Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

21/02/18 : Charente-Maritime: Dominique Bussereau a annoncé sur twitter qu'il quittait Les Républicains. "Je reste attaché aux militants, aux amis. Le faux pas grave d'un chef ne me permet pas de rester dans l'équipe du chef",s'est-il justifié sur Public Sénat.

16/02/18 : Suite au décès de Joan Taris, les élus MoDem & Apparentés du Conseil régional néo-aquitain ont choisi Pascale Requenna, tête de liste du département des Landes lors des élections régionales de 2015, pour incarner la Présidence de leur groupe.

- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 23/02/18 | Salon de l'Agriculture : trois personnalités régionales médaillées

    Lire

    Lors du salon de l'agriculture du 24 février au 4 mars, la Région Nouvelle-Aquitaine va récompenser 3 personnalités régionales promouvant le territoire : la viticultrice landaise Corinne Lacoste-Bayens, présidente de Qualité Landes ; l'éleveur deux-sévrien François Bonnet, président de la Fédération Régionale des Syndicats Caprins de Charentes-Poitou-Vendée ; Anne Alassane, chef du restaurant du Pôle de Lanaud (86), siège d'organismes intervenant dans la sélection de la race bovine limousine.

  • 23/02/18 | Les mesures de limitation de vitesse sont levées

    Lire

    Selon les données d’Atmo Nouvelle-Aquitaine transmises ce jour, l’épisode de pollution atmosphérique en Gironde est terminé. Le préfet de Gironde vient donc de lever les mesures de limitation de vitesse sur les routes et autoroutes du département qui ont été mises en place hier par arrêté préfectoral.

  • 23/02/18 | La Charente-Maritime en alerte pollution atmosphérique

    Lire

    La préfecture de Charente-Maritime a placé en alerte pollution atmosphérique le 22 février, jusqu'à nouvel ordre. La vitesse des véhicules à moteur est donc limitée sur les routes du département : à 110km/h sur les portions d’autoroutes normalement limitées à 130km/h ; à 90 km/h sur les routes normalement limitées à 110 km/h, à 70 km/h sur les routes limitées à 90 km/h. Il est également interdit de brûler des déchets verts ou autre à l'air libre.

  • 22/02/18 | Bordeaux: Anne Walryck démissionne à son tour après les propos de Wauquiez

    Lire

    Anne Walryck, adjointe au maire de Bordeaux, vice-présidente de la métropole, annonce ce jour sa démission des Républicains « devant les propos assumés et calomnieux de Laurent Wauquiez sur Alain Juppé », rejoignant ainsi d'autres conseillers démissionnaires: Elizabeth Touton, Anne Brézillon, Jean-Louis David, Stéphane Delaux, Joël Solari, Laetitia Jarty-Roi.

  • 22/02/18 | Pic de pollution en Gironde: réduction des vitesses maximales autorisées

    Lire

    En conséquence du déclenchement d'une alerte de pollution aux particules fines émise par Atmo Nouvelle-Aquitaine pour jeudi 22 et vendredi 23 février sur le département de la Gironde, Didier Lallement, préfet du département, a pris un arrêté qui réduit de 20km/h les vitesses maximales autorisées sur l’ensemble du réseau routier du département (hors voiries urbaines) jusqu’à la fin de l’épisode de pollution.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Agriculture | Quand la partition de propriété multiplie les opportunités agricoles et forestières

08/02/2018 | Quand une grosse propriété de 409 ha s'est libérée à cheval sur quatre communes landaises, la Safer a réussi à faire 12 heureux nouveaux propriétaires, agriculteurs et forestiers.

Sarah Sous et Emilie Moureu, deux jeunes agricultrices récemment installées dans les Landes sur la commune de Saint-Yaguen

Sarah Sous et Emilie Moureu, 22 et 28 ans, sont deux jeunes landaises ravies. Elles sont toutes deux jeunes agricultrices en cours d'installation. L'une se lance dans l'élevage ovin, dans la cadre d'un groupement foncier agricole, l'autre, en hors cadre familial, dans les grandes cultures et les légumes industriels bio. Et l'intervention de la Safer n'est pas étrangère à ces nouvelles aventures. Leurs terres respectives, sur la commune de Saint-Yaguen, sont issues du « détricotage » d'une grosse propriété de 409 ha réalisé par l'opérateur foncier pour permettre la vente. Une opération pas banale car de grande ampleur et mêlant parcelles agricoles et forestières. Au total, 12 propriétaires agricoles et forestiers ont bénéficié de ce partage intelligemment mené.

Si les parents et le frère de Sarah se sont spécialisés en maïs et poulet, la jeune fille, tout juste installée sur ses terres composées de 80 ha de SAU et 53 ha de forêt, fera de l'élevage de brebis. 300 têtes pour démarrer, la réalisation d'un rêve. « Le site est fait pour l'élevage ! », s'enthousiasme-t-elle. « La bergerie sera construite au milieu, il n'y aura pas de déplacement à faire, juste des portes à ouvrir ». Ayant obtenu l'autorisation d'entrer sur les terres avant la signature devant notaire, 30 ha de prairie ont déjà été semés, viendront 40 ha de blé et 10 ha de méteil pour assurer l'auto-consommation. Quant aux débouchés, un boucher s'est engagé à se fournir auprès d'elle en vente directe. De quoi rassurer des banques « un peu frileuses »... Il faut dire que les ovins, c'est une production rare dans Les Landes. Pour Sarah et sa famille, c'est aussi une diversification des activités du GFA, d'autant que ces terres sont seulement séparées d'autres parcelles de l'exploitation familiale par une route.

Des terres en jachère depuis plus de 15 ans
De l'autre côté du village de Saint-Yaguen, et pour partie sur celui de Villenave, c'est Emilie Moureu qui prend peu à peu possession de ses parcelles. Elle aussi a bénéficié de la ré-attribution en plusieurs propriétés de l'exploitation initiale. Issue d'une famille orientée sur les productions animales, elle préfère le végétal. Pour elle, ce sera grandes cultures et légumes plein champ. « Tout en bio », précise-t-elle. Jusque-là responsable d'exploitation au sein de la coopérative agricole Tom d'Aqui à Parentis elle était « en veille » pour trouver les parcelles qui correspondraient à son projet. « Lorsque la Safer a mis en vente ce dossier, je me suis portée candidate sur les 90 ha de SAU irrigables de la propriété. ». Un lot qui compte aussi 17 ha de bois. Tout comme celles de Sarah, ses terres étaient en jachère depuis plus de 15 ans... Mais pour Emilie, « c'est un avantage non négligeable. Je pourrai directement valoriser mes productions en bio, sans attendre les 3 ans de conversion obligatoire pour les terres cultivées en conventionnel ».

Il en est un autre qui est satisfait de cette grande opération menée par la Safer : le Maire de Saint-Yaguen, Vincent Lesperon, qui siège au comité technique de la Safer des Landes en tant que représentant de l'association des maires des Landes. « A partir d'une seule grande propriété, la Safer a permis deux installations, mais elle a aussi permis de conforter une exploitation agricole existante sur la commune par un agrandissement de 38,60 ha de SAU. C'est une grande satisfaction de voir une agriculture qui est maintenue et même développée. Ça correspond totalement à la volonté de la commune et de l'intercommunalité, en pleine élaboration de son PLUI, de préserver les espaces agricoles et forestiers. »

Vincent Lesperon, Maire de Saint-Yaguen dans les Landes

Répartition intelligente entre agriculture et forêt
Car en effet sur les 409 ha de la propriété originelle, la moitié était boisée. « C'est rare dans un département où il existe des conflits entre agriculteurs et forestiers », note Yann Chasserio, le conseiller Safer en charge de cet imposant dossier. Une spécificité qu'il a pris soin de ne pas négliger. Après l'appel à candidature, et avant le comité technique d'attribution, le syndicat des sylviculteurs et le CRPF ont été consultés sur cette libération parcellaire forestière. Résultat : une personne supplémentaire représentant la forêt a participé pour avis au comité technique, « c'était une première ». Une première réussie, car sur les 12 attributaires finaux (sur 30 candidats), 9 concernent la forêt, où il a été fait le choix de conforter les propriétés forestières riveraines. « Entre agriculture et forêt, c'est une répartition intelligente qui a été faite », affirme Vincent Lesperon. Sa commune a, elle aussi, eu son petit bout de forêt : 60 ares enclavés dans la propriété forestière communale.

Avec deux installations à la clé, ce dossier complexe aura abouti en un moins d'un an, le tout, à la satisfaction partagée entre professionnels agricoles et forestiers. Un succès pour une vente qui, sans l'intermédiaire de la Safer, n'aurait sans doute pas réussi dans le même délai à trouver un repreneur unique. « Sur les 30 candidatures reçues, aucune ne se positionnait sur l'ensemble des 409 ha, ni même sur les 208 ha de surface agricole », confirme Yann Chasserio.

Solène Méric
Par Solène Méric

Crédit Photo : Aqui.fr

Inno'action et agricultureCet article fait partie du dossier

Voir les autres articles de ce dossier
Partager sur Facebook
Vu par vous
6616
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Agriculture
Agriculture
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 26 + 8 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

A lire ailleurs sur aqui.fr
agriculteurs Mercosur Agriculture | 21/02/2018

Les agriculteurs manifestent à Bordeaux

En bas à gauche, le président de la FD cuma de la Dordogne Jean François Gazard Maurel entouré de son vice président et de son trésorier Agriculture | 20/02/2018

La FD cuma de la Dordogne choisit l'humour pour prévenir le suicide des agriculteurs

filière laitière département 2018 Agriculture | 15/02/2018

La filière laitière fait le point en Gironde

Francis Massé, président de la Fondation Pour une Agriculture Durable entouré des lauréats Agriculture | 14/02/2018

Prix de l'agriculture durable: les candidatures sont ouvertes !

Alain Rousset, Président du Conseil régional Nouvelle-Aquitaine en visite au Salon régional de l'agriculture 2016 Agriculture | 12/02/2018

Zones défavorisées et réforme de l'apprentissage, la Région s'inquiète pour ses agriculteurs

Assemblée générale Euralis du 9 février 2017, table ronde sur le thème de la révolution numérique Agriculture | 09/02/2018

L'agriculture face à la grande inconnue de l'ère numérique

Les agriculteurs des Pyrénées-Atlantiques, devant la Chambre d'agricutlure de Pau, mobilisés contre la réforme des zones défavorisées Agriculture | 08/02/2018

Zones défavorisées: les agriculteurs des Pyrénées-Atlantiques montent au créneau

Rencontres Viticoles d'Aquitaine 2018 Agriculture | 01/02/2018

Rencontres Viticoles d'Aquitaine: la chasse aux intrants est ouverte, de la vigne à la vinification

Les représentants de la filière volaille au côté de Frédéric Piron de la DDSCP Agriculture | 26/01/2018

Un plan pour mieux anticiper l'influenza aviaire

14ème Comité de pilotage ''regroupement petite propriété'' le 23 janvier 2018 au Domaine d'Ognoas à Arthez-d'Armagnac Agriculture | 24/01/2018

Forêt landaise : Le regroupement des petites propriétés post Klaus, une dynamique à entretenir

Vache Prim'holstein SAA 2015 Agriculture | 17/01/2018

Compétitivité des coopératives agroalimentaires: l'Europe s'en mêle

Vignes dans le bordelais Agriculture | 15/01/2018

La région et ses partenaires viticoles "accélèrent" autour de la viticulture durable

Paysans Remarquables couv Agriculture | 14/01/2018

« Paysans remarquables », une plongée dans l’agriculture bio

Dominique Graciet, Président de la Chambre d'agriculture Nouvelle-Aquitane, le 10 janvier 2018 : ''il faut que l'agriculture se transforme!'' Agriculture | 11/01/2018

Dominique Graciet, Président de la Chambre d'agriculture Nouvelle-Aquitane: "il faut que l'agriculture se transforme!"

Christian Pèes Président du groupe coopératif Euralis et son directeur général Pierre Couderc Agriculture | 10/01/2018

Face aux difficultés économiques, le groupe Euralis supprime 110 postes nets