08/08/22 : En raison de la sécheresse et des prévisions météos pour la semaine, les forêts du Pignada et du Lazaret à Anglet (64) sont fermées à compter du lundi 8 août, 18 H. Une décision prise en prévention du risque maximal de départ de feu.

08/08/22 : Météo France place le département des Landes en vigilance jaune canicule à compter de ce lundi 14h00. La vague de chaleur prévoit des températures minimales comprises entre 18 °C et 20 °C la nuit et 36 °C à 38 °C en journée.

08/08/22 : La première édition de Biarritz Hall Music Festival avec les meilleurs artistes de la scène électro française a lieu le 12 et 13 août. L’équipe est à la recherche de bénévoles pour l'accueil, le bar, les animations, la logistique... pour s’inscrire:+ d'info

05/08/22 : Le festival Paseo ouvre ce 5 août à Bayonne. Entièrement gratuit, il propose un rendez-vous par soir de l’été, avec musique, chant, danse ou performance artistique. Inédit: des déambulations musicales gentiment déjantées les lundis.+ d'info

03/08/22 : La poudrerie Eurenco à Bergerac, classée Seveso, a connu plusieurs explosions ce 3 aout, en début d’après-midi. Un incendie dans un bâtiment de stockage s'est déclaré, mais il ne progresse plus. Huit personnes sont blessées. Le personnel est évacué.

03/08/22 : Entre 1,1 et 1,2 million de personnes ont participé à la 90 édition des fêtes de Bayonne pendant cinq jours et cinq nuits, en augmentation de 15 % par rapport à 2019. Le nombre de violences constatées a baissé.

03/08/22 : Depuis ce mercredi 3 août minuit, le département des Landes est placé en vigilance rouge (Niveau 4 sur une échelle de 5) pour le risque d'incendies en forêt.

03/08/22 : A compter du mercredi 3 août à midi, le Lot-et-Garonne passe simultanément en vigilance orange canicule, et vigilance rouge (vigilance très élevée - niveau 4 sur une échelle de 5) pour le « risque feux de forêt ».

02/08/22 : Un nouvel incendie s'est déclaré ce mardi à Laluque (Landes). 30 ha de pins ont déjà brulé. Deux maisons sont évacuées préventivement. Deux canadairs et un DASH réalisent des largages. 169 pompiers sont engagés. Sept trains sont immobilisés.

02/08/22 : L’incendie débuté dimanche 31 juillet à Mano (Landes) est fixé. Il est toujours actif mais contenu sur 300 ha. 100 sapeurs-pompiers, et 13 gendarmes sont encore sur place. Une partie des habitants évacués est autorisée à regagner son domicile.

01/08/22 : GIRONDE - Au vu des conditions météorologiques, le département a été placé en vigilance rouge par la préfecture (risque très élevé, niveau 4 sur 5) pour le risque d’incendies en forêt, à compter du 1er août 2022 et jusqu’à nouvel ordre.

28/07/22 : Face à la faible participation du public sur le projet de modification de la charte départementale des utilisateurs agricoles de produits phytopharmaceutiques, la préfecture 64 a décidé d'allonger le délais de la consultation jusqu'au 15 août 2022.+ d'info

27/07/22 : Au 2ème trimestre 2022, en Nouvelle-Aquitaine, le nombre de demandeurs d’emploi tenus de rechercher un emploi et sans activité (catégorie A) affiche une baisse de 1,5 % sur le trimestre et de 16,8 % sur un an.

25/07/22 : Les feux de Landiras et la Teste de Buch sont désormais fixés, après 12 jours de lutte. 131 km de pare-feu et lignes d'appui réalisés avec la DFCI, les acteurs de la filière, bénévoles, agriculteurs et chasseurs. Les habitants évacués rentrent chez eux.

20/07/22 : Thomas Cazenave, député Renaissance de Gironde, est élu président de la délégation parlementaire aux collectivités et à la décentralisation. Avec un parcours de haut-fonctionnaire plutôt que d'élu territorial, il remplace le Gersois, Jean-René Cazeneuve.

- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 08/08/22 | Littoral royannais: tout savoir sur les conditions de baignade !

    Lire

    Afin de faciliter l'information des usagers sur les conditions de baignade des 22 zones aménagées et surveillées des 7 communes littorales du territoire de l'agglomération de Royan, une page internet a été créée permettant de localiser les postes de secours et connaitre en temps réel : la couleur du drapeau de baignade, les horaires de surveillance, la météo, les températures de l’eau et de l’air, les horaires et coefficients de marées et le panneau du plan de la plage. Ce site lancé mi-juillet et encore en expérimentation est disponible à l’adresse : plages.agglo-royan.fr

  • 08/08/22 | Viticulture: le prolongement des PGE et l’arrachage restent en suspens

    Lire

    La chambre d'agriculture de Gironde a renouvelé sa demande de prolongation, sans pénalité, des Prêts Garantis par l'Etat (PGE), auprès du ministre de l'agriculture, Marc Fesneau. Le président Jean-Louis Dubourg espère qu’une solution puisse être trouvée au moins pour les sinistrés des épisodes climatiques de cette année. Concernant la demande d’une prime à l’arrachage, le Ministre souhaite trouver une solution adaptée aux besoins des différents bassins de production viticole.

  • 05/08/22 | Risque très sévère de feux de forêt en Charente-Maritime

    Lire

    A compter de ce samedi 6 août, le département Charente Maritime est en alerte très sévère. Tout feu de plein air ou feu d'artifice est interdit. Seuls les feux d’artifices tirés depuis la mer sont autorisés. Les manifestations festives, culturelles et sportives sont interdites dans l’ensemble massifs boisés du département. L’accès aux bois, forêts et landes des communes du massif de La Double Saintongeaise qui compte 29 communes est interdit.

  • 05/08/22 | Marzet Electrolyse fait sa transition énergétique

    Lire

    A Châtellerault, Marzet Electrolyse est spécialisé dans le traitement de surface des métaux et le zingage pour tous les domaines industriels. Afin de s'inscrire dans une démarche de développement durable, la PME change le mode de chauffage des bains de traitement de surface en remplaçant les résistances électriques par une installation fonctionnant à partir de la chaleur produite par un système de 2 pompes à chaleur. Cet investissement permettra de réduire la consommation énergétique de l'entreprise de 130 Mwh/an.

  • 05/08/22 | Sècheresse : Les Pyrénées-Atlantiques étendent les restrictions

    Lire

    Après avoir pris des restrictions sur l'usage de l'eau dans 26 communes des Pyrénées-Atlantiques, la préfecture vient d'élargir la zone de restriction à 76 communes supplémentaires au sud et à l'ouest du Pays Basque ainsi que sur le secteur d'Orthez. L'arrosage y est donc interdit de 8h à 20h. Le lavage des véhicules, tout comme le remplissage des piscines est strictement interdit. Et la ville de Biarritz suspend les douches et robinets sur les plages.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Agriculture | Foncier agricole, un marché en hausse en Charente-Maritime

27/12/2021 | Dans son bilan annuel, la Safer de Charente-Maritime constate une hausse des ventes et des demandes de terres

Champs en Saintonge

Dans son bilan annuel, la Société d'aménagement foncier et d'établissement rural (Safer) de Charente-Maritime dresse un bilan à la hausse de ses activités : préemptions, stockages, ventes. Les candidats au rachat du foncier agricole sont également toujours plus nombreux. Paul Arnold, Directeur Départemental de la Safer de Charente-Maritime, explique à Aqui! les tenants et les aboutissants de cette évolution, liée à la conjoncture économique et aux spécificités du territoire.

@qui ! : Comment fonctionne la Safer de Charente-Maritime ? A-t-elle un fonctionnement identique aux autres Safer de France ou a-t-elle des spécificités liées aux particularités du territoire ?Paul,Arnold, directeur de la Safer de Charente-Maritime

Paul Arnold : C’est un peu des deux ! La Charente-Maritime est un département avec une multitude de productions, qui va de la grande culture céréalière à l’élevage, en passant par la viticulture et la conchyliculture. On a également des territoires insulaires, avec des problématiques qui lui sont spécifiques. On est également sur un secteur très touristique où il y a énormément de projets de construction d’infrastructures par des collectivités locales. Il y a donc énormément d’interactions entre tous les opérateurs du foncier. Il existe également de gros enjeux sur l’eau – sa qualité, mais aussi sa quantité. La Safer de Charente-Maritime  a une convention de partenariat avec le principal syndicat de l’eau du département, Eau 17, pour préserver la ressource en eau, créer de nouveaux ouvrages, etc. A ces problématiques s’ajoutent celle de la protection des oiseaux migrateurs, nombreux sur le département. Nous avons donc également une convention avec la LPO. Ainsi qu’avec la fédération de chasse, cette pratique étant très présente dans ces zones rurales, en particulier la chasse à la tonne. Toutes ces particularités font que la Charente-Maritime est le département dans lequel la Safer exerce le plus de préemptions. Elles représentent plus d’un quart des préemptions de Nouvelle-Aquitaine. Mais c’est aussi le département dans lequel il y a le plus grand nombre de concurrents par dossier. Cela va de 5 à 7 candidats pour du foncier standard à une trentaine de candidats pour des terres viticoles. En 2021, on a eu plus de 850 candidatures, dans lesquelles on retrouve aussi bien des particuliers que des collectivités locales.

 

@!: Combien de dossiers sont traités annuellement par la Safer 17?

P.A : La Charente-Maritime fait partie des trois départements de Nouvelle-Aquitaine où il y a le plus grand nombre de notifications de ventes, avec la Dordogne et la Gironde, qui oscille entre 2500 et 8000 actes par an. Pour l’année  2021, la Safer 17 a traité environs 80 dossiers de préemption – on est généralement autour d’une centaine – pour 300 actes de ventes notariées. On ne préempte pas tous les terrains qu’on nous signale, soit parce qu’on n’a pas l’accord des services de l’Etat, soit le comité technique de la Safer lui-même refuse le dossier, soit les demandeurs de préemption abandonnent d’eux-mêmes avant la procédure.

 

@!: Cette tendance est stable, en baisse ou en augmentation ?

P.A : En forte augmentation. On est passé progressivement de 180 actes de ventes annuels il y a encore cinq ans à 220 l’an dernier, puis 300 cette année, avec des surfaces égales. C’est essentiellement du petit parcellaire. En 2021, 84% des acquisitions concernaient des lots de moins de 10 hectares, dont la majorité fait moins de un hectare. La plupart sont des lots d’une valeur inférieure à 120 000 euros. On gère environ 1200 hectares par an – on tourne autour des 1500 en 2021.

Graphique de la Safer 17

 

@!: Comment expliquez-vous cette hausse ?

P.A: Il y a plusieurs paramètres à cela. La Safer 17 a augmenté ses effectifs ces dernières années, de 5 à 7 conseillers techniciens, épaulés de quatre assistants, ce qui permet un traitement plus efficace et d’un plus grand nombre de dossiers. On a également multiplié les conventions de partenariat avec les collectivités locales, les coopératives, les syndicats des eaux et même certaines banques. Mathématiquement, un plus grand nombre de personnes pensent à nous pour préempter du foncier. Nous sommes notamment beaucoup appelés par les collectivités dans le cadre de leur aménagement du territoire. Aujourd’hui, nous avons des conventions avec l’ensemble des intercommunalités de Charente-Maritime ; la dernière en date a été signée cette année avec l’agglomération de Royan. Dans les affaires de transmission d’exploitations, on est également de plus en plus contacté par des cédants qui arrivent à l’âge de la retraite sans avoir de repreneur.

 

@!: Selon vous, cette augmentation du nombre de cédants est-elle liée à l’augmentation du nombre d’agriculteurs en âge de partir à la retraite ou est-ce liée à une prise de conscience de la nécessité de laisser les terres arables en milieu agricole ?

P.A.: C’est essentiellement dû à toute une génération qui arrive à l’âge de la retraite. Vu la complexité que représente la transmission d’une exploitation, les notaires et les centres de gestion qui suivent les agriculteurs se tournent vers nous pour les accompagner. Cela marche notamment parce que ces dernières années, nous avons mis en place des outils d’accompagnement avec la Région : le stockage du foncier, le portage, la garantie  formation, des aides financières aux agriculteurs sur les actes notariés dans le cadre d’une installation, etc. La Safer s’occupe de tout. En plus de l’acquisition de foncier, on peut également faire de l’intermédiation locative avec des conventions de mise à disposition. On peut faire aussi une partie vendue, une partie en location et une partie en intermédiation locative. Ca permet de transmettre les exploitations dans leur globalité en fonction des capacités du repreneur, sans se retrouver avec un morcellement des terres.

 

@! : Quels sont les enjeux types, ou les plus courants, de ces terrains pour lesquels on vient vous chercher ?

P.A. : Il y en a de très différents. On peut avoir des transmissions de propriétés agricoles dans leur globalité, avec des bâtiments, du cheptel et du matériel, parfois des salariés. On a aussi des dossiers pour du micro-parcellaire, c’est-à-dire des terrains de 2 ou 3 hectares, avec des personnes qui veulent juste se séparer d’un lot. Et en face, il y a d’autres personnes qui veulent agrandir leur exploitation, ou des collectivités qui veulent faire de l’aménagement du territoire. Pour les collectivités, nous évitons généralement de leur vendre du foncier tout de suite quand ils ont besoin de stock. Par exemple, une intercommunalité qui veut développer une zone d’activités, elle va nous demander de faire de la maîtrise foncière sur un secteur donné, pour pouvoir déloger les exploitants agricoles qui seront sur le périmètre. Dans ce cas, nous saisissons les opportunités lorsque le foncier se présente. On le stocke. Et au moment où la collectivité voudra faire son projet, on pourra déloger les agriculteurs de leurs terres pour leur proposer celles qu’on a stockées à la place.

 

@!: De manière générale, à quoi et à qui sont destinées ces terres que vous revendez après préemption ?  

P.A: Aujourd’hui, sur les 925 hectares que la Safer 17 a en stock conventionné, la majorité (318 ha) de ces terres est destinée à des projets agricoles. On a également un stock important destiné à l’aménagement du territoire (330 ha), type infrastructures routières ou ferroviaires. Cela correspond à une demande du Conseil départemental de la Charente-Maritime qui avait un projet d’autoroute A831. On vient de déstocker une cinquantaine d’hectares, faute de visibilité sur sa faisabilité. Le reste de ce foncier se répartit entre la gestion de l’eau (101ha), la protection de l’environnement (54 ha) et l’aménagement de zones d’activités ( 20ha). Concernant la protection de l’environnement, on le fait généralement pour le compte du Conservatoire des espaces naturels. Cela peut être dans le cadre de compensation d’aménagements type LGV, éolien, etc.

Anne-Lise Durif
Par Anne-Lise Durif

Crédit Photo : Illustration Anne-Lise Durif

Partager sur Facebook
Vu par vous
10888
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Agriculture
Agriculture
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 10 + 14 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

A lire ailleurs sur aqui.fr
Une centaine d'habitants des communes du Pays d'Aunis étaient présentes à la réunion d'informations organisée à Montroy le 26 juillet Agriculture | 29/07/2022

Pollution aux pesticides en plaine d’Aunis, les habitants se mobilisent

cdfr 2022 Agriculture | 25/07/2022

La Safer se penche sur le renouvellement des générations d’agriculteurs de la Gironde

Témoignages de jeunes installés et autres exemples de dossiers d'installations récentes ont animé les présentations de cette CDFR _ © Sylvain Desgroppes Agriculture | 08/07/2022

La Safer active sur un marché dynamique en Dordogne

L'Afdi Nouvelle-Aquitaine est à l'initiative de deux PER au Bénin : un sur la filière de la noix de cajou et un autre sur l'ananas Agriculture | 05/07/2022

Afdi Nouvelle-Aquitaine engagée dans les partenariats économiques en Afrique

Bourse agricole maritime Quai Lomabrd du Port Atlantique La Rochelle Agriculture | 30/06/2022

Bourse agricole La Rochelle-Pallice : un pré bilan en demie teinte

Romain et Audrey Verrier se sont installés en janvier 2022, en tant qu'éleveurs caprins en Deux-Sèvres Agriculture | 30/06/2022

Installation - Transmission: L' "incroyable" nouvelle vie de Romain et Audrey, éleveurs caprins débutants

Illustration Campagne Foncier rural et agricole nouvelle-Aquitaine Agriculture | 28/06/2022

Nouvelle-Aquitaine: Les marchés fonciers ruraux ont battu des records en 2021

Sylvie Marcilly et Cédric Tranquard à sa gauche signent la nouvelle convention Agriculture | 23/06/2022

Charente-Maritime : un partenariat renouvelé entre le département et la chambre d’agriculture

A Mont-Disse en Béarn, Charles Pelanne a vu ses cultures de kiwi et de vignes détruites à 100 % par la grêle. Ici avec Eric Spitz, préfet du département venu constater les dégâts Agriculture | 23/06/2022

Les orages de grêle destructeurs ont lourdement frappé le Béarn

L'équipe d'Euralis dont Laurent Dubain (à droite), DG du pôle agricole d'Euralis, sont venus à la rencontre de Philippe Joseph et de son fils engagés pour 20 ha, dans un contrat Gaïa Agriculture | 21/06/2022

Les agriculteurs rémunérés pour leur engagement agronomique

Sel et marais de l’île de Ré. Agriculture | 09/06/2022

Saliculture : une récolte de sel très précoce

Régis Boisseau, directeur de Semae Sud-Ouest Agriculture | 02/06/2022

Géopolitique, agroécologie, cultures alternatives... la filière semences "se réinvente"

Bruno Millet et Dominique Graciet au Salon de l'agriculture Nouvelle-Aquitiane, devant la vache Haquitanima Agriculture | 31/05/2022

Salon de l'agriculture et après ? " Installer un bruit de fond positif "

Jean-Christophe Roubin, responsable agriculture au CA, Olivier Constantin, Directeur Général du CA Aquitaine, Patrice Gentié, Président du CA Aquitaine et Sandrine Kergosien, Directrice des marchés spécialisés CA Aquitaine Agriculture | 31/05/2022

Le Crédit Agricole d'Aquitaine vent debout face à la crise qui secoue le secteur agricole

Concours national bazadais sur le Salon de l'agriculture Nouvelle-Aquitaine Agriculture | 28/05/2022

Un Concours National Bazadais porté par la jeunesse !