Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

18/04/19 : A l'occasion du Joli Mois de l'Europe, la Maison de l'Europe Direct Limousin organise une rencontre avec Jürgen Habermas. Philosophe allemand, il consacre sa réflexion à la question de l'intégration européenne. Rdv jeudi 2 mai, 18h30 à Limoges.

18/04/19 : A la suite de l'incendie qui a ravagé Notre Dame de Paris, la ville de Périgueux proposera un soutien financier de 10 000 €, lors de son prochain conseil municipal, pour aider à la reconstruction de ce bâtiment emblématique de l'histoire de France.

17/04/19 : Le coq reliquaire de la flèche de Notre-Dame de Paris, que l’on croyait disparu dans l’incendie de lundi, a été retrouvé mardi. Il devrait regagner prochainement l'entreprise Socra à Marsac-sur-l'Isle (24) pour être restauré comme initialement prévu.

16/04/19 : Emmanuel Macron au 20 heures ce 16 avril: "Je vous le dis ce soir avec force : nous sommes ce peuple de bâtisseurs. Nous avons tant à reconstruire. Nous rebâtirons Notre-Dame plus belle encore. Je veux que ce soit achevé d'ici cinq années"

16/04/19 : Patrick Bobet, président de Bordeaux métropole, frappé par la tragédie qui touche Paris et les français va demander au Conseil de métropole de participer, par le versement d’une subvention, à l’effort de reconstruction de la cathédrale Notre Dame.

12/04/19 : Pierre Camani, président du Conseil départemental de Lot-et-Garonne depuis 2008, a annoncé aujourd'hui sa démission aux membres de la majorité départementale. Démission qui sera effective à la fin du mois.

10/04/19 : Les Chambres d’agriculture de Lot-et-Garonne, Haute-Vienne et Vienne, estampillées Coordination rurale, ont créé, le 9 avril, l’Association des Chambres d’agriculture de Nouvelle Aquitaine pour le développement agricole et rural

10/04/19 : Le Comité Régional de Vigilance Ferroviaire appelle "celles et ceux qui refusent, que l'avenir du ferroviaire se fasse sous le seul prisme de l’austérité budgétaire", à manifester le vendredi 12 avril à 10h30 devant la Gare Saint-Jean à Bordeaux.

03/04/19 : La Rochelle : l'association de l'organisation du Grand Pavois vient de dévoiler son invité d'honneur 2019. Ce sera L'Andhra Pradesh, une région de l'Inde. 250 nouveautés sont attendues pour cette 47e édition, qui se tiendra du 18 au 23 septembre.

02/04/19 : A partir du 1er septembre prochain, la Communauté d’Agglomération du Libournais (La Cali) lance un nouveau réseau de transport gratuit pour tous. L’exploitation a été confiée au groupe Transdev pour les huit prochaines années.

- Publicité -
S’abonner ici !
- Publicité -
  • 19/04/19 | Châtelaillon-Plage célèbre le cerf-volant ce week-end

    Lire

    C'est un rendez-vous incontournable des amoureux du cerf-volant. Le festival du vent de Chatelaillon-Plage attend ses 70 0000 visiteurs durant ces trois jours de week-end de Pâques. Au programme : démonstrations de cerf-volants, des combats de rokkakus, compétitions, exposition de cerf-volants revisités par des artistes, dont ceux du dessinateur BD américain Scott Hampton, en avant-première en France. Un nouvel espace est dédié aux mobilités, aux nouvelles énergies et à des expériences en 3D.

  • 19/04/19 | Bordeaux : du mouvement à la MÉCA

    Lire

    La Maison de l'Économie Créative en Nouvelle-Aquitaine sera inaugurée le 28 juin prochain. En attendant cette échéance, le site béglais de l'ALCA (Agence Livre, Cinéma et Audiovisuel) Nouvelle-Aquitaine, s'installe à la MÉCA à partir de fin avril. Les équipes de l'ALCA - site de Bègles conservent leurs lignes téléphoniques le temps du déménagement. Les professionnels du livre et de l'audiovisuel pourront s'y rendre sur rendez-vous uniquement.

  • 19/04/19 | Pau : 10 ans de logement solidaire !

    Lire

    L'association paloise Presse Purée fête cette année son dixième anniversaire. Une décennie d'alternatives à la crise du logement des jeunes et de lutte contre l'isolement des personnes âgées. En effet, Presse Purée compose des "duos" ou "trios" de jeunes et de séniors. Ces derniers proposent un hébergement gratuit à des jeunes en échange de services du quotidien (acheter le pain, etc.) et d'une présence rassurante, notamment le soir. En dix ans, Presse Purée a accompagné 350 personnes.

  • 19/04/19 | Le Tour de France des Hôpitaux en Charente-Maritime

    Lire

    Les hôpitaux de La Rochelle et Rochefort seront mis à l'honneur. Dans le cadre du "Tour de France des Hôpitaux" lancé par la promotion Albert Camus de l'École de Directeur ou directrice d'Hôpital, les centre hospitaliers de Rochefort et La Rochelle-Ré-Aunis sont mis en vidéo par des étudiants stagiaires. Ces clips de 140 secondes font partie d'un documentaire réalisé à partir des différents tournages, dévoilé à la fin du Tour de France des Hôpitaux.

  • 19/04/19 | Les Landes s'engagent auprès des agriculteurs

    Lire

    Le département des Landes se classe en 2019 parmi les départements ayant le plus de productions sous signes officiels de qualité. Il va donc, avec Agrilocal40, consacrer 1.7M€ à la préservation des exploitations agricoles familiales et 2.3M€ pour inciter les agriculteurs à des pratiques plus respectueuses de l'environnement, tout en développant l'ancrage territorial de l'alimentation, entre espaces tests agricoles et circuits-courts.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Agriculture | Région Aquitaine : une journée de débat autour d'une nouvelle politique agricole des territoires

27/08/2015 | A quelques mois d'un scrutin régional décisif, divers élus se sont réunis ce jeudi 27 août en présence des professionnels du secteur agricole pour débattre.

Plusieurs élus ont débattus de la réforme territoriale et des politiques agricoles

Alors même que Ségolène Royal, la Ministre de l'Écologie, a convoqué ce jeudi les enseignes de la grande distribution pour débattre autour du gaspillage alimentaire, la réforme territoriale et les politiques agricoles des territoires sont revenues sur le tapis dans le cadre d'une journée de débat organisée à l'Hôtel de Région, à Bordeaux à l'occasion du Congrès des Chambres d'agriculture de l'arc atlantique. Si aucune mesure concrète n'est ressortie de ces échanges, ils ont au moins permis de souligner la mesure de l'urgence de constituer une nouvelle politique agricole, quelques semaines après les manifestations virulentes des agriculteurs et éleveurs français.

Le débat était centré autour des compétences et politiques des différentes collectivités. A cette occasion, la salle d’Assemblée de l’Hôtel de région comptait parmi ses spectateurs de très nombreux présidents de Chambres d’agriculture et autres professionnels du secteur agricole. A là table des débatteurs, on retrouvait Alain Rousset, président de la région Aquitaine et de l'Association des Régions de France, Daniel Genissel, président de l’AC3A (Association des Chambres d’Agriculture de l’Arc Atlantique), Dominique Bussereau, président du Département de la Charente-Maritime, de l'Assemblée des départements de France et ancien Ministre de l’Agriculture de 2004 à 2007 ; Viriginie Calmels (en tant qu’adjointe au maire de Bordeaux en charge de l'économie et de l'attractivité économique métropolitaine  et non pas candidate aux régionales...), Pierre Dartout, préfet de la région Aquitaine et Charles-Eric Lemaignen, président de l’Agglomération Orléans-Val de Loire et de l’Assemblée des Communautés de France. 

Meeting politique ? L’enjeu du principal débat de la journée : définir les différentes compétences octroyées aux collectivités en matière d’agriculture. Un enjeu d’autant plus important que l’Aquitaine demeure la première région française pour l’emploi agricole, avec 43 100 exploitations et cinq milliards d’euros de chiffre d’affaires. Déjà, à la suite de la grogne des éleveurs, une cinquantaine de professionnels du secteur agricole s’étaient réunis le 5 août dernier pour commencer à mettre en œuvre le plan d’urgence. Avec une agriculture aussi diversifiée et une loi NOTRe qui s’apprête à bouleverser l’organisation des territoires, cette « réunion » qui avait parfois des allures de meeting politique, si elle n’a pas bénéficié de grandes annonces, a au moins permis de clarifier l’avis de chacun sur les effets de la réforme territoriale sur le monde agricole. 

Une présence territoriale de proximité Ainsi, on sait déjà qu’un Pôle Viticole devrait logiquement être situé à Bordeaux, que les grandes cultures devraient être traitées à Poitiers et l’élevage (hautement sensible comme nous l’avait déjà démontré un professionnel à St-Savin de Blaye) à Limoges. Pour le préfet de région, c’est une certitude : « l’État doit faire des économies sans altérer la qualité du service rendu. Il nous faut donc travailler différemment. Dans les départements, assure-t-il, il y aura toujours une présence territoriale de proximité ». Pour Charles-Eric Lemaignen, « il est nécessaire, quand on sait que nos collectivités auront de moins en moins d’argent public, de faire une réforme structurelle pour éviter les doublons » — comprenez deux emplois qui pourraient n’en faire qu’un seul. « On ne peut pas garder la dépense publique à 57 % du PIB », s’est efforcé de convaincre le président de l’agglomération orléanaise.

Des actions engagéesPour l’heure, selon lui, seules 15 % des intercommunalités auraient passé un contrat avec les Chambres d’Agriculture. C’est relativement peu, alors même qu’on sait que la future grande région comptera près de 85 000 exploitations et deviendra la première région agricole française. La large concertation évoquée par l’élu entre 2010 et 2012, qui a abouti à 23 actions (parmi lesquelles la promotion des circuits courts ou la création d’une couveuse d’entreprises agricoles pour les jeunes exploitants qui sera testé début 2016) fait pourtant figure de goutte d’eau, quand on voit la nécessité, selon Dominique Graciet (président de la Chambre d’Agriculture d’Aquitaine) de remodeler un « appareil de production très en retard dans la région ». Pour Virginie Calmels pourtant, le « rôle du politique est de voir plus loin que les crises, c’est la préservation du secteur agricole, l’installation des nouvelles exploitations, la veille foncière entamée avec la Safer (Société d’aménagement foncier et d’établissement rural) depuis 2012 ».

De grandes inquiétudesPlus virulent, Dominique Bussereau a été moins optimiste que le reste des élus présents. « L’avenir de l’administration est dans les régions. l’Etat aurait dû profiter de la réforme territoriale pour gonfler les directions régionales, au lieu de faire semblant d’inutilement renforcer les départements. Elle va (la réforme) rendre extrêmement compliquée la répartition des rôles. Au final, elle va coûter plus cher pendant au moins cinq ans », a-t-il déploré. « Après 2016, en appliquant la loi, les départements ne pourront plus financer les Chambres d’agriculture, alors qu’elles étaient un levier important pour réaliser les politiques locales. De même, les aides à l’installation et aux groupements fonciers deviendront impossibles à financer, sauf si la loi est modifiée ». Une inquiétude légitime, confortée par les propos d’Alain Rousset pour qui « 50 % des disparitions d’exploitations se font à cause du foncier et de l’étalement urbain. Il faut que la formation des jeunes agriculteurs soit la mission principale des lycées agricoles. Le Ministère de l’Agriculture va devoir se doter d’une vraie stratégie d’innovation, nous devons nous préparer à la revoyure de la PAC ». 

Des problèmes déjà soulignésDans les rangs des interrogations, on retrouvait notamment la lourdeur et la longueur de l’aboutissement d’un projet pour les entrepreneurs (une durée de 5 à 6 ans avancée pour la France), le problème de la compétitivité de la France face à d’autres pays (48 millions de porcs en Espagne, 23 millions en France), les filières d’excellence et les circuits courts qui « ne sont pas toujours au-dessus des autres » alors qu’ils sont très souvent mis en avant par les élus et le gouvernement ou encore la question : à quand une réelle stabilité pour commencer à mener des projets ? Beaucoup de débats, et de problèmes dénoncés par les professionnels qui reviennent dans les discours depuis plusieurs mois, quelques engagements et pistes, mais aucune mesure concrète tirée de ces deux heures de débat. Il a au moins permis de souligner une certitude — avant, peut-être, un accord avec la grande distribution sur le gaspillage alimentaire malgré la frilosité de certaines enseignes —, la nécessité pour les collectivités Région-Département-Intercommunalités de travailler ensemble pour accompagner les mutations de l'agriculture à l'heure où la réforme territoriale laisse encore beaucoup de zones d'ombre et d'incertitudes sur les compétences des unes et des autres et les économies véritables à réaliser.

Romain Béteille
Par Romain Béteille

Crédit Photo : RB

Partager sur Facebook
Vu par vous
1664
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Agriculture
Agriculture
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 22 + 10 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

A lire ailleurs sur aqui.fr