Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

20/09/18 : Charentes : la rivière Né passe en alerte de crise, niveau sécheresse. Un arrêté prévoit l'interdiction totale des prélèvements à usage d’irrigation agricole, y compris les cultures dérogatoires déclarées, à partir de ce matin 8h.

19/09/18 : Pont de l'île de Ré : Menée cette nuit, la visite d'inspection des services spécialisés du réseau scientifique et technique de l'Etat a confirmé le bien-fondé des mesures de restriction de circulation, qui restent appliquées jusqu'à nouvel ordre.

19/09/18 : Forum pour l’emploi organisé par l’ARCA, Association pour la Relation Client en Nouvelle-Aquitaine, jeudi 20 sept de 9h à 13h à la Maison des Associations de Mérignac. 10 recruteurs présents et 150 postes à pourvoir immédiatement.

19/09/18 : Fermeture du Pont d’Aquitaine dans les deux sens sur la section de la rocade A630 entre les échangeurs 2 et 4 du mercredi 19 à 21h au jeudi 20 sept à 6h, du jeudi 20 à 21h au vendredi 21 sept à 6h, du samedi 22 à 22h au dimanche 23 sept à 18h.

19/09/18 : Charente-Maritime : un nouvel arrêté limite l'irrigation à compter de ce matin 9h à un volume hebdomadaire de 7% du volume restant à consommer depuis le 15 juin, sur les bassins Seudre, Bruant, Charente aval, Marais Sud et Nord de Rochefort, Seugne.

19/09/18 : La Rochelle : suite à un appel à la grève de la CGT et de la CFDT, un peu plus d'un bus sur deux ne circulent pas ce matin. aucun bus ne circule ce mercredi matin sur les quatre lignes Illico, ainsi que sur les lignes 6, 7, 8, 11, 13, et 16.

18/09/18 : Charente-Maritime : Gérard Davet et Fabrice Lhomme, les auteurs d'"un président ne devrait pas dire ça", seront à l'Agora de Saint-Xandre (près de La Rochelle) pour une conférence-débat le mercredi 26 septembre à partir de 18h30.

18/09/18 : Charente-Maritime : Une visite d'inspection étant programmée ce soir au sein du pont de Ré, la circulation est interdite à tous les poids lourds de plus de 3,5 tonnes à compter de 20h ce mardi 18 septembre jusqu'à 7h mercredi 19 septembre.

18/09/18 : La Rochelle : pour lancer officiellement la nouvelle saison 2018-2019, le Carré Amelot ouvre ses portes et organise les festivités "Déambulation et petites formes" samedi 22 de 14h30 à 20h30, avec des spectacles, ateliers et expositions. Gratuit.

18/09/18 : La Rochelle s’engage dans une série d’actions de sensibilisation au Self data. La Ville organise une Conférence publique, "Données personnelles, et si on en parlait ?", jeudi 20 septembre à 18 heures au Musée maritime La Rochelle.

18/09/18 : C'est confirmé, Florence Parly, la Ministre des Armées sera présente le 2ème jour du Salon ADS SHOW, à Mérignac, le jeudi 27 septembre.+ d'info

18/09/18 : A Bordeaux, le Centre Régional Information Jeunesse organise un Jobs Dating Spécial Rentrée ces 18 et 19 septembre: 200 offres d'emploi dans la garde d'enfants, animation, grande distribution, soutien scolaire, propreté et hôtellerie restauration+ d'info

- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 21/09/18 | Gironde : les ministres "en action"

    Lire

    Programme chargé pour les visites ministérielles en Gironde ce vendredi. Les ministres de l'Agriculture et de l'Environnement (François De Rugy et Stéphane Travert), en "opération séduction post-Hulot", visitent une entreprise développant une micro-algue censée remplacer les intrants chimiques en viticulture et un domaine viticole en agriculture raisonnée (château Sénéjac). Bruno Le Maire devait rencontrer syndicats et élus autour du dossier Ford Blanquefort à Bordeaux. Enfin, la ministre des transports Elizabeth Borne, intervenait à 15h à l'occasion d'une conférence "mobilité et santé" à Bordeaux.

  • 21/09/18 | A Bergerac, le service civique recrute

    Lire

    Le BIJ/Espace Jeunes de la Communauté d’Agglomération de Bergerac organise un speed-dating consacré au service civique le 26 septembre de 14h30 à 17h. L’objectif de cet évènement est de mettre en relation les structures avec les jeunes recherchant une mission de service civique. Les jeunes auront 5 minutes pour convaincre les 5 structures présentes : l’association Overlook, l’USB Basket, le collège Max Bramerie, le lycée des Métiers du Sud Périgord et le lycée Jean Capelle.

  • 21/09/18 | L'Hermione repart en 2019, direction la Normandie

    Lire

    L'Hermione reprendra la route en 2019. Pour le 75e anniversaire du débarquement de juin 44, l'Hermione se rendra en Normandie avec des escales à Cherbourg (6 au 8 mai), Rives-en-Seine (du 4 au 6 juin), Ouistreham et Rouen, avec un temps fort lors de l’escale à l’Armada de Rouen du 7 au 16 juin. L'Hermione fera également un arrêt à Nantes et à Saint-Nazaire pour les festivités Débords de Loire du 23 au 27 mai. Départ le 27 avril 2019 de Rochefort.

  • 21/09/18 | Port de Bordeaux : la qualité de l'air mesurée

    Lire

    L'agence Atmo Nouvelle Aquitaine a rendu ce vendredi un rapport étudiant l'impact sur l'air de l'activité maritime au port de la lune, après une campagne de mesure réalisée entre avril et mai. Résultats : l'influence des paquebots maritimes est jugée "négligeable" sur la concentration de polluants étudiés (dioxyde de soufre, dioxyde d'azote et particules fines) sur les deux rives de la Garonne et "les diverses émissions urbaines, dont le trafic routier, sont les principales responsables de la pollution sur le quai" malgré la source supplémentaire de dioxyde d'azote représentée par les paquebots fluviaux.

  • 21/09/18 | La fermeture du pont de pierre contestée

    Lire

    L'association de commerçants de la rive droite bordelaise Esprit Bastide a annoncé ce jeudi avoir déposé une requête auprès du tribunal administratif de Bordeaux pour attaquer l'arrêté municipal du 5 juillet dernier actant la fermeture du pont de pierre aux automobilistes, confirmée après une expérimentation débutée en août 2017. L'association déplore notamment "l’absence d’étude(s) d’impact sur l’environnement économique ou sur l’environnement tout court." La requête devrait donner lieu à une audience dont la date n'a pour l'instant pas été déterminée.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Agriculture | Rencontres viticoles: on n'arrête pas le progrès !

10/02/2016 | Ce mercredi à 9h c'est dans le tout nouvel amphithéâtre du lycée agricole de Gradignan, que s'est ouverte la 4ème édition des Rencontres viticoles d'Aquitaine.

Les Rencontres viticoles d'Aquitaine, organisée le 10 février 2016 au lycée agricole de Gradignan

Depuis ses récents travaux de restructuration, le lycée agricole de Blanquefort, tient rôle de véritable « campus viticole ». En effet, outre les lycéens, il est aussi le siège du Vinopole Bordeaux-Aquiaine, émanation d'un partenariat entre les lycées agricoles de Gironde (EPLEFPA), la Chambre d'agriculture de Gironde, et l'Institut Français de la Vigne et du Vin. C'est donc «à domicile», dans le nouvel amphi du lycée, que le Vinipole a organisé ses Rencontres viticoles 2016. Un rendez-vous technique et professionnel à succès, permettant tous les deux ans, de faire le point sur les innovations viti-vinicoles afin d'en préparer le transfert auprès des professionnels. Un rendez-vous de diffusion de l'innovation, permettant à travers l'intervention d'une quinzaine d'experts, de faciliter les changements de pratiques visant à la productivité et à la qualité des produits, mais aussi meilleure prise en compte des attentes sociétales et environnementales portées sur la filière.

Comme le souligne Bernard Artigue, Président de la Chambre d'agriculture, « le fil rouge » de ces rencontres, depuis maintenant 8 ans, est bien celui de l'innovation. Innovation visant à la pérennité de la viticulture, à sa capacité d'adaptation au marché, et aux attentes de la société, dont le magazine Cash investigation s'est fait le porte parole en début de seaine dernière sur France 2. Ce mercredi, la santé de la plante, avec ses enjeux environnementaux et sociaux était sans grande surprise au menu de ces Rencontres, bien avant d'ailleurs la diffusion du documentaire. Une manière de réponse pour démontrer que la filière est bien consciente des enjeux en la matière. Pour le Président-viticulteur de la Chambre d'agriulture,« sur la question des usages des produits phytos, nous avons des réponses à apporter, et ces rencontres sont l'occasion de s'en apercevoir, pour autant, il est difficile d'avoir des produits sains, non malade, sans passer par des traitements, même si bien sûr on doit faire très attention à la manière dont on les utilise », tempère-t-il.

-50% d'utilisation des produits phytosanitaires à 2025Dans cet esprit ont d'abord été rappelés quelques cadres réglementaires en la matière, à commencer par le plan Eco Phyto 2 adopté à la fin de l'année dernière. « Cette version 2 vient réaffirmer les objectifs posés par le plan initial, à savoir le maintien du cap d'une réduction de -50% d'utilisation des produits phytosanitaires à 2025. Il pose pour cela, la généralisation et l'optimisation d'actions menées dans le cadre du plan 1 et le déploiement de nouvelles actions » explique Carine Tagliamonte, de la Chambre régionale d'Agriculture ALPC. Et de citer en exemple les fermes du Réseaux Dephy, qui devraient voir leur nombre passer de 1900 à 3000, l'idée étant notamment, « de faire davantage rayonner leurs pratiques expérimentales, mieux valoriser leurs résultats, et augmenter les liens avec l'agriculture biologique ». Au nombre de la trentaine d'actions que compte ce plan n°2, le nombre d'agriculteurs accompagné dans la transition vers l'agro-écologie à bas niveau de produits phytos devrait être multiplié par 10, soit 30.000 agriculteurs au niveau national.
71 M€ seront mis sur la table chaque année par l'Etat pour y parvenir, « soit un effort supplémentaire de +30 M€, par rapport au premier plan », note la chargée de mission.

Des solutions pour diminuer la dérive des produits phytoAu delà des règlementations, cette journée de travail aura également été l'occasion, de revenir sur différentes solutions existantes pour diminuer la dérive des produits phytosanitaires, et adapter au mieux la dose d'intrants utilisés. Parmi ces solutions, la pulvérisation confinée via des panneaux récupérateurs de part et d'autre du rang de vigne traitée ou encore les buses anti dérive, permettant d'éviter une perte de produit phytosanitaire au sol ou dans l'air et donc un meilleur ciblage et efficacité du produit. En la matière certains matériels permettent une économie jusqu'à environ 35% de produits phytosanitaires.
Concernant les fongicides, Alexandre Davy soulignent qu' « en laboratoire, les produits sont toujours plus efficaces lorsqu'il sont positionnés sur les faces inférieurs des feuilles. A tel point que dans les conditions de l'essai, les produits sont efficaces en utilisant seulement 20 à 30% de la dose homologuée lorsqu'il est appliqué correctement.» Des résultats qui pousserait donc à utiliser certain matériel plus que d'autres, sans oublier tout de même, la double limite du coût ou sur-coût éventuel ( mais des études sont également menées sur l'évaluation économique des pratiques...) et la variation nécessairement existante entre les conditions de laboratoire et la réalité agro-climatique, et géographique du terrain extérieur. Une étude a d'ailleurs également été présentée sur « les indicateurs agro-climatiques et l'iso sensibilité des parcelles », révélant des indicateurs permettant de raisonner au mieux son plan de traitements.

Les professionnels sont venus nombreux pour écouter la quinzaines d'experts et scientifiques intervenant dans le cadre des Rencontres Viticoles 2016

Prévenir l’apparition des goûts phénolésEnfin, outre la partie viticole, une table ronde s'est également consacrée à la présentation de nouveaux outils d'aides à la décision concernant cette fois la vinification. Parmi eux, DecidOeno qui permet de guider le viticulteur dans l'évolution de ses pratiques de production au regard de l'objectif sensoriel du produit qu'il veut atteindre... Par exemple quelle(s) opération(s) mettre en œuvre ou stopper pour obtenir un rosé de couleur moins jaune et/ou plus fruité... Autre application web présentée aux professionnels Brett'Less®, qui permet de prévenir l’apparition des goûts phénolés, en permettant une analyse de risque basée sur les conditions de croissance ou de déclin de Brettanomyces, en fonction des conditions du milieu et des opérations œnologiques réalisées. Brett’Less permet alors de suivre efficacement les lots à risque, de mieux comprendre la cause du développement de ces bactéries et d'aider à prendre la meilleure décision pour les éliminer.

Solène Méric
Par Solène Méric

Crédit Photo : Aqui.fr

Partager sur Facebook
Vu par vous
6836
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Agriculture
Agriculture
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 25 + 15 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

A lire ailleurs sur aqui.fr