20/05/22 : HAUTE-VIENNE Sur la 2e circonscription, la candidate LREM investie Shérazade Zaiter devra composer avec le dissident Jean-Luc Bonnet, maire du Vigen et son suppléant Bertrand Venteau, président de la Chambre d’agriculture et frère du député sortant.

19/05/22 : DORDOGNE. Dans la 4e circonscription, Jérôme Peyrat LREM, maire de La Roque-Gageac, se retire après une polémique sur sa condamnation pour violence conjugale. Il briguait le siège de la sortante Jacqueline Dubois, qui repart non investie par LREM.

18/05/22 : PYRENEES-ATLANTIQUES. Dans la 6 e circo, LREM prononce l’exclusion de Philippe Jouvet, candidat contre Vincent Bru, le sortant LREM. Philippe Jouvet était jusqu'ici le suppléant de Florence Lasserre dans la 5e circonscription.

18/05/22 : PYRENEES-ATLANTIQUES. Dans la 4e, l'écolo Julien Brunel se retire au profit d'Inaki Echaniz PS-Nupes. "Notre responsabilité politique nous oblige au retrait. Mais notre responsabilité morale nous interdit de soutenir le candidat PS," tweete J. Brunel

13/05/22 : PYRENEES-ATLANTIQUES - Dans la 3ème circonscription, David Habib député socialiste sortant critique sur la NUPES, est candidat à sa succession en son nom propre face à un candidat LFI /NUPES. Alain Rousset vient de lui apporter son soutien.

12/05/22 : GIRONDE. Dans la 2e circonscription, Cyril Mouquet , candidat Nouvelle Donne se désiste au profit du candidat investi par la Nupes, l'écologiste Nicolas Thierry, au nom de "l'intérêt général premier avant tout" tweete Cyril Mouquet.

11/05/22 : GIRONDE. La sortante Christelle Dubos (LREM), 46 ans, lâche la 12e circonscription. Elue en 2017, secrétaire d'Etat de 2018 à 2020, elle a créé le service public du versement des pensions alimentaires. Son suppléant, Pascal Lavergne devient candidat.

11/05/22 : PYRENEES-ATLANTIQUES. Le Hendayais Tom Dubois-Robin, 29 ans, portera les couleurs de la NUPES dans la 6e circonscription. Ex gilet jaune, il a aussi interpellé, en tant que riverain, les pouvoirs publics sur le sort des migrants à la frontière basque.

10/05/22 : PYRENEES-ATLANTIQUES. Dans la 6e circonscription, le sortant Vincent Bru, majorité présidentielle, se représente. L'ex-maire de Cambo et ex-conseiller départemental est concurrencé par l'adjoint au commerce de Biarritz, Fabrice-Sebastien Bach (LR).

10/05/22 : GIRONDE. Dans la 2e circonscription de Bordeaux, le leader EELV au conseil régional, Nicolas Thierry annonce sa candidature au poste de député face à Catherine Fabre (LREM), élue en 2017 après avoir battu Michèle Delaunay (PS) et Pierre Hurmic(EELV).

10/05/22 : PYRENEES-ATLANTIQUES. Colette Capdevielle, députée PS de 2012 à 2017, ne se présente pas dans la 5e circonscription, réservée à LFI par l'accord politique NUPES. "Nous entendons le message qui demande à la gauche de se réunir" indique la section du PS.

05/05/22 : LIMOUSIN. Après l’accord entre LFI, PC, EELV et PS, un seul candidat PS pourra se présenter dans l’ancienne région, sur la 2ème circonscription de la Haute-Vienne détenue par le député LREM Pierre Venteau. Six socialistes avaient été élus en 2012.

05/05/22 : HAUTE-VIENNE. Sur la 2ème circonscription, le député LREM Pierre Venteau, qui avait remplacé Jean-Baptiste Djebbari en novembre 2019 nommé secrétaire d'État aux transports, annonce qu’il ne sollicitera pas l’investiture aux élections législatives.

- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 24/05/22 | Dordogne : Le schéma départemental en faveur des personnes âgées se prépare

    Lire

    La Dordogne est le 4ème département le plus âgé de France, avec plus d'un tiers de sa population de plus de 60 ans, contre un quart à l'échelle nationale. Cette tranche d'âge devrait représenter 40% de la population périgordine d'ici 10 ans. Fort de ce constat, les travaux du Schéma départemental des personnes âgées 2022-2026 ont été lancés mercredi 18 mai à Périgueux. Objectif: définir les grandes orientations de la politique départementale de l'autonomie pour les 5 ans à venir, sur la base des propositions des professionnels du secteur. Plus d'une centaine étaient présents mercredi.

  • 24/05/22 | Deux-Sèvres : Une maison de santé pluridisciplinaire

    Lire

    La commune de Saint-Aubin-le-Cloud dans les Deux-Sèvres va construire une maison de santé pluridisciplinaire dans son centre-bourg. Le bâtiment disposera d'un cabinet médical pour 2 médecins généralistes, de cabinets pour des infirmiers libéraux, la kinésithérapie et les permanences de professionnels extérieurs. La structure sera également doté d’une salle de réunion pluridisciplinaire.

  • 24/05/22 | Une 20ème structure France Services en Corrèze

    Lire

    Le 20 mai dernier, une 20ème structure France Services a été inaugurée à Allassac. Le maire a souhaité l'ouverture de cette structure pour faire face au départ de la CPAM de sa commune et anticiper le départ du Trésor public. Accueilli dans les locaux de la mairie, cet espace permet d'apporter des services à l'ensemble des habitants. Pour compléter cette offre, la mairie va accueillir à compter du 1er juin une conseillère numérique.

  • 23/05/22 | La Métive, bien plus qu'une résidence artistique

    Lire

    La Métive, à Moutier-d'Ahun en Creuse, est un lieu de résidence de création artistique pluridisciplinaire qui a pour objectif de développer la culture en milieu rural. La résidence permet aussi de favoriser la rencontre entre les artistes locaux, nationaux et internationaux en leur offrant un espace de travail et de création. Pour cette année 2022, le lieu de résidence creusois va organiser des cinés-clubs itinérants et des expositions temporaires notamment.

  • 23/05/22 | Creuse : Une unité de méthanisation dans le Grand Guéret

    Lire

    A Guéret en Creuse, la société Biogaz est détenue par Engie BiOZ, la Communauté d'agglomération du Grand Guéret, la société d’économie mixte Elina, la société Picoty ainsi que les agriculteurs partenaires qui souhaiteraient entrer au capital. Biogaz va créer une unité de méthanisation afin de mieux traiter et valoriser les effluents. Elle permettra de produire près de 2 624 149 Nm3 de biogaz par an, et 27 319 tonnes/an de fertilisant organique (digestat) et évitera l'émission de 3 743 tonnes équivalent CO2 dans l'atmosphère chaque année.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Agriculture | Photovoltaïque et lac d'irrigation : une forme de première en Béarn

08/10/2021 | Une expérimentation in situ appuyée sur les chercheurs de l'UPPA pour répondre au mieux aux défis combinés de la transition énergétique, de l'agriculture et de l'environnement

La pateforme photovoltaïque flottante de Caubios Loos, sur un lac d'irrigation

A Caubios Loos en Béarn, Hervé Deschazeau exploitant avec sa fille Marie, des Vergers de Sainte-Quitterie va bénéficier d'une expérimentation inédite menée par la Chambre d'agriculture et l'Université de Pau et des Pays de l'Adour (UPPA) : la pose de panneaux photovoltaïques flottants sur une retenue d'eau destinée à l'irrigation. Inédite car cette ferme « flotovoltaïque » est constituée de panneaux dynamiques et garde au cœur de ses objectifs d'exploitation tant celui de la production énergétique que celui de la protection de l'environnement naturel dans lequel la structure sera bientôt achevée d'être installée. Un projet comme l'exemple d'un futur en marche. En effet, afin de préserver son foncier, après les toitures, ce sont bien sur les lacs d'irrigation que le monde agricole envisage de développer ses activités énergétiques.

Pour l'heure, 7 modules de panneaux photovoltaïques sur 9 sont posés à la surface du lac d'irrigation d'Hervé et Marie Deschazeau, soit moins de 20 % de la retenue d'eau qui s'étend sur un hectare. Plus exactement, les panneaux sont posés sur des flotteurs tenus par des câbles fixés, le temps de l'installation, depuis le bord du lac. Dans le futur, ces flotteurs seront arrimés au fond du lac. « Mais, promet Stéphane Gibout, enseignant chercheur au sein du LaTEP (Laboratoire de Thermique, Energétique et Procédés) de l'UPPA, sans matériaux nocifs pour l'environnement. Il n'y a pas de béton notamment ».

Equilibre recherché entre économie et environnement
Une notion du respect de l'environnement sur la partie support des panneaux qui s'est inscrite en fil rouge de la conception et de la réalisation du projet. « Notre ambition est vraiment qu'à l'issue du contrat de 25 ans, si la plate-forme n'est pas renouvelée, tout puisse être démantelé et remis dans son état initial » insiste le chercheur. Sont ainsi prises en compte la préservation de la lumière, ou encore l'oxygénation du lac sans oublier, d'un point de vue sanitaire, la limitation de l'envasement du lac ou du développement de bactéries.

Mais les chercheurs qui ont travaillé autour du projet ont aussi eu à répondre à la question de la production énergétique des panneaux, et ce malgré la contrainte technique d'une variation du niveau d'eau du lac qui peut être importante. Ont ainsi été installés des panneaux dynamiques qui permettent à la plate-forme de suivre dans une certaine mesure la course du soleil et donc de produire davantage. Ces panneaux contribueront d'ailleurs eux-même à l'amélioration de leur productivité puisque, explique le chercheur, « bloquant les rayonnements du soleil, ils permettront à la surface de l'eau d'être plus froide. Par conséquent, les panneaux posés sur une surface toujours fraîche auront moins tendance à chauffer ». Une moindre déperdition de chaleur synonyme d'une production d'électricité plus importante. Au total, les 9 modules devraient annuellement produire 210 MW, « voire un peu plus », veut parier le scientifique.

Avec la recherche d'un équilibre entre économie et environnement et le caractère dynamique des panneaux, l'autoconsommation collective de l'électricité produite forme la troisième particularité qui rend cette centrale solaire flottante unique en son genre. « Le principal consommateur sera le producteur de fruits. L'électricité produite restante ne pourra pas être stockée, elle sera donc consommée en local, au plus près de la source de production, à savoir par les habitants du village », précise Bernard Layre, Président de la Chambre départementale d'agriculture, et par ailleurs maire de Caubios.

Mise en production début 2022
Du côté des vergers de Sainte-Quitterie, on l' « on était déjà convaincu par le photovoltaïque, avec tous les toits de la station déjà équipés », ce nouvel apport d'énergie "maison", bénéficiera plus directement aux frigos de l'exploitation dans lesquels sont conservés les fruits du verger en attente de leur commercialisation. « D'octobre à mars ou avril, ce sera la période où l'on consommera beaucoup de l'énergie fournie par le lac », estime déjà l'arboriculteur bien heureux de mettre son lac à disposition de cette expérimentation.

Une expérimentation dont la mise en production devrait démarrer dès début 2022, mais qui entre dans le cadre plus large d'une charte passée entre la Chambre d'agriculture, l'UPPA et le groupement des irrigants autour d'un protocole de recherches appliquées sur les lacs d'irrigation du département. Sur le total des 350 hectares de stockage d'eau privés gérés par une ASA, « un protocole d'engagement a été passé avec Total Quadran et EDF sur une trentaine d'hectares  », explique Guy Estrade, élu en charge de l'Eau et l'Energie à la Chambre d'Agriculture 64. Il confirme d'ailleurs que « plusieurs dossiers sont en cours auprès de la Commission Régulation de l'Energie autour de plusieurs projets avec le groupe Total Quadran et EDF sur un échelon de mise en œuvre de ces projets à 2025 ».

 


Photovoltaïque et foncier : une Charte pour "ne pas faire n'importe quoi"

Bernard Layre et Luc Servant ont signé une charte régionale sur le développement du photovoltaïque en agriculture


Une mobilisation sur la question du photovoltaïque en agriculture qui était décidément au coeur de cette journée de visite de terrain, avec la signature en amont d'une Charte régionale sur le développement du photovoltaïque, paraphée par Luc Servant, Président de la Chambre régionale d'agriculture et de sa Commission Eau et Bernard Layre, 1er vice Président de la Chambre régionale d'agriculture et président de la Commission Energie. Un document qui vise, synthétise Bernard Layre, « à ne pas faire n'importe quoi et à bien cibler où développer cette énergie, en lien avec la consommation locale existante ». En effet, si les sirènes de la production énergétique peuvent être tentantes pour les agriculteurs, en termes d'économies d'énergie et de revenu, il faut bien veiller, insiste les responsables, à ce qu'il n y ait « pas de contradiction entre souveraineté alimentaire et énergies renouvelables ». En d'autres termes, ne pas sacrifier du foncier agricole à la production d'énergie photovoltaïque.

Cette charte vient donc établir une priorisation dans les choix d'implantations de futures plate-formes photovoltaïques. D'abord, priorité absolue aux toitures, puis dans certaines conditions au développement de l'agrivoltaïsme permettant une complémentarité entre l'activité agricole (telle le maraîchage, certaines productions d'élevage ou encore lac d'irrigation) et la production d'énergie. Enfin dans des conditions plus exceptionnelles encore l'implantation de panneaux photovoltaïques pourrait être envisagée sur du foncier agricole, avec en outre, une compensation financière de 2500 €/ha à destination d'un fonds permettant de financer d'autres projets agricoles. Autres conditions : garantir une remise en état des sites pour un retour à l'exploitation agricole en fin de contrat énergétique.

Solène Méric
Par Solène Méric

Crédit Photo : Aqui.fr

Partager sur Facebook
Vu par vous
15013
Aimé par vous
1 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Agriculture<script src=" />
Agriculture
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 26 + 11 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

A lire ailleurs sur aqui.fr
Jérôme Mouret équipe un cheval de trait de la SFET. Agriculture | 24/05/2022

Agriculture : Ecolos et efficaces, les chevaux ont leur place !

Clément Leroux exploite 6ha de vignes dans les fins bois de l’AOC Cognac Agriculture | 24/05/2022

Installation-Transmission : Clément Leroux, tombé à la naissance dans l'eau de vie de cognac

Journée installation transmission 2022 Agriculture | 20/05/2022

Journée Installation Transmission : "Agriculteur, un métier de goût, d'origine et de qualité !"

G Latournerie une Agriculture | 18/05/2022

Installation-Transmission : « Le bonheur est dans le chai », Guilain Latournerie, viticulteur en Gironde

Paul Jabouille s’est installé en GAEC avec son père à Chasseneuil-sur-Bonnieure l’an dernier. Agriculture | 17/05/2022

Installation-Transmission : Paul Jabouille éleveur de Limousines en Charente « C’est un métier passion »

Teddy Gauvin est éleveur de vaches de race Limousine. A son installation, il a opté pour le Label Rouge Agriculture | 16/05/2022

Installation-Transmission : Teddy Gauvin, agriculteur dans la Vienne, passionné de la qualité

Le Salon de l'Agriculture de Nouvelle-Aquitaine de retour à Bordeaux ! Agriculture | 13/05/2022

Le Salon de l'Agriculture de Nouvelle-Aquitaine de retour à Bordeaux !

Théoline Mathez s’est installée en bio en GAEC avec ses parents pour élever des brebis laitières. Agriculture | 12/05/2022

Installation-Transmission - Pour Théoline Mathez, bergère en Creuse, « Produire bio c’est important pour protéger la biodiversité »

Romain Miner et Yamiley Bayone, leur nouvelle vie autour de l'élevage et la transformation de porcs noirs démarre à Barbaste en Lot-et-Garonne Agriculture | 10/05/2022

Installation-Transmission : Yamiley Bayonne et Romain Miner revisitent la tradition du "tue-cochon"

Martin Roquecave s'est installé sur l'exploitation familiale en 2021. La production principale est la fraise du Périgord IGP. Agriculture | 05/05/2022

Installation-Transmission : « L'IGP permet de valoriser notre métier », Martin Roquecave, fraisiculteur en Dordogne

Un an tout juste après son installation, Jean-Baptiste Bosredon peaufine son modèle de production de veaux la mère, la qualité comme critère principal Agriculture | 03/05/2022

Installation-Transmission : "Prendre le temps de construire son projet", Jean-Baptiste Bosredon, jeune éleveur corrézien

Thomas Dupouy 20 ans installé à Pontonx-sur-l'Adour Agriculture | 29/04/2022

Installation-Transmission : Thomas Dupouy, tradition et qualité à la landaise !

Marilyne Casavieille et ses brebis à Lees Athas, en Vallée d'Aspe (Pyrénées-Atlantiques) Agriculture | 27/04/2022

Installation - Transmission: Marilyne Casavieille, l'instinct de bergère en héritage

Magali Mandon a chois de se reconvertir dans l’élevage de poulets Label Rouge Agriculture | 26/04/2022

Installation - Transmission : "Faire de l’industriel quand on peut faire du plein air, c’était non", Magali Mandon jeune installée en Haute-Vienne

La Dordogne a opté pour le dépeuplement préventif comme d'autres départements Agriculture | 21/04/2022

Grippe aviaire en Dordogne : Dépeupler tout en préservant la filière