15/12/17 : Futuroscope : le président du directoire Dominique Hummel a annoncé dans La Nouvelle République qu'il allait quitter ses fonctions en mars prochain.

14/12/17 : Depuis ce 12 décembre, la FRSEA Sud Ouest a de nouveaux contours. Regroupant désormais les régions Occitanie et Nouvelle-Aquitaine elle représente 25 départements. Le même jour, Philippe Moinard en a été élu à la présidence.

13/12/17 : Pont d’Aquitaine fermé dans les 2 sens : rocade A630 entre échangeurs 2 (Lormont - Croix Rouge) et 4a (Bordeaux - Nouveau Stade) du jeudi 14 décembre 21h00 au 15 à 6h00. Déviations rocade intérieure et extérieure, via le pont François Mitterrand.

12/12/17 : Philippe Martinez,le secrétaire général de la CGT se rendra ce jeudi en Dordogne. Il visitera les ateliers SNCF du Toulon avant de rencontrer le syndicat cheminot. L'après midi, il participera à une assemblée avec tous les syndicats CGT du département.

11/12/17 : Catherine Seguin, 45ans, fille de Philippe Seguin qui était sous-préfète de Bayonne depuis 2016 a pris du galon et sera la nouvelle préfète du Gers en remplacement de Pierre Ory nommé dans les Vosges. Deuxième femme à occuper ce poste dans le Gers

11/12/17 : La Charente-Maritime est passée ce matin en vigilance "jaune" vents violents : la circulation est coupée sur le pont de l'île d'Oléron et les liaisons maritimes coupées avec l'île d'Aix, en raison d'une forte houle.

10/12/17 : A Orthez la liste menée par le socialiste Emmanuel Hanon remporte l'élection municipale (49,69%) devançant celle du maire sortant Yves Darrigrand (39,87%) et de Hélène Marest (Lrem -Modem 10,44%

10/12/17 : Philippe Mahé préfet de Meurthe-et-Moselle depuis août 2015 est le nouveau directeur général des services de la Gironde. Il a occupé plusieurs postes similaires depuis 1995 en Côtes d'Armor Finistère aux communautés urbaines de Nantes et de Toulouse.

10/12/17 : Dans un communiqué du 9/12, le président de la Charente-Maritime Dominique Bussereau annonce que l'instauration d'un péage à l'entrée d'Oléron ne sera finalement pas soumis au vote lors de la session du Département du 18 décembre comme annoncé.

10/12/17 : Charente-Maritime : Météo France annonce une tempête ce lundi, avec de violentes rafales pouvant atteindre localement 120 à 130 Km/h sur le littoral et 100 à 110 Km/h à l'intérieur des terres.

09/12/17 : Après l'annonce de la présence du groupe NTM, les Francofolies ont annoncé cette semaine leurs prochaines têtes d'affiches de l'édition 2018, qui se tiendra du 11 au 15 juillet : Orelsan, Jain, Véronique Sanson, Mc Solaar, Calogero et Shaka Ponk.

08/12/17 : Les maires de Port-au-Prince et de La Rochelle ont signé un accord mardi à l’occasion des 2e Assises de la coopération franco-haïtienne à Port-au-Prince. Une aide nouvelle sera apportée pour la construction d’un lieu d’accueil en cas de catastrophe.

07/12/17 : Le maire de Saint-Jean-de-Luz et premier vice-président de la Communauté Pays basque, Peyuco Duhart, 70 ans, est mort ce vendredi matin à 10 heures au Centre hospitalier de la Côte basque à Bayonne. Il avait été victime d'un AVC la semaine dernière.

- Multivote -
- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 15/12/17 | Les radicaux de gauche Nouvelle Aquitaine...

    Lire

    Après la récente fusion du Parti Radical de Gauche et du Parti Radical Valoisien au sein "d’une nouvelle structure baptisée « Mouvement Radical » dans laquelle ils ne se reconnaissent pas totalement les élus Radicaux de Gauche du Conseil régional ont souhaité prendre leurs distances avec ce contexte politique national. Ainsi Soraya Ammouche-Milhiet, Benoît Biteau, Régine Marchand, Francis Wilsius,réaffirment leur place au sein de la majorité d’Alain Rousset et gardent leurs distances avec les jeux politiques des appareils nationaux, partageant des valeurs communes autour du triptyque républicain et de la Laïcité."

  • 15/12/17 | La Charente-Maritime toujours en manque d'eau

    Lire

    Au vu de la situation hydrologique actuelle et de l’absence de pluviométrie, le préfet de la Charente-Maritime a décidé de prolonger l'arrêté en date du 31 octobre 2017 jusqu’au dimanche 14 janvier 2018 inclus. Le prélèvement d’eau en vue du remplissage ou du maintien du niveau des retenues d’eau à usage d’irrigation agricole et tous les plans d’eau est interdit sur tous les bassins de gestion de Charente-Maritime (sauf bassin Charente aval) pour les remplissages par prélèvement superficiel.

  • 15/12/17 | Martin Leÿs délégué régional EDF en janvier 2018

    Lire

    Benoît Thomazo délégué régional d'EDF en Aquitaine puis Nouvelle Aquitaine depuis 4 ans passera le relais en janvier prochain à Martin Leÿs. Celui-ci, jusque là directeur du dialogue social au sein du groupe, présidait le Comité central d'entreprise et le Comité européen ainsi que le Fonds "Agir pour l'emploi" d'EDF qui soutient les projets portés par les associations d'insertion. Martin Leÿs avait été en 2002 directeur de cabinet de la délégation d'Aquitaine à Bordeaux avant de devenir conseiller social auprès de François Roussely et de diriger depuis la Chine le développement Asie d'EDF pendant six ans.

  • 15/12/17 | Asphodèle, le plus bio des salons revient à Pau

    Lire

    Plus grand et plus ancien salon des produits bio du Sud ouest, Asphodèle, est de retour, du 15 au 17 décembre, au Parc des expositions à Pau pour sa 22ème édition. Résolument engagé pour la planète et le bien être, il se dédié à la bio et aux nouvelles façons de vivre et de consommer, à travers cette année plus de 220 exposants. Des artisans, producteurs, viticulteurs, créateurs, entreprises de transformation triés sur le volet. Au programme aussi de nombreuses animations et conférences qui évoqueront notamment les OGM, l'agriculture bio, l'éco-construction ou encore les semences libres.

  • 15/12/17 | Le point sur la tuberculose bovine en Dordogne

    Lire

    La campagne de prophylaxie 2017-2018 de la tuberculose bovine a débuté en avance avec un nouveau mode de dépistage qui donne des résultats encourageants. Il s’agit d’un procédé à la fois plus efficace mais aussi plus contraignant, car nécessitant une bonne contention des bovins. Depuis le début novembre, 106 dossiers de prophylaxie ont été traités et 5 élevages ont présenté des résultats positifs. Le nombre de foyers de tuberculose pour 2017 est toujours de 28 élevages, dont 8 ont fait l’objet d’un abattage total et 20 d’un abattage sélectif.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Agriculture | Reportage: La Noix du Périgord, des histoires de famille et ...de mondialisation

24/03/2011 |

Fabien Joffre et son fils

Nous voilà au coeur du Pays d'Ans, sur la Route de la Noix - depuis le bourg de Nailhac, un point de vue unique sur le château de Hautefort . Aqui ! a fait la rencontre de deux jeunes agriculteurs: Fabien Joffre est secrétaire général des Jeunes Agriculteurs de la Dordogne et gère son exploitation en société avec sa mère et sa femme ; Patrick Pedenon est membre d'une coopérative et a récemment « fait le choix du bio ». Nuciculteur : un métier comme les autres ? "Une affaire de famille". Une gestion et des choix différents, pourtant Fabien Joffre et Patrick Pedenon semblent être liés par leur attachement aux racines de leurs ancêtres et de leur terroir : « il faut s'adapter à ce que la terre t'amène » (Fabien Joffre). Leur terre à eux leur a permis la culture de la Noix du Périgord, l'élevage de vaches limousines... et un héritage qui n'a pas de prix.

Depuis plusieurs générations, la noix du Périgord a marqué de son empreinte toute la région. Elle est l'investissement de plusieurs vies. Un investissement... et pas n'importe lequel : « Quand on y est, il faut y être... même si c'est dimanche ! » Patrick Pedenon, 35 ans, a la même détermination dans ses engagements personnels que politiques : délégué cantonal de la FDSEA (Fédération Départementale des Syndicats d'Exploitants Agricoles) et administrateur du CRDA (Comité Régional de Développement Agricole).

Mais il a surtout compris que l'investissement du passé doit être tourné vers l'avenir. Récemment, Patrick Pedenon est « passé au bio ». De fait, « la noix est un produit traditionnel non complexe, peu soumis à des traitements ». Une conviction écologique rendue possible grâce à une prime gouvernementale garantissant « 450 kg de noix propres pour un investissement de 900 euros/ha. ». Mais une prime qui a plus ou moins été remise en question en début d'année : « Elle a motivé plus d'agriculteurs que prévu. Un agriculteur, sous ses airs bêtes, sait très bien calculer... », rajoute Patrick Pedenon le sourire aux lèvres.
Mais ce serait trop simple de s'arrêter là : en 2008, il fait installer des panneaux photovoltaïques sur les toits de sa ferme - une surface de 800 m². « Le photovoltaïque, c'est une opportunité : un contrat sur 20 ans qui ne nécessite aucune main d'œuvre.»

Une affaire de famille
Le toit photovoltaïque de la ferme de Patrick Pédenon Fabien Joffre, 30 ans, s'installe seul comme agriculteur en 2003 après avoir récupéré l'exploitation de son père, qui appartenait elle-même à son grand-père... Depuis 2009, il est agriculteur ‘en société' avec sa mère. Sa femme les rejoint en 2010 au sein du GAEC (Groupement Agricole d'Exploitations en Commun).
En Dordogne, Fabien Joffre est en partie responsable de nombreuses mesures prises pour le monde agricole. Car outre ses responsabilités au sein du Conseil d'administration de l'association ARALEB ( Association de commercialisation pour le bovin), il est secrétaire général des jeunes agriculteurs de la Dordogne. Être proche du ministère de l'agriculture permet évidemment d'orienter les décisions à l'échelle nationale. « Quand Nicolas Sarkozy négocie avec le président brésilien Luiz Inacio Lula da Silva des Concordes et autres avions de chasses, cela signifie indirectement qu'il laisse entrer plusieurs tonnes de viande. »
Alors est-ce vraiment ainsi, le marché brésilien fait saliver... et tant pis pour la France ? Ce n'est pas si radical : le gouvernement français reste conscient que l'agriculture est une force indispensable pour une nation. Des droits de douanes ont été mis en place, mais l'ouverture de la France au libre-échange inquiète le monde agricole et « il faut rester vigilants, défendre notre métier à l'échelle nationale, en faire la promotion.»


Comme un air de mondialisation...
La production de la noix représente un potentiel notable pour l'économie et l'avenir même de la région. Le bassin de production du Sud Ouest embrasse la Dordogne, le Lot, la Corrèze et une pointe de la Charente. Des chiffres de plus en plus élevés à l'échelle internationale mais qui, pourtant, sont parfois encore bien maigres face aux chiffres de la concurrence... Pour l'heure, le marché de la noix se réduit aux trois pays que sont les Etats-Unis, le Chiliet la Chine : « les Chinois ont des régions entières de noyers, une capacité de production massive », rajoute Patrick Pedenon. La commercialisation de la noix en France est plus laborieuse qu'on ne pourrait l'imaginer. « De fait, il est très difficile de négocier avec la Grande Distribution française. Ils ne regardent pas la qualité : c'est à celui qui fixera le meilleur prix », se désole quelque peu Patrick Pedenon. D'où le « tout petit poids de la nuciculture » en France. Actuellement à l'échelle européenne, les coopératives de noix exportent principalement en Espagne, au Portugal et en Allemagne : « 50% en cerneaux et 50% en noix de table. ». Un avantage certain d'appartenir à une coopérative, aujourd'hui, est celui de pouvoir fournir de gros volumes à des grossistes extérieurs ; avoir ainsi un poids plus important.
« L'Europe pourrait devenir dangereuse pour l'expansion de la Noix du Périgord » : en très peu de temps, l'Union Européenne est passée de 15 à 27 pays membres. Une transformation positive sur bien des points, mais qui inquiète les agriculteurs : « Les subventions de la PAC sont de plus en plus maigres.» Si l'on va vers une baisse des aides agricoles, sera-t-elle compensée par les revenus ? Une question qui reste pour le moment en suspens. « Pour donner un ordre d'idée, cette aide s'élève aujourd'hui chez nous à 100 000 euros/an - soit 26% de notre Chiffre d'Affaire annuel. Si on ne les a pas, l'exploitation n'est plus rentable », précise Fabien Joffre.
Cependant, l'Europe est actuellement en sous-production de noix à l'échelle mondiale. Ce petit fruit ne semble donc pas être en si mauvaise posture quant à l'avenir... La mondialisation est bien présente : mais comme un atout de développement. « Théoriquement, dans les dix prochaines années, le prix de la noix devrait augmenter ». Deux interviews qui ont donné un point de vue plutôt optimiste pour l'avenir de la nuciculture à l'échelle mondiale.

Mais ce n'est pas parce qu'il faut s'adapter à une nouvelle organisation mondiale que Fabien Joffre et Patrick Pedenon ne gardent pas en eux une vision traditionnelle de leur métier : « Vivre dehors, au contact de la nature ; transmettre un patrimoine à nos enfants ; et être son propre chef. »

Fanny Cheyrou

Partager sur Facebook
Vu par vous
763
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Agriculture
Agriculture
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 19 + 18 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

A lire ailleurs sur aqui.fr
La délégation d'éleveurs chiliens a visite le centre d'insémination de Verneuil sur Vienne Agriculture | 13/12/2017

L'élevage ovin haut de gamme du Limousin intéresse le Chili

Les exploitations en bovins peinent le plus a trouver des repreneurs Agriculture | 12/12/2017

La transmission agricole en Charente-Maritime, une problématique à résoudre d'urgence

Christian Pèes Président du groupe coopératif Euralis et son directeur général Pierre Couderc Agriculture | 12/12/2017

Euralis renoue avec la rentabilité

Patrick Neaume et Patrick Grizou Agriculture | 12/12/2017

« Aujourd’hui, nous devons remodeler le modèle de notre entreprise » Patrick Grizou président de Terres du Sud

Francis Massé, président de la Fondation Pour une Agriculture Durable entouré des lauréats Agriculture | 10/12/2017

La Fondation Pour une Agriculture Durable fête ses lauréats

Dominique Simoneau Agriculture | 08/12/2017

« Ce label incitera d’autres établissements à se joindre à l’aventure du bio » Dominique Simoneau, maire de Gentioux-Pigerolles

Les chiffres clés de l'agriculture biologique Agriculture | 07/12/2017

Agriculture biologique : importer pour faire face à la demande ?

Forum 100 Territoire Bio Engagé Agriculture | 07/12/2017

« Les collectivités ont un rôle à jouer dans la valorisation de l’agriculture biologique » Philippe Lassalle Saint-Jean président d’Interbio Nvelle-Aquitaine

Le bien être animal est l'une des préoccupations de l'association Zéro clivages Agriculture | 07/12/2017

Des agriculteurs périgourdins créent une association pour produire mieux

Philippe Carré, Directeur général du Groupe Coopératif Maïsadour et Michel Prugue, Président du Groupe coopératif Maïsadour Agriculture | 06/12/2017

Maïsadour à nouveau dans le vert

Salon régional de l'Agriculture d'Aquitaine, du 18 au 26 mai 2013 Agriculture | 29/11/2017

Coulisses et prémices du Salon de l'Agriculture Nouvelle-Aquitaine 2018

Michel Caillol, constructeur des Cabi Box, Jonathan Lalondrelle éleveur et Eric Pourcel, Responsable développement Euralis Agriculture | 23/11/2017

Pour Euralis tout est bon dans le poulet Label

Hubert Cazalis directeur de la technopole Agrinove Agriculture | 17/11/2017

« Nous voulons faire avancer l’agriculture du Lot-et-Garonne, l’agriculture du XXIème siècle » Hubert Cazalis, directeur de la technopole Agrinove

Frédéric Piron directeur de la DDCSPP Agriculture | 17/11/2017

Grippe aviaire en Dordogne : nouvelles mesures et vigilance accrue

Nettoyage des cages de transport au sein du site biosécurité de Mugron Agriculture | 11/11/2017

Biosécurité: un dispositif de 100 mesures pour Maïsadour