aqui.fr lance Aqui-Bordeaux-Métropole le 9 novembre 2015

17/01/17 : Dans un courrier adressé à Dominique Bussereau, la ministre de la santé Marisol Touraine donne son aval au centre hospitalier de Royan (Vaux-sur-Mer) pour la construction d'un bâtiment en vue d'accueillir un IRM spécialisé en ostéo articulaire.

17/01/17 : La RN 134 a été rouverte à la circulation en vallée d'Aspe, ce mardi, par le préfet des Pyrénées-Atlantiques. Si l'accès au tunnel du Somport est rétabli, ce n'est par contre pas le cas de celui menant au col du Somport.

17/01/17 : Le plan "grand froid" est de nouveau activé en Charente-Maritime, depuis hier soir. Des températures allant jusqu'à -10 degrés étant attendues la nuit d'ici vendredi. Les 175places supplémentaires créées lors de la 1re vague de froid sont maintenues.

16/01/17 : En raison de la météo et du risque d'avalanche, la RN 134 est fermée aux poids lourds en vallée d'Aspe (64) dans le sens France-Espagne à partir de Gurmençon, et aux véhicules légers à partir d'Urdos. L'accès au col et au tunnel du Somport est fermé.

16/01/17 : La Maison de l’Europe de Lot-et-Garonne/CIED vous invite à vivre une soirée à l'heure allemande, le vendredi 27 janvier à la Maison de l’Europe à Agen. Une soirée présentée par Katharina, une jeune allemande en service volontaire européen

16/01/17 : A l’occasion des soldes, l’Agglomération d’Agen et Keolis Agen proposent le ticket de bus illimité à 1,20€ la journée le samedi 21 Janvier.

15/01/17 : Les acteurs de la filière bio de la Nouvelle-Aquitaine vont se réunir pour la 1ere fois dans le cadre d'un forum, qui se tiendra jeudi 19 à Saint-Jean-d'Angely, en Charente-Maritime. Objectif: faire avancer le développement économique du territoire.

14/01/17 : Le Bergerac Périgord football club jouera son 16e de finale de coupe de France contre le RC Lens le mardi 31 janvier à 18 heures. Le président Christophe Fauvel l'a confirmé sur son compte Twitter. Le lieu de la rencontre n'est toujours pas connu.

13/01/17 : Jean-Luc Mélenchon, candidat à l'élection présidentielle est attendu à Périgueux le 26 janvier. Il tiendra une réunion publique à la salle de la Filature, à partir de 19 h 30. Le candidat est soutenu par le Parti de Gauche et le Parti Communiste.

11/01/17 : Avec 61 000 entrées, le Musée basque et de l'Histoire de Bayonne a connu une année 2016 exceptionnelle. Grâce aussi à l'exposition cet été, "1660-La Paix des Pyrénées" avec une trentaine de tableaux dont deux Velasquez qui a reçu 34 000 visiteurs.

- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 18/01/17 | Compensations environnementales LGV et A65: le Sénat enquête

    Lire

    Depuis fin 2016, une Commission d'enquête du Sénat se penche sur les mesures de compensation des atteintes à la biodiversité engagées sur des grandes infrastructures. Sont notamment étudiés par cette Commission présidée par Chantal Jouanno, le suivi des mesures mises en oeuvre dans le cadre de la construction de l'A65 et la réalisation en cours des mesures de compensation de la LGV Tours-Bordeaux. Deux infrastructures pour lesquelles le Préfet de région Pierre Dartout sera auditionné la semaine prochaine. Objectif de cette commission d'enquête: apprécier l'efficacité et surtout l'effectivité du système de mesures compensatoires existant.

  • 17/01/17 | Saisie record de civelles braconnées

    Lire

    Les douanes d’Arcachon ont intercepté dans la nuit du 16 au 17 janvier au péage de Saugnacq-et-Muret un convoi provenant d’Espagne avec à son bord 520 kg de civelles braconnées pour une expédition vers la Thaïlande. La cargaison évaluée à 600 000 euros a été remise aux services des Affaires maritimes de la DDTM de la Gironde qui ont procédé à leur remise à l’eau en coopération avec les services de l’Agence française pour la biodiversité (AFB). Espèce migratoire en voie de disparition, l’alevin de l’anguille est classé espèce vulnérable par l’Union européenne et par l’Union internationale pour la conservation de la nature (UICN).

  • 17/01/17 | L'Université de La Rochelle va créer un Master en biotechnologie appliqué soutenu par l'Europe

    Lire

    Un projet de Master en biotechnologies bleues, coordonné par l'Université de La Rochelle et porté par un consortium de sept partenaires européens (universités et entreprises), vient d'être retenu pour être financé par l'Europe. Ce master bénéficiera de 667 692 € d'aides, soit 80% du budget total, et développé en coopération avec des entreprises du secteur, pour mieux répondre aux besoins du monde économique. Il pourra se faire en partie en apprentissage.

  • 17/01/17 | Promotion des produits agricoles : partenariat SUA/Département

    Lire

    En 2017, le Conseil départemental de Lot-et-Garonne et le Sporting Union Agen Lot-et-Garonne poursuivent leur partenariat visant à faire du stade Armandie et des rencontres du club de rugby une vitrine du savoir-faire agricole du Lot-et-Garonne et de ses productions. Comme l’an passé, différentes filières seront à l’honneur tout au long de la saison. Exemple, lors du match Agen - Béziers le 10 février, le pruneau sera mis en avant avec la dégustation de produits notamment.

  • 16/01/17 | Gironde: Dispositif grand froid encore renforcé

    Lire

    Des températures pouvant atteindre -7° localement, le préfet Pierre DARTOUT a décidé d’activer le niveau 2 du plan grand froid, à partir de ce 17 janvier, pour permettre la mise à l’abri des personnes vulnérables. Cela se traduit par l’ouverture en lien avec la mairie de Bordeaux et les associations de protection civile de 70 places supplémentaires dans deux salles, le renforcement du 115, celui des maraudes et la mobilisation des services du SDIS, gendarmerie et police pour détecter les situations difficiles: 1 089 places étaient ouvertes dimanche pour l’accueil des sans-abri : 833 places pérennes et 256 au titre du dispositif hivernal. 

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Elections régionales 2015 Innov'action et Agriculture

Nos partenaires


Agriculture | Rencontres viticoles: on n'arrête pas le progrès !

10/02/2016 | Ce mercredi à 9h c'est dans le tout nouvel amphithéâtre du lycée agricole de Gradignan, que s'est ouverte la 4ème édition des Rencontres viticoles d'Aquitaine.

Les Rencontres viticoles d'Aquitaine, organisée le 10 février 2016 au lycée agricole de Gradignan

Depuis ses récents travaux de restructuration, le lycée agricole de Blanquefort, tient rôle de véritable « campus viticole ». En effet, outre les lycéens, il est aussi le siège du Vinopole Bordeaux-Aquiaine, émanation d'un partenariat entre les lycées agricoles de Gironde (EPLEFPA), la Chambre d'agriculture de Gironde, et l'Institut Français de la Vigne et du Vin. C'est donc «à domicile», dans le nouvel amphi du lycée, que le Vinipole a organisé ses Rencontres viticoles 2016. Un rendez-vous technique et professionnel à succès, permettant tous les deux ans, de faire le point sur les innovations viti-vinicoles afin d'en préparer le transfert auprès des professionnels. Un rendez-vous de diffusion de l'innovation, permettant à travers l'intervention d'une quinzaine d'experts, de faciliter les changements de pratiques visant à la productivité et à la qualité des produits, mais aussi meilleure prise en compte des attentes sociétales et environnementales portées sur la filière.

Comme le souligne Bernard Artigue, Président de la Chambre d'agriculture, « le fil rouge » de ces rencontres, depuis maintenant 8 ans, est bien celui de l'innovation. Innovation visant à la pérennité de la viticulture, à sa capacité d'adaptation au marché, et aux attentes de la société, dont le magazine Cash investigation s'est fait le porte parole en début de seaine dernière sur France 2. Ce mercredi, la santé de la plante, avec ses enjeux environnementaux et sociaux était sans grande surprise au menu de ces Rencontres, bien avant d'ailleurs la diffusion du documentaire. Une manière de réponse pour démontrer que la filière est bien consciente des enjeux en la matière. Pour le Président-viticulteur de la Chambre d'agriulture,« sur la question des usages des produits phytos, nous avons des réponses à apporter, et ces rencontres sont l'occasion de s'en apercevoir, pour autant, il est difficile d'avoir des produits sains, non malade, sans passer par des traitements, même si bien sûr on doit faire très attention à la manière dont on les utilise », tempère-t-il.

-50% d'utilisation des produits phytosanitaires à 2025Dans cet esprit ont d'abord été rappelés quelques cadres réglementaires en la matière, à commencer par le plan Eco Phyto 2 adopté à la fin de l'année dernière. « Cette version 2 vient réaffirmer les objectifs posés par le plan initial, à savoir le maintien du cap d'une réduction de -50% d'utilisation des produits phytosanitaires à 2025. Il pose pour cela, la généralisation et l'optimisation d'actions menées dans le cadre du plan 1 et le déploiement de nouvelles actions » explique Carine Tagliamonte, de la Chambre régionale d'Agriculture ALPC. Et de citer en exemple les fermes du Réseaux Dephy, qui devraient voir leur nombre passer de 1900 à 3000, l'idée étant notamment, « de faire davantage rayonner leurs pratiques expérimentales, mieux valoriser leurs résultats, et augmenter les liens avec l'agriculture biologique ». Au nombre de la trentaine d'actions que compte ce plan n°2, le nombre d'agriculteurs accompagné dans la transition vers l'agro-écologie à bas niveau de produits phytos devrait être multiplié par 10, soit 30.000 agriculteurs au niveau national.
71 M€ seront mis sur la table chaque année par l'Etat pour y parvenir, « soit un effort supplémentaire de +30 M€, par rapport au premier plan », note la chargée de mission.

Des solutions pour diminuer la dérive des produits phytoAu delà des règlementations, cette journée de travail aura également été l'occasion, de revenir sur différentes solutions existantes pour diminuer la dérive des produits phytosanitaires, et adapter au mieux la dose d'intrants utilisés. Parmi ces solutions, la pulvérisation confinée via des panneaux récupérateurs de part et d'autre du rang de vigne traitée ou encore les buses anti dérive, permettant d'éviter une perte de produit phytosanitaire au sol ou dans l'air et donc un meilleur ciblage et efficacité du produit. En la matière certains matériels permettent une économie jusqu'à environ 35% de produits phytosanitaires.
Concernant les fongicides, Alexandre Davy soulignent qu' « en laboratoire, les produits sont toujours plus efficaces lorsqu'il sont positionnés sur les faces inférieurs des feuilles. A tel point que dans les conditions de l'essai, les produits sont efficaces en utilisant seulement 20 à 30% de la dose homologuée lorsqu'il est appliqué correctement.» Des résultats qui pousserait donc à utiliser certain matériel plus que d'autres, sans oublier tout de même, la double limite du coût ou sur-coût éventuel ( mais des études sont également menées sur l'évaluation économique des pratiques...) et la variation nécessairement existante entre les conditions de laboratoire et la réalité agro-climatique, et géographique du terrain extérieur. Une étude a d'ailleurs également été présentée sur « les indicateurs agro-climatiques et l'iso sensibilité des parcelles », révélant des indicateurs permettant de raisonner au mieux son plan de traitements.

Les professionnels sont venus nombreux pour écouter la quinzaines d'experts et scientifiques intervenant dans le cadre des Rencontres Viticoles 2016

Prévenir l’apparition des goûts phénolésEnfin, outre la partie viticole, une table ronde s'est également consacrée à la présentation de nouveaux outils d'aides à la décision concernant cette fois la vinification. Parmi eux, DecidOeno qui permet de guider le viticulteur dans l'évolution de ses pratiques de production au regard de l'objectif sensoriel du produit qu'il veut atteindre... Par exemple quelle(s) opération(s) mettre en œuvre ou stopper pour obtenir un rosé de couleur moins jaune et/ou plus fruité... Autre application web présentée aux professionnels Brett'Less®, qui permet de prévenir l’apparition des goûts phénolés, en permettant une analyse de risque basée sur les conditions de croissance ou de déclin de Brettanomyces, en fonction des conditions du milieu et des opérations œnologiques réalisées. Brett’Less permet alors de suivre efficacement les lots à risque, de mieux comprendre la cause du développement de ces bactéries et d'aider à prendre la meilleure décision pour les éliminer.

Solène Méric
Par Solène Méric

Crédit Photo : Aqui.fr

Partager sur Facebook
Vu par vous
5763
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Agriculture
Agriculture
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 21 + 7 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

A lire ailleurs sur aqui.fr