aqui.fr lance Aqui-Bordeaux-Métropole le 9 novembre 2015

20/02/17 : La LGV Tours-Bordeaux sera inaugurée à Villognon, en Charente, le 28 février, sur la base de maintenance de Mesea. Le président François Hollande est attendu sur l'événement, mais son éventuelle venue ne sera confirmée qu'au dernier moment.

19/02/17 : Stupéfaction dans la profession agricole après l'annonce ce dimanche 19 février de la "mort brutale" à 58 ans de Xavier Beulin qui présidait aux destinées de la FNSEA depuis 2010

13/02/17 : Des "journées libertaires" organisées par la section étudiante de la CNT-AIT auront lieu à Pau du vendredi 17 au jeudi 23 février. Elles auront pour thème : "mouvements spontanés contre refondation de la Gauche".+ d'info

13/02/17 : Après avoir débuté en Aragon et être passé par la vallée d'Aspe, dans les Pyrénées-Atlantiques, le carnaval béarnais investira les rues de Jurançon le mardi 14 février. Puis il prendra possession de Pau du jeudi 23 au dimanche 26 février.+ d'info

03/02/17 : Après avoir battu Lens en 16e de finales de la Coupe de France, le Bergerac Périgord FC voit se dresser sur sa route une autre équipe du Nord, cette-fois-ci une Ligue 1, Lille. Le match se jouera le 28 février ou le 1er mars.

31/01/17 : Le prochaine édition du Festival du journalisme vivant, qui se déroulera du 27 au 30 juillet à Couthures-sur-Garonne, se fera en partenariat avec le Groupe Le Monde. Ateliers de Couthures-sur-Garonne.

- Multivote -
- Publicité -
S’abonner ici !
- Publicité -
  • 17/02/17 | Plans Digues : le ni oui ni non de la Région à la Charente-Maritime

    Lire

    A l'occasion de la pose de la 1re pierre du chantier du Gabut à La Rochelle, la Région avait envoyé son représentant, le conseiller Vital Baude (EELV). Celui-ci a réaffirmé l'engagement financier de l'APLC dans le plan d'action PAPI 2012-2017 mais est resté sibyllin concernant une aide au plan 2018-2025, pourtant validé par l'Etat. Il a invité les élus locaux à lui faire "remonter les avenants des chantiers les plus urgents". La suite fera "l'objet d'une réflexion", sur la forme et le fond.

  • 17/02/17 | Les saveurs du Périgord ont rendez-vous au Salon de l'Agriculture

    Lire

    Foie gras, canard, noix, pommes, truffes, vins de Bergerac, poulet fermier du Périgord, agneau du Périgord, cabécou... toutes les saveurs du Périgord ont rendez-vous au Salon International de l’Agriculture de Paris, du 25 février au 5 mars. Les nombreux visiteurs pourront découvrir la richesse du Périgord en matière d’activités de pleine nature. Le 28 février, la journée dédiée à la Dordogne proposera des animations culinaires animées par le chef Yves Jasmin.

  • 17/02/17 | H5N8 : la FDSEA 40 pour un abattage total des canards

    Lire

    Avec la démultiplication du virus aviaire, la FDSEA des Landes s'est prononcé jeudi pour un nouveau vide sanitaire, puisque les mesures d'abattage préventif par zones sont "dans l'impasse". Le syndicat demande par ailleurs d'accélérer les indemnisations des éleveurs qui, s'ils n'ont pas été touchés par le H5N8, n'ont pas pu rentrer de nouveaux canards depuis janvier dans les exploitations. "Les banques aussi doivent jouer le jeu" car les producteurs "sont à genoux", selon le président Lesparre.

  • 14/02/17 | Recherche seniors désespérément...

    Lire

    Enedis, réseau de distribution d'électricité( Ex ERDF) recrute 12 postes en CDD Sénior en Gironde et en Dordogne. Le CDD Sénior est un dispositif réservé aux travailleurs de plus de 57 ans en recherche d'emploi. C'est une opportunité de favoriser le retour à l'emploi d'une population particulièrement touchée par le chômage et de leur permettre de compléter leurs droits pour bénéficier d’une meilleure retraite à l'avenir. Pour postuler : www.enedis.fr/postuler-nos-offres

  • 14/02/17 | Crise aviaire : Emmanuelli préconise un nouveau vide sanitaire

    Lire

    «Au point où nous en sommes arrivés, il vaudrait mieux tout abattre qu'on sache à quelle date on pourrait reprendre la production», selon le président du Conseil départemental des Landes. Malgré les abattages préventifs par zones, l'épizootie continue de se propager en Chalosse et à l'ouest de ce département qui concentre le quart de la production nationale de canards gras. Le Conseil départemental a décidé lundi des aides d'un million d'euros pour la filière palmipèdes et volailles maigres.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Elections régionales 2015 Innov'action et Agriculture

Nos partenaires


Agriculture | Préservation des races domestiques d’Aquitaine : la lutte continue pour les vaches bordelaises

31/05/2014 | Lutter contre la mise en péril de la biodiversité agricole locale, tel est le crédo du conservatoire des races d’aquitaine.

Veau de race Bordelaise

Afin que les ressources vivrières soient disponibles pour les générations futures, le conservatoire des races d’Aquitaine a établi des programmes de reproduction en interne mais également chez certains producteurs. L’association défend avec ferveur le maintien et la valorisation des races d’élevage au service d’une économie locale.

Dans les années 70, des chercheurs rendent compte du nombre décroissant de certaines races animales domestiques. Suite à ce constat, le conservatoire des races d’aquitaine se crée en 1991 et fait connaître les effectifs manquants. Pour faire face à cette déperdition entamée, le conservatoire, en synergie avec des scientifiques et acteurs professionnels met en marche des études zootechniques, écologiques et sociologiques pour favoriser le renouveau de certaines races en voie d’extinction.

Parmi ces espèces, une a été sauvé à temps : la vache bordelaiseRobe pie, tête noire, fine et allongée, donnent naissance à deux petites cornes relevées. La vache bordelaise est aisément reconnaissable parmi ces congénères bovines. Mais une nuance est à connaitre : le fait que sa morphologie se décline en deux types. En effet, le type ancien à taches larges et bandes blanches dorsales dénommé « Beyrette » coexiste avec un type sélectionné à robe finement mouchetée dit « pigaillé ».

Considérée comme disparue depuis 1960, une dizaine de vaches furent découvertes entre 1985 et 1990 en Aquitaine. Enfin retrouvées, le conservatoire les a tout de suite intégrées dans un programme de reproduction. Les effectifs ont petit à petit augmenté pour arriver aujourd’hui à 130 femelles et une vingtaine de mâles reproducteurs dont 9 en insémination artificielle. «  Nous effectuons une sélection génétique pour maintenir la diversité de la race » explique Lucie Callede, chargée de mission au conservatoire.

Fournisseuse de lait officielle de la ville de BordeauxAu XIXème siècle, la vache bordelaise avait une fonction bien établie qui s’est avérée fructueuse sur le pan économique : fournisseuse de lait officielle de la ville de Bordeaux. Beaucoup de châteaux avaient des vaches bordelaises en plus des productions de vin. Un des derniers troupeaux fut recensé au château de Giscours qui a, pour l’anecdote, réintégré récemment deux vaches, un taureau et un veau bordelais en son territoire originel.

« Maintenant que les effectifs sont plus grands, on peut réfléchir au devenir de la race bordelaise » indique Lucie Callede. C’est dans cette optique que la vache bordelaise a été réintroduite pour la production de lait et de fromage chez plusieurs éleveurs d’Aquitaine. Egalement depuis peu, certaines vaches ont trouvé demeure dans la prairie du parc floral de Bordeaux où les bovins participent au maintien d’un écosystème naturel.

18 races menacées en Aquitaine En tout, le cnservatoire a repertorié 18 races menacées en Aquitaine comme l’abeille noire du pays basque retrouvée récemment. Le seul regret que peut avoir cette association, est la disparition des poneys des pins. Mais Lucie Callede ne dramatise pas, « à part le poney des pins, aucune race n’a disparu, on peut s'en féliciter ! »

Sont considérées comme race en petit effectif, donc menacées les populations inférieures ou égales à 1000. Les vaches bordelaises ne sont donc pas encore assez nombreuses pour considérer qu’elles ne soient plus sous haute vigilance. «  130, ça reste peu, j’espère que ça va encore augmenter » conclu Lucie Callede. Le conservatoire est perpétuellement en recherche d’éleveurs qui voudraient prendre sous leur ailes quelques vaches bordelaises. A bon entendeur, salut… le bon lait et fromage de tout un territoire local est en jeu.

Lucy Moreau
Par Lucy Moreau

Crédit Photo : Lucy Moreau

Partager sur Facebook
Vu par vous
3374
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Agriculture
Agriculture
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 22 + 8 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

A lire ailleurs sur aqui.fr