Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

22/10/18 : La Charente-Maritime lance son premier forum des emplois saisonniers ostréicoles mardi 30 octobre de 14h à 18h au foyer culturel de La Tremblade. Pole emploi propose aussi le 25 à 10h un atelier découverte des métiers ostreicoles (sur inscription).

20/10/18 : Malgré les grèves qui ont affecté son trafic cette année,l'aéroport de Biarritz-Pays basque franchit, dès ce week-end des vacances de la Toussaint, le cap du million de passagers.

19/10/18 : Un salon gratuit sur la maladie de Crohn, la rectocolite hémorragique, la Polyarthrite et les rhumatismes inflammatoires chroniques est organisé samedi 20 octobre, à la maison des associations de Mérignac.Au menu: conférences, stands d'info, ateliers+ d'info

19/10/18 : Le Festival Garorock et Olympia production, filiale de Vivendi, ont annoncé ce 18 octobre la conclusion d'un accord d'acquisition du premier par le second. La finalisation de cette acquisition devrait intervenir d’ici la fin de l’année.

18/10/18 : En 2018, le Festival Musicalarue organisé à Luxey (40) a accueilli 49 110 personnes. Combien seront-elles pour l'édition des 30 ans ? Les dates viennent d'être dévoilées : le rendez-vous est donné les 15, 16 et 17 août 2019 !

16/10/18 : Des opposants au projet du contournement de Beynac ont bloqué ce mardi à Vézac, les véhicules qui participaient à une visite de presse du chantier organisée par le Département. Sur décision de la préfecture, les gendarmes ont délogé les manifestants.

16/10/18 : Christelle Dubos, secrétaire de la commission des affaires économiques de l'Assemblée Nationale et députée girondine, a été nommée ce mardi secrétaire d'Etat auprès de la ministre des solidarités et de la santé, Agnès Buzyn.

16/10/18 : Remaniement - Christophe Castaner : ministre de l'Intérieur ; Marc Fesneau (MoDem) : secrétaire d'Etat aux relations avec le Parlement ; Franck Riester (Ex-LR) : ministre de la Culture ; Didier Guillaume (ex-PS) : ministre de l'Agriculture

16/10/18 : Remaniement suite - Jacqueline Gourault (MoDem) : ministre de la Cohésion des Territoires et des Collectivités Locales ; Marlène Schiappa : secrétaire d'Etat à l'Egalité Femmes-Hommes et à la lutte contre les discrimination

16/10/18 : Le 17 octobre à 11h15, un coaching des demandeurs d'emploi est organisé à la Chambre des Métiers et de l'Artisanat de Poitiers en vue de les accompagner avant le Forum emploi qui aura lieu le lendemain.

16/10/18 : Le Conseil municipal de Biarritz a voté par 20 voix pour, face à 15 contre, le projet de gestion du Palais proposé par le maire Michel Veunac à l'issue d'une réunion très tendue. Une conseillère municipale, Virginie Lannevère a démissionné

15/10/18 : A l'occasion de ses 25 ans, l’Université de La Rochelle propose une exposition sur l'histoire de l’établissement, « Histoire d’avenirs, chronique d’une université en mouvement », exposée du 16 octobre au 30 décembre au Cloître des Dames Blanches.

- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 19/10/18 | Une proposition de loi pour le revenu de base

    Lire

    La conseil départemental de Gironde et 17 autres départements ont choisi le 17 octobre, journée mondiale du refus de la misère, pour déposer une proposition de loi d'expérimentation du revenu de base. Deux modèles ont été retenus : un premier scénario avec une fusion du RSA et de la Prime d'activité (550 euros minimum) et un deuxième où se rajoutent les APL (740 euros minimum). L'expérimentation durerait trois ans sur un échantillon de 60 000 personnes. Les groupes socialistes de l'Assemblée Nationale et du Sénat insèreront la proposition dans leur niche parlementaire les 17 janvier et 6 mars prochain.

  • 19/10/18 | Nouvelle visite pour COM&VISIT

    Lire

    Bienvenueencoulisses.com propose une 8ème visite dont la 1ère aura lieu le 20 octobre de 9h à 10h30. Au cours de cette balade d’1h30 redécouvrez le quartier Ginko, son histoire et son évolution afin de mieux comprendre le contexte de sa création, le parti-pris de l’aménageur, des architectes et paysagistes. Durant les vacances, plus de 10 visites sont organisées pour découvrir ou redécouvrir le patrimoine économique de Bordeaux et de mieux comprendre le développement du territoire. Réservations obligatoires

  • 19/10/18 | Un berger au parc des Coteaux

    Lire

    Si vous êtes berger (ou bergère), sachez que le Grand Projet de Ville Rive Droite cherche des candidats pour gérer un troupeau de 80 moutons et chèvres pour concourir à un vaste plan de gestion écologique du parc des Coteaux soixante hectares. Les potentiels candidats pour ce contrat de 24 mois ont jusqu'au 21 novembre pour se manifester. A noter qu'une visite du parc partira du Rocher de Palmer le 7 novembre prochain à 14 heures. Le ou la candidate présélectionné(e) fin novembre débutera sa mission en janvier 2019.

  • 19/10/18 | Rochefort : une application pour visiter le patrimoine local

    Lire

    A l'occasion des Journée nationales de l’Architecture (du 19 au 21 octobre), Rochefort lance une nouvelle application de visites (libres ou guidées) de la ville et de son Arsenal : Visite Patrimoine. Téléchargeable sur tous les smartphones, elle entraîne le visiteurs à travers 18 lieux emblématiques de la ville, présentés au moyen d’anecdotes, d’indications historiques et pratiques. Visite patrimoine est né d’une collaboration entre les musées de la région et l'université de La Rochelle.

  • 19/10/18 | Laurent Nuñez en visite à Hendaye ce vendredi

    Lire

    Laurent Nuñez, secrétaire d’État auprès du ministre de l'Intérieur, ancien sous préfet de Bayonne revient au pays et effectuera ce vendredi 19 octobre une visite à Hendaye qui débutera par une visite du Centre de rétention administrative (CRA) d'Hendaye, pour une présentation des missions de la police aux frontières. Elle se poursuivra par celle du Centre de coopération policière et douanière d'Hendaye, accompagnée d’une présentation de ses missions et activités. Elle se terminera au péage frontalier de Biriatou.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Agriculture | Rentrée syndicale et crise de l'élevage: la FRSEA Aquitaine s'assure le soutien d'Alain Rousset

26/08/2015 | C'est sur le terrain agricole qu'Alain Rousset a effectué sa rentrée ce 25 août, répondant à l'invitation de la FRSEA Aquitaine, à Garrey dans les Landes, sur l'exploitation de Vincent Barrouillet.

Rentrée 2015 de la FRSEA à Garrey (Landes)

Le rendez-vous est désormais bien fixé dans l'agenda annuel du Président de la Région et des responsables de la FRSEA. Chaque année, en guise de rentrée syndicale de la fédération, Alain Rousset et Henri Biès-Péré, Président de la FRSEA Aquitaine, entourés de responsables syndicaux, se retrouvent pour évoquer les questions d'actualité agricole régionale. Une rencontre qui cette année, au regard de la crise de l'élevage qui secoue la profession depuis le début de l'été, a pris une tournure plus nationale ; Henri Biès-Péré interpellant aussi Alain Rousset au titre de sa double casquette de Président des Régions de France et de député socialiste à l'Assemblée nationale, à quelques jours de l'Université d'été du PS à La Rochelle, et dans un contexte d'insatisfaction du syndicat agricole au regard du plan gouvernemental de soutien à l'élevage.

Si le retard horaire du Président de la Région n’a finalement pas trop vexé les organisateurs de la réunion, qui avaient déjà à leur côté Jean-Pierre Raynaud, son Vice-président en charge de l’agriculture et de l’agroalimentaire, c’est en toute franchise et sans pincettes, qu’Henri Biès-Péré a interrogé Alain Rousset pour savoir sans détour, « comment la Région compte accompagner l’agriculture ? »

Une intervention attendueUne question à resituer dans le contexte de la longue liste de dossiers régionaux et nationaux, source d’inquiétudes et/ou de mécontentement évoquée au cours de la matinée par les représentants du syndicat agricole. Parmi eux le feuilleton non encore terminé sur la délimitation des zones vulnérables sur le Bassin Adour-Garonne ; la finalisation de la rédaction du Schéma régional des structures qui doit notamment, dans le cadre d’une meilleure régulation foncière, définir le seuil de déclenchement des contrôles des exploitations ; la question toujours tendue de la création de ressources en eau, à l’issue d’un été marqué par la sécheresse et la chaleur sur le territoire régional ; l’incertitude sur la capacité de l’administration à verser des paiements PAC en temps et en heure (espérés au plus tard au 15 décembre)... le tout dans un contexte plus global de crise de l’élevage où se mêlent de manière aiguë et douloureuse les questions de charges, de normes et de prix pour les éleveurs, singulièrement au regard de la grande distribution, ou encore d’origine des viandes, par exemple dans le cadre de la restauration hors domicile dont les collectivités, parmi lesquelles le Conseil régional, sont souvent gestionnaires.

Autant dire que l’intervention du Président de la Région était pour le moins attendue par les professionnels, qui sur de nombreux points se sont vus confirmer son soutien, ce dernier réaffirmant à plusieurs reprises que « la Région est, comme elle l’a toujours était, au côté des agriculteurs ».

Restauration hors domicile : sécuriser l’approvisionnementSur la question de la crise de l’élevage, le Président Rousset, comme il l’avait fait dès le début de l’été, a tenu à souligner, que, malgré un contexte agricole de concurrence mondialisée, « le modèle aquitain, par le choix de développer une agriculture de qualité est moins touché par cette crise que d’autres ». Le législateur n’étant pas en position de pouvoir contrôler les prix dans une économie de concurrence, il faut selon lui, « maîtriser les circuits de distribution, notamment avec le mouvement coopératif. En Aquitaine (pourtant riche en grandes coopératives), sur les exploitations laitières par exemple, nous n’avons pas de grands opérateurs. Sur la collecte, nous avons des filiales, ce qui amène à s’interroger sur la valorisation des produits... »
Sur la question plus précise de la restauration hors domicile, il a tenu à rappeler aux agriculteurs présents que « le problème n’est pas forcément lié au prix des produits, mais qu'il s’agit avant tout de sécuriser l’approvisionnement des cantines tout au long de l’année. On parle là de milliers de repas tous les jours, on ne peut pas se contenter d’une fourniture en “one shot” auprès d’un exploitant. Il faut mettre en place des circuits d’exploitants sur tout le territoire régional ». Des circuits, concède-t-il suite à la remarque d’Henri Biès-Péré de « sortir de l’idéologie de l’agriculture citoyenne », qui incluent « les gros bataillons de l’industrie agroalimentaire régionale, qu’ils soient coopératifs ou non ». À cela, il ajoute un projet de formation auprès des gestionnaires de lycées notamment au regard des contraintes posées par les Codes des marchés publics.

Charges et normes : « la France en fait trop » Mais, au-delà de ce type d’actions, qui « ne pourra pas tout valoriser sur le plan local », il insiste sur la nécessité « d’une réforme agricole structurelle qui doit être menée en commun entre la profession et la région, passant notamment par une politique soutenue de modernisation des exploitations, une agriculture de qualité, et le développement de produits annexes comme la mise en place de méthaniseurs, et de compléments de revenus intéressants ». Une « vraie restructuration » qui pourrait par exemple passer pas le biais de la prochaine PAC vue autrement que la simple distribution d’aides, estime-t-il.

Mais les syndicalistes ont également trouvé un allié en la personne d’Alain Rousset, sur la question des charges et des normes. Renvoyant cette question au niveau européen, il reconnaît « volontiers », face à son audience, que « sur les charges et l’application des normes, la France en fait vraisemblablement trop » ; avant d’ajouter que « c’est à l’Europe d’harmoniser cela », sans pour autant ne jamais plaider pour une convergence par le bas.

Enfin, sur les questions des aides conjoncturelles aux exploitations les plus en difficulté, le Président a annoncé que « la région mettra à peu près les mêmes montants de crédits que l’État a accordés à l’Aquitaine », soit environ 2 millions d’euros.

À lire aussi sur AquiÉleveurs : le plan d’urgence est mis en œuvre en Aquitaine
Les agriculteurs périgourdins interpellent la restauration hors foyer sur l’origine des produits
Point de vue : Alain Rousset sur la crise de l’élevage « Trouver des réponses structurelles »

Solène Méric
Par Solène Méric

Crédit Photo : Aqui.fr

Partager sur Facebook
Vu par vous
2686
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Agriculture
Agriculture
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 24 + 16 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

A lire ailleurs sur aqui.fr