décembre, les lauréats bénéficieront d'un programme pour apprendre les techniques de l'entrepreneuriat innovant.

  • 22/10/21 | GPSO: pas de concomitance pour Bordeaux-Toulouse et Bordeaux-Dax, mais presque

    Lire

    Guy Kauffman récemment nommé directeur de projet des LGV nouvelles était invité à la session plénière du Département des Landes ce vendredi. Face à la question du phasage des travaux des lignes Bordeaux-Toulouse et Bordeaux-Dax, au sein du GPSO, il a esquissé une réponse: "Le préambule du plan de financement va sans doute proposer que l'on enchaîne les travaux sans poser la pioche entre les 2 lignes. Le préfet coordonnateur a bien compris cette demande unanime des collectivités".

  • 22/10/21 | Bus à haut niveau de service à Périgueux : une expérimentation dès le 25 octobre

    Lire

    Le Grand Périgueux va réaliser des aménagements rue du Président Wilson, place Bugeaud et place Francheville, à Périgueux, pour permettre la circulation de Bus à Haut Niveau de Service (BHNS). Ils feront l’objet d’une expérimentation grandeur nature du 25 octobre au 26 novembre pour en valider la faisabilité avant de les engager. Le dispositif s’appuiera sur une trentaine de postes d’enquête, captant l’origine et la destination des véhicules et 24 points de comptage automatique. Il permettra d’évaluer la répercussion des aménagements envisagés.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Agriculture | Philippe de Guenin, Draaf de Nouvelle-Aquitaine : la Safer est au coeur du contrôle des structures

28/04/2019 | En poste depuis un an, en Nouvelle-Aquitaine, le DRAAF évoque sa mission de gendarme de l'Etat et son rôle de conseil.

1

L’Etat assure un rôle de tutelle dans les décisions prises par la Safer : les décisions sont validées par les commissaires du gouvernement. Philippe De Guénin, directeur régional de l’agriculture, de l’alimentation de la forêt en Nouvelle-Aquitaine, en poste depuis un an, évoque ses missions et ce droit de véto sur les dossiers qui lui sont soumis à validation. Conscient de son rôle de gendarme de l’Etat, Philippe de Guénin souhaite privilégier le compromis et le dialogue permanent avec la Safer, estimant que c'est une instance de débat démocratique.

@qui!: Quelles sont vos missions dans le cadre des relations que vous entretenez avec la Safer ?
Phillippe De Guénin, DRAAF Nouvelle-Aquitaine. En tant que
directeur régional de l’agriculture, je suis commissaire du gouvernement auprès de la Safer, de par la loi. J’ai un poste très particulier car je siège à la fois dans les instances de la Safer et en même temps, je peux exercer une sorte de droit de véto, car je peux m’opposer à une décision qui a été prise. Mon rôle est de veiller  à ce que que les décisions soient conformes à la réglementation. Cela consiste principalement à un contrôle de légalité interne. Mon objectif est d’y avoir recours le moins possible. Les désaccords sur les tarifs sont du ressort, du commissaire du gouvernement aux finances, plus compétent que moi dans ce domaine. Il contrôle et valide les prix proposé par la Safer, en particulier pour les préemptions. Les prix sont surveillés et doivent être cohérents avec les marchés fonciers observés. Il observe les prix du marché en fonction des transactions. Mon rôle d’être vigilant sur les aspects qui relèvent du contrôle des structures. Mes domaines de compétences relèvent du ministère de l’agriculture : cela peut être dans des cas de rétrocession, hors du cadre de préemption des Safer ou dans ce cadre. La rétrocession doit être conforme aux régles du contrôle des structures et en s’inspirant du schéma régional des exploitations agricoles. 

@qui!: Vous évoquez votre rôle de gendarme de l'Etat, avez vous également un rôle de conseil ?
Philippe de Guénin :
Un des objectifs communs de la Safer et de la direction régionale est de faire appliquer les mêmes lois. De fait, nous sommes des partenaires. En tant que directeur régional, j'interviens de façon régalienne sur les autorisations d'exploiter. La Safer intervient de façon marchande sur les transactions avec des missions de services publics. Elle peut utiliser son pouvoir de préemption qui lui est conféré par l'Etat. En échange, j'exerce une surveillance. En réalité, on se conseille, on s'écoute mutuellement. Les relations sont permanentes. Notre service a besoin d'un bras armé dans un domaine où certes, il y a des lois, mais il n'est pas opérateur de marché. Sur le terrain, les conseillers Safer connaissent bien les procédures, ils sont capables d'agir efficacement. Mon objectif est d'avoir recours le moins possible à mon droit de véto : je l'ai exercé une seule fois en Nouvelle-Aquitaine. Le but recherché, c'est d'échanger pour que je n'ai pas à m'en servir. Lorsque l’arbitrage me paraît entaché d’une illégalité, la recherche d’un compromis va toujours être privilégiée. Le fait que je peux exercer de droit de véto,  change considérablement la teneur de certaines délibérations. Je cherche à infléchir la discussion et la Safer fait des propositions, pour que nous tombions sur une décision conforme au droit.

@qui!: considérez vous la Safer, comme un lieu de démocratie foncière ?
Phillppe de Guénin
: A mes yeux, la Safer est un lieu d'échanges où chacun peut s'exprimer. Le conseil est représentif des productions agricoles, des sensibilités syndicales et des réalités des filières. C'est un endroit où l'on peut se parler, évoquer les problèmes de territoires. Les avis se prennent après débats qui génèrent dans la grande majorité des cas, un consensus. Le climat n'est pas toujours parfait mais c'est un lieu démocratique au sens où il existe une vraie place au débat. Il y a des limites réglementaires. Le contrôles des structures, c'est le coeur de la problématique. Il n'y aurait pas Safer, sans contrôle des structures. Certaines voix s'élèvent aujourd'hui contre ce contrôle, citant l'exemple de pays voisins européens, où il n'existe pas. La grande loi foncière actuellement en cours de préparation devrait renforcer le principe du contrôle des structures pour conforter l'objectif d'installer des jeunes agriculteurs. 

 

Claude-Hélène Yvard
Par Claude-Hélène Yvard

Crédit Photo : D.R

Inno'action et agricultureCet article fait partie du dossier

Voir les autres articles de ce dossier
Partager sur Facebook
Vu par vous
9210
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Agriculture<script src=" />
Agriculture
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 27 + 16 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

A lire ailleurs sur aqui.fr