12/08/22 : Dans les Landes et en Gironde, la vigilance incendie est renforcée jusqu’à lundi. Les véhicules sont interdits sur les pistes et chemins. Les activités ludiques et sportives sont interdites sauf en bases de loisirs et sur les plans plages.

12/08/22 : Jeudi 25 août de 16h à 23h30, les cinq clubs de haut niveau de l'agglomération font leur rentrée place Clemenceau. A 16h, animations sportives avec les joueurs et joueuses. A 19h, présentation des équipes des cinq clubs, puis soirée dansante à 20h.

12/08/22 : À Bordeaux, Parc Rivière, jeudi 25 août, Esprit Dog, spécialisé dans l'éducation canine, organise un rassemblement de passionnés de chiens. L’événement gratuit et solidaire consiste en une distribution de croquettes et des cours d'éducation canine.+ d'info

11/08/22 : "Jamais autant de moyens aériens n'ont été mobilisés sur un incendie. On va continuer de s'adapter grâce à la solidarité européenne. Mais il n'y a pas que les moyens aériens," indique Elisabeth Borne depuis Hostens, en Gironde.

11/08/22 : Pendant qu'Elisabeth Borne, Première ministre est en visite sur les incendies à Hostens en Gironde, le Président, Emmanuel Macron, annonce que l'Allemagne, la Grèce, la Pologne, la Roumanie et l'Autriche vont venir en aide à la France.

11/08/22 : Elisabeth Borne et Gérald Darmanin sont attendus ce jeudi à Hostens en Sud Gironde: 6 800 ha de forêt ont été détruits par le feu depuis mardi après midi. 1100 pompiers sont mobilisés et 10 000 personnes ont du quitter leur domicile.

10/08/22 : Le député RN de Gironde, Grégoire de Fournas, dépose ce mercredi une proposition de loi instaurant une peine plancher de 10 ans pour les incendiaires. "La plupart des incendies sont d'origine criminelle. Or les pyromanes ne sont condamnés qu'à du sursis."

10/08/22 : Face aux incendies en Gironde et dans les Landes, le Ministre de l'Intérieur, Gérald Darmanin indique sur Tweeter qu'il a "décidé de renforcer les moyens mobilisés : plus de 1000 pompiers, 9 avions et 2 hélicoptères bombardiers d’eau sont engagés."

10/08/22 : Pour cause de reprise des incendies dans le Sud Gironde et le Nord des Landes, la circulation est interdite depuis mercredi 11 h, dans les deux sens sur l'autoroute A63 reliant Bordeaux à Bayonne. Les poids lourds sont déviés par Pau.

10/08/22 : Bordeaux est une des villes qui compte le plus de pâtisseries. Son score est de 4 pour 100 000 habitants, autant que Lyon, plus que Paris et Toulouse, mais moins que Strasbourg. Podium établi par Hellofresh, leader des boxs à cuisiner.

09/08/22 : Une soixantaine de commerçants de la ville de Périgueux a prévu de participer à la grande braderie en plein coeur de l'été, pour les trois journées des jeudi 11, vendredi 12 et samedi 13 août.

09/08/22 : Dans les Deux-Sèvres, le bassin de la Charente et le sous-bassin Aume-Couture sont en alerte 1 pour l'eau. L'arrosage des espaces verts, l'alimentation des fontaines, le remplissage des piscines sont interdits ainsi que le lavage des véhicules.

09/08/22 : Le département de la Gironde est placé en vigilance orange canicule à compter de ce mardi midi. Les maximales attendues pourront atteindre 21° la nuit et 36 à 38° en journée.

09/08/22 : Le département du Lot-et-Garonne passe en vigilance orange canicule à compter de ce mardi midi, avec des températures maximales prévues de 36 à 38 °C, puis mercredi et jeudi, jusqu'à 40 °C. Fin de l'épisode attendue pour vendredi.

09/08/22 : Un décret au journal officiel du 4 août acte la création effective de la Chambre d'agriculture interdépartementale de la Charente-Maritime et des Deux-Sèvres au 1er octobre prochain. Un travail de rapprochement mené depuis plus de sept ans.

08/08/22 : En raison de la sécheresse et des prévisions météos pour la semaine, les forêts du Pignada et du Lazaret à Anglet (64) sont fermées à compter du lundi 8 août, 18 H. Une décision prise en prévention du risque maximal de départ de feu.

08/08/22 : Météo France place le département des Landes en vigilance jaune canicule à compter de ce lundi 14h00. La vague de chaleur prévoit des températures minimales comprises entre 18 °C et 20 °C la nuit et 36 °C à 38 °C en journée.

08/08/22 : La première édition de Biarritz Hall Music Festival avec les meilleurs artistes de la scène électro française a lieu le 12 et 13 août. L’équipe est à la recherche de bénévoles pour l'accueil, le bar, les animations, la logistique... pour s’inscrire:+ d'info

- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 12/08/22 | marchesdegironde.com : le nouveau répertoire des marchés girondins

    Lire

    La CCI Bordeaux-Gironde met en ligne le site internet marchesdegironde.com. Objectif : permettre aux internautes de trouver le marché girondin (permanent ou saisonnier) à proximité de leur domicile ou lieu de vacances. Près de 79 marchés, permanents ou saisonniers, de plein-air ou couverts, y sont déjà référencés. Pour les commerçants non sédentaires, actuels et à venir, les informations réglementaires et les contacts des gestionnaires des marchés sont également indiqués.

  • 12/08/22 | Reverredire sensibilise au réemploi du verre

    Lire

    A Bergerac, l'association Reverredire Nouvelle-Aquitaine regroupe trois acteurs associatifs du réemploi du verre du territoire régional : L'Attache Rapide à Bergerac (24), La Consigne Bordelaise à Bordeaux (33) et Les Retournées à Anglet (40 et 64). Elles proposent un modèle régional de réemploi du verre, en lien avec les filières productives et les acteurs de la chaîne qui s'appuiera sur des activités d'économie sociale et solidaire porteuses d'emplois de proximité. Des actions de sensibilisation sont déjà engagées pour 2022.

  • 11/08/22 | Les Mondiaux de boomerang à Gradignan dès le 16 août

    Lire

    Gradignan (Gironde)accueille les mondiaux de boomerang du 16 au 26 août. Une centaine de lanceurs issus de 14 nations s'affronteront au Domaine de Moulerens sur différentes épreuves spectaculaires en individuel et en équipe. 25 athlètes français participeront et les têtes d'affiche remettront leur titre en jeu à l'image de Marie Appriou, 23 ans, championne du Monde en titre et Matéo Guerrero, 15 ans, vice-champion du Monde Junior. Renseignements sur l'appli https://wbc2022.glideapp.io/dl/d0a5f4

  • 11/08/22 | La préfecture de la Haute-Vienne labellisée

    Lire

    Suite à un audit externe réalisé par SOCOTEC, la préfecture de la Haute-Vienne vient de se voir attribuer le label « Qual-e-pref ». Ce label témoigne de la volonté de répondre au quotidien aux attentes des usagers ainsi que la communication d'urgence en cas d'évènement majeur. La préfecture a obtenu cette labellisation pour trois ans.

  • 11/08/22 | Des maraîchers à Limoges Métropole

    Lire

    La Ceinture verte terroir de Limoges veut relocaliser l'agriculture au travers l'aide à l'installation de maraîchers en agriculture biologique ou Haute Valeur Environnementale. Elle propose pour cela un service d'installation clé en main sur des terres équipées, avec un accompagnement technico-économique et une aide à la recherche de logement sur site ou à proximité. L’ensemble des équipements seront mis à disposition de 5 maraîchers sur le territoire de Limoges Métropole.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Agriculture | Pourquoi le projet de nouvelle PAC ne convient pas aux écologistes

28/05/2021 | Pour le député européen EELV Benoît Biteau, cette nouvelle PAC est incohérente avec les Accords de Paris sur le climat et le Green Deal

Benoit Biteau dans son bureau à Le Gua

Alors que la réforme de la Politique agricole commune (PAC) est toujours en discussion au niveau européen avant son second passage en commission, des Plans Stratégiques Nationaux (PSN) sont en préparation dans les différents pays de l’UE pour en fixer les applications locales. Réunis cette semaine, les ministres de l’agriculture des Vingt-Six et les députés européens n’ont pas réussi à faire avancer les négociations ce jeudi, en particulier sur la mise en place de mesures écologiques significatives. Benoit Biteau, député européen Les Verts / ALE de Nouvelle-Aquitaine, nous explique ce qui coince selon lui avec ce nouveau projet de PAC.

Depuis le premiers passage du texte en octobre dernier au Parlement européen, Benoit Biteau estime que « la PAC passe complètement à côté des enjeux de la décennie : le revenu des paysans, le climat, la biodiversité, la souveraineté alimentaire, les générations futures, la lutte contre la corruption ». Absent à la réunion de vendredi dernier avec le gouvernement dans le cadre de l’élaboration du PSN, il n’est pas surpris que les représentants de la Confédération paysanne et des associations environnementales aient claqué la porte dès la première journée d'échanges du 21 mai. L’issu des débats de cette semaine entre le Parlement européen et les Etats membres le laissait également sceptique sur une potentielle évolution du texte qui devrait être présenté en seconde lecture au niveau européen cet été. Finalement, la situation est pire que celle qu'il avait envisagé. Ce vendredi matin, après une nuit de discussions, les trois représentants du Parlement européen ont également claqué la porte des négociations avec les Etats Membres. La raison : plusieurs ministres de l'agriculture ont souhaité revenir sur des points qui avaient été déjà actés en octobre, en particulier sur ce qui touche aux mesures agro-écologiques comme les échos-schémas, qui ne consitueraient plus 20 à 30% mais 18% du premier pilier de la PAC. Pour l'équipe de Benoît Biteau, «le conseil des ministres agit comme si les trois rapporteurs du Parlement n'avait aucun rôle légistatif mais simplement de conseil». Pour Benoit Biteau, ce coup de force des ministres est un coup de canif "sur les petites avancées environnementales, climatsociales, déjà très faibles, qu'avaient proposées par le Parlement européen" en première instance. « Chaque pays fait de tristes contorsions pour alléger au maximum les mesures pour le climat ou l'environnement. En France, Julien Denormandie a déjà annoncé que plus de sept agriculteurs sur dix sont déjà dans les clous de la nouvelle PAC et qu'ils ne devront donc rien changer à leurs pratiques.» 

Rien en faveur de la transition agro-écologique

Pour Benoît Biteau, ce projet de PAC pêche en premier lieu sur le plan environnemental, alors que son but premier était justement de favoriser la transition agricole et de lutter contre le changement climatique. « En réalité, le texte actuel ne prévoit aucun objectif chiffré. Ne sont intégrés ni les conditions du « Pacte Vert », ni les stratégies « de la Ferme à la Fourchette » et « Biodiversité », ni ceux de la « Loi Climat » », explique le député vert, qui parle de « positions anachroniques » favorisant les "pratiques actuelles" héritées de l'après-guerre. « Pourtant la réforme de la PAC pourrait être le pilier agricole du Green Deal, au service de la mise en oeuvre de tous les textes ambitieux votés par le Parlement européen par ailleurs ». Benoît Biteau note également qu’aucune condition ou contraintes à caractère environnemental n’est intégré dans les critères d’attributions des aides. A l'inverse, l’article encadrant les conditions d’attribution des subventions « introduit de nombreuses dérogations, permettant de contourner les conditions » d'attribution. Benoît Biteau donne pour exemple l’exemption de rotation des cultures même en bio, « ce qui encourage le bio industriel et non l’agroécologie ». Et ce alors que les aides à l’installation en agriculture bio et les autres subventions mises en place pour les mesures agro écologiques n’ont pas été revalorisées. La nouvelle PAC prévoyait bien un amendement pour favoriser le développement du bio, mais il aurait été vidé de sa substance en première lecture. Sur les deux textes de l’amendement le concernant, seule la première partie déclarant une nécessité de soutien au modèle aurait été conservé. Le deuxième texte prévoyant un dispositif financier pour les conversions en bio a été annulé en première lecture. 

La nouvelle PAC devait en particulier revoir les modes de répartition actuelle des aides, qui se font aujourd’hui en fonction du nombre d’hectares et non pas sur des critères de modèles agricoles. « Cette mécanique encourage l’agrandissement et freine l’installation, entraînant la chute du nombre d’agriculteurs – en dix ans, nous avons perdu 25% des paysans », rappelle Benoit Biteau. Il estime que le nouveau plafonnement décidé ne fait que prolonger la situation actuelle, « où 80% des aides sont captés par 20% des plus gros propriétaires », qui sont souvent des industriels.

Selon lui, même les "schémas d’éco-régimes" nouvellement mis en place n’ont d’écologique que le nom, puisqu’ils intègrent des fonctionnements comme ceux des fermes industrielles. Par ailleurs, cette PAC n'introduit « aucune contrainte sur la réduction des gaz à effet de serre, l'usage des fertilisants, des antibiotiques et des pesticides comme le fixait les objectifs du Green Deal [...] Il n’y a donc aucune raison de penser que les activités agricoles vont, grâce à cette PAC, restaurer la biodiversité, émettre moins de CO2 et/ou favoriser le bien-être des animaux d’élevage », analyse l’élu. 

Vers une véritable casse sociale

« Sous couvert d’être "plus proche des territoires", on assiste à une renationalisation extrêmement dangereuse des aides de la PAC. Chaque Etat met en place un Plan Stratégique National pour moduler les aides afin d’être plus compétitif que ses voisins, sans que la Commission soit décisionnaire sur l’approbation de ces plans », explique Benoît Biteau. Il craint que les productions moins chères des pays de l’Est, notamment, ne provoque une course à l’échalote. Pour rester compétitive en prix et en rendement sur le marché européen, « il est fort probable que la France tolère le recours aux engrais et aux pesticides pour booster les rendements sur le court-terme », craint le député. Et ce au détriment de la transition agricole et du revenu des agriculteurs, dont un bon nombre peinent déjà à vivre de leur métier.

En plus d’ « exacerber la compétition entre Etats membres »,  Benoît Biteau estime que cette stratégie « fragilisera davantage l’Union européenne » sur le plan politique à moyen terme. Selon lui, cette tactique renforce notamment les politiques agricoles de l’intensif menées dans certains pays de l’Est, qui captent les aides de la PAC sans obligations environnementales. A son sens, les conséquences seraient même mondiales. « Tous les produits qui sont exportés par des entreprises implantées en Europe bénéficient de prix bas (lait, blé, etc.), ce qui déséquilibre les marchés mondiaux et rend les paysans africains incapables de résister à la concurrence », explique le député qui y voit l’une des causes à l’immigration de ces dernières années. Conforter ce système « ruinerait des paysans du monde entier et renforcerait des firmes multinationales qui exportent et distribuent des dividendes élevés grâces aux subventions de la PAC », alors qu’il s’agit d’argent public. Sans compter que ces même groupes respectent rarement « des normes aussi strictes sur l'environnement, l'emploi, les pesticides que celles que nous avons en Europe », souligne le député vert. « Ce manque d'ambition internationale nous éloigne encore un peu plus d'une souveraineté alimentaire, et nous laisse aussi dépendants des importations de protéines en provenance d'Amérique du Sud.»

A lire également :

Tribune Libre : pour une PAC régionale en faveur de l'agriculture biologique.

> Le point de vue de la FNSEA sur la PAC selon Henri-Biès-Péré

 

Anne-Lise Durif
Par Anne-Lise Durif

Crédit Photo : Anne-Lise Durif

Partager sur Facebook
Vu par vous
28972
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Agriculture
Agriculture
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 15 + 14 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

A lire ailleurs sur aqui.fr
Samia Riffaut et son salarié Jérôme Brunet ont planté 3 600 plants de bambou géant Moso le 26 mai. Agriculture | 10/08/2022

Des bambous géants Moso plantés sur deux hectares en Haute-Vienne

Une centaine d'habitants des communes du Pays d'Aunis étaient présentes à la réunion d'informations organisée à Montroy le 26 juillet Agriculture | 29/07/2022

Pollution aux pesticides en plaine d’Aunis, les habitants se mobilisent

cdfr 2022 Agriculture | 25/07/2022

La Safer se penche sur le renouvellement des générations d’agriculteurs de la Gironde

Témoignages de jeunes installés et autres exemples de dossiers d'installations récentes ont animé les présentations de cette CDFR _ © Sylvain Desgroppes Agriculture | 08/07/2022

La Safer active sur un marché dynamique en Dordogne

L'Afdi Nouvelle-Aquitaine est à l'initiative de deux PER au Bénin : un sur la filière de la noix de cajou et un autre sur l'ananas Agriculture | 05/07/2022

Afdi Nouvelle-Aquitaine engagée dans les partenariats économiques en Afrique

Bourse agricole maritime Quai Lomabrd du Port Atlantique La Rochelle Agriculture | 30/06/2022

Bourse agricole La Rochelle-Pallice : un pré bilan en demie teinte

Romain et Audrey Verrier se sont installés en janvier 2022, en tant qu'éleveurs caprins en Deux-Sèvres Agriculture | 30/06/2022

Installation - Transmission: L' "incroyable" nouvelle vie de Romain et Audrey, éleveurs caprins débutants

Illustration Campagne Foncier rural et agricole nouvelle-Aquitaine Agriculture | 28/06/2022

Nouvelle-Aquitaine: Les marchés fonciers ruraux ont battu des records en 2021

Sylvie Marcilly et Cédric Tranquard à sa gauche signent la nouvelle convention Agriculture | 23/06/2022

Charente-Maritime : un partenariat renouvelé entre le département et la chambre d’agriculture

A Mont-Disse en Béarn, Charles Pelanne a vu ses cultures de kiwi et de vignes détruites à 100 % par la grêle. Ici avec Eric Spitz, préfet du département venu constater les dégâts Agriculture | 23/06/2022

Les orages de grêle destructeurs ont lourdement frappé le Béarn

L'équipe d'Euralis dont Laurent Dubain (à droite), DG du pôle agricole d'Euralis, sont venus à la rencontre de Philippe Joseph et de son fils engagés pour 20 ha, dans un contrat Gaïa Agriculture | 21/06/2022

Les agriculteurs rémunérés pour leur engagement agronomique

Sel et marais de l’île de Ré. Agriculture | 09/06/2022

Saliculture : une récolte de sel très précoce

Régis Boisseau, directeur de Semae Sud-Ouest Agriculture | 02/06/2022

Géopolitique, agroécologie, cultures alternatives... la filière semences "se réinvente"

Bruno Millet et Dominique Graciet au Salon de l'agriculture Nouvelle-Aquitiane, devant la vache Haquitanima Agriculture | 31/05/2022

Salon de l'agriculture et après ? " Installer un bruit de fond positif "

Jean-Christophe Roubin, responsable agriculture au CA, Olivier Constantin, Directeur Général du CA Aquitaine, Patrice Gentié, Président du CA Aquitaine et Sandrine Kergosien, Directrice des marchés spécialisés CA Aquitaine Agriculture | 31/05/2022

Le Crédit Agricole d'Aquitaine vent debout face à la crise qui secoue le secteur agricole