Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

18/02/20 : La FDSEA 64 a renouvelé son bureau: Franck Laborde, céréalier, secrétaire général de l’AGPM et éleveur de canards à Préchacq-Navarrenx en est le nouveau président, remplaçant Bernard Layre, devenu l'an dernier Président de la Chambre d'agriculture 64

16/02/20 : Agnès Buzyn, ministre des Solidarités et de la Santé, a démissionné et conduira finalement la liste LREM aux municipales de Paris sur décision évidente d'Emmanuel Macron; le député Olivier Véran lui succède au ministère.

12/02/20 : Louis Bodin, Monsieur Météo sur TF1, a décidé de se lancer dans les Municipales à Biarritz aux côtés de Maïder Arosteguy, tête de liste des Républi-cains. Il souhaite s'investir dans la ville de sa compagne Sylvie, notamment en matière d'environnement

11/02/20 : Charente-Maritime: Marie GROSGEORGE, 35 ans, a pris ce lundi la fonction de sous-préfète, directrice de cabinet du préfet de la Charente-Maritime. Cette diplômée de l'ENA et de l'ENS était précédemment chargée de mission au ministère de l’Intérieur.

10/02/20 : Chantal Castelnot a été nommée nouvelle préfète de la Vienne, le 3 février. Depuis 2017, elle était préfète de L'Orne. La préfète a fait sa première apparition publique ce 10 février pour un dépôt de gerbe au monument aux morts bd Verdun à Poitiers.

10/02/20 : Charente-Maritime : le festival electro Stereoparc a dévoilé les premiers noms de la programmation de la soirée Coco Coast du samedi 18 juillet 2020 : Martin Solveig, Bakermat et Bellecour.

04/02/20 : Le 44ème Challenge International du Vin se tiendra les 24 & 25 avril à Bordeaux et mettra à l'honneur les vins moldaves! Près de 4 000 vins d'une quarantaine de pays seront en compétition, et 700 dégustateurs viendront récompenser près de 1 400 vins

- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 18/02/20 | La Communauté d’agglomération Rochefort Océan inaugure « La Boite »

    Lire

    Un nouvel élan artistique se dessine dans l’agglomération de Rochefort. Mercredi 19 février, aura lieu l’inauguration d’une salle dédiée à la création artistique. Son petit nom ? La Boite ! La collectivité a transformé l’ancien cinéma de l’École des Fourriers en plateau technique de 220 m² au sol sous un plafond de 5,50 mètres. Un lieu qui accueillera des artistes en résidence et où toutes les formes d’arts seront les bienvenues.

  • 18/02/20 | A Bruges (33) Aérospline veut robotiser les tâches de désamiantage

    Lire

    Aérospline, à Bruges, est une PME d'ingénierie industrielle qui développe des solutions robotiques collaboratives innovantes, principalement pour la construction aéronautique. Ces nouveaux robots collaboratifs (dits cobots) permettent de réduire la toxicité ou la pénibilité des métiers, sans se passer des opérateurs. La société travaille sur un projet de cobots dans le cadre de travaux de désamiantage, permettant de réduire les risques d'exposition des salariés. Un projet, baptisé "Exelite", auquel s'associe la région Nouvelle-Aquitaine à hauteur de 410 449 €.

  • 18/02/20 | Il fait bon vivre en Charente-Martime !

    Lire

    94% heureux de vivre en Charente-Maritime. C’est un des chiffres issu de l'enquête 2019, de l’institut BVA, auprès des Charentais. Les habitants ont par exemple, le sentiment d’être écoutés par le département dans leurs actions. L’occasion, aussi, de recueillir les préoccupations de la population. Au sujet, des routes départementales ou encore de l’environnement. Les résultats sont globalement très positifs, par rapport à l’enquête 2018, impactée par le mouvement gilets jaunes. Voir l’enquête au complet.

  • 18/02/20 | Menace sur l'abattoir de Ribérac en Dordogne

    Lire

    La société Arcadie Sud-Ouest, qui représente la moitié de l’activité de l'abattoir de Ribérac a annoncé qu’elle allait transférer son activité à Thiviers à partir de mai. C’est la pérennité du site employant 18 personnes qui est menacée. La Ville détient 55% des parts. La décision d’Arcadie est la conséquence des difficultés du groupe. Une rencontre est prévue dans les jours prochains entre la direction d'Arcadie, le maire de Ribérac et le préfet. Le député Jean-Pierre Cubertafon suivra aussi attentivement le dossier.

  • 17/02/20 | BOOST’CAMP : un concours qui s'adresse aux entrepreneurs

    Lire

    Bonne nouvelle pour les entrepreneurs engagés dans le développement durable, l’économie sociale et solidaire ou l’innovation d’usage ! Un concours organisé par Le Campement, pépinière de la Ville de Bordeaux installée à Darwin, va être lancé. Le principe ? Présenter un projet innovant et créateur d'emplois. A la clé du concours : 6 mois d'hébergement gratuit au Campement dès le 27 mars 2020. La réception des candidatures se fait du 3 mars au 13 mars prochain.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Agriculture | SIA 2019 : opération séduction pour le Périgord à Paris

28/02/2019 | Ce mercredi 27 janvier, au salon de l'agriculture, c'était une journée spéciale Périgord. L'occasion de mettre en avant les produits mais aussi le territoire.

Jusqu'à dimanche, deux cuisiniers professionnels subliment les produits du Périgord

Cette année, le conseil départemental de la Dordogne a souhaité s'offrir un stand rien qu'à lui au salon de l'Agriculture à Paris. La collectivité a souhaité développer deux axes majeurs pour faire la promotion de son territoire : la gastronomie et ses filières agricoles à travers des animations culinaires proposées jusqu'au dimanche 3 mars et le tourisme avec la présence des offices du tourisme. Seul gros bémol, seules cinq entreprises dont deux agricoles du département ont un stand à Paris. Beaucoup invoquent des tarifs trop élevés. Le Département réfléchit à mieux accueillir les producteurs.

Chaque année, au salon de l'Agriculture de Paris, le rituel est immuable. Le Périgord s'affiche à la Porte de Versailles pendant dix jours, malgré une présence de moins en moins nombreuses des producteurs périgourdins. Ils ne sont que cinq cette année qui ont fait ce choix, contre une dizaine il y a encore quelques années. Pourtant, le stand Périgord, les 600 000 visiteurs du Salon ne peuvent pas le manquer. Le stand du Périgord est passé de 60 m2 pour l'édition 2018 à 90 m2 cette année. Hébergé pendant plusieurs années par l'Agence de l'Alimentation Nouvelle Aquitaine pendant quelques années, le Conseil départemental s'est offert un stand bien à lui en faisant appel à une agence bordelaise spécialisée dans la conception et le montage des stands, pour un coût de 100 000 euros, hors charges de personnel. Une douzaine d'agents sont présents chaque jour.

Pour la première fois, les offices du tourisme sont présents sur le stand Périgord


"Cette année, le Département a souhaité faire la promotion de son territoire à travers  ses filières agricoles et sa gastronomie et son tourisme. Le Salon demeure une belle vitrine. C'est pourquoi, cette année, pour la première, on note la première fois, la présence des différents offices du tourisme de la Dordogne, souligne Didier Bazinet, vice président du Conseil départemental en charge d'agriculture. Jusqu'à dimanche, deux cuisiniers professionnels animent le stand. La truffe, le foie gras, l'esturgeon, le canard, la noix, la biscotte artisanale La Chantéracoise sont sublimés par deux  chef Jean-Marc Mouillac et Alain Desseix, qui travaillent face au public, durant toute la durée de la manifestation. Sur place, les deux chefs expliquent notamment aux milliers de visiteurs quotidiens que « dans le canard, tout est bon. On transforme les abats en grillons, les parties nobles en confit, en blanquette avec des cèpes, la carcasse, on en fait une soupe, qui donne du goût aux légumes… »
L'espace accueille également, tout au long de la semaine, un artiste de l’Atelier des fac-similés du Périgord (AFSP), montrant les nouvelles techniques de reproduction des œuvres de l’art pariétal, qui ont servi à la réalisation des dernières versions de Lascaux. À noter que pas moins de 14 responsables d’offices de tourisme locaux se relaient pour répondre aux questions des visiteurs, jusqu’à dimanche 3 mars et les inviter à séjourner en Dordogne, quelques jours. 

 Pour les entreprises périgourdines, un pari

Xavier Gombert, de la brasserie artisanale de Sarlat, a obtenu deux récompenses au concours général agricoleLes producteurs présents se font rares: ils ne sont que cinq. Pour Alexandre Toson, éleveur, gaveur au Buisson de Cadouin, c'est un sacré pari au vu du coût financier. "Nous sommes un des rares éleveurs gaveurs présents à Paris. Cela fait quatre ans que nous venons à Paris. Car février, c'est une saison creuse à la maison. Cela à un coût : Nos 17 m2 de stand s'élèvent à 7000 euros. Il faut ajouter, le transport, le logement, les frais de personnel, au total, cela représente un investissement entre 12 et 15 0000 euros. Il faut couvrir les frais. Cette année, il y a beaucoup moins de monde. L'an dernier, cela s'était bien passé, je redoute une forte diminution, de l'ordre de 40 %." Même son de cloche du côté de la maison Grolières du Bugue, spécialisée en foie gras, qui affiche trente ans de présence à Paris. "les années se suivent et ne ressemblent pas. Certaines années, les  frais ne sont pas couverts. Mais c'est important d'être là, car nous rencontrons nos clients et nous sommes aussi là pour en gagner de nouveaux." Du côté de la brasserie artisanale de Sarlat, son fondateur Xavier Gombert, explique : "Nous avons débuté notre activité en avril 2016, cette année. Nous avons fait beaucoup d'investissements avec de nouveaux matériels, un déménagement. Cela fait la deuxième année, que nous montons à Paris. Je redoute de ne pas couvrir les frais, alors que nous avions bien travaillé l'an passé. On observe une forte baisse de fréquentation sur cette édition." Heureusement, les deux récompenses  affichées devant la tireuse à bière lui redonnent le moral. La Brasserie artisanale de Sarlat a obtenu  une médaille d'or et une médaille de bronze au concours général agricole. 

Quant au conseil départemental de la Dordogne, il est bien conscient de la difficulté des entreprises périgourdines d'être présents à Paris pour des questions de coût. La collectivité réfléchit pour les années à venir à accueillir sur son stand des producteurs.  Didier Bazinet le confirme : "dès demain, nous allons travailler à la prochaine édition du Salon pour définir comment on peut créer un espace de vente pour les producteurs. On s'aperçoit que la promotion ne suffit pas. Même les visiteurs le disent, ils souhaiteraient pouvoir acheter sur place."

 

 

Claude-Hélène Yvard
Par Claude-Hélène Yvard

Crédit Photo : Claude-Hélène Yvard

Inno'action et agricultureCet article fait partie du dossier

Voir les autres articles de ce dossier
Partager sur Facebook
Vu par vous
9304
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Agriculture
Agriculture
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 20 + 8 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

A lire ailleurs sur aqui.fr
Charles Pélanne, vice président du Conseil départemental 64 en charge de l'agriculture, Bernard Layre Président de la Chambre d'agriculture 64 et les éleveurs Philippe et Jean Basta entourent le taureau Noé Agriculture | 18/02/2020

Les Pyrénées-Atlantiques prêts pour le Salon International de l'Agriculture à Paris

Rencontre Viticoles 2020 Agriculture | 13/02/2020

6ème Rencontres viticoles d'Aquitaine, focus sur une viticulture plus "saine"

Les responsables professionnels de la gestion de l'eau en Dordogne, à G Eric Frétillère Agriculture | 12/02/2020

Gestion de l'eau : L'agriculture périgourdine se prépare aux changements climatiques

C Pelanne, JJ Lasserre, B Layre Agriculture | 10/02/2020

Pyrénées-Atlantiques: Le Département et la Chambre d'agriculture, partenaires autour des transitions agricoles

Assemblée générale du groupe coopératif Euralis, Christian Pées, son président au micro Agriculture | 07/02/2020

« Il faut être acteur du futur, pas le subir » : Euralis fait sa révolution

Alain Rousset au SIA en 2019 Agriculture | 04/02/2020

Le Salon International de l’Agriculture : vitrine de la transition agroécologique néo aquitaine

Inauguration du nouveau pôle Fruits et Légumes au MIN de Brienne Agriculture | 31/01/2020

Regroupement de structures pour la filière fruits et légumes au MIN de Brienne

L'innovation agricole au service des TPE Agriculture | 28/01/2020

L’innovation agricole au service des TPE

Jour d'affluence à la Station de Lanaud pour la 2ème vente de la saison de jeunes Agriculture | 21/01/2020

Station de Lanaud : Les jeunes taureaux ont trouvé preneur

ANEFA 64 Gilles Ladaurade, secrétaire général, Isidore Heguy, Président, Daniel Tétart, Vice Président, Blandine Frydryszak, animatrice Agriculture | 17/01/2020

Emplois saisonniers agricoles: l'ANEFA 64 publie sa "Bible" 2020

L'équipe de la Chambre d'Agriculture Nouvelle-Aquitaine Agriculture | 16/01/2020

Conjoncture difficile vu de Limoges

Dominique Graciet 2020 Agriculture | 14/01/2020

Agriculture en Nouvelle-Aquitaine : une année "difficile et disparate"

La truffe noire du Périgord produite en Dordogne subit la concurrence espagnole Agriculture | 24/12/2019

Les trufficulteurs de Dordogne souhaitent valoriser la production locale

Les onze représentants de fédérations et organismes signataires de la charte de la Agriculture | 24/12/2019

La Charente-Maritime signe enfin sa première charte agricole

Exemple d'agroforesterie successionnelle au Brésil Agriculture | 23/12/2019

Agroécologie: l'agroforesterie successionnelle débarque en Nouvelle-Aquitaine !