aqui.fr lance Aqui-Bordeaux-Métropole le 9 novembre 2015

29/09/16 : Alain Rousset:"je l'ai demandée depuis longtemps" après l'annonce de M.Valls qu'à compter du 1er janvier 2018, les régions au lieu de la DGF bénéficieront d'une "fraction de TVA dont l’effet dynamique garantira et pérennisera leurs moyens d’actions"

29/09/16 : Alors que les attaques de vautours sur le bétail augmentent dans les Pyrénées-Atlantiques, Bernard Layre, le président de la FDSEA demande que des tirs de prélèvement soient faits sur ces rapaces, "exactement comme c'est le cas ailleurs pour le loup"

27/09/16 : Le Tribunal administratif de Pau a consulté aujourd'hui mardi le premier des deux recours déposé par les opposants à l'intercommunalité unique du Pays basque. Celui-ci concernait l'étude de la validité de l'arrêté du 18 juillet. Jugement rendu lundi.

27/09/16 : Mme Sonia Penela est nommée sous-préfète, directrice de cabinet de la préfète de la Dordogne. Elle succède à Jean-Philippe Aurignac qui occupe désormais le poste de Secrétaire général de la préfecture du Cantal. Elle prendra ses fonctions le 3 octobre.

23/09/16 : Annulation du spectacle « Cabaret New Burlesque » programmé le mardi 11 octobre, au Théâtre Ducourneau, à Agen. Le producteur a déprogrammé la tournée européenne de ces artistes américains. Aucun autre spectacle ne sera programmé en remplacement.

23/09/16 : Elections au tribunal de Commerce d'Agen. 9 candidats en lice. Dépouillement prévu le 5 octobre à 9h30 et éventuellement, en cas de 2ème tour, le 18 octobre à 9h30.

23/09/16 : TEST TOEIC. Spécialisée dans l’enseignement des langues étrangères, la Maison de l’Europe47 à Agen organise une session de test TOEIC le mercredi 12 octobre de 14h à 17h. Plus d'infos au 05.53.66.47.59. Date limite d’inscription : le 26 septembre

22/09/16 : L'abeille et les problèmes auxquels elle est confrontée sont évoqués jusqu'au samedi 24 septembre lors de journées que le village Emmaüs de Pau-Lescar consacre à cet insecte à travers de multiples stands, animations et conférences.+ d'info

- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 29/09/16 | Une belle reconnaissance pour les Vignerons de Buzet!

    Lire

    Ils viennent d'obtenir le label Diversité. Un premier pas vers la double certification « égalité & diversité », proposée par la Région Aquitaine et le groupe AFNOR. Cette certification veille à la gestion équitable et impartiale de la richesse humaine, sans discrimination aucune. Les Vignerons de Buzet s'inscrivent là dans un projet pilote pour les PME, porté par la Région Aquitaine. Une démarche expérimentale et innovante qui évoluera au sein de la démarche RSE globale.

  • 27/09/16 | PS Gironde; les six circonscriptions réservées aux femmes

    Lire

    La fédération de la Gironde du PS dans un communiqué annonce qu'il a choisi de reconduire la parité pour la désignation des candidatures aux législatives de juin 2017. Pour ces prochaines échéances "le Parti Socialiste girondin s’inscrit dans cette même dynamique de féminisation de ses candidatures en marquant son souhait de réserver la moitié des circonscriptions girondines soit les 1ère, 2e, 5e, 6e, 8e et 12e circonscriptions. L’ensemble des 12 circonscriptions seront soumises au vote des militants." Cette proposition a été adoptée par 72% des membres du Conseil Fédéral ce 26 septembre.

  • 27/09/16 | Un nouveau radar fixe dans le Bergeracois pour la fin de l'année

    Lire

    Un radar fixe sur la route entre Bergerac et Eymet va être installé. C'est ce qu'a annoncé la préfète de Dordogne, Anne-Gaëlle Baudouin-Clerc. L'emplacement exact n'a pas été révélé. "Il s'agit d'une route qui n'avait pas été identifiée comme particulièrement dangereuse. Mais suite à plusieurs accidents récents sur cet axe, j'ai demandé l'installation d'un radar". Il devrait être mis en place d'ici la fin de l'année explique-t-elle. Il flashera dans les deux sens de circulation.

  • 26/09/16 | Chômage: Les chiffres en Nouvelle Aquitaine

    Lire

    302 935 demandeurs sans aucune activité fin août: +0,7 % sur 3 mois: +2 051 personnes, +0,6 % sur un mois et -0,8 % sur un an. France: + 1,0 % sur 3 mois, +1,4 % sur un mois, -0,3 % sur un an. +1,2 % pour les moins de 25 ans (+2,0 % sur un mois et –4,7 % sur un an), +0,4 % pour ceux de 25 à 49 ans (+0,3 % sur un mois et –1,2 % sur un an) et de 1,1 % pour ceux de 50 ans ou plus (+0,5 % sur un mois et +2,5 % sur un an). Au total (ABC) 501 721 demandeurs: + 2,1 % sur un an. Par département: –1,0 % en Creuse et +1,8 % en Charente sur 3 mois et entre –1,1 % dans les Landes et +1,6 % en Charente sur un mois.

  • 26/09/16 | Alain Juppé : "les maires doivent s'efforcer de mieux accueillir les réfugiés"

    Lire

    Avant son conseil municipal, Alain Juppé, a appelé lundi les élus municipaux de tous bords à "faire des efforts" pour mieux accueillir les réfugiés "demandeurs d'asile" en France. Il s'oppose sur cette question, au Front national qui est hostile à tout accueil de réfugiés. M. Juppé a distingué les personnes en situation illégale qui "ont vocation à être reconduites à la frontière" et "les demandeurs d'asile". Pour ces derniers, "il faut évidemment éviter cette forte concentration à Calais".

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Elections régionales 2015 Innov'action et Agriculture

Nos partenaires


Agriculture | Quatre producteurs de noix périgourdins mutualisent leurs matériels de récolte

29/10/2014 | Depuis seize ans, quatre nuciculteurs de Nailhac, en Périgord noir, récoltent les noix avec du matériel acquis en commun, tout en n'étant pas en coopérative.

Acquérir en commun du matériel de récolte est une  option intéressante pour quatre producteurs de noix

François Cheyrou, Patrick Pédenon, Bernard Duteuil et Christian Sautet sont tous les quatre producteurs de noix en Périgord noir. Leurs exploitations agricoles sont de tailles différentes, mais toutes sont situées sur la commune de Nailhac ou à proximité. Les quatre agriculteurs, amis dans la vie, ont décidé il y a dix-seize ans de mutualiser leurs moyens de collecte. Ils ont pu ainsi acquérir des matériels performants et mécaniser entièrement leur récolte. L'intérêt d'un tel système est économique mais pas seulement.

Dans les vergers de noyers du Périgord noir, la récolte de noix touche à sa fin en ce mois d'octobre. Cette année, celle-ci s'annonce très moyenne au niveau des volumes en raison du temps pluvieux lors de la période de floraison. Les calibres sont moyens également. Chez Patrick Pedenon, éleveur et producteur d'électricité et de noix à Nailhac, la station de lavage tourne à plein régme. Les noix récoltées la veille sont triées, lavées. Celles présentant des défauts, les creuses et celles marquées par la maladie, ont été éliminées automatiquement. Deux de ses voisins, également producteurs de noix, Christian Sautet et François Cheyrou, sont à la manoeuvre pour la manutention des remorques. Une personne, un salarié, effectue un dernier tri manuel et élimine les ultimes déchets.

Des vergers de tailles différenteLa particularité de cette station de lavage complète est qu'elle appartient à quatre agriculteurs. Il y a seize ans, Patrick Pedenon, François Cheyrou, Christian Sautet et Bernard Duteil ont décidé d'acquérir leur matériel de récolte en commun. "Nos vergers et nos productions sont de tailles différentes. Personnellement, j'ai dix hectares pour une production qui tourne en année normale entre 12 et 13 tonnes. Cette campagne, je ne ferais pas dix tonnes, plutôt huit.  Nous sommes  tous entre 55 % et 60 % d'une récolte normale. Patrick a une production plus importante avec trente cinq hectares," explique François Cheyrou. La production de noix des quatre nuciculteurs est sous signe officiel de qualité, AOP noix du Périgord. Patrick Pedenona fait le choix du bio, la demande sur le marché étant forte. François Cheyrou et Patrick Pedenon commercialisent leurs productions auprès de la coopérative Lipéqu, dont le siège est à Objat en Corrèze. 

La récolte de noix est entièrement mécaniséeCollecte entièrement mécanisée Outre la station de lavage acquise en commun, les quatre agriculteurs possèdent un secoueur, et surtout une ramasseuse à noix dernière génération. "Notre récolte est entièrement mécanisée, ce qui diminue considérablement les coûts de main d'oeuvre. En récolte manuelle traditionnelle, il aurait fallu au moins une dizaine de personnes pendant trois semaines à un mois," souligne Patrick Pedenon. Les matériels achetés en commun représentent un budget global de 200 000 euros. "Pour que l'investissement s'avère rentable pour un seul exploitant, il faut qu'il ait au minimum cinquante à soixante hectares de noyers en production. Aucun d'entre nous n'aurait pu réaliser seul ces achats et bénéficier ainsi de matériels aussi performants," ajoute Christian Sautet. Au départ, il y a seize ans, les quatre nuciculteurs de Nailhac ont fait le choix d'une CUMA (coopérative d'utilisation de matériel agricole). "C'est le schéma classique et le plus courant. La CUMA a été dissoute il y a plusieurs années : nous avons ainsi économisé 1000 euros de frais de gestion et allégé les tâches administratives, ce qui n'est pas négligeable," précise Patrick Pédenon. Les matériels sont renouvelés tous les  7 à 8 ans et les choix techniques sont décidés en commun. Chaque nuciculteur conserve la maîtrise de sa propre collecte : le matériel est en commun mais les lots sont différenciés. "Sur nos exploitations respectives, nous avons chacun notre unité de séchage," souligne François Cheyrou, qui vient d'investir dans ce domaine. Outre l'intérêt économique de cette mutualisation des moyens de récolte, les quatre agriculteurs y voient aussi l'intérêt humain de l'entraide et du coup de main. 

Claude-Hélène Yvard
Par Claude-Hélène Yvard

Crédit Photo : Claude Hélène Yvard

Partager sur Facebook
Vu par vous
1098
Aimé par vous
1 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Agriculture
Agriculture
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 31 + 15 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

A lire ailleurs sur aqui.fr