Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

19/08/19 : Angoulême : le réalisateur Claude Lelouch est annoncé au festival du film francophone ce jeudi. Parmi les politiques, François Hollande et Franck Riester sont annoncés dès ce mardi, pour l'ouverture du festival, qui se tient jusqu'à dimanche.

12/08/19 : Essais du Tram D à Bordeaux. Au lieu de 14h c'est en réalité à 17h que les premières rames du tram D ont circulé entre les Quinconces et "Mairie du Bouscat". Ces essais doivent durer trois mois pour une mise en service mi-décembre.

09/08/19 : Saint-Palais-sur-Mer (17) : la plage du Bureau est ponctuellement interdite à la baignade jusqu'à nouvel ordre, pour cause de pollution de l'eau.

02/08/19 : C'est Offenbach, compositeur fétiche de Marc Minkowski, qui ouvrira la saison lyrique de l'Opéra National de Bordeaux avec ses célébrissimes Contes d'Hoffmann. Rendez-vous du 19 septembre au 1er octobre 2019, pour 6 représentations.

- Publicité -
S’abonner ici !
- Publicité -
  • 19/08/19 | La Fête des paysans de retour à Soustons dans les Landes

    Lire

    Les 23 et 24 août à Souston sur le site de la pointe des Vergnes, le Modef organise sa traditionnelle Fête des paysans. Parmi les nombreuses animations: repas paysans, marchés de producteurs, finale des jeunes conducteurs de tracteur, ou encore un débat public visant à l'échange entre agriculteurs et citoyens-consommateurs en présence de 3 membres de Ingénieurs sans frontières qui présenteront une proposition partagée par divers réseaux: "la sécurité sociale alimentaire". Les 2 soirées de termineront par des concerts gratuits!

  • 19/08/19 | 3ème édition du Summer Jump

    Lire

    Organisé par l’association Villeneuve Equitation, le concours hippique de saut d’obstacles, Summer Jump, se déroulera sur le terrain en herbe du Château de Rogé, du 22 au 25 août. 800 cavaliers amateurs et professionnels venant de tout l’hexagone, 150 chevaux, ainsi que 2 000 spectateurs sont attendus pour cet évènement sportif inédit en Grand Villeneuvois. Il sera rythmé par des épreuves préparatoires et des épreuves de grands prix, dotées de 16 000 €. Ce concours fait parti du circuit du Grand Régional Centre CSO, une référence dans le domaine des sports équestres.

  • 17/08/19 | 7 histoires d’estuaire sur les rives de la Gironde

    Lire

    La Communauté d’Agglomération de Royan Atlantique, la communauté de communes de Haut-Saintonge et le CdC de l’Estuaire proposent jusqu’au 28 août des spectacles nocturnes gratuits autour du thème de l’estuaire intitulé "7 histoires d’estuaire". Ce spectacle itinérant mêle musique, danse et vidéo et est présenté au bord ou à proximité du fleuve. Le metteur en scène Eric Le Collen s’inspire des paysages, de l’histoire et du patrimoine pour composer une fresque poétique. Rdv les 19, 21, 26 et 28 août à 21h30.

  • 17/08/19 | Grand-Angoulême : levée de fonds pour Seven Shapes

    Lire

    7 entreprises du monde de l'industrie sont entrées au capital de Seven Shapes. L'objectif de cet investissement est d'accélérer la commercialisation de son école digitale du "Lean". Ce dernier est une méthode de travail adoptée dans les plus grands groupes reposant sur l'écoute du client, la lutte contre le gaspillage, la réduction des stocks et l'intelligence collective. Certaines grandes entreprises nationales comme Enedis ou Schneider Electrics bénéficient déjà de la Seven Shapes School.

  • 17/08/19 | Guéret : réédition d'un festival de musique soutenu par la Région !

    Lire

    La deuxième édition du Check-in Party se déroule du 22 au 24 août prochains à l'aérodrome de Guéret. Plusieurs noms de la musique française et internationale seront présents, à l'image de Jeanne Added, Clara Luciani ou encore Patti Smith. Avec un tel évènement, la Région souhaite rappeler son engagement auprès des festivals en tous genres, notamment en période estivale, à l'image des 106 festivals de musiques soutenus en 2018 à hauteur de 1,7 million d'euros

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Agriculture | Quel avenir pour les « petits vins » de Bergerac ? La qualité et l'oenotourisme

13/03/2011 |

Bergerac - Château Richard

La tendance lourde du marché français continue de se contracter avec une baisse en volume de la consommation de vin... et ceci malgré une forte croissance de la production de vin dans le monde. Le marché actuel est bien loin d'être propice à l'épanouissement des exploitations viticoles moyennes. Mais l'exigence de la qualité, une conduite des exploitations qui se veut exemplaire, la recherche d'une relation avec le client, l'ouverture à l'oenotourisme sont des atouts importants. Et, singulièrement dans ce vignoble bergeracois qui, ces temps-ci, non sans difficultés, tire son épingle du jeu, si l'on considère que les prix auxquels il se vend sont généralement supérieurs à ceux du Bordeaux générique. Rencontre avec Sylvie Labat qui a la haute main sur deux exploitations à Monestier et Monbazillac.

Ils sont généreux, corsés et bouquetés : les vins de Bergerac sont discrets mais ont du caractère. Quel type de gestion, conditions de production, commercialisation, faut-il mettre en place pour faire prospérer ces terroirs d'une grande richesse ?  Interrogation avec Sylvie Labat  qui est « tombée dans le bain de la viticulture dans ses jeunes années »; son regard et son vécu éclairent les enjeux actuels de la viticulture bergeracoise. Elle gère les aspects social, commercial, relationnel et de comptabilité dedeux exploitations bergeracoises: Château Richard à Monestier appellation Bergerac et Saussignac(propriétaire Richard Doughty) et Château Haut Bernasse à Monbazillac(Société Jules et Marie Vilette).
Ces deux Châteaux appartiennent aux55% de vignobles qui sont indépendants. D'une superficie de 12ha chacun, ils ont encommun le fait d'appartenir à une personne physique, un propriétaire qui cultive lavigne, élabore le vin le vend sous sa propre marque.

Travailler ‘à l'ancienne' : une façon de garantir une notoriété plus durable ?
« Le Château Haut Bernasse est spécialisé dans la production de Monbazillac de qualité. » En effet, il privilégie les petits rendements, travaille sur de vieilles vignes, et réalise ses vendanges en comportes. S'ajoute à ces méthodes très traditionnelles, l'usage strict des pressoirs hydrauliques COQ de 1926 (un pressurage lent respectueux du raisin). La fermentation et l'élevage se font en barriques. La chaptalisation n'y est pas pratiquée, et tout type d'additifs est rejeté. « Ce sont des vins très coûteux à produire et il est très difficile d'arriver à les valoriser. » Dans ce type d'exploitation, la marge d'innovation est très limitée d'un point de vue technique. Il semble y avoir davantage de possibilités dans le marketing : habillage du flacon, contenance inhabituelle ...

Le Monbazillac a une notoriété indéniable en France et à l'étranger.Il a eu son heure de gloire dans les années 1930 ; un succès quientraîne un élargissement de la zone de production, mais aussi unebaisse de la qualité : « aujourd'hui, la culture s'étend sur lesplaines, et plus seulement sur les côteaux (plus qualitatifs). D'où uneperte d'image ». Dans les années 1980, un petit groupe de viticulteursrelance la production d'un Monbazillac qualitatif, l'image reprend unpeu de sa noblesse, mais la qualité générale reste très hétérogène. Etde fait, si l'appellation de certains vignobles a une notoriété quipermet une meilleure chance de survie sur le marché mondial, «l'appellation Bergerac, elle, n'a jamais eu de notoriété. Elle estécrasée par son voisin de Bordeaux. Dans l'esprit de la plupart desgens, le Bergerac reste un vin de terroir d'un bon rapport qualité-prix.»

Il a cependant la chance d'être produit dans un départementhautement touristique et l'œnotourisme sera peut-être sa planche desalut : « Des réseaux se constituent pour attirer les touristes sur lespropriétés : Route des Vins de Bergerac, Destination Vignobles (auniveau aquitain)."

Le Château Richard de son côté produit en Agriculture Biologique depuis 1991. « Il est le pionnier dans la région et fait beaucoup d'émules depuis. Dès qu'il a commencé à cultiver la vigne en 1988 - il faut trois ans pour convertir des vignes non bio en vignes bio - l'option Agriculture Biologique s'est imposée à lui. » Richard Doughty mise beaucoup sur le développement de ses cuvées sans sulfites dont il a multiplié la production par cinq en trois ans.

D'une vente de proximité à une vente sur le marché mondial
La commercialisation est assez similaire et éclectique sur les deux propriétés : « Nous vendons à la clientèle particulière - touristes de passage ou expéditions. Aux cavistes, aux restaurants - même si cette activité est en baisse avec la restriction de la législation sur l'alcool au volant (!). Nous vendons aussi et surtout à l'export : vers le Royaume-Uni, les Etats-Unis, le Canada, l'Allemagne, la Belgique, le Danemark, le Japon. En plus de ces circuits, le château Richard, de part sa production en bio, vend une grosse partie de sa production dans le réseau des Biocoop ». Tous les producteurs indépendants de la région possèdent au moins un nom de château ou marque, voire deux, pour pouvoir vendre le même vin dans des circuits de vente différents : Grande Distribution et CHR. « Le Château Haut Bernasse et le Château Richard sont deux marques déposées, que l'on décline ensuite avec des noms de cuvée : cuvée Osée pour le rouge sans sulfite, cuvée Jules et Marie Villette pour le Monbazillac haut de gamme ». Sachant que... « si la marque d'un vin contient le mot ‘Château' dans son appellation, c'est mieux. ». C'est un aspect qui favorise la commercialisation.

Ces nouvelles questions sur la commercialisation dues à l'ouverture du marché et à la rudesse de la concurrence ne doivent cependant pas faire oublier ce sur quoi conclut Sylvie Labat : « Vendre du vin, ce n'est pas comme vendre des machines, des outils ou des haricots verts. Le vin est synonyme de culture, de convivialité, de partage, de fête (surtout les vins liquoreux!). Il y a dans tout ça un petit côté alchimie ».
Photo : aqui.fr

Fanny Cheyrou

Le vignoble de Bergerac s'étend sur 12 500 ha. en production, soit 2.6%de la surface viticole en AOC française et 8.9% de la surface viticoleAOC d'Aquitaine. La surface moyenne des exploitations est de 11 à 12hectares. La viticulture bergeracoise est un bassin d'emploiimportantavec plus de 1700 emplois directs à temps plein. ».

Partager sur Facebook
Vu par vous
1397
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Agriculture
Agriculture
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 21 + 14 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

A lire ailleurs sur aqui.fr
Mission européenne, projet H2O2O NEFERTITI dans les vignes du château Luchey-Halde à Mérignac Agriculture | 29/07/2019

Réduction des intrants: le réseau européen H2020 Nefertiti s'intéresse aux innovations girondines

Illustration vache dans un champs Agriculture | 28/07/2019

Chambres d’agriculture : 1200 emplois menacés par une baisse de financement

Saint-Christoly-de-Blaye Agriculture | 26/07/2019

La préfète de Nouvelle-Aquitaine à la rencontre des viticulteurs girondins

Lors des controverses de Bergerac, plusieurs exemples de partenariats improbables ont été mises en lumière Agriculture | 19/07/2019

Controverses de Bergerac :l'image des agriculteurs va devenir primordiale

Quelles images du monde agricole dans la société Agriculture | 13/07/2019

L'image des agricultures en débat à Bergerac

Un exemple de bâtiment agricole équipé de panneaux photovoltaïques Agriculture | 11/07/2019

Aider les exploitations périgourdines à la transition énergétique

Vignerons vivant Agriculture | 10/07/2019

Les "vignerons du vivant" veulent attirer les jeunes vers la viticulture

''Empaillage'' de la trésorerie de Mourenx dans la nuit du 9 au 10 juillet 2019 par les éleveurs de la FDSEA64 et JA64 en réation aux Traités CETA et MERCOSUR Agriculture | 10/07/2019

Traités Ceta et Mercosur: Les éleveurs basques et béarnais ont exprimé leur malaise

Les responsables de la section bovine de la FDSEA avaient invité Gilles Gauthier, président de Sobeval à débattre Agriculture | 08/07/2019

La filière bovine périgourdine débat de son avenir

Les Agron'Hommes au Brésil Agriculture | 07/07/2019

Les Agron'Hommes : Gudrun Götsch cuisine l’agroforesterie au Brésil

Néo-Terra agriculture Agriculture | 06/07/2019

Nouvelle-Aquitaine : comment "Néo-Terra" compte pousser au changement de modèles agricoles

Agriculture | 03/07/2019

L'accord annoncé Mercosur-UE: "la trahison de notre élevage"

Didier Guillaume au musée maritime le 1 juillet 2019 Agriculture | 02/07/2019

Rencontre avec Didier Guillaume : « l’agriculture française est une des plus sûres et durables »

Jérôme Zaros lors de la démonstration de levage mécanique Agriculture | 27/06/2019

Viticulture : un levage mécanique plutôt que romantique

Journée de l'élevage et de l'innovation à Morlaas - le 29 juin 2019 Agriculture | 26/06/2019

Journée de l'élevage: un mariage entre tradition et innovation à Morlaàs (64)