Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

23/04/19 : Le pont d'Aquitaine sera fermé à la circulation pour travaux dans la nuit du 24 au 25 avril entre les échangeurs 2 et 4 ainsi que les échangeurs 4 et 5 et dans la nuit du 25 au 26 avril entre les échangeurs 4 et 4a en intérieur et 5 et 4 en extérieur.

23/04/19 : Après Jo-Wilfried Tsonga, ex n°1 français et ex n°5 mondial, Lucas Pouille 32ème joueur mondial, n°10 en 2018, vient de confirmer sa participation au tournoi bordelais BNP ParisBas Primrose qui démarre le 29 avril sur les cours de la villa Primrose

18/04/19 : A l'occasion du Joli Mois de l'Europe, la Maison de l'Europe Direct Limousin organise une rencontre avec Jürgen Habermas. Philosophe allemand, il consacre sa réflexion à la question de l'intégration européenne. Rdv jeudi 2 mai, 18h30 à Limoges.

18/04/19 : A la suite de l'incendie qui a ravagé Notre Dame de Paris, la ville de Périgueux proposera un soutien financier de 10 000 €, lors de son prochain conseil municipal, pour aider à la reconstruction de ce bâtiment emblématique de l'histoire de France.

17/04/19 : Le coq reliquaire de la flèche de Notre-Dame de Paris, que l’on croyait disparu dans l’incendie de lundi, a été retrouvé mardi. Il devrait regagner prochainement l'entreprise Socra à Marsac-sur-l'Isle (24) pour être restauré comme initialement prévu.

10/04/19 : Les Chambres d’agriculture de Lot-et-Garonne, Haute-Vienne et Vienne, estampillées Coordination rurale, ont créé, le 9 avril, l’Association des Chambres d’agriculture de Nouvelle Aquitaine pour le développement agricole et rural

02/04/19 : A partir du 1er septembre prochain, la Communauté d’Agglomération du Libournais (La Cali) lance un nouveau réseau de transport gratuit pour tous. L’exploitation a été confiée au groupe Transdev pour les huit prochaines années.

- Publicité -
S’abonner ici !
- Publicité -
  • 23/04/19 | Compteur Linky : Bordeaux rend son verdict

    Lire

    206 plaignants attendaient avec impatience le verdict. Ce mardi 23 avril, le juge des référés du Tribunal de Grande instance de Bordeaux a rejeté la demande de ces opposants à l'installation du compteur Linky à leur domicile. 13 d'entre eux, dotés d'un certificat médical attestant d'une hypersensibilité électromagnétique, ont obtenu d'Enedis la pose d'un "filtre" protecteur dans les deux mois. Pour Pierre Hurmic, l'avocat des 206 plaignants (et élu local EELV), c'est "une première brèche timide". Enedis a quinze jours pour faire appel de la décision. C'est la deuxième décision de ce type après celle de Toulouse fin mars.

  • 23/04/19 | SNCF Réseau s'engage pour la biodiversité !

    Lire

    SCNF Réseau et la Fédération Régionale des Chasseurs de Nouvelle-Aquitaine ont signé courant mars une convention de partenariat pour contribuer à la préservation de la biodiversité autour de la problématique de la divagation de la faune sauvage sur les voies. Objectifs : favoriser le dialogue, partager connaissances et pratiques et réunir les compétences pour œuvrer à la préservation des biotopes. La coopération, lancée à l’automne 2018, organisera différentes actions à l’échelle locale.

  • 23/04/19 | Lascaux, l'exposition universelle à Munich

    Lire

    Lascaux l’Exposition Internationale est présentée à l’Olympiapark de Munich jusqu’au 8 septembre. C’est au cœur du Parc olympique de Munich qu’ont été installés les cinq fac-similés qui reproduisent grandeur nature les parois de la « nef » de Lascaux et les conditions de travail des artistes de l’époque. L’exposition offre une expérience interactive avec une découverte de l’évolution des œuvres et une iconographie autour de la découverte de la grotte. 150 000 visiteurs sont attendus.

  • 23/04/19 | Grande America : le robot sous-marin confirme les premières estimations

    Lire

    Le robot sous-marin ROV du navire spécialisé norvégien Island Pride a inspecté ces dernières semaines l'épave du Grande America coulé à 4600 m de fond. Les investigations confirment que, malgré l'intégrité de l'épave, "plusieurs fuites légères d’hydrocarbures s’échappaient par les évents de dégagement d’air sur certains ballasts d’eau de mer du navire, en provenance de ses soutes à carburant", selon la préfecture. Le ROV a obturé ces failles jusqu'au 16 avril puis vérifié l'étanchéité des travaux.

  • 23/04/19 | Elections européennes : David Labiche investit sur la liste Les Républicains

    Lire

    La commission nationale d'investiture des Républicains a désigné l'adjoint au maire de Chatelaillon-Plage David Labiche pour représenter la Charente-Maritime au sein de la Nouvelle-Aquitaine. Il est en 29e position sur la liste des Européennes conduite par François-Xavier Bellamy. David Labiche recevra Nadine Morano le 24 avril à Royan pour une visite du port suivie d'une réunion publique à l'espace Cordouan à 19h.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Agriculture | Pour Fanny et Hélène, le bonheur est "au jardin des chèvres"

29/04/2018 | Hélène Richard et Fanny Goudet se sont lancées dans l'élevage de fromages de chèvre et la production de fromages à Vouzan en Charente, grâce à Terres de liens

Hélène Richard et Fanny Goudet, au milieu de leur troupeau de chèvres de race alpine

Fanny Goudet et Hélène Richard se sont lancées dans l’élevage de chèvre et la production de fromages sur la commune de Vouzan en Charente. Depuis quelques semaines, les premiers fromages sont tout juste affinés et commercialisés sur les marchés ou à la ferme. Pour mener à bien leur projet agricole, les deux jeunes femmes, non issues du milieu agricole ont bénéficié du soutien de l'association Terres de liens, qui est devenue propriétaire du foncier en proposant à des personnes intéressées par leur projet une épargne solidaire.

Fanny Goudet, bientôt 34 ans, maman d'une petite fille, et Hélène Richard, 30 ans,  se sont installées  début 2017 dans le hameau du Jard sur la commune de Vouzan, en Charente. Leur projet consistait à créer un élevage de chèvres de race alpine et d'utiliser la production de lait pour fabriquer des fromages, le tout en agriculture biologique. En ce mois, d'avril, les deux jeunes femmes sont épanouies au milieu de leur cinquantaine de chèvres : leur projet agricole est sur de bons rails.
Depuis quelques semaines, leurs fromages déclinés en buches, cabecou, en pyramide, plus ou moins affinés, sont commercialisés sur les marchés, notamment celui d'Angoulême et à la ferme.  "Nous nous sommes connues à Angoulême. Nous avions le même projet, nous avons eu un coup de cœur pour cette propriété, dès notre première visite au printemps 2016. Un des principaux avantages, est que sur la propriété, il y avait deux bâtiments d'habitation distincts, pour que nous puissions vivre avec nos conjoints respectifs, du foncier pas trop morcelé et des bâtiments d'élevage," précise Fanny Goudet.
Par chance, la Safer de la Charente avait convaincu les propriétaires ( quatre frères en indivision) de ne pas morceler la propriété en plusieurs lots. Les deux jeunes femmes, malgré une solide formation en agriculture et de l'expérience en tant que salarié, ne sont issues ni l'une ni l'autre du monde agricole. 

Un vrai coup de coeur pour le lieu

Originaire de Saint Rémy de Provence, Fanny était chargée de mission territoriale au Conservatoire Régional d’Espaces Naturels de Poitou-Charentes. Après de multiples expériences dans diverses fermes d’élevage caprin, elle se lance dans un brevet professionnel agricole au centre de formation de Melle (79). Hélène, elle, se destinait à une carrière de conseillère agricole après avoir validé une licence pro en agriculture. Les différentes expériences qu’elle aura en allant à la rencontre de fermiers lui donneront l’envie de s’installer. Elle a validé elle aussi un brevet professionnel agricole, en Ardèche. Les deux jeunes optent pour la ferme du Jard. "Autrefois, il y a une trentaine d'années, c'est une exploitation laitière : les terres étaient en location depuis 30 ans pour la culture de céréales mais le fermier atteignait l'âge de la retraite. Cette ferme correspondait bien à ce que nous recherchions, 26 hectares, des bâtiments et les deux maisons d'habitation, malgré les travaux. Les propriétaires étaient satisfaits d'avoir l'opportunité de transmettre la totalité de la ferme, poursuit Fanny.  Le coût global du projet s'élève à 200 000 euros pour les bâtiments d'exploitation et à 116 000 euros pour les terres, auxquels s'ajoutent l'acquisition des deux maisons d'habitations sur la partie privative.

Appel à Terres de liens
Un joli panel de fromages de chèvre

"L'ensemble du projet dépassait nos capacités financières. Il n'était pas dans notre optique d'être propriétaires des terres qui sont cultivées : des prairies et des céréales pour l'alimentation des animaux. Nous avons fait appel à l'association Terres de liens  pour l'acquisition des terres grâce à de l'épargne solidaire," ajoute Fanny.
Avant l'acquisition du foncier par Terres de liens, c'est la Safer qui a procédé au stockage du foncier. L'appel à projet des deux jeunes femmes a séduit : 80 % du montant de l'acquisition du foncier a été récolté par de l'épargne solidaire. Les deux jeunes femmes seront ensuite locataires de Terres de liens en signant un bail rural environnemental avec la Foncière Terres de liens. Les frais de stockage du foncier ont été pris en charge par le conseil régional. "Il a fallu plus d'un an pour finaliser le montage du dossier qui était assez complexe au niveau administratif. Les transactions chez le notaire ont été un peu longue mais la Safer a réalisé un gros travail. Nous avons reçu de nombreux soutiens et certains épargnants ont eu la possibilité de prénommer certaines chèvres. Nous sommes très bien accueillies par la population. Certaines personnes viennent nous voir lors de la traite, nous avons du fixer des heures de rendez vous", poursuit Fanny Goudet.
Les deux jeunes agricultrices regardent l'avenir avec sérénité même s'il y a beaucoup de travail. Elles se sont réparties les rôles : Hélène assure plutôt la gestion de l'élevage et le suivi technique et Fanny la transformation des fromages et la commercialisation. Dans leur projet, elles prévoient de créer une boutique sur la ferme l'année prochaine, d'obtenir le label bio sur leur production (l'exploitaition est actuellement  en conversion) et d'augmenter le cheptel jusqu'à 70 à 80 chèvres pour s'assurer deux revenus convenables. 

Claude-Hélène Yvard
Par Claude-Hélène Yvard

Crédit Photo : Claude Hélène Yvard

Inno'action et agricultureCet article fait partie du dossier

Voir les autres articles de ce dossier
Partager sur Facebook
Vu par vous
28487
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Agriculture
Agriculture
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 25 + 10 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

A lire ailleurs sur aqui.fr