aqui.fr lance Aqui-Bordeaux-Métropole le 9 novembre 2015

31/08/16 : La Fédération des producteurs de lait de la Dordogne organise une nouvelle action aujourd'hui de 14 h à 16 h devant l'usine Fromarsac à Marsac- sur- l'Isle, qui appartient au groupe Savencia.

30/08/16 : Traité transatlantique: Matthias Fekl, secrétaire d'état au commerce extérieur ce 30 août à RMC: " Nous sommes à un moment de vérité et de décision. À la fin du mois de septembre, je demanderai au nom de la France l'arrêt des négociations sur le Tafta»

26/08/16 : Eric SUZANNE nommé sous-préfet de Langon, auparavant sous-préfet de Villefranche-de-Rouergue (Aveyron), prendra officiellement ses nouvelles fonctions le 5 septembre en remplacement de Frédéric CARRE, nommé sous-préfet de Saint-Paul (la Réunion).

26/08/16 : Hamel-Francis MEKACHERA, précédemment secrétaire général de la préfecture des Alpes-de-Haute-Provence a été nommé sous-préfet de Libourne en remplacement d’Eric de WISPELAERE, nommé secrétaire général de la préfecture de Mayotte.

26/08/16 : Emmanuelle Cosse, ministre du Logement et de l’Habitat durable, ouvrira les Entretiens d’Inxauseta à Bunus, au Pays basque, ce vendredi 26 août à 13h30 et participera à la table ronde « les enjeux du logement pour le prochain quinquennat ».

25/08/16 : Guillaume Duval rédacteur en chef d'"Alternatives économiques" traitera du TAFTA lors des Escapades républicaines organisées par "les Ateliers de Marianne" le 3 septembre à partir de 9h à Saint-Symphorien lors du compte rendu de mandat de G. Savary

- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 30/08/16 | Le président de la FRSEA réagit à l'accord trouvé avec Lactalis

    Lire

    Henri Bies-Péré, président de la FRSEA de la Nouvelle Aquitaine et éleveur laitier dans les Pyrénées Atlantiques, a réagi en fin de matinée, alors qu'il se trouvait en réunion en Dordogne, au sujet de l'accord trouvé avec le groupe Lactalis. "290 euros les mille litres de lait de moyenne jusqu'à la fin de l'année, c'est une avancée. Cet accord va suspendre les actions mais pas les discussions avec les autres transformateurs. Les organisations de producteurs doivent ouvrir des négociations avec les autres groupes. "

  • 29/08/16 | La traversée de St-Pierre de Chignac est interdite jusqu'à vendredi

    Lire

    Les automobilistes qui ont l'habitude de traverser St- Pierre -de-Chignac, à l'est de Périgueux, par la D6089 doivent modifier leur itinéraire. La route est coupée jusqu'au vendredi 2 septembre, du fait de travaux de réfection de chaussée réalisés par le Conseil départemental. Des déviations sont mises en place, pour tous les véhicules , par la D 710 entre Niversac et Les Versannes, la D 6 entre Les Versannes et Rouffignac , et la D 31 entre Rouffignac et Thenon.

  • 29/08/16 | Jean Lassalle : "François Bayrou n'est plus dans le coup"

    Lire

    Candidat à la présidence de la République, le député béarnais Jean Lassalle va lancer son mouvement en octobre prochain. Le parlementaire, qui a quitté le Modem, a estimé sur France Bleu Béarn que François Bayrou, avec lequel il a été très lié, "n'est plus dans le coup" et qu'il "n'est pas l'homme de la situation". Selon lui,"on ne peut plus dire que l'on va rembourser la dette à des gens qui ne peuvent plus payer la première semaine du mois", ni plaider pour une Europe en laquelle les habitants ne croient plus. Jean Lassalle dit disposer pour le moment de 200 parrainages.

  • 26/08/16 | La Fête de l'Arbre : 26 et 27 novembre

    Lire

    Trois mois, encore trois mois, avant la Fête de l'Arbre et des fruits d'antan : le grand rendez vous automnal que le Conservatoire végétal régional de Montesquieu en Lot-et-Garonne donne aux amoureux de la diversité fruitière -7000 visiteurs l'an passé- aura lieu en effet les samedi 26 et dimanche 27 novembre. L'occasion d'y découvrir quelques 500 variétés de fruits, d'en déguster et acquérir quelques uns et de repartir de ce rendez vous avec les arbres issus des pépinières du Conservatoire... de s'informer aussi des techniques de greffage, de plantation, de taille...» (www.conservatoirevegetal.com)

  • 24/08/16 | Luc Grislain nouveau président du GIPSO

    Lire

    Luc Grislain qui succède à Alexandrine Roubière est depuis 1993 Directeur de l'Institut de Pharmacie Industrielle à l'Université de Bordeaux. Son laboratoire spécialisé dans le développement pharmaceutique gère de nombreux projets dans le domaine de la mise au point de médicaments pour des maladies tropicales.Il est également co-fondateur avec le Groupe Bertin Technologies de Bertin Pharma, une spin off de l'Université de Bordeaux, société de R&D dans le domaine Pharmaceutique créée en 1999 et qui emploie à ce jour plus de 130 collaborateurs, dont la moitié est basée en Aquitaine.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Elections régionales 2015 Innov'action et Agriculture

Nos partenaires


Agriculture | Sabine Vanhoorne, éleveuse de chèvres en Dordogne

04/07/2013 | Depuis mars 2012, Sabine Vanhoorne entame une deuxième vie professionnelle. Devenue agricultrice, elle fabrique des fromages de chèvres qu'elle commercialise en direct.

Sabine Vanhoorne fabrique ses fromages de chèvres qu'elle vend sur les marchés

Sabine Vanhoorne fait partie de cette nouvelle génération d'agriculteurs. Elle s'est installée à plus de 40 ans, après une vie professionnelle bien remplie. Depuis mars 2012, elle élève des chèvres sur Hautefort. Avec le lait, elle fabrique des fromages qu'elle vend en direct sur les marchés et sur sa ferme. Les situations comme Sabine représentent, selon la Chambre d'agriculture de la Dordogne, deux installations sur trois sur le département. C'est ce qui a conduit, la chambre consulaire à mettre en place un dispositif de prêt d'honneur à 0% pour les agriculteurs s'installant sans DJA.

Responsable d'une petite exploitation agricole sur la commune d'Hautefort depuis le printemps 2012, Sabine Vanhoorne, affiche un large sourire au milieu de son troupeau de chèvres. Avec son mari Marc et ses trois enfants, elle a un réalisé un rêve et n'a aucun regret, même s'il reste beaucoup de choses à faire. "Nous ne sommes pas issus du milieu agricole, même si enfant, j'ai toujours eu une affection pour les chèvres, alors que les vaches m'impressionnent. Le licenciement de mon mari, ancien salarié de l'usine PSA de Rennes, a été un déclic. À l’époque, je travaillais pour la grande distribution de nuit. Lui avait des horaires décalés, des permanences de week-end à assumer. Nous passions notre temps à nous croiser. Moi, en tant que maman, je profitais peu de mes enfants. C'était une course permanente. Nous avons eu envie de changer de vie, de développer une activité qui nous permette de travailler ensemble," détaille Sabine Vanhoorne. 
 Très vite, le couple réfléchit au milieu agricole. Ils vendent  leur maison de la banlieue rennaise, achètent un camping car. Ils décident de suivre une formation agricole pour adultes. "Nous avons obtenu tous les deux nos BPREA en Ardèche. Ce niveau de diplôme permet l'installation. En entamant cette formation, nous voulions aussi savoir si cette activité allait nous plaire.


Expériences de woofing.Après plusieurs expériences de woofing* dans plusieurs fermes notamment en Gironde, nous avons été confortés dans notre idée." Le couple achète une ancienne exploitation sur la commune d'Hautefort au cours de l'été 2011. "Il y avait beaucoup à faire, au niveau de l'exploitation, de la maison d'habitation qui est loin d'être achevée. La priorité était de créer des bâtiments pour abriter les chèvres et de créer un laboratoire aux normes pour la fabrication de fromages. Nous voulions débuter l'activité au plus vite," explique l'agricultrice. En mars 2012, Sabine devient officiellement agricultrice : Je me suis installée avec moins de dix hectares de SAU, j'ai bénéficié d'un système dérogatoire. J'ai cinq ans pour atteindre ce seuil." Son mari, Marc fait actuellement des remplacements en tant que salarié sur les fermes du secteur et lui donne un coup de main pour la vente des fromages sur les marchés : Périgueux, Brive, Objat, Thenon. "Nous avons opté pour la vente directe, pour être en contact avec le consommateur."

Dispositif unique Quelques semaines après son installation, Sabine Vanhoorne est contactée par la chambre d'agriculture de la Dordogne. Elle apprend qu'elle peut bénéficier d'un dispositif de prêt d'honneur à 0% réservé aux agriculteurs s'installant sans Dotation au Jeune Agriculteur (DJA).  "Je n'ai pas cherché à avoir des aides. Pour moi, à plus de 40 ans, je n'avais droit à rien. " Avec l'aide de Christophe Deffarges, responsable installation de la chambre d'agriculture, un dossier est constitué, validé et accepté après un passage en commission. Ainsi, l’agricultrice a pu obtenir un prêt d’honneur de 15 000 euros de  ce fonds agricole Périgord Initiative. Ce qui lui a permis d’acquérir en février dernier, des terres supplémentaires. 
"Après avoir balayé bon nombre de formules, nous avons découvert le système des prêts d'honneur à 0%, réservé au commerce et à l'artisanat. Nous avons beaucoup travaillé avec Périgord Initiative pour créer ce fonds en décembre 2010. Concrètement, ce fonds a pour objectif l'attribution de prêts d'honneur, compris dans une fourchette de 5 000 à 20 000 euros remboursable sur une période de 2 à 5 ans, explique Christophe Deffarges. Ce dispositif a permis de financer 57 installations en deux ans et demi. Il intéresse d'autres régions. 

*Travail bénévole dans une exploitation agricole généralement en agriculture biologique ou raisonnée

Claude-Hélène Yvard
Par Claude-Hélène Yvard

Crédit Photo : Claude-Hélène Yvard

Partager sur Facebook
Vu par vous
1082
Aimé par vous
11 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Agriculture
Agriculture
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 3 + 15 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

A lire ailleurs sur aqui.fr