Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

04/07/20 : Beynac : Entre 250 et 300 personnes pro-déviation se sont réunis ce samedi matin pour que le chantier soit poursuivi, malgré la décision du conseil d'Etat, parmi elles, les maires des 4 communes concernées le président du Département Germinal Peiro.

03/07/20 : Le 1er juillet, la préfecture de la Dordogne a publié un "arrêté portant prescriptions au Département relatives aux travaux de démolition des éléments construits dans le cadre du projet de contournement du bourg de Beynac-et-Cazenac.

03/07/20 : Suite à la démission d'Edouard Philippe, c'est Jean Castex, haut-fonctionnaire coordonnateur de la stratégie nationale de déconfinement, qui a été nommé Premier Ministre. Charge à lui de former un nouveau Gouvernement.

03/07/20 : Deux-Sèvres : les 12 Marchés des Producteurs de Pays auront bien lieu cet été. Les communes s'organisent pour accueillir au mieux les producteurs et consommateurs. Pensez à apporter vos couverts, gobelets et serviettes non jetables!

03/07/20 : Édouard Philippe a remis la démission de son gouvernement ce vendredi 3 juillet. Démission acceptée par l'Elysée.

30/06/20 : La Rochelle : Les inscriptions à L'université sont ouvertes du jeudi 2 au vendredi 17 juillet jusqu’à midi pour les néobacheliers et les étudiants admis en Master 1ère année. Dernière chance entre le 25 août et le 11 septembre jusqu’à 23h.

29/06/20 : A Royan (17), le maire sortant (LR) Patrick Marengo conserve son fauteuil de maire avec 52,21% des voix face au marcheur Thomas Lafarie avec 21,63 %.Le taux de participation, 35,74 %, est sensiblement le même que celui du premier tour (35,25%).

29/06/20 : A Rochefort (17), le maire sortant Hervé Blanché a retrouvé son fauteuil avec 3494 voix (58,86%) contre 2442 pour Rémi Letrou (41,14%). Le taux de participation est de 35,08%.

29/06/20 : Le maire de Bayonne Jean-René Etchegaray (Bayonne toujours un temps d'avance) proche de la majorité présidentielle, a été réélu avec 51,23% face à la liste de gauche commune Bayonne-Ville ouverte et Demain Bayonne Bihar Baiona, avec 46,19%

28/06/20 : À Pessac, le maire sortant Franck Raynal est réélu de justesse avec 50,57% face au candidat tose et vert Sébastien Saint-Pasteur et son alliance avec Laure Curvale (49,63%).

- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 06/07/20 | La Rochelle : Les Francos, ça continue quand même

    Lire

    Les Francofolies étant annulées pour cette année, ses organisateurs proposent un concert exceptionnel le 14 juillet au jardin Bobinec, avenue Général de Gaulle, à partir de 18h. Au programme : les artistes du Chantier des Francos 2020. Ce concert est gratuit sur réservation dans la limite des places disponibles. Billets à retirer au bureau des Francofolies, 2 rue de la Désirée à La Rochelle, du 6 juillet jusqu'au 9 juillet (de 9h30 à 18h00). Nombre de places limité à 2 entrées par personne.

  • 06/07/20 | Deux-Sèvres : une enquête publique sur le foncier de l'accès au CH Nord

    Lire

    Le projet d'aménagement foncier concernant l'accès au centre hospitalier Nord Deux-Sèvres sur les communes de Bressuire (Noirterre), Geay et Faye-L'Abbesse fait l'objet d'une enquête publique jusqu'au 24 juillet, 17h, portant sur le périmètre et les prescriptions particulières du nouveau plan parcellaire et travaux connexes. Les agriculteurs et propriétaires concernés peuvent se rendre sur le site du Département 79 pour examiner le dossier de l'enquête. Contact: Magali Prévost 05 49 77 15 15.

  • 06/07/20 | Charente-Maritime : pas de parapente sur la Côte Sauvage

    Lire

    En août dernier, la maire de La Tremblade avait émis un arrêté interdisant la pratique du parapente sur toutes les plages de la Côte Sauvage. Pour Laurence Osta-Amigo, il s'agit aussi bien de préserver le cordon dunaire, déjà fragilisé par l'érosion et les submersions, que d'éviter un éventuel accident avec des promeneurs ou des baigneurs. Le parapentiste Claude de Monti avait saisi le tribunal administratif de Poitiers pour invalider l'arrêté. La justice vient de donner raison à l'élue.

  • 04/07/20 | Charente-Maritime :une enquête sur les circuits courts

    Lire

    Soutenant la démarche de développement des circuits courts engagée par le Département 17 en 2016, la Chambre d’agriculture 17 réalise une enquête afin de mieux connaitre les besoins et les attentes des producteurs locaux en circuits courts et l’intérêt de chacun concernant les outils développés par la collectivité. Dans le but de mieux valoriser l’offre, elle recense également les activités (produits, lieux de vente, agrotourisme…) des entreprises en circuits courts. Contact: 05 46 50 45 00.

  • 04/07/20 | Dax : à la découverte du patrimoine Belle époque de la cité thermale

    Lire

    Avec Dax Architecture (Ed. Kilika), l'historien landais Kévin Laussu offre une riche étude de fond sur ce patrimoine méconnu de la cité thermale. Une première publication qui salue près de 15 ans d'inventaire, et un outil pour mieux connaître l'identité et l'histoire récente de cette ville labellisée Art et Histoire par le ministère de la Culture cet hiver. De quoi prendre conscience aussi des richesses locales à protéger, des belles demeures jusqu'aux portes en bois sculpté et ferronneries.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Agriculture | SIA 2019 : opération séduction pour le Périgord à Paris

28/02/2019 | Ce mercredi 27 janvier, au salon de l'agriculture, c'était une journée spéciale Périgord. L'occasion de mettre en avant les produits mais aussi le territoire.

Jusqu'à dimanche, deux cuisiniers professionnels subliment les produits du Périgord

Cette année, le conseil départemental de la Dordogne a souhaité s'offrir un stand rien qu'à lui au salon de l'Agriculture à Paris. La collectivité a souhaité développer deux axes majeurs pour faire la promotion de son territoire : la gastronomie et ses filières agricoles à travers des animations culinaires proposées jusqu'au dimanche 3 mars et le tourisme avec la présence des offices du tourisme. Seul gros bémol, seules cinq entreprises dont deux agricoles du département ont un stand à Paris. Beaucoup invoquent des tarifs trop élevés. Le Département réfléchit à mieux accueillir les producteurs.

Chaque année, au salon de l'Agriculture de Paris, le rituel est immuable. Le Périgord s'affiche à la Porte de Versailles pendant dix jours, malgré une présence de moins en moins nombreuses des producteurs périgourdins. Ils ne sont que cinq cette année qui ont fait ce choix, contre une dizaine il y a encore quelques années. Pourtant, le stand Périgord, les 600 000 visiteurs du Salon ne peuvent pas le manquer. Le stand du Périgord est passé de 60 m2 pour l'édition 2018 à 90 m2 cette année. Hébergé pendant plusieurs années par l'Agence de l'Alimentation Nouvelle Aquitaine pendant quelques années, le Conseil départemental s'est offert un stand bien à lui en faisant appel à une agence bordelaise spécialisée dans la conception et le montage des stands, pour un coût de 100 000 euros, hors charges de personnel. Une douzaine d'agents sont présents chaque jour.

Pour la première fois, les offices du tourisme sont présents sur le stand Périgord


"Cette année, le Département a souhaité faire la promotion de son territoire à travers  ses filières agricoles et sa gastronomie et son tourisme. Le Salon demeure une belle vitrine. C'est pourquoi, cette année, pour la première, on note la première fois, la présence des différents offices du tourisme de la Dordogne, souligne Didier Bazinet, vice président du Conseil départemental en charge d'agriculture. Jusqu'à dimanche, deux cuisiniers professionnels animent le stand. La truffe, le foie gras, l'esturgeon, le canard, la noix, la biscotte artisanale La Chantéracoise sont sublimés par deux  chef Jean-Marc Mouillac et Alain Desseix, qui travaillent face au public, durant toute la durée de la manifestation. Sur place, les deux chefs expliquent notamment aux milliers de visiteurs quotidiens que « dans le canard, tout est bon. On transforme les abats en grillons, les parties nobles en confit, en blanquette avec des cèpes, la carcasse, on en fait une soupe, qui donne du goût aux légumes… »
L'espace accueille également, tout au long de la semaine, un artiste de l’Atelier des fac-similés du Périgord (AFSP), montrant les nouvelles techniques de reproduction des œuvres de l’art pariétal, qui ont servi à la réalisation des dernières versions de Lascaux. À noter que pas moins de 14 responsables d’offices de tourisme locaux se relaient pour répondre aux questions des visiteurs, jusqu’à dimanche 3 mars et les inviter à séjourner en Dordogne, quelques jours. 

 Pour les entreprises périgourdines, un pari

Xavier Gombert, de la brasserie artisanale de Sarlat, a obtenu deux récompenses au concours général agricoleLes producteurs présents se font rares: ils ne sont que cinq. Pour Alexandre Toson, éleveur, gaveur au Buisson de Cadouin, c'est un sacré pari au vu du coût financier. "Nous sommes un des rares éleveurs gaveurs présents à Paris. Cela fait quatre ans que nous venons à Paris. Car février, c'est une saison creuse à la maison. Cela à un coût : Nos 17 m2 de stand s'élèvent à 7000 euros. Il faut ajouter, le transport, le logement, les frais de personnel, au total, cela représente un investissement entre 12 et 15 0000 euros. Il faut couvrir les frais. Cette année, il y a beaucoup moins de monde. L'an dernier, cela s'était bien passé, je redoute une forte diminution, de l'ordre de 40 %." Même son de cloche du côté de la maison Grolières du Bugue, spécialisée en foie gras, qui affiche trente ans de présence à Paris. "les années se suivent et ne ressemblent pas. Certaines années, les  frais ne sont pas couverts. Mais c'est important d'être là, car nous rencontrons nos clients et nous sommes aussi là pour en gagner de nouveaux." Du côté de la brasserie artisanale de Sarlat, son fondateur Xavier Gombert, explique : "Nous avons débuté notre activité en avril 2016, cette année. Nous avons fait beaucoup d'investissements avec de nouveaux matériels, un déménagement. Cela fait la deuxième année, que nous montons à Paris. Je redoute de ne pas couvrir les frais, alors que nous avions bien travaillé l'an passé. On observe une forte baisse de fréquentation sur cette édition." Heureusement, les deux récompenses  affichées devant la tireuse à bière lui redonnent le moral. La Brasserie artisanale de Sarlat a obtenu  une médaille d'or et une médaille de bronze au concours général agricole. 

Quant au conseil départemental de la Dordogne, il est bien conscient de la difficulté des entreprises périgourdines d'être présents à Paris pour des questions de coût. La collectivité réfléchit pour les années à venir à accueillir sur son stand des producteurs.  Didier Bazinet le confirme : "dès demain, nous allons travailler à la prochaine édition du Salon pour définir comment on peut créer un espace de vente pour les producteurs. On s'aperçoit que la promotion ne suffit pas. Même les visiteurs le disent, ils souhaiteraient pouvoir acheter sur place."

 

 

Claude-Hélène Yvard
Par Claude-Hélène Yvard

Crédit Photo : Claude-Hélène Yvard

Inno'action et agricultureCet article fait partie du dossier

Voir les autres articles de ce dossier
Partager sur Facebook
Vu par vous
9952
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Agriculture
Agriculture
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 9 + 13 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

A lire ailleurs sur aqui.fr