Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

27/04/21 : Régionales : En Dordogne, la maire socialiste de Périgueux, Delphine Labails a été choisie comme tête de liste départementale avec Christophe Cathus, conseiller régional sortant en charge des transports scolaires et maire de Calès.

16/04/21 : Un centre de vaccination de grande capacité va ouvrir ses portes au Parc des Expositions de Poitiers le 20 avril prochain.

13/04/21 : 264 196 311,23 euros c'est le montant des subventions votées ce 12 avril lors de la dernière commission permanente du Conseil régional de Nouvelle-Aquitaine. 244 délibérations ont été votées par des élus régionaux sous la présidence d'Alain Rousset.

12/04/21 : Philippe Dubourg, Maire d'Illats depuis 1977, est décédé le 11 avril dernier. Plusieurs élus locaux, dont Christophe Duprat, Maire de Saint-Aubin du Médoc, saluent la mémoire d'un « élu de terrain attaché à son territoire ».

02/04/21 : Autour de la Journée de sensibilisation à l’autisme le 2 avril des villes illuminent leurs monuments en bleu: un symbole pour rappeler la nécessité de simplifier et améliorer le quotidien des personnes autistes. A Bordeaux ce sera la porte de Bourgogne.

01/04/21 : Le 9 avril prochain, la cité scolaire Alcide Dusolier de Nontron deviendra la 1ère cité scolaire 100% bio de France.

31/03/21 : Régionales- Signe de l'alliance entre GénérationS et EELV, Benoit Hamon sera à Bordeaux le 1er avril en soutien à Nicolas Thierry, tête de liste EELV de « Nos terroirs, notre avenir ». Sa numéro 2 en Gironde est Anne-Laure Bedu candidate GénérationS

24/03/21 : Charente-Maritime : Véronique SCHAAF, sous-préfète de Villeneuve-sur-Lot, est nommée sous-préfète de Saintes. Elle devrait prendre ses fonctions le 19 avril 2021. Elle succède à Adeline BARD, arrivée dans l’arrondissement de Saintes en juillet 2018.

19/03/21 : La Banque alimentaire Béarn-Soule organise, samedi 20 mars 2021, une collecte alimentaire exceptionnelle, mobilisant près de 400 jeunes bénévoles, dans 14 magasins de Pau.

18/03/21 : Charentes : L'Union Générale des Viticulteurs pour l'AOC Cognac (UGVC) vient de se doter d'un nouveau directeur général, Xavier RAFFENNE. Il était précédemment directeur de la Maison des Vins de Gaillac.

16/03/21 : La Rochelle : le festival de fiction télé se déroulera du 14 au 19 septembre, annonce aujourd'hui les organisateurs dans un communiqué. Une journée de plus sera dédiée à la création. Les candidatures pour les œuvres sont ouvertes.

04/03/21 : La Ville de Bayonne a réuni les représentants des professionnels et les partenaires de la fameuse Foire au Jambon pour envisager la suite à donner à cet événement de la semaine pascale. Il prennent date pour cet événement entre les 7 et 10 octobre

- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 07/05/21 | Le SunSka Festival annulé, mais remplacé

    Lire

    L'organisation du festival s'est « résignée » à annuler le SunSka, initialement prévu du 6 au 8 août prochains. « Nous rêvions juste de liberté » avance la direction du festival, qui a préféré annuler, ne sachant pas quels dispositifs sanitaires seront en vigueur au mois d'août. Afin de garder le lien avec son public, le festival se transformera en « Été SunSka », comme en 2020 : tous les jeudis à partir du 8 juillet, un évènement se déroulera au Domaine de Nodris, dans le Médoc, et le Festival organisera des concerts gratuits le long de la côte Atlantique.

  • 07/05/21 | Lavavaix-les-Mines (23) : un potager pour nourrir les écoliers

    Lire

    La commune de Lavaveix-les-Mines en Creuse va créer un potager en permaculture qui fournira la cantine scolaire. Ce projet s’inscrit dans l’appel à manifestation d’intérêt du Cluster Ruralité qui a été lancé fin 2020 avec pour ambition de soutenir et d’accompagner les initiatives d’intérêt général issues du monde rural. La commune, grâce à cela, va bénéficier d’une aide de 50 000 euros.

  • 07/05/21 | Le Concours des Saveurs cherche des dégustateurs

    Lire

    Chaque année lors du Concours des Saveurs plus de 100 produits sont dégustés à l’aveugle afin de récompenser les meilleurs produits et recettes de la Région. Pour cette année 2021, la prochaine session aura lieu le 21 mai à Tulle. Elle recherche des jurés pour déguster différents produits comme les huiles de noix du Périgord AOP, les jus et confitures ou encore les vins de Corrèze et les vins Charentais IGP notamment. Pour s'inscrire.

  • 07/05/21 | Charente: la boucherie devient ambulante

    Lire

    La commune de Lignières-Sonneville en Charente accueille depuis 1950 une boucherie-charcuterie qui compte une boutique et un local de production. Elle souhaite désormais proposer ses produits dans les communes dépourvues de boucherie-charcuterie. Elle va donc se doter d’un camion-magasin pour répondre à la demande en forte croissance. Lors de sa dernière commission permanente, la Région Nouvelle-Aquitaine a décidé de les aider à acquérir ce bien.

  • 06/05/21 | Nouvelle forme de transport d'utilité sociale à Mourenx

    Lire

    L’Atelier Chantier d’Insertion CIEL réalise sur le bassin de Lacq des travaux d’utilité sociale à destination des acteurs locaux du bassin de Lacq au travers de plusieurs supports d’insertion. L’association met en place un projet de micro-transport d’utilité sociale pour permettre le déplacement des personnes en insertion. Dans un transport micro-collectif (8 personnes) ou individuel (4 personnes), les bénéficiaires pourront se déplacer jusqu'à 50km autour de Mourenx où se situe le garage social de la structure en charge de l’entretien et de la réparation des véhicules.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Agriculture | Les pluies du mois de mai mettent en danger des vignerons de Loupiac

21/10/2020 | C’est la première fois qu’une visite de terrain est organisée en appellation Loupiac par la Chambre d’Agriculture de la Gironde suite aux épisodes pluvieux de mai.

Une partie du coteau bordant les vignes de Pierre Tourré s'est effondrée suites à la pluie du 11 mai

Alors que la France se déconfinait en mai et après plusieurs mois de fort ensoleillement, la sanction est tombée pour des vignerons de Loupiac. En effet, un fort épisode de pluie et de grêle est venu traverser le vignoble girondin le 11 mai. Résultat, plus de 150 millimètres d’eau sont tombés en un quart d’heure par endroits, provoquant des glissements de terrains, notamment au bord de cours d’eau. Pierre Tourré fait partie des sinistrés et doit tirer un trait sur plusieurs parcelles.

« Là vous avez 10 mètres de fossé, si on ne fait rien, mes vignes seront au fond après l'hiver». Pierre Tourré est démuni face à l’ampleur des dégâts. Le viticulteur a été touché de plein fouet par les épisodes de pluie du 11 mai, qui ont provoqué des glissements de terrain dans plusieurs de ses parcelles en bord de cours d’eau, mais aussi chez d’autres viticulteurs. « 150 millimètres en quinze minutes. Je n’ai jamais vu ça, raconte le vigneron. Le lit du cours d’eau est monté de plus de trois mètres et a emporté une partie du talus ». Ce glissement de terrain rend impossible, pour des raisons de sécurité, le passage des tracteurs de la propriété. « On risque notre vie, et encore, heureusement que mes fonds sont enherbés sinon tout serait tombé », ajoute le viticulteur.

« On ne peut plus travailler »

Pierre Tourré a immédiatement prévenu la police de l’eau, qui est venue constater l’ampleur des dégâts. Il a à nouveau fait part de sa détresse à la Direction Départementale des Territoires et de la Mer (DDTM) en juin pour faire reconnaître l’état d’urgence de la situation et savoir comment la régler au plus vite. « Ils m’ont demandé de faire une étude d’impact sur la faune et la flore et sur la faisabilité de travaux de consolidation, reprend le vigneron. Je veux bien, mais je ne suis pas le seul à être au bord de ce cours d’eau, donc j’estime ne pas devoir financer seul une telle opération ». En effet, dans le cadre de la loi Gemapi de 2014 sur la gestion des milieux aquatiques, la charge de l’entretien des bords de cours d’eau relève des riverains. En cas de défaut d'entretien par ces derniers, cette charge peut être déléguée aux intercommunalités, soutenues par les syndicats de bassin versant. La Chambre d’Agriculture de la Gironde, organisatrice de la visite de terrain chez Pierre Tourré, appelle les pouvoirs publics à entretenir davantage les cours d’eau pour éviter d’autres situations de ce genre, mettant en danger tant les viticulteurs que la vigne.

Pour le moment, la parcelle est condamnée. La visite de la DDTM ce mardi 20 octobre sur la propriété est le premier contact physique entre l’organisme et le viticulteur depuis juin. « Ici, je reconnais la nécessité d’une procédure d’urgence, même si nous sommes cinq mois après l’incident », affirme Hervé Servat, directeur adjoint de la DDTM de Gironde. Ce dernier indique que des travaux seront menés pour consolider le talus, mais qu’il va falloir suivre la situation de près pour éviter tout risque de nouvel effondrement. Pierre Tourré n’est pas le seul vigneron pour qui les intempéries ont provoqué des glissements de terrains. Sur l'autre versant de la colline, Jean-Christophe Darriet (Château Dauphiné-Rondillon) a constaté, impuissant, l’apparition de talus en plein cœur de ses vignes. « On ne peut plus travailler les sols, on a des talus d'un mètre qui se sont creusés au milieu des rangs », regrette-t-il.

Rapport de l’ANSES sur le glyphosate : des mesures « obscures »

Autre sujet au cœur des discussions lors de la rencontre de Loupiac entre la Chambre d’Agriculture, les vignerons et la Direction Départementale des Territoires et de la Mer : le récent rapport de l’Agence Nationale de la Sécurité Sanitaire (ANSES) sur l’utilisation du glyphosate en agriculture. Dans la viticulture, l’ANSES préconise notamment la réduction de la dose annuelle de glyphosate à 450 grammes par hectare, soit « une baisse de 80 % par rapport aux dosages actuellement autorisés ». L’organisme demande également la limitation de l’usage du glyphosate à 20 % de la surface de la parcelle. « Cela manque de clarté : l’ANSES nous parle en pourcentage alors qu’il faudrait parler de centimètres », souligne Joël Ortiz, responsable viticole du Sud Gironde pour la Chambre d’Agriculture départementale.

L’expert prend un exemple pour illustrer ces recommandations. « Les mesures de l’ANSES signifient que dans une vigne où les rangs sont espacés de 2 mètres, le viticulteur ne pourrait désherber que sur 40 centimètres (20 cm de chaque côté du rang), le reste du fond, 160 centimètres, sera à entretenir en tonte ou labour ». Dans le travail des sols, il faut rajouter 10 centimètres au gabarit de la machine afin de recouvrir la totalité du rang. Une fois les calculs faits, les viticulteurs pointent que cette contrainte d'espace empêcherait donc les vignerons de travailler les sols et manœuvrer leurs tracteurs sans abimer les pieds de vigne.

Yoan Denéchau
Par Yoan Denéchau

Crédit Photo : YD

Inno'action et agricultureCet article fait partie du dossier

Voir les autres articles de ce dossier
Partager sur Facebook
Vu par vous
18706
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Agriculture<script src=" />
Agriculture
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 11 + 11 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

A lire ailleurs sur aqui.fr