Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

24/11/20 : Âgé de 90 ans, André Luberriaga, ancien maire d'Ascain, au Pays basque, s’est éteint lundi, une semaine après son épouse Martta. Conseiller général d’Ustaritz de 1976 à 1988, l'UDF André Luberriaga, avait dirigé la commune de 1977 à 2001.

19/11/20 : Charente-Maritime : le taux de positivité au Covid-19 était ce soir de 75 pour 100 000 habitants, et de 90 pour La Rochelle, soit moitié moins que la semaine dernière, selon l'ARS. 34 patients sont hospitalisés à La Rochelle, dont 14 en réanimation.

17/11/20 : Le festival de la BD d'Angoulême se fera en deux temps: en janvier pour la remise des fauves et en juin pour un festival en présentiel. Une exposition sera dédié à l'art d'Emmanuel Guibert au musée des beaux arts d'Angoulême, inauguré le 20/11/2021.

15/11/20 : Le Centre communal d’action sociale CCAS de La Rochelle lance un appel à la solidarité et au bénévolat pour épauler les acteurs de l’aide alimentaire. Contact : Frédérique Duchesne àfrederique.duchesne@ccas-larochelle.fr ou au 05 46 35 21 16.

- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 01/12/20 | Irrigation : les interdictions de prélèvement se prolongent avec l'automne

    Lire

    C'est presque exceptionnel pour la saison. La ressource en eau et notamment les nappes souterraines étant à la baisse, le préfet de Charente-Maritime a interdit jusqu'au 15 janvier 2021 les prélèvements d’eau en vue du remplissage ou du maintien à niveau des retenues à usage d’irrigation sur le bassin versant de l’Antenne Rouzille, qu'ils soient à partir de forages en nappe souterraine, de cours d’eau, les plans d’eau en communication ou alimentés par une nappe souterraine ou un cours d’eau.

  • 01/12/20 | Gironde : neuf rencontres pour imaginer la société du futur

    Lire

    Le Conseil départemental de la Gironde organise, jusqu'au 18 décembre, la dixième édition des conseils de territoire. Ce cycle de rencontres met la résilience territoriale au cœur des échanges, dont le prochain se déroulera le jeudi 3 décembre à Bordeaux dès 9h. Crise sanitaire oblige, ce conseil de territoire se déroulera en visioconférence en présence de Jean-Luc Gleyze, Président du Département, Christine Bost, 1ère vice-présidente en charge du développement des territoires et Jacques Respaud, conseiller départemental du canton de Bordeaux 5.

  • 01/12/20 | La fibre se déploie dans les Landes

    Lire

    Le Syndicat d’équipement des communes des Landes (Sydec 40) bénéficie d’un accompagnement financier de la Région Nouvelle-Aquitaine en matière de développement du très haut débit. Le Sydec 40 a fixé définitivement en 2019 le périmètre de la 2ème phase de son action. Lors de la commission permanente du 23 novembre dernier, la Région Nouvelle-Aquitaine a décidé d’aider le Sydec 40 de 10 millions d’euros, sous la forme d’un apport en fonds de concours, pour 61 000 prises supplémentaires.

  • 01/12/20 | Dordogne: Une nouvelle station multi-acteur au BioGNV

    Lire

    Afin d’opérer une transition vers une sortie du diesel, la société Gaz’Up 24 à Boulazac, portée par des entreprises de transport routier comme Doumen ou Sirmet, est chargée de la construction et de l’exploitation d’une station GNV/BioGNV. L’ouverture de cette nouvelle station en Nouvelle-Aquitaine est prévue pour janvier 2021. La Région accompagne ce projet à hauteur de 285 682 euros.

  • 01/12/20 | Creuse : Flayat revitalise son centre-bourgs

    Lire

    Dans le cadre de la revitalisation de son centre-bourgs, la commune de Flayat en Creuse va rénover l’ancien bâtiment de La Poste pour le transformer en tiers-lieu et egalement en faire un lieu d’hébergement touristique. Cette rénovation va bénéficier d’une subvention de la Région Nouvelle-Aquitaine de 36 706 euros, attribuée lors de la commission permanente du 23 novembre dernier.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Agriculture | Quel avenir pour les « petits vins » de Bergerac ? La qualité et l'oenotourisme

13/03/2011 |

Bergerac - Château Richard

La tendance lourde du marché français continue de se contracter avec une baisse en volume de la consommation de vin... et ceci malgré une forte croissance de la production de vin dans le monde. Le marché actuel est bien loin d'être propice à l'épanouissement des exploitations viticoles moyennes. Mais l'exigence de la qualité, une conduite des exploitations qui se veut exemplaire, la recherche d'une relation avec le client, l'ouverture à l'oenotourisme sont des atouts importants. Et, singulièrement dans ce vignoble bergeracois qui, ces temps-ci, non sans difficultés, tire son épingle du jeu, si l'on considère que les prix auxquels il se vend sont généralement supérieurs à ceux du Bordeaux générique. Rencontre avec Sylvie Labat qui a la haute main sur deux exploitations à Monestier et Monbazillac.

Ils sont généreux, corsés et bouquetés : les vins de Bergerac sont discrets mais ont du caractère. Quel type de gestion, conditions de production, commercialisation, faut-il mettre en place pour faire prospérer ces terroirs d'une grande richesse ?  Interrogation avec Sylvie Labat  qui est « tombée dans le bain de la viticulture dans ses jeunes années »; son regard et son vécu éclairent les enjeux actuels de la viticulture bergeracoise. Elle gère les aspects social, commercial, relationnel et de comptabilité dedeux exploitations bergeracoises: Château Richard à Monestier appellation Bergerac et Saussignac(propriétaire Richard Doughty) et Château Haut Bernasse à Monbazillac(Société Jules et Marie Vilette).
Ces deux Châteaux appartiennent aux55% de vignobles qui sont indépendants. D'une superficie de 12ha chacun, ils ont encommun le fait d'appartenir à une personne physique, un propriétaire qui cultive lavigne, élabore le vin le vend sous sa propre marque.

Travailler ‘à l'ancienne' : une façon de garantir une notoriété plus durable ?
« Le Château Haut Bernasse est spécialisé dans la production de Monbazillac de qualité. » En effet, il privilégie les petits rendements, travaille sur de vieilles vignes, et réalise ses vendanges en comportes. S'ajoute à ces méthodes très traditionnelles, l'usage strict des pressoirs hydrauliques COQ de 1926 (un pressurage lent respectueux du raisin). La fermentation et l'élevage se font en barriques. La chaptalisation n'y est pas pratiquée, et tout type d'additifs est rejeté. « Ce sont des vins très coûteux à produire et il est très difficile d'arriver à les valoriser. » Dans ce type d'exploitation, la marge d'innovation est très limitée d'un point de vue technique. Il semble y avoir davantage de possibilités dans le marketing : habillage du flacon, contenance inhabituelle ...

Le Monbazillac a une notoriété indéniable en France et à l'étranger.Il a eu son heure de gloire dans les années 1930 ; un succès quientraîne un élargissement de la zone de production, mais aussi unebaisse de la qualité : « aujourd'hui, la culture s'étend sur lesplaines, et plus seulement sur les côteaux (plus qualitatifs). D'où uneperte d'image ». Dans les années 1980, un petit groupe de viticulteursrelance la production d'un Monbazillac qualitatif, l'image reprend unpeu de sa noblesse, mais la qualité générale reste très hétérogène. Etde fait, si l'appellation de certains vignobles a une notoriété quipermet une meilleure chance de survie sur le marché mondial, «l'appellation Bergerac, elle, n'a jamais eu de notoriété. Elle estécrasée par son voisin de Bordeaux. Dans l'esprit de la plupart desgens, le Bergerac reste un vin de terroir d'un bon rapport qualité-prix.»

Il a cependant la chance d'être produit dans un départementhautement touristique et l'œnotourisme sera peut-être sa planche desalut : « Des réseaux se constituent pour attirer les touristes sur lespropriétés : Route des Vins de Bergerac, Destination Vignobles (auniveau aquitain)."

Le Château Richard de son côté produit en Agriculture Biologique depuis 1991. « Il est le pionnier dans la région et fait beaucoup d'émules depuis. Dès qu'il a commencé à cultiver la vigne en 1988 - il faut trois ans pour convertir des vignes non bio en vignes bio - l'option Agriculture Biologique s'est imposée à lui. » Richard Doughty mise beaucoup sur le développement de ses cuvées sans sulfites dont il a multiplié la production par cinq en trois ans.

D'une vente de proximité à une vente sur le marché mondial
La commercialisation est assez similaire et éclectique sur les deux propriétés : « Nous vendons à la clientèle particulière - touristes de passage ou expéditions. Aux cavistes, aux restaurants - même si cette activité est en baisse avec la restriction de la législation sur l'alcool au volant (!). Nous vendons aussi et surtout à l'export : vers le Royaume-Uni, les Etats-Unis, le Canada, l'Allemagne, la Belgique, le Danemark, le Japon. En plus de ces circuits, le château Richard, de part sa production en bio, vend une grosse partie de sa production dans le réseau des Biocoop ». Tous les producteurs indépendants de la région possèdent au moins un nom de château ou marque, voire deux, pour pouvoir vendre le même vin dans des circuits de vente différents : Grande Distribution et CHR. « Le Château Haut Bernasse et le Château Richard sont deux marques déposées, que l'on décline ensuite avec des noms de cuvée : cuvée Osée pour le rouge sans sulfite, cuvée Jules et Marie Villette pour le Monbazillac haut de gamme ». Sachant que... « si la marque d'un vin contient le mot ‘Château' dans son appellation, c'est mieux. ». C'est un aspect qui favorise la commercialisation.

Ces nouvelles questions sur la commercialisation dues à l'ouverture du marché et à la rudesse de la concurrence ne doivent cependant pas faire oublier ce sur quoi conclut Sylvie Labat : « Vendre du vin, ce n'est pas comme vendre des machines, des outils ou des haricots verts. Le vin est synonyme de culture, de convivialité, de partage, de fête (surtout les vins liquoreux!). Il y a dans tout ça un petit côté alchimie ».
Photo : aqui.fr

Fanny Cheyrou

Le vignoble de Bergerac s'étend sur 12 500 ha. en production, soit 2.6%de la surface viticole en AOC française et 8.9% de la surface viticoleAOC d'Aquitaine. La surface moyenne des exploitations est de 11 à 12hectares. La viticulture bergeracoise est un bassin d'emploiimportantavec plus de 1700 emplois directs à temps plein. ».

Partager sur Facebook
Vu par vous
1824
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Agriculture
Agriculture
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 4 + 18 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

A lire ailleurs sur aqui.fr
Jonathan Lalondrelle et Gaëtan Bodin Agriculture | 30/11/2020

Installation et accès au foncier : Interview croisée de Gaëtan Bodin, Président Jeunes Agriculteurs Nouvelle-Aquitaine et Jonathan Lalondrelle, Secrétaire général JA Nouvelle-Aquitaine

Pierre Saint-Jean Agriculture | 20/11/2020

Les bénéfices possibles du confinement pour les agriculteurs

Antonio Marquès et son innovation Agriculture | 06/11/2020

Un process innovant pour protéger les cultures lauréat du concours Agrinove

Henri Biès-Péré, vice-président de la FNSEA Agriculture | 04/11/2020

Interview d’Henri Bies-Péré, n°2 de la FNSEA : « Cette PAC permet d’accompagner le virage que doit prendre l’agriculture, dans la durée, en souplesse. »

Lurrama 2020 Agriculture | 04/11/2020

L'annulation de Lurrama 2020, un crève-cœur pour le monde agricole basque

Le vignoble Les Hauts de Talmont, en biodynamie depuis 2011, le long de l'estuaire de la Gironde Agriculture | 04/11/2020

Mois de la Bio : la conversion a le vent en poupe

La variété hybride Marigoule est particulièrement sensible aux attaques de cynips. Agriculture | 28/10/2020

Haute-Vienne : Les producteurs de marrons châtaignes alertent le préfet

Baptiste Carrère producteur de canards à Malaussanne (64), a pris la présidence de Bienvenue à la Ferme 64 Agriculture | 27/10/2020

Bienvenue à la ferme 64 : des projets florissants malgré le contexte

Illustration installation - transmission en maraîchage Agriculture | 23/10/2020

Transmission agricole : Safer, collectivités et chambre d'agriculture 64 alliées au plus proche du terrain

Une partie du coteau bordant les vignes de Pierre Tourré s'est effondrée suites à la pluie du 11 mai Agriculture | 21/10/2020

Les pluies du mois de mai mettent en danger des vignerons de Loupiac

La famille Massé, installée à Rouillac, fait partie des 150 exploitations certifiées par l’interprofession Agriculture | 15/10/2020

Charente : vers un cognac 100% durable en 2030

Roland de Lary, directeur du CRPF Agriculture | 05/10/2020

Filière bois : trois questions à Roland de Lary, directeur du Centre Régional de la Propriété Forestière

Danièle Marcon, présidente de la section tomate de l'AIFLG Agriculture | 04/10/2020

L'IGP, une urgence pour la survie pour la Tomate de Marmande

Marché de producteurs Agriculture | 02/10/2020

Les circuits courts au menu du 6ème Agrinovembre

Bernard Layre, Présidnt de la Chmabre d'agriculture des Pyrénées-Atlantiques et Eric Spitz Préfet du département Agriculture | 01/10/2020

Un nouveau tournant vers la transition environnementale pour l'agriculture des Pyrénées-Atlantiques