Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

22/01/18 : Le service de prévision des crues (SPC) a émis un avis de vigilance de niveau orange pour un phénomène de crue concernant le tronçon aval de la Dronne - les Charentes et la Gironde - à compter de ce lundi 22 janvier 2018 à partir de 16 h.

21/01/18 : Les réactions stupéfaites et bouleversées se succèdent après la mort de Joan Taris élu Modem du Conseil régional adjoint au maire du Bouscat et directeur de cabinet du maire de Saint-Médard en Jalles. Joan Taris 41 ans s'est donné la mort ce dimanche

19/01/18 : Charente-Maritime : Air France et l'aéroport de La Rochelle-Ré annoncent une nouvelle ouverture de ligne pour cette année. L'annonce officielle sera faite mardi prochain.

19/01/18 : Le Conseil d’administration de l’université de Bordeaux a réélu Manuel Tunon de Lara à sa présidence. Antoine de Daruvar, directeur de l’école doctorale des Sciences de la vie et de la santé prend la vice-présidence suite à Dean Lewis.

18/01/18 : "Progrès et Sagesse": ce sera le thème de la 24° Université Hommes-Entreprise du CECA les 30 et 31 août au Château Smith Haut Lafitte. Il y sera question d'éthique et de sens, en particulier celui de l'intelligence artificielle: bienfait ou menace?

16/01/18 : France Télévision a compris l'utilité de France 3 Euskal Herri au Pays basque. Les sept minutes quotidiennes ont été maintenues, dans l'état. C'est à dire dans sa structure au studio des allées Marines de Bayonne et non prestataire de reportages

16/01/18 : Cyrille Guimard, sélectionneur de l'équipe de France de cyclisme, parrainera la 23e édition du Tour de Lot-et-Garonne et sa cyclosportive les 14 et 15 avril prochains.

16/01/18 : L'agglo de La Rochelle a été choisie par le cabinet Missions Publiques pour faire partie des 4 collectivités françaises à organiser un débat publique atour de l'essor des transports sans conducteur, le 27/01 de 9h à 17h. Inscription : debatcitoyen.fr

15/01/18 : La Rochelle participe à la 2e Nuit de la lecture samedi 20 janvier de 16h30 à minuit à la médiathèque de Villeneuve-les-Salines et dans le Hall de l’Agora au Centre social. Au programme : des lectures et des animations variées. Tout public. Gratuit.

13/01/18 : Cognac: les Trophées du vin 2018 ont récompensé le 11 janvier l'association cognaçaise Les Etapes du cognac avec le prix "meilleur accueil dans le vignoble", récompensant son développement de l'oenotourisme sur le territoire.

11/01/18 : Opération de régulation des sangliers à Agen et Foulayronnes. Un grand nombre de sangliers a été signalé et confirmé dans ces deux communes. Les services de l’Etat ont donc décidé d'organiser des opérations de régulation jusqu’au 28 février inclus.

- Publicité -
S’abonner ici !
- Publicité -
  • 22/01/18 | Pont de pierre : six mois de plus

    Lire

    Bordeaux Métropole l'a annoncé ce lundi 22 janvier : l'expérimentation d'un Pont de pierre réservé aux piétons, vélos, trams et bus est renouvelée pour six mois. La collectivité se donne donc jusqu'en juin pour prendre une décision plus définitive. En attendant, elle procédera à différents aménagements (carrefour du Belvédère, extension de capacité du parc relais Galin et prolongement de la Citeis 45). Enfin, la métropole précise que face à la grogne des commerçants du quartier Bastide, "plusieurs mesures vont être étudiées dans les semaines à venir".

  • 22/01/18 | A630-RN230 : les travaux du pont Simone Veil perturbent le trafic

    Lire

    La construction du pont Simone Veil débute demain. Pendant la durée du chantier, la capacité des voies sur berges va être réduite entre le pont François Mitterrand et le pont St Jean. Dès 5h, il n’y aura plus que deux files de circulation dans le sens entrant sur Bordeaux. Des bouchons et des remontées de files d’attentes, sur les bretelles de la rocade, sont à prévoir, à hauteur de l’échangeur 21. Mais l’accès au giratoire Jean-Jacques Bosc vers le MIN et les boulevards, lui, est maintenu.

  • 22/01/18 | Nautisme : les entreprises rochelaises primées au salon de Düsseldorf

    Lire

    Le célèbre salon nautique de Düsseldorf, qui se tient jusqu'au 28 janvier, a organisé ce week-end pour son ouverture sa cérémonie des grands prix "European sealing boat" et "European Powerboat of the Year 2018" couronnant les meilleurs bateaux de l'année. Le voilier Amel 50 du Chantier Amel est vainqueur dans la catégorie Monocoque de luxe, le Neel 51 de Neel Trimarans a remporté le prix des Multicoques et le MY44 de Fountaine Pajot est "bateau à moteur 2018" catégorie + de 45 pieds.

  • 22/01/18 | Après Four Seasons l'Hôtel du Palais se tourne vers Hyatt

    Lire

    Au terme de la nouvelle procédure de mise en concurrence de groupes hôteliers de luxe en vue d’établir un contrat de gestion, la Socomix, qui gère l'hôtel du Palais de Biarritz, lors de son Conseil d’Administration du 18 janvier, a décidé d’entrer en négociation exclusive avec le groupe Hyatt. Après l'échec de négociations -exclusives-avec Four Seasons. Présent dans 46 pays, le groupe Hyatt propose à ses clients 508 hôtels et Resorts, sous sept marques distinctes. Hyatt, faisait partie de la première "short liste".

  • 21/01/18 | L'hommage d'Alain Rousset à Joan Taris

    Lire

    Réaction du président du Conseil régional après la mort de Joan Taris: "Joan était un jeune responsable politique dont la trajectoire suscite l'admiration. Influencé par l'humanisme social, armé de fortes convictions européennes, il incarne une jeune génération de responsables politiques qui a assuré le renouveau des idées centristes...Elu régional, il s'est très vite imposé dans la vie de cette assemblée en exerçant, très tôt, la responsabilité de président de groupe qu'il a conservée en 2015 dans la nouvelle configuration territoriale. Il a démontré, dans cette fonction, une grande cohérence entre ses idées et sa pratique politique."

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Agriculture | Risque phytosanitaire en forêt: des parasites sur la ligne entre les sylviculteurs et l'Etat

08/09/2017 | Les représentants du Syndicat des Sylviculteurs du Sud Ouest n'arrivent pas à se faire entendre de l'Etat sur la lutte contre le risque sanitaire forestier: la colère monte.

Bruno Lafon, président du syndicat des sylviculteurs du Sud ouest, Christian Pinaudeau, son secrétaire général et Eric Dumontet, le secrétaire de la Caisse Phyto Forêt

A 15 jours de l'assemblée générale du syndicat des sylviculteurs du Sud ouest, ses représentants s'agacent sur, selon leurs termes, « l'inertie irresponsable de l'Etat » face à leurs requêtes concernant le risque phytosanitaire en forêt. En cause: leur demande d’agrément du Fonds phyto forêt en Fonds de solidarité contre le risque phytosanitaire, qui reste sans réponse. Bruno Lafon, président du syndicat des sylviculteurs du Sud ouest, Christian Pinaudeau, son secrétaire général et Eric Dumontet, le secrétaire de la Caisse Phyto Forêt, non seulement haussent le ton, mais l'ont fait savoir par le biais d'une conférence de presse organisée ce vendredi 8 septembre à la Maison de la Forêt à Bordeaux.

« La fôret est exposée à 3 risques majeurs que sont les incendies, les tempêtes et le risque sanitaire », souligne Bruno Lafon. Pour le premier la prévention et l'organisation de la lutte contre les incendies non seulement existe mais démontre désormais et de longue date son efficacité dans le massif des Landes de Gascogne. « Sur les tempêtes, à défaut de prévention possible, nous avons travailler autour de la reconstitution de la forêt et la mise en place d'assurances », rappelle le Président du Syndicat. Mais sur le troisième de ces risques, quant à lui non assurable, rien n'était prévu en matière de prévention ou de prise en charge avant 2012.
Un vide organisationnel dont les forestiers ont payé chers les conséquences suite à la tempête de 2009. En effet, durant deux années après le passage de Klaus, le scolyte, se nourrissant des ravages de la tempête a causé la perte de 40 000 hectares de bois supplémentaires. « Forêt qu'il a fallu reboiser pour 36 M€, tout ça parce que le problème, malgré nos demandes, n'a pas été convenablement pris en charges dès les premiers jours, mais seulement deux ans plus tard, avec l'autorisation de traiter les bois coupés en bord de route », poursuit-il.

"On nous balade!"Un épisode qui a laissé de mauvais souvenirs et a poussé les acteurs sylvicoles a créé ensemble (à l'exception des industriels regrette Bruno Lafon) en 2012, la Caisse de Prévoyance et de Protection des Forêts du Sud-Ouest dite « Caisse Phyto Forêt ». Son rôle est d'organiser le financement d’actions collectives en matière phytosanitaire sur le massif des Landes de Gascogne, la surveillance sanitaire du massif par satellite ainsi que le financement de programmes de recherche afin de mieux connaître et prévenir les risques en forêt.
Mais, en cas d'attaque parasitaire, contrairement au risque incendie ou tempête, un propriétaire touché ne peut pas prétendre à des dédommagements, ni pour les frais de lutte contre le parasite, qui est de sa responsabilité obligatoire, ni pour les dégâts subis. A donc été aussi créé un Fonds de lutte contre le risque phytosanitaire afin d'aider financièrement les propriétaires à mettre en œuvre les mesures de cette lutte. En d'autres termes, « là où la caisse agit pour les actions collectives, ce fonds a vocation à intervenir sur des actions individuelles grâce à la mutualisation des risques et des cotisations versées par les adhérents », résume Eric Dumontet Secrétaire de la Caisse Phyto Forêt.

Une idée qui a convaincu 3700 sylviculteurs soit 60% des adhérents du Syndicat, permettant ainsi de couvrir 315 000 hectares de forêt. « A l'heure actuelle nous avons 230 000 € dans ce fonds ». Si les adhérants acceptent de nouveaux de verser leurs cotisations volontaires à ce fond (40 centimes par hectare), ce sont un peu plus de 120 000 € supplémentaires qui devraient venir abonder la caisse.
Mais, sans l’agrément de l'Etat reconnaissant à ce fonds, le statut de « Fonds de solidarité » phytosanitaire, il ne peut pas être mobilisé en cas d'attaques parasitaires. Une coquille vide en quelque sorte... Or, malgrè de multiples relances du syndicat sur l'optention de cet agrément, l'Etat reste muet. « On ne nous oppose pas de fin de non recevoir, nous n'avons « simplement » pas de réponse, ni sur le volet argumentaire, ni technique, ni économique », indique le responsable de la Caisse Phyto Forêt. « On nous balade d'un interlocuteur à un autre. Il y a un gros problème en terme de compétence forestière : visiblement ça n'intéresse personne !» tempête Christian Pinaudeau. « C'est à se demander s'il faut une nouvelle catastrophe sanitaire pour qu'on nous écoute ! », s'emporte quant à lui Bruno Lafon.

Un plan d'urgence contre le nématose dans l'impasseMais en matière phytosanitaire, ça n'est pas le seul grief que les 3 hommes ont à faire valoir contre l'Etat. Le deuxième point de mécontentement, concerne plus particulièrement la préparation d'un Plan d'urgence contre le nématode. Originellement venu d'Orient ce parasite a déjà créé plusieurs crises sanitaires d'importance dans des forêts au Portugal puis en Espagne, notamment en 2016.
« Le jour où il arrivera en France, le premier massif touché sera sans aucun doute le massif aquitain. Or il se développe en quelques jourset tue le pin très vite ; d'où l'absolue nécessité d'avoir un plan d'urgence afin de gérer au mieux son éventuelle apparition. », indique les professionnels qui sont déjà des propositions à faire valoir. Parmi elles, ils se proposent de mettre en œuvre les moyens de surveillance satellite existant au sein de la Caisse Phyto Forêt et, une fois confirmé sur le terrain, d'agir de manière « chirurgicale » en coupant l'arbre atteint avant de le broyer sur place et ainsi des éviter des contaminations lors du transport.
Une proposition à laquelle l'Etat oppose une directive européenne de 2012, préconisant quant à elle, une coupe rase de 75 hectares, autour de l'arbre contaminé... Une solution qui ne convient aux acteurs aquitains ni d'un point de vue économique, ni scientifique arguant d'études récentes tendant à démontrer désormais à l'inverse l’inefficacité de cette méthode... Bref... en la matière, les sylviculteurs sont dans l'impasse face à des services de l'Etat qu'ils estiment, au niveau national, « en carence ».
Dans ce contexte, le 22 septembre prochain, Catherine Geslain-Lanéelle, directrice générale de la DGPE (Direction générale de la performance économique et environnementale des entreprises), représentante de l'Etat invitée à l'Assemblée générale du Syndicat, aura donc forte faire pour convaincre les sylviculteurs de la bienveillance de l'Etat à leur égard, à moins qu'elle ne soit porteuse des réponses tant attendues.

Solène Méric
Par Solène Méric

Crédit Photo : Aqui.fr

Partager sur Facebook
Vu par vous
23546
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Agriculture
Agriculture
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 25 + 7 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

A lire ailleurs sur aqui.fr
Vache Prim'holstein SAA 2015 Agriculture | 17/01/2018

Compétitivité des coopératives agroalimentaires: l'Europe s'en mêle

Vignes dans le bordelais Agriculture | 15/01/2018

La région et ses partenaires viticoles "accélèrent" autour de la viticulture durable

Paysans Remarquables couv Agriculture | 14/01/2018

« Paysans remarquables », une plongée dans l’agriculture bio

Dominique Graciet, Président de la Chambre d'agriculture Nouvelle-Aquitane, le 10 janvier 2018 : ''il faut que l'agriculture se transforme!'' Agriculture | 11/01/2018

Dominique Graciet, Président de la Chambre d'agriculture Nouvelle-Aquitane: "il faut que l'agriculture se transforme!"

Christian Pèes Président du groupe coopératif Euralis et son directeur général Pierre Couderc Agriculture | 10/01/2018

Face aux difficultés économiques, le groupe Euralis supprime 110 postes nets

La délégation d'éleveurs chiliens a visite le centre d'insémination de Verneuil sur Vienne Agriculture | 13/12/2017

L'élevage ovin haut de gamme du Limousin intéresse le Chili

Les exploitations en bovins peinent le plus a trouver des repreneurs Agriculture | 12/12/2017

La transmission agricole en Charente-Maritime, une problématique à résoudre d'urgence

Christian Pèes Président du groupe coopératif Euralis et son directeur général Pierre Couderc Agriculture | 12/12/2017

Euralis renoue avec la rentabilité

Patrick Neaume et Patrick Grizou Agriculture | 12/12/2017

« Aujourd’hui, nous devons remodeler le modèle de notre entreprise » Patrick Grizou président de Terres du Sud

Francis Massé, président de la Fondation Pour une Agriculture Durable entouré des lauréats Agriculture | 10/12/2017

La Fondation Pour une Agriculture Durable fête ses lauréats

Dominique Simoneau Agriculture | 08/12/2017

« Ce label incitera d’autres établissements à se joindre à l’aventure du bio » Dominique Simoneau, maire de Gentioux-Pigerolles

Les chiffres clés de l'agriculture biologique Agriculture | 07/12/2017

Agriculture biologique : importer pour faire face à la demande ?

Forum 100 Territoire Bio Engagé Agriculture | 07/12/2017

« Les collectivités ont un rôle à jouer dans la valorisation de l’agriculture biologique » Philippe Lassalle Saint-Jean président d’Interbio Nvelle-Aquitaine

Le bien être animal est l'une des préoccupations de l'association Zéro clivages Agriculture | 07/12/2017

Des agriculteurs périgourdins créent une association pour produire mieux

Philippe Carré, Directeur général du Groupe Coopératif Maïsadour et Michel Prugue, Président du Groupe coopératif Maïsadour Agriculture | 06/12/2017

Maïsadour à nouveau dans le vert