aqui.fr lance Aqui-Bordeaux-Métropole le 9 novembre 2015

27/02/17 : Météo France a placé ce lundi les journées de lundi et mardi en vigilance orange vagues-submersion. L’alerte concerne trois départements de Nouvelle-Aquitaine : Charente-Maritime, Gironde, Landes. Des pics de vent à 110 km/h sont attendus sur Oleron.

24/02/17 : Charente-Maritime : le nombre de demandeurs d'emploi (toutes catégories) s'établit à 56 370 fin janvier 2017, soit + 1% par rapport à décembre. Mais le nombre de demandeurs d'emploi sans aucune activité à baissé de 3,4% en un an. Ils sont 33 530 .

23/02/17 : Après sa rencontre avec Emmanuel Macron François Bayrou va « tout faire pour aider » le candidat d’En marche ! dans sa campagne présidentielle. L’ancien ministre de l’économie a salué ce « rassemblement des progressistes qui dépasse les clivages »

22/02/17 : Le carnaval béarnais repart de plus belle à partir du jeudi 23 février à Pau avec, notamment, sa fameuse nuit de l'ours. Il poursuivra ses défilés, concerts, rires et délires jusqu'au dimanche 26 février.+ d'info

22/02/17 : Charente-Maritime : la préfecture organise une réunion publique au sujet du projet d'éolien offshore prévu au large de l'île d'Oléron, le lundi 27 février à 18h30 au complexe Eldorado à Saint-Pierre d'Oléron.

21/02/17 : C'est Le Dorat, localité de 1800 habitants, dans la Haute-Vienne qui doit recevoir en juillet 2019, le Mondial de la tonte des moutons. L'évènement doit rassembler 300 concurrents d'une trentaine de pays, 5000 ovins et attirer 30 000 visiteurs.

20/02/17 : C'est le Californien -et ancien résident d'Anglet- Tom Curren, triple champion du monde WSL et triple champion du monde ISA, 52 ans, qui sera le parrain des championnats du monde de surf des nations(ISA), qui auront lieu du 20 au 28 mai à Biarritz.

20/02/17 : La LGV Tours-Bordeaux sera inaugurée à Villognon, en Charente, le 28 février, sur la base de maintenance de Mesea. Le président François Hollande est attendu sur l'événement, mais son éventuelle venue ne sera confirmée qu'au dernier moment.

- Multivote -
- Publicité -
S’abonner ici !
- Publicité -
  • 24/02/17 | Nouvelle Aquitaine: le chômage en légère baisse

    Lire

    Fin janvier, en Nouvelle-Aquitaine, il y avait 294 580 demandeurs d'emploi de catégorie A ( sans aucune activité) soit -0,3 % sur 3 mois ( –980 personnes) -0,1 % sur un mois et -2,8 % sur un an. France: -0,3 % sur 3 mois et -2,5 % sur un an. Par âge: -0,3 % pour les moins de 25 ans (–0,1 % sur un mois et –7,3 % sur un an), -1,0 % pour ceux de 25 à 49 ans (–0,3 % sur un mois et –3,9 % sur un an) et + 1,3 % pour les 50 ans ou plus (+0,4 % sur un mois et + 2,3 % sur 1 an, le total des demandeurs A, B, C - 498 210 - augmente de 0,5 % sur 3 mois, de 0,4 % sur 1 mois et de 0,9 % sur 1 an..

  • 24/02/17 | Mort de Robert Boulin: vers la déclassification du secret défense?...

    Lire

    Le combat de la fille de Robert Boulin, l'ancien ministre et maire de Libourne, retrouvé mort en 1979 dans un étang de la forêt de Rambouillet va peut être connaître une étape décisive. En tout cas le juge d'instruction a demandé la déclassification de documents « secrets défense » et le ministre de l'Intérieur, Bruno Le Roux, pourrait accéder à cette requête après avis de la commission ad hoc.

  • 24/02/17 | Une nouvelle maison d'arrêt va être construite à Pau

    Lire

    Une nouvelle maison d'arrêt pouvant recevoir 500 détenus va être construite dans un quartier nord-est de Pau, à l'entrée de la ville. C'est ce qu'a indiqué Jean-Jacques Urvoas, le ministre de la Justice. La future prison, dont l'emplacement a en particulier été choisi en raison de ses facilités d'accès et des services urbains qui seront offerts au personnel pénitentiaire, devrait être édifiée au plus tard en 2025. En dépit de sa vétusté, l'actuelle maison d'arrêt située en centre ville, ne sera pas fermée pour autant.

  • 24/02/17 | La Rochelle : J. Marchand laisse sa place à la tête de La Coursive

    Lire

    Le directeur de la scène nationale La Coursive à La Rochelle, Jackie Marchand, laisse sa place à Franck Becker, actuel directeur du Théâtre de Cornouailles, scène nationale de Quimper. Le ministère de la Culture a validé jeudi matin ce choix du conseil d'administration de La Coursive, qui a auditionné 5 candidats parmi 25 candidatures. Franck Becker, 50 ans, a notamment dirigé la scène national du Jura. C'est son projet au plus près de l'esprit de La Coursive, qui a séduit le jury.

  • 23/02/17 | L'AOC Bordeaux veut sortir des pesticides

    Lire

    Au cours de sa dernière assemblée générale, le Syndicat de Bordeaux et Bordeaux Supérieur a voté une série de mesures (cinq en tout) favorisant une sortie définitive des pesticides. Une interdiction de désherbage chimique pour l'ensemble de ses vignes, et l'obligation pour chacune des exploitations de mesurer un "indice de fréquence de traitement" font notamment partie des mesures. C'est le premier AOC de Bordeaux à l'acter.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Elections régionales 2015 Innov'action et Agriculture

Nos partenaires


Agriculture | Intempéries, PAC,... la Chambre régionale d'agriculture Aquitaine reste mobilisée

05/09/2013 | En cette rentrée 2013, l'heure est à la vigilance, sur tous les fronts pour la Chambre Régionale d'agriculture Aquitaine

Dominique Graciet, Président de la Chambre d'agriculture d'Aquitaine et Bernard Artigue, Président de la Chambre d'agriculture de Gironde

Après les intempéries printanières et les orages de grêle aoûtiens, les caprices de la météo étaient au cœur de la conférence de presse de rentrée de Dominique Graciet, Président de la Chambre régionale d'agriculture. Et pour cause, «90 % des pertes enregistrées ne seront pas couvertes ni par les assurances, ni par le fonds de calamités, ni par aucune autre aide spécifique». La conclusion d'accords cadres avec les banques est donc un axe fort de la mobilisation de la Chambre, en ce début d'année. Autres sujets à l'ordre du jour, le revenu agricole à la peine, les modalités des aides PAC qui inquiètent et l'agritourisme venu donner une note d'optimisme en fin de rencontre.

Dans les Landes, «suite aux pluies de printemps, la Chambre régionale a mis sur pied un groupe de travail pour trouver des solutions avec les banques et mettre en place des plans de financements pour les exploitations touchées dès cet automne» déclare Dominique Graciet. Il faut dire que dans les Landes sur la production végétale, c'est une perte de 30% qui est attendue et un peu plus sur le fourrage au Sud du département. Au total, «les pertes sont estimées entre 120 et 150 M€, avec moins d'un tiers des agriculteurs assurés» constate-t-il. Cela dit, une inconnue persiste dans le département sur les derniers semis de maïs effectués plus tardivement que d'habitude. «Si la récolte est bonne, elle permettra peut être de récupérer tout ou partie des 5 à 10% de semis qui n'ont pas pu être semés en début de saison, en raison justement des intempéries», espère-t-il.
Mais, du côté des pertes à l'échelle régionale, il faut ajouter les 150 à 160M€ de production viticole girondine tombés sous les orages de grêle qui ont également touché la Dordogne début août.

Assurance: "des choix et des incitations à faire"Si des solutions d'urgence ont d'ores et déjà été mises en place pour permettre par exemple l'achat de fourrage par les éleveurs landais dont les prés ont été noyés, la Chambre Régionale d'Agriculture est actuellement en discussion avec les banques, principalement le Crédit Agricole «pour permettre aux agriculteurs d'obtenir des prêts de consolidation pour résoudre les problèmes de remboursements de prêts antérieurs», explique Dominique Graciet. En ligne de mire de ces négociations: obtenir des prêts avec des taux d'intérêt avoisinant les 2% qui pourront par la suite, et sous certaines conditions actuellement en discussion, être bonifiés par le Conseil régional. Si pour l'heure la collectivité propose des prêts à taux 0, sur 6 mois et dans la limite de 20 000€, Bernard Artigue, Président de la Chambre d'agriculture de Gironde demande à ce que le prêt soit allongé «entre 12 et 18 mois avec une enveloppe plus importante».
Un recours aux banques et collectivités qui s'explique d'une part par le peu d'attrait des assurances pour les agriculteurs, en raison de leurs coûts élevés doublés de franchises importantes, et d'autre part par un fonds de calamités dont «les critères mettent le plus souvent les éleveurs hors courses», explique Dominique Graciet. Sur la question des assurances, il considère qu'«il y a des choix et incitation à faire pour que le nombre d'assurés augmente». «Nous demandons une assurance récolte qui garantisse un revenu aux agriculteurs et la pérennité des emplois sur les exploitations sinistrées » complète Bernard Artigue.

Le revenu inférieur à la moyenne nationaleLe constat, aujourd'hui, très préoccupant pour le revenu global à venir de l'agriculture régionale est à relativiser si l'on considère la valeur de la production agricole finale pour 2012. Celle-ci s'établit à 5, 3 milliards d'euros en progression de 5% par rapport à 2011. L'agriculture d'Aquitaine, riche de se productions sous signe de qualité, à forte valeur ajoutée, ne parvient pas cependant à atteindre un niveau de revenu par exploitation qui soit dans la moyenne nationale. « Nous n'y arrivons pas déclare Dominique Graciet, le revenu aquitain décroche, ; il est inférieur d'un quart parce que nous avons des exploitations plus petites que la moyenne nationale , de l'ordre de 20% ». Une situation d'autant plus regrettable à ses yeux que le modèle régional est « vertueux ». En effet le nombre des actifs y est deux fois plus important qu'il ne l'est dans l'ensemble du pays (quelques 10% contre 5%).

En soi, ce constat qui met en évidence la singularité de l'agriculture Aquitaine n'a rien de catastrophique mais préoccupe ses responsables alors que la renégociation de la Politique Agricole Commune, pour la période 2014-2020, est entrée dans sa dernière ligne droite. Et que la nouvelle donne européenne qui privilégie les aides à l'hectare, de façon très compliquée, repose sur un système de convergences qui serait défavorable aux exploitations régionales. En moyenne, hors viticulture, elles bénéficient aujourd'hui d'une aide de 14500 euros contre 22300 pour la France entière. Le débat n'est pas clos entre Bruxelles et les Etats de l'Union ; la France pour sa part est consciente de l'importance des disparités et ne pourra pas éluder les conséquences de celles-ci dans la prochaine loi de modernisation qui est en préparation.

En tout cas la profession agricole suit de près les discussions en cours et la chambre régionale y consacrera sa session de novembre.

Agritourisme : août à plein régimeDans un panorama général de rentrée marquée par les pertes de productions attendues dans les productions végétales le secteur de l'agritourisme continue à se bien porter. Certes et le constat est général le mois de juillet n'a pas été folichon en Aquitaine ; heureusement août « a fonctionné à plein ». Témoins de ce dynamisme ces 630 Marchés de Producteurs de Pays qui ont été organisés dans cinquante et une communes de la région : le panier moyen est jugé moins bien garni qu'on l'aurait espéré mais le début de septembre et la fréquentation d'arrière saison autorisent une poursuite d'une activité qui avec, par ailleurs, Bienvenue à la ferme continuent d'assurer en proximité la promotion d'une agriculture fière de ses produits de qualité. En marge de cette conférence de presse de rentrée a été annoncée la création de Journées Internationales de l'Asperge, les « International Asparagus Days » qui se dérouleront les 3 et 4 décembre prochains au Barp en Gironde

Solène Meric
Par Solène Meric

Crédit Photo : Aqui.fr

Partager sur Facebook
Vu par vous
801
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Agriculture
Agriculture
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 30 + 8 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

A lire ailleurs sur aqui.fr