Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

25/05/18 : L'Hermione est arrivé hier à Pasaia, au pays basque espagnol, où elle restera jusqu'au 27 mai.

24/05/18 : "Accords commerciaux : CETA, Mercosur... où en sommes-nous?" C'est le thème de la conférence qu'organise dans ses locaux agenais la Maison de l'Europe 47. Elle sera animée par V.Rozière, députée européenne Sud-Ouest et J.Louge, conseiller au CESER.

23/05/18 : Charente-Maritime : le 19e festival des arts de la rue du bassin de Rochefort se tiendra ces vendredi et samedi à La Gripperie Saint-Symporien. Vingt compagnies de théâtre, de danse, de cirque et autres spectacles de rue sont attendus. Gratuit.

22/05/18 : Emmanuel Macron: 90 minutes de discours mais pas d'annonce, sinon celle d'un changement de méthode et cette phrase: "Pour juillet je veux qu’on ait finalisé un plan de lutte contre le trafic de drogue." Mais il n' y aura pas de plan banlieues.

22/05/18 : Le chantier de rénovation de l’A89 entre Libourne (33) et Mussidan (24) va nécessiter la fermeture partielle de l’échangeur de Montpon-Ménestérol (sortie 12), mercredi 23 et jeudi 24 mai, entre 7 h et 19 h. Durant ces deux jours, l’entrée sera fermée.

22/05/18 : Gauvin Sers et Les Tambours du Bronx seront les principales têtes d'affiche de la quinzième édition des Odyssées d'Ambès, festival gratuit qui se déroulera le 25 août prochain à partir de 15h. Entre 5 et 8000 visiteurs y sont attendus.

22/05/18 : La quatrième édition du festival ODP, qui s'est tenue du 18 au 20 mai à Talence, a réuni 17 000 personnes pour l'ensemble de ses concerts au profit des Sapeurs Pompiers de France, contre 19 000 en 2017 et 12 000 en 2016.

16/05/18 : La Cour d'Appel de Paris a condamné Jérôme Cahuzac ex-ministre du budget jugé pour fraude fiscale et blanchiment à 4 ans de prison, dont 2 avec sursis et à une amende de 300.000 euros et 5 ans d'inéligibilité. Sa peine de prison ferme sera aménagée.

- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 25/05/18 | Contournement de Beynac (24) : 3 nouveaux référés rejetés

    Lire

    Les décisions du tribunal administratif de Bordeaux concernant le contournement de Beynac (Dordogne) se suivent et se ressemblent. À la suite de son audience du 15 mai, il a rejeté, trois nouvelles requêtes contre les arrêtés d’autorisation de travaux de la préfecture et de la commune de Castelnaud-la-Chapelle. Les opposants requérants ont été déboutés et condamnés à verser 500 euros chacun au Conseil départemental et à la commune de Castelnaud-la-Chapelle pour les frais de justice.

  • 25/05/18 | Laura Flessel en visite à La Rochelle

    Lire

    La ministre des Sports Laura Flessel est en visite en Charente-Maritime ce vendredi 25 mai pour échanger avec lors du congrès des élus en charge du Sport (ANDES), au sujet de la nouvelle agence du sport. La ministre doit également visiter le Pole France Voile, basé à La Rochelle. Elle remettra la médaille de bronze de la Jeunesse, des Sports et de l’Engagement associatif à M.Ancel, proviseur du Lycée Dautet, avant de visiter le bateau du cercle handi rochelais.

  • 24/05/18 | Regardez voler les fusées à Biscarosse

    Lire

    Du 24 au 27 mai à Biscarrosse, 40 équipes s'affrontent au sein du Rocketry Challenge, le concours amateur international de fusées. Les jeunes collégiens et lycéens ont pour objectif de construire une fusée qui doit voler jusqu’à une certaine altitude sur un temps défini avec à son bord un œuf cru devant revenir au sol intact! Cette année, l’événement sera pour la première fois ouvert gratuitement au grand public le samedi 26 mai de 14h à 18h au Centre Culturel et Sportif de l’Arcanson. A voir!

  • 24/05/18 | Bordeaux: un projet de territoire numérique intelligent

    Lire

    Bordeaux Métropole vient de confier à SPIE ICS, filiale de services numériques du groupe SPIE, la conception, la fourniture et la maintenance d'un système de télégestion d'équipements connectés dans le quartier du stade Matmut Atlantique. Objectif de ce projet pilote de territoire numérique intelligent : « réduire les consommations énergétiques et collecter des informations sur les équipements publics afin d'optimiser les services proposés aux usagers ». Exemple : évaluer le taux de remplissage des containers permettra de rationaliser les tournées de relève et ainsi diminuer la pollution et le trafic.

  • 24/05/18 | Les huîtres du Bassin d'Arcachon toujours bloquées

    Lire

    Nouveau coup dur pour les huîtres du Bassin d'Arcachon : l'interdiction provisoire de la pêche et de la consommation de tous les coquillages prononcée vendredi par la préfecture de la Gironde n'a pas été levée, même après de nouvelles analyses effectuées par IFREMER ce lundi. En cause : la présence, toujours à un seuil supérieur à la norme, d'une micro-algue (dinophysis) pouvant potentiellement provoquer des troubles gastriques. Pour que l'interdiction soit levée, les ostréïculteurs du Bassin doivent attendre deux tests négatifs avant de reprendre la commercialisation, sauf en cas de stockage avant l'interdiction.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Agriculture | Rencontres agronomiques Maïsadour: le vif intérêt des agriculteurs à Poursiugues

01/10/2012 | A l’image des visites précédentes, les agriculteurs sont venus nombreux pour assister à la dernière démonstration d’agro-expérimentation à Poursiugues

Bruno Félix-Faure, agronome, expliquant l'analyse de profil de sol, lors de la rencontre de terrain organisé par la Coopérative Maïsadour auprés de ses agriculteurs adhérents

Ce jeudi 26 septembre, c’est par un casse-croute paysan, qu’un groupe d’agriculteurs adhérents du groupe Coopératif Maïsadour a été accueilli sur les terres de Christophe Desorthes, exploitant à Poursiugues au nord de Pau. La raison de leur présence : prendre connaissance de cette fameuse «agro expérimentation» que la coopérative mène depuis 2 ans sur 5 parcelles d’agriculteurs volontaires. 5 parcelles qui ont été l’occasion de 5 visites tout au long du mois de septembre. Après Rion, Saint-Cricq-Chalosse ou encore Renung, Poursiugues a marqué la dernière de ces visites entre agronomie et technique au service d’une agriculture durable.

« Chaque site choisi pour mener les expérimentations autour travail du sol et de son impact est représentatif d’un type de sol particulier existant dans la région » explique Bruno Félix-Faure, responsable agronomie pour le Laboratoire d’analyses agronomiques Galys, qui suit les expérimentations menées autour du travail du sol. A côté, par exemple, des parcelles de sable irrigué ou de limon battant, le terrain de Christophe Desorthes est ce que l’agronome appelle « un sol touya », baptisé « terre noire » par les agriculteurs, en raison de son fort taux de matière organique.
Sur chacun des cinq sites, trois itinéraires techniques différents de travail du sol sont mis en place : le semis direct avec la technique du Strip till pour lequel «la graine est simplement déposée dans un sillon tracée par une lame», la TCS (Technique Culturale Simplifiée) qui limite le travail au sol, et enfin le labour, qui est la technique la plus invasive mais aussi la plus classique. «L’intérêt ici, est de mesurer et comparer sur chaque type de sol, quel sera l’impact de ces trois itinéraires sur le développement racinaire du maïs, condition essentielle de la fertilité de la plante».

Exposition de matériel innovant: ici la semeuse Twin row dont il existe seulement 3 exemplaires en France

Couleur et compaction du sol, profondeur et densité des racinesQuant au déroulement des expérimentations si ce sont les agronomes de Maïsadour et Agralia qui fixent les protocoles expérimentaux, le travail est effectué par l’agriculteur, et les résultats liés au sol sont prélevés et analysés par le Laboratoire Galys. Lors de cette sortie terrain les agriculteurs ont ainsi pu prendre connaissance de deux outils permettant de mieux connaître la structure du sol, et la manière dont celle-ci est impactée selon la technique choisie. Pour chaque méthode testée, ils ont donc pu assister à « une analyse de profil de sol » réalisé par Bruno Félix-Faure. Ce type d’étude permet à l’agronome d’analyser sur place, la couleur du sol, sa compaction ainsi que la profondeur et la densité de l’enracinement. Et en, effet, d’une technique à l’autre, le sol pourtant à l’origine identique, voit sa structure variée en fonction de la technique utilisée de même que les enracinements du maïs. Quant à savoir laquelle des trois méthodes permettra une meilleure fertilité, il est encore trop tôt pour le dire, le rendez-vous est fixé dans 3 ans à l’issue de la période d’expérimentation. Autre outil d’analyse : le pénétromètre qui, par une sonde reliée à un ordinateur et que l’on enfonce dans le sol, permet d’enregistrer tous les 2 centimètres une valeur de résistance du sol. L’outil décèle ainsi les zones les plus denses où par définition une racine aura plus de mal à progresser.

Quatre groupes de travailMais les efforts portés par la coopérative en matière de développement durable sont également mis en œuvre à une échelle un peu plus large à travers la constitution de 4 groupes de travail composés chacun de techniciens et d’une vingtaine d’agriculteurs adhérents. Jean-Christophe Rodaro, technicien expérimentation explique que « les membres de ces groupes évaluent et échangent sur l’utilisation de quatre techniques nouvelles sur le terrain » (une par groupe de travail). Grâce à leurs échanges et rencontres régulières les agriculteurs impliqués cherchent à faire évoluer ces techniques vers une plus grande efficacité. Les méthodes en question sont le "strip till", les méthodes alternatives de désherbages, les activateurs de vie de sol et le semi en "twin row" (en quinconces). Autant de techniques concrètement illustrées par la présentation ce jeudi matin, de machines utilisées par les agriculteurs des groupes de travail.

S’il est encore trop tôt pour tirer des conclusions définitives tant des agro-expérimentations que des évaluations menées par les groupes, cette matinée d’échanges a bel et bien atteint son but en exposant à des agriculteurs visiblement intéressés, les dynamiques durables en place au sein du groupe coopératif et peut-être, qui sait, les techniques qu’ils utiliseront demain. 

Solène Meric
Par Solène Meric

Crédit Photo : Aqui.fr

Partager sur Facebook
Vu par vous
1296
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Agriculture
Agriculture
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 27 + 11 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

A lire ailleurs sur aqui.fr