aqui.fr lance Aqui-Bordeaux-Métropole le 9 novembre 2015

30/04/16 : Une ancienne MDSI dans le quartier Saint-Michel est devenue le nouvelle "Maison du mouvement" de Nuit Debout. Ouverte par des membres de plusieurs collectifs, elle doit accueillir des débats. La mairie s'est donnée trois jours de délais avant de négocier.

28/04/16 : A ce jour, l'EPCI, l'intercommunalité unique Pays basque a obtenu le vote favorable de 64 communes pour et 19 contre sur 158, c'est à dire représentant 149 390 habitants sur 258 298, c'est à dire qu'elles représentent plus de 50% de la population.

26/04/16 : La Cour Régionale des Comptes a annoncé un déficit annuel d'exploitation de 1,6 millions d'euros pour l'Auditorium de Bordeaux, une charge supplémentaire de 1,3 millions d'euros pour l'Opéra. En 2015, la mairie avait diminué sa subvention annuelle d'1M€

25/04/16 : Martine Alcorta, conseillère régionale EELV déléguée à l'innovation sociale, a annoncé l'ouverture ce lundi d'un comité de pilotage pour l'étude de faisabilité d'un revenu de base universel dans certains territoires volontaires de la grande région.

25/04/16 : Les élus Les Républicains/CPNT du Conseil régional se sont associés "à la tristesse du monde rural basco-béarnais" après le décès de Jean-Michel Anxolabehere, président de la chambre d'agriculture des Pyrénées Atlantiques, décédé dimanche.

14/04/16 : Le film "La Mort de Louis XIV" sera projeté hors compétition du festival de Cannes, qui se déroulera du 11 au 22 mai. Ce long-métrage de l'Espagnol Albert Serra a été principalement tourné en Dordogne, au château de Hautefort, à l'automne dernier.

- Publicité -
S’abonner ici !
- Publicité -
  • 03/05/16 | Semaine nationale de l’apprentissage du 9 au 13 mai

    Lire

    A l'occasion de la semaine nationale de l'apprentissage, des jeunes sélectionnés par la Mission locale de l'Agenais sont attendus à la CCI47 le mardi 10 mai de 15h à 17h pour en savoir plus sur le contrat d’apprentissage, le statut des jeunes dans l’entreprise, les métiers, la recherche d’entreprise, participer à une rencontre « Job Dating Alternance/Apprentissage » avec des chefs d’entreprise lot-et-garonnais et rencontrer des conseillers CCI.

  • 29/04/16 | Rousset et Fnsea : convergence de vues

    Lire

    Le Bureau de la FNSEA ALPC a rencontré ce 29 avril Alain Rousset pour lui faire part de l’inquiétude des agriculteurs qui " attendent un engagement fort de la Région, désormais autorité de gestion du FEADER. Le Conseil Régional devra veiller, dans les politiques agricoles qu’il met en œuvre, aux conditions de pérennité de notre agriculture productive, innovante, performante et créatrice de valeur ajoutée et d’emploi." La profession agricole a "salué l’accompagnement de la Région dans le cadre du Plan de Compétitivité et d’Adaptation des Exploitations agricoles (PCAE)"

  • 29/04/16 | Le Conseil régional finance la culture du 47

    Lire

    Le Conseil régional vient de mettre la main à la poche pour aider financièrement à hauteur de 10.000€ la 17ème édition du festival « Garonna Show » (8 et 9 juillet) à Port-Sainte-Marie ; de 12.000€ la 54ème édition du « Festival de Bonaguil » (2 au 7 août)) ; de 8.000€ la 22ème édition du « Festival International Bastid'Art » (4 au 7 août) à Miramont de Guyenne.

  • 29/04/16 | L'évèque de Bayonne saisit le Parquet pour actes de pédophilie

    Lire

    Mgr Aillet, évèque du diocèse de Bayonne a saisi le Parquet pour signaler des actes de pédophilie concernant un de ses prêtres. Celui-ci, ancien curé de la paroisse Saint-Étienne et la semaine dernière encore, prêtre coopérateur de Saint-Pierre d'Irube, a fait deux tentative de suicide suite à une affaire familiale en 1991 et en 2007 concernant un jeune fille du quartier Saint-Étienne. Faisant fi de la présomption d'innocence, le prélat publie sur internet une lettre où est mentionnée son identité.

  • 29/04/16 | Le joli mois de l'Europe, en mai, dans les Pyrénées-Atlantiques

    Lire

    Comprend-t-on bien l'Europe ? Sait-on réellement ce qu'est l'Union européenne et comment elle fonctionne ? Avons-nous toutes les cartes en main pour comprendre les crises actuelles ? Pour répondre à ces questions et bien d'autres encore, tout une série de rencontres et d'animations sont organisées du 2 mai jusqu'au 4 juin dans les Pyrénées-Atlantiques. Qu'il s'agisse de conférences, ciné-débat, expositions, animations scolaires etc. Tout le programme peut être consulté sur http://www.europe-direct-ppa.fr

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Elections régionales 2015 Innov'action et Agriculture

Nos partenaires


Agriculture | Sabine Vanhoorne, éleveuse de chèvres en Dordogne

04/07/2013 | Depuis mars 2012, Sabine Vanhoorne entame une deuxième vie professionnelle. Devenue agricultrice, elle fabrique des fromages de chèvres qu'elle commercialise en direct.

Sabine Vanhoorne fabrique ses fromages de chèvres qu'elle vend sur les marchés

Sabine Vanhoorne fait partie de cette nouvelle génération d'agriculteurs. Elle s'est installée à plus de 40 ans, après une vie professionnelle bien remplie. Depuis mars 2012, elle élève des chèvres sur Hautefort. Avec le lait, elle fabrique des fromages qu'elle vend en direct sur les marchés et sur sa ferme. Les situations comme Sabine représentent, selon la Chambre d'agriculture de la Dordogne, deux installations sur trois sur le département. C'est ce qui a conduit, la chambre consulaire à mettre en place un dispositif de prêt d'honneur à 0% pour les agriculteurs s'installant sans DJA.

Responsable d'une petite exploitation agricole sur la commune d'Hautefort depuis le printemps 2012, Sabine Vanhoorne, affiche un large sourire au milieu de son troupeau de chèvres. Avec son mari Marc et ses trois enfants, elle a un réalisé un rêve et n'a aucun regret, même s'il reste beaucoup de choses à faire. "Nous ne sommes pas issus du milieu agricole, même si enfant, j'ai toujours eu une affection pour les chèvres, alors que les vaches m'impressionnent. Le licenciement de mon mari, ancien salarié de l'usine PSA de Rennes, a été un déclic. À l’époque, je travaillais pour la grande distribution de nuit. Lui avait des horaires décalés, des permanences de week-end à assumer. Nous passions notre temps à nous croiser. Moi, en tant que maman, je profitais peu de mes enfants. C'était une course permanente. Nous avons eu envie de changer de vie, de développer une activité qui nous permette de travailler ensemble," détaille Sabine Vanhoorne. 
 Très vite, le couple réfléchit au milieu agricole. Ils vendent  leur maison de la banlieue rennaise, achètent un camping car. Ils décident de suivre une formation agricole pour adultes. "Nous avons obtenu tous les deux nos BPREA en Ardèche. Ce niveau de diplôme permet l'installation. En entamant cette formation, nous voulions aussi savoir si cette activité allait nous plaire.


Expériences de woofing.Après plusieurs expériences de woofing* dans plusieurs fermes notamment en Gironde, nous avons été confortés dans notre idée." Le couple achète une ancienne exploitation sur la commune d'Hautefort au cours de l'été 2011. "Il y avait beaucoup à faire, au niveau de l'exploitation, de la maison d'habitation qui est loin d'être achevée. La priorité était de créer des bâtiments pour abriter les chèvres et de créer un laboratoire aux normes pour la fabrication de fromages. Nous voulions débuter l'activité au plus vite," explique l'agricultrice. En mars 2012, Sabine devient officiellement agricultrice : Je me suis installée avec moins de dix hectares de SAU, j'ai bénéficié d'un système dérogatoire. J'ai cinq ans pour atteindre ce seuil." Son mari, Marc fait actuellement des remplacements en tant que salarié sur les fermes du secteur et lui donne un coup de main pour la vente des fromages sur les marchés : Périgueux, Brive, Objat, Thenon. "Nous avons opté pour la vente directe, pour être en contact avec le consommateur."

Dispositif unique Quelques semaines après son installation, Sabine Vanhoorne est contactée par la chambre d'agriculture de la Dordogne. Elle apprend qu'elle peut bénéficier d'un dispositif de prêt d'honneur à 0% réservé aux agriculteurs s'installant sans Dotation au Jeune Agriculteur (DJA).  "Je n'ai pas cherché à avoir des aides. Pour moi, à plus de 40 ans, je n'avais droit à rien. " Avec l'aide de Christophe Deffarges, responsable installation de la chambre d'agriculture, un dossier est constitué, validé et accepté après un passage en commission. Ainsi, l’agricultrice a pu obtenir un prêt d’honneur de 15 000 euros de  ce fonds agricole Périgord Initiative. Ce qui lui a permis d’acquérir en février dernier, des terres supplémentaires. 
"Après avoir balayé bon nombre de formules, nous avons découvert le système des prêts d'honneur à 0%, réservé au commerce et à l'artisanat. Nous avons beaucoup travaillé avec Périgord Initiative pour créer ce fonds en décembre 2010. Concrètement, ce fonds a pour objectif l'attribution de prêts d'honneur, compris dans une fourchette de 5 000 à 20 000 euros remboursable sur une période de 2 à 5 ans, explique Christophe Deffarges. Ce dispositif a permis de financer 57 installations en deux ans et demi. Il intéresse d'autres régions. 

*Travail bénévole dans une exploitation agricole généralement en agriculture biologique ou raisonnée

Claude-Hélène Yvard
Par Claude-Hélène Yvard

Crédit Photo : Claude-Hélène Yvard

Partager sur Facebook
Vu par vous
527
Aimé par vous
11 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Agriculture
Agriculture
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 5 + 11 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires