aqui.fr lance Aqui-Bordeaux-Métropole le 9 novembre 2015

09/08/17 : Sécurité routière 4 personnes ont perdu la vie sur les routes lot-et-garonnaises fin juillet. La mobilisation des policiers et des gendarmes demeure à un niveau élevé et aucune tolérance ne sera admise en cas d’infractions, assure la préfecture du 47

09/08/17 : Le girondin Pierre-Ambroise Bosse, 25 ans, qui est né à l'athlétisme au club de Gujan-Mestras a remporté l'épreuve du 800 mètres aux championnats du monde de Londres en 1'44''67 ce mardi 8 août.

Humeurs d'été: ces temps de coupes sombres

En chemin vers le rendez vous chaque été renouvelé du festival du Périgord Noir, empruntant les routes délicieuses et ombragées qui longent la rive droite de l'Isle, je goûte à l'émotion de ces villages traversés qui s'accrochent non sans mal à la vie. A ces images d'élevage de coteaux qui, hélas, se font de plus en plus rares tant il faut de courage à ces exploitants en difficulté pour maintenir une agriculture affrontée à la vive concurrence d'une autre agriculture à grande échelle. Une manière d'agro-industrie où les fonds de pension font souvent une entrée fracassante et n'ont pas de problèmes, eux, pour acquérir des terres sans espoir de succession. Et ne soucient guère de cette belle mission, non écrite mais si précieuse de gardienne des paysages, celle que notre agriculture de proximité assume encore, là où elle tient le coup économiquement. Et je pense à ces jeunes, rencontrés ces derniers mois et semaines, qui souvent venus d'ailleurs, font le choix audacieux mais résolu d'embrasser l'agriculture et, se faisant, de faire plus que produire, d'aller à la rencontre de la société, de ses attentes d'authenticité, de partage, et donc de multiples saveurs. Ils ne craignent pas de vous dire: " Je ne vais pas pouvoir me sortir un salaire avant deux ans mais je sais que j'y arriverai." Je pense à eux, à Laura et Clément par exemple et j'ai envie de pousser un grand coup de gueule.


- Multivote -
- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 18/08/17 | La Rochelle renforce sa sécurité

    Lire

    Afin d’améliorer la sécurité dans sa ville, le Maire de La Rochelle a sollicité dès ce vendredi le renforcement de La présence des forces de l’ordre - Police nationale et opération sentinelle - dans les lieux les plus fréquentés et en particulier autour du Vieux-Port et a pris un arrêté pour installer un nouveau dispositif anti-bélier aux abords du Vieux-Port. Sous la forme de chicanes placées sur les voies d’accès, ces équipements sont destinés à ralentir les véhicules qui arriveraient trop rapidement, tout en autorisant le passage des bus et des véhicules de secours.

  • 18/08/17 | Emploi : #Recrutemoisitupeux pour faire se rencontrer l’offre et la demande

    Lire

    Site d'offres d'emploi du Lot-et-Garonne, Emploi47.fr lance l’évènement #Recrutemoisitupeux, l’après-midi du 14 septembre, au Centre des Congrès d’Agen. C’est une rencontre directe sans CV, entre candidats et employeurs, au cours de laquelle les employeurs échangeront avec 2 ou 3 candidats en même temps pendant une durée limitée.

  • 18/08/17 | Rochefort honore La Fayette

    Lire

    C'est joliment annoncé dans ce communiqué: "tout au long de l'été, Rochefort invite La Fayette à présider l'ensemble de ses manifestations culturelles. Avec l'exposition au musée Hèbre des pièces exceptionnelles qui retracent sa vie, les conférences, les noctambulations et les nombreuses animations organisées tout l'été, c'est une toute autre ambiance qui vous attend le dernier week-end d'août. Les 26 et 27, vous serez alors plongé dans la vie de ce héros des deux mondes, vous côtoierez le siècle des Lumières et croiserez des personnages costumés dans les rues de la ville."

  • 09/08/17 | En Lot-et-Garonne, un soutien aux entreprises en difficulté

    Lire

    Pour faire face aux complexités de leurs fonctions (difficultés organisationnelles ou économiques), les chefs d'entreprise peuvent être conseillés et aidés grâce au Centre d’Information sur la Prévention des difficultés des entreprises (CIP) de Marmande - Villeneuve-sur-Lot. Ce service est gratuit et apporte un accompagnement personnalisé aux chefs d’entreprises, en l’absence de Tribunal de Commerce.

  • 04/08/17 | Annulation de 300 M€ de dotations de l’Etat aux collectivités locales. Pierre Camani réagit

    Lire

    Pierre Camani, président du CD47, sénateur et membre du groupe de travail sur les difficultés des Départements ruraux estime que cette annonce est « un nouveau coup dur. C'est une décision inattendue et incompréhensible, alors même que le Président de la république s’était montré rassurant envers les élus locaux lors du lancement de la Conférence nationale des Territoires. (…) Pour autant, ce mauvais signal envoyé aux collectivités locales n'entache pas ma détermination à poursuivre le combat. »

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Nos partenaires


Agriculture | S'installer en Agriculture : de nouvelles opportunités de financements

17/02/2017 | La Chambre d'agriculture de la Dordogne a consacré une journée aux financements innovants afin d'aider les futurs agriculteurs du département à s'installer.

Hélène de la Bardonnie, agricultrice fut le grand témoin de cette matinée consacrée aux financements innovants

L'installation en agriculture nécessite des capitaux importants. Les emprunts bancaires et l'autofinancement constituent les principales sources de financements. Cependant des dispositifs complémentaires ou alternatifs (prêts d'honneur, financements participatifs) peuvent être mobilisés. Ils sont utilisés pour conforter l'installation et assurer la trésorerie au démarrage de l'activité. Les différents dispositifs existants ont été présentés à l'occasion d'une journée organisée par la Chambre d'agriculture et illustrés par des témoignages d'exploitants périgourdins récemment installés.

En 2015 en Dordogne,  sur 119 dossiers d'installations en agriculture, 69 l'ont été en hors cadre familial. Sur les deux dernières années, les jeunes agriculteurs installés en hors cadre familial représentent 58 % des  dossiers.  Aujourd'hui, la, la moyenne d'âge de ces nouveaux exploitants atteint 35 ans, contre 27 ans, il y a sept ans. Beaucoup de porteurs de projet, trop âgés,  sont donc non éligibles à la Dotation jeune agriculteur (DJA) et ont eu un autre vécu professionnel. Et les projets agricoles impliquent des capitaux importants. Différents dispositifs existent : les prêts d'honneur, le financement participatif, les sociétés de cautionnement, les solutions de sûretés sur stocks.
Le prêt d'honneur est un prêt personnel sans intérêts et sans garanties. Il est destiné à renforcer les fonds propres de l'entreprise et à faciliter le financement bancaire. Depuis quelques années, il est accessible aux porteurs de projets agricoles. Il s'adresse souvent aux candidats hors cadre familial ou non issus du secteur agricole. Le département de la Dordogne était précurseur dans ce dispositif, qui est étendu à l'ensemble de la Nouvelle Aquitaine.  " Les montants des prêts varient entre 5000 et 20 000 euros; remboursables sur une période de 5 à 7 ans. Ce sont des prêts personnels et servent souvent d'apports. Depuis 2010, nous avons financé 75 entreprises agricoles, permis la création ou la sauvegarde de 100 emplois. Le taux de pérennité à trois ans atteint 96,4 %. Une des forces du dispositif, c'est l'accompagnement, à la fois par la chambre d'agriculture et le système de parainage mis en place," explique Anne Cluzeau Pedenon, d'Initiative Périgord, la plateforme locale.
A 45 ans, après une première vie professionnelle bien remplie dans le domaine de la petite enfance et des jouets, Helène de la Bardonnie avait le projet de d''installer sur le domaine familial à Véline pour cultiver des plantes médicinales et aromatiques en biodynamie. "Mon idée  de départ était de lier l'agriculture et le tourisme, je projette également de louer des habitats insolites (cabanes sur pilotis avec vue sur la vallée), témoigne l'agricultrice.  Elle a bénéficié d'un prêt d'honneur pour un montant de 20 000 euros, qui lui a permis de souscrire à un prêt bancaire classique à hauteur de 30 000 euros.

Financement participatif
Elle aussi obtenu un financement participatif grâce à la plateforme Miimosa pour un montant de 2345 euros sur 3500 euros espérés. Le financement participatif vient de plus en plus souvent en complément de financements plus classiques. Les banques développent aujourd'hui ce type de dispositifs. Le crédit mutuel du sud Ouest en partenariat avec le jounal Sud Ouest a lancé Sokengo.fr, une plateforme dédiée à des projets issus du territoire. La plate-forme reccueille les dons avec ou sans contrepartie. Dans un don avec contrepartie, le porteur de projet prévoit d’offrir un cadeau Tous les projets sont validés par un comité de sélection avant leur mise en ligne. Lorsqu ’un porteur de projet présente son idée sur la plate-forme SoKengo, il fixe le montant de la somme qu’il veut réunir et détermine la durée adéquate pour atteindre son objectif. Une campagne ne peut pas se prolonger plus de trois mois. Le Crédit agricole est lui partenaire de  Bulb in Town, une autre plateforme. En règle générale, il faut atteindre 70 % du montant des objectifs de la cagnotte pour activer le dispositif. 

Limiter les cautions personnelles
De nombreux porteurs de projets, ayant peu d'apports personnels, et un certain patrimoine, hésitent à s'engager en raison des garanties exigées par les banques lorsqu'ils souscrivent un prêt. Aujourd'hui, des solutions existent pour limiter les cautions personnelles. Lors de son projet d'installation, Hélène de la Bardonnie avait l'objectif de limiter la caution personnelle et préserver le patrimoine famillial. Elle a aussi bénéficier de l'intervention d'une société de caution qui a offert une garantie à hauteur de 70 % du montant de l'emprunt. Dans son dossier, le Fonds de garantie à l'initiative des femmes est intervenu. Le FGIF peut être attribué à toutes les femmes qui veulent créer, développer ou reprendre une entreprise ; et ce quels que soient le statut  de la créatrice (salariée, sans emploi…), la forme juridique de l’entreprise, son secteur d’activité. La quotité garantie maximale est de 70%. Le montant de garantie maximal est limité à 45 000 €. 
Au cas où une autre garantie serait mobilisée en plus du FGIF, la quotité maximale des deux garanties est limitée au plus à 80%,  l’établissement prêteur conservant, dans tous les cas, au moins 30% du risque. D'autres organismes proposent ce type de solution : exemple le SIAGI, qui était à l'origine destiné au milieu artisanal et aux professionnels libérales qui s'est ouvert aux agriculteurs.

Claude-Hélène Yvard
Par Claude-Hélène Yvard

Crédit Photo : Chambre d'agriculture de la Dordogne

Partager sur Facebook
Vu par vous
4818
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Agriculture
Agriculture
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 21 + 14 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

A lire ailleurs sur aqui.fr