Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

17/07/19 : Ce vendredi 19 juillet à 11 h, dans l’hémicycle de l’Hôtel du Département à Agen, une session spéciale se tiendra lors de laquelle les élus départementaux se prononceront sur le lancement d’un budget participatif citoyen et sa mise en oeuvre.

17/07/19 : CAN 2019. Dans le cadre de la finale de la Coupe d'Afrique des Nations, qui verra s'opposer vendredi soir le Sénégal à l'Algérie, et afin d'éviter tout débordement, la Ville d'Agen fermera les principaux axes de circulation entre 20h et 2h du matin.

17/07/19 : Soldes d'été. Selon des chiffres de la CCI Bordeaux-Gironde, "60% des commerçants bordelais déclarent une baisse de fréquentation durant la 1ère semaine des soldes. En cause : la canicule et les ventes privées".

17/07/19 : La Cité du Vin réduit ses tarifs! Les porteurs de la Carte Jeune de Bordeaux Métropole bénéficient dorénavant de 20 % de réduction pour le porteur de la carte, et également pour l'accompagnant adulte quand le porteur a moins de 16 ans.

17/07/19 : Marc Médeville, succéde à Bernard Farges à la tête des Bordeaux et Bordeaux supérieurs avec 2 priorités de mandat: la reconquête des parts de marché auprès des professionnels et l'inscription de 100% des AOC dans des démarches environnementales.

17/07/19 : Elizabeth Borne nommée ministre de la transition écologique va cumuler ce poste avec celui des Transports qu'elle occupait déjà mais sans rang de ministre d'Etat comme son prédécesseur François de Rugy.

16/07/19 : L'allemande Ursula Von der Leyen a été élue ce 16 juillet présidente de la Commission européenne à une courte majorité - 383 voix sur 747 membres - par le parlement de Strasbourg après un discours où elle avait annoncé un « green deal » pour l'Union.

16/07/19 : Le maire de Cenon sur la rive droite de Bordeaux qui s'oppose à l'occupation illégale du parc du Loret par quelques 200 caravanes "évangélistes" de passage s'est vu notifier l'obligation préfectorale d'accepter leur présence jusqu'au 24 juillet.

16/07/19 : Elections municipales 2020: ce sera les 15 et 22 mars a fait savoir le ministère de l'intérieur ce 16 juillet avec comme date limite de dépôt des candidatures le 27 février.

16/07/19 : "Il s'agit d'une décision personnelle": Emmanuel Macron après la démission de François de Rugy du ministère de la transition écologique. L'obligation, après celle de Nicolas Hulot, de trouver un-une remplaçant(e) dans ce poste éminemment stratégique

14/07/19 : Jean-Jacques Lasserre, président du Conseil départemental des Pyrénées Atlantiques et Colette Capdevielle, avocate, ancienne députée du Pays basque font partie des personnes auxquelles la Légion d'honneur a été attribuée ce 14 juillet.

13/07/19 : Haute-Vienne : les travaux de modernisation de la ligne SCNF POLT vont démarrer le 22 juillet entre Limoges et Fromental. Un projet à 51 millions d'euros.

13/07/19 : Vienne : c'est la fin des travaux sur la ligne Paris-Bordeaux, entre Saint-Benoît et Vivonne, annonce la SNCF dans un communiqué du 12 juillet. 13 km de voies ont été restaurées pour 20 millions d'euros financés par SNCF Réseau.

12/07/19 : Le festival La Rochelle Cinema qui s'est tenu du 2 juin au 7 juillet a connu un vif succès, avec 86 492 entrées, soit la 2e meilleure année en termes de fréquentation dans l’histoire du festival. Rendez-vous l'année prochaine du 26 juin au 5 juillet.

12/07/19 : Du 14 au 26 juillet, la gare de Vayres sera fermée en raison de travaux, les arrêts de trains seront également supprimés. Les travaux de sécurisation de l'accès aux quais, ainsi que d'élargissement de la voie, seront effectuées de nuit.

12/07/19 : JO 2024. Le président de Bordeaux-Métropole, Patrick Bobet, vient d'annoncer la candidature commune Lacanau-Bordeaux Métropole pour l’organisation des épreuves de surf aux JO de Paris 2024.

- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 17/07/19 | Cet été, don du sang en bord de mer

    Lire

    Pour l’EFS, l’été représente une période sensible à cause de la baisse de fréquentation des collectes. L’établissement prend donc ses quartiers d’été en bord de mer, dans les campings et sur les différents lieux de vacances de la Nouvelle-Aquitaine. La collecte peut également se faire dans une des 14 maisons de dons qui proposent durant cette période estivale des animations mais aussi des smoothies concoctés spécialement pour l’occasion.

  • 17/07/19 | Ce mercredi aux arènes de Bayonne "Cendrillon" par Thierry Malandain

    Lire

    Le chorégraphe Thierry Malandain et sa compagnie internationale investissent les arènes de Bayonne, ce 17 juillet à 21h30 pour interpréter "Cendrillon". Édifiées pour la tauromachie, les arènes de Bayonne sont aussi, à la période estivale, la plus grande salle de spectacle du Pays Basque. Une scène « hors gabarit » sera installée dans le ruedo. Accès: 20€ - 15€ (tarif étudiant jusqu’à 26 ans, groupes de 10 personnes et plus, carte d’adhérent des Amis du Ballet - 10€) Billetterie www.malandainballet.com Offices de tourisme de Bayonne, Anglet, Biarritz

  • 17/07/19 | La Caravane des Sports, c'est reparti sur les routes de la Vienne !

    Lire

    A partir du mardi 16 juillet, la Caravane des Sports parcourt les routes de la Vienne pour proposer à la jeunesse une journée sportive et ludique. Faisant étape dans une quinzaine de communes viennoises, des professionnels sportifs du département proposeront diverses animations autour de seize disciplines dont l’escalade, le secourisme, ou encore le molkky. La Caravane des sports, des activités sportives ludiques et gratuites pour tous jeunes de la Vienne. Pour plus de renseignements : www.lavienne86.fr

  • 17/07/19 | Les dés sont lancés au Festival Ludique International de Parthenay

    Lire

    Du 10 au 21 juillet se déroule la 34e édition du FLIP (Festival Ludique International de Parthenay). Une référence. Cette année, 350 professionnels, artistes, créateurs et éditeurs viennent animer la ville transformée le temps de l’événement en plateaux de jeux. Ce festival gratuit propose de découvrir plus de 4 000 jeux et jouets. De quoi ravir les 170 000 visi-joueurs. Alors pour s’amuser, en famille ou entre amis, il ne reste plus qu’à se rendre à Parthenay.

  • 17/07/19 | Hausse de la fréquentation de la Cité Internationale de la Bande Dessinée et de l'Image d'Angoulême

    Lire

    Le 1° semestre 2019, la Cité de la BD a enregistré une hausse de 19% de sa fréquentation. Hors festival, elle a accueilli 10 610 spectateurs de plus que l'an dernier à la même période. Des chiffres qui résultent d'une dynamique d'attractivité qui porte ses fruits et qui reflètent la politique volontariste développée par l'établissement pour partir à la conquête de nouveaux publics.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Agriculture | Rencontre avec Didier Guillaume : « l’agriculture française est une des plus sûres et durables »

02/07/2019 | Le ministre de l’agriculture s’est prêté au jeu des questions réponses avec le public, autour de l’alimentation, hier à La Rochelle.

Didier Guillaume au musée maritime le 1 juillet 2019

Didier Guillaume s’est fait une journée marathon hier en Charente-Maritime, où il a rencontré aussi bien les pêcheurs que les agriculteurs, passant du port de La Rochelle à la Chambre d’agriculture. Il a terminé sa journée par une rencontre débat avec le public au musée maritime. Les circuits-courts, le Mercosur, les phytosanitaires, les bassines et l’adaptation aux changements climatiques ont fait partie des sujets récurrents soulevés par le public. Retour sur cette rencontre avec une sélection de questions-réponses entendues ce soir là.

Nous avons en Charente-Maritime des projets de bassines qui ne sont pas adossées à un projet de territoire, et donc sans prise en compte du réchauffement climatique, et qui restent dans l’ancien modèle agricole. Toutes les études disent que la ressource va diminuer dans le futur. Comment va-t-on pouvoir remplir ces bassines dans le futur – sont-elles vraiment les bonnes solutions pour préserve la ressource en eau ?

« Je n’ai pas de réponse à apporter à des choix qui appartiennent aux régions mais je partage votre constat. Il faut avancer sur les questions du changement climatique. Avec ce changement, il faudra toujours de l’eau. En même temps, l’agriculture française d’aujourd’hui utilise déjà 30% d’eau de moins qu’il y a dix ans. Il y a deux modèles possibles : faire de l’OGM qui consomme beaucoup moins d’eau, mais je ne pense pas que ce soit le modèle que nous souhaitions ; mettre en place des retenues d’eau à multi-usage; l’agriculture peut les utiliser à condition que ça n’aille pas au-delà de la substitution et à condition qu’il y ait un projet de territoire derrière. C’est indispensable que tout projet de ce type, que ce soit pour de la retenue d’eau ou du captage, soit adossé à un projet de territoire, sinon ce ne sera pas soutenu par le ministère de la transition écologique. Les Assises de l’eau ont été très claires sur ces deux points.

Nos agriculteurs ont des contraintes sur les produits phytosanitaires, les OGM, etc., or l’accord Mercosur permet d’importer chez nous des produits ne répondant pas à ces normes, tandis que de l’autre notre société incite à consommer en circuit-courts et des produits labellisés. N’est-ce pas un paradoxe pour les consommateurs et pour les agriculteurs ?

C’est une actualité brûlante puisque le texte vient d’être signé. Le mandat de la commission européenne pour signer un accord avec le Mercosur date d’il y a vingt ans et que ça traine. Moi je regarde ça avec beaucoup de circonspection. La France, d’ailleurs, n’a pas encore donné son avis. La Commission européenne a signé l’accord sans interroger les Etats. On est en train de faire analyser ce qu’il contient, car il y a notamment des dizaines de milliers de tonnes de bœufs ou de volailles qui pourraient être importées sur des quotas que nous sommes en train de regarder de près. Soyons objectif, si l’on veut exporter, il n’y a pas de raison que les pays avec lesquels nous avons un accord commercial ne veuillent pas en faire autant. Or, l’agriculture qui fait vivre notre pays aujourd’hui, c’est celle qui s’exporte : la France a une balance commerciale extérieure de 6,5 milliards, qui est dûe en partie aux vins et spiritueux mais aussi en grande partie aux céréales. Importer, c’est bon pour la France, pour pouvoir exporter dans d’autres domaines comme l’aviation. Cette agriculture n’est pas incompatible avec l’agriculture en bio et en circuit-court, ce sont des enjeux locaux, mais qu’on ne se raconte pas d’histoire : l’agriculture de demain ne sera pas entièrement en bio. Par contre, le point sur lequel la France a été claire : nous ne voulons pas importer une agriculture que nous ne voulons pas consommer chez nous. Il y aura impossibilité à faire rentrer sur le sol français des animaux qui seraient aux hormones ou au chlore, car ça ne rentre pas dans les standards français. La difficulté qui se posera, c’est sur les plats cuisinés – là-dessus il y aura un risque. Je ne sais pas où on en est là-dessus puisque nous avons pu obtenir les informations que dimanche soir, elles sont en cours d’analyse. Je pense que le président exprimera bientôt sa position sur le sujet.  En tout cas, nous avons une police de la sécurité alimentaire à toute épreuve : lorsque les Polonais nous ont fait rentrer des barquettes de viande frelatée, en moins de trois jours on les a récupérées. Et je pense que quand les consommateurs auront le choix entre un poulet de Loué et un poulet du Brésil, ils prendront le Français.

Nous continuons d’importer massivement du soja, l’équivalent de plus d’un million d’hectares de terre, uniquement à destination de l’élevage intensif. Que comptez-vous faire pour mettre un terme aux fermes usines et aller vers un élevage plus écologique ?

Nous n’y allons pas aussi vite que vous l’espérez sûrement mais nous avons une vraie volonté de supprimer les fermes usines. La ferme des mille vaches, ce n’est pas la politique que nous voulons mener sous ce gouvernement, c’est clair. Ceci dit, nous sommes pragmatiques, nous constatons ce qui existe sur le terrain et que nous voulons faire muter. Dans la loi EGalim qui a été votée après les Etats généraux de l’alimentation, il y a des mesures qui ont été prises en ce sens. Le modèle que nous voulons, c’est l’élevage où on sort les animaux en extérieur le plus possible. La loi Egalim a bien indiqué un certain nombre de choses pour les élevages en cage, de poules ou autres : nous ne voulons plus 5 à 10 poules dans 1m2 de cage…

Concernant le soja, nous ne pouvons pas continuer à nourrir nos animaux avec du soja OGM importé. Nous avons la volonté de présenter au niveau européen un projet d’autonomie en protéine végétale. C’est indispensable. Mais avant d’arriver à l’équivalent d’un million d’hectares, nous passerons peut-être d’abord par 200 000, puis 300 000 etc. Nous devons en effet arrêter d’importer tout ce soja et produire nous-mêmes, à l’échelle européenne pour atteindre l’autonomie. C’était dans le projet de campagne d’Emmanuel Macron en 2017. Certains aimeraient que nous allions beaucoup plus vite dans la transition, mais c’est compliqué. C’est comme pour l’usage des produits phytosanitaires. Certains voudraient que nous supprimions tout, tout de suite. Si nous le faisions, 40% des exploitations agricoles fermeraient et nous mangerions pour le coup davantage de produits importés, OGM et traités au glyphosate et aux pesticides. C’est toute la difficulté du processus.

"L’agriculture française d’aujourd’hui n’est pas un handicap pour le réchauffement climatique mais une des solutions."

On oppose souvent l’agriculture bio à l’agriculture conventionnelle. Entre les deux, l’agriculture dite « raisonnée » manque de visibilité. Comment rapprocher ces agricultures et mieux les identifier ?

Au niveau de l’Etat, nous n’opposons absolument pas le bio et le conventionnel, nous avons besoin de concilier les deux. Il n’y a pas de modèle unique mais plusieurs. L’idée générale, c’est de faire changer les pratiques agroenvironnementales. On constate d’ailleurs que toutes les agricultures françaises sont en train d’évoluer, les choses avancent. Aujourd’hui, l’agriculture française est la plus sûre, la plus saine et la plus durable. Le haut conseil pour le climat, qui a rendu son point d’étape il y a de cela quelques jours, a indiqué que la France était en retard sur ses objectifs concernant le climat mais a donné un satisfecit à l’agriculture qui, elle, tient le rythme contre le réchauffement climatique. L’agriculture française d’aujourd’hui n’est pas un handicap pour le réchauffement climatique mais une des solutions. L’élevage français, lorsqu’il est sur prairie, fait du captage de carbone et contribue à la réduction des effets de serre.

Concernant la réduction des produits phytosanitaires, les agriculteurs soulèvent souvent le manque d’alternatives. Que proposez-vous ?

A la fin de la guerre, on a demandé aux agriculteurs de produire massivement pour nourrir la population et on leur a donné des produits chimiques pour ça. Aujourd’hui, il faut passer de la production quantitative du XXe siècle à une production qualitative du XXIe siècle. C’est ça la transition à mener. Nous allons être le premier pays au monde à sortir du glyphosate, et le premier où en 2025, il y aura 50 % de moins de produits phytosanitaires en agriculture. Aucun autre pays que le nôtre, en dehors du Sri Lanka, n’avance aussi vite que nous sur ce point. Ceci-dit, en tant que ministre de l’agriculture et de l’alimentation, mon objectif, ce n’est pas qu’on sorte du glyphosate en 2021, c’est qu’on sorte de la dépendance à tous les produits phytosanitaires.  On sait que ces trois dernières années, il s’est vendu autant de produits phytopharmaceutiques que les trois années d’avant. C’est pour ça qu’on met beaucoup d’argent dans la recherche, celle de l’Inra notamment. 71 millions d’euros ont été rajoutés dernièrement à la recherche publique par Frédérique Vidal, la ministre de l'Enseignement supérieur, de la recherche et de l'innovation. Il y a également beaucoup de start-up qui innovent et je m’en réjouis. Une commission d’enquête sur les produits phyto s’est mise en place à l’Assemblée, qui va bientôt rendre son rapport et il n’est pas tendre. Il y a des alternatives, la recherche y travaille à marche forcée. Personne n’a envie de rester dans cette situation. Tout le monde veut une agriculture de qualité, compétitive et innovante. Mais on est à la bourre, c’est vrai !

Que fait-on pour dynamiser les circuits-courts ?

Ce n’est pas le rôle de l’Etat de mettre ça en place mais l’initiative des réseaux locaux de mettre ce genre de choses en place. Bien souvent les communautés de communes ou d’agglomération travaillent là-dessus comme c’est le cas à La Rochelle. Si on veut arriver à avoir 50% de produits de qualité en circuits court et 20% de bio dans la restauration collective, il va bien falloir qu’on se bouge ! On ne pourra pas le faire sans les acteurs locaux, les agriculteurs, les maires, les présidents d’agglo et de chambres d’agriculture.

Le sujet, ce n’est pas le mode de consommation, chacun mange comme il veut – vegan, bio, flexitarien, peu importe. L’essentiel, c’est la qualité des  produits proposés. Il ne faut pas que les riches mangent des produits  de bonne qualité et que les plus pauvres ne puissent pas y avoir accès. Aujourd’hui, nous travaillons à l’accès à une bonne alimentation pour tous, tout en faisant en sorte que l’agriculteur puisse vivre de son travail. Je l’ai dit et je le redis, l’industrie agroalimentaire française met aujourd’hui sur le marché des produits de qualité, mais ce n’est pas le même type de produits que l’on peut avoir avec le bio, les circuits-courts, etc.

L’agriculture de proximité soulève souvent la difficulté à trouver du foncier. La tendance est à l’agrandissement et les collectivités locales ne peuvent pas toujours racheter les terres. Comment faire pour réorienter ces terres ? Quelles boîtes à outils pour pouvoir avancer dans ce domaine ?

Aujourd’hui, il y a environ 450 000 agriculteurs en France. 150 000 vont prendre leur retraite dans les dix ans. Ca veut dire que si on voulait retrouver le nombre qu’aujourd’hui, qui a déjà baissé de 200 000 par rapport à il y a trente ans, il faudrait qu’il y ait 15 000 jeunes par an qui s’installent. Or on est entre 5 et 6000, on voit bien que le compte n’y est pas. Qu’est-ce qu'il se passe ? Les exploitations sont de plus en plus grandes. Ce n’est pas le modèle vers lequel on veut aller. C’est pour ça que nous avons lancé une grande concertation sur le foncier avec les élus, les associations, la SAFER pour savoir comment on avance sur la question de l’accès au foncier. Actuellement, nous travaillons sur un texte pour le « zéro artificialisation net » et l’accès des jeunes au foncier, sur la transmission et l’installation. Il faut régler dans les deux ans qui viennent la question, sinon on n’arrivera pas à renouveler notre agriculture. On ne peut plus continuer comme avant à prendre de belles terres pour faire des lotissements à perte de vue. Il faut donner plus de moyens pour empêcher que les sociétés capitalistiques achètent et monopolisent les terres.  Nous avons également lancé au dernier salon de l’agriculture une campagne d’information sur les métiers de l’agriculture car il y a 70 000 postes à pourvoir, et 20 000 places non pourvues dans nos lycées agricoles et centres de formation. Nous avons 180 000 jeunes en formation aujourd’hui, nous voudrions atteindre 200 000.

Anne-Lise Durif
Par Anne-Lise Durif

Crédit Photo : Anne-Lise Durif

Inno'action et agricultureCet article fait partie du dossier

Voir les autres articles de ce dossier
Partager sur Facebook
Vu par vous
4540
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Agriculture
Agriculture
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 20 + 13 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

A lire ailleurs sur aqui.fr