Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

14/10/19 : Le département de la Dordogne est placé en alerte orange pour orages jusqu'à mardi 6 heures. Un épisode orageux est prévu ce lundi entre 14 h et 18 h, avec une forte probabilité de phénomènes localement violents (fortes intensités de pluie, grêle)

10/10/19 : C'était un secret de polichinelle depuis la fin de semaine dernière, Michel Veunac a fait part ce matin de sa candidature pour un nouveau mandat de maire de Biarritz via un communiqué adressé à France 3. Ses proches en étaient déjà informés.

10/10/19 : Beynac : en attendant la décision de la cour administrative d'appel sur le fond du dossier, le Département de la Dordogne appelle à un rassemblement citoyen le 16 novembres aux allées Tourny à Périgueux pour demander la fin du chantier de la déviation.

09/10/19 : Muriel Pénicaud, Ministre du Travail, est en déplacement en Béarn jeudi 10 octobre. Elle visitera l’entreprise adaptée APF France Handicap 64 à Sauvagnon avant de se rendre sur le salon de l’Inclusive Tour, à Pau, dédié à l’emploi et au handicap.

09/10/19 : La Rochelle : la Fête de la Science accueille 2 spectacles d’art de rue à Port-Neuf: "Martine, voyante des territoires" par la Cie Midi à l’Ouest et “Effractions Nocturnes“ de la Cie Illotopie… Les 11, 12 et 13 devant le Yacht club du Gabut. Gratuit.

08/10/19 : Niort: Le réaménagement du boulevard Main, entre le Moulin du Roc et le quai Métayer, a débuté en janvier. A partir du 21/10, la voie qui longe le port Boinot sera définitivement fermée aux véhicules et la circulation basculée sur la nouvelle voie.

07/10/19 : Le prochain congrès des départements de France se tiendra à Bourges du 16 au 18 octobre, avant de faire sa 90e édition en novembre prochain à La Rochelle. Cette année voit célébrer le 230e anniversaire de la création des Départements.

04/10/19 : A partir de lundi 7 octobre, le Département de la Gironde réalise des travaux de mise en sécurité sur la voie verte située sur la RD 809, entre le carrefour giratoire d'Aquitaine et celui du Sauternais. Fin des travaux prévue le 28 octobre.

04/10/19 : Ce sont les 24 25 et 26 septembre 2020, sur la BA 106 à Mérignac, que se tiendra la 5ème édition de l'ADS Show, Salon leader dans le domaine de la maintenance aéronautique et spatiale, entre conférences, affaires et salon des métiers.

02/10/19 : Stéphane Kintzig est le nouveau Directeur Général de Congrès et Expositions de Bordeaux depuis ce 1er octobre. Il succédera à Vincent Grenié fin décembre, le temps d'assurer « une transition optimale » avec les équipes, les clients et les partenaires

01/10/19 : Suite à l'arrêté anti-pesticides pris à Poitiers, le maire, Alain Claeys, va rencontrer ce 2 octobre le président, Philippe Tabarin, et les représentants de la chambre d'agriculture de la Vienne pour échanger à ce sujet.

01/10/19 : Municipales Bergerac:La fédération PS de la Dordogne fait savoir ce mardi qu'elle condamne les propos haineux développés par le Rassemblement National dans un tract diffusé à Bergerac et apporte son soutien à Adib Benfeddoul face à ces attaques indignes.

- Publicité -
S’abonner ici !
- Publicité -
  • 14/10/19 | Les Landes se dotent d’un nouveau site internet

    Lire

    Le Département des Landes lance un nouveau site d’information en ligne qui a pour objectif de permettre à chaque landais d’avoir une meilleure connaissance et compréhension des politiques publiques mises en œuvre. Un espace de contribution est également crée où chacun pourra proposer des articles, évènements, photos. Rdv sur Xlandes-info

  • 14/10/19 | Limoges, Ville-Santé de l’OMS

    Lire

    La Ville de Limoges vient d’être reconnue membre du réseau des Villes-Santé de l’Organisation Mondiale de la Santé. Grâce à cela, la commune souhaite renforcer son action sur la santé en affirmant la volonté d’améliorer l’état de santé et le bien-être de ses concitoyens en utilisant le levier des politiques publiques locales. Elle va s’inscrire dans le groupe de travail « Ville Sport Santé ».

  • 14/10/19 | Le Grand Dax lance Bonus Drive pour les trajets du quotidien

    Lire

    Le Grand Dax met en place une nouvelle application de mobilité sur le territoire des 20 communes de l'Agglo. Appelée Bonus Drive, cette application gratuite de covoiturage de proximité, permet de partager les déplacement habituel de courte distance (travail, courses, médecin, loisir,etc) tout en faisant des économies avec des trajets pour 0,10€/km, soit en moyenne 3 fois moins cher qu’un trajet seul au volant. Et un système de récompense (bonus) est mis en place pour les co-voitureurs réguliers. Téléchargeable depuis l’apple store et Google Play, l'application est active dès ce 14 octobre. Infos: www.grand-dax.fr

  • 14/10/19 | Un Salon du Bien être à Cenon

    Lire

    Le club d’entreprise Des deux rives et celui de Cenon (33) organisent la 8ème édition du salon Les rives du bien-être. L’événement se déroulera les samedi 19 et dimanche 20 octobre 2019 au complexe sportif de la Morlette à Cenon. Quatre-vingts exposants accueilleront les visiteurs avec pour objectif de faire découvrir une large palette de thérapies alternatives, de médecines douces, de techniques manuelles et produits voués au bien-être. Au programme aussi des ateliers, conférences et diverses prestations pouvant, pour certaines être payantes. Entrée libre.

  • 13/10/19 | Lascaux IV gratuit pour les écoliers et collégiens périgourdins

    Lire

    L'entrée à Lascaux 4 à Montignac, est gratuite pour les écoliers du primaire et les collégiens de Dordogne, du 1er novembre au 31 mars 2020, dans le cadre de sorties scolaires. Le département répond ainsi à une demande des enseignants qui estiment que les billets d'entrée coûtent trop chers pour organiser des sortie scolaires. La Sémitour, qui gère Lascaux, a accepté de baisser ses tarifs. Le département de la Dordogne prend en charge la compensation financière.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Agriculture | Protéger la ressource en eau, le défi de la SAFER 17

28/04/2019 | La SAFER et le syndicat des eaux de Charente-Maritime tentent depuis dix ans de protéger la ressource en eau des pollutions en rachetant les terres en zone de captage

Paul Arnold, Pauline Pierrard et Christophe Dédouche

La SAFER de Charente-Maritime et Eau 17 (ex syndicat des eaux de la Charente-Maritime) travaillent ensemble régulièrement depuis le début des années 2000 pour tenter de protéger des pollutions les zones de captage d’eau potable destinée à la consommation du grand public. Elles viennent de renforcer leur partenariat, en travaillant, main dans la main, pour racheter les terres concernées et y implanter des pratiques plus vertueuses. Un challenge quotidien tant les esprits peinent à changer.

Voilà une dizaine d’années déjà que la SAFER 17 assure un rôle de veille foncière autour des zones de captages, et les signalent au syndicat des eaux en cas de pollution ou en prévention d’un risque. « Au départ, on travaillait uniquement sur les zones les plus sensibles avec un périmètre très restreint, comme celles où il y a des failles géologiques permettant un ruissellement plus rapide de l’eau vers les nappes », explique Paul Arnold, le directeur de la SAFER 17. Ainsi, entre 2005 et 2010, l’ex syndicat des eaux de Charente-Maritime (qui gère 80% du territoire) a racheté plusieurs terrains sur ces zones les plus à risque (elle en possède 7 actuellement). Jusqu’à présent, le syndicat avait plusieurs perspectives : effectuer des échanges de cultures entre les agriculteurs pour mettre des pratiques plus vertueuses, faire un bail à coût réduit pour permettre d’implanter une culture sans intrant, voire revendre à des agriculteurs en Bio, toujours par l’intermédiaire de la SAFER.  « Aujourd’hui, on voudrait étendre ce périmètre pour racheter des zones plus larges », poursuit Pauline Pierrard, animatrice du programme Re-Sources chez Eau 17. Objectif : convertir ces terres en prairies ou les proposer à la vente à des porteurs de projets en Bio désirant s’installer. Or, les parcelles étant souvent morcelées entre plusieurs agriculteurs, parfois exploitants non propriétaires, c’est un véritable casse-tête de réussir à rassembler les terrains nécessaires.

Des prix du foncier à la hausse

« Le problème, c’est que les agriculteurs ont compris que c’est important pour nous de récupérer ces terres. Du coup, certains en profitent pour faire monter les prix de manière déraisonnable », constate Christophe Dédouche, le président du comité technique de la SAFER 17, « comme le territoire est en tension en niveau du foncier, jusqu’à présent nous n’avons pas eu d’autres choix que de nous aligner : il y a en moyenne 7 candidats au rachat lors d’une vente de parcelle. Là, on atteint des prix de revente dans la fourchette haute par rapport à la valeur du foncier agricole, mais il ne faudrait pas que ça monte davantage comme dans d’autres départements où les terres partent le double du prix de leur valeur, sinon on ne pourra plus travailler, on sera obligé de limiter nos achats au strict minimum ». Au-delà du fait que ces terres sont rachetées avec de l’argent public – qui n’est pas illimité - cette surenchère dans les prix entraîne une difficulté à revendre ces terres aux agriculteurs désireux de s’installer.

Une loi pour éviter les abus?

Alors, quelles solutions pour continuer à préserver les parcelles en zones de captage ? « On réfléchit à mettre en place des Obligations réelles environnementales (ORE), des contrats de servitude sur la propriété avec des compensations financières, auprès des agriculteurs installés », expliquent les représentants de la SAFER, conscients que cette seule mesure ne suffira pas. « On doit trouver d’autres solutions pour moraliser les pratiques et trouver un moyen de fixer les prix », poursuit Christophe Dédouche. Pour lui, une loi fixant les règles d’achat et de vente du foncier agricole dans le cadre de la protection environnementales lui paraîtrait une bonne idée, même s’il affiche un léger scepticisme quant à sa probable réalisation : « On va demander à rencontrer les députés du département pour qu’ils fassent quelque chose en ce sens, mais si c’est pour que ça accouche encore d’une souris… ». Sans compter que ça ne résoudrait pas le problème des zones de captage hors terres agricoles. « La SAFER a le droit de préempter sur des « assiettes » à usage agricole mais nous ne le pouvons pas avec le seul argument environnemental et sur des parcelles non destinées à l’agriculture », rappelle le directeur de la SAFER 17.

Reste la pédagogie et la communication déployées depuis dix ans, à continuer auprès des agriculteurs comme du grand public. « Le problème de la qualité de l’eau, c’est le problème de tous, sinon, on va droit dans le mur», rappelle Christophe Dédouche, un peu désabusé de constater que, dans la théorie, tout le monde est d’accord pour protéger la ressource, mais que la pratique ne suit pas toujours.

Anne-Lise Durif
Par Anne-Lise Durif

Crédit Photo : Anne-Lise Durif

Partager sur Facebook
Vu par vous
4140
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Agriculture
Agriculture
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 16 + 16 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

A lire ailleurs sur aqui.fr