aqui.fr lance Aqui-Bordeaux-Métropole le 9 novembre 2015

06/02/16 : Gargantua et le Petit chaperon rouge font l'objet de deux projets théâtraux présentés en février et en avril par les scènes Espaces Pluriels et Agora, à Pau. Ils sont proposés par le comédien et metteur en scène José Mellano et par Joël Pommerat+ d'info

06/02/16 : Le grand cross de Pau Reverdy, première étape du challenge européen de cross country qu'est la Crystal Cup, se disputera le dimanche 7 février sur l'hippodrome du Pont Long, à Pau. Il constitue la course la plus spectaculaire du meeting d'hiver.+ d'info

05/02/16 : A630: en raison des travaux de mise à 2X3 voies la rocade intérieure sera fermée à la circulation entre l’échangeur 12 (Beutre) et l’échangeur 9 (Magudas), lundi 8 et mardi 9 février 2016 de 21h00 à 6h00.

02/02/16 : Plusieurs dizaines d'agriculteurs dénonçant les difficultés de la profession ont entassé pneus, et enflammé des balles de paille, ce matin devant une villa préfectorale de Pau. Les manifestants se sont aussi rendus devant l'hypermarché Leclerc

01/02/16 : Après la mobilisation des services de l'Etat et des collectivités, soulagement et maintien de la vigilance sur le littoral landais après la réussite de l'opération de remorquage du cargo panaméen qui pourrait relier le port de Bilbao mercredi.

Partez au ski avec aqui.fr et N'Py
- Publicité -
S’abonner ici !
- Publicité -
  • 06/02/16 | Les batailles lycéennes d'oeufs et de farine interdites à Pau

    Lire

    Trop c'est trop. Les batailles d'œufs et de farine qui opposent chaque année les élèves des lycées Saint-Cricq et Barthou ont été interdites par François Bayrou, le maire de Pau, ainsi que les tirs de pétards qui les accompagnent. Cela, après que des passants, des commerces et des policiers aient reçu des projectiles. La Police nationale a fait savoir qu'elle infligera une contravention de 11 € à toute personne qui ne respectera pas l'arrêté. Les parents des auteurs mineurs devront par ailleurs indemniser les victimes pour les dégâts subis.

  • 05/02/16 | En Dordogne, les conseillers départementaux adoptent le budget sans l'oppostion

    Lire

    Ce matin, les élus du département de la Dordogne ont adopté un budget en diminution. Les élus de l'opposition on voté contre, tout en faisant des propositions d'économies sur le personnel, l'insertion et les subventions aux associations. Le budget primitif 2016 s'élèvera à 503.211.657 €, en baisse (-1,5%) par rapport au budget primitif 2015. Comme annoncé, lors du débat budgétaire, la fiscalité augmentera sur le foncier bâti sur 2016 et 2017, cela représentera 4,3 M€ de recettes supplémentaires.

  • 05/02/16 | Gironde: Pierre Garmendia est décédé

    Lire

    C'est une figure de la vie politique girondine, et singulièrement de la rive droite, qui s'est éteinte ce 5 févier à l'âge de 91 ans. Pierre Garmendia d'abord élu à Cenon en 1965, puis conseiller général et régional tout en étant à 4 reprises député de la 4e circonscription de la Gironde et Maire de Floirac de 1995 à 2001. Hommage d'Alain Rousset: Il a partagé la transition entre André Labarrère et Philippe Madrelle au service de l'Aquitaine; Il a accompagné affectueusement mon parcours, y compris dans les phases difficiles. Il représente l'intégration d'une famille basque espagnole fuyant la dictature venue s'épanouir en Gironde."

  • 03/02/16 | La fin annoncée du centre culturel de Ribérac

    Lire

    A travers un communiqué, l'association qui gère le centre culturel de Ribérac (24) a annoncé sa dissolution. « Nos discussions avec la mairie s'arrêtent là », annonce-t-elle, affirmant qu'il va être procédé au licenciement économique des trois salariés. Un conflit oppose la municipalité et la structure : en cause une baisse notable des subventions municipales, de 75 000 euros maximum contre 123 500 l'an passé. Un rassemblement de soutien est prévu le 6 février, à 10h30, place du Général-de-Gaulle.

  • 02/02/16 | Bus "Macron": Dangereux concurrents pour les TER

    Lire

    La région ALPC réagit à la création de nouvelles dessertes, la loi Macron ayant libéralisé le transport des voyageurs par autocar, au risque de porter atteinte à l'équilibre économique de certaines lignes Ter. En tant qu'Autorité organisatrice de transport, la Région a saisi l'ARAFER (Autorité de régulation des activités ferroviaires et routières) pour 4 liaisons: Limoges-Brive-la-Gaillarde (société Flixbus) : demande de limitation; Niort-Poitiers (sté Flixbus): demande d'interdiction; Brive-la-Gaillarde Périgueux (sté « Courriers Rhodaniens ») : demande d'interdiction; Mont-de-Marsan-Pau (sté Starshipper) : demande de limitation

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Elections régionales 2015 Innov'action et Agriculture

Nos partenaires


Agriculture | Préservation des races domestiques d’Aquitaine : la lutte continue pour les vaches bordelaises

31/05/2014 | Lutter contre la mise en péril de la biodiversité agricole locale, tel est le crédo du conservatoire des races d’aquitaine.

Veau de race Bordelaise

Afin que les ressources vivrières soient disponibles pour les générations futures, le conservatoire des races d’Aquitaine a établi des programmes de reproduction en interne mais également chez certains producteurs. L’association défend avec ferveur le maintien et la valorisation des races d’élevage au service d’une économie locale.

Dans les années 70, des chercheurs rendent compte du nombre décroissant de certaines races animales domestiques. Suite à ce constat, le conservatoire des races d’aquitaine se crée en 1991 et fait connaître les effectifs manquants. Pour faire face à cette déperdition entamée, le conservatoire, en synergie avec des scientifiques et acteurs professionnels met en marche des études zootechniques, écologiques et sociologiques pour favoriser le renouveau de certaines races en voie d’extinction.

Parmi ces espèces, une a été sauvé à temps : la vache bordelaiseRobe pie, tête noire, fine et allongée, donnent naissance à deux petites cornes relevées. La vache bordelaise est aisément reconnaissable parmi ces congénères bovines. Mais une nuance est à connaitre : le fait que sa morphologie se décline en deux types. En effet, le type ancien à taches larges et bandes blanches dorsales dénommé « Beyrette » coexiste avec un type sélectionné à robe finement mouchetée dit « pigaillé ».

Considérée comme disparue depuis 1960, une dizaine de vaches furent découvertes entre 1985 et 1990 en Aquitaine. Enfin retrouvées, le conservatoire les a tout de suite intégrées dans un programme de reproduction. Les effectifs ont petit à petit augmenté pour arriver aujourd’hui à 130 femelles et une vingtaine de mâles reproducteurs dont 9 en insémination artificielle. «  Nous effectuons une sélection génétique pour maintenir la diversité de la race » explique Lucie Callede, chargée de mission au conservatoire.

Fournisseuse de lait officielle de la ville de BordeauxAu XIXème siècle, la vache bordelaise avait une fonction bien établie qui s’est avérée fructueuse sur le pan économique : fournisseuse de lait officielle de la ville de Bordeaux. Beaucoup de châteaux avaient des vaches bordelaises en plus des productions de vin. Un des derniers troupeaux fut recensé au château de Giscours qui a, pour l’anecdote, réintégré récemment deux vaches, un taureau et un veau bordelais en son territoire originel.

« Maintenant que les effectifs sont plus grands, on peut réfléchir au devenir de la race bordelaise » indique Lucie Callede. C’est dans cette optique que la vache bordelaise a été réintroduite pour la production de lait et de fromage chez plusieurs éleveurs d’Aquitaine. Egalement depuis peu, certaines vaches ont trouvé demeure dans la prairie du parc floral de Bordeaux où les bovins participent au maintien d’un écosystème naturel.

18 races menacées en Aquitaine En tout, le cnservatoire a repertorié 18 races menacées en Aquitaine comme l’abeille noire du pays basque retrouvée récemment. Le seul regret que peut avoir cette association, est la disparition des poneys des pins. Mais Lucie Callede ne dramatise pas, « à part le poney des pins, aucune race n’a disparu, on peut s'en féliciter ! »

Sont considérées comme race en petit effectif, donc menacées les populations inférieures ou égales à 1000. Les vaches bordelaises ne sont donc pas encore assez nombreuses pour considérer qu’elles ne soient plus sous haute vigilance. «  130, ça reste peu, j’espère que ça va encore augmenter » conclu Lucie Callede. Le conservatoire est perpétuellement en recherche d’éleveurs qui voudraient prendre sous leur ailes quelques vaches bordelaises. A bon entendeur, salut… le bon lait et fromage de tout un territoire local est en jeu.

Lucy Moreau
Par Lucy Moreau

Crédit Photo : Lucy Moreau

Partager sur Facebook
Vu par vous
602
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Agriculture
Agriculture
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 9 + 8 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires