Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

23/07/18 : La maternité Jean Villar de Bordeaux vient d’être distinguée, dans la catégorie "cocooning" par le magazine Magic Maman qui publie le palmarès des meilleures maternités de France. Une reconnaissance de son programme d’accompagnement des futurs parents

14/07/18 : Michèle Delaunay ancienne ministre et députée de la Gironde promue au grade de chevalier dans l'ordre de la Légion d'Honneur au titre du ministère des Solidarités et de la Santé avec mention de ses " 49 ans de services"

14/07/18 : Charente-Maritime: à partir du 16/07, un arrêté interdit le remplissage et la remise à niveau des mares de tonnes (chasse au gibier d'eau), sur la Curé-Sèvre Niortaise, le Mignon, les marais de Rochefort nord et sud et le marais bord de Gironde nord.

13/07/18 : Les 26, 27 et 28 juillet, le Tour de France fait étape dans le 64. Toutes les infos pratiques liés à ces 3 jours de présence ( accès, parking, circulation, accueils camping-car, passage de la caravane,etc )sont à retrouvées sur www.infotour64.com+ d'info

12/07/18 : Fierté au sein d'Aérocampus Aquitaine: la structure compte 100% de réussite à tous les BAC et BTS avec plus de 87% de mentions dont 56% de mentions B et TB. Parmi eux: Alisson Armatte est la major de France en BTS Aéronautique. Félicitations!

12/07/18 : Suite aux nouvelles analyses effectuées, l'ARS a autorisé la réouverture immédiate de la baignade à la Base de Loisirs du Marsan ce 12 juillet. La filtration naturelle du plan d'eau a suffit pour endiguer ce phénomène ponctuel.

11/07/18 : Sur demande de l'ARS, le lac de baignade de la base de loisirs du Marsan est fermé jusqu'à nouvel ordre. Des analyses ont révélé un taux de bactéries coliformes supérieur à la limite autorisée. De nouvelles analyses sont en cours.

11/07/18 : Au 1er semestre 2018 l'Aéroport de Bordeaux passe les 3M de voyageurs (+6,2%). Nouveau record en juin avec 669.000 passagers (+6,5%): +17,4% pour les vols internationaux (384.500 voyageurs) et pour le low cost. Le trafic national perd 5,5% et Paris 26,8%

07/07/18 : La visite du président de la République, Emmanuel Macron, en Dordogne, ce sera jeudi 19 juillet.Le chef de l’État devrait faire une halte à Périgueux avant de se rendre dans une commune rurale pour y parler du maintien des services publics.

06/07/18 : La Rochelle : les inscriptions sont ouvertes à l'université, au Technoforum, 23 av. A.Einstein, jusqu'au jeudi 19 juillet de 9h à 12h30 et de 13h30 à 17h00, et ce samedi de 9h à 16h30. Reprise des inscriptions le 23 août jusqu’au 14 septembre.

- Publicité -
S’abonner ici !
- Publicité -
  • 23/07/18 | Léger ralentissement de l’économie girondine

    Lire

    Le Baromètre de l’Economie Girondine de la CCi Bordeaux Gironde, montre au 2ème trimestre 2018 des résultats en baisse sur plusieurs indicateurs. Le solde d’opinion est à +12 pour le Chiffre d’affaires (baisse de 6 points), à +3 pour la Trésorerie (baisse de 7 points) ou encore à -14 pour les Délais de paiement (baisse de 3 points). L’activité économique conserve cependant un rythme soutenu grâce aux carnets de commandes qui restent à un niveau élevé (+21) et des investissements en hausse de 3 points: 34% de chefs d’entreprise ayant investi au trimestre dernier. 82% des patrons se disent confiants en l’avenir.

  • 23/07/18 | Saint-Macaire clôture les Nuits Atypiques

    Lire

    Dès le 28 juillet 15h, Saint-Macaire (33) clôturera la 27ème édition des Nuits Aytipiques. Deux rencontres-débats, une lecture musicale et 3 concerts vous attendent dont le groupe du batteur franco-ivoirien Paco Séry. Une attention particulière sera accordée cette année à la thématique de la migration et des migrants avec notamment la présentation de la revue « Ancrage » consacrée aux migrations et aux métissages dans le Sud-Ouest. Retrouvez tout le programme de cette journée : www.nuitsatypiques.org

  • 20/07/18 | Accidentologie dans le Pyrénées-Atlantiques

    Lire

    Depuis le début de l’année 2018, 9 personnes ont perdu la vie sur les routes du département des Pyrénées-Atlantiques (contre 21 sur la même période en 2017). 369 accidents de la route (contre 387 à la même période en 2017), "principalement dus à des défauts de comportement du conducteur ou de maîtrise du véhicule" selon la Préfecture départementale, ont causé 428 blessés dont 133 blessés hospitalisés.

  • 20/07/18 | La métropole observe les étoiles

    Lire

    Si vous êtes un amateur de constellations, sachez qu'une nouvelle "Nuit des étoiles" se tiendra les 3, 4 et 5 août dans le cadre de l'été métropolitain entre la plaine des Biges (Saint-Médard), le parc des sports et de loisirs Colette-Besson (Martignas) et la forêt du Bourgailh (Pessac). De nombreuses animations sont au programme : observations, conférences d'astronomie, visite guidée du planétarium ou ballades nocturnes en forêt. Pour tout renseignement sur les horaires des différents rendez-vous, contactez l'association Ecosite du Bourgailh au 05 56 15 32 11.

  • 20/07/18 | Nouvelle-Aquitaine - Itasy: 10 ans de coopération fructueuse

    Lire

    La Région Nouvelle-Aquitaine est lauréate de l’appel à projets «Alimentation et Agriculture Durable» du ministère des Affaires étrangères pour sa coopération avec l’ONG Agrisud International à Madagascar. « La coopération décentralisée mise en place par la Nouvelle-Aquitaine dans la région d'Itasy a permis à cette dernière de se doter d’un centre régional de formation professionnelle agricole, de développer les infrastructures d'eau et d'assainissement ou de soutenir ses filières porteuses en matière de tourisme» détaille Isabelle Boudineau, vice-présidente en charge de l’International.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Agriculture | Race à faible effectif: la passion Bordelaise de Christophe Guénon récompensée à Paris

03/03/2018 | Christophe Guénon, éleveur de Bordelaises, vient d'être récompensé à Paris, sur le Salon de l'agriculture, par le 2ème prix national de la Fondation du Patrimoine pour l'agrobiodiversité animale

Christophe Guénon éleveur de Bordelaise à Léognan, acteur dynamique de la préservation et de la valorisation de cette race à faible effectif

Si le prix de la Fondation du Patrimoine pour l'agrobiodiversité animale - CEVA Santé animale qu'il a reçu mercredi au Salon International de l'Agriculture, lui apportera un coup de pouce financier pour la réalisation de ses projets, la plus grande satisfaction de Christophe Guénon est qu'être lauréat de ce concours permet de mettre le projecteur sur la race qu'il a choisi d'élever : la vache Bordelaise. Et celle-ci en a en effet bien besoin. Elle compte au total un effectif de 150 femelles, un record depuis la quasi disparition de la race dans les années 70. Ce coup de projecteur, médiatique et institutionnel, c'est aussi l'occasion pour Christophe Guénon de démontrer que préservation d'une race et rentabilité peuvent aller de pair.

A Léognan en Gironde, la vache Bordelaise et Christophe Guénon, c'est toute une histoire. Une histoire de famille d'abord, car ce n'est pas par hasard qu'il a choisi, il y a cinq ans, en plus de son maraîchage bio, de se lancer « tête baissée » dans l'élevage de cette race à la robe noire et blanche et aux petites cornes fièrement dressées. Son père et son grand-père, éleveurs laitiers, avaient eux aussi choisi de travailler avec cette race... jusque dans les années 70, où ils ont peu à peu assisté à sa disparition. « Dans ces années là, la sélection des races s'est faite sur le critère du rendement, et non sur celui de la rusticité du bétail. Ca a sonné la disparition progressive de l'espèce. Un jour mon père n'a plus réussi à trouver de taureau. » Pourtant rappelle l'éleveur, « la Bordelaise était reconnue comme meilleure laitière au 18 et 19ème siècle, avec des exportations dans différents pays du monde, en Indochine, à l'époque, et au Maroc notamment »

Suivi génétique et vente directe
Avec un troupeau total de 150 femelles, la Bordelaise est une des races locales qui compte parmi les plus faibles effectifs. Elle fait partie des races que le Conservatoire des races Aquitaine s'échine à sauvegarder avec l'aide de quelques éleveurs. Christophe Guénon fait donc partie de ceux-là, et deux fois plutôt qu'une. Il s'est lancé en 2011 avec trois animaux prêtés par le Conservatoire dont un taureau. Désormais il a une trentaine de bêtes, « 5 ans pour monter un troupeau, je n'aurais pas cru réussir cela si vite ! ». De quoi le convaincre encore un peu plus ce passionné de la qualité des animaux, et notamment leur facilité de vêlage.
Sur sa ferme, il a mis en place un système allaitant où la reproduction des animaux est assurée avec un suivi génétique. « Toutes les femelles qui naissent sont gardées pour la reproduction de la race. Elles sont les futures mères qui permettant d'agrandir le troupeau. Pour les mâles, le Conservatoire des races assure un suivi génétique, ceux qui ont des qualités intéressantes, et correspondent le mieux aux critères de la race, sont conservés pour la reproduction, les autres sont vendus en vente directe auprès des consommateurs par le biais d'une AMAP, ou auprès de bouchers et restaurateurs », explique Christophe Guénon. Quant aux mâles conservés pour la reproduction, ils partent soit chez d'autres éleveurs souhaitant développer leur troupeau ou en améliorer la qualité, soit pour le Conservatoire des races, qui les prêtent de manière tournante aux éleveurs pour éviter la consanguinité à l'intérieur des troupeaux et donc de la race.

Les vaches Bordelaises en pâturage

Pâture en Zone Natura 2000
Au total, une trentaine d'éleveurs participent, sur le périmètre de l'ancienne Aquitaine, à la sauvegarde et à la valorisation de la race. Une mission indispensable pour le dynamique et très convaincu éleveur girondin. « Ces races locales, c'est notre patrimoine, c'est celui de nos anciens, et c'est un patrimoine à léguer aux générations futures. C'est un enjeu de biodiversité aussi de savoir préserver la diversité des races. Il ne peut pas y avoir que 3 ou 4 races de vaches dans nos prés... ! Mais sauver les races, c'est aussi une manière de sauver des éleveurs !»
Si le projet de Christophe Guénon a été distingué au Salon de l'agriculture, c'est aussi qu'au-delà de la sauvegarde et la valorisation de la vache Bordelaise, son troupeau, grâce à un partenariat avec le Conseil départemental de la Gironde, contribue à l'entretien de prairie en zone Natura 2000 en bord de Garonne. C'est un pâturage doux, qui permet à ces terres jusque-là en friche de retrouver une attractivité tant en faune qu'en flore. La race étant légère, elle n'abîme pas non plus les sols sur lesquels elle pâture.


Prix National de l'agrobiodiversité animale 2018, avec Marc Prikazsky, PDG de Ceva Santé Animale et Célia Verot, Directrice générale de la Fondation du patrimoine

L'âne des Pyrénées et la Froment du Léon primés
Outre l'éleveur girondin, le « Prix National de la Fondation du patrimoine pour l'agrobiodiversité animale » qui a donc vocation depuis 2012, à mettre en lumière les races agricoles françaises à faibles effectifs (qui représentent 80% des races agricoles régionales!), a également récompensé deux autres duos race-éleveur. C'est un couple d'éleveurs du Gers, Cécile et Emmanuel Guichard, qui a reçu le 3ème prix du concours pour son travail autour de l'âne des Pyrénées dont le berceau se partage entre Occitanie et Nouvelle-Aquitaine. Quant au premier prix, il a été décerné à Maëve et Stéphane Terlet, éleveurs en Côte-d'Armor, qui valorisent le lait de la race bovine du Froment du Léon, par la fabrication d'un beurre haut de gamme.

Solène Méric
Par Solène Méric

Crédit Photo : Ceva

Inno'action et agricultureCet article fait partie du dossier

Voir les autres articles de ce dossier
Partager sur Facebook
Vu par vous
6513
Aimé par vous
2 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Agriculture
Agriculture
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 25 + 13 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

A lire ailleurs sur aqui.fr