Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

29/09/20 : A l'occasion de sa conférence de presse de rentrée, Jean-Jacques Lasserre, Président du Département des Pyrénées-Atlantiques, a annoncé sa candidature aux prochaines élections départementales prévues mars 2021.

28/09/20 : Une nouvelle opération de dépistage gratuit de la COVID-19 est en cours jusqu'au 30 octobre du lundi au vendredi de 8h30 à 12h30 à l'Arkéa Arena de Floirac. Cette opération s'adresse uniquement aux personnes prioritaires munies d’un justificatif.

28/09/20 : A Pau, l'édition 2020 de la manifestation culturelle "Les idées mènent le monde" qui aurait du se tenir les 20, 21 et 22 novembre prochains est reportée à 2021. En cause: la situation sanitaire et le bon respect des mesures de lutte contre l'épidémie.

27/09/20 : Sénatoriales Corrèze: Daniel Chasseing (les Indépendants) et Claude Nougein (LR) réélus.

27/09/20 : Sénatoriales Charente-Maritime : Corinne Imbert (LR) et Daniel Laurent (LR) retrouvent leur siège de sénateur avec 47,21% des voix. Remportant 28,51% des suffrages, Mickaël Vallet (PS) décroche le 3e siège. Il succède à Bernard Lalande (DVG - 21%).

27/09/20 : Sénatoriales Deux-Sèvres: Philippe Mouiller (LR) sortant réélu et Gilbert Favreau le président LR du conseil départemental élu au second tour.

27/09/20 : Sénatoriales Dordogne: deux sièges pour la gauche avec deux nouveaux élus: Marie-Claude Varaillas (communiste)groupe CRCE et Serge Mérillou élu dès le premier tour.

27/09/20 : Sénatoriales Charente: Nicole Bonnefoy (PS) réélue.

27/09/20 : Sénatoriales Creuse: Jean-Jacques Lozach (PS) réélu.

26/09/20 : Bernard Madrelle, ancien maire de Blaye et député socialiste de Gironde, est décédé un an après son frère Philippe Madrelle, ancien sénateur et président du conseil départemental.

23/09/20 : Après consultation du comité d’experts, la préfète des Landes a décidé qu'à compter de ce jour 14h00, la vigilance revient au niveau jaune pour les feux de forêt. Autrement dit une vigilance moyenne, au niveau 2 sur une échelle de 5.

22/09/20 : La Chambre d'agriculture de la Haute-Vienne va engager une procédure pour obtenir le statut de calamité sécheresse en raison du déficit en eau des derniers mois. Les agriculteurs bénéficieraient d’aides pour pallier la baisse de rendement en céréales.

- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 29/09/20 | Les Deux-Sèvres renforce leur engagement dans la protection de l’enfance

    Lire

    Le Département des Deux-Sèvres vient de contractualiser avec l’État et l’ARS pour la période 2020-2022 afin de garantir les mêmes chances et les mêmes droits à tous les enfants. Pour cela, ils vont travailler sur les axes suivants : agir le plus précocement possible pour répondre aux besoins des enfants et de leurs familles ; sécuriser le parcours des enfants protégés et donner aux enfants protégés les moyens d’agir.

  • 29/09/20 | En Nouvelle-Aquitaine, la Nuit du Droit invite François Mauriac

    Lire

    La Région, l'Ecole des avocats, l'Ordre des avocats et la Conférence du Barreau de Bordeaux s'associent pour fêter la Nuit du Droit ce jeudi 1er octobre. Une Nuit pour le grand public qui marquera les 50 ans de la mort de François Mauriac, en présentiel à l'Hôtel de Région à Bordeaux, et en retransmission simultanée aux Maisons de la Région à Poitiers et à Limoges et sur le site de la Région. A 18h: le procès fictif d'Henriette Canaby, qui inspira le roman Thérèse Desqueyroux, par des élèves avocats, et à 20h30, une table-ronde « Du fait divers au roman : regards croisés sur une œuvre de François Mauriac ».

  • 29/09/20 | La librairie itinérante des Deux-Sèvres reprend la route

    Lire

    A partir du 30 septembre, les Deux-Sèvriens ont rdv avec Terre de lecture. Organisés par la Médiathèque départementale, ces rendez-vous mettent en lumière les lieux de culture indispensables en milieu rural. « L’objectif est d’élargir les publics fréquentant les bibliothèques, de favoriser le rôle de celle-ci dans l’animation locale et de stimuler les projets collectifs entre bibliothèques », pour Esther Mathiet-Lucas, conseillère départementale en charge de la culture.

  • 29/09/20 | Le Concours des Saveurs de Nouvelle-Aquitaine fait escale à Agen

    Lire

    Le 3 octobre, le Conseil Départemental du Lot-et-Garonne accueille le Concours des Saveurs organisé par l’AANA. Il récompense les meilleurs produits et recettes dans 28 catégories permettant de mettre en lumière le savoir-faire des producteurs locaux. Pour cette session, 200 produits, issus d’une soixantaine de producteurs et artisans, seront jugés par une soixantaine de jurés.

  • 28/09/20 | Dordogne : l'école de Savignac face à un foyer de coronavirus

    Lire

    L’école supérieure de management en hôtellerie-restauration de Savignac-les-Églises, qui accueille 374 élèves, est désormais touchée par l’épidémie du coronavirus. Mercredi 23 septembre, neuf cas ont été dépistés dans la communauté étudiante, puis 30 cas à la date du 28 septembre. La Direction Générale de la CCI Dordogne et la Direction de l’Ecole, en liaison avec l’ARS, ont décidé de passer toutes les formations en distanciel à partir du lundi 28 septembre pour une durée de deux semaines.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Agriculture | SIA 2019 : opération séduction pour le Périgord à Paris

28/02/2019 | Ce mercredi 27 janvier, au salon de l'agriculture, c'était une journée spéciale Périgord. L'occasion de mettre en avant les produits mais aussi le territoire.

Jusqu'à dimanche, deux cuisiniers professionnels subliment les produits du Périgord

Cette année, le conseil départemental de la Dordogne a souhaité s'offrir un stand rien qu'à lui au salon de l'Agriculture à Paris. La collectivité a souhaité développer deux axes majeurs pour faire la promotion de son territoire : la gastronomie et ses filières agricoles à travers des animations culinaires proposées jusqu'au dimanche 3 mars et le tourisme avec la présence des offices du tourisme. Seul gros bémol, seules cinq entreprises dont deux agricoles du département ont un stand à Paris. Beaucoup invoquent des tarifs trop élevés. Le Département réfléchit à mieux accueillir les producteurs.

Chaque année, au salon de l'Agriculture de Paris, le rituel est immuable. Le Périgord s'affiche à la Porte de Versailles pendant dix jours, malgré une présence de moins en moins nombreuses des producteurs périgourdins. Ils ne sont que cinq cette année qui ont fait ce choix, contre une dizaine il y a encore quelques années. Pourtant, le stand Périgord, les 600 000 visiteurs du Salon ne peuvent pas le manquer. Le stand du Périgord est passé de 60 m2 pour l'édition 2018 à 90 m2 cette année. Hébergé pendant plusieurs années par l'Agence de l'Alimentation Nouvelle Aquitaine pendant quelques années, le Conseil départemental s'est offert un stand bien à lui en faisant appel à une agence bordelaise spécialisée dans la conception et le montage des stands, pour un coût de 100 000 euros, hors charges de personnel. Une douzaine d'agents sont présents chaque jour.

Pour la première fois, les offices du tourisme sont présents sur le stand Périgord


"Cette année, le Département a souhaité faire la promotion de son territoire à travers  ses filières agricoles et sa gastronomie et son tourisme. Le Salon demeure une belle vitrine. C'est pourquoi, cette année, pour la première, on note la première fois, la présence des différents offices du tourisme de la Dordogne, souligne Didier Bazinet, vice président du Conseil départemental en charge d'agriculture. Jusqu'à dimanche, deux cuisiniers professionnels animent le stand. La truffe, le foie gras, l'esturgeon, le canard, la noix, la biscotte artisanale La Chantéracoise sont sublimés par deux  chef Jean-Marc Mouillac et Alain Desseix, qui travaillent face au public, durant toute la durée de la manifestation. Sur place, les deux chefs expliquent notamment aux milliers de visiteurs quotidiens que « dans le canard, tout est bon. On transforme les abats en grillons, les parties nobles en confit, en blanquette avec des cèpes, la carcasse, on en fait une soupe, qui donne du goût aux légumes… »
L'espace accueille également, tout au long de la semaine, un artiste de l’Atelier des fac-similés du Périgord (AFSP), montrant les nouvelles techniques de reproduction des œuvres de l’art pariétal, qui ont servi à la réalisation des dernières versions de Lascaux. À noter que pas moins de 14 responsables d’offices de tourisme locaux se relaient pour répondre aux questions des visiteurs, jusqu’à dimanche 3 mars et les inviter à séjourner en Dordogne, quelques jours. 

 Pour les entreprises périgourdines, un pari

Xavier Gombert, de la brasserie artisanale de Sarlat, a obtenu deux récompenses au concours général agricoleLes producteurs présents se font rares: ils ne sont que cinq. Pour Alexandre Toson, éleveur, gaveur au Buisson de Cadouin, c'est un sacré pari au vu du coût financier. "Nous sommes un des rares éleveurs gaveurs présents à Paris. Cela fait quatre ans que nous venons à Paris. Car février, c'est une saison creuse à la maison. Cela à un coût : Nos 17 m2 de stand s'élèvent à 7000 euros. Il faut ajouter, le transport, le logement, les frais de personnel, au total, cela représente un investissement entre 12 et 15 0000 euros. Il faut couvrir les frais. Cette année, il y a beaucoup moins de monde. L'an dernier, cela s'était bien passé, je redoute une forte diminution, de l'ordre de 40 %." Même son de cloche du côté de la maison Grolières du Bugue, spécialisée en foie gras, qui affiche trente ans de présence à Paris. "les années se suivent et ne ressemblent pas. Certaines années, les  frais ne sont pas couverts. Mais c'est important d'être là, car nous rencontrons nos clients et nous sommes aussi là pour en gagner de nouveaux." Du côté de la brasserie artisanale de Sarlat, son fondateur Xavier Gombert, explique : "Nous avons débuté notre activité en avril 2016, cette année. Nous avons fait beaucoup d'investissements avec de nouveaux matériels, un déménagement. Cela fait la deuxième année, que nous montons à Paris. Je redoute de ne pas couvrir les frais, alors que nous avions bien travaillé l'an passé. On observe une forte baisse de fréquentation sur cette édition." Heureusement, les deux récompenses  affichées devant la tireuse à bière lui redonnent le moral. La Brasserie artisanale de Sarlat a obtenu  une médaille d'or et une médaille de bronze au concours général agricole. 

Quant au conseil départemental de la Dordogne, il est bien conscient de la difficulté des entreprises périgourdines d'être présents à Paris pour des questions de coût. La collectivité réfléchit pour les années à venir à accueillir sur son stand des producteurs.  Didier Bazinet le confirme : "dès demain, nous allons travailler à la prochaine édition du Salon pour définir comment on peut créer un espace de vente pour les producteurs. On s'aperçoit que la promotion ne suffit pas. Même les visiteurs le disent, ils souhaiteraient pouvoir acheter sur place."

 

 

Claude-Hélène Yvard
Par Claude-Hélène Yvard

Crédit Photo : Claude-Hélène Yvard

Inno'action et agricultureCet article fait partie du dossier

Voir les autres articles de ce dossier
Partager sur Facebook
Vu par vous
10307
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Agriculture
Agriculture
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 32 + 15 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

A lire ailleurs sur aqui.fr