Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

16/02/19 : Charente : le rectorat a annoncé hier douze fermetures d'écoles et vingt trois fermetures de classes, particulièrement en milieu rural, pour la rentrée 2019. A Voulgezac/Plassac-Rouffiac, c'est carrément le groupe scolaire qui disparaît.

15/02/19 : La Rochelle : Réunion publique dans le cadre du grand débat national « Transition écologique, un devoir laïc, démocratique et citoyen » Salle de l’Oratoire, ce dimanche à 14h.

15/02/19 : Charente-Maritime : la mairie de Clavette, près de La Rochelle, organise un Grand Débat national sur le thème de la fiscalité, mardi 26 février à 19h à la salle des fêtes.

15/02/19 : La Rochelle : suite à un nouvel appel à manifestation sur les réseaux sociaux, non déclaré en préfecture, cette dernière a renforcé son dispositif de sécurité et réitéré son arrêté interdisant la vente et la détention de produits chimiques.

15/02/19 : Suite à une AG extraordinaire qui s’est tenue ce jour, le Frac Aquitaine change de nom. En référence à la dimension territoriale de ses missions et au nouveau bâtiment qu'il intégrera d'ici juin, il se nomme désormais Frac Nouvelle-Aquitaine MÉCA.

14/02/19 : Virginie Calmels a fait part de son retrait de la vie politique lors d'une réunion de la majorité municipale bordelaise ce jeudi 14 évrier et devrait renoncer à son mandat municipal concomitamment avec Alain Juppé début mars.

13/02/19 : Les artistes Benjamin Biolay et Melvil Poupaud se retrouvent sur la scène du théâtre Ducourneau d'Agen, vendredi 15 février à 20 h 30 pour présenter leur Songbook idéal.

13/02/19 : Contre la Réforme des lycées, les établissements de la Rive Droite se mobilisent, le jeudi 14 février, à 17h30. Depuis le lycée Elie Faure, direction les Iris puis le lycée Mauriac pour un rassemblement place Stalingrad.

13/02/19 : Le jeudi 21 février, O2 Radio organise une émission spéciale "Grand Débat National" en direct de 19h à 21h sur 91.3FM ou Facebook. L'émission s'articulera autour de trois thèmes : Fiscalité et dépenses publiques, Institutions et Transition écologique.

13/02/19 : A cause des manifestations le samedi, l'Opéra National de Bordeaux modifie l'accueil de la compagnie de danse « Nederlands Dans Theater ». Ainsi, la représentation initialement programmée le samedi 23 fév. 20 h est avancée au mercredi 20 fév 20 h.

12/02/19 : Le maire de Poitiers, Alain Claeys accueillera le 12 février à 18h15 les étudiants européens du programme Erasmus. Ils seront reçus à l'hôtel de ville, dans le cadre de leur séjour dont le thème est "Migration in Europe".

12/02/19 : La rocade sera fermée entre les échangeurs 2 et 4 pour travaux de maintenance et entretien dans les nuits du 13 au 14 février de 21h à 6h et du 14 au 15 février de 21h à 6h.

12/02/19 : Le collectif "Ensemble pour le climat La Rochelle" organise une nouvelle après-midi de sensibilisation sur le thème de la citoyenneté et du vivre ensemble le dimanche 17 février. Le rdv est donné à 14h30 à la plage de la concurrence pour une marche.

11/02/19 : "France-Maghreb : renforcer l'économie sociale et solidaire, élus et entrepreneurs unis", tel est le thème de la 16° convention « Europe-Afrique du Nord » qui aura lieu les 15 et 16 février Halle des Douves à Bordeaux. www.france-northafrica.com

07/02/19 : Pierre Camani (psdt du 47) à propos de sa rencontre ce jour, avec Jun Kuroda, cadre dirigeant de Taisho, repreneur d’UPSA : " Taisho veut véritablement investir dans l’entreprise agenaise en diversifiant et développant ses activités commerciales."

07/02/19 : Le chef Philippe Etchebest va ouvrir d'ici la fin de l'année 2019 un nouveau restaurant à Bordeaux dans le quartier des Chartrons. Comme au Quatrième Mur, la carte sera divisée en deux : une cuisine "populaire" et une plus haut-de-gamme.

Juppé : une démission lourde de sens

Il a tourné la page entre émotion et lassitude...Emotion lorsque la voix s'est brisée à l'évocation du couple qu'il formait avec la ville, lassitude lorsqu'il a esquissé les raisons de fond qui l'ont décidé à ne pas briguer un mandat supplémentaire, le « mandat de trop » que l'on n'allait pas tarder à lui jeter à la figure. Oui, ce qui nous a semblé le plus révélateur du choix d'Alain Juppé de renoncer à se représenter et à accepter, en 24 heures, la proposition qu'on lui a faite, c'est ce sentiment que le combat n'en valait plus forcément la peine, en tout cas pas sur la place publique, dans un contexte où, il l'a souligné, l'esprit public « est devenu délétère ». Et de pointer la haine, la violence, les mensonges qui envahissent les réseaux sociaux et ces affirmations péremptoires sur le mode « élus tous pourris et élites stigmatisées »... D'aucuns railleront ces propos et, déjà, sans sourciller égrènent les moments les plus rudes d'un parcours politique, longtemps dévoué à Jacques Chirac. C'est tout juste s'il ne faudrait pas s'excuser, aujourd'hui, d'accorder un peu d'attention aux propos d'un homme de droite qui n'a jamais placé ses désaccords au-dessus des valeurs de la République. Un républicain qui a claqué la porte d'un parti qui n'a plus rien à voir, sous Wauquiez, avec ce qui fut naguère l'UMP, l'Union pour un mouvement populaire. Désormais tenu à un vrai devoir de réserve, dans quelques semaines, au sein du Conseil constitutionnel, il exprimera des points de vue dont on peut penser qu'ils ne seront pas inutiles à un président qui va devoir, justement, ouvrir le chantier des réformes institutionnelles.


- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 16/02/19 | La mort de Gérard Vandenbroucke

    Lire

    Réaction d'Alain Rousset après la mort de Gérard Vandenbroucke, 1° vice-président du Conseil régional de Nouvelle-Aquitaine : « De maire à président du Conseil régional du Limousin et de Limoges Métropole, il a offert sa vie à l'action publique et aux services des autres. À mes côtés, il fut un homme digne, amoureux de son territoire qu'il défendait avec conviction et passion. Je retiens aussi qu'il aimait rire, sourire et réfléchir. Preuve en est avec son salon du dessin de presse et d'humour à Saint-Just Le Martel dont il était si fier. Courageux, chaleureux, accessible, ardent défenseur de la liberté de la presse, tel était Gérard.»

  • 16/02/19 | Gilets Jaunes : la Région intervient

    Lire

    Un geste financier pour les commerçants. Dans un communiqué du 15 février, la Région annonce avoir débloqué une enveloppe de 2 millions d'euros à destinations des commerçants et artisans victime du mouvement des Gilets Jaunes. Le montant de l'aide sera compris entre 2.000 et 10.000 euros. D'après le Conseil régional, "les entreprises éligibles à ce soutien exceptionnel devront avoir constaté une baisse de leur exploitation d'au moins 30% par rapport aux années précédentes".

  • 15/02/19 | Royan : imaginez la plage du futur !

    Lire

    La Communauté d'Agglomération Royan Atlantique (CARA) organise un concours d'artistes amateurs. Ce dernier a pour thème "ma plage en 2040" et s'inscrit dans le cadre du plan plage territorial de l'agglomération. Toutes les formes d'art sont acceptées, du dessin à la sculpture en passant par la vidéo. La CARA souhaite prendre en compte la vision des citoyens dans sa politique d'aménagement du territoire. Les candidatures d'artistes sont à envoyer pour le 3 mai au siège de la collectivité.

  • 15/02/19 | Rénovation de la Cité administrative d'Agen

    Lire

    Le plan de rénovation énergétique des bâtiments de 2018 prévoit la rénovation des cités administratives à l’échelle nationale pour 1 milliard d’euros sur 5 ans. Les objectifs prioritaires de cette rénovation sont l’amélioration de la performance énergétique et la réduction des dépenses de fonctionnement. Le dossier de la Cité administrative de Lot-et-Garonne a donc obtenu la labellisation lors de la Conférence nationale de l’immobilier de l’État qui s'est tenue le 6 décembre dernier.

  • 15/02/19 | Un concert poétique à la BFM

    Lire

    La Ville de Limoges propose le 16 février à 15h un concert poétique et rock à l’auditorium Clancier de la BFM centre-ville en hommage au poète québécois Gaston Miron. En coréalisation avec l’Office Artistique de la Région Nouvelle-Aquitaine, la compagnie Fracas fera voyager le public en poésie dans le grand espace du Québec mais aussi de Gaston Miron. L’entrée est libre dans la mesure des places disponibles.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Nos partenaires


Agriculture | Pyrénées-Atlantiques : la FDSEA invite les candidats à la ferme

31/05/2017 | Les candidats aux législatives ont été invités à débattre avec les agriculteurs dans chaque circonscription. Exemple en nord-Béarn

La majorité des candidats de la 3e circonscription ont répondu à l'invitation du syndicat agricole

« Quand j’ai débuté dans le métier, malgré le coût des installations, je n’avais pas peur d’investir. Aujourd’hui, on n’a plus aucune vision sur ce que l’agriculture va devenir. J’ai l’impression qu’on veut la supprimer en France. Mais, ce n’est pas grave. Demain, vous mangerez des produits qui viennent des USA et du Canada, du riz aux hormones aussi… ». Serge Darrivere produit du maïs et élève des Blondes d’Aquitaine à Vignes, une commune rurale installée sur les collines qui ondulent au nord du Béarn. Faiblesse des prix, normes étouffantes, galère de l’irrigation… Le discours qu’il a servi mardi à la dizaine de candidats aux législatives accueillis dans sa ferme était pour le moins amer. L’invitation venait de la FDSEA. La langue de bois n’était pas la bienvenue.

En ce début de semaine, le syndicat a proposé aux candidats de chaque circonscription des Pyrénées-Atlantiques de se rendre sur une exploitation précise. Pour y discuter des réalités d’une profession qui voit chaque année ses effectifs se réduire sur le plan national, tandis que ses revenus fondent comme neige au soleil. Toutes activités confondues, ces derniers ont diminué de 11% en 2015 par rapport à l’année précédente (30,7% dans le secteur laitier) signale la Caisse centrale de la Mutualité Sociale Agricole.

Même « l’indien » était là

Vignes et les communes qui l’entourent ne font pas exception à la règle. Les politiques ayant répondu à l’invitation ont pu s’en rendre compte. On trouvait là des gens de toutes sensibilités : du député socialiste sortant David Habib, vice-président de l’Assemblée Nationale, à ses challengers centristes. Qu’il s’agisse de l’UDI Bernard Dupont ou encore de Michel Bernos, maire de Jurançon et candidat de fraiche date dans une circonscription où En Marche n’avait jusque-là adoubé personne.

A leurs côtés, l’avocat palois Pierre Saulnier côtoyait l’UPR Catherine Le Carrer ainsi que « l’écolo-régionaliste » David Grosclaude.

Frédéric Pededaut portait les couleurs de Nouvelle Donne et Eric Delpey celles du Parti Ouvrier Indépendant Démocratique.

 Quant à Eric Pétetin, autrement dit « L’indien », rendu jadis célèbre par un combat mené contre le tunnel du Somport, puis par quelques démêlés avec la Justice, il était venu en terre d’élevage défendre la cause des « décroissants » et de ceux qui ont décidé de tourner le dos à toute consommation de viande. Ses nattes vertes n’étaient pas celles de Cyrano de Bergerac, mais la démarche ne manquait finalement pas de panache.

Pas de nouvelles par contre du FN, des Insoumis et de quelques autres candidats. Raison de plus pour poser une question de fond aux présents : « Voulez-vous, oui ou non, de l’agriculture ? »

Trop de charges, trop de contraintes

Pierre Duplantier, président cantonal de la FDSEA, animait les débats aux côtés de Gauthier Moureu, jeune agriculteur à Mazerolles

La réponse est positive, bien sûr. Par contre, les regards et les réponses diffèrent sur la manière de l’aider à faire face à ses difficultés. C’est le moins que l’on puisse en dire.

Premiers à figurer au rang des accusés, « les excès évidents de charges et de contrôles » dont notre pays s’est fait une spécialité sont dénoncés par Pierre Saulnier, qui propose également la création d’un compte aléas climatiques.

Les fonctionnaires en prennent aussi prennent aussi pour leur grade. Les agriculteurs  se lancent de plus en plus dans des démarches de qualité, rappelle Pierre Dupont. Par contre,  l’Union gagnerait à s’appuyer sur les interprofessions plutôt que sur son administration pour réguler ses marchés estime celui qui a longtemps présidé aux destinées du Consortium du Jambon de Bayonne.

A l’inverse, pour la candidate UPR, la messe est dite. Catherine Le Carrer ne croit pas en l’efficacité de l’Europe. Favorable à l’autonomie alimentaire, elle préfère remplacer la PAC par une « politique nationale agricole ».

Un point de vue que ne partage pas David Grosclaude, « profondément européiste » mais soucieux dans le même temps  d’ouvrir un dialogue avec les consommateurs. « Car ce sont eux qui sont demandeurs de normes ». A chacun ses combats.

« Une rémunération correcte »

Pour Michel Bernos, accompagné de son suppléant Michel Cuyaubé, priorité reste à l’entreprise. « Le modèle familial agricole français doit être pérennisé ». Encore faut-il pour cela que les règles du jeu ne soient pas faussées et que les exploitations de taille modeste ne soient pas écartées dans le calcul de certaines aides.       

De même, il convient d’amener les agriculteurs à trouver des « revenus différenciés » estime le candidat d’En Marche avant d’évoquer également les 5 milliards d’euros qu’Emmanuel Macron compte consacrer à la modernisation des exploitations.

Habitué à travailler avec les agriculteurs, David Habib avance une autre analyse. « Leur fonction est une fonction de production. Il faut revenir à l’essentiel : leur permettre d’être à l’aise dans leur métier  avec une rémunération correcte ». C’est la raison pour laquelle le parlementaire s’est opposé, parfois contre l’avis de son groupe, aux dispositifs qui « n’allaient pas dans le bon sens », tel le verdissement de la PAC.

Dans le même esprit, en réponse à autre une question, le député sortant souhaite voir l’administration disposer de plus de moyens pour éviter les retards constatés dans le versement des aides accordées après les crises aviaires.

 Des retards  qui irritent Michel Bernos : « Il faut taper sur les doigts de la hiérarchie administrative ! » s’exclame ce dernier. Tandis que Bernard Dupont se demande « si les pouvoirs publics ont bien mesuré dans quelle situation sont les éleveurs ».

Des prix trop bas

Difficile également de ne pas parler des prix. Ce qui amène Pierre Saulnier à proposer que la rémunération de l’agriculteur figure sur les étiquettes  des prudits.

Michel Bernos nourrit par contre l’espoir de voir les acteurs des différentes filières mettre à plat leurs différents lors d’un Grenelle de l’alimentation. « Bonne chance et bon courage ! » lui lance un exploitant ».

« Le pacte sur les prix est un ensemble de petites décisions » rappelle de son côté David Habib, en évoquant notamment la réduction des charges.

 Le député nourrit de même un projet : présenter une loi permettant à l’Etat d’être présent dans les négociations engagées entre les grandes centrales d’achat et leurs partenaires.

L’eau, une ressource précieuse

Dans une terre où les bêtes se nourrissent de maïs, mais où le maïs ne pousse pas sans eau, la question des retenues collinaires a enfin été soulevée. Ce qui  amène Guy Estrade, le président de la Chambre d’agriculture, à brandir une menace. « Dans le département, certaines réserves sont pleines à 50%. L’Etat demande que la moitié soit réservée à l’étiage des cours d’eau. Nous le refusons. Quitte à assécher les rivières… »

«  Nous sommes dans un département où l’insoumission semble payer. On fera de même » explique-il, en faisant allusion au « passe-droit » accordé récemment à certains éleveurs basques sur les abattages de troupeaux lors de la récente crise aviaire. Ambiance

Le candidat de Nouvelle Donne a bien essayé de rappeler qu’au moment où la qualité des eaux baisse, ce dossier n’est pas qu’agricole. Rien n’y a fait.

Même constat lorsque Eric Pétetin a voulu rebondir sur le sujet en dénonçant les dangers du productivisme et ... de la consommation de viande.

« Dans les Pyrénées-Atlantiques, 55% des surfaces sont en prairies permanentes. Qu’est-ce qu’on en fait alors ? » lui a demandé un éleveur.

- Pétetin : « On propose des jardins potagers ».

- L’éleveur, un brin ironique : « D’accord, mais il faudra manier la pioche, hein ! ».

Jean-Jacques Nicomette
Par Jean-Jacques Nicomette

Crédit Photo : Aqui

Partager sur Facebook
Vu par vous
109751
Aimé par vous
1 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Agriculture
Agriculture
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 18 + 8 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

A lire ailleurs sur aqui.fr