aqui.fr lance Aqui-Bordeaux-Métropole le 9 novembre 2015

27/09/16 : Le Tribunal administratif de Pau a consulté aujourd'hui mardi le premier des deux recours déposé par les opposants à l'intercommunalité unique du Pays basque. Celui-ci concernait l'étude de la validité de l'arrêté du 18 juillet. Jugement rendu lundi.

27/09/16 : Mme Sonia Penela est nommée sous-préfète, directrice de cabinet de la préfète de la Dordogne. Elle succède à Jean-Philippe Aurignac qui occupe désormais le poste de Secrétaire général de la préfecture du Cantal. Elle prendra ses fonctions le 3 octobre.

23/09/16 : Annulation du spectacle « Cabaret New Burlesque » programmé le mardi 11 octobre, au Théâtre Ducourneau, à Agen. Le producteur a déprogrammé la tournée européenne de ces artistes américains. Aucun autre spectacle ne sera programmé en remplacement.

23/09/16 : Elections au tribunal de Commerce d'Agen. 9 candidats en lice. Dépouillement prévu le 5 octobre à 9h30 et éventuellement, en cas de 2ème tour, le 18 octobre à 9h30.

23/09/16 : TEST TOEIC. Spécialisée dans l’enseignement des langues étrangères, la Maison de l’Europe47 à Agen organise une session de test TOEIC le mercredi 12 octobre de 14h à 17h. Plus d'infos au 05.53.66.47.59. Date limite d’inscription : le 26 septembre

22/09/16 : L'abeille et les problèmes auxquels elle est confrontée sont évoqués jusqu'au samedi 24 septembre lors de journées que le village Emmaüs de Pau-Lescar consacre à cet insecte à travers de multiples stands, animations et conférences.+ d'info

- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 27/09/16 | PS Gironde; les six circonscriptions réservées aux femmes

    Lire

    La fédération de la Gironde du PS dans un communiqué annonce qu'il a choisi de reconduire la parité pour la désignation des candidatures aux législatives de juin 2017. Pour ces prochaines échéances "le Parti Socialiste girondin s’inscrit dans cette même dynamique de féminisation de ses candidatures en marquant son souhait de réserver la moitié des circonscriptions girondines soit les 1ère, 2e, 5e, 6e, 8e et 12e circonscriptions. L’ensemble des 12 circonscriptions seront soumises au vote des militants." Cette proposition a été adoptée par 72% des membres du Conseil Fédéral ce 26 septembre.

  • 27/09/16 | Un nouveau radar fixe dans le Bergeracois pour la fin de l'année

    Lire

    Un radar fixe sur la route entre Bergerac et Eymet va être installé. C'est ce qu'a annoncé la préfète de Dordogne, Anne-Gaëlle Baudouin-Clerc. L'emplacement exact n'a pas été révélé. "Il s'agit d'une route qui n'avait pas été identifiée comme particulièrement dangereuse. Mais suite à plusieurs accidents récents sur cet axe, j'ai demandé l'installation d'un radar". Il devrait être mis en place d'ici la fin de l'année explique-t-elle. Il flashera dans les deux sens de circulation.

  • 26/09/16 | Chômage: Les chiffres en Nouvelle Aquitaine

    Lire

    302 935 demandeurs sans aucune activité fin août: +0,7 % sur 3 mois: +2 051 personnes, +0,6 % sur un mois et -0,8 % sur un an. France: + 1,0 % sur 3 mois, +1,4 % sur un mois, -0,3 % sur un an. +1,2 % pour les moins de 25 ans (+2,0 % sur un mois et –4,7 % sur un an), +0,4 % pour ceux de 25 à 49 ans (+0,3 % sur un mois et –1,2 % sur un an) et de 1,1 % pour ceux de 50 ans ou plus (+0,5 % sur un mois et +2,5 % sur un an). Au total (ABC) 501 721 demandeurs: + 2,1 % sur un an. Par département: –1,0 % en Creuse et +1,8 % en Charente sur 3 mois et entre –1,1 % dans les Landes et +1,6 % en Charente sur un mois.

  • 26/09/16 | Alain Juppé : "les maires doivent s'efforcer de mieux accueillir les réfugiés"

    Lire

    Avant son conseil municipal, Alain Juppé, a appelé lundi les élus municipaux de tous bords à "faire des efforts" pour mieux accueillir les réfugiés "demandeurs d'asile" en France. Il s'oppose sur cette question, au Front national qui est hostile à tout accueil de réfugiés. M. Juppé a distingué les personnes en situation illégale qui "ont vocation à être reconduites à la frontière" et "les demandeurs d'asile". Pour ces derniers, "il faut évidemment éviter cette forte concentration à Calais".

  • 25/09/16 | La Rochelle : le Grand Pavois ouvre ses portes mercredi

    Lire

    Du 28 septembre au 3 octobre le port des Minimes accueille le Grand Pavois, l'occasion de découvrir 750 bateaux, dont 300 à flot, issus de 35 pays. Parmi elles, les dernières créations des maisons Bénéteau et Fountaine-Pajot. Plusieurs navigateurs et leurs embarcations sont attendus comme Damien Seguin, médaillé en voile aux derniers JO paralympiques. Médaillée à Rio, la véliplanchiste Charline Picon, sera la marraine de cette édition. Parmi les nouveautés : un espace dédié aux bateaux de patrimoine plus grands, de la sensibilisation à la sauvegarde des océans,la présence de WWF France et une étape de la coupe de France de Stand Up Paddle.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Elections régionales 2015 Innov'action et Agriculture

Nos partenaires


Agriculture | Premiers canetons post-crise aviaire en Chalosse, Le Foll se veut rassurant

13/05/2016 | Le ministre de l'Agriculture a confirmé un plan d'investissement sur 5 ans pour appliquer des mesures de biosécurité

LeFoll

Pour saluer le retour des canetons dans les exploitations après l'épidémie d'influenza aviaire qui a contraint au vide sanitaire 18 départements du Sud-Ouest, Stéphane Le Foll a visité vendredi une exploitation à Toulouzette (Landes) et rencontré à Mugron une cinquantaine d'acteurs de la filière des régions Aquitaine–Poitou-Charentes–Limousin et Languedoc-Roussillon-Midi-Pyrénées. Une table ronde qui a semblé rassurer le petit monde du canard gras.

L'élevage avait été touché par le virus aviaire et avait contraint ses propriétaires à abattre le cheptel en janvier dernier. Au sein du groupement d'exploitations Label Rouge GAEC Séris à Toulouzette, Alain Tastet a retrouvé le sourire cette semaine grâce à l'arrivée de nouveaux palmipèdes d'un jour pour enfin repeupler ses canetonnières. Un des premiers à revoir les petites boules de duvet jaune en Chalosse car pour le reste des éleveurs n'ayant pas eu le virus directement chez eux, les canetons ne seront livrés qu'à partir de lundi prochain. Le sourire donc mais pas encore tout l'argent promis par l'Etat. M. Tastet a indiqué avoir reçu jusqu'ici 20% de l'indemnisation totale attendue. « On pensait tout avoir fin avril... », regrette l'exploitant qui ne produira en 2016 qu'un tiers de canards par rapport à l'an dernier et devra acheter un part d'animaux prêts à gaver (12 semaines), lui qui jusqu'ici a toujours élevé des canetons depuis leur premier jour.

Sauver une filière d'excellenceAprès sa visite en tenue sanitaire de choc, M. Le Foll a dit à la presse « comprendre l'impatience » mais « on fait en sorte de compenser les pertes ». Disant travailler aussi à moyen et long terme pour sauver cette « filière d'excellence », le ministre a ajouté : « tout le monde voudrait que j'arrive avec plein d'argent dans les poches et que je distribue, mais il va falloir faire un plan sur cinq ans (220M€) pour avoir des investissements cohérents et appliquer les mesures de biosécurité ». Celles-là même qui inquiètent nombre de petits exploitants familiaux dont certains craignent de voir décliner l'élevage en plein air qui fait la force des Landes, un département qui a déjà réservé 5 millions d'euros de crédits en soutien à la filière.
A l'issue d'une table ronde à Mugron autour de nombreux représentants régionaux, le ministre, au côté d'Henri Emmanuelli, a par ailleurs rappelé les mesures de solidarité nationale : premières avances pour les éleveurs en mai-juin, peut-être une avance supplémentaire en octobre, des aides aux accouveurs sans doute pour fin mai, et des avances de trésorerie, reports fiscaux et de cotisations sociales pour les entreprises de l'aval (conserveurs, transporteurs, transformateurs...).
Risque d'importationGlobalement, les représentants de la filière semblaient rassurés par la visite de Stéphane Le Foll. « Il est venu faire passer un message de confiance », a notamment salué Dominique Graciet, président de la Chambre régionale d'Agriculture, pour qui « il reste à peaufiner le plan d'intervention de l'Etat sur les investissements », « on va le surveiller ! ».
Tout cela va « plutôt dans le bon sens », a aussi souligné Christophe Mesplède. Mais le responsable du Modef des Landes (exploitants familiaux) ne cache pas sa peur de la reprise : « autour de la table, il y avait Delpeyrat, Maïsadour, Labeyrie et Euralis, certains se sont engagés à ne pas importer plus que d'habitude mais le risque est là : que l'importation se substitue au manque de production locale et qu'il y ait, derrière, moins de place pour nous ». D'autant que les prix vont augmenter du fait des investissements en biosécurité que devront mettre en place les petits exploitants comme les grands.

Julie Ducourau
Par Julie Ducourau

Crédit Photo : DR

Partager sur Facebook
Vu par vous
2705
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Agriculture
Agriculture
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 30 + 15 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

A lire ailleurs sur aqui.fr