Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

21/02/18 : Charente-Maritime: Dominique Bussereau a annoncé sur twitter qu'il quittait Les Républicains. "Je reste attaché aux militants, aux amis. Le faux pas grave d'un chef ne me permet pas de rester dans l'équipe du chef",s'est-il justifié sur Public Sénat.

20/02/18 : Pont d'Aquitaine fermé et la section de la rocade A630 comprise entre les échangeurs 2 (Lormont - Croix Rouge) et 4 (Bordeaux – Labarde), les nuits du mercredi 21 février à 21h00 au jeudi 22 à 6h00 et du 22 à 21h00 au 23 février 6h00

16/02/18 : Suite au décès de Joan Taris, les élus MoDem & Apparentés du Conseil régional néo-aquitain ont choisi Pascale Requenna, tête de liste du département des Landes lors des élections régionales de 2015, pour incarner la Présidence de leur groupe.

- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 21/02/18 | Du mouvement au sein de la Gauche régionale

    Lire

    Des élus du conseil régional ayant quitté le groupe (et le parti) socialiste en début d'année (dont son ex-président Stéphane Delpeyrat-Vincent) un nouveau groupe annonce sa création au sein de l'assemblée régionale : le « Groupe Génération.s », issu du mouvement de Benoît Hamon. Créer par Naïma Charaï, Stéphane Delpeyrat-Vincent, Mathieu Bergé et William Jacquillard, il ambitionne "d'alimenter la Gauche d’idées nouvelles en adéquation avec les valeurs que nous avons toujours portées, notamment au sein de l’assemblée régionale, dans la perspective de la voir gagner les prochaines élections régionales de 2021"

  • 20/02/18 | Logement : la flambée bordelaise confirmée

    Lire

    Le nouveau baromètre des prix moyens de l'immobilier dans les villes de plus de 100 000 habitants est riche en enseignements. On y apprend, sans grande surprise, que Bordeaux figure dans le top 3 des dix villes les plus chères de France : 266 124 euros en moyenne (juste derrière Lyon et ses 279 524 euros), soit une hausse de 13,2%. En comparaison, la ville de Toulouse se situe loin derrière en douzième position (175 609 euros). Enfin, le baromètre d'LPI-Se Loger affirme que le prix moyen d'un logement dépasse les 200 000 euros dans sept villes (sur 34) de plus de 100 000 habitants.

  • 19/02/18 | Benoît Simian, député LREM du Médoc défend les petites lignes

    Lire

    Le député du Médoc qui a participé aux travaux du Conseil d’orientation des infrastructures soutient "l'ambition forte du gouvernement pour le service public ferroviaire". "Au sujet des « petites lignes », cela "relève d’une autre démarche et de discussions avec les régions qui sont les premières concernées. Le Gouvernement respectera ses engagements pris dans les CPER pour la rénovation des petites lignes et mènera ces discussions dans le cadre de la préparation des schémas régionaux d’aménagement qui doivent être élaborés d’ici 2019. Supprimer nos petites lignes serait asphyxier nos territoires."

  • 19/02/18 | Angoulême : le trésor réouvert au public

    Lire

    Le trésor de la cathédrale Saint-Pierre d’Angoulême, protégée au titre des Monuments historiques, fermé depuis novembre suite à des actes de vandalisme, rouvre au public ce mardi 20 février. De gros travaux y ont été réalisés afin de restaurer les lieux et sécuriser le site. Le ministère de la Culture a confié la scénographie du trésor de la cathédrale à l’artiste plasticien Jean-Michel Othoniel. Pour découvrir les plus de 200 objets et sculptures liturgiques datant pour la plupart du XIXe siècle, les visites sont assurées sur réservation du mardi au dimanche par les guides de l’association Via Patrimoine.

  • 16/02/18 | Crédit Agricole d'Aquitaine: des assemblées new look

    Lire

    Le Crédit Agricole d'Aquitaine innove à l'occasion de ces assemblées de caisses locales qui se tiennent cette année du 20 février au 23 mars. A Dax le 24 février, Marmande le 3 mars, Aire sur l'Adour le 10 mars les sociétaires pourront rencontrer des associations locales, des intervenants sur le thème de l'emploi et du digital. En outre, avec le souci de "connecter les jeunes aux valeurs du sociétariat" le Crédit Agricole d'Aquitaine lance une "web-série" "Chaque voix compte" interprétée part 8 jeunes recrutés via un casting Facebook : à découvrir sur @caavalefaire

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Agriculture | Quatre producteurs de noix périgourdins mutualisent leurs matériels de récolte

29/10/2014 | Depuis seize ans, quatre nuciculteurs de Nailhac, en Périgord noir, récoltent les noix avec du matériel acquis en commun, tout en n'étant pas en coopérative.

Acquérir en commun du matériel de récolte est une  option intéressante pour quatre producteurs de noix

François Cheyrou, Patrick Pédenon, Bernard Duteuil et Christian Sautet sont tous les quatre producteurs de noix en Périgord noir. Leurs exploitations agricoles sont de tailles différentes, mais toutes sont situées sur la commune de Nailhac ou à proximité. Les quatre agriculteurs, amis dans la vie, ont décidé il y a dix-seize ans de mutualiser leurs moyens de collecte. Ils ont pu ainsi acquérir des matériels performants et mécaniser entièrement leur récolte. L'intérêt d'un tel système est économique mais pas seulement.

Dans les vergers de noyers du Périgord noir, la récolte de noix touche à sa fin en ce mois d'octobre. Cette année, celle-ci s'annonce très moyenne au niveau des volumes en raison du temps pluvieux lors de la période de floraison. Les calibres sont moyens également. Chez Patrick Pedenon, éleveur et producteur d'électricité et de noix à Nailhac, la station de lavage tourne à plein régme. Les noix récoltées la veille sont triées, lavées. Celles présentant des défauts, les creuses et celles marquées par la maladie, ont été éliminées automatiquement. Deux de ses voisins, également producteurs de noix, Christian Sautet et François Cheyrou, sont à la manoeuvre pour la manutention des remorques. Une personne, un salarié, effectue un dernier tri manuel et élimine les ultimes déchets.

Des vergers de tailles différenteLa particularité de cette station de lavage complète est qu'elle appartient à quatre agriculteurs. Il y a seize ans, Patrick Pedenon, François Cheyrou, Christian Sautet et Bernard Duteil ont décidé d'acquérir leur matériel de récolte en commun. "Nos vergers et nos productions sont de tailles différentes. Personnellement, j'ai dix hectares pour une production qui tourne en année normale entre 12 et 13 tonnes. Cette campagne, je ne ferais pas dix tonnes, plutôt huit.  Nous sommes  tous entre 55 % et 60 % d'une récolte normale. Patrick a une production plus importante avec trente cinq hectares," explique François Cheyrou. La production de noix des quatre nuciculteurs est sous signe officiel de qualité, AOP noix du Périgord. Patrick Pedenona fait le choix du bio, la demande sur le marché étant forte. François Cheyrou et Patrick Pedenon commercialisent leurs productions auprès de la coopérative Lipéqu, dont le siège est à Objat en Corrèze. 

La récolte de noix est entièrement mécaniséeCollecte entièrement mécanisée Outre la station de lavage acquise en commun, les quatre agriculteurs possèdent un secoueur, et surtout une ramasseuse à noix dernière génération. "Notre récolte est entièrement mécanisée, ce qui diminue considérablement les coûts de main d'oeuvre. En récolte manuelle traditionnelle, il aurait fallu au moins une dizaine de personnes pendant trois semaines à un mois," souligne Patrick Pedenon. Les matériels achetés en commun représentent un budget global de 200 000 euros. "Pour que l'investissement s'avère rentable pour un seul exploitant, il faut qu'il ait au minimum cinquante à soixante hectares de noyers en production. Aucun d'entre nous n'aurait pu réaliser seul ces achats et bénéficier ainsi de matériels aussi performants," ajoute Christian Sautet. Au départ, il y a seize ans, les quatre nuciculteurs de Nailhac ont fait le choix d'une CUMA (coopérative d'utilisation de matériel agricole). "C'est le schéma classique et le plus courant. La CUMA a été dissoute il y a plusieurs années : nous avons ainsi économisé 1000 euros de frais de gestion et allégé les tâches administratives, ce qui n'est pas négligeable," précise Patrick Pédenon. Les matériels sont renouvelés tous les  7 à 8 ans et les choix techniques sont décidés en commun. Chaque nuciculteur conserve la maîtrise de sa propre collecte : le matériel est en commun mais les lots sont différenciés. "Sur nos exploitations respectives, nous avons chacun notre unité de séchage," souligne François Cheyrou, qui vient d'investir dans ce domaine. Outre l'intérêt économique de cette mutualisation des moyens de récolte, les quatre agriculteurs y voient aussi l'intérêt humain de l'entraide et du coup de main. 

Claude-Hélène Yvard
Par Claude-Hélène Yvard

Crédit Photo : Claude Hélène Yvard

Partager sur Facebook
Vu par vous
2464
Aimé par vous
1 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Agriculture
Agriculture
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 24 + 8 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

A lire ailleurs sur aqui.fr
agriculteurs Mercosur Agriculture | 21/02/2018

Les agriculteurs manifestent à Bordeaux

En bas à gauche, le président de la FD cuma de la Dordogne Jean François Gazard Maurel entouré de son vice président et de son trésorier Agriculture | 20/02/2018

La FD cuma de la Dordogne choisit l'humour pour prévenir le suicide des agriculteurs

filière laitière département 2018 Agriculture | 15/02/2018

La filière laitière fait le point en Gironde

Francis Massé, président de la Fondation Pour une Agriculture Durable entouré des lauréats Agriculture | 14/02/2018

Prix de l'agriculture durable: les candidatures sont ouvertes !

Alain Rousset, Président du Conseil régional Nouvelle-Aquitaine en visite au Salon régional de l'agriculture 2016 Agriculture | 12/02/2018

Zones défavorisées et réforme de l'apprentissage, la Région s'inquiète pour ses agriculteurs

Assemblée générale Euralis du 9 février 2017, table ronde sur le thème de la révolution numérique Agriculture | 09/02/2018

L'agriculture face à la grande inconnue de l'ère numérique

Les agriculteurs des Pyrénées-Atlantiques, devant la Chambre d'agricutlure de Pau, mobilisés contre la réforme des zones défavorisées Agriculture | 08/02/2018

Zones défavorisées: les agriculteurs des Pyrénées-Atlantiques montent au créneau

Sarah Sous et Emilie Moureu, deux jeunes agricultrices récemment installées dans les Landes sur la commune de Saint-Yaguen Agriculture | 08/02/2018

Quand la partition de propriété multiplie les opportunités agricoles et forestières

Rencontres Viticoles d'Aquitaine 2018 Agriculture | 01/02/2018

Rencontres Viticoles d'Aquitaine: la chasse aux intrants est ouverte, de la vigne à la vinification

Les représentants de la filière volaille au côté de Frédéric Piron de la DDSCP Agriculture | 26/01/2018

Un plan pour mieux anticiper l'influenza aviaire

14ème Comité de pilotage ''regroupement petite propriété'' le 23 janvier 2018 au Domaine d'Ognoas à Arthez-d'Armagnac Agriculture | 24/01/2018

Forêt landaise : Le regroupement des petites propriétés post Klaus, une dynamique à entretenir

Vache Prim'holstein SAA 2015 Agriculture | 17/01/2018

Compétitivité des coopératives agroalimentaires: l'Europe s'en mêle

Vignes dans le bordelais Agriculture | 15/01/2018

La région et ses partenaires viticoles "accélèrent" autour de la viticulture durable

Paysans Remarquables couv Agriculture | 14/01/2018

« Paysans remarquables », une plongée dans l’agriculture bio

Dominique Graciet, Président de la Chambre d'agriculture Nouvelle-Aquitane, le 10 janvier 2018 : ''il faut que l'agriculture se transforme!'' Agriculture | 11/01/2018

Dominique Graciet, Président de la Chambre d'agriculture Nouvelle-Aquitane: "il faut que l'agriculture se transforme!"